AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 N°1200, Lemon Street ● OOPS, I'M NOT SORRY!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: N°1200, Lemon Street ● OOPS, I'M NOT SORRY! Sam 23 Jan 2010 - 16:04



OOPS, I'M NOT SORRY!
sloan weisel, presley clyde & cassandre ainsworth


Désespérée. Perdue. Confuse.
Cassandre Ainsworth avait vu défiler sa vie devant elle telle une exposition en diaporama. Elle s’était revu enfant, jouant avec ses divers jouets et essayant d’amuser la galerie, soit sa mère et son père. Elle avait revu une courte période de son adolescence, toujours à Las Vegas et quand son père était encore présent. La vie était si simple à l’époque, elle devait seulement se contenter de régner en maitre dans les couloirs du lycée, de faire bouger les pom-poms et ses hanches au rythme de la musique. Tous les moments marquants de sa vie s’étaient soudainement figés devant elle comme un film en accéléré. Croyante et pratiquante, elle était convaincu qu’au moment où elle devra passer de l’autre côté, elle aurait droit à un défilement de sa vie devant ses yeux, à la lumière blanche au bout d’un tunnel. C’était un moyen comme un autre de se rassurer et de se dire que la mort n’avait rien de si horrible que cela. Pour elle en tout cas… Mais lorsqu’elle touche un être cher ? Comment ne pas en vouloir à la vie et à l’injustice de cette dernière ? Avait-elle réellement mérité un tel châtiment ? C’était une personne difficile et détestable certes, mais elle n’a jamais tué personne après tout alors pourquoi subir ce genre de chose ? Comme si son existence n’était pas assez chaotique derrière les beaux amis bien repassés, les bijoux étincelants et les bonnes manières dignes d’une princesse. Cet accident avait tout changé malgré qu’elle dise le contraire, elle avait perdu sa mère, son père n’était aussi mort à ses yeux bien qu’il devait se la couler douce quelque part sur une île paradisiaque. Suite à cette soudaine perte, l’agence de mannequin tournait au ralenti, le testament semblait avoir des incohérences… Rien n’allait plus et Casey était à deux doigts de perdre pied. Et elle le perdit…

Titubant dans l’une des rues d’Ocean Grove, la jeune femme n’avait aucunement conscience de ce qu’elle faisait réellement. Elle ne cherchait pas à comprendre pourquoi elle marchait, ni même ce qu’elle faisait à se balader en pleine nuit dans les rues désertes de son quartier résidentiel. Elle se souvenait juste avoir enchainé les boissons alcoolisées. Les personnes la connaissant sauraient qu’elle ne tient aucunement l’alcool et que deux verres environ suffisaient pour la mettre dans un sacré état, voilà pourquoi elle ne buvait presque jamais. Maladroitement, elle évitait les obstacles et quand c’était trop tard pour faire un pas sur le côté, elle se rattachait au plus vite à ce qui avait autour pour ne pas se retrouver au sol. Lorsqu’elle leva finalement les yeux, s’arrêtant de marcher, elle repéra la porte d’une personne qu’elle avait appris à apprécier, plus ou moins en tout cas. Tout naturellement, elle s’avança dans l’allée menant jusqu’au domicile de cette personne. Une fois devant, elle observa longuement le numéro sur le mur. Elle était quasi certaine de ne pas se tromper. Après une poignée de seconde d’hésitation, elle frappa plusieurs fois et estimait qu’elle n’arrêterait que lorsque quelqu’un ouvrirait cette fichue porte. Elle ignorait quelle heure il était, mais elle s’en fichait, même saoule elle pouvait faire preuve d’un égoïsme impressionnant. Elle remarqua au bout d’un certain moment que la lumière s’alluma dans les pièces et elle stoppa ses coups contre la porte. Cette dernière s’ouvrit doucement, laissant entrevoir un jeune homme apparemment encore un peu endormie. Casey lui afficha un immense sourire digne des publicités pour les dentifrices, ses bras s’élancèrent subitement dans les airs et elle lança un « BONSOIIIIR » joyeux. Son enthousiasme, si vite apparu s’envola en quelques secondes, l’expression de son visage devenant plus triste. C’est ainsi qu’elle se mit progressivement à pleurer, les larmes lui coulant excessivement le long de ses joues. « Sloannnn » souffla-t-elle difficilement entre ses dents, la voix tremblante. Elle se précipita alors dans les bras du pauvre jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1200, Lemon Street ● OOPS, I'M NOT SORRY! Mar 26 Jan 2010 - 18:10


La nuit était parfaitement installée sur Ocean Grove et le silence avait recouvert l'intégralité du quartier. Bien qu'il fut assez agité en journée, la nuit, ce dernier devenait d'un paisible tellement absolu que même les esprits tourmentés arrivaient à trouver un sommeil profond. Sloan Weisel faisait parti de ces individus : le cerveau ressassant sans cesse un problème ou un autre, les difficultés et les nouvelles n'ayant fait que s'accumuler depuis un an, il était surprenant d'apprendre qu'il réussissait malgré tout à s'offrir de vraies nuits complètes de sommeil. C'était d'ailleurs une chose pratiquement vitale sans quoi il n'aurait certainement pas pu tenir plus d'un an à Ocean Grove : ses journées étaient particulièrement éprouvantes, ces derniers jours en particuliers, et les nuits qu'il ne passait pas auprès de sa petite amie devaient impérativement être pour lui source de repos. Aussi, lorsque des coups répétés et insistants se firent entendre dans la nuit noire, l'australien ne mit guère longtemps pour réaliser que c'était à sa porte que l'on cognait. Il se redressa subitement dans son lit et frotta son visage, un instant étourdi par la façon si brusque dont il s'était levé à moitié. Seul, à l'étage dans son immense demeure, il aurait pu prétendre être absent : après tout, tout le monde était au courant qu'il était en couple avec Presley Clyde, il pouvait très aisément prétendre être chez elle ce soir-là. Malheureusement et alors qu'il penchait vraiment pour cette solution, il se rendit compte qu'il était à présent trop éveillé pour réussir à se rendormir immédiatement. Et quitte à passer la prochaine heure réveillé, autant aller voir la personne qui osait le déranger de la sorte à une heure si avancée. Bougon, son esprit se mit petit à petit en ordre tandis qu'il attrapa un short soigneusement plié au pied de son lit mais n'eut pas le courage de s'approcher de son armoire pour en extirper un t-shirt. Tant pis, il attraperait la crève dans le courant d'air de la porte, resterait clouer au lit et plus personne viendrait le faire chier à pas-d'heure-du-matin. Se retrouvant sur le palier dans le couloir, il alluma la lumière du premier étage avant de s'avancer de l'escalier d'un pas assez rapide : et si la personne à la porte était annonciatrice d'une terrible nouvelle ? Cela expliquerait et justifierait cette visite nocturne. Peut-être s'agissait-il même de Presley. Craignant le pire au souvenir des révélations qu'elle lui avait fait sur son passé, le jeune homme dévala les escaliers et atteignit rapidement l'interrupteur pour illuminer le rez-de-chaussé. L'instant d'après, il se trouva derrière la porte, main sur la poignée qu'il activa et se présenta à la porte, torse nu, la mine ensommeillée mais à présent terriblement soucieuse.
Quelle ne fut pas alors son soulagement puis rapidement son interrogation et sa suspicion en voyant la silhouette familière de Cassandre Ainsworth sur le pas de sa porte. Arquant un sourcil, il s'apprêta à lui demander les raisons de cette visite incorrecte mais il fut coupé dans son élan par la vision du visage de la jeune femme se décomposant et fondant en larmes avant de la sentir se jeter sur lui. Vacillant légèrement de surprise, il l'encercla maladroitement de ses bras et baissant le visage vers elle, ne tarda pas à réaliser qu'elle était de toute évidence saoule. L'odeur de l'alcool bien entendu la trahissait mais surtout cette attitude bien trop chaleureuse chez elle. Ils avaient certes appris à se « dompter » mutuellement mais pas à ce point … Il était devenu son mentor musical et elle avait accepté de faire des efforts de sociabilité avec lui mais jamais un quelconque élan d'affection ne les avait lié de la sorte. Alors inquiet des raisons qui pouvaient se tramer derrière un tel comportement, Sloan l'entraîna dans le hall et ferma la porte d'entrée après s'être doucement défait de son emprise. Il revint ensuite rapidement vers elle et la teint par les épaules, la forçant à se redresser et surtout, à croiser son regard. Il ne savait pas trop ce qu'il pourrait tirer d'elle puisque de toute évidence, elle était complètement pétée mais il n'avait pas d'autres choix en vue.
« Cassandre, qu'est-ce qui t'arrive ? Quelqu'un t'as fais du mal ? Tu viens d'où comme ça ? »
Se doutant qu'il n'obtiendrait probablement pas la moitié des réponses qu'il aurait souhaité recevoir, il poussa un soupire, assez embarrassé. Il se redressa alors et jeta un coup d'œil vers son salon. Il n'était pas doué pour les consolations et encore moins auprès d'une jeune femme comme Casey : fermement débrouillarde et intouchable. Relâchant ses épaules, il attrapa – ou plus exactement frôla – son bras pour la guider avec lui jusqu'à la pièce voisine. Une fois qu'ils y furent, il se tourna vers elle et reprit la parole.
« Assieds-toi, j'vais te chercher un verre d'eau. Ne touche à rien. »
Prenant le risque de la laisser seule dans sa salle de séjour, il rejoignit rapidement sa cuisine et ouvrit son réfrigérateur pour attraper une bouteille d'eau minérale, ne cessant de hocher la tête de consternation mais malgré lui assez inquiet quant aux raisons qui pouvaient bouleverser à ce point Cassandre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1200, Lemon Street ● OOPS, I'M NOT SORRY! Mar 2 Fév 2010 - 1:59


« Cassandre, qu'est-ce qui t'arrive ? Quelqu'un t'as fais du mal ? Tu viens d'où comme ça ? » Cassandre le regarda bêtement, ne répondant rien, étant complètement à côté de la plaque. C’était comme si son esprit n’était plus là, son dos était courbé par la fatigue, ses yeux n’étaient pas réactif. Elle faisait presque peur à voir. Elle se laissa alors faire lorsqu’elle sentit Sloan l’amener en direction de ce qui ressemblait au salon. Elle passa une main sur ses joues humides d’un geste maladroit, écartant au passage des mèches de cheveux blonds. « Assieds-toi, j'vais te chercher un verre d'eau. Ne touche à rien. » Elle hocha vivement la tête pour le persuader qu’elle l’écoutait mais l’information entrait et ressortait tout aussi rapidement. Son regard se posa sur les différents objets qui décoraient la jolie pièce. Elle ne venait pas souvent ici, à vrai dire c’était Sloan qui venait chez elle et non l’inverse. En temps normal elle ne se serait jamais permise une telle intrusion dans la vie privée du jeune homme mais elle avait oublié tous ses principes ce soir. Voilà pourquoi elle ne buvait que très modérément, elle n’était pas du tout habituée à l’alcool. Elle fit quelques pas en avant, fixant avec une attention étrange un objet qui lui semblait bizarre. Elle fronça les sourcils et posa une main sur l’objet en question. Elle le secoua dans tous les sens contre son oreille mais aucun son ne se fit entendre, elle le reposa alors sur la commode avant de pivoter pour faire demi tour. C’est à ce moment qu’elle commit une gourde. Dans un fracas désagréable, quelque chose se brisa au sol. Casey, prise par surprise, sursauta et recula violemment en criant légèrement de sa petite voix. « Oops » souffla-t-elle. Apparemment le bruit n’avait pas été aussi fort qu’elle le croyait puisque Sloan n’arrivait pas en trombe dans le salon. Elle regarda les morceaux sur le sol, complètement paniquée à l’idée que son prof de chant ne puisse les découvrir et la virer de chez lui. Ni une ni deux, elle ramassa rapidement les débris et chercha un lieu où elle pourrait les cacher ni vu ni connu. Elle décida finalement de soulever l’un des coussins du canapé et de fourrer les morceaux dessous comme si de rien n’était. Sans attendre plus longtemps, elle s’installa sur ce même coussin et elle vit Sloan arriver. Elle l’accueillit avec un immense sourire qui n’avait rien de sincère et qui était tout ce qui avait de plus exagéré dans le genre. Sloan n’aurait donc aucun mal à se douter de quelque chose à moins qu’il soit vraiment idiot. Qu’importe, Casey s’en fichait dans le fond, il n’aurait pas le culot de la mettre dehors pour cela… si ? Elle attrapa doucement le verre qu’elle apporta tout aussi lentement à ses lèvres et but quelques gorgées d’eau. Elle afficha une grimace, elle avait la sensation qu’elle allait s’effondrer ou pire, vomir. Tout ce chamboulement n’était visiblement pas bon pour son estomac. Elle posa le verre sur la table sans prendre la peine de le mettre sur le dessous de verre que Sloan avait certainement posé pour ne pas faire de trace. Casey ne l’avait pas fait pour le contrarier, aucun de ses gestes n’étaient calculés ce soir d’ailleurs, ce qui devait la changer… Quoiqu’il en soit elle regarda le jeune homme d’un air abattu, elle se sentait mal, autant au niveau physique que mental. « Je crois que j’ai tout gâché… Je mérite ce qui m’arrive n’est-ce pas ? » lança-t-elle, les larmes au bord des yeux. « D’abord mon père, puis maintenant ma mère… ils m’abandonnent tous autant qu’ils sont. » enchaina-t-elle amèrement. Ce n’était pas son style de se confesser, sauf devant un homme d’église. Mais devant Sloan ? Jamais Ô grand jamais elle n’aurait imaginé en arriver à là avec lui, ou avec un autre tout court d’ailleurs. Elle ne contrôlait plus rien, ni ses paroles, ni ses pensées, ni même son comportement. Il y’avait de quoi rester sur ses gardes avec Cassandre, manipulatrice comme elle était. N’importe qui pourrait profiter de ce moment de faiblesse pour l’anéantir une bonne fois pour toute mais bizarrement, elle savait qu’avec Sloan, elle ne risquait rien. Elle n’avait pas beaucoup de sympathie pour lui, du moins ses relations avec le jeune homme s’étaient nettement améliorées depuis leur première rencontre mais cela restait très professionnel. « Je… Je ne veux pas rester seule ce soir… Est-ce que je peux dormir ici ? S'il te plait... » demanda-t-elle avec des yeux de cocker.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1200, Lemon Street ● OOPS, I'M NOT SORRY! Mer 10 Fév 2010 - 18:51


Par chance, le moment que choisit Cassandre pour faire éclater au sol la déjà bien faible décoration de Sloan fut l'instant où le jeune homme rinça un verre dans l'évier (le verre était déjà propre, Sloan ne faisait tout simplement pas confiance à la poussière qui aurait pu s'y déposer depuis qu'il l'avait rangé dans l'armoire.) et l'écoulement de l'eau assourdit donc les bruits venant du salon. Après avoir essuyé le verre et attrapé la bouteille d'eau, Sloan revint dans le salon, ne se doutant évidemment pas des dégâts qui furent commis pendant son absence de deux minutes seulement. Ce fut uniquement au moment où il vit le sourire étonnamment large de Cassandre qu'il eut l'étrange sensation d'avoir manqué quelque chose … Il fronça un instant les sourcils, son regard balayant les environs mais ne remarquant rien, il se contenta de mettre tout cela sur le compte de l'ivresse de la jeune femme. Il remplit donc le verre d'eau, le tendit à Cassandre et alla rejoindre le fauteuil voisin. S'asseyant simplement au bord du siège, les bras posés sur ses cuisses, il ne quitta pas la jeune femme des yeux mais ne sembla ressentir aucune compassion particulière à la voir grimacer et lutter visiblement contre des hauts-le-cœur. Lui-même était rarement ivre (voire jamais) mais il avait plusieurs fois eut l'occasion d'assister à ce genre de spectacle et à chaque fois, cela le laissait de marbre. A ses yeux, c'était tout simplement le retour de bâton, les adeptes de l'alcool le méritaient, même si cela ne leur servait pas toujours de leçon. Le seul moment où il sembla la plaindre fut lorsqu'elle leva des yeux larmoyants vers lui. Il détestait voire quiconque pleurer et le fait que cela soit son élève était encore plus déstabilisant. Pourtant, il n'était pas doué avec les élans d'affection et il resta donc à sa place, se contentant de lui porter toute l'attention dont il était capable. L'entendre se condamner toute seule était assez dur mais Sloan ne put s'empêcher de se reconnaître en elle … Combien de fois avait-il cru que ce qu'il endurait était la juste rétribution de ses erreurs ? Cela ne voulait pas dire qu'il était d'accord avec elle, loin de là : ce n'était naturellement pas de sa faute si son père l'avait laissée et que sa mère était décédée, mais il comprenait le sentiment qui l'animait. C'était un arrache-cœur de la voir craquer à ce point. Elle avait beau lui en avoir fait voir de toutes les couleurs, il ne lui en avait jamais voulu au point de la voir un jour dans un tel état. Après avoir gardé le silence peut-être un peu trop longtemps, n'arrivant pas à se décider dans la manière dont il convenait d'agir, il souffla finalement d'un voix paisible et sincère.
« Tu n'y es pour rien … Quitter quelqu'un, ce n'est pas forcément un châtiment qu'on souhaite affliger à la personne. »
Il se tut et pinça les lèvres. Étrangement, ses paroles sonnaient assez personnelles : il avait été le type qui abandonne ses proches plus d'une fois, jusqu'à dernièrement avec son ex-petite amie. Le souvenir de Bluenn lui crispa les entrailles et il eut la furtive vision de la jeune femme dans un état similaire à celui de Cassandre. Chassant rapidement l'image de son esprit, il se reconcentra sur Casey et sembla soudainement prit de court par sa demande. Dormir ici ? Dans un réflexe, il se redressa et jeta un coup d'œil à son salon. Il n'avait jamais accueillit quiconque à dormir ici – hormis Presley, mais c'était différent – et il n'était franchement pas sûr que l'endroit soit aménageable pour un lit de camp. De toute façon, il n'avait même pas de sac de couchage. Refusant pourtant ne serait-ce que l'idée de refuser cette requête, Sloan reposa son regard sur la jeune femme qui attendait toujours sa réponse et hocha la tête en signe d'assentiment.
« Bien entendu. Ça ne va pas être du grand luxe mais tu peux rester chez moi. »
Il se leva et laissa une fois de plus la jeune femme seule. Il monta à l'étage et se dirigea vers le placard situé dans le couloir pour en sortir une grande couverture ainsi qu'un oreiller d'un blanc éclatant. Il redescendit chargé de ses trouvailles, retrouva Cassandre toujours sur le canapé et s'avança donc vers elle.
« Ça pourrait faire l'affaire. J'ignore par contre si le canapé est assez confortable … Tu me diras ça demain matin, d'accord ? »
Facétieux, bien que la situation ne s'y prêtait pas, il déposa la couverture ainsi que le coussin auprès de la jeune femme. Il devinait très bien que pour une personne aussi coquette qu'elle, la nuit s'annoncerait longue mais il n'oubliait pas aussi qu'elle était ivre et qu'elle pourrait probablement s'endormir au fond de sa baignoire alors bon … Il finit par s'éloigner et alors qu'il s'apprêtait à lui-même rejoindre son lit, il lui dit.
« Tu as encore beaucoup de personnes autour de toi, ne les oublie pas. »
Lui tournant le dos, il remonta les escaliers et retrouva sa chambre où il s'étendit sur son lit après avoir poussé un profond soupire – non pas de fatigue mais d'inquiétude.


Dernière édition par Sloan Weisel le Sam 27 Fév 2010 - 1:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1200, Lemon Street ● OOPS, I'M NOT SORRY! Mar 16 Fév 2010 - 16:33


Drôle de situation n’est-ce pas ? Casey se confiant, du moins cela y ressemblait assez, à Sloan et ce dernier, tentant avec maladresse de lui venir en aide. Dieu seul sait à quel point leur relation peut passer du chaud au froid et qu’elle est fragile. La jeune femme n’a jamais été très tendre avec son professeur et c’était réciproque. Qu’on lui dicte sa conduite était une chose que Casey ne supportait pas et il fallait l’avouer, ils se prenaient souvent et très rapidement la tête. Par chance, elle n’était pas assez ivre pour lui parler de tout ce qui pourrait la compromettre, du genre sa relation avec Billy…qui se trouvait être une bonne amie de Sloan aussi. Non, ce n’était pas le genre de révélation à faire même si dans son état, tout était envisageable. « Tu n'y es pour rien … Quitter quelqu'un, ce n'est pas forcément un châtiment qu'on souhaite affliger à la personne. » Casey se contenta de hocher la tête lentement, nettoyant au passage les larmes qui coulaient le long de ses joues d’un geste de la main. Elle était désemparée, comme jamais auparavant. Certainement le contre coup d’avoir perdu sa mère, le seul parent qui lui restait. C’était peut-être une adulte sur papier mais dans le fond elle restait une gamine qui se sentait délaissée. Mais il s’agissait de Cassandre Ainsworth, elle était parfaitement capable de remonter la pente comme une grande, forte comme elle savait l’être par moment. En revanche, pour ce soir, elle ne se sentait pas capable de garder la tête haute. L’alcool qui était dans son sang l’empêchait de réagir avec raison et intelligence, elle se sentait complètement perdue et la simple idée de retourner chez elle l’effrayait. La seule option était donc de demander si elle pouvait rester dormir chez Sloan. C’était une demande particulière, elle n’était pas certaine que c’était la meilleure des solutions mais aussi étrange que cela puisse paraître, elle se sentait en sécurité sous ce toit. C’était sans doute l’état d’ivresse qui lui donnait cette impression…enfin, c’était ce qu’elle cherchait à se dire. « Bien entendu. Ça ne va pas être du grand luxe mais tu peux rester chez moi. » Souriant faiblement, elle regarda son professeur avec soulagement puis soupira. Elle le vit partir rejoindre l’étage supérieur, elle se mit alors à poser de nouveau ses yeux sur le salon et le peu d’objets qui s’y trouvaient. Elle fronça les sourcils, clignant parfois plusieurs fois des yeux pour que sa vue soit plus net. Elle s’était toujours demandée s’il vivait seul dans cette maison, elle s’était même un jour posé la question de savoir s’il recevait souvent des gens… Elle avait parfaitement remarqué qu’il savait garder une part de mystère le concernant, en somme, elle ignorait pas mal de choses sur lui. Quoique sa meilleure amie, Goldie, l’avait tenu au courant de pas mal petits détails sur lui, mais durant l’année écoulée, les choses avaient changé. A partir du moment où son amie ne souffrait plus, Casey n’avait pas de bonnes raisons pour en vouloir à Sloan. Elle reporta soudainement son attention sur le jeune homme qui était revenu auprès d’elle avec de quoi se couvrir et être à l’aise. « Ça pourrait faire l'affaire. J'ignore par contre si le canapé est assez confortable … Tu me diras ça demain matin, d'accord ? » Par réflexe, elle regarda le canapé avec une grimace puis haussa les épaules. « Merci… » Elle n’avait aucune envie de faire la difficile, elle était tellement fatiguée qu’elle était prête à s’affaler n’importe où du moment qu’elle pouvait dormir. Sloan était déjà assez gentil d’accepter de la laisser ici pour ce soir. Elle attrapa la couverture qu’elle serra entre ses doigts fins, le regard perdu. « Tu as encore beaucoup de personnes autour de toi, ne les oublie pas. » Elle releva les yeux, croyant qu’il était parti puis l’observa s’en aller pour de bon. Elle afficha une mine triste bien qu’un sourire trahissait le bien que ses paroles pouvaient lui faire. Elle ignorait si elle se souviendrait de ce moment le lendemain, mais ce qui était certain, c’était qu’elle appréciait un peu plus le jeune homme. Elle prit alors une profonde inspiration puis s’allongea sur le canapé, le coussin sous sa tête et la couverture qui vint l’habiller. Elle fixa le plafond sombre d’un air pensif puis ses yeux commencèrent à se fermer.
Faiblement, ses paupières s’ouvrirent. Elle était encore un peu endormie mais son dos commençait légèrement à lui faire mal. Cela faisait combien de temps qu’elle dormait au juste ? Pas très longtemps apparemment, puisqu’en posant son attention sur une horloge, c’était encore la nuit. Elle soupira, se relevant doucement pour ne pas provoquer des hauts le cœur. Maladroitement, elle se dirigea vers l’escalier qui lui faisait face, manquant de trébucher en se prenant les pieds dans ses propres chaussures délaissées sur le sol. Elle fixa un instant l’étage sombre puis commença à grimper les marches. Elle partait à l’inconnu, ne sachant pas vraiment où elle allait mais tant pis, elle était dans un état second, elle n’en avait pas conscience. Une fois qu’elle arriva au bout, elle marcha dans le couloir, une main contre le mur pour se guider. Le faible éclairage de la rue et de la lune lui permettait de voir les portes. Elle en ouvrit une première mais ce n’était pas une chambre, elle referma aussitôt avec douceur. La seconde fut la bonne puisqu’elle vit sans grand problème la silhouette de Sloan sous son drap. Elle pénétra donc sans aucune gêne dans la pièce et s’installa avec une lenteur exagérée sur le lit. Toute habillée, elle se glissa sous la couverture et se couvrit, retombant aussi dans les bras de Morphée. Elle lâcha un bref soupir, c’était déjà bien mieux que le canapé. Elle se mit à bouger en tentant de ne pas réveiller son hôte, mais en réalité elle s'en fichait un peu du moment qu'elle trouvait une bonne position pour dormir. En revanche, ce n’était pas certain que Sloan apprécie cette intrusion…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1200, Lemon Street ● OOPS, I'M NOT SORRY! Sam 27 Fév 2010 - 1:10


Sloan mit du temps à se rendormir après l'intervention de Cassandre chez lui. Il n'avait, en temps normal, pas le sommeil facile et toute interruption pouvait lui être fatidique. Cependant et fort heureusement, après de longues minutes passées à ressasser les évènements qui venaient de se produire, mêlés au reste de ses problèmes personnels, Sloan réussit à se laisser aller juste assez pour retomber dans les bras de Morphée. Torse nu sous son drap d'un blanc immaculé et dont l'odeur de l'adoucissant offrait une senteur fraîche et rassurante, le jeune homme s'enfonça dans un sommeil sans rêve. Cela ne fut donc guère étonnant de découvrir qu'il n'avait pas bougé d'un pouce lorsque se firent entendre de l'étage inférieure des petits pieds marchants sur le parquet de bois massif, ni lorsque l'escalier craqua faiblement sous le poids de la jeune femme et qu'elle finit par ouvrir la porte de sa chambre après quelques erreurs de parcours. Couché de profil, un bras sous la tête et l'autre reposé sur son flanc, il faisait dos à l'arrivée de Cassandre dans la pièce et resta donc entièrement impassible tout le temps qu'elle mit pour venir jusqu'à son lit et oser se glisser entre ses draps. Mais bien entendu, cette quiétude ne pouvait durer bien longtemps et Sloan ne tarda pas à sentir que quelque chose clochait.
Tout d'abord, encore en grande partie endormi, il crut que ce n'était qu'un effet de son imagination ou un courant d'air quelconque qui agitait ses draps mais plus les secondes s'écoulèrent, plus il semblait trouver cette hypothèse vraiment faible. Fronçant les sourcils, ne se doutant pas un instant de la véritable raison de ce dérangement, il se mit à bouger plus que d'ordinaire avant d'enfin accepter de faire l'effort de se retourner pour comprendre enfin l'origine de son mal-être soudain alors qu'il se trouvait dans son propre lit. Tournant sur son flan opposé, il percuta de son genou une masse qui n'aurait certainement pas du être là. Écarquillant les yeux et malgré l'obscurité de la pièce, il réussit à reprendre suffisamment ses esprits pour distinguer très nettement le visage à quelques centimètres à peine du sien. Effectuant un bond sous la surprise, il se recula si loin d'elle qu'il faillit tomber du lit et ne dut son salut qu'au réflexe qu'il eut de se retenir à ses draps. Les mains crispées, il dévisageait la jeune femme et se redressa subitement, l'expression du visage blême et une nervosité toute entière l'ayant accaparé.
« Cassandre ! » cria-t-il sans ménagement, se fichant éperdument qu'elle puisse être en train de s'endormir. « Qu'est-ce que … ! »
Assit sur son lit, il ne quittait pas du regard la jeune femme, semblant absolument perdu au cœur de cette situation. Il n'avait jamais été confronté à ce genre de chose : certes, il avait déjà eu, à quelques reprises, des femmes inconnues dans sa couche mais jamais une élève … Qui plus est, une élève qui ne faisait pas partie de ses favoris, à cause de son impétueux caractère, même s'il était indéniable qu'il tenait tout de même à elle. Appuyé de profil contre la tête du lit, il aurait sans doute du sortir lui-même de ce lit mais pour une raison qu'il saisissait mal, il n'en fit rien. Après tout, il s'agissait de son matelas, ce n'était pas à lui de s'en aller : il voulait bien être charitable mais il ne fallait pas non plus pousser mémé dans les orties. D'autre part, il remarqua sans grande difficulté que la jeune femme avait parfaitement gardé ses vêtements et qu'une expression plus paisible que perverse se lisait sur son visage ensommeillée et triste. Prit sans doute de pitié pour elle, il finit par hocher la tête et pousser un profond soupire, comprenant déjà qu'il était en train de craquer une fois de plus … Bon sang, cette jeune femme arrivait vraiment à faire de lui tout ce qu'elle voulait. Et c'était très probablement le cas avec tout le reste de son entourage. Lui lançant un regard sévère, il lui dit pourtant d'un ton signifiant assez nettement qu'il lâchait les armes, une fois de plus …
« Tu es dingue et inconsciente, on te l'a déjà dis ? Tu n'aurais jamais du monter ici … Même pas entrer dans cette maison en pleine nuit, d'ailleurs … » Il porta une main contre son visage et se frotta les yeux d'épuisement et de stress. « Je présume que cela veut dire que mon divan est mauvais pour y passer la nuit. » Collant la tête contre le bois du lit, il la fixa avec grand sérieux mais visiblement bien pressé de se rallonger à nouveau et essayer de dormir une nouvelle fois. « Tu peux rester. Mais n'en parle à personne. Si on te demande où tu as passé la nuit, tu te mettras à glorifier mon canapé. Je compte sur toi. »
La regardant avec sévérité, il finit par détourner son visage et glissa avec précaution sous son drap, prenant bien soin de ne pas toucher Cassandre ni même recroiser son regard. Le fait qu'il était, de plus, à moitié nu n'aidait pas mais il s'efforçait de croire à la platoniticité absolue de leur relation. Partager son lit avec Cassandre Ainsworth, voilà une chose qu'il n'aurait certainement pas cru possible : il se demandait même s'il était déjà arrivé à cette jeune femme de partager quoique ce soit. Elle allait même très probablement l'expulser du lit pendant la nuit à ce rythme mais Sloan était tellement exténué et si paumé dans toute cette histoire qu'il préféra abdiquer et reporter tout ce nœud de problèmes au lendemain matin, quitte à ce que celui-ci soit immense au réveil …
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1200, Lemon Street ● OOPS, I'M NOT SORRY! Lun 8 Mar 2010 - 22:02


Si elle faisait abstraction des gargouillis de son estomac ou encore une vague impression de se retrouver à bord d’un bateau qui tanguait désagréablement, son corps se détendit considérablement depuis qu’elle était couchée dans le lit de son hôte. Elle ressentit comme un sentiment de bien être qui parcourut tout ses membres mais ce fut d’une courte durée. Ses pensées étaient embrouillées et floues mais elle ne s’était pas encore endormie mais elle était tellement fatiguée qu’elle ne prit pas la peine d’ouvrir les yeux en sentant bouger à ses côtés. C’était peut-être un tour que lui jouait son esprit alcoolisé… Elle s’efforçait de trouver le sommeil et ainsi mettre un terme à cette envie de filer rapidement aux toilettes. En revanche, elle se retrouva forcée de reprendre le fil de la réalité puisqu’une voix qui lui sembla lointaine arriva néanmoins à ses oreilles. Elle avait entendu son prénom mais ce n’est que quelques secondes après que ses paupières s’ouvrirent lentement. « Qu'est-ce que … ! » Elle fronça les sourcils, visiblement abasourdi par la situation, elle avait du mal à saisir le problème et ce que Sloan avait à la regarder ainsi. Que faisait-elle de mal à par vouloir trouver un peu de confort ? Elle passa une main sur son visage, dans l’espoir qu’elle reprendrait plus facilement ses esprits, en vain. Elle soutint le regard du jeune homme sans réellement tout saisir ni même comprendre ses réactions. Il était passé de la surprise, à la colère puis plus de calme. Dieu merci, elle n’avait aucune envie de l’entendre piailler après elle, autrement il l’aurait vite regretté. « Tu es dingue et inconsciente, on te l'a déjà dis ? Tu n'aurais jamais du monter ici … Même pas entrer dans cette maison en pleine nuit, d'ailleurs … » Sans grande volonté, elle se souleva légèrement de manière à passer sa main sous sa tête, son coude la maintenant. Elle regarda d’un air las et épuisé son interlocuteur. Dans son esprit, elle leva les yeux au ciel mais pas certain qu’elle le fit réellement physiquement parlant. Elle n’était pas assez saoule pour se dire qu’elle n’avait pas l’intention de le violer, de toute manière ce n’était pas son type même s’il était très charmant… pour un homme. « Je présume que cela veut dire que mon divan est mauvais pour y passer la nuit. » Elle ne décrocha aucun mot, de toute manière ce n’était pas une question mais un constat, elle se contenta juste d’arquer très légèrement un sourcil. En effet, son divan n’avait rien de confortable lorsqu’il s’agissait de dormir dessus. D’ailleurs, quel manque de galanterie ! En toute logique et politesse, c’était à lui de dormir sur ce divan et non pas l’inverse, il aurait dû lui laisser le lit dès le départ. Peut-être en demandait-elle trop, mais elle voyait les choses ainsi. Pour autant, elle ne fit aucune remarque à ce sujet, la gardant pour elle. « Tu peux rester. Mais n'en parle à personne. Si on te demande où tu as passé la nuit, tu te mettras à glorifier mon canapé. Je compte sur toi. » Sentant son bras trembloter, elle laissa finalement sa tête retomber doucement sur le coussin. Elle hocha brièvement la tête comme pour le rassurer qu’elle suivrait ses recommandations si on venait à lui poser des questions, comme si c’était un réel crime de laisser dormir quelqu’un chez soi. « Oui chef, à vos ordres chef » répondit-elle enfin d’une voix endormie, les yeux déjà clos puis elle soupira. « Ce n’est pas d'ton genre d’abuser de tes élèves…enfin j’ose l’espérer. » ajouta-t-elle avec ironie, un rictus au coin des lèvres. Puis le calme et le silence revinrent après une poignée de secondes. Elle posa une main en haut de sa poitrine, serrant faiblement entre ses doigts le pendentif représentant une croix qu’elle portait constamment autour de son cou. Elle devait maintenant réussir à s’endormir et se reposer, ce qui fut plus facile qu’elle ne le pensait puisque rapidement, elle tomba dans un sommeil sans rêve.

* * *

Le réveil se montra excessivement difficile pour Casey, qui ouvrit les yeux dans un sursaut. Rapidement, elle se mit à regarder autour d’elle et se rendit compte qu’elle n’était pas chez elle. Elle n’avait jamais vu cette chambre auparavant. Bon sang, qu’avait-elle fait ? Les souvenirs de la veille étaient encore embrouillés et elle avait un sacré mal de tête. Fébrilement, elle posa une main sur son front, appuyant légèrement et fermant les yeux un court instant. En revanche, elle avait aussi oublié qu’elle ne dormait pas seul dans le lit puisqu’une profonde inspiration lui fit peur. Elle détourna trop brusquement le visage sur le côté et vit enfin un homme… c’était Sloan, soit son tuteur et professeur de chant. Poisse ! Néanmoins, elle n’eut aucunement le plaisir de râler contre cette situation qu’elle sentit tout son être trembler et avoir ce qui semblait être des nausées. Par réflex elle amena sa main contre sa bouche, commençant à poser ses pieds au sol. Avec prudence, elle se mit debout, remarquant qu’elle était toujours habillée, qui eut pour effet de la soulager. Enfin elle marcha, sortant de la chambre et se retrouva dans un couloir très peu éclairé. Zut, elle ne connaissait absolument pas cette maison, de ce fait elle ignorait où trouver les toilettes. Sa main toujours sur sa bouche, elle n’avait pas d’autre choix que d’ouvrir toutes les portes ; c’est ce qu’elle fit en faisant le moins de bruit possible. Par chance, elle trouva rapidement ce qu’elle souhaitait et s’enferma à clé dans la petite pièce.
Quelques minutes après, elle sortit des toilettes, se sentant barbouillée mais bien mieux. Elle se dirigea vers la salle-de-bain qu’elle avait trouvée par hasard et s’enferma de nouveau. Elle regarda autour d’elle, la pièce était impeccable, ce qui ne l’étonnait guère. Sloan se trouvait être l’homme le plus organisé et maniaque qu’elle n’avait jamais rencontré. C’était un sacré bon point, au moins elle était assurée qu’elle pouvait prendre une douche dans une pièce bien propre. Car oui, mademoiselle avait besoin de se rafraichir et d’avoir les idées claires. Elle se permettait de s’accaparer la pièce, tant pis si son hôte ne lui en avait pas donné l’autorisation. Lentement, elle commença donc par se déshabiller puis rejoignit la douche. Sa tête sous le jet tiède, elle tenta de se remémorer le plus possible sa soirée d’hier. Elle se souvenait d’avoir un peu trop abusé sur les boissons alcoolisées, ce qui n’était pas son genre en tant normal. Elle s’était mise à errer dans les rues d’Ocean Grove jusqu’à se retrouver devant chez Sloan, c’était ce qu’elle en déduisait. Le reste lui venait par fragment. Elle se revoyait en train de pleurer, à cette idée elle fronça les sourcils, peu fière de s’être montrée si vulnérable face à lui mais elle savait qu’il s’était montré compatissant. Ensuite elle se voyait se plonger sous les draps du lit de Sloan et des mots en pièces lui parvenaient. Il n’avait pas été content de la trouver là mais l’avait laissé faire… C’était tout ce dont elle gardait en mémoire à cet instant.
Fermant le jet, elle s’entoura ensuite d’une simple serviette autour d’elle. Elle n’avait aucun complexe, disons qu’elle était insensible au regard que pouvait lui porter un homme et elle était parfaitement à l’aise dans son corps. Sans même se rhabiller, elle quitta la pièce et fit comme chez elle. Elle jeta un rapide coup d’œil dans la chambre, la porte était à peine ouverte. Elle vit Sloan bouger mais apparemment il ne s’était pas réveillé. Un faible sourire étira ses lèvres tandis qu’elle se remit à marcher vers les escaliers. Elle se retrouva dans le salon puis la cuisine, se servant alors un verre d’eau. Elle était impressionnée de voir que tout était parfaitement rangé, tout parfaitement à sa place, rien ne dépassait, aucune saleté ne trainait… C’est là qu’elle entendit quelqu’un sonner à la porte. Elle se retourna, puis posa son verre dans l’évier. Elle s’approcha jusqu’à l’encadrement de la porte, jetant un coup d’œil vers l’étage supérieur mais reporta son attention sur la porte d’entrée, cette fois c’était des coups qui retentirent. Elle soupira, toujours en serviette et avança naturellement jusqu’à mettre une main sur la poignée et ouvrir brusquement la porte. Une petite brunette lui fit alors face, visiblement surprise à en juger par la façon dont elle venait d'ouvrir en grand ses yeux et le petit recul qu’elle venait d'avoir. Casey posa une de ses mains contre sa serviette, la faisant légèrement remonter mais arbora un immense sourire. « Bonjour ! Je peux vous aider ? » Elle la toisa de haut en bas, elle était plutôt mignonne. « Si vous venez pour Sloan, je crois qu’il dort encore. Il a du sommeil à rattraper, je l'ai épuisé… » Elle eut un petit rire amusé, sans prendre réellement conscience que ses paroles pouvaient porter à confusion. Elle pensait surtout à la situation dans laquelle elle avait obligé Sloan à se mettre. Elle prit ensuite un air moins expressif, redevenant sérieuse. « Enfin, vous n’avez qu’à entrer si vous voulez. » Elle s’écarta alors, pénétrant davantage dans le salon, laissant ainsi à la brunette le loisir de rester ou de partir.
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: N°1200, Lemon Street ● OOPS, I'M NOT SORRY! Dim 14 Mar 2010 - 22:02



Les yeux grands ouverts, le soleil illuminait déjà la petite chambre d’un vide alarmant. Presley n’avait pas réussit à fermé l’œil de la nuit, la raison ? Elle ne saurait l’expliquer, mais elle en restait sur les nerfs, ses yeux exorbités, son visage exprimait une colère non dissimulée. Si une chose avait sérieusement le don de l’agacer c’était bien ce genre d’insomnie, qui ne se justifiait pas. Elle n’avait même rien en tête, rien qui pouvait la tracasser, si ce n’était le rangement de sa chambre peut être. Durant l’été 2010, surement qu’une nouvelle insomnie dû probablement à la chaleur, l’avait poussé à beaucoup trop cogiter, jusqu’à ce qu’elle prenne la décision de refaire chaque pièce de sa maison. Non seulement elle était beaucoup prise à son travail, mais en plus elle n’avait clairement pas hérité des talents de bob le bricoleur. Mais ça n’avait pas d’importance pour elle, elle ne voulait pas déménager, elle souhaitait rester à Ocean Grove, malgré tout les souvenirs qu’elle y avait, pas toujours des meilleurs, elle se sentait chez elle ici. Elle ne voulait pas changer de maison, elle trouvait cela d’une part complètement idiot, et connaissant les histoires de ses voisins, pour la plus part, du moins ceux qui partaient avait rarement des histoires des plus joyeuses. Elle préférait garder la sienne, et son histoire, seulement donner un coup de neuf, pour s’y sentir réellement chez elle, cela devenait curieusement essentielle pour elle. Une lubie à laquelle elle avait finalement cédé, encouragée et aidée par Analee sa charmante colocataire et amie. Mais en réalité aujourd’hui, elle ne se destinait pas à du rangement, en faite elle n’en avait rien à faire de l’aspect vide de sa chambre, bien que les peintures y soient terminée, elle ne s’était toujours pas motivée à remeubler la pièce. Seulement ornée de son vieux lit datant de ses quatorze ans, et d’une foule de carton empilée les uns sur les autres, en un équilibre qui menaçait de s’écrouler à tout moment.
Se levant sans la moindre conviction, elle était déjà agacée alors que sa journée n’avait pas réellement commencé. Une douche glacée pourrait peut être bien lui remettre les idées en place, du moins c’était ce qu’elle espérait. Se glissant alors sous la cabine de douche, après s’être débarrassée de ses vêtements, elle tentait de lutter contre le froid qui était entrain de la paralyser sur place. Ne pouvant se résoudre à se congeler tout ça pour tenter de retrouver un semblant de positivité, elle entreprit d’ouvrir un peu l’eau chaude. Elle n’avait pas non plus prévu de se bruler le pied par la même occasion. « Putin, merde quel poisse, merde !!! » Elle ne prenait pas la journée du bon pied c’était le cas de le dire, se calmant néanmoins sous la douche, elle repartie, affublée d’une serviette de bain nouée autour de sa poitrine, en direction de sa cuisine. Son ventre criait famine, elle était restée éveillé toute la nuit, se retournant indéfiniment, en ignorant la faim qui tiraillait son ventre. Alors qu’elle ouvrit le réfrigérateur, elle pu constater la pénurie qui frappait sa demeure, cherchant en vain ne serait-ce qu’un fichu petit biscuit, elle du se résoudre à l’évidence, il était temps de faire les courses. Un petit mot sur le frigo retint cependant son attention. « C’est vide je sais, je rentre cette après-midi, les courses seront faite, Promis, bonne journée ma coloc préférée. » Le fait qu’Analee n’eut pas le temps de faire les courses ne l’agaçait pas tant que ça, en réalité, elle avait toujours l’habitude de la devancer, adorant trainer dans les allées des magasins. Mais ce matin, elle devrait trouver une solution de repli. Sloan pourrait peut être la sauver, elle n’aimait pas jouer les petites amies envahissantes, c’était pourquoi cette hypothèse demandait moult réflexion. Lorsque son ventre poussa un énième gargouillis, elle prit la décision de jouer les emmerdeuses envahissantes, après tout c’était pour la bonne cause. Montant en vitesse dans sa chambre, chercher des vêtements dans tout ces cartons relevait d’une véritable chasse au trésor. Elle réussit cependant à en sortir un jean et un t-shirt tout ce qu’il y avait de plus simple. Après tout elle n’allait pas parader à l’une de ses soirées pompeuses, mais plutôt rendre visite à son petit ami, dans l’espoir non dissimulé d’avoir le droit à un petit déjeuner. Prenant ses clefs sur le meuble de l’entrée, elle se dirigeait d’un pas décidé vers Lemon Street. Regardant avec attention le sol, n’étant pas dans un bon jour, elle ne serait pas étonné de faire aussi rapidement une autre connerie. Arrivant devant la porte, elle espérait qu’il ne soit pas encore endormi, il fallait dire qu’elle n’avait pas pensé à ce détail qui n’était pourtant pas négligeable. Bon qu’importe elle se ferait pardonner. Commençant par sonner, elle entreprit patiemment de taper quelques coups à la porte en constatant l’absence de réponse. Alors qu’elle commençait à regretter son idée, la porte s’ouvrit enfin d’un geste rapide et franc. Son sourire retomba bien rapidement en voyant la silhouette d’une blondinette en serviette de bain, dans l’encadrement de la porte. Les yeux écarquillés, elle en fit même un pas en arrière sous le poids de la surprise. Ne s’attendant évidement pas à être accueillit par … une femme. « Bonjour ! Je peux vous aider ? » la toisant du regard, la détaillant sous toutes les coutures, elle se rendit bien rapidement compte qu’elle avait perdu sa voix, sans doute momentanément. « Si vous venez pour Sloan, je crois qu’il dort encore. Il a du sommeil à rattraper, je l'ai épuisé… » sans doute qui ses idées n’étaient pas encore parties dans des délires très lointain, cette fois-ci la jeune fille en dit plus que ce qui n’en fallait pour qu’elle parte au quart de tour. Ouvrant la bouche de stupeur, elle ne se gêna pas pour entrer lorsqu’elle le lui proposa. « T’es qui toi, au juste ? » l’agressa-t-elle sans la moindre politesse, sans même prendre la peine d’employer le vouvoiement, visiblement sous la colère. Presley oubliait toutes les bonnes manières que sa chère maman avait passé tant de temps à lui inculquer. Ne prenant même pas le temps d’attendre une quelconque réponse, en réalité à cet instant, elle se fichait bien pas mal de qui elle pouvait bien être. Elle voulait une preuve de plus que Sloan avait bien fait ce qu’elle croyait qu’il avait fait. Montant rapidement à l’étage sous le regard de la jeune fille, elle arriva bien vite dans la chambre. Du moins elle était restée dans l’encadrement de la porte, le manque de vêtement sur le corps du jeune homme, la place à ses cotés qui avait été clairement occupée la nuit dernière, était ce qui manquait à sa théorie. C’était clair à présent pour elle, il l’avait trompé. Elle croisa brièvement le regard de Sloan, alors qu’il émergeait de son sommeil, visiblement l’agitation l’ayant réveillé, encore heureux d’ailleurs. « Non mais tu te fou de moi. » aboya-t-elle au jeune homme, qui vraisemblablement, ne comprenait rien. Ignorant totalement son regard interrogateur et surpris, elle fit volte face pour redescendre les escaliers aussi rapidement qu’elle les avait monté.



_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1200, Lemon Street ● OOPS, I'M NOT SORRY! Mer 17 Mar 2010 - 22:42


Étonnamment, le reste de la nuit s'était déroulé de manière tout à fait calme et Sloan avait enfin pu obtenir le repos qu'il avait si ardemment recherché la veille et durant la nuit. Aux yeux de certains, son boulot n'était qu'une partie de plaisirs mais l'australien n'en était pas d'avis. Minutieux et investi comme il pouvait l'être, chaque journée de cours accordés à ses élèves constituaient un véritable marathon pour la perfection. Les élèves ne le ressentaient probablement pas mais les efforts que faisaient leur maître d'école pour que tout soit nickel étaient immenses et le mettaient facilement K.O. Aussi, assommé de sommeil, il n'eut même pas conscience que Cassandre s'était réveillée et qu'elle s'était finalement décidée à quitter ses draps. Il était dans un sommeil si profond qu'il n'entendit pas non plus l'eau couler quelques minutes plus tard ni la sonnerie qui retentit pourtant dans toute la maison. L'unique moment où il sembla enfin se décider à sortir de ses songes fut lorsque la porte de sa chambre s'ouvrit à la volée. Il n'était définitivement pas habitué à être dérangé de la sorte dès le réveil. Allongé sur le côté, il dut tordre le cou pour essayer de voir qui venait d'entrer mais son corps était encore tellement engourdi par le sommeil qu'il mit du temps à bouger. Ce fut donc au son de la voix qui s'éleva dans la pièce qu'il reconnu la personne. Immédiatement, ses yeux qui peinaient à s'ouvrir entièrement s'écarquillèrent, toute somnolence se dissipa et il se redressa si vite qu'il dut porter une main à son front pour calmer le mal de crâne qui venait de l'assaillir. Mais il s'en fichait. A vrai dire, l'expression furieuse de sa petite amie, la déception qu'il lisait dans son regard et surtout l'horrible film qu'elle avait sûrement en esprit étaient les seuls éléments qui l'inquiétèrent réellement. Rejetant d'un geste son drap au loin, il sauta à pieds joins du lit dans l'espoir de rattraper la jeune femme mais c'était déjà trop tard. Lorsqu'il cria un « Presley ! » désemparé, elle était déjà sortie de la pièce et se ruait dans l'escalier.
Jurant à voix haut, maudissant cette nuit et craignant déjà le pire, il attrapa la première paire de jeans qu'il trouva dans son armoire. Il l'enfila en sortant dans le couloir et risqua même de se casser la figure à deux reprises mais il le fit de manière si rapide qu'il réussit à s'apercevoir que Presley n'avait pas encore eu le temps de quitter la maison. L'appelant une nouvelle fois, il dévala les marches de ses escaliers en tentant vainement de lui faire comprendre ce qu'il s'était véritablement passé cette nuit-là. Malheureusement pour lui, ses explications ne sonnèrent pas aussi rassurantes qu'il l'aurait espéré. « Presley, attend ! Ce n'est pas du tout ce que tu crois … Elle était saoule … Mais rien ne s'est passée ! Je l'ai hébergée pour la nuit et .. » Sa voix se brisa lorsqu'il arriva au rez-de-chaussé et que son regard tomba sur Cassandre, portant uniquement d'une serviette du bain autour du corps. En un instant, il comprit pourquoi Presley était aussi furieuse. D'un ton brusque, il s'adressa alors à son élève en la fusillant du regard. « Tu déconnes ... » Fermant les yeux, excédé devant l'invraisemblance de cette situation, il se tourna vers Presley vers qui il tendit un bras qui se voulu rassurant. Il ne l'avait jamais vu autant en colère et cette vision le glaçait. L'idée qu'elle puisse croire qu'il ait osé lui faire ça le tétanisait et il craignait que cette situation ne mette réellement en danger leur relation. Les traits inquiets et le cœur battant la chamade, il reprit une nouvelle fois la parole, faisant même une tentative pour lui attraper la main. « Crois-moi je t'en supplie, je ne l'ai pas touchée. Cassandre est une élève, rien de plus. Tu sais qu'il n'y a que toi qui compte. » Il n'essayait pas de l'entourlouper, cela se voyait de façon claire et précise puisque son regard était d'une franchise totale. Il ne tremblait pas, se tenait droit et la regardait dans les yeux ce qui devait suffire à lui prouver qu'il n'avait rien à se reprocher, non ? En tout cas, il l'espérait parce qu'il n'était vraiment pas le plus doué des hommes pour les « secours extrêmes » de relations amoureuses. Mais une chose restait sûre : que Presley finisse par le croire ou non, l'australien allait incendier Miss Ainsworth pour avoir osé faire entrer un aussi grand bazar dans sa vie en quelques heures seulement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1200, Lemon Street ● OOPS, I'M NOT SORRY! Ven 26 Mar 2010 - 0:39


« T’es qui toi, au juste ? » Quelle entrée en la matière. Le visage de Casey perdit toute sa bonne humeur et arbora une expression plus froide, limite outrée. Elle observa la jeune femme foncer vers les escaliers, Casey la laissa faire mais resta néanmoins attentive. « Non mais tu te fou de moi. » entendit-elle soudainement après une petite poignée de secondes. Cassandre n’était pas stupide, malgré sa blondeur, elle avait donc comprit qu’il s’agissait de la petite-amie de son cher professeur. « Oops » souffla-t-elle pour elle-même sans pour autant refléter le moindre remord, après tout, elle n’avait strictement rien à se reprocher. Elle posa ses deux mains sur la serviette qui l’entourait puis l’une d’elle passa dans ses cheveux humides. En effet, son attitude pouvait facilement porter à confusion. Des bruits de pas s’approchant rapidement, elle se redressa, son regard rivé sur les escaliers. Elle vit alors la brunette redescendre, furieuse. Elle se pinça les lèvres, c’était gênant comme situation mais elle ne se pressa pas non plus pour passer des vêtements plus convenable. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il reçoive de la visite aussi tôt, ni même qu’il se lèverait entre temps. Il n’aurait jamais dû être au courant qu’elle faisait un peu comme chez elle sous son toit.

La voix de Sloan retentissait, voulant à tout prix retenir sa compagne et à sa suite, elle le vit arriver enfin. « Tu déconnes ... » Malgré qu’elle ne soit pas du genre à aimer se faire toute petite même quand elle le devrait, elle n’ouvrit pas la bouche, affichant un immense sourire crispé à son interlocuteur. Elle ne s’était jamais retrouvée dans pareille situation auparavant, disons qu’elle faisait toujours en sorte pour ne pas s’y trouver justement. Malheureusement, il y avait un début à tout… Elle hésitait entre l’envie de compatir ou bien rester indifférente au sort qui s’acharnait sur ce pauvre Sloan. Débarquer chez son petit-ami et voir une jolie demoiselle vêtue seulement d’une serviette, il y avait de quoi péter les plombs. Mais le plus drôle c’était que l’idée même qu’il y ait pu avoir quelque chose entre Sloan et elle était une bêtise. Enfin, personne ne pouvait bien sûr s’en douter, puisque peu de personnes étaient au courant de son homosexualité. Elle s’écarta légèrement, laissant son tuteur essayer de rattraper les choses avec l’inconnue. « Crois-moi je t'en supplie, je ne l'ai pas touchée. Cassandre est une élève, rien de plus. Tu sais qu'il n'y a que toi qui compte. » Une grimace déforma les traits du visage de Casey, visiblement dégoutée par cet élan d’affection et l’envie de lâcher un rire moqueur devint difficile à retenir plus d’une seconde. Un bruit étouffé sortit donc de sa bouche et remarquant qu’elle avait attiré l’attention sur elle, entre autre le regard noir rempli de reproches de Sloan, la fit se taire. Elle s’avança alors, haussant les épaules, de nouveau à son aise. Si seulement ils savaient que tout ceci était inutile et que la petite brunette n’avait rien à craindre… tant pis pour eux, réputation avant tout, elle n’arrangerait pas aussi facilement les choses en faisant son coming-out devant eux. « Ecoutez… ne vous faites pas d’idées. Sloan m’a gentiment laissé dormir ici alors que j’étais ivre et étant donné que le canapé n’est absolument pas confortable, j’ai dormi dans le lit. » Ses lèvres s’étirèrent en un sourire peu convaincant, elle ne voulait qu’une chose : rentrer chez elle et s’éloigner de ce couple en pleine crise de jalousie. « En plus, je suis avec quelqu’un depuis un bon moment et Sloan n’est vraiment pas mon type. » Tenta-t-elle de rassurer la petite-amie. Elle posa alors son regard sur son professeur, le détaillant de haut en bas, non pas pour se rincer l’œil mais pour appuyer ses paroles. « Hum… sérieusement, je vous le laisse volontiers votre tendre amour. » Elle accompagna ses dires d’un ton niais et par un geste qui n’était sans doute pas la bienvenue mais pour ne pas changer, Casey s’en fichait. Elle posa sa main sur la joue du jeune home et la tapota légèrement, faisant la moue telle une grand-mère pinçant la joue d’un enfant. Elle sentit d’ailleurs la mâchoire de Sloan se serrer sous ses doigts...

Et dans un saut d’enthousiasme, et montrant une fois de plus qu’elle était la seule à prendre les circonstances à la légère, elle s’éloigna d’eux de quelques pas, le sourire aux lèvres. « En revanche… je ne peux pas certifier qu’il ne m’a touché durant mon sommeil, j’étais tellement bourrée et fatiguée... Il en a peut-être profité. » lança-t-elle en riant même si son regard détonnait étrangement en direction de Sloan. Certes, elle faisait exprès d’envenimer les choses mais elle ne prenait pas tellement conscience des conséquences que ce petit jeu pouvait provoquer. Il était clair que pour elle ce n’était qu’une broutille, que Sloan réussirait à reconquérir sa bien aimée et que la brunette oubliera bien vite cette mésaventure embarrassante (surtout pour eux, pas pour Casey). Faisant mine d’ignorer les remarques et les regards menaçants, elle se dirigea tranquillement vers les escaliers en s’exclamant : « Bon c’est pas tout mais je commence à avoir froid. Je vais récupérer TOUTES mes affaires dans la salle de bain. » Insolente et provocatrice, elle adressa un clin d’œil faussement rempli de sous-entendus aux deux tourtereaux. Elle commença à grimper les escaliers, s’esclaffant au passage. Elle rejoignit plus rapidement la salle-de-bain et attrapa ses sous-vêtements et le reste de ses affaires. Derrière une porte close, elle enfila le tout mais au lieu de se faire en sorte de se presser pour quitter la maison, elle prit le temps de vérifier son maquillage ainsi que sa coiffure. Plusieurs minutes s’écoulèrent avant qu’elle ne redescende les escaliers, ainsi elle avait laissé le couple discuter un peu en son absence. Elle passa devant comme s’ils étaient invisibles et se baissa pour attraper son sac qui gisait sur le sol derrière le canapé. Casey soupira, tout de même encore un peu fatiguée puis reporta son attention vers Sloan et celle dont elle ne se souvenait plus du prénom. « D’ailleurs, mon nom est Casey, je le préfère au « toi » si ça ne vous dérange pas. Oh et j’aime vouvoyer les gens que je ne connais pas aussi...simple politesse de base. » Elle n'avait aucune raison de se montrer adorable ou un tantinet gentille avec celle qui était entrée comme une furie dans la maison. De plus, elle était persuadée que le ton hautain qu'elle venait de prendre ne plairait pas à Sloan. Elle se rendait compte que l'énerver était réellement divertissant.
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: N°1200, Lemon Street ● OOPS, I'M NOT SORRY! Ven 26 Mar 2010 - 21:52



Elle était réellement hors d’elle, elle n’arrivait pas à y voir clair. Dans son esprit il n’y avait pas trente six solutions, il l’avait trompé et rien d’autre. Premièrement elle avait la cruelle envie de faire sauter la maison et de les tuer tout les deux par la même occasion, mais en même temps elle ne savait pas si elle lui en voulait autant qu’elle s’en voulait à elle-même. Intimement persuadée qu’elle aurait du remarquer ce genre de chose, qu’elle aurait du savoir que quelque chose se passait. Mais trop occupée, trop persuadée que tout allait parfaitement bien, visiblement le problème de communication dans son couple allait plus loin qu’elle ne le croyait. Continuant sa course, visiblement la colère la rendait adroite, jamais elle n’avait aussi bien dévaler des escaliers, voyant la silhouette de la jeune fille en bas, elle hésitait sérieusement à lui écraser la tête contre un mur, mais la voix de Sloan qui s’élevait, la tétanisait presque, elle ne savait même plus comment réagir. « Presley, attend ! Ce n'est pas du tout ce que tu crois … Elle était saoule … Mais rien ne s'est passée ! Je l'ai hébergée pour la nuit et .. » Se stoppant net, le vide de cette phrase lui déchirait le cœur alors qu’elle avait déjà imaginé le pire des scénarios. Se retournant pour lui faire face, elle remarqua bien vite que son regard se pausait sur la blondinette, se montrant toujours en serviette de bain comme si tout ce remue ménage ne la concernait pas. « Tu déconnes ... » visiblement la situation ne la touchait même pas, elle avait cette attitude méprisante, supérieure, que Presley détestait plus que tout. Elle n’avait déjà aucun bon sentiment à son égard, mais sa façon de se comporter n’aidait en rien. « Crois-moi je t'en supplie, je ne l'ai pas touchée. Cassandre est une élève, rien de plus. Tu sais qu'il n'y a que toi qui compte. » elle demeurait furieuse, pourtant elle se sentait coupable de continuer à porter sur lui un tel regard. Elle l’avait complètement idéalisé, elle avait tord d’agir comme ça elle le savait, mais elle ne pouvait s’en empêcher, elle tombait de haut en quelque sorte. Et même s’il continuait de lui promettre que rien ne s’était passé, ce doute subsistait et elle s’en voulait pour cette raison également. Elle s’apprêtait à répondre, mais la jeune fille ne tarda pas à rappeler sa présence. « Ecoutez… ne vous faites pas d’idées. Sloan m’a gentiment laissé dormir ici alors que j’étais ivre et étant donné que le canapé n’est absolument pas confortable, j’ai dormi dans le lit. (…) En plus, je suis avec quelqu’un depuis un bon moment et Sloan n’est vraiment pas mon type. » rien que le son de sa voix l’irritait, qu’importe que ses dires puissent la rassurer sur le contenu de leur soirée, elle n’arrivait pas à la supporter, son attitude était le pire répulsif pour la brunette. De plus le sourire qu’elle affichait, en plus d’être purement hypocrite, lui donnait une furieuse envie de lui arracher la tête. D’ordinaire impulsive, Presley se contenait quand même du mieux qu’elle pouvait pour ne pas déchainer sa colère contre cette petite merdeuse comme elle l’avait déjà surnommé dans ses pensées. Pensées qui étaient d’ailleurs complètement confuses, elle ignorait ce qu’elle devait encore croire ou non. La seule certitude qu’elle avait, concernait la jeune fille et sa façon toujours aussi désagréable de se comporter, et ce regard qu’elle pausait sur Sloan, ne lui plaisait guère plus. « Hum… sérieusement, je vous le laisse volontiers votre tendre amour. » Presley était restée tout simplement bête face à la situation, non seulement elle en était responsable, mais elle se permettait en plus un geste qui était clairement déplacé. Cette fois si Presley voyait rouge, et ne comprenait pas pour quelles sombres raisons elle ne s’était pas encore défoulé sur elle. Pourtant elle se retint une fois de plus, elle n’avait pas la moindre envie de parler avec elle ou du moins si l’on pouvait le nommer ainsi, la seule personne dans cette pièce qui méritait son attention selon elle n’était autre que Sloan. Une fois de plus elle pensait que c’était terminé, qu’elle avait arrêté de se mettre en avant et de faire son petit cinéma, mais non, elle n’en avait pas fini vraisemblablement. « En revanche… je ne peux pas certifier qu’il ne m’a touché durant mon sommeil, j’étais tellement bourrée et fatiguée... Il en a peut-être profité. » le nœud dans son estomac s’était instantanément rompu, laissant l’angoisse et la colère l’envahir complètement. Elle sentait ses mains qui commençaient à trembler sous la colère. « Non mais ça tourne pas rond chez toi, dégage d’ici. » Elle n’était pourtant pas plus chez elle, que la demoiselle arriviste qu’elle était, mais elle ne pouvait se taire une fois de plus alors qu’elle faisait de tels sous-entendu à l’encontre de Sloan. Mais visiblement elle préférait complètement ignorer tout ce qu’ils pouvaient dire, rien n’avait d’importance à ses yeux, alors que Presley était entrain de littéralement péter un plomb. Elle regrettait en réalité de s’être pointée ce matin, elle se demandait même si elle aurait préféré, ne pas savoir, si elle ne préférait pas rester dans l’ignorance en faite elle était complètement perdue. « Bon c’est pas tout mais je commence à avoir froid. Je vais récupérer TOUTES mes affaires dans la salle de bain. » Continuant de porter un regard furieux contre la jeune fille, qui avait enfin prit la décision de déserter. « enfin. » pensa-t-elle à voix haute sans même s’en apercevoir.

Elle était toujours furieuse, contre cette jeune fille littéralement insupportable qui se croyait tout permis, mais aussi contre Sloan. Si elle arrivait à se mettre en tête qu’elle s’était trompée sur la situation, une chose continuait de l’ennuyer. Reportant alors son attention sur lui, le regard un peu plus adoucit, elle cherchait essentiellement des réponses. « T’as invité d’autres filles dans ton lit dernièrement ? Enfin je sais pas c’était probablement une close que je n’avais pas vu, la toute petite bien cachée. » elle se détestait de s’adresser à lui de cette façon, si elle pouvait se montrer mesquine avec d’autre personne, elle n’aimait pas cette situation. Elle n’aimait pas l’idée même d’être en colère contre lui, d’avoir quelque chose à lui reprocher et encore moins s’exprimer ainsi. Elle ferma les yeux un instant pour reprendre ses esprits, pour tenter de calmer la colère qui agitait encore ses mains, pour s’apaiser et pouvoir s’expliquer bien plus calmement. « Je ne comprends pas, même si tu ne l’as pas touché, ce que j’espère sincèrement. Pourquoi tu l’as laissé faire ça ? Mise à part une élève elle n’est rien pour toi n’est-ce pas ? Alors pourquoi partager ton lit avec elle ? » elle en avait même oublié la raison de sa visite ce matin, s’était sans doute idiot mais elle se sentait pourtant épuisée, comme si la colère qu’elle avait contenu pour ne pas tuer cette fille, l’avait complètement vidé. Elle se sentait de plus complètement coupable de l’avoir accusé de la sorte, même si les « preuves » étaient accablantes, elle aurait du se montrer plus confiante. Mais il était évident que le mur de mystère que représentait Sloan, devenait trop dure à franchir se qui laissait place à beaucoup de doute. Néanmoins elle ne supportait pas cette idée, elle avait une confiance aveugle en lui, elle n’avait d’ordinaire pas besoin de preuve de quoique ce soit alors pourquoi cette fois-ci c’était le cas ?

La jeune fille avait vraisemblablement prit tout le temps qu’il lui fallait pour se donner de l’allure en revenant. Passant devant eux comme s’ils n’étaient pas là, faisait réellement sa petite vie comme si tout était permis à mademoiselle. Presley avait naïvement espéré qu’elle finisse par s’en aller surement sur un au revoir « théâtrale » et qu’elle puisse enfin être seule avec Sloan. « D’ailleurs, mon nom est Casey, je le préfère au « toi » si ça ne vous dérange pas. Oh et j’aime vouvoyer les gens que je ne connais pas aussi...simple politesse de base. » un sourire se dessina sur les lèvres de Presley, elle avait la sensation de retourner quelques années en arrières confrontés à l’une de ses camarades de classes, prétentieuses, méprisantes … hautaines. Si sa mère lui avait tout enseigné pour qu’elle se fonde dans la masse, Presley ne fut jamais réellement réceptive à ce genre de concept, beaucoup plus naturelle et spontanée, ses mots n’avaient rien de calculés, et elle se fichait pas mal des règles de politesse face à une fille dans son genre. « Je me fiche complètement de ton prénom, dont je ne me souviens déjà plus. Quant à la politesse je ne l’accorde qu’à des personnes méritant mon respect, ce qui n’est clairement pas ton cas. » si ça ne tenait qu’à elle, elle l’aurait déjà giflé et éjecté hors de cette maison à coup de pied aux fesses, mais au contraire, elle préférait garder le contrôle. Adressant un regard à Sloan, qui lui, semblait toujours agacé par les réflexions de son élève.



_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1200, Lemon Street ● OOPS, I'M NOT SORRY! Sam 3 Avr 2010 - 17:00

La voix de Cassandre se mit à teinter une nouvelle fois dans les airs et Sloan se figea une fois de plus sous la colère. L'entendre le mettait dans un état d'extrême fébrilité et il se demandait encore comment cela se faisait-il qu'elle soit encore chez lui. Il aurait du la virer dès le départ, cela aurait au moins eu le mérite qu'il ne l'ai plus sous les yeux, elle et son arrogance. Aussi étonnant que cela puisse paraître, il avait osé croire que la jeune femme n'était pas aussi superficielle et condescendante qu'elle lui avait laissé voir le jour de leur première rencontre. Tout le monde percevait Cassandre comme la pire des petites pestes mais il avait réussi, en un an, à déjouer juste assez cette apparence pour tomber sur une jeune musicienne extrêmement douée et sensible. Néanmoins à cet instant, il se demandait bien où était passée cette demoiselle et surtout, si elle n'avait pas été qu'un leurre depuis le départ. En effet, plus les minutes défilaient, plus Sloan avait l'impression de s'être totalement trompé sur son compte. Cassandre était bel et bien une emmerdeuse de première.
Les explications qu'elle fournit à Presley ne l'apaisèrent pas. Il voyait très bien le dédain et la colère que ressentait sa petite amie à son égard, il ne doutait donc pas que tout ce qu'elle pourrait lui dire n'aurait guère d'importance pour Presley. C'était certes noble de sa part de vouloir régler la vérité mais il savait que cela n'allait pas avoir un fort impact. S'étant tourné vers elle, il ne cessait donc de la fixer avec sévérité, comme s'il s'attendait à un nouveau faux pas de sa part qu'il ne laisserait, cette fois, pas passer. Quand elle se mit à le détailler des pieds à la tête, Sloan se crispa et secoua la tête d'aberration lorsqu'elle se mit à le critiquer ouvertement, avec un orgueil certain dans la voix. Ses remarques n'eurent aucun impact sur lui : il savait qu'il n'y avait strictement aucune attirance physique entre eux et il n'avait nullement la prétention d'être un Apollon mais il ne pouvait s'empêcher de penser que ces mots étaient tout à fait déplacés. Après tout, il était son professeur et elle n'avait pas à porter sur lui ce genre de jugement. Quand elle poussa alors le toupet encore plus loin en osant le toucher – lui qui détestait tant ce genre de contact – il se tendit si violemment que Cassandre avait sans doute eu l'impression d'avoir touché une statue de marbre. Elle finit cependant par s'éloigner de lui et chantonna presque une nouvelle provocation à son égard destinée à Presley. C'était tout à fait scandaleux qu'elle se permette ce genre de sous-entendu (même si ce n'était pas totalement impossible et Sloan se mit à craindre pendant une fraction de secondes qu'elle ne sache des choses en particulier à propos d'une ancienne nuit à Chicago, avec une certaine personne … mais il chassa rapidement cette idée de son esprit) et il s'apprêtait à la remettre illico à sa place pour oser ainsi titiller sa petite amie mais il fut doublé par Presley qui bondit sur l'occasion et vira la perturbatrice de la pièce. Cassandre accepta enfin de les quitter puisqu'elle se dirigea vers l'escalier en s'amusant d'une nouvelle remarque déplacée. Instantanément, Sloan se tourna vers sa petite amie et afficha la mine de celui qui s'apprêtait à recevoir un déluge de reproches. Il n'eut pas tord car Presley ne perdit pas un instant pour lui montrer à quel point cette situation la blessait. Il se pinça les lèvres et la regarda longuement, ne sachant comment réagir. Fallait-il lui laisser le temps de se calmer ou se défendre comme un forcené ? C'était malheureusement le genre de choses qui ne s'apprennent pas à l'école. Il choisit donc de garder le silence et de présenter à la jeune femme une expression sincèrement désolée. Il la vit alors se résoudre à retrouver son calme et attendit qu'elle ait reprit ses esprits pour pouvoir prendre la parole. Il ne l'avait jamais vu dans un tel état de colère et n'avait donc aucune idée sur la façon dont il fallait procéder avec elle quand elle était ainsi. Devait-il la prendre dans ses bras ? Il n'en était pas convaincu mais il fit tout de même plusieurs pas vers elle jusqu'à se retrouver en face d'elle et prit ses mains entre les siennes quand elle lui demanda ce qui lui était passé par la tête pour accepter Cassandre dans son lit durant la nuit. Confus, il réussit pourtant à se ressaisir juste assez pour plaider sa défense du mieux qu'il pouvait. « J'étais épuisé. Elle est passée en plein milieu de la nuit, elle était au bout du rouleau. Ivre et complètement chamboulée … L'exact opposé du cinéma qu'elle vient de nous faire. Je te jure qu'au départ, je lui ai proposé de passer la nuit sur le canapé. Malheureusement, elle ne l'a pas jugé à son goût et s'est introduite dans ma chambre, dans mon lit avec l'idée absolument neutre de profiter de mon matelas. J'étais contre cette idée au départ … Et puis j'étais tellement crevé que j'ai laissé coulé. J'avais pleinement conscience que rien n'était possible entre nous alors je ne l'ai pas viré, c'est vrai. Nous avions tous les deux besoin de sommeil et je n'avais qu'un vrai matelas à proposer … J'aurais du le lui laisser. » Il secoua la tête, s'en voulant terriblement à présent d'avoir été aussi faible. « Définitivement. » Pressant légèrement les mains de la jeune femme entre les siennes, il se permit d'ajouter en désespoir de cause. « Je te demande pardon, je n'ai jamais cherché à te blesser. » Il aurait voulu savoir immédiatement si son explication et sa demande de pardon avaient ne serait-ce qu'une chance de toucher Presley mais malheureusement, Casey revint au même moment. Toujours aussi fière d'elle-même et inconsciente du mal qu'elle venait d'insinuer dans leur couple, elle passa devant eux habillée et apprêtée avec soin. Quand elle prit la parole une fois de plus alors que de toute évidence, ni Presley ni lui n'avaient besoin de réentendre sa voix à ce moment, Sloan crut qu'il allait lui tordre le coup. Il avait libéré les mains de sa petite amie et ses poings se serrèrent quand elle se permit de critiquer les manières de Presley. C'était tellement grossier de sa part que l'australien aurait pu faire une syncope sur le coup. Laissant le soin à sa petite amie de répondre, il avait à présent la certitude de la place très basse qu'occupait Casey dans son estime. Sloan n'avait à cet instant précis aucune idée sur la répercussion qu'aurait cette altercation sur l'avenir de sa relation avec son élève mais il doutait fort que Presley puisse lui pardonner s'il décidait de ne pas la pénaliser pour tous ces affronts. Ayant repris ses moyens, il se déplaça de sorte à se retrouver à égal distance entre Presley et Cassandre, comme s'il souhaitait éviter qu'elles en viennent aux mains. Plus encore, c'était Casey qu'il voulait « protéger » car il n'avait pas le moindre doute que Presley risquait fort de lui foutre une raclée s'il n'intervenait pas. Il connaissait la jeune femme, il la savait digne et intransigeante et bien qu'elle fut également maîtresse de ses émotions, il savait qu'elle ne serait pas contre une bonne gifle collée à la blondinette. Tourné vers son élève (ou du moins ce qui en restait), il lui dit alors d'une voix inflexible et le regard ne laissant aucune place à la moindre protestation. « Sors. Tout de suite. Et ne remet plus les pieds chez moi, j'espère que c'est compris. » Il se déplaça de sorte à lui laisser la place pour qu'elle puisse se diriger vers la porte d'entrée, visiblement non disposé à lui offrir le luxe de la raccompagner. Le regard mêlé d'une colère froide et d'une profonde déception à son égard, il rajouta plus faiblement mais pas moins sincèrement. Presley ne comprendrait probablement pas pourquoi il lui disait cela mais il était persuadé que la référence n'échapperait pas à Cassandre. « Et ne viens plus me demander pourquoi tout le monde t'abandonne, je pense que tu as ta réponse à présent. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1200, Lemon Street ● OOPS, I'M NOT SORRY! Mer 7 Avr 2010 - 12:08


La situation avait tout l’air de se dégrader au fil des minutes voire même des secondes. Casey prenait peut-être les gens de haut (enfin non, elle les prenait réellement de haut), en revanche elle n’appréciait guère qu’on fasse de même avec elle. Le ton et l’insolence dont faisait preuve cette Presley ne plaisait absolument pas à la jeune blondinette. Pour qui se prenait-elle celle-là ? Qu’elle aille donc faire sa crise de jalousie ailleurs. Si elle avait pu la trouver charmante, à présent elle ne ressentait que du mépris et bientôt de l’indifférence à son égard. « Je me fiche complètement de ton prénom, dont je ne me souviens déjà plus. Quant à la politesse je ne l’accorde qu’à des personnes méritant mon respect, ce qui n’est clairement pas ton cas. » Elle avait bien envie de répondre et pas seulement avec des mots, d’ailleurs elle n’hésita pas à rompre un peu plus la distance à faisant quelques pas en avant mais Sloan se mit entre elles deux. Toujours là quand il ne le faut pas lui visiblement ! Casey serra la mâchoire, frustrée de ne pas pouvoir en mettre une à cette petite garce. Elle se fichait complètement qu’elle puisse être la petite-amie de son tuteur, elle se fichait même de se montrer ainsi sous le toit de cette même personne. Elle n’était pas du genre à rester calme bien longtemps face à ce genre d’attaques, elle n’avait aucunement envie de se taire ni même de calmer le jeu à présent. Elle ne devait rien à cette fille et elle voulait le lui prouver une bonne fois pour toute. Malheureusement elle dû prendre sur elle, consciente que face à Sloan elle ne pouvait rien. Si seulement elle avait plus de force, et qu’elle était plus grande, elle ne se serait pas gênée pour lui en mettre une à lui aussi. L’homme en lui-même répugnait Cassandre, elle ne voyait en eux que des objets bien qu’il y ait des exceptions dans son entourage. Mais elle ne se trouvait pas être impressionnée par eux, et encore moins effrayée. Sloan ne lui faisait donc pas peur même s’il avait pu lui être utile jusqu’ici – chose qu’elle n’avouera jamais à voix haute. Mais Casey n’en restait pas moins une fille, une personne malgré tout doté d’une sensibilité fragile. Croisant le regard plus que furieux du jeune homme qui était son professeur, elle n’en fut pas moins déroutée, elle le soutint même en le fixant à son tour. « Sors. Tout de suite. Et ne remet plus les pieds chez moi, j'espère que c'est compris. » Aussitôt, il lui laissa voir la porte d’entrée, appuyant ainsi ses paroles et son désir de la voir quitter les lieux au plus vite. Pas de problème ! Elle ne se ferait pas prier pour partir d’ici et elle n’avait pas besoin de lui dans sa vie pour continuer. Et cette pensée s’intensifia lorsque – plus faiblement – il ajouta : « Et ne viens plus me demander pourquoi tout le monde t'abandonne, je pense que tu as ta réponse à présent. » Ses souvenirs de la veille étaient encore un peu flous mais à ces mots elle se souvint alors à peu près de l’état pathétique dans lequel elle s’était trouvée face à lui. Elle se souvint aussi de quelques fragments de paroles qu’elle avait pu lui dire, entre autre la confession qu’elle se sentait abandonnée de tout le monde. C’était la phrase de trop, celle qu’il aurait dû garder pour lui. Lui lançant un regard noir et pénétrant, capable de tuer si elle en avait eu le pouvoir. Elle lui montra bien par son apparence, l’expression de son visage qu’elle fut blessée par ce qu’il venait de dire. Se servir ainsi de ce qu’elle avait pu lui confier contre elle était un coup bas qu’elle n’oublierait pas de si tôt. S’il était en droit de penser que Casey était une petite peste, le diable en personne même, il était encore bien loin de la vérité, elle était pire que tout ce qu’il pouvait imaginer. La vengeance est un plat qui se mange froid, et c’était bien vrai. Plus jamais elle ne penserait pouvoir faire confiance à cet homme qu’elle commençait à apprécier malgré elle. Il n’était plus rien, qu’un déchet parmi tant d’autres. Et elle le réduirait à ce niveau, il pouvait compter sur elle. Elle pouvait lui répondre d’une voix sinistre qu’il allait le regretter, qu’elle lui ferait vivre un enfer, qu’elle le ruinerait mais où serait l’effet de surprise ? Les yeux légèrement humides à cause de la colère et de la déception, elle finit par passer devant lui afin d’attraper son sac qui jonchait le sol. Sans se retourner, ni dire quoique ce soit, elle ouvrit la porte mais marqua une pause avant de la refermer complètement derrière elle. Une chose lui revint une fois de plus en mémoire et un sourire mauvais étira ses lèvres. Elle reposa son attention sur Sloan, ignorant l’hystérique. « Dernière petite chose… J’ai cassé un de tes vases cette nuit. Tu trouveras les morceaux sous le coussin de ton canapé. J'aurais au moins fait quelque chose de bien en mettant les pieds ici. Bonne journée à vous. » Elle lui adressa un clin d’œil, ayant visiblement repris confiance en elle et quitta ainsi la maison une bonne fois pour toute. Elle avait à présent pas mal de temps libres pour mettre au point ce qui mettrait plus bas que terre Sloan Weisel.


Dernière édition par Cassandre Ainsworth le Jeu 15 Avr 2010 - 16:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: N°1200, Lemon Street ● OOPS, I'M NOT SORRY! Mar 13 Avr 2010 - 15:41



Plus les minutes défilaient, plus les mots se faisaient venimeux et blessants, tant d’agressivité, d’arrogance que Presley en avait presque la nausée. Elle avait complètement perdue l’habitude de ce genre d’altercation pire encore pour elle, elle ne s’était jamais mise en colère contre Sloan. S’en était presque troublant pour elle, qui n’avait jamais pu lui reprocher quoique ce soit, il ne parlait pas beaucoup certes, mais elle s’y était habituée, elle ne piquait pas de crise systématiquement. Mais là, ce fut plus fort qu’elle, les apparences étaient contre lui. Elle avait peut être conclu trop vite, c’était même certain, mais cette fille en serviette lui ouvrant la porte, cette phrase équivoque. Et puis découvrir que la place au côté de Sloan avait été occupé, elle vit rouge immédiatement. Sanguine, Presley avait le don de réagir au quart de tour, si elle avait apprit à se maitriser un tant soit peu avec les années, mais lorsqu’il s’agissait de Sloan, ou plus particulièrement d’une situation telle que celle-ci, c’était plus fort qu’elle. Dans les premiers temps, c’était la colère qui l’avait envahit, embrumant son esprit de telle sorte, qu’elle ne parvenait plus à raisonner correctement, à se poser les bonnes questions. Bien évidemment la blondinette qui s’attardait de plus en plus, se donnant en spectacle avec son air supérieur et son arrogance, ne pouvait pas aider Presley à se calmer. Malheureusement pour Sloan c’est lui qui en subissait les conséquences de toutes parts. Néanmoins à l’instant même où la jeune femme les laissa seul, où elle laissa déferler une vague de reproche sur le jeune homme, elle sentit la culpabilité qui s‘insinuait petit à petit. Grandissant au point d‘être totalement attristée par tout se tapage vraisemblablement inutile. « J'étais épuisé. Elle est passée en plein milieu de la nuit, elle était au bout du rouleau. Ivre et complètement chamboulée … L'exact opposé du cinéma qu'elle vient de nous faire. Je te jure qu'au départ, je lui ai proposé de passer la nuit sur le canapé. Malheureusement, elle ne l'a pas jugé à son goût et s'est introduite dans ma chambre, dans mon lit avec l'idée absolument neutre de profiter de mon matelas. J'étais contre cette idée au départ … Et puis j'étais tellement crevé que j'ai laissé coulé. J'avais pleinement conscience que rien n'était possible entre nous alors je ne l'ai pas viré, c'est vrai. Nous avions tous les deux besoin de sommeil et je n'avais qu'un vrai matelas à proposer … J'aurais du le lui laisser. » posant sur lui un regard complètement attristé, presque désolé, elle buvait chacune de ses paroles, elle ne voyait aucune raison pour ne pas y croire. « Définitivement. (…) Je te demande pardon, je n'ai jamais cherché à te blesser. » de plus elle le sentait sincère et ne pensait pas une seule seconde qu’il puisse mentir, pas comme ça, et surtout pas pour ça. Serrant ses mains, elle fit un pas vers lui, elle allait ouvrir la bouche, mais tenter de prononcer le moindre mot, c’était se risquer au retour de la tornade blonde qui avait décidé d’investir les lieux. Ça n’avait pas loupé, à peine allait-elle s’adresser à Sloan, lui répondre, même si elle ignorait encore quoi, elle vit la jeune fille débouler une fois de plus. Faire son show et la provoquer semblait l’amuser, un sourire se dessina sur ses lèvres lorsqu’elle la vit faire un pas vers elle. Apparemment la jeune fille n’était pas aussi calme et sûr d’elle qu’elle voulait le laisser croire, pour ainsi vouloir riposter de manière plus direct. Il fallait dire que Presley n’était pas gênée par le fait que les hostilités prennent un tout autre tournant, elle n’était évidemment pas contre l’idée de lui coller une bonne gifle, dans l’espoir naïf de lui remettre les idées en placent. Mais elle vit très rapidement Sloan s’interposer entre elles, se mettant à égal distance des deux jeunes femmes, les empêchant ainsi d’en venir aux mains. Se tournant vers la jeune fille, dont le prénom n’entrerait définitivement dans l’esprit de Presley, elle put constater toute l’autorité dont il pouvait faire preuve. « Sors. Tout de suite. Et ne remet plus les pieds chez moi, j'espère que c'est compris. » heureuse qu’il la mette enfin dehors, elle ne dissimulait pas le moins du monde le sourire qui animait son visage. Elle ne parvenait plus à supporter la présence de la jeune femme, et risquait fort de l’étrangler si elle ne quittait pas la maison. « Et ne viens plus me demander pourquoi tout le monde t'abandonne, je pense que tu as ta réponse à présent. » ouvrant de grands yeux de surprises, elle ne saisissait absolument pas ce à quoi il pouvait bien faire référence, c’était surement dû à une conversation entre eux, probablement celle qui avait eu lieu la veille. Elle n’oubliait pas que Sloan avait mentionné l’état presque pathétique dans lequel elle était sensée s’être présentée à lui. C’était peut être de cette façon qu’elle avait consentit à une ou deux confessions, alors qu’elle semblait à milles lieux d’en être capable d’ordinaire. Presley se faisait toute petite, très discrète, cette conversation ne la regardait pas et même si elle prenait du plaisir à voir Sloan la mettre dehors sans le moindre égard et n’hésitant pas à lui envoyer lui aussi des reproches comme elle avait su si bien le faire. Elle n’était pas du genre à se mêler de ce qui ne la regardait pas. Pourtant elle voyait le regard de la jeune fille s’assombrir, elle ne semblait pas prendre conscience que ses agissements, ses mots, finiraient toujours par se retourner contre elle. Elle agissait de manière insouciante, un peu à la manière d’une princesse pourrie gâtée, qui menait sa vie un peu comme elle le souhaitait, ignorant complètement les conséquences. Pire encore, elle ne semblait pas comprendre qu’on puisse au final s’en prendre à elle, comme si personne n’avait le droit de réponse. Mais elle connaissait ce genre de fille, elle finirait par se venger à un moment ou un autre, elle-même le ferait, elle ne doutait donc pas que cette fille en était aussi parfaitement capable. « Dernière petite chose… J’ai cassé un de tes vases cette nuit. Tu trouveras les morceaux sous le coussin de ton canapé. J'aurais au moins fait quelque chose bien en mettant les pieds ici. Bonne journée à vous. » et elle n’avait pas attendu pour donner le ton. Ouvrant de grands yeux de surprise, elle l’a vit partir, ayant pu prévoir une sortit théâtrale comme ce genre de fille savait si bien le faire. Mais elle avait surtout peur que Sloan finisse par convulser sous le poids de cette révélation, qui relèverait plus d’une attaque, pour cet homme obsédé par l’ordre et la propreté. Instinctivement, la première chose qui vint à son esprit ne fut que se confondre en excuse « Je suis désolée .. Sincèrement. » Elle ne savait pas réellement si elle était désolée pour l’avoir accusé aussi rapidement, sans même douter, sans même se poser la moindre question. Ou pour l’attitude de son élève qui allait probablement le rendre furieux. Se précipitant vers le canapé, elle s’employa à soulever les coussins pour trouver le fameux vase brisé, du moins ce qu’il en restait. Trouvant enfin les morceaux, elle commençait à les prendre un par un, avec précaution, consciente que vu l’état dans lequel elle se trouvait, elle risquait plus de se couper que d’aider. « Je suis désolée, j’aurais pas dû venir comme ça chez toi, j’aurais pas dû t’accuser comme je l’ai fais, et j’aurais dû la tuer. » Si elle ne pensait pas sérieusement au meurtre de la jeune femme, bien que ça lui aurait fait le plus grand bien, le reste ne manquait pas de sincérité. Après tout elle ne lui avait jamais mentit et ne comptait pas commencer, ce n’était pas son genre. Elle espérait de lui qu’il soit honnête avec elle, elle n’allait pas se comporter avec lui de manière strictement opposée. S’arrêtant un instant, tenant fermement, mais pas trop, les bouts de vase dans ses mains, elle posa son regard sur lui. « J’te demande pardon, j’ai causé plus d’ennuis qu’autre chose à jouer les jalouses hystériques. Mais bon, elle m’ouvre sans gêne en serviette de bain, me dit textuellement qu’elle t’a épuisé. Je monte je te vois dans ton lit, pas franchement habillé, la place à côté avait été, enfin bref … Je suis désolée. » une fois de plus sa nervosité avait reprit le dessus, la laissant s’enliser dans un flot de parole dont elle ne comprenait même plus le sens, oubliant presque où elle voulait en venir.



_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1200, Lemon Street ● OOPS, I'M NOT SORRY! Dim 18 Avr 2010 - 15:13


Sloan vit parfaitement dans le regard de Cassandre qu'il venait de toucher une corde sensible. Il n'en sentit pourtant aucun remords dans l'immédiat : la jeune femme l'avait vraiment mis hors de lui en se montrant aussi ingrate envers lui et surtout, aussi odieuse avec sa petite amie. A la limite, il aurait pu gérer ses caprices s'il en avait été le seul destinataire mais la voir titiller Presley alors qu'elle ne la connaissait même pas l'avait rendu furieux. Elle méritait donc bel et bien les mots qu'il lui avait lancé. Soutenant le regard de braise de son élève, il ne la quitta pas des yeux jusqu'à ce qu'elle finisse par lui tourner le dos et se diriger vers la sortie. La voyant poser une main sur la poignée, il poussa un profond soupire comme s'il laissait enfin toute la tension s'échapper. Ce ne fut pourtant que de courte durée car Cassandre crut bon de prendre une dernière fois la parole et lui annoncer, d'une voix condescendante qu'elle avait brisé l'un de ses objets durant la nuit. Instantanément, Sloan se figea et son esprit sembla se brumer. C'était indéfinissable : le désordre le tétanisait toujours et là, savoir que des fragments d'un vase se trouvaient disséminés sous son canapé l'horrifiait. Ce n'était pourtant qu'un vase, il n'était pas attaché particulièrement aux objets (la preuve étant l'organisation assez vide de son intérieur) mais la frustration était tout à fait présente. Le visage blême, il sembla avoir oublié de respirer tandis que la demoiselle quittait enfin pour de bon l'habitacle, laissant Presley seule devant le mutisme et la rigidité de l'australien. Il n'entendit qu'à peine sa petite amie s'excuser à la place de la petite blonde et lorsqu'il réussit enfin à articuler quelque chose, se fut en exécutant un premier pas vers la porte, comme s'il avait la ferme intention de rattraper Cassandre. « Je vais l'étriper ... » Il s'arrêta pourtant net en voyant Presley foncer vers le salon. Tiraillé entre son envie de trucider son élève et l'idée inconcevable de laisser Presley s'occuper seule, à sa place du rangement, il finit tout de même par céder pour la deuxième solution. Crispé, il pénétra à grands pas dans la salle de séjour et rejoignit le canapé auprès duquel s'affairait déjà sa petite amie, récupérant les morceaux du fameux vase. Sloan l'observa avec attention et laissa échapper une exclamation amusée quand elle annonça qu'elle aurait du tuer Cassandre. Là, il n'allait certainement pas la contredire. Se détendant progressivement, il s'approcha d'elle, l'écouta s'excuser encore et encore et secoua la tête avec véhémence, à présent presque totalement calmé car soulagé. En effet, voir que Presley avait finalement accepté ses explications et qu'elle le croyait sincèrement lui retirait un poids énorme. Une fois face à elle, il prit sa main contenant les morceaux entre les siennes et l'en débarrassa dans son intégralité. Il prit soin de vérifier qu'elle ne s'était pas égratignée avant de déposer les éclats sur la table basse. Il releva enfin son regard vers elle et passa ses deux mains au niveau de ses coudes qu'il caressa au rythme de ses paroles. « Tu n'as pas à t'excuser. Toute la faute me revient … Ou plutôt revient à moi et l'autre peste. Tu es toujours la bienvenue chez moi, ça ne me dérange pas du tout que tu sois passée … J'avais conscience du caractère ambigu de cette nuit passée ensemble et j'ai rien fais pour l'empêcher … J'avais sans doute eu l'espoir vain que ça ne s'ébruiterait pas. Je n'avais vraiment pas l'intention de te blesser de la sorte. » Il faisait preuve d'une totale sincérité envers elle, même s'il était en train de lui annoncer texto qu'il ne l'aurait sans doute pas tenu au courant de la visite nocturne de Cassandre si elle n'était pas passée. Il s'approcha alors d'avantage d'elle et passa ses bras autour de sa taille, planta son regard dans le sien et esquissa un vague sourire. « Je suis content que tu sois passé, finalement. Même si c'était un réveil plutôt agité, j'adore quand ma petite amie est la première chose que je vois le matin. » Il se pencha vers elle et posa doucement ses lèvres contre les siennes, l'embrassant avec tendresse et volupté. Il détacha ses lèvres un instant pour chuchoter dans un rare sourire. « Même furieuse, je ne m'en lasserai jamais. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: N°1200, Lemon Street ● OOPS, I'M NOT SORRY!

Revenir en haut Aller en bas
 

N°1200, Lemon Street ● OOPS, I'M NOT SORRY!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Apple Road & Lemon Street-