hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
No. 1 Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
No. 2 L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
No. 3 Les sujets de la première saison qui sont encore dans
la partie flashback et qui n'ont pas reçu de réponses depuis
un certain temps ont été archivés. Pour les autres, vous avez
encore un mois (jusqu'à la prochaine maintenance) pour les
clôturer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

Partagez
 

 late nights, red eyes. (o/j)

Aller en bas 
be all my sins remembered.

Jimmy Willys

messages : 954
name : faustine.
face + © : te ⋅ ©self, pinterest stuff.
multinicks : amber ⋅ billie ⋅ kate ⋅ kelley ⋅ resen ⋅ sami ⋅ scott ⋅ jesse.
points : 209
age : thirty one ⋅ [24|11]
♡ status : alone.
work : nightclub bouncer @ the lux.
home : harbor row with ali.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open | ali, owen, stella, tyler

late nights, red eyes. (o/j) Empty
Message· · Sujet: late nights, red eyes. (o/j) late nights, red eyes. (o/j) EmptyVen 28 Juin - 11:54

@owen valentine.
(28 juin 2019, portland)
Wasted every night, gone for every song
Faded every night, dancing all night long

Il se frotta le nez d'un mouvement rapide, sans vraiment y penser, le dos droit devant l'entrée de la boîte de nuit. Le sachet dans sa poche lui donnait l'impression de brûler à travers le tissu de son pantalon, et à peu de chose près il parvenait à le sentir s'enfoncer dans sa peau tant l'envie d'en prendre se faisait ressentir. Richie l'avait livré au passage. Avantage de son job : les relations qu'il se faisait. De dealer à ami, d'ami à dealer, il ne savait plus trop comment les choses s'étaient faites entre eux mais se satisfaisait de la possibilité de pouvoir l'appeler pour un ravitaillement lorsque le besoin se faisait ressentir, les muscles se crispaient de trop trembler, et la peau devenait moite. L'un avait l'accès au club de cette façon, l'autre trouvait son réconfort dans une poignée de main. Il s'était toujours forcé à ne rien prendre sur son lieu de travail, autant que possible. Loin d'être complètement con, il se doutait qu'il ne parviendrait pas à garder son job s'il s'y présentait complètement défoncé, et les effets de la descente n'étaient jamais les meilleurs à avoir devant une bande de personnes cherchant à se faire une place là où on leur interdisait d'entrer. La file avait perdu en longueur, seul un petit groupe désespéré tentait de se faire sa place à l'intérieur du club malgré l'heure avancée de la nuit – « on ne laisse plus entrer à cette heure-ci, et vous êtes complètement bourrés » n'étant, apparemment pour eux, pas une raison suffisante de se tenir et de déguerpir le plancher –, que Jimmy ignorait avec brio, faisant parfois mine d'inspecter ses ongles, mordillant le filtre de sa cigarette qui se mouvait au même rythme que ses lèvres lorsque sa voix s'élevait à nouveau et couvrait le son étouffé de la musique qui battait son plein à l'intérieur. La fatigue commençait déjà à lui faire tirer sur ses traits pour se réveiller un peu mieux et, dansant d'un pied à l'autre, il baissa les yeux vers son téléphone, dont la luminosité contrastait avec le néon qui clignotait sur le trottoir, et un petit sourire se glissa au détour de ses lèvres en réalisant qu'il ne restait que quelques minutes avant la fermeture et, par conséquent, sa libération à lui aussi. La nuit avait été longue, l'esprit focus sur le manque et le regard glissant vers l'intérieur du club à plusieurs reprises pour tenter de capter la silhouette d'Owen dans la foule compacte. Il l'avait vu les deux fois où il était rentré pour se chercher à boire, laissant l'espace de quelques minutes son collègue prendre la relève à l'entrée de la boîte, et avait constaté entre ses deux petites pauses l'avancée que faisait l'alcool dans les veines de l'anglais. Un demi-sourire au coin des lèvres en le voyant comme ça, il avait aussi ressenti la petite pointe de regret de ne pas pouvoir se joindre à lui pour fêter la signature de son nouveau contrat et de sa sortie du chômage. Veillant à garder un œil sur lui au détour de ses allers et venues à l'intérieur, il retrouvait chaque fois son poste et son aplomb un peu bringuebalant ce soir et se concentrait sur ce qu'il se passait à l'extérieur, tout en laissant son esprit vagabonder ailleurs par moments. Les dernières minutes s'écoulèrent avec lenteur et, voyant que les gens commençaient à sortir en masse du club, Jimmy n'eut pas besoin de regarder l'heure pour se douter que la fermeture avait été sonnée. Dans les nombreux visages qui se succédaient, il rechercha celui d'Owen et, le trouvant finalement avec les clefs de sa voiture à la main, il fronça les sourcils et bouscula une femme alcoolisée qui lui tapa derrière la tête pour aller à lui et attraper son épaule. « Eh, où tu vas comme ça ? » Il lâcha un léger rire dans sa voix, récupérant l'anglais près de lui en arquant un sourcil. « T'espérais partir sans même me dire au revoir ? Quel pote en carton. » Son sourire s'étira un peu plus sur ses lèvres et, tendant la main vers lui, il lui fit signe de lui donner ses clefs de voiture. « Donne-moi ça, t'en as pas besoin ce soir, je te laisse pas repartir au volant alors que t'es complètement déchiré. » Il avait les yeux rougis et l'air idiot commun aux gens qui ont trop bu collé sur le visage, qui provoqua chez Jimmy un léger tortillon dans le creux de son ventre, à la façon dont il souriait. Gardant sa main sur son épaule pour le tenir à côté de lui, il laissa son regard glisser autour de lui et le posa à nouveau dans celui d'Owen, s'arrêtant une courte poignée de secondes avant de souffler : « reste avec moi le temps que je fasse la fermeture, d'accord ? Je te ramène ensuite. » Il oublia, l'espace d'un instant, la tension dans ses muscles, l'envie qu'il ressentait à l'idée de simplement rentrer chez lui et d'enfin sortir son acquisition de sa poche.

_________________

// don't cut me down, throw me out, leave me here to w a s t e, I once was a man with —— dignity and grace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
close your eyes, clear your heart.

Owen Valentine

messages : 1423
name : mrs.brightside (marine)
face + © : r.madden + kidd, calvaries, ts.
multinicks : tommy ⋅ mila ⋅ raph ⋅ anton ⋅ avery ⋅ sören ⋅ bliss.
points : 1146
age : thirty-two y.o. (18/06)
♡ status : trying to move on.
work : actor on a break, currently working on his first script. he just started as a dj 3 nights / week at the "dusk till dawn" (portland).
home : the majestic for now.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●●● | amelia, jimmy, james.

late nights, red eyes. (o/j) Empty
Message· · Sujet: Re: late nights, red eyes. (o/j) late nights, red eyes. (o/j) EmptySam 29 Juin - 1:00

Owen serra la main d'Ashton, manager et propriétaire du dusk till dawn, officiellement devenu son employeur une heure plus tôt, avant de quitter les lieux pour rejoindre le LUX à quelques rues de là. L'acteur s'improvisait DJ, passion qu'il avait gardé jusqu'il y a peu privée, et s'il était loin d'être en confiance pour ce nouveau défi, Owen avait accepté de le relever. Qu'avait-il à y perdre, au juste, si ce n'était sa réputation ? Son talent - avéré, ou non - aux platines n'auraient probablement aucune incidence sur sa carrière majeure, il ne risquait donc que le ridicule, qui n'avait jamais tué personne jusqu'à preuve du contraire. Cette pensée le fit déglutir, lui qui ne supportait pas échouer et ne se lançait, de ce fait, pas dans des projets s'il n'était pas persuadé de les mener à bien. Depuis son plus jeune âge, Owen Valentine brillait dans tout ce qu'il entreprenait (relations exclues, entendons-nous bien) et si le challenge le stimulait, la possibilité de se planter, elle, le prenait aux tripes. Décidant de mettre ces angoisses de côtés afin de célébrer, comme il se doit, le nouveau chapitre qu'il ouvrait ce soir, Owen salua rapidement Jimmy à l'entrée, regrettant qu'il ne puisse pas se joindre à lui, puis pénétra dans le club qui avait abrité à quelques reprises ses déboires récemment.
Revoir Romy n'avait pas été chose facile. S'il avait eu l'impression, en décembre, qu'elle lui avait déchiré le coeur pour le laisser en lambeaux, que le mal était fait et que rien ni personne ne pouvait à présent le blesser, ou combler le trou béant dans sa poitrine, il avait sous-peser le pouvoir qu'elle avait encore, à ce jour, sur lui. Sans qu'il ne le réalise, la plaie s'était peut-être apaisée, lentement refermée, pour se ré-ouvrir et être à vif à l'instant où son ex petite-amie s'était retrouvée dans ses bras. Malgré tout ça, il ne parvenait pas à regretter de s'être rendu à l'hôpital pour la soutenir, pas plus qu'il ne regrettait les moments partagés pendant cinq années ensembles. Cette misérable constatation - il ne s'était jamais senti aussi idiot, sa fierté piétinée, sans parvenir à s'éloigner pour autant - lui confirmait qu'il avait définitivement mérité un verre ce soir. Pour célébrer. Pour désinfecter cette plaie béante. Pour oublier, l'espace d'une soirée, qu'elle était encore et toujours ce qui le retenait en Oregon et l'avait donc indirectement mené à accepter cette nouvelle position.
Assis au bar, Owen fut rapidement rejoint par un petit groupe dont il avait fait la connaissance quelques semaines plus tôt et qui semblait toujours être au rendez-vous, quelque soit le jour qu'il choisissait pour se pointer. Tant mieux, ça lui évitait la soirée en solo, Kelley ignorant complètement le message qu'il lui avait envoyé ; Owen avait pourtant pensé qu'en mentionnant la boite de son pote/proprio/boyfriend (il adorait lui rappeler cet épisode), Larkin se pointerait, mais l'anglais était porté disparu, le laissant célébrer avec des étrangers. Avec un peu plus de réflexion, sans doute aurait-il pu se souvenir que son meilleur ami avait quitté l'état pour affaires aujourd'hui, mais Owen avait la tête en vrac depuis plusieurs jours, ce soir plus encore que les précédents. Malgré l'absence de personne proches, il fêta son contrat à coup de shots divers, de bouteilles de champagne offertes gracieusement au groupe qui l'accompagnait et sur le dancefloor, ou quelques personnes lui demandèrent une photo ce qui eu le don de lui réchauffer le coeur, l'acteur étant en cruel manque d'attention. Owen n'avait jamais de ceux appréciant les fans faisant le pied de grue pour le rencontrer, pas plus qu'il n'appréciait être stoppé dans la rue dans un moment privé. Il répondait néanmoins toujours (sauf rares exceptions) présent pour eux, un sourire faux scotché aux lèvres pour le bien de sa carrière. Cela faisait partie du jeu, comme il disait, et autant dire qu'il était plutôt doué avec les mots, les gestes, pour faire grimper sa côte de popularité. Un an dans l'ombre lui avait remis les idées en place et rappelé que c'était aux personnes qui appréciaient son travail à qu'il devait sa carrière, et qu'un tant soit peu de considération n'allait pas le tuer.
Clignant des yeux, Owen mis quelques secondes à comprendre la raison des lumières qui l'aveuglaient soudainement, lui signalant la fermeture imminente du club. La musique s'était arrêtée, depuis combien de temps il l'ignorait, et peu de personnes restaient encore présente sur les lieux. Sa veste récupérée aux vestiaires, l'anglais déambula sur les pas des autres clients, manqua de trébucher en enfonçant les mains dans ses poches pour y trouver ses clés de voiture, avant de relever la tête, dans un large sourire idiot, vers Jimmy qui venait de l'accoster. « Dormir. Sauf si t'as une meilleure idée. » Il s'y connaissait, après tout, bien mieux que lui sur les alentours et lieux encore ouverts à une heure aussi tardive slash matinale. « Non, jamais! » Il s'offusqua, exagérément, ayant en réalité complètement oublié la présence de Jimmy à la porte, toute sa concentration tournée vers ses clés et le trajet qui le séparait de chez lui. Dressant les clés devant lui, Owen les lâcha dans la paume de sa main sans ses départir de son sourire, plaçant une main sur l'épaule de son pote pour récupérer son équilibre. « Tu as raison, c'est complètement irresponsable. » D'un geste du doigt, il fit semblant de se disputer lui-même, conscient malgré son taux élevé d'alcoolémie et son ironie qu'il n'était pas en état de prendre la route, avant de se laisser aller contre le mur, parvenant difficilement à tenir debout de lui-même. « T'en fais pas, je peux appeler un taxi. T'en as pour combien de temps au juste? » Maintenant que la musique n'était plus là pour l'animer, qu'il ne lui restait que son corps qui répondait à peine à ses demandes, et ses oreilles qui bourdonnaient, Owen n'avait qu'une hâte ; s'écrouler. « C'est vraiment dommage que tu bossais, Jimmy. Va falloir remettre ça! Ton patron n'autorise pas le staff à jouer les prolongations? » Il demanda, réalisa dans un long soupire que l'anglais n'était plus à ses côtés et était occupé à s'assurer que tout le monde quittait les lieux, puis parti à la recherche de son téléphone dans une des poches de sa veste pour patienter, déçu de voir que ni Kelley, ni Romy, n'avait cherché à le contacter. Quand finalement Jimmy revint à ses côtés, Owen piquant du nez bien que toujours "debout", son sourire s'étira à nouveau sur ses lèvres alors que sa main trouvait l'épaule du videur comme pilier. « Le dusk ferme dans trois heures seulement, tu pourras y finir tes nuits quand tu termines ici. » Une étincelle éclaira ses yeux, vaseux dû à la quantité d'alcool ingurgitée, comme s'il lui apprenait quelque chose, alors qu'ils y avaient tous les deux passé quelques soirées depuis l'ouverture. « Pas ce soir, parce que je dois faire bonne impression maintenant. » Il pouffa, avant de se redresser pour se mettre en marche, bien qu'ignorant leur destination, ni même si Jimmy était à présent disponible, n'ayant aucune idée du temps qui s'était écoulé entre le moment où il avait récupérer ses clés de voiture et l'instant présent. « c'est bon, t'as fini? »

_________________
-- saying goodbye is death by a thousand cuts, flashbacks waking me up, i get drunk, but it's not enough 'cause the morning comes and you're not my baby. i look through the windows of this love, even though we boarded them up, chandelier still flickering here 'cause i can't pretend it's okay when it's not.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
be all my sins remembered.

Jimmy Willys

messages : 954
name : faustine.
face + © : te ⋅ ©self, pinterest stuff.
multinicks : amber ⋅ billie ⋅ kate ⋅ kelley ⋅ resen ⋅ sami ⋅ scott ⋅ jesse.
points : 209
age : thirty one ⋅ [24|11]
♡ status : alone.
work : nightclub bouncer @ the lux.
home : harbor row with ali.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open | ali, owen, stella, tyler

late nights, red eyes. (o/j) Empty
Message· · Sujet: Re: late nights, red eyes. (o/j) late nights, red eyes. (o/j) EmptyVen 26 Juil - 23:50

C'était probablement stupide que seules quelques secondes passées avec Owen aient réussi à détourner un peu son attention du manque qui se faisait de plus en plus ressentir. Le regard plongé dans celui de l'acteur slash nouveau dj d'un club non loin d'ici, il esquissa un petit sourire à sa réponse et secoua la tête. « Dormir, c'est une très bonne idée. Personne ne t'acceptera dans son club de toute façon, vu comment t'es déchiré. » En venant doucement lui pincer les côtes, plus en guise de chatouilles qu'autre chose, il lui glissa un léger clin d'œil. Les types dans l'état d'Owen, Jimmy en refoulait à chacun de ses shifts, et pas qu'un seul. Ils avaient interdiction de foutre un pied à l'intérieur du club, parce qu'ils n'étaient pas les plus à même de consommer quoi que ce soit à l'intérieur, et qu'ils risquaient d'être carrément insupportables pour les autres clients ; comme partout ailleurs, ils se faisaient recaler, et tant pis pour eux s'ils finissaient par décuver sur le trottoir, ou aller pleurer à l'entrée d'une autre boîte de nuit tant que Willys ne les voyait plus traîner devant le LUX, le visage à moitié éclairé par les néons flashys de la devanture. Tendant la main pour récupérer les clefs de voiture et venir les glisser dans sa poche, il les agita avant un bref instant devant les yeux d'Owen. « Merci d'admettre que j'ai raison, ça n'arrive pas tous les jours. Et merci aussi pour les clefs, j'aurais pas besoin de demander un lift à mes collègues. » Plus grand sourire sur le visage, il les rangea sans lâcher l'épaule de Valentine pour l'instant, s'assurant que le trentenaire parvenait à rester debout sur ses pieds avant d'arrêter de lui servir d'appui et de soutien en même temps. Il se retint de rire en le voyant agiter son doigt comme s'il grondait un être invisible devant lui, se demanda un bref instant s'il avait l'air aussi ridicule quand il était saoul – oui, Jimmy, oui –, et posa son autre main sur la taille d'Owen l'espace de quelques secondes en le détaillant. « J'en ai pas pour longtemps, et j'ai peur que tu files un peu trop au taxi. Je te reconduirai, faut juste que tu m'attendes quelques minutes, ok ? Je reviens. » Il retira précautionneusement ses mains de la silhouette de l'homme, s'assura qu'il tenait debout et s'éloigna pour retrouver sa place à la sortie de la boîte de nuit, s'excusant d'un regard auprès du collègue qu'il avait salement lâché en apercevant l'acteur se faire la malle au milieu de la foule. Le regard d'Andrew, accusateur et porté sur lui, le força à se tenir droit dans son travail jusqu'à ce qu'enfin les dernières personnes s'éloignent de l'entrée de la boîte et lui permettent de quitter définitivement son poste pour la soirée, alors que son corps, à nouveau, lui faisait ressentir les différents effets du manque. Sa mâchoire crispée et un peu endolorie d'être trop serrée, ses mains de nouveau moites, et son esprit rivé sur la simple idée de sortir le petit sachet de poudre blanche qu'il gardait dans sa poche depuis l'arrivée de Richie au club ; qui était partie en lui faisant un petit clin d'œil. Jimmy se mordit l'intérieur des joues et pinça des lèvres, ses mains glissant sur son crâne alors que, finalement, il s'approcha à nouveau d'Owen et força un sourire sur son visage dans un premier temps, avant de le sentir devenir un peu plus naturel. « T'as fini de parler au mur ? » Il désigna d'un coup de pouce ce sur quoi Owen prenait appui, alors qu'il l'avait vu s'étendre en parole lorsqu'il avait regardé vers lui les quelques fois où il s'était tourné dans sa direction. Passant son bras autour de sa taille pour le tenir contre lui, il acquiesça un peu à l'invitation avant de rouler légèrement des yeux. « Ah, vraiment ? J'avais justement envie d'y aller maintenant. Tu m'attends dans la voiture du coup ? » Un sourire taquin au bord des lèvres, il commença à avancer pour suivre les mouvements de son comparse anglais, sortant les clefs de sa poche pour faire biper la voiture et la repérer sur le parking, de l'autre côté de la route. « Oui, j'ai fini. Tu te rappelles d'où tu habites ou pas ? » Il arqua un sourcil vers lui et le maintint un peu plus contre lui en avançant, traversant pour rejoindre le véhicule, avant de réfléchir un instant. « Ou bien, tu viens chez moi et on continue de fêter ton contrat. » Il n'était pas certain de savoir suivre les indications d'un homme complètement saoul s'il ne l'est pas lui aussi ; à moins d'être dans le même état qu'Owen, il ne parviendrait sans doute pas à faire l'étape de traduction nécessaire pour saisir ce qu'il pourrait tenter de lui dire, et ils se retrouveraient à tourner en rond dans Windmont Bay, pour rien. Et au moins, lui aussi pourrait prétendre à fêter un peu avec lui ce nouveau contrat au goût de changement de vie, comme il souhaitait le faire. Arrivant à la voiture, il ouvrit la portière passager et laissa Owen tomber sur le siège, se penchant au-dessus de lui pour lui attacher sa ceinture, puis s'écarta, referma la porte, et s'installa de l'autre côté. « On va où, alors ? » Il tourna la tête vers l'homme à ses côtés, esquissa un nouveau sourire, malgré l'envie pressante de savoir vers où se diriger pour, enfin, prétendre à sa libération, ses mains toujours aussi crispées, cette fois autour du volant.

_________________

// don't cut me down, throw me out, leave me here to w a s t e, I once was a man with —— dignity and grace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
close your eyes, clear your heart.

Owen Valentine

messages : 1423
name : mrs.brightside (marine)
face + © : r.madden + kidd, calvaries, ts.
multinicks : tommy ⋅ mila ⋅ raph ⋅ anton ⋅ avery ⋅ sören ⋅ bliss.
points : 1146
age : thirty-two y.o. (18/06)
♡ status : trying to move on.
work : actor on a break, currently working on his first script. he just started as a dj 3 nights / week at the "dusk till dawn" (portland).
home : the majestic for now.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●●● | amelia, jimmy, james.

late nights, red eyes. (o/j) Empty
Message· · Sujet: Re: late nights, red eyes. (o/j) late nights, red eyes. (o/j) EmptyLun 9 Sep - 16:29

Owen avait toujours été fêtard. Chaque cérémonie de remise de prix, où l'alcool coulait à flot et à volonté, avait fait de lui le roi des after-party, quittant rarement les lieux avant la fermeture. A plusieurs reprises il était apparu dans la presse les yeux rougis, soutenu par son chauffeur/garde du corps ou par Romy pour rejoindre la voiture, sans jamais que scandale il n'y aie eu. Il savait faire la fête, tout comme il savait se tenir, pour le bien de sa carrière. Aujourd'hui, c'était un peu différent. Il n'y avait plus grand chose à sauver en apparence, l'acteur ayant pressé le bouton pause sur sa carrière plus d'un an auparavant, et il avait le coeur en miettes. Valentine désirait simplement faire disparaître, le temps d'une soirée, la douleur dans sa poitrine et célébrer ce nouveau chapitre qu'il ouvrait, quand bien même il ne parvenait pas à savoir s'il s'agissait d'une bonne décision. Celle de rentrer sur Londres avait été à quatre-vingt pour cent prise dans son esprit, mais l'apparition d'Amelia avec sa fille avait remis les compteur à zéro, l'obligeant à revoir à nouveau ses plans. Peut-être devait-il les emmener avec lui, là bas. Construire une vie de famille qu'ils auraient peut-être pu avoir depuis toujours si Romy n'avait pas fait partie du tableau, et se reconstruire ensemble. Ou peut-être devait-il penser à lui et cesser de prendre des décisions concernant son avenir en fonction de son entourage. Louise était pourtant bien trop importante à ses yeux pour qu'il ne s'en détourne une nouvelle fois, respectant le choix de sa mère de lui révéler la vérité - qui serait, sans doute, plus facile à accepter à cet âge - maintenant. A partir de là, Owen n'avait qu'une solution : trouver de quoi faire, ici, en Oregon. L'idée de vivre à Windmont Bay, qu'il n'avait découvert que parce qu'il s'agissait des terres qui avaient vu son ex petite-amie grandir, était étrange, mais il ne voulait pas déraciné une nouvelle fois sa gamine en si peu de temps.
La tête à l'envers d'avoir tourner et retourner tout ceci dans son esprit, d'avoir abuser de l'alcool également, il offrit son plus beau sourire à son nouvel ami qui lui confirmait que dormir était ce soir la meilleure chose à faire, compte tenu de son état. « Je t'ai filé les clés parce que je suis quelqu'un de responsable, ça ne veut pas dire que tu as l'autorisation de toucher mon bébé. » Owen fut lui-même impression de parvenir à articuler chacun de ces mots, alors que son corps basculait légèrement pour retrouver son équilibre après qu'il aie désigné d'un coup de menton le parking ou devait se trouver le bébé en question. « Mais quel radin, je lui aurais fait sa soirée à ce chauffeur! » Il rit, regardant Jimmy s'éloigner avec ses clés. La vérité est qu'il n'aurait sans doute même pas essayé de monter à bord d'un taxi, se serait rendu compte après quelques kilomètres - voir sur le parking même - qu'il n'était pas en état de conduire et se serait probablement endormi dans le véhicule à l'arrêt. A moins de parvenir à déambuler jusqu'à l'hôtel le plus proche.
Attendant sagement (à traduire par tombant doucement endormi) contre le mur, Owen se redressa lorsque la voix de l'anglais lui parvint à nouveau, son accent sonnant comme une mélodie aux oreilles de l'acteur. Dieu que ça lui manquait d'entendre parler anglais - le vrai. « Dépose-moi à l'hôtel le plus proche, ça fera l'affaire. » Il répondit sérieusement, trop alcoolisé pour capter que Jimmy jouait avec lui. Owen se reposa un peu plus sur ses épaules, plissant les yeux pour trouver le véhicule dans la pénombre sans se rappeler exactement ou il avait parqué celui-ci. « A l'hôtel. Je suis S.D.F depuis six mois. Sept! On devrait fêter ça, aussi. » Il sourit à nouveau à son ami, chassant l'image de Romy qui s'imposait une nouvelle fois à lui, tout en écoutant sa proposition de continuer les célébrations. Jimmy avait du chemin à rattraper et pour être tout-à-fait honnête, Owen n'était pas certain de tenir encore bien longtemps, à moins que l'air frais ne lui donne un coup de jus, ou qu'il ferme les yeux quelques minutes dans la voiture. C'était, lorsqu'il avait trop bu, tout ce dont il avait besoin : quelques minutes de sommeil. Qu'on le laisse fermer les yeux, pour qu'il reparte de plus belle. S'installant dans le véhicule, sans réaliser qu'il n'avait pas répondu à la proposition précédente, Valentine s'attacha et laissa reposer sa tête contre le siège, les yeux fermés. « Profiter que je sois bourré pour me ramener chez toi... c'est bas, Willys. » Un sourire enfantin pris place sur ses lèvres, alors qu'il tournait la tête vers Jimmy. « On va où tu veux. Laisse moi juste fermer les yeux quelques minutes, et je suis reparti. » Il affirma, luttant pour garder ces derniers ouverts pendant qu'il terminait sa phrase.
Owen les ré-ouvrit aux secousses "délicates" de son ami, clignant à quelques reprises des paupières pour tenter de se situer. La voiture était à l'arrêt et il n'avait aucune idée d'où ils se trouvaient. « C'est chez toi ? » Tête tournée vers les façades de l'autre côté de la route, observant toutes les fenêtres desquelles aucune lumière ne lui parvenait, le brun reporta son attention sur Willys en claquant dans ses mains. « T'as quelques verres de retard pour me rattraper, va falloir mettre les bouchées doubles. » Un bref sourire étira ses lèvres à nouveau, avant qu'il ne tende la main pour récupérer les clés de la voiture maintenant que le contact était coupé. « T'es sur que c'est une bonne idée de finir la soirée là? T'as pas un voisin fou furieux qui va péter un câble au moindre bruit? » Il murmura, bruyamment, une fois dans la rue, à nouveau perplexe devant tant de calme. Tout Windmont Bay avait les yeux clos, et Owen était persuadé que Jimmy lui avait un jour parlé d'une colocataire... Pas bien pratique pour continuer la soirée.

_________________
-- saying goodbye is death by a thousand cuts, flashbacks waking me up, i get drunk, but it's not enough 'cause the morning comes and you're not my baby. i look through the windows of this love, even though we boarded them up, chandelier still flickering here 'cause i can't pretend it's okay when it's not.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




late nights, red eyes. (o/j) Empty
Message· · Sujet: Re: late nights, red eyes. (o/j) late nights, red eyes. (o/j) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
late nights, red eyes. (o/j)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hazel -- Behind Green Eyes .
» [Cinéma] Eyes wide shut
» BB Code : les tableaux en une lecon
» Keep Hope, de Baby Angel et Cat's Eyes
» Look me in the eyes . [PV Fleur de Sang]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: The World-
Sauter vers: