Partagez
 

 getting lost is just another way of saying 'going exploring'

Aller en bas 

Harper Edwards

messages : 51
name : Olivia
face + © : haley lu richardson (© neon cathedral)
multinicks : chad, emerson, jax, lydia, parker, stella, tobias, zoya
points : 423
age : 23
♡ status : free as a bird
work : helping hand @ regbo orchard
home : regbo orchard

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (closed) vesper, scott, norrie, desmond, luke

getting lost is just another way of saying 'going exploring' Empty
Message· · Sujet: getting lost is just another way of saying 'going exploring' getting lost is just another way of saying 'going exploring' EmptySam 25 Mai - 8:44

VESPER + HARPER
@Vesper Chapman

Elle s’était perdue. Elle n’avait jamais eu un sens de l’orientation très développé puisqu’elle était toujours restée dans les mêmes villes, les mêmes quartiers – elle n’avait d’ailleurs jamais été aussi loin de chez elle que depuis qu’elle avait entamé son périple qui l’avait menée à Windmont Bay. Habituée à toujours voir les mêmes rues, les mêmes enseignes, les mêmes visages, Harper n’avait jamais eu à véritablement se débrouiller seule. Alors, c’était presque un miracle qu’elle soit arrivée à destination. Par quel étrange enchaînement de coups de chance s’était-elle retrouvée à débarquer dans la petite ville d’Oregon, Harper l’ignorait. Ce devait être le destin qui avait tout à coup décidé d’être à ses côtés et qui avait mis en place toutes les pièces nécessaires pour mener la demoiselle d’un point A à un point Z. Du moins était-ce ce dont elle était convaincue, ravie d’avoir réussi son entreprise risquée. Mais maintenant, il fallait qu’elle apprenne à s’orienter dans une ville qu’elle ne connaissait pas et ce n’étaient pas les deux semaines depuis son arrivée qui lui avaient permis de suffisamment se repérer à Windmont Bay.
D’où sa désorientation alors que le ciel se teintait d’un mauve envoûtant.
Harper avait passé sa journée – comme les trois dernières – à essayer de décrocher un petit boulot – n’importe lequel, vraiment, elle n’était pas difficile mais, comme elle avait pu le constater après quelques démarches infructueuses, les employeurs l’étaient. Certains lui avaient immédiatement déclaré ne pas être intéressés, d’autres avaient bien voulu prendre son CV, même si c’était pour le ranger dans un tiroir en prétextant le lire plus tard. Enfin, il y avait eu ceux qui avaient paru curieux et avaient parcouru la feuille qu’elle avait soigneusement préparée pour sa distribution. Invariablement les mêmes questions revenaient : qu’est-ce qu’elle était venue faire ici, si loin de chez elle ? Quelles étaient ses expériences ? Avait-elle des lettres de recommandations de précédents patrons ? Et comment expliquait-elle les pans de sa vie qui semblaient s’être fait grignoter ? Harper leur avait répondu du mieux qu’elle pouvait mais elle n’avait jamais eu à postuler avant et, dès lors, elle n’était pas préparée à leurs regards scrutateurs, à leur sérieux, à leur manque d’intérêt. Apparemment, les qualités qu’elle avait cherché à mettre en valeur n’avaient aucune utilité dans la recherche d’un emploi. Elle ne se découragerait pas, cependant, la jeune Edwards. Elle finirait par trouver. Elle s’intégrerait dans cette petite ville côtière qui lui apparaissait comme le paradis sur Terre.
Elle commençait à fatiguer, toutefois. La journée avait été longue, elle avait mangé sur le pouce, avait monologué plus qu’elle ne le faisait d’habitude – et pourtant, bavarde comme une joyeuse petite pie, Harper l’était. Elle avait dès lors hâte de retrouver le confort de sa chambre au Majestic. Elle n’avait jamais eu de lit plus confortable, de vue plus agréable, elle aurait aimé pouvoir y vivre éternellement. Malheureusement, ses ressources risquaient de s’épuiser rapidement et elle se retrouverait à la case départ. Il fallait donc qu’elle trouve à tout prix un job pour espérer ensuite se dégotter un petit appartement – elle n’était pas bien difficile, elle était même prête à vivre en colocation, elle n’en avait jamais fait l’expérience et elle lui paraissait excitante. Mais c’était à chaque fois la même rengaine : chaque fois qu’elle rêvassait à la suite, ça la ramenait à sa nécessité d’avoir un salaire stable. Elle réfléchissait à la manière dont elle pourrait améliorer sa présentation, sur base de ce qu’elle avait pu percevoir des questions qui lui avaient été posées (quelles étaient, selon elle, ses trois plus grandes qualités ? Et défauts ? Apparemment, être tout à fait honnête ne portait pas ses fruits, il faudrait donc qu’elle édulcore un peu, surtout ses défauts) quand elle aperçut une silhouette grande et élancée à quelques dizaines de mètres devant elle. Même si elle ne l’avait rencontrée qu’une fois, Harper reconnut sans mal Vesper, la jeune femme qu’elle avait croisée lorsqu’elle avait voulu postuler au Pioneer Log Homes (l’un de ses premiers échecs, suivi rapidement par tant d’autres). Ravie de « connaître » quelqu’un – c’était la première fois que cela lui arrivait à Windmont Bay, en dehors des employés qu’elle croisait au Majestic – Harper trottina pour rejoindre la demoiselle et s’arrêta à sa hauteur, tout sourire :
- Bonsoir ! Vesper, c’est ça ? Je suis venue au Pioneer Log Homes l’autre jour. Pour postuler. Je n’ai pas été prise mais ce n’est pas grave, débita-t-elle en un souffle, avec un haussement d’épaules fataliste.
Harper en avait momentanément oublié son problème initial – le fait qu’elle ne retrouvait plus le chemin du Majestic et n’avait pas, comme la plupart des gens, un téléphone pour regarder sur Google maps – toute à sa joie de voir un visage qui ne lui était pas totalement inconnu.

_________________

I know that I'm talking too much and I'll get nowhere trying to do it at once but oh my god, I wanna be someone. So stay young with me, cause I hope that it's you that I'll break my pact trying to run home to. Just stay young.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vesper Chapman

messages : 1109
name : anane.
face + © : marine vacth © EYLIKA & vocivus.
multinicks : ryan, joan.
points : 2263
age : twenty five.
♡ status : single.
work : carpentry worker @pioneer log homes.
home : small small house on pioneer oak.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ■■□□

getting lost is just another way of saying 'going exploring' Empty
Message· · Sujet: Re: getting lost is just another way of saying 'going exploring' getting lost is just another way of saying 'going exploring' EmptyJeu 30 Mai - 15:01

Vesper referme soigneusement les portes de l’arrière du camion, donne deux tapes dedans puis se recule de quelques mètres. Par la fenêtre ouverte côté conducteur, Connie, l’une de ses uniques collègues féminines au Pioneer Log Homes aux biceps gonflés comme des ballons de baudruche, lui adresse un clin d’œil et un signe de la main en remerciement avant de démarrer l’engin dont le moteur crache des grognements sourds. Vesper regarde le camion dépasser la grille d’entrée puis filer vers l’est en se frottant les mains l’une contre l’autre pour en dégager la fine poussière de bois.
Sa montre indique treize heures, signant ainsi la fin de sa journée de travail puisque Vesper a son après-midi de libre, raison pour laquelle, d’ailleurs, elle a cédé sa place à un autre pour accompagner Connie faire sa livraison jusque Portland. Elle prend son temps avant de partir, salue les gars qui sont en train d’avaler leur sandwich sur un coin de table et passe au vestiaire récupérer sa veste en daim qu’elle enfile directement par-dessus sa salopette en jean sans se changer.
Rien de bien extraordinaire n’occupe jamais les journées ou demi-journées libres de Vesper, comme à son habitude, elle se contente des choses simples qui suffisent à son bonheur. Après un déjeuner avec Saga composé de ses burritos préférés, de grandes canettes de Dr Pepper et des anecdotes toujours plus cocasses de la suédoise, elle laisse son amie retourner à son devoir et s’octroie une petite sieste sur la plage, que les clémentes températures de mai rend agréable. Parce qu’elle est d’humeur à écouter encore l’apaisant bruit des vagues qui viennent s’abattre contre la grève de galets, elle fait ensuite une longue balade sur les sentiers surplombant l’océan, marchant jusqu’au-delà du phare avant de faire demi-tour et de rentrer en passant cette fois-ci par la ville.
L’été n’est pas encore arrivé, pas plus que les touristes donc, et cependant que le ciel se pare de teintes plus chaudes Vesper remonte une Pioneer Oak tout à son calme sinon presque, puisqu’une silhouette menue à l’allure dynamique vient bientôt la rattraper en trottinant et l’interpelle.
Vesper reconnaît après quelques instants le visage et la voix qu’elle n’a jamais croisés qu’une seule fois, comme leur propriétaire s’applique à le rappeler à sa mémoire. « Oui, c’est ça. Salut. » Elle a, pour sa part, oublier le prénom de la jeune fille, mais elle reconnaît bien l’air spontané et pétillant de la jeune femme qui avait entamé quelques minutes la conversation avec elle alors qu’elle venait postuler pour travailler au Pioneer Log Homes – candidature qui a été refusée donc, apprend-elle. « Ah, je suis désolée. » dit Vesper, sincère. Elle trouve dommage qu’elle n’ait pas été embauchée – la petite semble pleine d’énergie et de bonne volonté, elle déborde d’une sorte d’enthousiasme candide qui, Vesper se l’imagine sans peine, doit faire sourire et réchauffer les cœurs – mais ça n’est sans doute pas bien surprenant, la plupart des métiers que cherchent à pourvoir le Pioneer Oak sont des missions plutôt physiques qui nécessitent force musculaire et endurance, et ce n’est pas vraiment l’impression qui se dégage, au premier regard, de ce petit brin de femme dont le prénom lui revient enfin en mémoire – Harper. « Tu as trouvé autre chose ? » tente-t-elle à tout hasard, s’imaginant que la jeune fille doit avoir postulé dans d’autres sociétés où ses aptitudes et qualités seront plus à même d’être reconnues.

_________________
getting lost is just another way of saying 'going exploring' 1EykQjgg_o getting lost is just another way of saying 'going exploring' HRplln9C_o
the sea wants to kiss the golden shore – the sunlight warms your skin – all the beauty that's been lost before – wants to find us again
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Harper Edwards

messages : 51
name : Olivia
face + © : haley lu richardson (© neon cathedral)
multinicks : chad, emerson, jax, lydia, parker, stella, tobias, zoya
points : 423
age : 23
♡ status : free as a bird
work : helping hand @ regbo orchard
home : regbo orchard

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (closed) vesper, scott, norrie, desmond, luke

getting lost is just another way of saying 'going exploring' Empty
Message· · Sujet: Re: getting lost is just another way of saying 'going exploring' getting lost is just another way of saying 'going exploring' EmptyDim 16 Juin - 21:22

Harper ne paraissait pas dotée de filtre particulier. Elle abordait tout le monde avec cette même candeur, peut-être un peu étrange pour quelqu’un de son âge. Les gens, en général, exerçaient une fascination sur elle et elle n’hésitait pas à leur poser toutes les questions qui lui passaient par la tête, persuadée que chaque personne rencontrée recelait un trésor caché qui ne demandait qu’à être découvert. Ce ne fut donc pas étonnant si elle approcha la sirène élancée avec ce babillage qui était constant chez elle. Pas plus qu’il ne lui parut inconvenant de dévisager cette demoiselle dont la retenue était évidente. Harper admirait ses longues jambes qui, elle en était sûre, mesuraient le double des siennes. Elle aimait également beaucoup son visage anguleux, aux traits fins, parfaitement dessinés, si différents de son propre visage, plus poupin, qui poussait souvent les commerçants à lui demander son âge et une pièce d’identité. La démesure entre leurs silhouettes côte à côte fit sourire Harper qui se sentit encore plus petite que d’habitude et sa distraction l’empêcha de noter la réserve de son interlocutrice. Pourtant, Harper avait déjà eu droit à toutes sortes de réactions et peut-être était-ce précisément ce panel varié qui lui permettait de ne pas s’arrêter aux premiers élans parfois intimidés de certains de ces compagnons. Les gens pouvaient se montrer aussi bavards qu’Harper (les vieilles dames, surtout, qui paraissaient ravies de converser avec elle – à ce stade, Harper n’avait pas encore officiellement rencontré Agnes Baker, évidemment, et le destin l’en préserverait peut-être le plus longtemps possible) que rebutés par ses paroles qui coulaient entre ses lèvres en un doux flot continu, toujours de bonne humeur, toujours curieuse de tout. La jeune Edwards n’était pas naïve au point de ne pas remarquer quand il était préférable qu’elle laisse les plus ronchons à leur marmonnements mais elle essayait toujours d’abord de braver les barrières érigées, sachant que, la plupart du temps, il suffisait de quelques minutes pour que la méfiance batte en retraite et laisse la place à une discussion agréable. C’était sur cette issue favorable qu’Harper comptait, évidemment. Parler pour ne rien dire était tout un art, nouer des relations était une épreuve à laquelle la nouvelle venue s’attaquait avec énergie et enthousiasme.
- Ce n’est pas grave, c’est la vie. Je ne dois pas être la seule à chercher un emploi et il y en a sûrement des bien plus qualifiés que moi, dit-elle avec un autre haussement d’épaules, désinvolte, léger, qui prouvait bien que la demoiselle ne craignait pas les écueils et que des rejets et refus n’allaient pas la décourager de si tôt. Non, ajouta-t-elle en offrant un sourire à Vesper. Mais ça ne fait que quelques jours que je postule ici et là. As-tu entendu parler d’un poste ouvert quelque part ? Je ne recherche rien en particulier, je suis prête à m’adapter à tout. C’est surtout pour pouvoir m’installer ici alors je prendrai vraiment ce que je pourrai trouver.
Était-ce mal vu de présenter les choses ainsi ? Elle ne paraissait sans doute pas très ambitieuse mais, après, elle savait qu’avec ses maigres talents, elle devrait s’accommoder de ce qui arrivait, consciente qu’il lui faudrait sûrement commencer par un travail peu reluisant, tout en bas de l’échelle. Mais elle ne craignait pas les efforts, elle était prête à tout pour pouvoir vivre à Windmont Bay.
- Je n’ai pas de téléphone, sinon je t’aurais bien proposé de me prévenir si tu entends parler de quelque chose. J’imagine que le Majestic en a un mais je doute qu’ils apprécient jouer les messagers pour moi. C’est là que je suis en attendant de trouver un travail… et un appartement.
Elle n’avait pas pensé, en arrivant, que les choses seraient aussi difficiles. Une fois qu’elle aurait trouvé un travail, la quête d’un appartement se révélerait-elle aussi ardue ?
- D’ailleurs, en parlant du Majestic, je voulais y retourner mais je me suis perdue en route. Sais-tu comment je dois m’y rendre?
Il lui semblait évident qu’une résidente de Windmont Bay n’aurait aucun mal à lui indiquer la direction de l’hôtel renommé du coin. Mais la question, naturellement, en amena une autre, comme souvent chez la jeune Edwards :
- Tu vis ici depuis longtemps ? C’est une très belle ville. Il y a tout à proximité : l’océan, la forêt, une grande ville comme Portland. Que demander de plus?
Harper ne s’imagina pas une seule seconde que beaucoup de jeunes du coin n’aspiraient qu’à quitter leur bourgade natale – et ne se demanda donc pas si Vesper était heureuse d’être là où elle était.

_________________

I know that I'm talking too much and I'll get nowhere trying to do it at once but oh my god, I wanna be someone. So stay young with me, cause I hope that it's you that I'll break my pact trying to run home to. Just stay young.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vesper Chapman

messages : 1109
name : anane.
face + © : marine vacth © EYLIKA & vocivus.
multinicks : ryan, joan.
points : 2263
age : twenty five.
♡ status : single.
work : carpentry worker @pioneer log homes.
home : small small house on pioneer oak.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ■■□□

getting lost is just another way of saying 'going exploring' Empty
Message· · Sujet: Re: getting lost is just another way of saying 'going exploring' getting lost is just another way of saying 'going exploring' EmptySam 13 Juil - 17:17

Si elle n’a pas encore trouvé d’emploi, Vesper reconnaît néanmoins à Harper un bel optimiste et une sacrée détermination – elle se convainc rapidement, et alors qu’elle ne connaît la jeune fille que depuis quelques jours, que Harper parviendra rapidement à se dégoter un boulot quand bien même les offres d’emploi se font assez rares dans les petites villes comme Windmont Bay. « Je ne crois pas, » répond-elle, réfléchissant à une connaissance qui pourrait lui avoir dit être en manque de main d’œuvre, « Mais la saison estivale ne devrait pas tarder à commencer. Je suis sûr qu’il y aura quelques commerces qui chercheront bientôt du personnel pour répondre au surplus d’activité pendant la saison touristique. » conseille-t-elle après réflexion, ne pouvant songer à quoi que ce soit de plus solide à proposer à Harper. Vesper ne la juge pas sur sa recherche d’emploi qu’elle présente comme assez large – elle serait bien la dernière à émettre un jugement là-dessus. Elle-même n’a jamais témoigné de la moindre ambition – certes, elle est passée d’ouvrière en maçonnerie à ouvrière en charpenterie, mais ceci ne résulte pas vraiment d’une ambition mais seulement d’un concours de circonstances. D’ailleurs Vesper n’aspire à guère plus et continuera sans doute à faire chauffer ses muscles pendant quelques dizaines d’années sans espérer progresser professionnellement et jusqu’à ce que ce que son corps soit trop usé pour continuer.
Elle hoche la tête doucement pendant que Harper lui explique séjourner au Majestic dans l’attente de trouver un emploi et un appartement. C’est une sacrée aventure dans laquelle elle semble s’être lancée – Vesper ne s’y risquerait pas – et la jeune fille semble simple, pétillante, aussi spontanée qu’attachante ; Vesper n’hésite pas un instant avant d’accepter de l’aider et la guider pour retrouver son chemin. « Oui, bien sûr. Tu prends la troisième à droite, puis à nouveau à droite et tu descends jusqu’à Ocean Avenue qui borde la côte et tu tomberas sur le Majestic un peu plus bas. » Windmont Bay a beau ne pas être bien grande, Vesper sait qu’il est aisé de s’y perdre pour les nouveaux venus, et elle est presque persuadée d’avoir perdue Harper au milieu de ses explications. « Je peux te raccompagner, si tu veux, » propose-t-elle de bon gré, en bonne samaritaine. Elle se sentirait presque coupable d'abandonner Harper, déjà sans emploi ni domicile fixe, perdue et laissée à son triste sort dans les rues de Windmont Bay, et désormais que la conversation est entamée, elle n'est pas contre l'idée de la poursuivre en raccompagnant la jeune fille jusqu'à son hôtel.
D’ailleurs, Harper fait preuve de curiosité et poursuit ses questions en lui demandant depuis combien de temps elle vit à Windmont. « Depuis toujours. » répond-elle en hochant la tête cependant que Harper énumère les atouts de la ville, que Vesper connaît assez bien. Elle est la première à vanter les mérites de sa bourgade natale, elle qui, davantage que la proximité avec Portland, revendique le cadre idyllique qu’est Windmont Bay, son littoral sur le plus grand océan de la planète où se baigner et le véritable poumon vert où se perdre et reprendre sa respiration. Que demander de plus, en effet ? « Rien, je suppose, » répond Vesper avec un vague haussement d’épaules, « c’est sans doute pour ça que je ne suis jamais partie bien loin. » reconnaît-elle dans l’esquisse d’un sourire. Alors que d’autres ont vu les plus grandes cités américaines, New-York, Los Angeles, qu’ils voyagent dans les capitales raffinées d’Europe qu’elle n’a jamais vues qu’à la télévision ou dans ses anciens manuels de géographie ou qu’ils rêvent d’explorer des contrées plus exotiques avec un vélo et un sac à dos, Vesper, elle n’a jamais vu ni vouloir voir beaucoup plus loin que ces propres terres. Au-delà de l’Oregon, elle connaît un peu Seattle et l’état de Washington, et elle a dû dépasser la frontière entre Oregon et Californie une ou deux fois, il lui semble avoir un jour été jusqu’en Idaho – c’est tout, elle n’a en somme jamais été plus loin que les états frontaliers. Certains y verront une forme de lâcheté de ne pas avoir le courage de s’aventurer ailleurs, d’autres y décèleront un manque d’ambition que de rester cantonner à la stricte même place – ils n’auront peut-être pas complètement tord, toutefois pas non plus vraiment raison ; c’est simplement que Vesper se trouve à sa place où est elle et qu’elle n’y a jamais ressenti le manque de quoi que ce soit – et dans ce cas là pourquoi aller voir ailleurs ? Elle s’interroge ainsi sur ce qui a pu pousser Harper à quitter sa ville pour une autre qui lui est totalement inconnue, se demande si elle n’a jamais connu se sentiment rassurant de se sentir à sa place, à la maison. Sans être aussi intrusive, elle l’interroge à son tour : « Et toi, tu viens d’où au fait ? »

_________________
getting lost is just another way of saying 'going exploring' 1EykQjgg_o getting lost is just another way of saying 'going exploring' HRplln9C_o
the sea wants to kiss the golden shore – the sunlight warms your skin – all the beauty that's been lost before – wants to find us again
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Harper Edwards

messages : 51
name : Olivia
face + © : haley lu richardson (© neon cathedral)
multinicks : chad, emerson, jax, lydia, parker, stella, tobias, zoya
points : 423
age : 23
♡ status : free as a bird
work : helping hand @ regbo orchard
home : regbo orchard

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (closed) vesper, scott, norrie, desmond, luke

getting lost is just another way of saying 'going exploring' Empty
Message· · Sujet: Re: getting lost is just another way of saying 'going exploring' getting lost is just another way of saying 'going exploring' EmptyDim 21 Juil - 20:44

Harper, jusqu'à ce qu'elle arrive à Windmont Bay, n'avait jamais véritablement eu à se débrouiller toute seule. Elle était logée, nourrie, blanchie, on lui présentait les gens comme ils venaient; elle avait, finalement, vécu dans un univers assez clos la majorité de son existence. Si on exceptait la période où elle avait vécu avec ses grands-parents, évidemment. Cette période-là lui semblait comme un rêve lointain, chaque année, elle perdait un peu plus les rares souvenirs qu'elle gardait d'eux, aussi s'y raccrochait-elle comme elle pouvait, espérant qu'ils étaient fiers de la voir là, à l'autre bout du monde - ce qui lui apparaissait comme tel, en tout cas - à se décarcasser pour trouver un emploi digne de ce nom et un appartement à elle. Elle ne perdait pas espoir, la demoiselle, malgré son manque de qualifications, elle se disait qu'il devait bien y avoir du travail pour tout le monde, une place pour chacun - un bonheur à partager, où qu'elle aille, il suffisait qu'elle y croie.
- Génial! Je serai à l'affût! Dès qu'une affiche apparaîtra, je serai la première à pousser la porte pour proposer mes services, s'exclama joyeusement la demoiselle.
Il n'y aurait pas plus motivé qu'elle, elle en était certaine. Elle espérait juste que les commerçants ne préféreraient pas engager des étudiants, mais elle verrait bien le moment venu, à quoi bon s'inquiéter de ce genre de détail maintenant?
- Troisième à droite, encore à droite, descendre jusqu'à Ocean Avenue, répéta Harper, comme à chaque fois qu'elle devait enregistrer des informations, comme si les dire à voix haute l'aidait à les retenir. D'accord, ça ne me semble pas trop compliqué!
Elle fut toutefois ravie de la proposition de Vesper de la raccompagner et elle accepta celle-ci d'un grand sourire. Elle fut à deux doigts d'attraper sa nouvelle amie - parce que oui, il n'en fallait pas plus pour qu'Harper la considère ainsi - par le bras mais s'abstint toutefois, consciente qu'elle allait toujours trop vite, qu'elle jetait son coeur à la figure de n'importe qui et que ce n'importe qui n'avait pas forcément envie de le réceptionner. Peut-être que Vesper se montrait simplement polie - c'était sûrement le cas, d'ailleurs - et Harper ne voulait pas qu'elle regrette son élan de gentillesse.
Les deux jeunes femmes prirent donc la direction indiquée quelques secondes plus tôt et la conversation dévia vers un sujet sans doute assez bateau mais tout naturel pour des personnes qui ne connaissaient rien l'une de l'autre. Harper avait dès lors tout à apprendre et elle s'intéressa à la réponse de son interlocutrice, le nez légèrement levé, alors qu'elle la dévisageait, cet air fasciné qui était naturel chez elle peint sur ses traits d'enfant-femme.
Depuis toujours. C'était bien une réponse qu'elle n'aurait jamais pu offrir à quiconque, tiens. Elle était une sorte de déracinée, même si elle était restée longtemps en un même endroit. Sa vie était saccadée en plusieurs morceaux, plus ou moins heureux, mais la jeune Edwards ne s'appesantissait pas sur les choses qui faisaient mal et préférait se concentrer sur ce qui lui procurait du bonheur et la faisait sourire - ce qui était heureusement très divers, la demoiselle ayant appris depuis longtemps à s'accrocher aux petites choses qui font du bien: se promener dans les parcs, contempler un champ fleuri, chercher des formes dans les nuages, se laisser bercer par un morceau de country, tout était bon pour donner le sourire à la demoiselle.
- Moi non plus, je ne serais pas partie, je pense, si j'étais née ici, confirma Harper en glissant les yeux sur les maisons qu'elles longeaient.
Mais cela aurait signifié une autre vie et elle avait beau être une rêveuse invétérée, elle ne croyait pas à une autre vie, elle croyait à celle qu'on lui avait donnée, ici et maintenant, et qu'il n'y avait désormais qu'elle qui pouvait décider ce qu'elle en ferait, même si les éléments extérieurs - les employeurs potentiels, par exemple - ne lui facilitaient pas la tâche. Harper ne cherchait pas la facilité, elle voulait juste quelque chose à elle. Une vie à elle. Ne plus être la marionnette de quiconque.
Puis, la question naturelle, logique, lui revint et son nez se froissa, alors qu'elle haussait brièvement les épaules:
- Oh... On peut dire que je suis du midwest. J'ai grandi entre l'Illinois et le Missouri. Loin des lacs que je rêvais de voir... Mais maintenant j'ai trouvé mieux: un océan entier! s'exclama-t-elle en étendant les bras comme si elle cherchait à embrasser cette immensité d'eau qu'elle n'avait aperçue que de la fenêtre de sa chambre. Je n'ai même pas encore pu y tremper les pieds, pourtant. J'espère le faire bientôt. Ce week-end, peut-être? Je ne sais pas. Je verrai.
Cela ressemblait plus à un monologue et Harper s'en rendit compte et elle eut un petit sursaut alors qu'elle se tournait à nouveau vers la sirène:
- Quel est ton endroit préféré à Windmont Bay? J'ai entendu dire que les desserts chez Marceline's étaient délicieux! J'ai également entendu parler d'un phare et d'un vieux moulin. Il me tarde de les voir de mes propres yeux. Mais à coup sûr, je vais encore me perdre! Donc je vais attendre d'avoir pris mes marques, pour ne pas embêter tous les passants pour demander mon chemin.
Elle se moqua d'elle-même d'un petit gloussement et soupira.
Harper était heureuse d'être arrivée à Windmont Bay.
Elle étiat heureuse d'avoir croisé la route de Vesper.
Elle était heureuse d'avoir sa compagnie ce soir.

_________________

I know that I'm talking too much and I'll get nowhere trying to do it at once but oh my god, I wanna be someone. So stay young with me, cause I hope that it's you that I'll break my pact trying to run home to. Just stay young.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vesper Chapman

messages : 1109
name : anane.
face + © : marine vacth © EYLIKA & vocivus.
multinicks : ryan, joan.
points : 2263
age : twenty five.
♡ status : single.
work : carpentry worker @pioneer log homes.
home : small small house on pioneer oak.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ■■□□

getting lost is just another way of saying 'going exploring' Empty
Message· · Sujet: Re: getting lost is just another way of saying 'going exploring' getting lost is just another way of saying 'going exploring' EmptyDim 11 Aoû - 19:49

Vesper est la première à se nourrir des petits riens, à trouver son bonheur dans les choses les plus simples que la vie a à offrir. Il lui suffit de pas grand-chose pour être happée par cet état si ordinaire mais précieux de félicité qui vient l’emporter comme une vague de chaleur forte et douce à la fois : son morceau de folk préféré diffusé à la radio, la sensation de l’écume mousseuse de l’océan venant lécher ses pieds, le sourire de sa mère, l’odeur piquante de la menthe verte qui pousse dans certains coins de l’Oregon...
La compagnie d’Harper, à ses côtés ce soir-là, s’ajoute à la liste. Vesper s’amuse des gestes larges, rapides ou agités qui accompagnent chacun de ses mots, elle sourit de son enthousiasme sans borne qui n’est pas sans lui rappeler celui des petits, elle se délecte de cette faculté à être curieuse et emballée par tout ce que lui dit Vesper, quand bien même celle-ci n’est pas bien bavarde et ne raconte rien que de très ordinaire. Dans sa spontanéité, son ardeur constante et sa simplicité, la jeune fille a quelque chose d’attachant – de rafraîchissant, aussi, au même titre que la menthe poivrée et l’écume des vagues de l’océan.
« Ça doit te changer... » Vesper hausse vaguement les épaules, incapable d’ajouter quoi que ce soit. Elle qui n’est jamais allée plus loin que dans les états voisins n’a jamais poussé jusqu’au midwest – elle ne connaît rien de l’Illinois ni du Missouri, à vrai dire elle ne saurait que les placer sur la carte des Etats-Unis en faisant appel à ses souvenirs des cours de géographie datant d’une décennie. Elle ne peut toutefois que hocher la tête face à l’excitation perceptible de Harper lorsqu’elle mentionne l’océan – c’est, sans doute, l’un des éléments essentiels de son prore attachement à Windmont Bay et de fait l’une des raisons pour lesquelles elle ne s’imagine pas vivre ailleurs que dans le petite cité balnéaire. « Si tu loges au Majestic, tu peux rejoindre la plage quand tu veux. » répond-elle en esquissant un sourire, à la fois pour alimenter la conversation et peut-être offrir une nouvelle occasion à Harper de s’extasier sur les atouts que Windmont Bay a à offrir – même si celle-ci finit ses bavardages en l’interrogeant à son tour. « Mon endroit préféré ? Hm, je suppose ce sont que les criques qui bordent la côte du côté du phare... C’est un endroit calme, reposant, et magnifique du reste. » Ses lèvres s’ourlent d’un sourire alors que Vesper s’imagine Harper, impatiente et pleine de volonté comme elle semble l’être, n’attendre pas plus que le lendemain pour prendre sa carte des environs et partir explorer ce coin plus reculé de Windmont Bay dont elle lui vante les mérites.
« C’est courageux, quand même – de s’installer dans une nouvelle où l’on ne connaît personne... » Vesper jette un regard de côté vers Harper, exprimant ainsi à voix haute les pensées qui lui viennent au fil de sa conversation avec la jeune femme. Elle-même ne s’imagine pas prendre son sac à dos et décoller, seule qui plus est, vers une destination où elle n’a jamais mis les pieds – ce n’est, peut-être, pas seulement une question de courage mais d’une forme de volonté ou d’aspiration, et Vesper ne prétend pas à vouloir plus que ce qu’elle n’a déjà, ce quotidien ordinaire où sa place est toute faite et toute trouvée. Elle reconnaît à Harper ces qualités, quand bien même celle-ci peine sur certains points, comme à obtenir un emploi et à se repérer dans les environs – face à tant de bonne volonté néanmoins et à une personnalité si attachante, Vesper ne peut s’abstenir d’offrir une nouvelle fois son aide. « Tu sais, si jamais tu as besoin d’aide pour te repérer en ville, ou si je peux te dépanner à l’occasion en te déposant quelque part – n’hésite pas. »

_________________
getting lost is just another way of saying 'going exploring' 1EykQjgg_o getting lost is just another way of saying 'going exploring' HRplln9C_o
the sea wants to kiss the golden shore – the sunlight warms your skin – all the beauty that's been lost before – wants to find us again
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Harper Edwards

messages : 51
name : Olivia
face + © : haley lu richardson (© neon cathedral)
multinicks : chad, emerson, jax, lydia, parker, stella, tobias, zoya
points : 423
age : 23
♡ status : free as a bird
work : helping hand @ regbo orchard
home : regbo orchard

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (closed) vesper, scott, norrie, desmond, luke

getting lost is just another way of saying 'going exploring' Empty
Message· · Sujet: Re: getting lost is just another way of saying 'going exploring' getting lost is just another way of saying 'going exploring' EmptyJeu 15 Aoû - 15:00

Il y avait un jeu dont se souvenait Harper. Un jeu qu'elle jouait avec sa grand-mère. C'était un des rares détails qu'elle se remémorait avec vicacité, comme s'il était ancré dans son esprit, tatoué pour qu'il ne s'efface jamais. Cela pouvait se jouer partout et avec n'importe qui, d'ailleurs, plus tard, elle l'avait instauré avec certains de ses camarades. Quelques-uns étaient plutôt doués, d'autres ne voyaient pas l'intérêt et s'y prêtaient quelques minutes avant de se lasser. Le principe était simple: l'une des personnes choisissait un mot, peu importe lequel, et à partir de celui-ci, l'autre ajoutait un détail, débutait une histoire, pour que le premier prenne ensuite la relève. Le résultat, il pouvait varier grandement en fonction de la personne avec qui elle jouait. Avec sa grand-mère, ça prenait souvent l'allure d'une histoire où une petite fille - elle, en l'occurrence - partait dans de fantastiques aventures. Plus tard, avec les autres, ça ressemblait plus à une vie rêvée, bien différente de la leur. Parfois, il y avait du cynisme dans la tournure que prenait le récit mais Harper ne s'en rendait pas vraiment compte. Il était très doué pour ça. Et puis il y avait son ami qui n'y comprenait rien à son jeu mais se donnait beaucoup de mal pour lui faire plaisir. Au final, soit l'échange faiblissait, s'essouflait et finissait par se tarir, soit ça se concluait en éclats de rire qui lui donnaient des crampes. Quelle que soit l'issue, Harper ne s'était jamais ennuyée avec ce jeu et elle se demanda ce que ça donnerait si elle se lançait dans l'élucubration d'un tableau imaginaire. Sûrement quelque chose comme ceci: un hôtel, au bord de l'océan - un hôtel abandonné, où personne ne venait plus, parce que quelque chose de triste s'y était produite - un couple en fuite s'y était régugié, peut-être? - oui, un amour interdit, le garçon était un fils de bonne famille et la fille... - la fille était la fille de la servante?  - c'est ça! et comme on leur interdisait de s'aimer, ils seraient partis ensemble - c'est triste, mais au moins ils seraient heureux ensemble - sauf que le garçon serait tombé malade et... - oh non, c'est trop horrible! sa famille est venue le reprendre - mais n'est-ce pas pire encore? de le savoir vivant et malheureux? - mmh, ça dépend, ça laisse une ouverture si jamais il arrive à revenir à l'hôtel pour retrouver la femme qu'il aime? - oui, mais s'il n'y arrive jamais? alors la fille se serait laissée mourir et son âme hanterait encore les couloirs et les chambres de l'hôtel - tu es horrible, tu le sais ça? pourquoi tu ne peux jamais trouver une issue heureuse à ce jeu? - attends, ce n'est pas fini! tout le monde croirait l'hôtel hanté par cette âme en peine dont l'amour n'est jamais revenu à elle. mais il y aurait un moyen de rompre la malédiction: si un nouvel amour y nait! - comment ça? tu veux dire si une autre personne seule y trouve son âme soeur? - voilà! la jeune fille ne saurait pas où aller durant une tempête et se réfugierait là - si tu plagies la belle et la bête, ça compte pas - je te dis qu'il est abandonné, il n'y a donc personne dedans - et quand la tempête se calme? - le ciel se dégage et la jeune fille ouvre les fenêtres pour voir le décor, les arbres qui dégouttent encore de la pluie, la brume qui flotte et puis... sur la plage, une silhouette, tout juste une ombre floue, couchée dans le sable - oh! son âme soeur! - oui, la jeune fille se précipite pour lui porter secours et découvre que la personne respire toujours - ...
Harper pouvait ainsi passer des heures à rêver, à parler et c'est donc avec un sourire distrait qu'elle opina de la tête, en soufflant:
- Oui, j'avais besoin de changement...
Même si cela avait signifié faire quelques sacrifices, abandonner des gens dans son sillage. Cela en avait valu la peine, l'espoir était partout, même dans les récits les plus tristes et Harper voulait courir vers la lumière, pas s'enfermer dans l'obscurité. La demoiselle reporta un regard illuminé de joie vers son interlocutrice et lui confia:
- Le matin, il m'arrive de la longer, mais la marée a fait un si joli travail à lisser le sable que je n'ose pas y mettre un pied. Il y a parfois des traces de pas, une personne toute seule qui promène son chien et tu peux voir les zigzags du chien autour de son maitre. Les empreintes sont si nettes. J'aime bien ce genre de choses. Les traces dans la neige, c'est la même chose. Un tapis blanc et juste quelques signes qu'il reste de la vie, qu'une personne s'est promenée alors que les autres dormaient encore, par exemple. Je me demande toujours à quoi pensent les gens quand ils se baladent comme ça, sans croiser personne, comme si le monde était leur royaume à eux seuls. Penses-tu qu'ils se sentent en paix ou isolés?
Elle parlait trop, surtout pour dire n'importe quoi - tout ce qui pouvait traverser son esprit, en somme. Mais Harper ne pouvait pas s'en empêcher. Quand elle avait la chance de parler à quelqu'un, elle en profitait, car qui sait combien d'heures, ensuite, elle se retrouverait à se parler à elle-même, faute d'interlocuteur? Parfois, elle aurait aimé avoir un animal de compagnie, un chat, un chien, ou même un hamster, pour pouvoir s'adresser à quelqu'un, même sans obtenir de réponse. Quelques semaines plus tard, elle trouverait cette oreille rigolote en Bug, le vieux cheval solitaire de Norrie Regbo.
- Il faudra que j'aille les voir, alors.
Ce n'était peut-être pas évident mais Harper aimait aussi les endroits calmes et reposants, il faudrait juste qu'elle s'efforce de ne pas troubler la quiétude de ses bavardages intempestifs mais elle pensait en être capable. Après tout, elle ne voulait surtout pas déranger les gens et si certaines personnes venaient là pour le silence et respirer l'air salé, elle n'allait pas les en priver.
Le sourire d'Harper prit toutefois une teinte un peu amère quand Vesper déclara qu'il fallait être courageux pour s'installer dans un endroit où on ne connait personne. Elle retrouva cependant son air naturellement joyeux en s'exclamant:
- J'avais besoin de changer d'air. Je ne sais pas si c'était courageux mais c'était nécessaire, en tout cas. Et une fois que la décision était prise, il ne restait qu'à faire mon sac et partir.
Elle haussa les épaules. Après tout, sans mère, sans famille (elle n'avait plus vu son père depuis trois ans au moins, au moment où elle avait quitté sa petite chambre anonyme), sans véritable possession, elle n'avait pas eu grand-chose à laisser derrière elle. Quant au garçon qui l'avait aidée à partir, qui l'avait encouragée à voler de ses propres ailes, il le lui avait dit: il n'aimait pas les adieux, il préférait qu'elle parte sans lui dire au revoir, qu'un jour elle ne serait plus là et il n'aurait qu'à se dire c'est pour le mieux. Le faire avait été plus douloureux que le reste mais Harper avait exaucé son souhait et était partie sans l'avertir.
- C'est vrai? Tu es sûre que ça ne te dérangerait pas? demanda Harper, sans cacher sa joie d'entendre une telle proposition. Mais je ne voudrais pas t'embêter! Et puis, si ça te dit, on pourrait faire autre chose aussi, qui n'implique pas que tu me rendes service d'une manière ou d'une autre, je veux dire? Même juste se promener ou aller voir ces jolies criques dont tu as parlé? Je te jure qu'il m'arrive de me taire, je ne t'embêterais pas! Sauf si tu préfères y aller seule, bien sûr. Alors nous pourrions faire autre chose. Aller goûter ces fameuses pâtisseries, peut-être? Je ne suis jamais allée dans un musée non plus.
La demoiselle se mit à réfléchir à tout ce qu'elles pourraient faire à Windmont Bay. Puis elle se rappela que Vesper était native de la ville et qu'elle avait sûrement déjà plein de gens à voir.
- Enfin, seulement si ça te dit, évidemment. Comme tu l'as dit, je ne connais personne. A part toi, je veux dire. J'ai besoin d'amis.
Harper ne faisait que relever l'évidence et elle haussa les épaules, un sourire doux et un peu embarrassé aux lèvres. Peut-être qu'un jour elles pourraient jouer à son jeu. Elle se demandait quel genre de conteuse serait Vesper. Elle trouvait que la façon dont les gens s'y adonnaient révélait beaucoup de leur personnalité. Ce n'était sans doute pas le meilleur moyen de juger du caractère de quelqu'un, c'était bien trop complexe pour ça, mais ça donnait en tout cas un bon aperçu.

_________________

I know that I'm talking too much and I'll get nowhere trying to do it at once but oh my god, I wanna be someone. So stay young with me, cause I hope that it's you that I'll break my pact trying to run home to. Just stay young.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




getting lost is just another way of saying 'going exploring' Empty
Message· · Sujet: Re: getting lost is just another way of saying 'going exploring' getting lost is just another way of saying 'going exploring' Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
getting lost is just another way of saying 'going exploring'
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lost Element
» [Creepypasta] Lost Silver
» NUMÉRO QUATRE - The Lost Files
» Jade - The little flower is lost in this big world
» Inscriptions pour la Partie 70 - Lost in Thiercelieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Pioneer Oak-
Sauter vers: