Partagez
 

 just a girl trying to find her place in the world

Aller en bas 

Harper Edwards

messages : 63
name : Olivia
face + © : haley lu richardson (© neon cathedral)
multinicks : chad, emerson, jax, lydia, parker, stella, tobias, zoya
points : 542
age : 24
♡ status : free as a bird
work : helping hand @ regbo orchard
home : regbo orchard

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (open) vesper, scott, norrie, luke

just a girl trying to find her place in the world Empty
Message· · Sujet: just a girl trying to find her place in the world just a girl trying to find her place in the world EmptySam 25 Mai - 3:34

SCOTT + HARPER
@Scott Danvers


Assise sur un banc dans le hall, Harper attendait. Elle s’agitait peut-être un peu trop pour avoir l’air de le faire patiemment, mais elle attendait. Elle triturait le bouton de son petit sac à main doré, se mordillant la lèvre, légèrement anxieuse. Chaque fois qu’un policier entrait dans le commissariat, pourtant, un sourire s’étalait sur ses lèvres et elle faisait un petit geste de la main à ceux qui lui jetaient un coup d’oeil. L’endroit semblait grouiller de beaux hommes et le coeur de papillon de la demoiselle s’enivrait de cette virilité éclatante. Comment ne pas se sentir en sécurité en voyant ces uniformes et ces badges étincelants, ces hautes statures et ces larges épaules ? Harper croisait les doigts pour que cette fois-ci soit la bonne, qu’on accepte de considérer son CV sans se soucier des quelques zones d’ombre. L’essentiel n’était-il pas de lui laisser une chance de prouver ce qu’elle valait ? Elle était quelqu’un de sérieux, de motivé, et dans cet environnement, elle en était sûre, elle apporterait sa petite touche de couleur. Ils ne le regretteraient pas. Elle n’avait pas peur d’évoluer dans un milieu essentiellement masculin, elle avait l’habitude des blagues vaseuses, de la brusquerie, parfois. Pourtant, elle semblait complètement aveugle et sourde aux bourdonnements car, tout à coup, les uniformes se faisaient plus nombreux, les passages plus fréquents et, à chaque fois, on posait sur elle un regard qu’elle jugeait amical mais qui, pour n’importe qui d’autre, aurait clairement été identifié comme interloqué et un peu moqueur. Certains avaient trouvé un prétexte pour revenir traîner près des bureaux d’accueil et chaque fois Harper les accueillait avec un sourire. Elle ne se dit pas que, peut-être, sa jupe en jean qui s’arrêtait à mi-cuisse quand elle était debout, était remontée un peu trop haut quand elle s’était assise sur la banquette, ni que son top troué qui laissait entrevoir son soutien-gorge rose puissent avoir créé des vibrations chez les jeunes recrues, et qu’un léger brouhaha n’avait pas tardé à traverser le vestiaire quand on avait repéré la gamine qui patientait dans le hall.
Finalement, au bout d’une vingtaine de minutes, une sorte de raideur vint mettre de l’ordre dans l’agitation et la plupart des jeunes hommes se volatilisèrent, à la grande déception de Harper. Les allées et venues se firent à nouveau irrégulières et, au bout d’une nouvelle dizaine de minutes, le monsieur derrière le comptoir l’interpella. Sautant sur ses pieds, agrandie par ses semelles compensées, Harper rejoignit le comptoir et y posa son sac à paillettes. Lorsque l’homme de l’ordre l’interrogea sur la raison de sa venue, Harper lui expliqua qu’elle cherchait un emploi et qu’elle était venue postuler spontanément. Elle sortit son CV avant qu’il puisse l’en dissuader et il le prit prudemment, comme s’il s’agissait d’une bombe à retardement. Harper l’observa tandis qu’il parcourait les lignes et quand il commença à secouer la tête, la mine de la demoiselle se fissura. Il fallait envoyer un e-mail, lui expliqua-t-il, en allant sur le site, elle trouverait l’adresse de contact. S’il y avait un poste libre et qu’elle était envisagée, elle serait contactée pour un entretien. Il lui rendit son CV et Harper le reprit, non sans s’exclamer, déçue :
- Mais je n’ai pas Internet. Ni même d’adresse e-mail...
Il lui assura que ce n’était pas très compliqué à créer et lui souhaita une bonne journée. Consciente qu’il ne servait à rien d’insister, Harper esquissa un sourire moins lumineux que ceux qu’elle avait offerts aux jeunes policiers auparavant, puis elle sortit du commissariat, les épaules alourdies par un nouvel échec. Elle avait presque envie de pleurer – mais seulement presque – et elle ravala son désarroi. Elle commençait à croire qu’elle avait postulé partout et qu’il n’y avait donc aucun endroit pour lui offrir un emploi mais elle n’avait pas fait tout ce chemin pour être écartée comme ça et elle persévérerait. En attendant, elle se dirigea vers un banc, à quelques mètres de l’entrée et s’y laissa tomber avec un soupir pour réfléchir à la suite de la journée et aux endroits qu’elle pourrait visiter. Elle aurait aimé pouvoir appeler quelqu’un, parler à un ami, se délester de ses doutes mais elle avait précisément tout abandonné dans son sillage et elle était donc tout à fait seule. Aussi lui fallait-il rebondir au plus vite et ne pas se laisser abattre. Elle porta le regard au loin et repéra le parking où elle avait débarqué deux semaines plus tôt, quand tout lui semblait encore possible, quand chaque enseigne lui paraissait lumineuse. À présent, elle pouvait dessiner mentalement une croix sur les magasins qui l’avaient rejetée. Peut-être qu’elle pourrait tenter au Mickey’s, les gens avaient eu l’air gentils, là-bas. Mais peut-être était-ce venu du fait qu’elle y était cliente, comment serait-elle accueillie avec son statut de demandeuse d’emploi ? Son regard balaya lentement le paysage, passa sur un grand brun pas loin, le dépassa puis revint sur lui. Il lui semblait l’avoir aperçu dans le commissariat, tout à l’heure et, aussitôt, un rayon de soleil vint à nouveau réchauffer son coeur en pleine désolation.
- Bonjour! lança-t-elle en levant la main, faisant cliqueter les bracelets en métal qui lui ornaient le poignet. Vous travaillez au Sheriff’s Office, n’est-ce pas ? Est-ce que vous savez s’il y a un poste administratif ouvert ? Ou même autre chose. Je peux m’adapter à tout. À part être policière. Ça, évidemment, je ne pourrais pas. Il faut avoir suivi des cours pour ça.
Comme s’il avait besoin qu’on le lui explique, songea-t-elle. Peut-être qu’elle devrait orienter ses démarches autrement, en commençant par aller à l’école, pour obtenir un diplôme. À coup sûr, ça faciliterait ses recherches ensuite. Mais elle n’avait jamais été très douée à l’école et n’était pas sûre d’avoir le courage d’étudier pendant un an. De toute façon, il lui faudrait un emploi si elle voulait pouvoir rester et elle ne voyait pas comment combiner un travail et des études alors elle était de retour à la case départ, abattue sur son banc, devant le commissariat de Windmont Bay.

_________________

I know that I'm talking too much and I'll get nowhere trying to do it at once but oh my god, I wanna be someone. So stay young with me, cause I hope that it's you that I'll break my pact trying to run home to. Just stay young.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
a mess of good intentions gone wrong.

Scott Danvers

messages : 1214
name : faustine.
face + © : cd ⋅ ©self, tumblr.
multinicks : sami ⋅ resen ⋅ amber ⋅ kate ⋅ kelley ⋅ billie ⋅ jimmy.
points : 2642
age : twenty nine ⋅ [09|04]
♡ status : mingling.
work : wbso deputy.
home : with avery and trent on crescent lane.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed | lexi, mila, parker, tommy, harper

just a girl trying to find her place in the world Empty
Message· · Sujet: Re: just a girl trying to find her place in the world just a girl trying to find her place in the world EmptyMer 5 Juin - 11:01

C'était l'amusement du jour. Scott n'avait pas tardé à entendre les murmures de couloirs au sujet d'une gamine à l'allure détonante entre les quatre murs du commissariat de Windmont, dont les couleurs ne semblaient pas à l'ordre du jour, en dehors des quelques-uns qui pouvaient se permettre de porter des vêtements civils à l'intérieur. Deux jeunes recrues avaient évoqué une demoiselle à la jupe un peu trop courte, au t-shirt aguicheur à leurs yeux – et leur libido en mal d'action –, et le débat semblait donc tourner autour du fait qu'elle en était consciente ou non, selon eux (des remarques de gamins, certes, mais qui parvenaient à attiser la curiosité de Danvers malgré tout). L'espace d'un instant, Scott tenta d'imaginer le denim remontant un peu trop haut, le soutien-gorge rose qui pointait le bout de son... nez au travers d'un tissu troué, des chaussures compensées et un sac brillant, et il se demanda quel genre de spécimen avait été repêché là, et par qui. Loin de lui de tirer des conclusions hâtives – pas son genre –, il laissa sa curiosité prendre le dessus et profita de sa petite pause-café improvisée pour se glisser à son tour dans le hall du Windmont Bay Sheriff Office, son regard ne tardant pas à trouver la demoiselle qui mettait en alerte les sens des garçons du commissariat. Son café à la main, il s'approcha de Jensen et échangea quelques mots avec lui, croisant à quelques reprises le regard de cette inconnue, qui lui adressa un sourire à chaque fois. Elle n'avait pas l'air bien méchante, au contraire, et sans doute un brin naïve sur les attentions ou les avis qui se posaient sur elle ; elle prenait avec le sourire chaque regard qui lui était adressé, même ceux qui n'étaient pas toujours totalement bienveillants, au grand dam de Scott. Même s'il n'acceptait pas certaines paroles à son égard, grossières et susceptibles d'être réprimandées par les policiers eux-même en dehors de la protection qu'offrait la délimitation du commissariat, il comprenait l'attrait et le fait qu'elle fasse parler d'elle alors que personne ne semblait savoir ne serait-ce que son prénom, et encore moins d'où elle sortait. Comme les autres, il s'était pris au jeu de se poser quelques questions à son sujet, voyant en elle à son tour la diversion de la journée parmi les affaires souvent un peu plus sordides sur lesquelles ils étaient chargés de s'épancher – du soupçon de vol de chat à une agression plus inquiétante qui avait eu lieu sur les pavés les moins bien fréquentés de la ville, l'éventail de questionnements se dressait devant eux. Quelques minutes s'écoulèrent avant qu'il ne soit renvoyé à son bureau, acceptant l'évidence de la nécessité de reprendre ses activités là où il les avait stoppées lorsque son indiscrétion avait frappé et l'avait mené dans le hall. Son café était déjà terminé, sa conversation avec Jensen s'était essoufflée, et Scott se laissa retourner à la réalité en reprenant en main le dossier dont il était chargé depuis quelques jours déjà, tentant de démêler le vrai du faux, et de mener à une piste exploitable. Ses quelques minutes de pause prises à la dérobée ayant réussi à passer suffisamment inaperçu, il se leva au bout d'un moment, glissant déjà une cigarette entre ses lèvres et faisait tourner son briquet entre ses doigts comme il le faisait aussi parfois avec son stylo comme pour s'aider à réfléchir, et traversa les couloirs jusqu'à arriver au hall, puis sur le devant du commissariat. À peine le pied mit dehors, la flamme dansa au bout de sa cigarette et une longue inspiration remplit ses poumons d'un mélange d'air et de goudron qu'il regretterait peut-être d'ici quelques années. Il expira après avoir gardé un bref instant la fumée dans sa poitrine, et laissa son regard glissé autour de lui en arquant un sourcil lorsqu'une main s'agita dans sa direction, attirant son attention grâce aux cliquetis qui s'en échappaient un peu au loin. Scott reconnu rapidement qui cherchait à l'interpeller, alors qu'il découvrait la silhouette dressée de l'inconnue qui avait provoqué, probablement sans même le savoir, un petit effet sur le personnel du bâtiment juste derrière lui. S'approchant d'elle alors qu'elle s'adressait à lui, il prit un bref instant pour se familiariser un peu à ses traits, penchant légèrement la tête sur le côté en la regardant. « Je suis désolé, j'en ai aucune idée, ça n'est pas les endroits où je bosse. » Peut-être cela lui donnait-il un air de prétentieux ou d'arrogant d'affirmer quelque chose comme ça, mais il ne se voyait pas mentir pour autant et lui dire ou ou non quand l'une des deux réponses était forcément fausse. « C'est pour ça que vous traîniez dans le hall tout à l'heure ? Qu'est-ce qu'ils vous ont dit à ce sujet ? » Il avait entendu d'une place qui devrait se libérer bientôt au niveau des standards, un départ en congés maternité d'une des femmes s'occupant de répondre au téléphone – entre autres –, mais n'étant toujours pas sûr des informations qu'il pourrait donner, il préféra se taire à nouveau sur ce point, la regardant plutôt de ce même air curieux qu'il avait eu un peu plus. « Sans vouloir vous froisser, vous n'avez pas tellement la dégaine du genre de personnes qui se pointe ici pour demander un emploi. Certains de mes collègues l'ont d'ailleurs eux-même relevé. » Il esquissa un petit sourire dans sa direction pour s'assurer qu'elle ne prenne pas mal ses propos, même si quelque chose lui disait qu'il serait difficile pour elle de les prendre ainsi.

_________________
[ he’s the kind of boy who hoards the stars in his mouth to give you a taste of heaven, even if it scorches his tongue. -- @tumblr ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Harper Edwards

messages : 63
name : Olivia
face + © : haley lu richardson (© neon cathedral)
multinicks : chad, emerson, jax, lydia, parker, stella, tobias, zoya
points : 542
age : 24
♡ status : free as a bird
work : helping hand @ regbo orchard
home : regbo orchard

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (open) vesper, scott, norrie, luke

just a girl trying to find her place in the world Empty
Message· · Sujet: Re: just a girl trying to find her place in the world just a girl trying to find her place in the world EmptySam 22 Juin - 13:22

Elle y était allée une fois, dans un commissariat. Ça remontait à deux ans et elle s’était retrouvée derrière les barreaux pour une nuit. Par chance, le policier qui l’avait arrêtée avait fini par lui assurer que rien n’apparaîtrait sur son casier, ce pour quoi elle avait été reconnaissante. Elle l’avait remercié avec effusion, avait remarqué son embarras et avait fini par quitter les lieux. Elle avait fait ensuite fait en sorte de ne plus jamais revivre la même expérience. Non pas que le passage en cellule avait été désagréable, juste un peu ennuyeux, mais il valait mieux ne pas trop attirer ce genre d’attention et elle s’était évertuée à montrer patte blanche en tout occasion. Si son casier judiciaire avait été marqué à jamais, sans doute n’aurait-elle pas osé pousser la porte du Sheriff’s Office pour y chercher du boulot. Elle n’était pas si bête. Elle aurait toutefois été curieuse de voir l’envers du décor, comment se passaient les journées pour un poste de police, suivre une affaire passionnante en direct – heureusement, elle n’était pas encore à Windmont Bay lorsqu’il y avait eu la succession d’enlèvements mais elle en avait entendu parler, forcément, et elle trouvait l’histoire atroce – aider les gens qui en avaient besoin. Car elle savait, aussi, que le métier ne se résumait pas à arrêter les méchants pour les mettre en prison – pour dégriser ou pour un séjour plus prolongé – mais que les policiers intervenaient dans toutes sortes de situations. Harper n’en aurait malheureusement pas l’opportunité, comme elle avait pu le comprendre à la façon dont elle avait été congédiée. Elle ne nourrissait pas trop d’espoirs de ce côté-là, même si elle laissa penser le contraire en interrogeant l’homme devant le bâtiment. En réalité, toute occasion était bonne pour nouer la conversation avec de parfaits étrangers – qui sait, peut-être que l’un d’eux finirait par ne plus être un inconnu, il pourrait devenir une connaissance, voire un ami ! Harper n’en demandait pas davantage. Était-ce déjà trop ?
- Oh, d’accord, tant pis..., fit-elle avec un bref haussement d’épaules qui devait lui donner des airs de gamine déçue, mais elle se reprit bien vite, alors que son sourire s’accentuait. Vous travaillez à quels endroits?
Elle était curieuse, elle ne le cachait pas. Ça n’était tout de même pas impertinent de demander une chose pareille ? Et puis, cela lui paraissait naturel de s’engouffrer dans la brèche. S’il avait simplement répondu qu’il n’en savait rien, elle n’en aurait pas eu l’occasion. Elle joua distraitement avec ses bracelets en le considérant – elle n’allait pas mentir non plus, il était bel homme, ça n’était pas négligeable – et elle gloussa lorsqu’il l’interrogea à son tour et elle hocha la tête pour confirmer :
- Oui, je cherche un travail, je viens d’arriver en ville et j’aimerais pouvoir trouver un appartement.
Consciente que ce genre d’aveu pouvait également amener des questions plus personnelles – d’où venait-elle ? Pourquoi était-elle venue à Windmont Bay ? - elle se dit qu’elle répondrait de façon évasive, comme toujours, ou mentirait un peu – un tout petit peu. Elle ne voyait pas l’intérêt d’évoquer le passé, si elle avait fait le périple jusque dans l’Oregon, après tout, c’était parce qu’elle voulait rompre avec son passé et ne plus avoir à s’en soucier.
- Le monsieur à l’accueil m’a dit que je devais postuler via le site, apparemment, les candidatures spontanées, ce n’est pas trop à leur goût.
Elle songea bien qu’avec un ami à l’intérieur, elle aurait peut-être pu être pistonnée mais elle ne connaissait pas grand-monde en ville – en réalité, elle ne connaissait que Vesper, elle devait bien l’admettre, et encore, elle ne savait pas grand-chose de la belle sirène pleine de mystères – et elle savait dès lors ses chances minces pour arriver à ses fins. Pensive, Harper se mordillait la lèvre inférieure quand l’homme reprit la parole et elle leva vers lui ses yeux, où la naïveté était tapie. Elle dévisagea un instant le policier, n’étant pas certaine de comprendre ce qu’il sous-entendait avant de baisser les yeux sur sa tenue. Perplexe, elle fronça les sourcils et s’exclama en relevant le nez vers son interlocuteur :
- Oh… Je ne comptais pas venir tous les jours comme ça. J’ai des vêtements plus sérieux. J’aurais peut-être dû opter pour eux.
Harper eut une petite grimace embarrassée. Elle avait failli dire des vêtements plus ennuyeux – elle aimait les couleurs, les paillettes. Elle aurait dû y penser, évidemment. Elle eut un bref soupir de lassitude en réalisant que son manque de réflexion lui avait peut-être coûté une place, si pas ici, ailleurs, parce qu’elle s’était vêtue ainsi depuis son arrivée.
- Soyez honnête : vous croyez qu’il m’a remballée à cause des trous dans mon t-shirt ?
Il faudrait peut-être qu’elle revoie sa garde-robe entière, à ce stade. Pinçant les lèvres, elle réfléchit une seconde puis avoua, un peu dépitée :
- C’est la première fois que je dois chercher un emploi. Je fais sûrement toutes les erreurs de débutant possibles… Ne pas porter de haut troué, check ! dit-elle comme si elle notait l’information dans un bloc-note imaginaire.
Elle n’avait pas honte de son étourderie. Elle avait toujours été un peu maladroite, cette situation n’était donc qu’une énième à ajouter à la longue liste de ses erreurs passées. Elle avait fait pire, elle ferait plus attention la prochaine fois. En attendant, elle ne sut pas trop quoi faire ensuite. Ce nouvel échec ne lui donnait pas particulièrement envie d’aller au devant d’un autre rejet – à coup sûr, sa tenue gênerait un prochain employeur potentiel aussi – et elle n’avait pas envie de retourner au Majestic pour se changer. Pas immédiatement en tout cas. Elle soupira et reporta son attention sur le policier pour lui adresser un autre sourire :
- Vous avez toujours su que vous vouliez être policier? s’enquit-elle.
Après tout, pourquoi ne pas poursuivre la conversation puisqu’il semblait en pause et elle n’était pas pressée de quitter son banc.

_________________

I know that I'm talking too much and I'll get nowhere trying to do it at once but oh my god, I wanna be someone. So stay young with me, cause I hope that it's you that I'll break my pact trying to run home to. Just stay young.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
a mess of good intentions gone wrong.

Scott Danvers

messages : 1214
name : faustine.
face + © : cd ⋅ ©self, tumblr.
multinicks : sami ⋅ resen ⋅ amber ⋅ kate ⋅ kelley ⋅ billie ⋅ jimmy.
points : 2642
age : twenty nine ⋅ [09|04]
♡ status : mingling.
work : wbso deputy.
home : with avery and trent on crescent lane.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed | lexi, mila, parker, tommy, harper

just a girl trying to find her place in the world Empty
Message· · Sujet: Re: just a girl trying to find her place in the world just a girl trying to find her place in the world EmptyVen 26 Juil - 17:58

Sa cigarette dansait entre ses lèvres alors qu'il détaillait le spécimen face à lui, devenu l'espace de longues minutes le centre de toutes les attentions à l'intérieur du commissariat. Elle détonnait dans le paysage auquel il était habitué depuis tant d'années ; Windmont Bay les avaient vus grandir, lui et bien d'autres avec, et si quelques exubérances avaient fait leur apparition par phases au fil des ans (il se rappelait, d'ailleurs, de sa propre phase où il se prenait pour un chanteur de métal, puis pour un rappeur, avant d'abandonner toute idée saugrenue du genre), aucune ne laissait la même impression que la petite femme qui se tenait désormais face à lui. Si des regards d'un genre différent les uns des autres s'étaient posés sur elle à plusieurs reprises alors qu'elle se tenait encore à l'intérieur du vieux bâtiment, face à un réceptionniste sceptique et cherchant sans doute un indice d'une quelconque caméra cachée quelque part, Scott n'affichait vers elle qu'une mine curieuse et, peut-être un peu, une envie de gratter la surface pour voir ce qu'il se cachait derrière sa tenue, ses bracelets tintant les uns contre les autres, ses chaussures compensées qui ne faisaient, ironiquement, qu'appuyer sur la petitesse de sa silhouette, contrastant avec son mètre quatre-vingt-seize, et les quarante centimètres approximatifs qui devaient les séparer lorsqu'elle avait les pieds au sol. Glissant ses doigts autour de la cigarette et tournant légèrement le visage pour ne pas lui souffler sa fumée en pleine figure, il l'observa malgré tout encore et se dit à lui-même qu'il s'agissait peut-être d'une occasion de, justement, retirer le vernis que tout à chacun mettant sur soi pour apprendre à en savoir plus sur elle. Il haussa alors simplement des épaules à la question qu'elle lui posa. « Selon vous, à quel poste est-ce que je pourrais bien bosser ? » Ce n'était pas comme si son badge ne trônait pas fièrement contre sa poitrine qu'il bomba plus dans un réflexe inconscient que dans l'envie de lui donner un indice sur la réponse à avoir, brillant sous les rayons du soleil qui tombaient sur eux dans la naissance de l'été qui s’approfondissait un peu plus à chaque jour qui passait. « Deputy » écrit en noir sur fond doré, elle ne pouvait certainement pas le raté, et Scott se voyait au passage offrir l'opportunité de faire preuve d'un peu de fierté pour le job qu'il avait décroché après un travail non négociable pour en arriver là. Bien sûr, ses ambitions n'étaient pas mortes maintenant qu'il en était arrivé à ce stade ; il se voyait encore grimper les échelons, pourquoi pas récupérer le poste du shérif lorsqu'il se déciderait à partir en retraite, dirigeant à son tour cet endroit qui avait toujours été une partie immense de sa vie. Son attention reportée sur elle, il acquiesça brièvement, tira une nouvelle fois sur sa cigarette et emprisonna quelques secondes la fumée dans ses poumons avant de l'expirer en même temps que ses mots glissèrent entre ses lèvres. « Je ne sais pas ce qu'il en sera même si vous postulez depuis le site, sincèrement. Mais je pense que vous pouvez trouver certains endroits en ville à la recherche de quelqu'un. Veillez simplement à ne pas trop tarder, parce que les étudiants du coin ont probablement commencé à postuler pour les jobs saisonniers. » Lui-même s'y prenait des mois en avance pour réussir à obtenir une place quelque part ; tous ses étés, il les avait passés à la plonge du diner de Windmont, l'eau jusqu'au coude et le corps rafraîchit par cette dernière alors que le reste de la cuisine agonisait sous la chaleur. Il ne s'en était jamais plaint ; ça n'était pas facile, mais au moins gagnait-il un peu d'argent à mettre de côté. Glissant le regard une nouvelle fois sur la tenue de la demoiselle, il pinça légèrement des lèvres et secoua un peu la tête. « Je pense simplement qu'ils n'ont pas l'habitude de voir quelqu'un avec ce genre d'ensemble, alors ça les a pris au dépourvu – je pense même que certains se sont amusés à imaginer les femmes qui bossent avec nous dans ce genre de tenue. À mon avis, si vous voulez retenter votre chance, vous y arriveriez mieux avec autre chose sur le dos, mais je ne doute pas qu'il y ait d'autres endroits en ville où ça ne poserait pas de problème. » Le commissariat, ça restait quelque chose de particulier, après tout. Une ambiance que l'on ne retrouvait pas nécessairement partout ailleurs, ni même les principes similaires aux bars ou restaurants du coin, par exemple. Elle se sentirait alors plus à sa place ailleurs, imaginait-il. Laissant le silence confortable retomber entre eux pour quelques secondes, qu'elle vint briser à nouveau avec une autre question, il glissa les yeux vers elle et laissa un petit sourire poindre au détour de ses lèvres. « Quasiment. Mon père – beau-père – était policier, faut croire qu'il m'a refilé le syndrome. À partir de là, je ne me suis jamais défait de l'idée. » Un air amical sur le visage, il la désigna d'un mouvement de menton. « Vous avez toujours voulu bosser dans un commissariat ? » Il tira une nouvelle taf, se doutant de la réponse qu'elle pourrait lui donner, et finit, après une réalisation soudaine qu'il ne connaissait pas son prénom, par tendre sa main vers elle. « Je suis Scott, au fait. »

_________________
[ he’s the kind of boy who hoards the stars in his mouth to give you a taste of heaven, even if it scorches his tongue. -- @tumblr ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Harper Edwards

messages : 63
name : Olivia
face + © : haley lu richardson (© neon cathedral)
multinicks : chad, emerson, jax, lydia, parker, stella, tobias, zoya
points : 542
age : 24
♡ status : free as a bird
work : helping hand @ regbo orchard
home : regbo orchard

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (open) vesper, scott, norrie, luke

just a girl trying to find her place in the world Empty
Message· · Sujet: Re: just a girl trying to find her place in the world just a girl trying to find her place in the world EmptyDim 4 Aoû - 7:46

Harper se souvenait avoir imité ces femmes élégantes qui passaient dans la rue, inconscientes de la gamine qui les observait de sa chambre. Certains auraient dit qu'elle les singeait, tant elle manquait de cette grâce féline qui irradiait d'elles. Elles portaient le tailleur comme une armure, marchaient sur leurs talons hauts comme s'ils s'agissaisent du prolongement naturel de leur corps, savaient doser le maquillage d'une main experte. Même leur regard semblait distant, presque féroce, et c'était peut-être ce que ça faisait de vivre dans un monde de requins, se disait Harper. Elle n'avait jamais pu côtoyer ces Amazones qui semblaient appartenir à un autre monde - à moins que ça soit elle, Harper Edwards, qui n'ait jamais appartenu au leur. Qu'on lui prête l'une de ces jupes étroites assorties à un blazer, qu'on lui arrange un joli chemisier soyeux, qu'on la perche sur des escarpins et qu'on la maquille savamment ne leurrerait personne. Harper était trop maladroite, trop vive, trop souriante et trop spontanée pour pouvoir se mêler à cette foule d'anonymes. Avant midi, il était certain que des mèches s'échappaient de son chignon, que l'un de ses bas était filé, qu'elle se tortillait les chevilles, trahissant l'envie d'ôter ses chaussures. N'importe laquelle de ces sirènes serait entrée dans ce commissariat et aurait obtenu un poste, n'aurait pas été jaugée comme elle l'avait été par le réceptionniste, et en un sens, si ça dépitait quelque peu la demoiselle, elle ne s'en étonnait pas non plus. Pas surprenant qu'elle se soit toujours trouvée au bas de la chaine, qu'elle ait rêvé le monde depuis sa chambre, qu'elle ne soit jamais allée bien loin jusqu'à ce qu'il lui prenne l'envie subite de tout quitter pour l'autre bout du pays. On ne pouvait même pas vraiment parler d'ambition parce qu'Harper n'aspirait pas à avoir un bon job, le genre qui payait bien et permettait des extravagances. Elle voulait juste une place à elle, quelque part, des gens qui deviendraient ses amis, des gens qu'elle choisirait plutôt que ceux qu'on lui avait imposés toute sa vie. Harper avait trop longtemps été un pantin et il avait fallu qu'un garçon aussi paumé qu'elle lui souffle qu'elle pouvait faire ce qu'elle voulait pour qu'elle se mette à envisager la possibilité de s'en aller.
Harper prit une mine concentrée, la bouche pincée et les sourcils légèrement froncés, en le détaillant de haut en bas. Le badge était fièrement épinglé sur son torse et il avait de l'allure, c'était certain. Aussi la jeune femme tenta, sans grande assurance - et surtout en se disant que s'il s'agissait bien de celui à qui elle pensait, sa carrière au Windmont Bay Sheriff's Office était carrément enterrée:
- Vous êtes... le shérif?
Il lui paraissait un peu jeune pour incarner une telle autorité mais après tout, qu'en savait-elle? Avec sa carrure, il en imposait et peut-être avait-il à son actif quelques exploits qui avaient propulsé sa promotion au grade le plus important?
La demoiselle écouta les sages conseils du policier, hocha la tête puis soupira. Quelles étaient les chances qu'on la préfère à un étudiant qui coûtait sûrement moins cher? Elle pourrait arguer qu'elle pouvait être aussi malléable qu'un adolescent en ce qui concernait les horaires, mais est-ce que cela suffirait? Elle en doutait quelque peu. Elle ne perdait pas espoir, toutefois. Le destin avait désigné Windmont Bay - même s'il s'agissait plutôt du hasard et de l'endroit sur lequel son doigt avait arrêté le globe - et elle était donc persuadée d'y trouver une petite place pour elle et ce même si elle devait se mettre à se déguiser, abandonnant ses tenues colorées pour des vêtements plus tristes. Rien ne l'empêcherait de mettre ce qu'elle avait envie quand elle ne travaillerait pas, après tout.
- Ah oui? Quels genres d'endroits? demanda-t-elle, une pointe d'ironie blessée dans la voix.
Elle fut tentée de lui demander ce qu'il insinuait exactement, mais ce n'était pas vraiment dans son tempérament et il se pouvait qu'il ne sous-entendait rien du tout.
- Pourquoi faut-il toujours que les gens se fient aux vêtements pour juger quelqu'un?
Ce n'était malheureusement pas la première fois qu'on lui faisait sentir que sa manière de s'habiller n'était pas conforme aux goûts généraux, mais en quoi cela les dérangeaient-ils? Ce n'étaient pas eux qui devaient porter ces vêtements. Pourquoi se soucier de quelque chose d'aussi trivial quand la personnalité de chacun pouvait apporter tant de choses? De plus, il lui semblait que postuler dans des vêtements qui ne lui ressemblaient pas reviendrait à mentir. Elle donnerait une fausse image d'elle et les gens s'en rendraient forcément compte à un moment ou un autre. Alors pourquoi prétendre? Pourquoi ne pouvait-elle pas simplement être elle-même?
Harper avait croisé les bras, ce qui lui donnait des airs d'adolescente boudeuse, et elle changea de sujet, n'ayant pas envie de s'attarder sur un point qui pouvait rapidement devenir vexant, un point sur lequel, à l'évidence, elle ne s'accorderait pas avec grand-monde. Et quand le policier - le shérif, voilà comment elle allait l'appeler dans sa tête, elle le savait - répondit à sa question, elle reporta un regard piqué de curiosité sur lui. Elle acquiesça. Elle, elle aurait aimé être fleuriste, comme sa mère l'avait été. Ou cuisinière, comme sa grand-mère, mais elle n'était ni l'un ni l'autre: elle ne connaissait rien aux fleurs et si elle appréciait oeuvrer en cuisine, on ne pouvait pas vraiment qualifier ses talents culinaires d'exceptionnels - mais elle pourrait toujours apprendre et elle était d'ailleurs bien décidée à faire de son mieux dans ce domaine. Et quand le shérif lui retourna la question, elle haussa les épaules:
- Non. Je suis plutôt désespérée, je crois que j'ai frappé à toutes les portes du quartier ou presque. Je suis prête à prendre n'importe quel emploi.
Elle n'était pas sûre qu'un tel aveu soit à son avantage mais comme elle avait compris qu'elle pouvait rayer le sheriff's office de sa liste d'employeurs potentiels, elle se dit que ça ne pouvait pas vraiment ruiner sa recherche.
- Harper, répondit-elle en décroisant les bras pour attraper la main du jeune homme - qui lui parut immense autour de ses doigts fins. Et vous n'avez jamais jamais jamais envisagé une autre carrière?
Elle trouvait presque fascinant qu'on puisse savoir si tôt ce qu'on voulait être. Elle, elle ne savait même pas où elle allait, ce qu'elle voulait. Mais elle savait qui elle était et ça, ça n'était pas négligeable, n'est-ce pas?
- Avec votre physique, vous auriez pu être acteur de cinéma, dit-elle simplement, parce que ce fut la première chose qui lui passa à l'esprit.
Un sourire vint éclairer ses traits enfantins, la légère vexation déjà oubliée. Harper ne s'était jamais arrêtée sur les sentiments négatifs, préférant se focaliser sur ce qui la rendait heureuse.  Et là, tout de suite, elle était heureuse d'avoir rencontré Scott. Il était gentil. Que demander de plus?

_________________

I know that I'm talking too much and I'll get nowhere trying to do it at once but oh my god, I wanna be someone. So stay young with me, cause I hope that it's you that I'll break my pact trying to run home to. Just stay young.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
a mess of good intentions gone wrong.

Scott Danvers

messages : 1214
name : faustine.
face + © : cd ⋅ ©self, tumblr.
multinicks : sami ⋅ resen ⋅ amber ⋅ kate ⋅ kelley ⋅ billie ⋅ jimmy.
points : 2642
age : twenty nine ⋅ [09|04]
♡ status : mingling.
work : wbso deputy.
home : with avery and trent on crescent lane.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed | lexi, mila, parker, tommy, harper

just a girl trying to find her place in the world Empty
Message· · Sujet: Re: just a girl trying to find her place in the world just a girl trying to find her place in the world EmptyJeu 29 Aoû - 11:06

Des personnages curieux, il en avait connu quelques-uns au cours de sa vie, déjà. Certains qui avaient laissé une impression plus grande, ou meilleure, que d'autres sur le policier, alors qu'il avait préféré oublier ceux qui n'étaient guère parmi ses meilleurs souvenirs. Aujourd'hui sonnait la découverte d'une nouvelle personne à mettre dans cette case de ses connaissances. Une fille un peu étrange, un bout de femme plutôt mignon et intriguant qui parvenait à faire naître un intérêt sincère chez Scott, qui pencha la tête pour l'observer ; comme si changer d'angle pouvait permettre de mieux la voir, réellement, et de la comprendre un peu plus ? Plus il l'observait, plus il en venait à dire qu'il aimait bien, lui, ses vêtements colorés, ses bijoux fantaisies, et le sourire accolé à un visage de poupée un peu trop sauvage pour être gardée quelque part. Il n'avait pas besoin d'être un expert ou un génie pour comprendre un peu de ce caractère qu'elle montrait, et de la touche de vie qu'elle apportait sans doute avec elle. Peut-être que s'il y avait plus de gens comme elle – avec ce caractère, non seulement ça, mais aussi qui parvenaient à s'accepter comme ils étaient de la façon dont elle le faisait –, les choses seraient sans doute différentes. La vie un peu moins triste qu'elle ne l'était par moments, et surtout les regards moins curieux, moins remplis d'un jugement déplacé qui lui faisait, lui-même, froncer les sourcils depuis qu'il avait vu les réactions de certains de ses collègues, et les insinuations qui avaient pu en découler. Il appréciait, pour l'instant, le naturel qui se dégageait de cette petite boule de soleil, et l'impulsivité de ses mouvements comme celle de ses réponses. Malgré l'indice flagrant qui lui était tendu par le torse bombé d'une fierté sans pareille du deputy, la jeune fille laissa entendre une supposition qui lui arracha un rire sincère, sans qu'il ne soit moqueur. Doucement, il secoua la tête. « Non, mais j'espère le devenir un jour. Je suis plutôt flatté de la supposition, du coup. » Son sourire s'étira un peu plus sous sa barbe, dans laquelle il passa un bref instant les doigts – sans trop savoir pourquoi lui-même. C'est vrai qu'il avait toujours eu cette ambition ; celle de grimper les échelons les uns après les autres, et arriver au poste le plus haut gradé s'il était possible pour lui de le faire. Scott voulait réussir là où Barry Deck avait réussi avant lui, voire un peu plus loin, si la vie lui accordait plus de temps qu'elle ne l'avait fait avec son beau-père. Il y croyait, savait qu'il ne manquait pas de talent, qu'il était peut-être juste un peu trop impatient de pouvoir faire ses preuves et montrer au monde (ou, tout du moins, au Sherif's Office de Windmont Bay) de quoi il était capable. Dans la tristesse de l'affaire des disparitions d'enfants, il se dit qu'il avait au moins pu prouver une partie de ses compétences, tout en pouvant se rassurer de l'état de santé des enfants désormais. « Ado, j'ai passé mes étés au diner. Il me semble qu'ils engagent des serveurs et des plongeurs pendant cette période, encore aujourd'hui. Et puis, avec la rentrée, ils proposeront peut-être la possibilité de continuer à la fin de la saison. » C'était comme ça qu'il avait toujours réussi à payer ce dont il avait eu besoin ; en dehors de l'école de police, où ses bourses scolaires avaient permis une aide grandement appréciée, il s'était toujours démerdé aussi seul qu'il le pouvait, peu désireux d'imposer à sa mère ses caprices ou envies du moment. « Parce que c'est comme ça que la plupart des gens ont été élevés. Je suppose que c'est à nous d'essayer de changer ça. On commence déjà à y arriver avec les tatouages, peut-être que la suite logique ce seront les vêtements et ce qu'on décide d'en faire. » Il avait remarqué au fil des années que les regards ne se posaient plus de la même façon sur ses tatouages lorsqu'il les dévoilait à la vue du monde. Peu de temps, finalement, avait passé entre ceux qui fronçaient leurs sourcils à la vue de l'encre glissée sous sa peau et ceux qui, aujourd'hui, l'arrêtent parfois pour lui poser des questions, curieux et appréciateurs de ce qu'ils voyaient ; non pas qu'il avait le corps recouvert, non plus. Mais c'était une évidence indéniable que Windmont Bay ne savait pas encore se targuer d'une ouverture d'esprit égale à des villes plus grandes, et par conséquent plus habituée aux extravagances qui ne devraient même plus être considérées comme telles ; à l'heure d'internet, où tout était visible, tout était envisageable, d'un simple t-shirt un peu trop néon aux corps entièrement encrés, aux cheveux bleus, roses, ou verts, pourquoi les gens se surprenaient-ils encore face à une tenue comme celle d'un petit bout de femme à la recherche d'un emploi ? Mais peut-être était-ce une question hypocrite, quand lui-même s'était laissé surprendre et avait traîné son regard sur sa silhouette, amusé par la vision. « Je vois. Vous avez essayé les fermes, les ranchs autour de la ville ? Il me semble qu'ils ont toujours besoin de quelqu'un. » Les personnes voulant se lancer dans ce genre d'emplois étaient plus rares qu'autrefois, et les quelques indéniables amoureux des animaux qui restaient recherchaient souvent des mains en plus pour venir les aider avec leurs bêtes. Ça pouvait avoir ses avantages, pour une personne aussi désespérée qu'elle de trouver un nouvel emploi. Serrant doucement ses doigts entre les siens, Scott prolongea la poigne quelques secondes en écoutant sa question, ne laissant aucune l'hésitation se faire une place avant de répondre. « Jamais, non. Enfin, sauf si on compte mon envie d'être astronaute quand j'étais petit, ou le fantasme de devenir chanteur de métal quand j'étais ado – mais vaut mieux ne pas le prendre en compte, ça n'a duré que quelques mois tout au plus et je continuais à bosser dur pour l'école de police. Mais, non, du coup, je n'ai jamais envisagé sérieusement quoi que ce soit d'autre. » C'était Barry, le responsable de tout ça. De cet amour pour les forces de l'ordre, ce respect à la profession, cette envie de faire quelque chose qu'il jugerait d'utile aux autres, et peut-être un peu aussi ce syndrome du héros qui le frappait parfois de plein fouet. Les héros, dans la vraie vie, ne portaient pas de costume, de cape, de bouclier ou de marteau magique. Un uniforme, parfois, faisait l'affaire, et il ne parlait pas là que de celui qu'il arborait parfois. Un nouveau rire fit doucement trembler sa gorge, alors qu'il tira sur sa cigarette et souffla sa fumée par ses narines. « Merci ? Mais je n'ai pas le talent nécessaire pour ça. » Son regard se stoppa de nouveau sur elle, et un demi-sourire resta en place au détour de sa bouche. « Et vous, Harper ? Qu'est-ce que vous aimeriez faire, alors ? »

_________________
[ he’s the kind of boy who hoards the stars in his mouth to give you a taste of heaven, even if it scorches his tongue. -- @tumblr ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Harper Edwards

messages : 63
name : Olivia
face + © : haley lu richardson (© neon cathedral)
multinicks : chad, emerson, jax, lydia, parker, stella, tobias, zoya
points : 542
age : 24
♡ status : free as a bird
work : helping hand @ regbo orchard
home : regbo orchard

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (open) vesper, scott, norrie, luke

just a girl trying to find her place in the world Empty
Message· · Sujet: Re: just a girl trying to find her place in the world just a girl trying to find her place in the world EmptyDim 15 Sep - 13:53

Le désarroi de la jeune femme, il s’envolerait rapidement. Dès qu’elle s’éloignerait du commissariat, dès qu’elle se remettrait en quête d’un endroit où travailler, elle oublierait sa déconvenue au poste. Les regards moqueurs l’avaient peut-être blessée mais c’était une égratignure qui ne deviendrait pas une plaie suintante. Depuis sa plus tendre enfance, Harper avait appris à s’accommoder de ce que la vie lui réservait. Ce n’était pas toujours rose et agréable mais ce n’étaient que des mauvais moments à passer, qui seraient tôt ou tard supplantés par des instants plus agréables. La preuve: si se faire jauger par un réceptionniste n’avait pas été une partie de plaisir, elle avait désormais la chance de parler avec un membre des forces de l’ordre locales et la discussion était intéressante et amusante (du moins à ses yeux de gamine aisément émerveillée). Elle ne demanait finalement pas grand-chose, la demoiselle. Juste un peu de considération, de patience et de gentillesse et le shérif lui offrait les trois, en plus de son charmant sourire, que pouvait-elle demander de plus? (Un job, oui, évidemment, mais elle ne voulait pas être gourmande, persuadée que chaque chose arriverait en son temps). Peut-être qu’il y avait une raison pour laquelle elle n’était pas faite pour évoluer dans un poste de police, peut-être qu’elle trouverait quelque chose qui lui permettrait de s’épanouir à Windmont Bay. Harper ne perdait pas espoir. Ici, quelque part, se cachait l’opportunité idéale, il fallait juste qu’elle ouvre les yeux et qu’elle saisisse sa chance quand elle se présenterait.
- Ah! Je me disais bien que vous étiez un peu jeune. Ceux que j’ai pu rencontrer dans le passé avaient tous des cheveux gris et un gros vent--
Réalisant soudain ce qu’elle disait, Harper poussa une exclamation et porta la main à sa bouche comme pour s’empêcher de dire d’autres bêtises.
- Enfin, je veux dire--je n’en ai pas vu tant que ça, des shérifs, il m’est arrivé d’en croiser, à une occasion ou l’autre, mais jamais de près.
Il fallait qu’elle se taise, à tout prix. Mais elle n’y pouvait rien, la plupart du temps, les mots lui échappaient sans qu’elle ait le temps de les arrêter. Cela lui avait desservi, à certaines occasions, elle s’était même attiré les foudres de gens qui ne lui laissaient aucune chance de se rattraper. Heureusement, cela ne sembla pas être le cas de Scott et Harper se mordit la lèvre pour atténuer le sourire qui lui chatouillait les lèvres alors qu’elle essayait de se figurer le jeune homme avec quelques années de moins, occupé à travailler au diner local.
- J’irai voir, promit-elle en hochant vigoureusement de la tête. C’est très gentil à vous de me donner des conseils, en tout cas. La plupart des gens se sont contentés de me dire qu’il n’y avait rien de disponible chez eux, sans me suggérer une autre piste. J’ai vraiment eu l’impression de les embêter, à certains moments.
C’était dommage parce qu’elle n’aspirait qu’à bien faire et à s’intégrer, mais c’était peut-être vrai ce qu’on disait souvent des petites villes: les étrangers n’y étaient pas vus d’un bon oeil et l’accueil qui leur était réservé était froid et distant. Il fallait un temps d’adaptation et avec un peu de chance, les gens finissaient par accepter le nouveau venu. Mais ça ne se faisait pas vraiment gratuitement, il fallait prouver sa valeur et sa patience. Peut-être que si elle sauvait un chat coincé dans un arbre, elle se ferait une copine d’une mamie et cela lui donnerait quelques bons points pour amadouer ses futurs voisins? Mais elle projetait déjà trop loin et elle n’allait quand même pas souhaiter cette mésaventure à un pauvre animal juste pour pouvoir démontrer ses qualités.
- Oh, je ne pourrais jamais me faire tatouer, ça a l’air affreusement douloureux! s’exclama la demoiselle avec un frisson d’appréhension.
Elle avait assisté au marquage de la peau de certaines de ses amies, et elle n’avait jamais voulu suivre son exemple - et même si cela avait été le cas, elle savait qu’elle se serait fait taper sur les doigts. C’était donc tant mieux qu’elle n’ait jamais voulu essayer et puis d’ailleurs, elle était beaucoup trop indécise, elle n’aurait jamais su choisir le tatouage.
- Les fermes? Mais je n’ai jamais travaillé dans un ranch. Ne faut-il pas avoir une certaine expérience pour être embauché par des fermiers?
Harper n’avait aucune idée de ce qu’étaient des saisonniers, des gens nomades ou des jeunes en quête d’aventures qui s’arrêtaient dans les fermes pour proposer leurs bras, pour s’atteler à n’importe quelle tâche qu’on leur confierait. Là où elle avait vécu, la cueillette de fruit était un concept abstrait, les bottes solides un accessoire pour aller pêcher, et les chevaux et les vaches ne pouvaient être aperçus que lorsqu’ils broutaient paisiblement dans les champs qui bordaient la route principale qui quittait la ville. Alors la jeune Harper n’avait pas une seule seconde envisagé une telle solution.
La nouvelle confession extorqua un nouveau sourire amusé et attendri à Harper. Elle admirait son assurance, qu’il ait su si tôt ce qu’il voulait faire de sa vie. Elle n’avait aucune idée de la direction qu’allait prendre la sienne mais elle ne s’en formalisait pas - cette faculté à s’adapter à tout arrivait à point nommé, dans ce genre de situation. On pouvait appeler cela de l’insouciance (ou de la résilience) mais Harper ne cherchait pas à qualifier la chose.
- De rien, lui déclara-t-elle, tout sourire, avec un léger gloussement, sa déception désormais véritablement oubliée. Oh, moi? Je ne sais pas. C’est peut-être ça le problème. Quand j’étais enfant, je m’étais imaginée devenir acrobate, marcher sur un fil tendu, avec un joli maillot pailleté. J’ai aussi voulu être fleuriste, comme ma maman, mais j’ai vite compris que je pouvais rayer ça de ma liste. Toutes les plantes que j’ai eues ont fini par mourir, je n’ai jamais su m’en occuper. Mon père disait que j’arriverais même à faire mourir une plante en plastique. Vous imaginez le désastre?
La jeune femme laissa échapper un rire étrange et une ombre voila furtivement ses traits avant qu’elle retrouve le sourire et déclare avec plus de conviction:
- Sinon j’adore cuisiner. Je ne prétends pas être une spécialiste mais j’aime beaucoup essayer toutes sortes de recettes différentes. Quand j’étais petite, je servais d’assistante à ma grand-mère. J’avais même mon propre petit chapeau en papier.
Harper éleva les mains comme si elle posait une toque invisible sur le sommet de son crâne puis les laissa retomber avec un soupir.
- Des rêves de gosse, fit-elle avec un haussement d’épaules avant de se relever et de tirer sur sa jupe. Malheureusement, des rêves de gosse, ça n’aide pas à trouver un job et je ferais sans doute mieux de me remettre en quête d’un véritable emploi.
Récupérant son sac sur le banc, elle passa la lanière sur son épaule et s’approcha de son interlocuteur, levant le nez, ne cachant pas son amusement face à leur différence de taille.
- Je ne vais pas vous embêter plus longtemps. Merci pour vos conseils, ils étaient les bienvenus. Je vais aller voir du côté des restaurants et des fermes alentours. Qui sait, peut-être que ma chance se trouve là-bas?
Harper adressa un nouveau hochement de tête au jeune shérif et passa devant lui pour s’éloigner du poste, se demandant s’il valait mieux qu’elle retourne au Majestic pour se changer ou si elle devait garder l’idée qu’elle voulait laisser voir aux gens qui elle était vraiment, au risque de se voir (sou)rire au nez, comme elle en avait fait la malheureuse expérience entre les murs du sherif’s office de Windmont Bay. Au bout de quelques mètres, pourtant, elle se retourna et adressa un dernier signe de la main à Scott, le sourire aux lèvres. Au moins avait-elle eu la chance de le rencontrer, sa journée n’était pas complètement fichue.

_________________

I know that I'm talking too much and I'll get nowhere trying to do it at once but oh my god, I wanna be someone. So stay young with me, cause I hope that it's you that I'll break my pact trying to run home to. Just stay young.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




just a girl trying to find her place in the world Empty
Message· · Sujet: Re: just a girl trying to find her place in the world just a girl trying to find her place in the world Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
just a girl trying to find her place in the world
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Heartbreaker version girl [Finish]
» 02. Wait a minute girl, can you show me to the party ?
» Gossip Girl RPG
» OBLIGATION LÉGALE AVANT LA MISE EN PLACE DE L'ARMÉE D'HAÏTI.
» Un parc dédié à six héros Haitiens à Montréal.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane :: sheriff's office-
Sauter vers: