AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 the last straight line

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: the last straight line Ven 22 Jan 2010 - 13:04



Le grand jour était arrivé. A supposer que l'on puisse le qualifier ainsi. Pour beaucoup, un grand jour signifie un jour merveilleux qui va changer le cours de sa propre existence. Jusque là ce jour en était un. Les jeunes femmes sur le point de se marier appellent cela leur grand jour. Comme si leur vie n'avait eut aucun sens jusque là et qu'elle allait exister pour de bon aujourd'hui, jour de leur mariage. Et qu'est-ce que signifie le mariage ? Rien de plus qu'une cérémonie pour unir deux personnes. Pour elle tout ceci n'avait aucun sens. Les Hommes ne devraient pas avoir besoin d'un mot ou d'une cérémonie pour se montrer tout l'amour qu'ils se portent. Encore une superstition stupide et sans intérêt. Quoiqu'il en soit, ce jour de janvier n'était pas celui où elle se marierait mais plutôt un jour bien ordinaire qui scellerait un pacte depuis longtemps établis. Elle n'était pas anxieuse, ni même impatiente. Elle vivait tout simplement, comme si ce jour ressemblait aux milliards d'autres déjà vécus. Après s'être douchée et avoir enfilé un peignoir blanc, Alvira descendit à sa cuisine et eut l'agréable, ou désagréable, surprise de voir que James n'était déjà plus dans la maison. Leur relation se dégradait de jours en jours et Alvira ne semblait pas trop s'en soucier. En réalité elle avait bien d'autres choses en tête. Des choses qu'elle ne lui disait pas et qu'il n'avait pas besoin de savoir. Malheureusement ces choses les envoyaient tout droit vers le mur. Ils avaient dormi ensemble, comme d'habitude. Mais il ne l'avait pas prise dans ses bras comme il le faisait autre fois. Elle avait trouvé le sommeil de son côté, lui du sien. Il ne partageait guère plus que cette maison désormais. Soupirant, elle mis la machine à café en marche et entreprit de lire le journal posé sur le bar mais au lieu de cela elle se releva et ouvrit un tiroir soigneusement fermé à clé dans l'entrée. Qui irait cherché quelque chose dans un lieu si évident ? Elle en sortir une petite enveloppe blanche dans laquelle elle sortit une invitation dorée. Retournant à la cuisine et s'asseyant sur une chaise haute, elle la relue pour la millième fois, un sourire se dessinant au coin de son visage.



FLASH BACK

Elle était allé récupérer son courrier dans sa boîte aux lettres, comme tous les matins et comme chaque habitants du quartier. Elle avait salué sa voisine puis était rentré avant que celle-ci n'atteigne le devant de sa demeure. Elle n'avait aucune envie de lui parler, surtout pas pour que cette veille folle lui parle des derniers ragots sur telle ou telle personne. Elle en savait bien assez comme ça. Comme toujours elle mis les publicités de côté, on ne sait jamais. Elle posa les lettres destinés à James sur la grande table et monta dans sa chambre lire les siennes. Facture d'électricité, facture de téléphone, facture d'eau...enveloppe blanche, sans expéditeur. Alvira fronça les sourcils et délaissa le reste de la pile pour se concentrer sur cette étrange lettre. Elle la décacheta rapidement pour y trouver une invitation à un défilé de mode organisé au Red Rocks. En une fraction de secondes elle comprit de qui provenait la lettre et l'invitation. Cette dernière était accompagnée d'un petit mot écrit à la main et signé d'un simple A. Le sourire qui prit possession de son visage était quasiment indescriptible. Elle lu rapidement les quelques mots écrits et hocha de la tête. Puis, ayant mémorisé ce qui était dit, elle fit brûler le papier jeta les cendres dans la poubelle de la salle de bain. Elle avait beau détester les défilés de mode, elle serait bel et bien présente à celui-ci...

FIN DU FLASH BACK



James n'avait pas donné de signe de vie durant la journée. Il devait être occupé à travailler un vieux meuble. Cela l'arrangeait. Elle n'aurait pas besoin de se justifier de son absence de ce soir. Avec un peu de chance elle serait même partie avant son arrivée à la maison. Il n'était guère tard lorsqu'elle commença à se préparer, en ayant eut marre de poursuivre son mémoire, sa thèse pour pouvoir quitter l'université et entrer, enfin, dans la vie active. Elle aimait l'écrire et faire toutes ces recherches néanmoins sa tête était ailleurs ce soir. Elle entreprit donc le long processus qui la conduirait au Red Rocks. Choisir une tenue adéquate ne fût pas une mince affaire. Elle n'avait pas vraiment horreur de s'habiller convenablement, c'est à dire en robe de soirée. Mais Alvira n'en avait pas l'habitude. C'est pourquoi elle jouait ce double jeu, se transformant ce soir en une toute nouvelle femme. Une femme fatale, prête à tout. Elle sortit une robe noire, très élégante et sexy et l'enfila. Des chaussures à talons à sorti et un maquillage noir pour compléter le tout. Elle releva ses cheveux en une queue parfaite et s'admira l'espace de quelques secondes dans le miroir. Elle ressemblait de plus en plus à sa mère...Si James la voyait en cet instant il aurait surement envie de lui faire l'amour. Elle se mit à sourire en pensant à lui. Elle le voyait presque lui retirer cette magnifique robe et embrasser chaque parcelles de son fragile corps. Mais ce soir il n'était pas question de se laisser adoucir. Chassant ces idées et ces images de sa tête elle prit son sac à main et décida de quitter les lieux rapidement afin de ne pas le croiser. Elle lui avait dit qu'elle sortirait ce jour là, mais il ignorait où. Si il avait su qu'elle allait assister à un défilé il aurait eut des soupçons. Et c'était bien la dernière chose dont elle avait besoin ce soir. Une fois au volant de sa Mini Cooper rouge, elle roula, prudemment, jusqu'au parking où elle se gara là où elle put, les lieux étant déjà bondés. Sur son passage beaucoup se retournèrent mais elle n'y fit pas attention. Elle n'était pas là pour éblouir les gens mais bel et bien pour une mission. Dans la salle, les festivités avaient commencés. Être en retard ne lui posait aucun problème. Moins elle était vue et mieux cela était pour elle. C'est donc discrètement qu'elle pénétra dans les loges situés en haut. Elle avait l'air de connaître les lieux par cœur, comme si elle y était déjà venu auparavant. Elle pénétra dans la dernière loge du couloir et, en silence, elle prit place à côté d'une jolie blonde qui semblait suivre avec attention le déroulement de la soirée. Ce n'était qu'un leurre. Elle avait simplement attendu la venue de la jeune femme. Maintenant la soirée pouvait commencer.

Alvira ne l'avait pas salué, bien qu'elle furent seules. Une chance d'ailleurs. Ou plutôt un coup de maître orchestré par sa charmante compagne de ce soir. Elle non plus n'avait pas bougé lorsqu'Alvira s'était assise. Elle avait gardé les yeux rivés sur la scène où défilait des mannequins portant des créations incroyables et ravissantes. Quoique parfois ringarde selon Alvira. Elles ne se regardèrent même pas, à tel point que n'importe qui aurait pu croire qu'elles ne se connaissaient pas et qu'il s'agissait d'un pur hasard si elles s'étaient retrouvées ensemble dans la même loge. Gardant les yeux fixés sur la scène Alvira daigna néanmoins prendre la parole en première. Après tout s'était elle qui devait rentrer les mains pleines ce soir, et non le contraire. Du moins, pas encore...


-J'imagine que tout se déroule comme il le faut. Pour toi...comme pour moi.


Oui, n'importe qui aurait cru à deux amies confortablement installées dans une loge pour admirer un défilé somptueux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: the last straight line Dim 24 Jan 2010 - 16:48


Assise à sa coiffeuse, elle coiffait soigneusement ses cheveux blonds. Elle fixait avec calme et sérénité son reflet, ne reflétant qu’un visage impassible et figé. La froideur de ses traits était devenue ce que les gens voyaient le plus souvent d’elle à présent. C’était à se demander s’il lui arrivait encore de sourire ou encore de rire de temps en temps. Tout était devenu bien compliqué depuis un certain temps mais elle se montrait toujours aussi maitresse de la situation, elle le devait, elle n’avait plus aucune échappatoire, aucun retour en arrière n’était possible. Elle avait perdu la dernière figure parentale, elle demeurait la seule adulte et celle qui devait se gérer toute seule dorénavant. Dans des gestes mécaniques, elle s’affaira à faire un chignon et à un placer un ruban noir pour casser l’éclat de ses cheveux d’ange. Ainsi fait, elle se retira et se dirigea vers la penderie où se trouvait toutes ses belles robes de soirée. Cassandre mettait un point d’honneur à être parfaitement présentable à chacun que ses déplacements, c’était un plaisir qu’elle se faisait et qu’elle faisait aux autres. Comme à son habitude, elle mit plusieurs minutes avant de se décider. Avant même que sa mère ne perde la vie, elle avait pris l’habitude de choisir seule ses habits, ayant un goût prononcé pour la mode. Bien sûr, Deliah donnait toujours son petit commentaire lorsqu’elle croisait sa fille mais Casey n’en tenait que rarement compte. Elle opte finalement pour une robe blanche et noire, un cadeau qu’elle avait reçu d’une jeune styliste talentueuse. C’était l’occasion rêvé pour la sortir, ainsi marquer le coup car cette soirée allait quelque peu différer des autres.

Dorénavant prête pour sortir, elle descendit les grands escaliers et tomba directement dans le hall. Elle se permit un dernier coup d’œil dans la glace pour vérifier les détails et sortit enfin de la maison pour rejoindre la voiture qui l’attendait.

Arrivée devant le Red Rocks, elle n’eut aucun mal à remarquer tout le beau monde qui s’y trouvait. Il s’agissait d’un défilé pour lancer les nouvelles collections de jeunes stylistes ayant un certain début de succès. Casey devait donc s’y rendre, comme à chacun de ce genre d’évènements. Elle salua et discuta avec certaines personnes, elle retrouva sa nouvelle assistante qu’elle posta loin d’elle. Elle le prit comme un immense honneur d’être placée devant, pour Casey c’était surtout pour ne pas l’avoir dans les pattes. D’un pas assuré, elle s’avança dans le couloir menant aux loges, un privilège que peu de personnes pouvaient se permettre, mais Cassandre l’avait. Elle montra avec prétention sa carte et l’homme la laissa passer. Elle grimpa quelques marches pour enfin se diriger vers la porte menant à son espace réservé. Lorsqu’elle y pénétra et referma derrière la porte, elle respira profondément, se sentant soudainement soulagée d’un poids invisible. Elle passa l’une de ses mains sur son visage puis sur sa poitrine avant de prendre finalement place. Elle était assurée d’être tranquille dans cet endroit et c’était ce qui l’a rassurait. Mais cette tranquillité était éphémère, elle le savait, c’est pourquoi elle devait en profiter au maximum.

Les lumières éteintes, laissant place aux projecteurs pour donner une certaine ambiance, le fashion show avait commencé. Casey regardait avec une fausse attention ce qui se déroulait sous ses yeux, son esprit étant bien trop occupé à penser. Et lorsqu’elle entendit la porte de la loge s’ouvrir, elle resta dans la même posture, les yeux toujours rivés en direction du défilé. Elle n’avait pas besoin de lui porter une quelconque importance, elle savait que celle qu’elle attendait était en train de prendre place à ses côtés comme convenu. « J'imagine que tout se déroule comme il le faut. Pour toi...comme pour moi. » Cassandre continua sa petite comédie, mimant l’indifférence. Au bout de quelques secondes, elle se recula dans son siège et plaqua son dos parfaitement droit contre le dossier. Pivotant très légèrement son visage de porcelaine, elle regarda du coin de l’œil la jeune femme. « Tout devrait rentrer dans l’ordre dans les jours qui viennent, en effet. » lança-t-elle avec sérieux. Elle avançait là ce qu’elle espérait réellement. Elle connaissait quelques problèmes ces derniers temps et l’espoir que tout fonctionne comme elle l’avait prévu était présent. Le silence s’installa de nouveau entre elles, Casey reportant son attention sur le défilé puis elle baissa légèrement la tête, posant ses yeux sur sa pochette. Du bout de ses doigts, elle la tapota comme si elle n’était pas certaine de vouloir l’ouvrir. Elle pivota alors vers son interlocutrice, l’affrontant du regard cette fois. « Je te prierai d’en faire bon usage et de ne pas éveiller les soupçons. » Le ton de sa voix n’était pas menaçant même si Alvira avait dû comprendre qu’elle ne plaisantait. Cassandre reposa ses yeux sur sa pochette et l’ouvrit, sortant alors une enveloppe assez épaisse. Elle la garda une poignée de secondes entre ses mains puis la fit glisser discrètement vers la jeune femme à ses côtés. « Je crois que ceci te revient de droit. » chuchotat-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: the last straight line Mar 26 Jan 2010 - 15:13


Tout n'est qu'apparences dans ce bas monde. A Ocean Grove plus qu'ailleurs, les habitants se cachaient continuellement derrière des masques, dissimulant ainsi leur intentions. Quoi de plus parfait lorsqu'on cherche à éviter les soupçons ? Certains vous donne l'impression qu'ils sont digne de confiance et vous leur confierez vos enfants sans hésiter. D'autre ont l'air quelconque et ne se mêle nullement de la vie des autres. Et d'autres encore feront tout pour être apprécié. Bien que tous différents ils possèdent tous le même point commun : détourner l'attention. Faire en sorte qu'on ne se pose pas trop de questions. Tous les coups sont permis dans le jeu de l'apparence et du faux. A son sens, le défilé qui se déroulait sous ses yeux avait tout l'air d'une mascarade. Alvira Devlin n'était d'ailleurs pas ici pour cela. Elle n'y aurait jamais assisté sans avoir un intérêt. Plus important encore, elle n'assisterait jamais à de tels évènements depuis un loge privée comme celle-ci. Mais assez étrangement, personne ne s'était posé de questions. On l'avait laissé passé sans problèmes lorsqu'elle avait présenté sa carte. Personne ne se posait jamais de questions. Le drame de notre société. Si la voisine insouciante s'était demandé d'où venait sa baby-sitter alors peut-être aurait-elle pu éviter la mort de son enfant. Nous devrions toujours poser des questions. Pour s'intéresser à la vie, pour réfléchir, pour savoir et être sure que nous faisons le bon choix. Alvira Devlin ne s'en était pas vraiment posé en acceptant la proposition de Cassandre Ainsworth. L'appât du gain peut-être. Ou la fabuleuse adrénaline qui coulerait dans ses veines ensuite. Quoiqu'il en soit elle avait accepté et les deux jeunes femmes se retrouvaient assises côte à côte devant ce spectacle.

Jouer l'indifférence, voilà qui est pratique. Ni l'une ni l'autre ne se regardaient vraiment. Encore que Cassandre lui glissa un vague regard. Alvira restait stoïque, impassible comme réellement intéressée par le défilé. Elle ne l'était pas bien sur. Mais comme tout le monde elle avait développé une certaine maitrise de l'art de dissimuler les choses. Elle savait faire preuve d'une incroyable intelligence dans certaines situations. Elle ne pensait pas au défilé. Pas même à cet instant. Toutes sortes de pensées et d'émotions la traversait mais certainement sans rapport avec ce qui nous intéresse ici. Elle avait néanmoins clairement entendu la voix de son amie, à supposer que ce nom convienne. Elles n''étaient pas vraiment amies. Peut-être le deviendraient-elles par la force des choses mais ce n'était pas dans la volonté d'Alvira, ni dans ses plans. Elle n'était pas ici pour faire la conversation ni même pour laisser Cassandre pleurer sur son épaule. Elle avait une affaire a régler. Jetant un rapide coup d'œil à sa compagne d'un soir elle pensa qu'en effet tout se déroulait plutôt bien. Du moins pour elle. Cassandre devait avoir plus de difficultés et elle allait sans doute avoir à faire à des complications. Alvira était plutôt tranquille et ne craignait rien. Alors qu'elle allait pivotait à nouveau pour jouer la carte de l'indifférence, encore. Cassandre se tourna et planta son regard dans le sien. Le défilé attendrait. Le sourire qui se dessina sur son visage était tout sauf amical. Elle arqua un sourcil et regarda la blonde, médusée. Si il y avait bien une chose qu'Alvira Devlin était capable de faire c'était ne pas éveiller le moindres soupçons. Elle avait connu pire. Elle avait même échapper au pire ! Si Cassandre avait su elle ne lui aurait jamais parlé de la sorte. Encore que la jolie blonde devait savoir à quoi s'en tenir. Après tout, c'était elle qui 'lavait contacté un jour...


- Allons, tu devrais me connaître mieux que cela. Cacher des petits secrets c'est un peu ma spécialité en ce moment...


Et par petit secret elle n'entendait pas des broutilles bien sur. Mais Cassandre comprendrait de quoi il s'agissait. Elle ne voulait simplement pas en dire d'avantage. On ne sait jamais. Tous les coups sont permis dans ce genre de jeu. Et un ami peut se transformer en adversaire en si peu de temps. On ne peut se fier à personne lorsque les masques sont de sortie. Il n'y a même aucune garantie. Elle conserva son sourire encore quelques secondes puis son regard se posa sur les mains de Cassandre qui sortait de sa petite pochette une enveloppe qu'Alvira aimait déjà. Elle en ferait bon usage c'était certain. Elle lui trouverait une excellente utilité. Peut-être pas tout de suite mais ça ne saurait tardé. On a toujours besoin de quelque chose de neuf...

Avec lenteur et discrétion, elle récupéra l'enveloppe et la mis immédiatement dans sa propre pochette. Reposant les mains dessus comme si Cassandre allait la lui reprendre. Ce serait insensé et complètement idiot de sa part. Elle la remercia d'un sourire et reporta son attention sur la scène. Il ne serait pas poli de sortir maintenant. Attendre que toute cette mascarade se termine ne la dérangeait pas plus. Et puis James ne s'en soucierait pas. Elle avait le droit de sortir. Elle n'était l'esclave de personne et c'était en toute liberté qu'elle avait fait ses choix. Malgré tout une pensée, qui la fit sourire d'autant plus, lui traversa l'esprit et elle ne pu s'empêcher de faire la remarque à Cassandre. La réponse à cette question était évidente mais elle trouvait cela fort amusant. De plus, elle prenait un malin plaisir à prendre de haut la jeune Ainsworth bien qu'elles eut le même âge.


- J'imagine que tout y est. Tu ne prendrais pas de tel risques, n'est-ce pas Cassandre ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: the last straight line

Revenir en haut Aller en bas
 

the last straight line

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Red Rocks Amphitheatre-