hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
No. 1 Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
No. 2 L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
No. 3 Les sujets de la première saison qui sont encore dans
la partie flashback et qui n'ont pas reçu de réponses depuis
un certain temps ont été archivés. Pour les autres, vous avez
encore un mois (jusqu'à la prochaine maintenance) pour les
clôturer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

Partagez
 

 lay back down (d/e)

Aller en bas 

Eason Harjo

messages : 143
name : east side.
face + © : luke grimes (hoodwink)
multinicks : desmond, dillon
points : 506
age : thirty four.
♡ status : divorced
work : not ur bus.
home : with donna castello

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : billie, donna, stella

lay back down (d/e) Empty
Message· · Sujet: lay back down (d/e) lay back down (d/e) EmptySam 1 Juin - 14:10



Ain't no use if denying was going on here
Tell me, how can a good thing be wrong?

27 avril 2019
@donna castello


‘Aah not bailin’ own ya’ (i’m not bailing on you) - crache-t-il, phrase occis d’un accent southern – s’il arrive à le corriger à chaque fois qu’il entame une conversation avec qui que ce soit ( préférant s’éloigner à grande vitesse d’un énième objet de stigmatisation) , l’entreprise lui paraît sérieusement difficile à réaliser lorsque l’interlocuteur le fait sortir de ses gonds. Nota bene : Eason Harjo n’est ni soupe au lait, ni grand abonné aux tantrums ; ‘Mah truck has a flat taar, k ? Don’t pitch a fit abou’ it’ (my truck has a flat tire, okay?) il lève les yeux au ciel. Les voyelles se voient excessivement rallongées et si son visage ne devient plus qu’un canevas où se succèdent diverses expressions allant de l’irritation  à l’exaspération en passant par un amusement bâtard ; lorsque son regard croise celui de sa locatrice c’est un sourire qui prend à partie ses lèvres d’une oreille à l’autre alors qu’il désigne d’un vague mouvement de main son téléphone cellulaire, collé à l’oreille – et la manifeste sinécure à laquelle il a droit, de si bon matin, sans avoir pris la peine de s’être préparé psychologiquement à rassurer une Sylvia habituée à ce que son collègue accepte de la relayer à la moindre de ses crises existentielles. Répondre au téléphone fait office de travail effectif ; relèverait même dans des circonstances encore obscures à une rare forme de torture et si certaines de ses cellules auditives meurent à mesure que la white-trash à l’autre bout du fil gueule, il se rassure en se disant qu’il n’aura plus à supporter ses divagations bien longtemps : s’il n’est qu’à deux vulgaires phalanges d’envoyer bouler ce boulot mal payé, d’envoyer bouler Windmont Bay et probablement le confort de la chambre louée dans la demeure Castello, le fait que Sylvia en soit à son deuxième blâme n’est pas étranger au contentement que ressent le natif d’Oklahoma. Après sept minutes à éponger les états d’âme de la quadragénaire, l’homme raccroche sifflant entre ses dents une insulte bien sentie ; puis se passe une main dans les cheveux, les faisant revenir vers l’arrière dans un amas indiscipliné et ayant hautement besoin d’un coup de ciseaux. Lorsqu’il reporte son attention sur la mulâtresse, c’est pour lui proposer un café ; s’il est tout juste bon à préparer du jus de chaussettes, Donna n’a jamais émis de critique ouverte sur la décoction qu’il favorise, d’ailleurs, ‘n’est pas certain qu’elle apprécie les effets sur le système nerveux. - J’quitte WB quelques jours pour me rendre au New Orleans Jazz & Heritage Festival - qu'il a proposé à Ciar mais qui fut décliné en raison d'un conflit d'emploi du temps; Cette année, on retrouve en front runner Eric Lindell, la line-up est intéressante - s'entend-t-il dire, où est-ce qu'il veut en v'nir en fin de compte ? Dehors, la journée s'annonce ensoleillée, le frigo émet un grésillement, il y a une tâche de ketchup sur le plan de travaille laissée là après la dégustation de frites maison la veille; un paquet de céréales vide qui trône toujours sur l'étagère et une liste de numéros de restaurants livrant à domicile accrochée à un mini tableau en liège, une mouche vole près du rideau; Eason se gratte la nuque, impossible de se concentrer suffisamment pour émettre sa proposition, il y arrive enfin deux minutes et quelques banalités plus tard. - J'lève le camp à neuf heures, si ça t'intéresse, ça pourrait être cool. L'histoire du pneu crevé : des craques. Son sac est fait - son sac est toujours fait-.

_________________
The truth was I was tired way underneath my skin. I was tired where even I couldn’t see. I do not know how that happened. How I ended up like that. It all happened so fast
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
she's a dancing queen.

Donna Castello

messages : 1482
name : bilquis ⋅ laïla.
face + © : gugu mbatha-raw — @stellae.
multinicks : lorelei ⋅ persy.
points : 523
age : thirty-six [30/07].
♡ status : on stand-by.
work : hairstylist, business woman.
home : @ocean avenue. w/ eason harjo (tenant).

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [closed] paz, eason, joan, (neal)

lay back down (d/e) Empty
Message· · Sujet: Re: lay back down (d/e) lay back down (d/e) EmptyDim 30 Juin - 16:51


-- oh sinnerman, where you gonna run to ? --
@eason harjo


Flanquée entre les coussins duveteux, dans le confort de son lit, elle se prélasse. La flemme de se lever. L'humeur du moment, une sensation d'engourdissement. Au bout de quelques minutes, depuis son réveil, elle émerge. Elle enfile, sans plus tarder, une robe de chambre de soie. Arpentant le couloir en direction les escaliers, elle rejoint le rez-de-chaussé, tombe sur Eason. Leurs regards se croisent, elle le salue au passage. Elle entend en sourdine les paroles vives échangées avec sa collègue lorsqu'elle s'approche de la fenêtre. Les bras croisés, elle contemple les dianthus (oeillets) qu'ils ont planté ensemble quelques semaines auparavant. A son approche, il lui tend une tasse de café fumante. La portant à ses lèvres, elle l'écoute, suspendue à ses lèvres. J’quitte WB quelques jours pour me rendre au New Orleans Jazz & Heritage Festival., qu'il lui explique. Le jazz, c'est l'insouciance accélérée, à contre temps. Eason arbore cette insouciance à la surface alors que la bataille gronde dans sa poitrine. Elle a également constaté que l'insouciance est, pour lui, le seul sentiment qui puisse inspirer sa vie et ne pas disposer d'arguments pour se défendre. J'lève le camp à neuf heures, si ça t'intéresse, ça pourrait être cool. Le côté lapidaire, définitif de sa formule l’enchante. Le bon sens consiste à laisser les choses se faire ou ne pas se faire, qu'il ne fallait pas toujours disséquer, mais être tranquille, brave. Elle n'hésite plus, elle accepte. Son audace, le sien, la fait frémir. — 'Thought you'd ever ask., qu'elle rétorque avec amusement. Elle vide la tasse entière dans son gosier, le dépose dans l'évier. — Pars devant, je te rejoins. , lui lance-t-elle à la dérobade. Avec un entrain qu'elle peine à dissimuler. Elle remonte hâtivement les marches menant à sa chambre. Elle attrape un sac, fourre dedans tout le nécessaire, puis se dévêtit, revêtissant un ensemble informel. Elle contemple son visage dans la glace et en détaille les défaites accumulées en trente-six ans, une par une, non point avec l'affolement, l'acrimonie coutumiers en ce cas, mais avec une tranquillité à peine attentive. Comme si la peau tiède, que ses deux doigts tendent parfois pour souligner une ride, pour faire ressortir une ombre, a été à quelqu'un d'autre, à une autre Donna passionnément préoccupée de sa beauté et passant difficilement du rang de jeune femme au rang de femme jeune : une femme qu'elle reconnait à peine. Elle s'est mise devant ce miroir pour tuer le temps et - cette idée la fit sourire - elle découvre que c'est lui qui la tue à petit feu, doucement, s'attaquant à une apparence qu'elle sait avoir été aimée. Elle se surprit dans la glace et elle se vit sourire. Elle ne s'empêche pas de sourire, elle ne peut pas. A nouveau, elle sait, elle est seul. Elle a envie de se dire ce mot à soi-même. Seule. Seule. Mais enfin, quoi ? Elle est une femme qui s'est amourachée d'un homme. Un béguin ridicule, qui prête à sourire. C'est une histoire simple ; il n'y a pas de quoi faire des grimaces. Il y a des moments de bonheur parfait, quelquefois dans la solitude, dont le souvenir, plus que celui de n'importe qui d'extérieur, peut, en cas de crise, vous sauver du désespoir. Car on sait qu'on a été heureux, seul et sans raison. On sait que c'est possible. Ce n'est plus l'ennui en soi, mais l'ennui de quelqu'un. Et elle ne peut empêcher non plus cet ennui quotidien, justifié, cette existence larvaire dans la pluie, la fatigue des matins, des cours insipides, des conversations. Elle se dit qu'elle souffre avec curiosité, ironie, n'importe quoi, pour éviter cette évidence lamentable de la déception, de l'amertume. On se remet de tout.
Il faut oublier. Se changer les idées, surtout.
Elle redescend, ferme à clef la baraque et s'avance vers la voiture d'une allure pressante. Côté passager, elle s'installe, un rictus en coin. Et elle ne sait pourquoi, elle a été envahie d'un violent sentiment de bonheur ; de l'intuition physique, débordante, qu'elle revit. Cette retraite lui ferait le plus grand bien. 09:01, ils décollent. Lunettes de soleil sur le museau, bretelle de débardeur blanc glissant sur l'épaule, le soleil lui caressant le derme, elle s'abandonne, se relâche, bercée par les pneus en motion et le bruit du moteur. Elle accueille le vent qui s'engouffre dans ses boucles d'un soupir de félicité. Les yeux clos, elle respire. Le silence s'installe entre les passagers, un silence confortable et rassurant. C’est comme ça qu’on voit si on se plaît avec une personne, quand on peut se taire tout à fait, au moins une minute et profiter du silence. Hélas, il ne dure jamais, le silence. — Comment se passe ton séjour, so far ? L'art du small talk in action, à défaut de trouver plus intéressant à dire. Impénétrable, voilà ce qu'il est. Plus elle le côtoie, plus elle est intrigué. Elle observe le conducteur du coin de l'oeil. Elle le regarde, elle le dévisage presque. C'est en le voyant qu'elle comprend ; il existe une race étrange de gens, et plus répandue qu'on ne croit, qui ne trouve son équilibre et sa force que dans l'errance. Il est de cet acabit, il est fait de ce bois. Il est le vagabond, le voyageur. L'appel irrépressible de la fuite.


_________________
— Don't touch my hair When it's the feelings I wear. Don't touch my soul When it's the rhythm I know. Don't touch my crown They say the vision I've found. Don't touch what's there When it's the feelings I wear. -- solange

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eason Harjo

messages : 143
name : east side.
face + © : luke grimes (hoodwink)
multinicks : desmond, dillon
points : 506
age : thirty four.
♡ status : divorced
work : not ur bus.
home : with donna castello

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : billie, donna, stella

lay back down (d/e) Empty
Message· · Sujet: Re: lay back down (d/e) lay back down (d/e) EmptyVen 5 Juil - 18:25


Son vieux pick-up s’engage sur la route principale, à neuf heures précise, dans un nuage de poussière qui dès qu’il s’en éloigne, affecte l’étrange impression de s’excuser du dérangement ; quelques minutes s’effacent à vive allure et donnent le tempo à cette escapade qui chuchote depuis le fameux ‘Thought you'd ever ask‘ un tas de promesses que certains s’arrangeraient de taire, préférant se planquer derrière la couardise de filtres conscients. — Comment se passe ton séjour, so far ? lance Castello, mistigri, feulant, le son est cassé, trop  smooth  aussitôt déloge le silence installé, malgré le moteur qui ronronne sous le capot depuis que le contact a été mis. - Fine, réplique-t-il ; à question jugée trop complexe, intime, réponse parfaitement laconique.
Eason Harjo allume sa troisième cigarette, la reprise a un goût de défaite et une kyrielle d’autres (celui du goudron, du souffre, du café bu à la va-vite aussi).
Dix minutes, des secondes qu’on massacre en appuyant sur le bouton du poste radio ; le vieux lecteur CD qui commence par émettre des borborygmes avant de laisser place au filet si caractéristique de voix de cette légende de la musique jazz, Satchmo et son When the saints go marching in annoncent la couleur ; le panneau planté à l’extrême bordure sud de la ville, croisé après cinq kilomètres,  sur lesquels sont distinctement lisibles les mots ‘Good travel, end of Windmont Bay’ est en si piteux état que le piaf qui s’y repose semble lancer un ‘qu’est-ce qu’on peut bien y faire ?’ et rien, pas même le spectre d’une Dulce aperçu au mickey’s dinner, plusieurs semaines auparavant, ne pourrait lui inspirer l’envie d’y retourner ; d’appuyer sur la pédale de frein pour entamer un demi tour, de cracher sur la perspective de fuite offerte par le New Or’ Fest ou même la mulâtresse étirée sur le siège passager, ses inspirations audibles, la chaleur qu’elle dégage, des horizons de folie, de perte, de passion et d’enivrement qu’elle inspire.
Ses pieds s’affairent, son attention dirigée vers le filament noir, strié qui s’étend face à ses iris, qui raconte des histoires tombées dans l’oubli, combien de fois s’est-il imaginé dans cette bagnole, avec quelqu’un à côté de lui ? Combien sont celles qui se sont vues apostasier par le quidam, se sont retrouvées démunies, pillées de cette présence qui avait su se montrer si rassurante  dans leurs vies ? Eason Harjo partage quelques qualités avec ses grandeurs scientifiques dont la valeur est fixée, par convention ou par calcul ; il est la constante et il se transforme caricaturalement en figure de style : constante variable.
Le sac noir, posé près de celui de Donna, sur la banquette arrière, lui, renferme tant de secrets, sert de tombeau aux vérités qu’il s’est escrimé à cacher, à balayer d’un haussement d’épaule indifférent, d’un rire impudent : l’expression de craintes ancrées si profondément que la douleur qu’elles convient – plus qu’une douleur, une véritable souffrance – semble s’être entortillée inflexiblement avec l’hélice ADN, formant un ensemble indissociable. Et à toutes les ‘  Comment se passe ton séjour ? ‘  la réponse demeure la même : bien, dans la mesure du possible, tant qu’il ne s’embête pas à rechercher le bonheur ou un ersatz insipide qui finirait tôt ou tard par lui insuffler un désir d’abandon, il n’y a plus eu d’abandon depuis studio city pense-t-il, plus de ‘j’aime beaucoup cette ville, j’aimerais bien m’y installer et prospérer’, pas depuis pratiquement une dizaine d’années. Même New York n’y est pas arrivée.
Pas sa Parsons school d’ex femme. Les moulures dans leur appartement, les croissants français achetés à brooklyn. Qu’est-ce que Donna Castello fait donc assise là ? - J’pensais que tu déclinerais l’invitation – dit-il, d’un ton candide. Pour quelqu’un qui a longtemps côtoyé le rejet, l’éventualité que sa compagnie puisse être agréable à quelqu’un comme sa locatrice , existence accomplie, plutôt bien meublée, stable dans son ensemble, socialement intermédiaire – paraît inouïe, arrangée, il ne peut se défaire de la sensation de se tenir dans un mélodrame, le sillage de quelqu’un, lignes droites et virages  qu’il se prendrait directement dans la mâchoire. Toujours. De Dulce à Donna, comme Destin et Déception, Dévotion et Dégringolade. Mais, je comprends que tu aies eu besoin d’air.  et l'oeillade, l'échange qui n'a pas besoin de mots qui a lieu, établit une raison, qui elle aussi, se garde d'être énoncée de vive voix.  

_________________
The truth was I was tired way underneath my skin. I was tired where even I couldn’t see. I do not know how that happened. How I ended up like that. It all happened so fast


Dernière édition par Eason Harjo le Lun 14 Oct - 17:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
she's a dancing queen.

Donna Castello

messages : 1482
name : bilquis ⋅ laïla.
face + © : gugu mbatha-raw — @stellae.
multinicks : lorelei ⋅ persy.
points : 523
age : thirty-six [30/07].
♡ status : on stand-by.
work : hairstylist, business woman.
home : @ocean avenue. w/ eason harjo (tenant).

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [closed] paz, eason, joan, (neal)

lay back down (d/e) Empty
Message· · Sujet: Re: lay back down (d/e) lay back down (d/e) EmptyDim 29 Sep - 17:42

Bercée par les crissements des pneus contre l'asphalte, son esprit papillonne, gamberge. Les souvenirs fugaces de voyage, d'escapade affluent, exaltent sa nostalgie. Elle s'avachit confortablement dans son siège passager, mirant le tableau qui indique la sortie de la ville. A cet instant, son cœur se déleste de cette morosité qui l'encombre. Son cœur n'étant plus cet animal affamé, avide, épuisé, bringuebalant, sonnant la chamade et la panique et le bonheur entre deux draps trempés de sueur, son cœur n'étant plus rien d'autre qu'un moyen de renvoyer son sang, paisiblement, dans des artères également paisibles. Paisibles comme certaines routes dans certaines villes, l'été. Elle retire ses chaussures, pose ses petons pédicurés de gauche sur le tableau de bord toujours côté passager, le genou droit ramené contre la poitrine. Le corps se décontracte, regagnant sa sensualité naturelle. Du coin de l’œil, elle observe son compagnon de fortune. Des cheveux longs (trop longs peut-être, qui mériteraient d'être rafraîchis par une main experte), bruns presque châtains ramenés en arrière soulignant une mâchoire carré duveteuse. Apparente négligence ou décontraction assumée, de lui émane une espèce de masculinité rassurante. Dans cette lumière caniculaire, elle le trouverait presque beau. Et cette pensée innocente la déroute. Pour dissimuler son trouble, elle étend son regard vers les nuages. En hôtesse de marque, elle s'enquiert auprès de son locataire le bon déroulé de son séjour. Sa question a été accueillie par une réponse des plus laconiques. Vague et expéditive, l'interlocuteur ne souhaitant pas gloser davantage. Un Fine qui veut tout et rien dire. Elle en a l'habitude désormais, de ses monosyllabes, de ses silences entre eux. Étonnamment, elle ne s'en plaint jamais. Depuis des semaines, ils vivent de silences heureux et de phrases inachevées, comme si ils ont, d'un même mouvement, confié le vrai dialogue à leurs corps sans s'en avoir conscience. Il reste cette énigme qu'elle a tant de mal à déchiffrer, malgré une complicité évidente et secrète autour de la botanique. La seule passion commune qui les réunit. Les minutes s'écoulent et le poste radio les berce de mélodies jazz. Parmi le tapage musical, la voix d'Eason lui parvient enfin. J’pensais que tu déclinerais l’invitation. C'est vrai, la raison le lui aurait interdit. Des responsabilités lui incombe, elle a un commerce à faire tourner. Mais ce qu'il lui offre, c'est une porte de sortie, un avant-goût de liberté. Une proposition qu'elle ne peut refuser. Mais, je comprends que tu aies eu besoin d’air. Par ces mots, il parvient à l'adoucir. — Ah, et pourquoi aurai-je décliné ?, qu'elle lui rétorque du tac-au-tac, le sourire mutin. A travers ses solaires, son regard chaud le nargue. Donna est d'humeur taquine. A l'entendre dire, il en est presque surpris. Il l'imagine autrement qu'aventurière. Durant cette escapade improvisée, la métisse compte bien lui montrer le contraire. — Peut-être que tu aurais préféré quelqu'un d'autre. Elle arbore une moue de chagrin, feignant la déception à merveille. Elle le voit sa main tendre vers le poste de radio, elle le devance. La main de cette dernière frôlant la sienne. Un contact électrique en résulte. Pour autant, elle ne laisse rien transparaître et s'attelle à la tâche. — Je me permets. A son tour de choisir le morceau suivant. La radio émet toujours des grésillements tandis qu'elle s'affaire de passer de station en station. Elle continue dans sa lancée, sentant son acolyte d'humeur plus loquace. — T'as beaucoup voyagé dans la vie, je suppose. T'es allé où ? Curieuse d'en connaître la teneur, elle patiente, suspendue à ses lèvres. Elle espère d'en apprendre plus, d'y débusquer des éléments de son passé. Il l'intrigue beaucoup.

@eason harjo

_________________
— Don't touch my hair When it's the feelings I wear. Don't touch my soul When it's the rhythm I know. Don't touch my crown They say the vision I've found. Don't touch what's there When it's the feelings I wear. -- solange

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




lay back down (d/e) Empty
Message· · Sujet: Re: lay back down (d/e) lay back down (d/e) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
lay back down (d/e)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I knew the pathway like the back of my hand . Le 24/12 à 14h
» Cossacks : Back to war !!!
» 07. Back in the reality - this is not just ocean [CLOS]
» ║□▫I come back from oblivion▫□║ → [Terminée]
» Eli'z back

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: The World-
Sauter vers: