AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Remember the past ♦Eliès & Silver♦

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Remember the past ♦Eliès & Silver♦ Sam 23 Jan 2010 - 17:08

Remember the past
Nous avons tous un passé, un présent et un avenir. Le premier est sans doute ce que nous connaissons le mieux alors que le présent est une chose qui peut parfois nous paraître très obscur mais il ne sera jamais aussi obscur que notre future car qui peut dire de quoi serait fait l’avenir vu qu’il est encore loin d’être écrit. Le passé deviendrait donc passé dans nos têtes comme le moment le plus agréable de toute notre vie puisque l’on sait tout ce qui sait passé. Malheureusement, cela est peu souvent le cas car en tant qu’être humain, nous commentons des erreurs, certaines personnes en commette plus que d’autres et lorsque c’est le cas le passé est loin d’être ce que nous préférons. Comment savoir si une personne aime bien parler de son passé ou non ? Et bien il n’y a qu’à voir la tête que cette personne prendra lorsqu’on lui posera une petite question en rapport avec son passé. S’il vous sourit et vous répond immédiatement et bien, il n’y a pas vraiment de soucis à se faire. Alors que si au contraire, la personne se braque et refuse de vous répondre c’est que son passé ne doit pas toujours avoir été glorieux. Mais pour le savoir et bien, il faut d’abord avoir l’audace de demander aux gens qui ils étaient avant et cela n’arrive pas tous les jours.

Prenez l’exemple du jeune homme qui est en train d’avancer petit à petit dans le centre ville de Miami. Sans doute que chaque personne se retournant sur son passage aurait bien envie de lui demander ce qui aurait bien pu se passer dans son passé pour qu’il se retrouve ainsi. Qu’est ce qui attirait tellement les regards chez lui ? Et bien ce n’était malheureusement pas sa beauté. Ne croyez pas par-là qu’il ressemble à la monstrueuse bête que nous voyons dans le dessin animé de la belle et la bête mais c’est seulement qu’il n’est plus que l’ombre de lui-même. Une barbe commence peu à peu à s’immiscer sur son visage signe qu’il ne s’est plus rasé depuis quelques temps. Le style bûcheron n’est pas vraiment ce qui le met à son avantage alors que pendant toute sa vie et bien il a été l’amant d’un nombre impressionnant de demoiselles aimant plaire aux autres mais aussi à lui-même et qui maintenant ne fait plus autant attention à lui et surtout doit souvent compter sur les autres affins d’aller où il le souhaite. C’est sans doute cela qui rend son visage si différente, cette tristesse que l’on peut lire sur ses yeux de ne plus pouvoir être lui-même. Cet homme a toujours été épris d’une sorte de liberté totalement profonde et se retrouver dans ce genre d’état ne concorde pas vraiment au genre de vie qu’il aime. D’ailleurs, Eliès n’aime nullement voir tous ses regards se tourner vers lui et surtout il n’aime pas ses foutus gants qu’il est obligé de porter. Il n’aime ni leur formes ni leurs couleurs. Le seul point positif qu’il pourrait peut-être trouver à la situation qui se passe devant ses yeux c’est que dans quelques mois, ses bras seront davantage musclés mais ce n’est pas son genre de chercher le bon partout. Sa situation est loin d’être idéale surtout que maintenant, il doit à chaque fois appeler une compagnie spécialisée pour aller en ville. Sa moto lui manquait totalement et chaque jour sans pouvoir l’utiliser était un jour de plus de haine profonde envers lui-même et envers la personne qui l’avait rendu ainsi. Qui elle était ? Et bien il n’en avait aucune idée car il n’avait plus aucune souvenir de ce qui s’était passé cette nuit-là. Tout ce qu’il savait c’est que maintenant, il ne pouvait plu se déplacer qu’en fauteuil roulant et qu’il avait perdu l’usage de ses jambes pour une période dont il ne connaissait nullement la fin. Il était donc d’une certaine manière handicapé et cela l’avait obligé a diminué son ego ce qui était loin d’être une chose qui lui plaisait énormément. Arrivant devant le Blue Lagon, le jeune homme essaya de se frayer un chemin jusqu’à l’intérieur. D’une certaine façon cela n’était pas tellement dure, depuis les travaux et bien l’entrée pour les personnes en fauteuils roulant l’aidait à y entrer malheureusement, il y arrivait de marcher sur les pieds de certaines personnes en le faisant. Aujourd’hui il ne commit aucun acte de maladresse mais malheureusement pour lui, une personne lui empêchait de rentrer totalement dans le fameux bar/café ce qui ne lui plaisait guère. Il avait deux choix, forcer le passage en risquait de se retrouver avec une demoiselle en colère ou agir de la même façon mais par les mots et c’est ce qu’il fit mais dans sa langue d’origine qui n’était autre que l’italien. « Que les gens peuvent être sans gêne de nos jours. » Il lâche un long pouf en attendant que la demoiselle daigne bouger car même si elle n’avait sûrement pas comprit ce qu’il avait dit, elle avait au moins du remarquer qu’il était là.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Remember the past ♦Eliès & Silver♦ Mar 26 Jan 2010 - 20:17


Silvana n’était pas du genre à jeter un coup d’œil à son passé. Et si l’envie lui prenait de le faire, elle souriait. Cette fille sourit tout le temps. Qu’importe le temps, qu’importe l’heure, qu’importe le lieu, qu’importent les personnes, son sourire ne la quittait pas des lèvres. Silvana était ce genre de filles qu’on pouvait qualifier d’optimiste. Elle ne semblait pas craindre la vie, elle avait toujours cette impression d’être au bon endroit au bon moment au hasard. Oui, l’italienne croyait au hasard et à la chance. Et, pour elle, toute sa vie n’avait été qu’une succession de chances. Evidemment, sa bonne étoile, même accrochée au ciel, possède ses failles. Silver avait eut quelques erreurs de parcours, si je puis dire. Mais des erreurs de parcours dont elle tentait à chaque fois d’en tirer une leçon pour avancer. Pleurer, geindre ou remuer le passé ne lui servait à rien. Elle n’avait pas le temps à cela. La jolie brune était une demoiselle active, qui n’aimait pas rester les bras croisés. Aussi fut-il pour cela qu’elle poussa un léger soupir en stagnant sur le palier du Blue Lagoon Bar. L’italienne commençait à prendre des habitudes américaines. Au bout d’un an, il serait tant. Leur tempérament était tellement pas pareil que celui d’Italie que dire qu’elle n’avait pas eut le mal du pays serait mentir. Mais Silvana ne se souciait pas de ce genre de détails non plus. Elle grimaça avant d’entendre quelqu’un grommela derrière elle. En italien. « Que les gens peuvent être sans gêne de nos jours. » Silver fronça des sourcils, la voix lui disant soudainement quelque chose. Et puis, parler italien n’était pas monnaie courante, aux Etats-Unis. En tant que une personne arrivée il y a tout juste un an, la jolie brune avait eut l’occasion de se moquer de ses compatriotes américains en italien, ne serait-ce que pour souligner leur manque cruel de diversité des langues. Les américains n’étaient pas très doués en langue, il fallait bien l’avouer. En plus, quand ils tentaient de brèves connaissances italiennes, soit ils se trompaient, soit il y avait un horrible accent lourd et grossier derrière. Alors elle rigolait. Ils ignoraient pourquoi mais elle ne pouvait s’en empêcher. Elle-même avait suscité de légères moqueries à son arrivée. Rouler les R, en anglais, ça devait être quelque chose de plus drôle en soi. De toute façon, Silvana était la première personne à tourner en dérision sa propre personne. Et elle était fière de son accent, même s’il pouvait être ridicule et que son anglais avait encore quelques lacunes. Mais avoir étudiée dans le meilleur lycée privé de Rome n’avait été que plus bénéfique pour elle. Cependant, rien ne valait l’apprentissage sur le terrain, cela était clair et définitif. Aussi, prise d’une certaine curiosité, Silvana jeta un coup d’œil par-dessus son épaule pour y voir la personne qui râlait derrière elle dans sa langue natale. Personne. Avait-elle eut une hallucination ?

Mais quand son regard baissa de quelques centimètres, on ne sait jamais, ça aurait pu être un môme haut comme trois pommes qui passe ses vacances aux Etats-Unis ou un vieux pépé s’étant exilé en tant que réfugié politique sur le nouveau continent, et qu’elle dévisagea la personne derrière elle, Silvana crut que son cœur manqua un battement. Non pas pour un quelconque sentiment amoureux, ce n’était pas son genre, mais juste par surprise. Une double surprise. Non, ce n’était pas un môme qu’elle aurait renvoyé en pleurant dans les jupons de sa mère. Et ce n’était encore moins un ancien soldat flétri avec l’âge qui se plaignait des jeunes actuels. Pour sûr qu’elle aurait été encore plus sèche avec le vieux qu’avec le gosse. Mais c’était un jeune homme qui se présentait à elle. Un jeune homme qu’elle connaissait, ou plutôt, qu’elle avait connu, et qui était dans la force de l’âge. Enfin, normalement. Eliès Abatucci était en fauteuil roulant. Six ans qu’ils ne s’étaient pas vus et voilà qu’ils se retrouvaient nez à nez, là, ici, devant le Blue Lagoon Bar. Pour une surprise, c’était une surprise. Et encore, le mot était faible. Un choc serait plus adéquat pour qualifier que Silver pouvait ressentir. Le choc qui créait un véritable néant en elle. Pour peu, elle en oublierait de réagir. Mais elle se reprit de suite, ne cachant pas énormément son désarroi.


Eliès ?! Qu’est que tu fiches ici ? Et qu’est-ce qu’il t’est arrivé ?

La jolie brune semblait presque se figer sur place, tellement que l’aberration était grande. Oui, elle croyait au hasard. Et elle croyait à la chance, aussi. Cependant, cette rencontre, elle ne savait pas si elle devait le prendre comme le signe du destin ou pas qui lui tirait la sonnette de ne pas trop abuser de sa bonne étoile. Silvana savait que ces retrouvailles étaient dût au hasard. Après tout, elle n’a pas retourné le monde entier et ses quelques six milliards d’habitants pour le retrouver. Loin de là, elle a tenté de l’oublier du mieux qu’elle pouvait car c’était la seule chose bonne pour elle à faire, à l’époque. Mais devait-elle se sentir chanceuse de lui faire face, six ans après ? Silver n’était pas devin, elle n’avait pas de boule de cristal et elle ne lisait pas l’avenir dans des cartes. Tout ce qu’elle avait, c’était sa façon de surfer sur les vagues qui se présentaient à elle sans qu’elle ne remue le petit doigt. Elle se laissait tout bonnement guider là où il semblait qu’on la dirigeait. C’était peut-être un peu spirituel, comme façon de penser. Mais l’italienne a toujours cru à ses êtres supérieurs et considérés comme inexistants sans pour autant être croyante. Après tout, n’oublions pas ses origines. Cependant, faire d’elle une bonne pratiquante serait lui en demander un peu trop. Elle ne comptait pas se rendre à l’église tous les dimanches matins, ni prononcer une petite prière à l’heure du repas ou avant de se coucher. Elle ne voulait pas se soumettre au Carême et encore moins au poisson tous les vendredis. Elle avait horreur du poisson. Silver avait continué à parler italien, ce qui lui revenait plutôt facilement. Puisqu’elle avait affaire à lui. Finalement, cette journée serait peut-être moins banale qu’elle l’aurait cru.

Revenir en haut Aller en bas
 

Remember the past ♦Eliès & Silver♦

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: The Blue Lagoon Bar-