AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You know what bad things mean ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: You know what bad things mean ? Jeu 21 Jan 2010 - 22:42

You know what bad things mean ?


Quittant son siège de cuir, la jolie jeune femme remercia poliment son chauffeur avant de poser pied sur le superbe dallage clair qui faisait office de tapis rouge. Sous le crépitement des flashs, de nombreux photographes s'amoncelaient derrière la barrière dorée, la priant de bien vouloir prendre une pose. Amusée, la belle se prêta au jeu, se moquant intérieurement d'eux. Avec un tel costume, ils n'avaient aucune idée de son identité. Avec grâce, elle gravit les marches auprès d'une jeune femme masquée. Pénétrant dans l'immense salle de réception, l'hôte de la soirée vint à sa rencontre.

"Je suis ravi que tu ai pu venir Rachael"
"Et bien, je vois que même déguisée je n'ai aucun secret pour vous James !"
"Vous m'avez été d'une aide précieuse, sans vous je n'aurai pas pu récolter une somme si faramineuse pour aider à vaincre cette maladie. Vous savez, le cancer a emporté ma femme il y a deux ans et depuis ça, je me sens si concerné. De plus, je reconnaitrais votre démarche entre mille. Cela fait peut être à peine un mois que vous avez emménagé à Miami, mais je suis si heureux de vous compter dans le cercle de mes amis"
"Je me devais d’agir ainsi, la maladie est un très lourd fardeau au quotidien et personne n’est à l’abri. Merci pour tout James, cette fête est absolument somptueuse."


Son ami, désignant la salle d'un geste, lui offrit un sourire franc avant de poser sa main sur son épaule.

"Profitez de cette soirée Rachael"

Tout en s'inclinant légèrement, la jeune femme se perdit dans la foule.

Il est vrai que ce jeu l'excitait terriblement, pour la première fois, la jolie brune faisait partie d'une soirée des plus élitistes. Convoitées par toute la ville de Miami, ces fêtes étaient le plus généralement à thème. La haute société se plaisait à briller dans de somptueux costumes. James, businessman New-Yorkais avait choisi le thème du XVIIème siècle afin de fêter dignement l'envol spectaculaire de ses actions de même que les précieux dons de son œuvre de charité.
Croisant marquises où valets, Rachael vêtue d'une superbe robe aux couleurs dorées s'appuya contre un imposant pilier. Les invités portaient des masques et inconsciemment, elle se plaisait à rire de cela, le hasard jouerait certainement en sa faveur et l'idée de prendre part à un rôle qui ne lui ressemblait pas la mettait en confiance. Avenante, elle se dirigea vers le buffet.


Une coupe de champagne en main, un homme vint près d'elle assoiffé, la détaillant un long moment, la belle, pourtant, ne cilla pas.

« Bonsoir jeune homme ! »
Celui-ci l'observa avec intérêt avant de répliquer avec ferveur. Poussant un léger rire, Rachael ajouta
« Même au XVIIème, les femmes ne portaient pas de telles chausses avec un habillement de la sorte … Excellent choix, marquant masculinité, force de vaincre et détermination ! »

Sans le quitter du regard, elle trempa ses lèvres dans le liquide alcoolisé. Visiblement étonné par sa culture, le jeune homme s'avoua vaincu.
« Ma foi, vous m’étonnez ! Je ne le savais même pas moi-même, du moins je ne m’étais jamais appuyé sur des détails aussi fins, figurez-vous … Mais, pour remédier à ce manque de culture de ma part, m’accorderez-vous cette danse ? Vous pourriez ainsi continuer à me surprendre»

Un sourire amusé, se dessina sur le visage de la jeune femme. Haussant les épaules d'un air désolé, elle s'approcha de lui avant de murmurer doucement

" Je suis vraiment navrée mais les dames ne peuvent se plaire à fréquenter des officiers."

Un sourire malicieux éclaira son visage alors qu'elle se délectait une nouvelle fois de sa boisson. Définitivement, ce jeu lui plaisait, quelle douce sensation de jouer un personnage des plus séducteurs. Plaisir futile, peut-être, mais si plaisant. Cette soudaine estime de soi agissait comme un véritable baume, une brèche que seule cette soirée pouvait combler dans son caractère, une aisance charnelle mélangée à un certain pouvoir de séduction. Le jeune homme sembla visiblement découragé. Malgré son masque, sa gestuelle trahit son désarroi. Mimant une piètre révérence, il tourna les talons sans mot dire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: You know what bad things mean ? Mar 9 Mar 2010 - 22:36

    Les coupes de champagne s'amoncelaient dans un crépitements de flash intempestifs ; pour quiconque n'était guère habitué à la lumière aveuglante des bijoux somptueux et des gardes-robes tape-à-l'oeil, l'endroit luxuriant pouvait bien être trop vite propice à y perdre la vue. Parmi cet amont de faste faussement lumineux, se glissait la soie de l'hypocrisie et le velours lascif de la vénalité ; ici et là, partout en vérité, les conversations mielleuses fusaient sous des rires creux et zombifiés : les dernières pages de l'action boursière du New York Times étaient sur toutes les lèvres, lorsque ces dernières ne venaient pas scander Gucci ou autres Chanel dérisoires. Seuls quelques combattifs osaient glisser plus d'une demi seconde dans ces discussions creuses, quelques avis tissés de compliments trop bien garnis sur les oeuvres d'art normalement vedettes de la soirée de ce vernissage particulier. Finalement, les invités déguisés avaient eux-même volé la star aux tableaux contemporains toisés parfois brièvement d'un air désabusé par les trop nombreux riches, se congratulant entre eux d'avoir les plus coûteux costumes. Parmi la masse d'agneaux blancs, le loup se fondait harmonieusement parmi ses proies, dans l'aglutinement exaspérant de la foule vénale : Pride Berrington ou le jeune homme étant sorti depuis peu de prison pour une « malencontreuse » erreur dont il subirait toute sa vie le poids de la culpabilité... avait-il dit de maintes fois d'un regard faussement attendri et de sa voix terriblement envoûtante sans en penser un mot. Qu'importait finalement, le jeune homme avait retrouvé sa place auprès des paons, dardant ces derniers avec minutie, accepté de nouveau auprès de la très select Gucci Tribe. Après tout le brun ténébreux réunissait tout ce dont ce monde de riches se vantait et appréciait particulièrement : le charisme, l'audace, et l'attrait des médias. Ainsi se tenait-il parmi eux, l'escroc devenu étrangement plus honnête était vêtu de son costume sombre réhaussant son charme naturel et épicé, une coupe de champagne à la main, le sourire en coin de ses lèvres désirables et le regard pétillant d'une malice sournoise dardant le couple de millionnaire pris de sympathie pour le jeune homme charismatique. Pour une naissance tirée des ghettos, entre troubles vacillants, violence et avenir incertain, Pride était parvenu néanmoins à se tirer hors du gouffre... pour y retomber à pieds joints, et bien plus profondément ancré encore. De ce fait, une des convives cinquantenaires n'hésita pas à lui faire une remarque sur l'étrange coupure ciselant sa chair d'opaline, juste sous son oeil droit.

    « Grand dieu comment vous êtes vous fait ceci ?  »
    « Catherine, le jeune homme travaille pour la police » ricana l'homme aux cheveux blancs d'un rire franc et chaleureux. « Excusez-la, ma femme a une sainte horreur de la violence. »
    « La violence appelle la violence. » frissonna la vieille femme sous son étole de fourrure.
    « Certes elle n'est pas un but, mais elle est un moyen... En vérité il ne s'agit que d'une coupure maladroite. »

    Pride esquissa un sourire dont le charisme prenant contamina le couple cinquantenaire suintant le parfum Chanel et le cigare de luxe Cohiba ; la légère boutade du jeune homme les mit aussitôt à l'aise et acheva de leur accaparer leur confiance.

    « Je ne comprends pas comment certaines personnes peuvent être aussi mauvaise langue, vous êtes si galant homme Mr Berrington... » acquiesça la vieille femme d'un air enthousiaste et charmé.
    « Appelez-moi Pride. »

    Le timbre suave du jeune homme se stoppa lorsqu'une main fine vint se poser sur son avant-bras ; d'un geste alangui, il tourna dès lors la tête vers la silhouette qu'il reconnut comme étant l'une des hôtesses de la soirée. Cette dernière salua d'un sourire large le couple de grands magnats du pétrole avant de certifier leur emprunter Pride un court instant, s'éloignant avec ce dernier.

    « Tu m'avais promis de ne pas trop les approcher. » soupira la demoiselle d'un air las mais poli.
    « Je travaille pour les flics maintenant. » susurra-t-il de son timbre épicé, avant de reprendre sous la moue sceptique de son interlocutrice : « …puis ils m'adorent. »

    La jeune femme esquissa un sourire amusé sous l'argument taquin de Pride, avant de poser son regard azur sur une jeune fille brune au sourire accrocheur.

    « J'ai quelqu'un à te présenter. » dit-elle alors d'une traite avant d'attirer son convive vers la jeune fille à la beauté d'opaline. « Rachael... »

    Pride demeura un instant en retrait, avisant d'un oeil averti et observateur les deux femmes se saluer d'une politesse chaleureuse. Mais les rétines piquetées d'ambre du jeune ténébreux se posèrent bientôt sur la beauté fraîche de la belle Rachael : les traits fins de son visage étaient cousus de fil de soie, l'épiderme lumineux offrait cet aspect de porcelaine réhaussé par ses pupilles nacrées et ses lèvres cerises au goût probablement sucré, la grâce de ses épaules retombait tel de la mousseline dans la courbe parfaite de sa silhouette habillée d'une robe au tracé délicat.

    « Pride Berrington. » souffla-t-il de sa voix suave et de son regard carnassier dont les pupilles fauves ne daignaient plus la lâcher. « Les officiers sont pourtant de bonnes fréquentations. » renchérit-il d'un sourire mordant, faisant référence aux dires de la demoiselle entendus brièvement en écho.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: You know what bad things mean ? Lun 12 Avr 2010 - 23:53

Quelque peu alanguie, la jolie brune laissa échapper un court baillement, après tout, elle avait fait part à cette soirée simplement pour faire un don aux enfants malades. Parfaite inconnue, elle déambulait doucement parmis étoffes et taffetas. S'emparant d'une coupe de champagne, la jeune Rachael prit place dans un fauteuil de cuir près d'une fenêtre ouverte. Les bruits lourds et extérieurs de la ville la tira d'une étrange torpeur. Et c'est avec bien être qu'elle respira un court instant, la fraicheur d'une nuit de printemps. Miami était une ville si suprenante, à la fois cosmopolite et si animée. Le Québec semblait si loin. Tremblante, un frisson parcouru sa peau frèle, puis, une jeune femme vint s'assoir près d'elle. Entammant la conversation, Rachael lui répondit avec politesse. D'une trentaine d'années, l'inconnue lui avoua qu'elle était venue faire un don aux enfants, qu'après une longue attente, elle portait enfin son enfant. Se réjouissant pour elle, la belle lui aquiessa un sourire radieux.Puis après quelques futilités échangées, l'inconnue la quitta pour rejoindre son époux.

Le regard de Rachael s'arréta un cours instant sur la beauté des lieux, appréciant la chaleur de la pièce, ses yeux mordorés se posèrent sur une jolie blonde enjouée accompagnée d'un jeune homme plutôt distingué. Reconnaissant une excellente connaissance, Rachael s'avança à sa rencontre. "Bonsoir Noémie ! Je suis vraiment ravie de te voir !" Enlaçant son amie, la jolie brune adressa un sourire poli à l'homme qui l'accompagnait. Celui-ci lui rendit la pareille ne cachant pas un soudain intéret pour la jeune québéquoise, une sorte d'avide distraction. Quelque peu génée par cette soudaine intrusion, Rachael en perdit ses mots. Répétant ses dernières phrases, Noémie insista avec prudence "Es-tu sûre que tu vas bien ? Je ne sais pas, tu m'as l'air totalement absente !". Tout en se mordant la lèvre inférieure, Rachael reprit "Oh, je te demande pardon, je ne sais pas, l'alcool sans doute, je ne suis pas vraiment habituée au champagne !". Le rire cristallin de la jolie blonde résonna dans cet espace feutré, elle saisit Pride par le bras avant de le présenter avec politesse. Observée avec envie, Rachael baissa les yeux avant de rougir avec retenue. Puis, d'une voix suave et délicate, il se présenta. Mimant une subtile révérence, la jolie brune prit la parole." Je suis ravie de pouvoir faire votre rencontre Pride, je veux bien vous croire mais pour ce soir, laissons de côté nos titres, nous sommes simplement des invités capables de se réunir pour une cause louable, de plus, nous sommes masqués. Je ne tiendrais pas compte de cela.". Un léger sourire parsema son visage d'opale et délicatement, elle posa son masque d'or sur ses yeux mordorés. Puis, elle tendit la main au jeune homme tout en se présentant. "Je m'apelle Rachael Azur Lowes". Posant sa coupe de champagne sur le plateau d'un serveur, elle s'adressa au jeune couple. "Et bien, je vous laisse ainsi profiter de votre soirée, j'espère que nous nous reverrons bientôt" Aquiessant avec grâce, Rachael disparu dans la foule déguisée.

Le fait d'avoir échangé quelques mots lui remit un peu de baume au coeur. En l'espace d'un instant, la soirée ne lui avait plus semblé morne et futile. Décidant de se rafraichir, Rachael pénétra dans la salle d'eau. Profitant de la douceur de l'eau sur sa peau, elle laissa échapper un cri quand elle vit le reflet de Pride dans le miroir. Suprise et haletante, elle s'excusa avec politesse. " Je suis vraiment navrée, je ne vous avez pas vu ! Vous m'avez fait vraiment peur .... Je .... Nous sommes nous déjà rencontrés ? J'ai l'impression de vous avoir déjà vu quelque part !"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: You know what bad things mean ?

Revenir en haut Aller en bas
 

You know what bad things mean ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Four Seasons Hotel Miami-