AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (famille WALKERS) - mmh... escuse-me ? | ended

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: (famille WALKERS) - mmh... escuse-me ? | ended Mer 29 Avr 2009 - 20:54



STARRING VICTORIA BLYTHE AND ROBYNN WALKERS


      MARY : C'est bon, Victoria, tu peux y aller. Je m'occupe de la fermeture.

    La concernée leva les yeux vers sa collège, qui nettoyait la dernière table qui avait été déserté. Victoria, qui était en train de laver à la main quelques ustensiles qui ne passaient pas au lave vaisselle, haussa un sourcil de surprise. Elle savait que les fermetures n'étaient jamais une partie de plaisir. On en sortait tard, la nuit était déjà tombée et on était seule face à toutes sortes de corvée. Et Dieu sait que ses corvées ont intérêt d'être faites avant que le patron arrive le lendemain matin. Tout le monde voit le Lagoon Bar comme un lieu idyllique, familiale et bonne enfant. Il est vrai que l'atmosphère et l'ambiance entre les employés étaient vraiment bonnes. Et le patron n'était pas si tyrannique qu'il peut le laisser croire. Mais le nombre de choses qu'il y à faire le soir était assez important. Ce fut pour cela que Victoria fut surprise que Mary lui dise qu'elle pouvait partir.

      VICTORIA : Tu es sûre ?
      MARY : Oui, oui, tu peux partir. J'ai besoin de réfléchir un peu... Seule.
      VICTORIA : D'accord. Bonne soirée, Mary.

    Victoria finit rapidement ce qu'elle avait commencé avant de se diriger vers les vestiaires pour récupérer ses affaires. Sac sur l'épaule, manteau sur le bras gauche et clés et cellulaire de la main droite, la jeune blonde sortit par derrière sur le parking réservé aux employés les yeux rivés sur son écran de téléphone. Elle avait trois nouveaux messages vocales, sans compter les messages écrits. Le premier message fut de madame Walder, qui lui annonçait qu'une troisième personne s'était vue enlevée son labrador la nuit dernière. Victoria fronça les sourcils ; cette affaire de kidnapping devenait à la fois inquiétante et intéressante. Rhys allait devoir faire attention à sa boule de puces s'il ne veut pas qu'elle s'évapore aussi. Tout en s'installant dans sa voiture, le deuxième message qui était de Kayleigh. Elle eut un sourire en entendant cette dernière dire qu'elle voulait que son amie passe la voir le week-end prochain. D'un geste instinctif, la jeune Blythe ouvrit son agenda. Entre les cours, le travail et son passe-temps, il fallait mieux qu'elle note tous au risque d'oublier - même si elle possède une très bonne mémoire. Enfin, le troisième message fut de Lullaby, qui lui demandait de venir le soir même après son service sans donner plus de précision et de détails. Sourire grandissant, Victoria effaça tous ses messages avant de répondre à madame Walder puis à Kay avant d'ouvrir une conversation téléphonique avec sa meilleure amie. Elle roula des yeux quand elle entendit le répondeur de la jeune Walkers tout en enfonçant la clé dans le contact.

      VICTORIA : Tu pourrais au moins penser à allumer ton portable quand t'appelles quelqu'un. Soit devant ta porte quand j'arrive.

    Victoria raccrocha, jeta son portable sur le siège passager et ouvrit les fenêtres ainsi que le moteur. Quelques secondes plus tard, la Chrysler Lebaron était partie dans un mouvement souple et rapide, sa conductrice ravit de retrouver le chemin de la maison. Ou plutôt, du quartier, puisqu'elle allait directement chez la maison de Lully. Elle devait être une des rares de cette planète à ne pas avoir besoin de radio ni d'une quelconque musique ; le ronronnement de sa voiture suffisait amplement à son bonheur. Victoria jeta un coup d'œil à sa montre ; il était à peine neuf heures du soir. Et toujours rien dans son estomac à part un bout de gâteau qu'elle avait mangé lors de sa pause de cinq minutes il y a deux heures. Autant dire que la viennoiserie était quelque part dans son organisme mais certainement pas dans son estomac. A l'entrée du quartier, Victoria se redressa et parcourut la rue, tout en faisant quelques sourires aux quelques personnes profitant des derniers instants du soleil et tout en regardant ce que traficotait ses voisins en ce début de soirée qui s'annonçait calme. N°1307, Apple Road. Arrivée devant la maison - que Victoria jugeait bien trop bien pour des étudiants - elle se gara, coupa le contact, rangea ses affaires dans son sac et sortit tout en le mettant sur son épaule. Jamais vous ne la verrez sans son sac. Ou presque. Il y avait des choses bien trop importante pour qu'elle puisse songer à s'en séparer. Elle a bien trop peur que lui cambriole sa chambre. Elle juge qu'emporter ses affaires sur elle les protège d'une certaine façon. Après, chacun voit comme il veut les choses. Victoria gravit les quelques marches et tapa à la porte à l'aide du rond sur la porte. Quand celle-ci s'ouvrit, la jeune Blythe sourit et commença à ouvrir les lèvres pour parler mais les referma aussi vite. La porte ne s'était pas exactement ouverte sur la bonne personne. En face d'elle ne se tenait pas Lullaby Walkers mais Robynn Walkers, son frère jumeau. Victoria ouvrit alors la bouche, d'un air peu certain.

      VICTORIA : Salut. Est-ce que Lullaby est là ?



Dernière édition par Victoria Blythe le Ven 5 Juin 2009 - 22:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (famille WALKERS) - mmh... escuse-me ? | ended Ven 1 Mai 2009 - 1:52

Get this widget | Track details | eSnips Social DNA



      « Enfin rentré. »


    Robynn soupira, content que sa journée de travail au Metrozoo soit finie. Il se trouvait sur le pas de la porte d'entrée. Tout en rangeant ses clés dans son manteau, Robynn gueula :

      « Lullaby ?! »


    Pas de réponse. Tient ?! Elle devait surement être sortie avec sa meilleure amie Victoria. Il se dirigea dans la cuisine au cas où il y aurait un mot. Non, rien du tout. Ou peut être elle était avec Grover car lui non plus n'était pas dans la maison. Tant pis. Il n'allait pas s'en plaindre, car pendant toute la soirée il pourra regarder la télévision, peinard dans le canapé. Le jeune homme se dévêtit de son manteau pour ensuite le poser sur le porte manteaux. Robynn alla dans le salon pour s'affaler sur le canapé, puis saisit la télécommande afin d'allumer la télévision qui se trouvait en face de lui. La chaîne qui passait était la ABC, une chaîne d'infos. Ennuyeux. Il zappa jusqu'à tomber sur MTV Pulse, une chaîne de clips de rock alternatif en général. Uh ♥. Le clip qui passait ? Human de The Killers. Pas mal, pas mal. Puis les clips s'enchainaient. Toc, toc, toc. AH ? Lullaby était de retour mais elle avait oublié ses clés ? Ah, ah, ah. Robynn se leva du canapé pour aller quand même lui ouvrir. Imaginez si il ne le faisait pas … Elle serait capable d'aller se plaindre à sa mère, et Robynn ne voulait pas que leur mère se ramène avec une tonne de morales à la bouche. Uh. Le jeune homme ouvrit doucement la porte tout en ouvrant la bouche pour commencer à taquinez sa sœur. A la place il sortit un :

      « Oh. »


    Devant lui, non pas sa sœur jumelle, mais Victoria Blythe, la meilleure amie de Lullaby.

      « Euh, salut. Lullaby n'est pas encore là, désolé. »
      « Ah, okay, je repasserais plus tard, bye. »


    Face à la réponse de Robynn, Victoria fit demi tour. Le jeune homme soupira. Il n'allait pas la laisser partir comme ça. Avant qu'elle ne fasse quelques pas, il posa sa main sur son épaule pour l'arrêter.

      « Allez, viens. Tu vas attendre avec moi à l'intérieur. »


    De toute la façon elle n'avait pas le choix. Il laissa le passage à la jeune fille en se reculant. Oh, qu'il était gentil. Après qu'elle soit rentrée, il claqua la porte, puis l'accompagna jusqu'au salon.

      « Bon bah tu connais bien, hein ? Fais comme chez toi. Comme d'habitude quoi. »


    Puis il se ré-affala sur le canapé à regarder la télévision.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (famille WALKERS) - mmh... escuse-me ? | ended Ven 1 Mai 2009 - 15:16


      ROBYNN : Euh, salut. Lullaby n'est pas encore là, désolé.

    Victoria passa la main dans ses cheveux, l'air embêté. Voilà que Lullaby lui demandait de venir à presque 9pm et elle n'était même pas présente à son propre rendez-vous. C'était assez embêtant. A moins qu'elle est voulue lui faire une gentille farce. Mais où est la blague, alors ? Non, jamais Lully ne ferrait une farce de la sorte à son amie. Elle savait que la jeune Blythe n'aimait guère ça. Perdre son temps avec des farces de ce genre-là. Lullaby était peut-être joueuse et enfantine, elle n'était pas non plus sotte, idiote ni stupide. Elle connaissait assez Vicky pour savoir qu'elle aurait entendu parler du pays si elle lui avait fait sauté quelques minutes de son précieux temps. Son temps était compté, presque chronométré. Il n'y avait qu'à voir son agenda, à vrai dire. Son agenda où des dates, des rendez-vous, des heures et des penses bête se mélangeaient joyeusement. Sans oublier les numéros de téléphone, les adresses et tout le reste. Quoiqu'il en soit, la demoiselle haussa légèrement les épaules et commença à se retourner, avec un petit sourire d'excuse.

      VICTORIA : Ah, okay, je repasserais plus tard, bye.

    Sans plus un mot, la jeune Blythe tourna les talons. Mais à peine avait-elle descendu la première marche qu'une main vient toucher son épaule. Elle s'arrêta et se retourna, tout en arquant un sourcil en voyant Robynn qui s'était éloigné et qui attendait qu'elle rentre.

      ROBYNN : Allez, viens. Tu vas attendre avec moi à l'intérieur.

    Voilà qui avait l'effet d'un choc, pour la demoiselle. Après tout, Robynn n'était pas connu pour avoir une forte envie de relation avec les gens. Il était quelque peu misanthrope et peu bavard mais surtout très dépendant de sa sœur. Sans Lullaby, Victoria se demandait bien comment s'en sortirait son frère. Certainement pas aussi bien que maintenant. A ses yeux, il n'était qu'un non-débrouillard et d'un matchotisme incroyable. Combien de fois Lully reçoit des messages de la part de son frère qui lui disait d'acheter, de faire, de ne pas oublier, de penser, de demander ? Elle était sa bonniche et la jeune Blythe ne voyait pas comment elle faisait pour se laisser faire sans protester. Elle qui a pourtant des frères, plus âgés et multipliés par deux, elle n'a jamais connu une telle dépendance. Certes, leur présence morale ou physique lui est indispensable. Mais jamais, Ô grand jamais elle ne laisserait une telle chose arrivée. Si jamais on la traitait comme une femme de maison, vous pouvez être sûr qu'elle montera sur ses grands chevaux et qu'elle mettra les choses bien au clair. La famille Blythe était une famille soudée, très soudée, mais pas dépendante d'un membre à un autre. Chacun était impressionné par leurs relations si intenses entre les trois enfants Blythe. Après tout, entre la jeune fouineuse, le croyant et le futur vice-président d'une multinationale, il y avait de quoi être surpris de voir la fusion et la soudure. Ils n'avaient juste pas les mêmes rêves, ni les mêmes ambitions et chacun avait son caractère mais ils formaient comme une sorte d'exemple depuis qu'ils sont tout petit. Mais jamais, jamais Victoria deviendra dépendante d'un de ses frères ou le contraire. Il en est hors de question ; elle tient trop à son indépendance et sa liberté pour cela. Mais il fallait aussi avouer que Lully n'était pas plus réputée d'avoir un fort caractère que son frère était réputée d'être social. Combien de fois Victoria lui dit de le laisser un peu trainer dans la semoule ? Ce fut donc pour toutes ses raisons que la jeune blonde haussa un sourcil, de surprise, avant de rentrer. Robynn ferma la porte puis se dirigea vers le salon, la jeune Blythe le suivant.

      ROBYNN : Bon bah tu connais bien, hein ? Fais comme chez toi. Comme d'habitude quoi.

    Victoria n'avait pas franchi le seuil du salon, qu'elle balaya de son regard vert avant de glisser son sac le long de son bras et de se tourner vers la penderie juste à côté d'elle. Effectivement, elle connaissait bien les lieux et s'y sentait presque comme chez elle. Mais la non-présence de sa meilleure amie et celle affirmative de son jumeau la mettait quelque peu mal à l'aise. Cela ne se voyait pas forcément sur son visage mais la jeune Blythe n'était pas forcément à l'aise en présence de Robynn. On pourrait croire le contraire ; après tout, elle connait Lullaby depuis toute petite, il serait presque naturel que le jeune homme fasse partit de ses amis. Mais pas du tout. Malgré sa présence - ou son intrusion - lors de parties de poker ou encore de brefs aperçus de sa personne au détour d'un couloir, jamais ils ne s'étaient réellement parlés. Victoria passa ses mains dans ses cheveux, une nouvelle fois, avant d'aller s'installer aux côtés du jeune homme, l'air de rien.

      VICTORIA : Laisses moi deviner... Tu attends que Lully revienne pour te faire ta bouffe, c'est ça ?

    Les bras croisés, Victoria n'avait pas quitté l'écran de télévision des yeux avant de les poser à la fin de sa question sur le jeune homme, tout en installant ses pieds sur la table basse. Serait-ce de la provocation ? Peut-être. Mais mieux il valait parler, même ironiquement, même sournoisement, que de laisser planer un silence morbide et extrêmement nerveux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (famille WALKERS) - mmh... escuse-me ? | ended Sam 2 Mai 2009 - 15:53

    Robynn fixait l'écran, calme.

      « Bah ouais, j'ai pas encore mangé ... »


    Lorsqu'elle posa ses pieds sur la table, le jeune homme détacha son regard de la télévision pour les pose sur ses jambes. A vrai dire, Robynn ne connaissait pas vraiment Victoria. Il savait juste qu'elle était la meilleure amie de sa sœur, qu'elle était beaucoup plus jeune qu'eux, qu'elle aimait bien le poker et … et c'est tout. Ça ne faisait pas vraiment beaucoup d'informations, mais bon. C'est bizarre tout de même. Elle est la meilleure amie de sa sœur depuis longtemps, et ils ont genre jamais vraiment discuté. Bizarre, non pas vraiment. Après tout Victoria n'avait jamais l'air de vouloir vraiment parler. Robynn n'avait pas fait d'efforts non plus. C'était assez bizarre comme situation. Pour une fois qu'ils sont tous les deux, elle commence la conversation avec une confidence que Lullaby lui avait faite, soit que le jeune homme prenait sa sœur pour une boniche. Toujours calme, il continua sa phrase.

      « … mais vu que tu es là, plus besoin d'attendre. »


    Bah ouais pourquoi pas, après tout ? Enfin, il avait répondu ça car elle le provoquait, sinon il ne se serait pas permis. Il montra, en tendant le bras, une porte non loin d'eux.

      « Depuis la dernière fois, la cuisine n'a pas changé de place … »


    Il sourit intérieurement puis reposa de nouveau son regard sur la télévision. Oh et puis pourquoi pas faire comme elle, tiens. Le jeune homme posa a son tour les pieds sur la table. De toute façon, ça ne sera pas lui qui nettoiera... ça sera sa sœur jumelle, uh ♥. De toute façon elle lui devait bien ça. Après tout, c'était lui qui apportait l'argent ici en travaillant avec les animaux. Après une trentaine de secondes, Robynn jeta un coup d'œil à Victoria qui était toujours à côté de lui et qui avait un air abasourdi face à la remarque qu'il lui avait faite. Il soupira.

      « Bon, t'y vas alors ou quoi ? Ça ne se fera pas tout seul. Si tu veux, comme j'ai l'âme généreuse, tu pourras te faire à manger aussi. »


    Robynn s'attendait soit à une baffe, soit à se faire engueuler. Si elle venait a le frapper trop fort ou hausser le ton, il ne restera pas de marbre comme là, meilleure amie de Lullaby ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (famille WALKERS) - mmh... escuse-me ? | ended Dim 3 Mai 2009 - 12:37


      ROBYNN : Bah ouais, j'ai pas encore mangé ... mais vu que tu es là, plus besoin d'attendre.

    Victoria prenait ses aises presque de façon provocante. Les paroles de Robynn lui firent arquer un sourcil, alors qu'elle détachait son regard de l'écran pour le poser sur le jeune homme. Il se fichait d'elle ou quoi ? Avait-elle une tête à être une femme d'intérieure et boniche à ce pauvre avachi ? Tout de suite, on comprenait mieux pourquoi ils ne s'adressaient guère la parole. Même s'il n'en restait pas moins adorablement attirant, il restait et démontrait qu'il était qu'un pauvre abrutit incapable de s'en sortir tout seul. Ses dix doigts lui servaient uniquement à appuyer sur les touches de sa télécommande et rien d'autre. C'était une honte que Lully se laisse traiter de la sorte. Et c'était encore plus honteux de sa part de répondre une telle chose à Victoria. Cela se voyait qu'il ne la connaissait pas. Si ça avait un de ses frères qui lui aurait balancé, vous pouvez être sûr qu'elle l'aurait envoyé sur les roses depuis longtemps. Mais Robynn n'était ni son frère, ni son ami, ni même une vague connaissance. Il n'était rien d'autre que le frère jumeau de sa meilleure amie à qui elle faisait du grain depuis de très longues années. Et rien que pour cela, elle se devait de le respecter. Mais c'était fortement mal partit pour que ces deux-là s'entendent, à vrai dire. A peine entraient-ils en contact qu'ils se cherchaient, se titillaient, s'embêtaient. Ils ne connaissaient pas et pourtant. Cependant, Victoria pourrait vous décrire les yeux, la couleur des yeux, la forme des yeux et y lire chaque sentiment dans les yeux de Robynn. Elle avait passé tellement de temps à les observer que ces yeux bleus qu'ils n'ont quasiment plus aucun secret pour elle. Et cela, sans se lasser.

      ROBYNN : Depuis la dernière fois, la cuisine n'a pas changé de place …

    La jeune Blythe tourna la tête vers le lieu indiqué. Elle se doutait bien qu'ils n'avaient pas refait la cuisine depuis la dernière fois qu'elle était venue - à savoir, il y a à peine deux jours. Et puis, si elle avait été refaite, certainement que Lully se serait mise en hiatus pour pouvoir s'occuper du lieu important de la maison. Puis, Victoria reposa son regard vert sur Robynn, un sourcil surélevé, le mine narquoise. Il avait vraiment l'idée qu'elle allait faire la cuisine et obéir à ses ordres ? Il ne connaissait réellement pas. Quelques secondes après, elle eut sa réponse alors qu'il s'était mis à la regarder.

      ROBYNN : Bon, t'y vas alors ou quoi ? Ça ne se fera pas tout seul. Si tu veux, comme j'ai l'âme généreuse, tu pourras te faire à manger aussi.

    Là, Victoria ne put s'empêcher de rire. D'un rire froid mais un rire tout de même. Robynn était donc persuadé qu'elle allait vraiment faire ce qu'il demandait comme il le faisait avec sa sœur ? Le seul souci était que Victoria n'était pas Lullaby. Et même si elle enviait son éternel air enfantin et son côté un peu insouciant, il était clairement hors de question qu'elle possède l'emprise de Robynn de sa meilleure amie. Victoria ne se laissait pas faire par ses frères ni par ses meilleurs amis ni par personne, et ce n'était certainement ce petit flemmard prétentieux qui allait changer quoique ce soit. La jeune Blythe ne bougea alors pas plus alors qu'il commençait à tenter de la faire bouger. Non, elle resta les bras croisés, son regard vert posé sur le sien et les pieds sur la table.

      VICTORIA : Tu te fous de moi, là ? T'as cru que y avait marqué Lullaby sur mon front ou quoi ? Si t'as faim, tu vas faire ta bouffe toi-même. Espèce d'incapable.

    Voilà qui venait du fond du cœur. Sa voix était calme mais nuancée de pointe d'ironie et de sarcasme. On ne titille pas un Blythe que l'on ne connait pas. Et on le traite encore moins en femme de ménage, cuisinière ou boniche, tout simplement. Le jeune homme l'avait cherché, elle avait répondit. Non, il ne l'avait pas encore trouvé. Et c'était d'un calme olympien que la blonde tourna la tête vers l'écran, histoire de bien montrer qu'elle ne céderait pas à ses demandes d'égoïste.

      VICTORIA : T'accueilles drôlement bien, il faut avouer. Tu as un sacré sens de l'humour.

    Victoria avait étiré un rictus au coin de ses lèvres à la télévision. Robynn avait une façon assez spéciale d'accueillir ses invités. Et encore plus quand c'était les amis de sa sœur, apparemment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (famille WALKERS) - mmh... escuse-me ? | ended Lun 4 Mai 2009 - 19:06

      « 'Espèce d'incapable' ? … ah, ah. Quand c'est toi qui ramènera l'argent dans cette maison, on en reparlera ... »


    Non mais c'était vrai quoi. Lullaby faisait que des études, et encore, Robynn n'était pas sur qu'elle s'y mettait à cent pour cent. Bon, okay, le jeune homme n'avait pas le pire des boulots, car se retrouver au milieu de petits tigres malades qui n'attendent que son aide, ça le faisait fondre. Oui, je dis bien fondre. Ça devait être l'unique chose d'ailleurs. Mais bon, Robynn avait besoin de reconnaissance tout de même. Il en avait marre qu'on lui réplique qu'il foutait rien alors que ce n'était pas vrai. Il prit la télécommande pour éteindre la télévision. Un peu de calme était la bienvenue, car il sentait que le rythme de la musique rock stimulait la conversation. C'est psychologique. C'est comme quand tu manges devant la télé. Si tu regardes un film qui te déçoit ou te dégouttes, eh bien, tu ne manges pas. Si au contraire le film te fascine, tu risques de manger vite et beaucoup. Bref. Il croisa à son tour les bras et retourna sa tête vers Victoria.

      « Ou sinon, on peut attendre Lullaby, ouais. Elle au moins elle le fera. »


    Il fallait bien avouer, ça l'embêtait que leur première conversation « longue » prenne cette direction. Il la trouvait plutôt attirante et ce n'était pas pour rien qu'il lui jetait des regards lors des parties de poker où il s'incrustait, ou même dans les couloirs etc. Mais bon, c'était de sa faute. C'était elle qui avait commencé. Face à la remarque sur les « invités de Robynn », le jeune homme ne put s'empêcher de faire un sourire amusé.

      « Je n'ai jamais d'invité. Y a juste Lullaby qui en a, a part Grover, mais lui c'est un autre cas. »


    Grover était plus un squatteur qu'un invité de « tous les jours ». Mais un gentil « squatteur ». Aussi étonnant qu'il soit, Robynn l'aimait bien. Et pourtant c'était un des meilleurs amis de sa sœur. Puis, son ventre gronda qu'il avait faim. Oups. Peut être avait il plus faim qu'il ne pensait. Peut être qu'il n'arrivera pas à attendre Lullaby finalement. Il soupira. Et en plus Victoria voulait pas lui faire à manger. Il se leva du canapé, se mit en face de Victoria qui était assise, et la menaça du doigt.

      « T'en parles à qui que soit, genre Lullaby, je t'assure cocotte que tu n'auras plus de vie après. »


    Après ces mots, il se dirigea dans la cuisine qu'il éclaira en appuyant sur l'interrupteur. Il avait rajouté le « cocotte » pour dire que c'était pour rire. Plus ou moins. Oui car si elle racontait ce qu'il allait faire à quelqu'un, il allait vraiment mal le prendre et s'énerver, mais bon pas au point de la tuer. Le jeune homme ouvrit la porte du frigo américain pour voir ce qu'il pouvait bien rester. Mmmh, pas grand chose. Lullaby allait devoir faire des courses. Il prit du beurre qui se trouvait en face de lui, un paquet de jambon, de la salade et une tomate. Il ferma la porte pour ensuite se diriger vers un placard où il se procura un paquet de pain de mie. Oui, Robynn allait « cuisiner ». Enfin plutôt se faire un sandwich. Il posa le tout sur le plan de travail et alla se chercher un couteau. Revenu devant le plan de travail, il gueula à moitié pour que Victoria puisse l'entendre.

      « T'en veux ?! … Si tu vois pas de quoi je parle, ramène toi. »


    Comme ça il ne sera pas tout seul dans la cuisine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (famille WALKERS) - mmh... escuse-me ? | ended Jeu 7 Mai 2009 - 21:03


      ROBYNN : 'Espèce d'incapable' ? … ah, ah. Quand c'est toi qui ramènera l'argent dans cette maison, on en reparlera ...

    Victoria haussa un sourcil ; elle devait certainement savoir faire plus de choses que lui. Et voilà que cette phrase prouvait qu'il ne la connaissait pas beaucoup. Voire même pas du tout. Remarquez, cela est réciproque. Elle le juge mais sans savoir réellement ce qu'elle jugeait. D'habitude, Victoria s'intéresse souvent à ses voisins, leurs habitudes, leur quotidien, leurs loisirs. Mais jamais elle n'avait cherché à faire la même chose pour Robynn. Peut-être est-ce le fait qu'elle le connaissait depuis qu'elle était gosse et qu'il était le frère jumeau de sa meilleure amie qu'elle n'a jamais réellement pensé à chercher plus en profondeur, qui sait ? La demoiselle pourrait alors se sentir coupable mais elle assumait totalement son comportement. D'autant plus que celui de son interlocuteur n'était pas mieux puisqu'il lui rappelait clairement qu'elle, elle ne travaillait pas. Grave erreur. Très grave erreur car, des trois Blythe, elle devait être celle qui travaillait le plus. Bon, Maât avait un job, un très bon job et très important. Il comptait donc guère dans cette rangée. Mais rapport à Rhys, il n'y avait pas photo. Même si le jeune homme était inscrit en école de sports et qu'il était assistant d'un prof de sports au lycée, il ne faisait guère d'efforts pour améliorer son compte - même si ce dernier est déjà bien garni, que ce soit par l'héritage du père et du grand-père ainsi que par le travail de leur mère. Victoria ne comprend pas ce comportement et préfère travailler à côté. Déjà, pour assurer d'avoir toujours des sous de côté en cas de problèmes. Et aussi pour marquer son indépendance et pouvoir être un minimum autonome, même si elle vit sous le même toit que ses frères et, facultativement, sa mère. Tout pour dire que Robynn se trompait sur toute la ligne. Tout comme elle, en fin de compte. Après tout, même si elle en savait pas beaucoup sur lui, elle fréquentait sa sœur. Et parait-il qu'il travaillait au zoo de Miami. A croire qu'un cœur tendre se cache sous cette solide carapace.

      ROBYNN : Ou sinon, on peut attendre Lullaby, ouais. Elle au moins elle le fera.
      VICTORIA : La pauvre, je la plains.

    La blonde avait légèrement soupiré en croisant les bras et en roulant des yeux. La plaindre n'était pas une exagération. Après tout, Lully était quasiment traitée comme une bonne à tout faire, point. Il n'y avait rien de plus horrible, de plus humiliant et de plus embêtant que de se faire mener à la baguette. "Fais si, fais ça", voilà bien des paroles qu'elle accepte lors de ses services au Blue Lagoon Bar mais pas en dehors. Mais Lullaby avait toujours le chic de prendre tous avec le sourire et humour, sans jamais - ou presque - s'en plaindre. A sa place, Victoria aurait rechigné bien des fois. Mais les deux amies n'avaient strictement pas le même caractère - après tout, jamais Victoria se serait laissée faire de la sorte. Mais si ceci ne posait pour le moment aucun problème à la jeune Walkers, pourquoi s'entêter à lui faire des discours ? Mais tout de même, combien de fois Vicky a eut des envies de meurtre contre " cet abruti de frère " qui les dérangeait souvent pour une affaire jugée urgente ? Beaucoup. Mais elle a aussi eut des envies de fondre dès qu'elle le voyait. Enfin, fondre est peut-être un grand mot. Parfois, elle regrettait de ne pas le connaitre d'avantage. Peut-être est-ce le moment ?

      ROBYNN : Je n'ai jamais d'invité. Y a juste Lullaby qui en a, a part Grover, mais lui c'est un autre cas.

    Grover. Comment passer à côté de Grover ? Un type chic, quoiqu'un peu embêtant par moment. Enfin, lourd serait un mot plus juste. Ne pensez pas que cela aurait un quelconque lien avec sa corpulence, bien sûr que non. Victoria peut se montrer acerbe, froide, sèche et ironique mais elle ne passe pas vraiment son temps libre à commenter l'apparence physique des gens. Elle a "d'autres chats à fouetter", dit-elle sans cesse. Certes, elle n'aime pas les blondes stéréotypées. Certes, elle n'aime pas les gros bras pseudo délinquants. Mais Grover était sympa et très très doué en informatique. (ce qui, dans le cas de Victoria, peut être sacrément utile) Cependant, la phrase de Robynn eut le don de la faire réfléchir un moment. Il n'avait jamais d'invités ? Il était pire qu'insociale ; il était carrément misanthrope. Mais à ce stade-là, ça en devenait presque triste. Si sa sœur n'était pas là, il pourrait donc rester seul, avec pour seul compagnie sa télévision et ses animaux ? Même Victoria avait une bonne compagnie amicale. Elle sursauta légèrement quand elle vit Robynn se lever, ne s'attendant pas à ce qu'il se lève, sûrement, tellement qu'elle s'était perdue dans ses pensées. Elle n'avait pas non plus remarqué le calme paisible qui régnait dans la pièce, en absence de la télévision.

      ROBYNN : T'en parles à qui que soit, genre Lullaby, je t'assure cocotte que tu n'auras plus de vie après.

    La jeune Blythe haussa les sourcils d'un air de dire "Tu crois que tu me fais peur ?" avant de rire légèrement. Un rire plutôt sincère mais discret. Oui, Victoria avait rit. Rit de la phrase de Robynn. Qui a pensé à la bouteille de champagne ? Il fallait dire qu'elle avait l'impression de se voir. "Tu n'auras plus de vie après" et ses dérivés, combien de fois Lully, Beth, ses frères ou autre les ont entendu ? Il n'y avait même plus à les compter. Même si elle savait que des multitudes de gens l'utilisaient, Victoria trouvait que cela avait un côté amusant à la situation. Alors qu'il passait devant elle pour aller dans la cuisine, la blonde ne le quitta pas une seule fois des yeux, tournant le buste en même temps qu'il avançait. Quand il disparut de son champ de vision, Victoria se remit contre le canapé avant de bailler légèrement. Enchainer les cours puis le travail avait quelque chose d'épuisant. La jeune Blythe se pencha pour tirer un magasine sur la table basse. Un magasine à people, comme on dit. Certainement Lully qui a dût l'acheter récemment. Puisque Robynn ne semble pas très intéressé à ce genre de choses. Après avoir passer en revue les breaking news de la planète hollywoodienne et commençant à lire un article sur la vie mouvementée (mais Ô combien passionnante) de Lindsay Lohan (ça serait pas plutôt l'état mental qu'il faudrait surveiller, non ?) que Victoria entendit l'apprenti cuisinier hurler à travers la maison.

      ROBYNN : T'en veux ?! … Si tu vois pas de quoi je parle, ramène toi.

    Voilà qui était un appel des plus clairs. La demoiselle, toujours son magasine en main, le visage mi soupirant mi moqueur de ce qu'elle lisait. Et oui, lire en marchant était une faculté très prisée, chez elle. C'était utile. Enfin, si on a de l'entrainement derrière, bien sûr. Ce fut donc en cinq minutes chrono que Victoria pointa son nez dans la cuisine. Levant les yeux du magasine, elle se retient de rire en pinçant des lèvres devant la posture de Robynn. Quand ses yeux tombèrent sur les ingrédients, elle roula des yeux.

      VICTORIA : T'as de la chance que je sois pas en plein régime. Mais j'en veux bien. Pas un mais deux. J'ai un appétit d'ogre. Si ça ne t'uses pas trop d'énergie, bien sûr.

    Son ton était détendu mais ironique teintée de moqueries. La demoiselle reposa ses yeux sur l'article avant de les relever de nouveau sur les ingrédients, sourcils froncés. Il manquait un ingrédient, pour elle. Posant le magasine ouvert sur la table du centre, Victoria se dirigea vers le frigo. Elle chercha pendant un moment ce qu'elle voulait car elle était sûre qu'il y en avait. Un cri de victoire jaillit de sa bouche quand sa main tomba sur le couvercle frais du pot de cornichons. Un sandwich sans cornichons, c'était un sandwich sans goût. L'air fier, Victoria referma le frigo et se dirigea par derrière Robynn, avant de poser le pot en lui frôlant le bras avec le sien et levant sa tête vers le jeune homme, un air sarcastique au visage.

      VICTORIA : Et n'essaye pas de m'empoisonner car je le verrai et tu pourrais payer très cher.

    Puis, Victoria tourna les talons et reprit son magasine, l'air faussement intéressé. La page suivante - ou plutôt, les doubles pages suivantes - était consacrée à Brad Pitt et Angelina Jolie. Oh, la belle affaire. La demoiselle poussa un bref cri très faussement hystérique mais surtout très stéréotypé de ces personnes dont elle aimait régulièrement imité.

      VICTORIA : Annonce du siècle : Brad Pitt et Angelina Jolie passerait une mauvaise passe ! Oh mon dieu, voilà une nouvelle qui va nourrir ses pauvres gosses en Afrique, tu ne trouves pas ?

    La jeune Blythe avait levé la tête vers Robynn, un léger sourire au coin des lèvres, tellement que l'article était bidon. Enfin, le contenu. Par la qualité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (famille WALKERS) - mmh... escuse-me ? | ended Sam 9 Mai 2009 - 2:05

    Robynn avait attendu Victoria pour commencer à faire les sandwichs, afin qu'elle puisse voir les ingrédients qui allaient être présents. Puis elle arriva enfin dans la cuisine, avec à la main un des magazines stupides sur les people que Lullaby s'achetait. Bon okay, lorsque personne n'était dans la maison, sauf lui, et que ce genre de bouquin trainait, il lui arrivait, parfois, d'en prendre un pour le feuilleter. Dans le but, bien sur, de voir s'il y apparaissait ou non de dans. Il saisis une tomate dans une main, et un couteau dans l'autre. A sa remarque comme quoi il était chanceux et qu'en plus elle voulait deux sandwichs, Robynn haussa un sourcil puis fit une sorte de grimace. Mais où elle se prenait ? Déjà, c'était pas mal qu'il lui pose la question, et qu'en plus elle a des exigences... Bon. Il n'allait pas s'énerver pour ça.

      « Oh oui alors très chanceux... Puis … D'accord pour les deux sandwichs... »

    Il avait dit la première partie de sa phrase sur un ton ironique, bien évidemment. Il ne se considérait pas vraiment comme chanceux. Si il n'avait plus de force au deuxième sandwich, tant pis, il ne mangerait pas. Quel gentleman quand même si il venait à le faire. Se sacrifier pour la meilleure amie de sa sœur, il faut le faire hein ! Surtout que c'est Robynn. Bref. N'empêche, heureusement qu'elle n'était pas au régime car sinon il s'inquiéterait un peu. Après tout elle était plutôt mince et elle en avait vraiment pas besoin. Enfin c'était l'avis de Robynn, et il n'aimait pas trop les filles squelettiques, ce n'était pas vraiment joli a regarder. Le jeune homme commença à couper la tomate en rondelles mais s'arrêta lorsqu'il se rendit compte que Victoria avait l'air pré-occupé. Il la regarda se diriger vers le frigo, haussa les épaules puis reprit. Peut être avait elle soif. Après avoir coupé la tomate, il prit deux tranche de pain de mie qu'ils déposa devant lui, puis attaqua le beurre avec le couteau afin de l'étaler sur une des deux tranches. Il répéta ce geste plusieurs fois afin d'avoir les deux tranches remplies. Robynn allait piocher quelques bouts de salade, lorsqu'il fut coupé dans son élan. En effet, la jeune blondinette venait de poser devant lui un pot de cornichons. Robynn n'était pas très fan des cornichons, c'est d'ailleurs la raison pour laquelle il n'avait pas sortit le pot. En posant le pot, Victoria avait effleuré Robynn, se qui déclencha en lui un léger frisson. L'empoisonner ? Oh non, c'est une méthode trop douce pour tuer. Si il venait a vouloir le faire, le jeune homme serait beaucoup plus violent. Il ne put s'empêcher de faire un sourire en coin.

      « Oh tu sais, il n'y a pas qu'avec la nourriture qu'on peut empoisonner quelqu'un … Il suffit que je mette du poisson sur mes lèvres, que tu m'embrasses et … paf ! »

    Il l'a regarda tourner les talons afin de reprendre sa lecture. Bon, il pouvait continuer. Il prit les morceaux de salades qu'il n'avait put prendre à cause de Victoria, et s'appliqua à bien les placer sur les pains. Puis elle commença à raconté les aventures de Brad Pitt et d'Angelina Joli qui étaient raconté dans le magasine qu'elle était entrain de lire. Robynn se dégagea de sa place puis se dirigea vers Victoria pour lui prendre des mains de magasine et regarder de plus près l'article en question.

      « Serieux ? Angelina Joli va être célibataire ? »

    Il fit mine de vraiment s'y intéresser. A vrai dire, notre nouveau cuisinier n'était pas fan des grosses lèvres de la star, bien que son corps soit pas mal. Il rendit le bouquin à la jeune fille et retourna a ce qu'il était en train de faire, tranquillement. Les minutes passèrent et Robynn avait enfin fini ses trois sandwichs, il verrait plus tard pour un quatrième.

      « J'les ai fini … Tiens ! »

    Il tendit deux sandwichs à la blondinette puis se dirigea vers le frigo.

      « Tu veux boire quelque chose ? »

    Mais c'est qu'il devenait gentil Robynn.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (famille WALKERS) - mmh... escuse-me ? | ended Sam 16 Mai 2009 - 15:08


      ROBYNN : Oh oui alors très chanceux... Puis … D'accord pour les deux sandwichs...

    Victoria roula des yeux devant le ton ironique du jeune homme. Oserait-il insinuer qu'elle avait du poids à perdre ? Si c'était le cas, qu'il le lui dise franchement au lieu de faire sous-entendu. La demoiselle jeta un coup d'œil à son ventre avant de relever sa tête vers Robynn, de nouveau concentré sur l'énorme tâche qui l'attendait. Il fallait avouer que préparer trois ou quatre sandwiches étaient une chose passablement longue, épuisante et douloureuse à faire. Mais cela pourrait satisfaire son estomac au moins pour les trois ou quatre prochaines heures à suivre. Après tout, quand on passe son temps avec deux mâles, dont un sportif et un homme d'affaires, les plats consistants mais rapides, on s'y habitue très vite. Adossant son dos contre le mur et croisant les jambes, la demoiselle reprit son air intéressant tandis que son regard parcourait de nouveau les lignes de l'article.

      ROBYNN : Oh tu sais, il n'y a pas qu'avec la nourriture qu'on peut empoisonner quelqu'un … Il suffit que je mette du poisson sur mes lèvres, que tu m'embrasses et … paf !

    Statique. C'était le sourcil relevé, son regard moqueur et sa moue étonnée que Victoria observa Robynn de façon statique. Il plaisantait ou quoi ? Il y avait tellement de manière d'empoisonner quelqu'un qu'il n'aurait pas pu en nommer une autre. Mais non. Il a évoqué une possibilité de rapprochement entre eux de façon subtile et très délicate. Et, même s'il était attirant, il était strictement hors de question dans l'esprit de Victoria de penser un jour sortir avec le jumeau de sa meilleure amie. Cela pourrait être compliqué à gérer et puis, elle ne le connaissait pas assez pour avoir une relation avec lui. Sans compter le fait que la jeune Blythe ne souhaitait pas forcément s'engager. Enfin, autant de raisons qui la pousse à réfuter cette idée de façon claire et précise.

      VICTORIA : Le jour où je viendrai t'embrasser, c'est seulement en cas d'extrême urgence. Autrement dit, pour faire plus simple, uniquement si tu es le dernier souffle de vie de cette planète. En résumé, ce n'est pas près d'arriver.

    Un dernier regard de défi passa dans la lueur verte de ses yeux avant de replonger dans l'article. C'est qu'il devait être passionnant pour qu'elle se permette de le lire en entier. A vrai dire, c'était surtout pour passer le temps et avoir un minimum de discussion. Puis, elle eut un léger mouvement de surprise quand elle sentit le magasine lui être brusquement arraché des mains. Roulant des yeux, elle croise les bras alors que Robynn s'extasiait sûrement devant la beauté d'Angelina Joli. Après tout, ce n'était même pas étonnant s'il avait déjà fantasmé sur elle quand il était plus jeune.

      ROBYNN : Sérieux ? Angelina Joli va être célibataire ?

    Et voilà qu'elle ne s'était pas trompée. Un sourire apparut à ses lèvres ; les hommes étaient tous pareils. Rhys avait eut la même réaction quand il a apprit que Scarlett Johansson et Josh Harnett avaient mit un terme à leur histoire. Bien qu'elle l'adore, elle n'a pas pu s'empêcher de se moquer de lui. Sa manière à elle de lui faire une raison devant la terrible vérité qu'est le fait qu'il ne pourra jamais être avec elle. Victoria reprit aussi brutalement que lui son magasine en lui lançant, de façon cinglante.

      VICTORIA : Rêve pas, t'as aucune chance.

    Puis, dans un élan de soupire, la jeune Blythe tourna la page. Angelina et Brad n'étaient pas les uniques personnes de ce magasine. Elle eut un sourire moqueur et un léger mot prononcé pour elle-même qu'était " Pathétique " alors que la double page était consacrée à Amy Winehouse. Cette chanteuse avait tout pour réussir. Tout sauf de la stabilité dans sa vie privée. Se foutre en l'air comme elle le fait, c'est un pur et simple gâchis mais la terrible conséquence d'une célébrité et d'une pression trop forte. Même l'Angleterre n'était pas épargnée.

      ROBYNN : J'les ai fini … Tiens !

    Hallelujah ! Voilà que Victoria commençait réellement à s'impatienter, en plus. Son ventre, sous la vision alléchante des sandwiches qui se formaient sous ses yeux, n'avait pas arrêté de gargouiller discrètement. La jeune Blythe n'était guère gênée par cela ; après tout, c'était humain. Elle jeta le magasine sur la table à côté d'elle avant d'amener les sandwiches vers elle.

      VICTORIA : C'est pas trop tôt. C'est clair que t'as pas la médaille du sandwicheur le plus rapide du monde.

    Son regard sur son repas de fortune, elle le leva vers Robynn avant de faire une tête angélique.

      ROBYNN : Tu veux boire quelque chose ?

    Se mordillant la lèvre tout en souriant, la blonde secoue la tête.

      VICTORIA : Que serait un repas sans boisson ? Tout ce que tu veux. Eau, Coca... Alcool...

    Ce dernier mot avait été prononcé en roulant les yeux vers le ciel, de façon innocente. Que supposait-elle en disant cela ? Rien. Après tout, ils étaient jeunes, c'était dans le droit de boire de l'alcool. Enfin, pour Robynn. En revanche, Victoria n'en avait pas le droit. Mais ils étaient tous seuls et ne comptaient pas faire la fête ni du bruit. Et puis, ce n'était pas comme si elle n'avait jamais bu une goutte d'alcool. Dire cela serait mentir.

      VICTORIA : Ne penses pas qu'il y a des arrières pensées dans mes propres, compris ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (famille WALKERS) - mmh... escuse-me ? | ended Jeu 21 Mai 2009 - 2:07

      « Le jour où je viendrai t'embrasser, c'est seulement en cas d'extrême urgence. Autrement dit, pour faire plus simple, uniquement si tu es le dernier souffle de vie de cette planète. En résumé, ce n'est pas près d'arriver. »
      « Ça, ça m'étonnerait franchement …


    Non, Robynn ne voulait pas que Victoria l'embrasse, hein, mais il avait toujours son côté narcissique. De plus, c'était vrai, quand même. Il y aurait pour d'autres raisons que Victoria venait à embrasser le jeune homme. Par exemple si un membre de sa famille venait à mourir, et Robynn était la seule solution, enfin l'embrasser pour que ce cher membre puisse vivre encore longtemps, hein ? Enfin bon.
    Le jeune homme n'était pas spécialement branché sur Angelina Joli, soyons clairs. Ce n'était pas son typer. A vrai dire, il n'avait pas vraiment de type de femme, mais Angelina Joli faisait un peu trop superficielle pour lui. Bon, peut être qu'il craquait un tout petit peu sur le genre de Claire Danes dans Romeo+Juliet. Ouais, le genre naturel, fille fragile, cheveux longs, de préférence blonde comme dans Virgin Suicides … Bref. A la remarque de Victoria comme quoi il n'avait aucune chance avec elle, Robynn prit un air fière et snobinard.

      « Tsss … Tu dis ça parce que tu penses ne pas en avoir avec Brad Pitt … La jalousie est un mauvais défaut. »


    Ah, ah, ah. Il pouvait parler. Lui il n'était pas mieux, surtout ce qu'il venait de dire n'était surement pas vrai en ce qui concernait la jalousie de Victoria envers lui. Il l'avait ça en 'rigolant', mais il n'était pas sur qu'elle le prenne avec humour vu le ton qu'il a utilisé pour le dire. Hum.
    Après lui avoir passé les sandwich qu'il lui avait fait, Robynn eut le droit a quelques remarques de la part de la jeune fille. Il soupire en levant les yeux au ciel, un sourire en coin.

      « Hé, au moins ils sont faits, et proprement... »


    Lorsqu'il proposa de boire quelque chose, il se dirigea vers le frigo puis attendit qu'elle réponde avant de l'ouvrir. Tiens. Il pensait qu'elle allait répondre simplement genre un coca ou une connerie dans le genre. Enfin elle l'a dit mais elle a rajouté le mot alcool. Intéressant. Quand elle ajouta le fait qu'il n'y avait aucune arrière pensée a avoir, Robynn leva de nouveau les yeux au ciel, toujours ce sourire en coin qu'il avait et acquiesça.

      « Bon, tu sais quoi ? »


    A vrai dire, Robynn n'attendit pas la réponse de Victoria pour faire ce qu'il voulait faire. Le jeune homme ouvrit la portière du frigo, fouilla de dans afin de trouver trois bouteilles de jus fruit qu'il déposa sur le plan de travail, c'est à dire, Jus de Mangue, de banane et de fraise. Après ceci de fait, il se dirigea dans un placard qui se trouvait vers le bas, non loin du frigo et y dénicha une bouteille de sirop de caramel et une bouteille neuve de Vodka. Mmmh ♥. Il prit deux verres à cocktails et mit tout sur la table.

      « Bon d'abord, la Vodka ... »


    Il présenta la Vodka, qu'il saisit, comme si c'était un produit à vendre. Il en versa jusqu'environ la moitié de chaque verre. Puis il présenta le jus de banane, de fraise, de mangue qu'il versa dans les verres chacun leur tour afin de donner des étages de couleur. Et enfin le sirop de caramel. Évidemment il en mit beaucoup moins que les jus pour éviter que ce ne soit trop sucré ou écœurant. Robynn tendit le verre à Victoria.

    • « Je vais nommer ça, le Victobynn. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (famille WALKERS) - mmh... escuse-me ? | ended Dim 24 Mai 2009 - 0:30


      ROBYNN : Ça, ça m'étonnerait franchement …
      VICTORIA : Surestimais-tu ton potentiel de charme ?

    Victoria haussa un sourcil en direction de Robynn, l'air de le défier de se vanter. Bon, d'accord, il était charmant. Il pourrait même faire fondre un fondant au chocolat lui-même rien qu'en le regardant. Il avait du charme, c'était indéniable. Tout comme sa sœur. Mais, forcément, Victoria y est plus sensible vis-à-vis de Robynn que de Lullaby - cela tombait sous son sens, non ? Mais il était clair, net et précis que la demoiselle ne se laisserait plus embobiner. Sa dernière rupture remontait vers février dernier et, comme période de deuil, on a déjà vu mieux. Victoria voulait donc éviter au mieux les relations longues - tout comme les courtes, de toute façon. Sa dernière relation d'un soir ne remontait à guère longtemps puisque c'était avec Liam. Autrement dit, quelque chose d'assez gênant dont la blonde ne s'est toujours pas remise. Fini les coups d'un soir. Fini les relations amoureuses. Fini les garçons. Point, le paragraphe était clos. Mais pour combien de temps ?

      ROBYNN : Tsss … Tu dis ça parce que tu penses ne pas en avoir avec Brad Pitt … La jalousie est un mauvais défaut.
      (léger silence)
      VICTORIA : C'est vrai que Brad est totalement mon type... Blond, yeux bleus, sexy, viril, musclé... J'avoue, je suis jalouse.

    Victoria avait eut un léger hoquet de surprise avant de rouler les yeux. C'est vrai que Brad Pitt était vraiment bien foutu pour son âge. La jeune fille fit une fausse tête de vaincue avant de le regarder en le narguant. Mais elle n'avait jamais eut de préférence définie. Elle pouvait aimer toute sorte de physique à partir du moment qu'il était agréable et que le caractère suivait. Victoria s'installa sur un tabouret installé pour le comptoir présent, là où trôné les sandwiches fait avec amour par Robynn.

      ROBYNN : Hé, au moins ils sont faits, et proprement...

    C'est qu'il a certainement pas l'habitude de cuisiner. Pas même des trucs rapides. Ce n'est pas un grand nerveux, l'aîné des Walkers, dis donc. Le jeune homme avait sûrement des qualités - Victoria essayait d'en déceler au fur et à mesure que le temps passait - mais certainement pas celles de la rapidité, de la bonne foi et l'âme cuisinier. Mais elle devait avouer que, pour une première conversation, ça se passait pas trop mal. Après tout, le début avait été plus romanesque, elle aurait très bien plus continuer comme cela. Mais à croire qu'il suffit d'un magasine et de quelques tranches de pain de mie pour rapprocher deux êtres qui ne faisaient - jusqu'à présent - rien d'autre que de se regarder et s'observer. La demoiselle posa le magasine, toujours ouvert, à côté de son assiette alors qu'elle leva les yeux vers Robynn, qui venait de reprendre la parole tout en se dirigeant vers le frigo.

      ROBYNN : Bon, tu sais quoi ?

    " Non, mais dis-moi tout " pensait Victoria. Bien sûr, elle aurait pu le dire. Mais le jeune homme s'était déjà retourné en sortant une bouteille. Puis deux. Puis trois. Au final, cinq bouteilles avaient remplacé pains, beurres, tomates et cornichons sur l'espace de création. Son regard suivit les gestes de son interlocuteur, qui semblait un peu s'hasarder sur un terrain glissant.

      ROBYNN : Bon d'abord, la Vodka ...

    La jeune Blythe haussa un sourcil alors qu'il rajoutait les couches au fur et à mesure dans les verres. Cela était certes très joli mais était-ce comestible ? Enfin, buvable, pour l'occasion. A croire que c'était la soirée des expériences. La dose de vodka occupait à elle seule la moitié du verre, tandis que les quatre couches s'entassaient dans l'autre moitié qui restait. C'était donc un verre tout coloré qui lui est tendu.

      ROBYNN : Je vais nommer ça le Victobynn.

    Victoria regarda un moment le verre puis Robynn et vice-versa avant de s'emparer enfin du verre et de le porter vers ses yeux, histoire de voir de plus près à quoi cela ressemblait. La jeune fille, d'un air suspicieux, fixa alors Robynn d'un œil peu convaincu.

      VICTORIA : Si c'est ta technique pour m'empoisonner, je refuse d'y goûter. (légère pause, Victoria goûte) Mmh... C'est pas si mauvais que ça. Le... Victobynn, c'est ça ? ... C'est pas la contraction de nos prénoms, ça ?

    Dis donc, Victoria, c'est que tu te montrais très perspicace quand tu t'y mets.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (famille WALKERS) - mmh... escuse-me ? | ended Dim 31 Mai 2009 - 17:11

    « Surestimais-tu ton potentiel de charme ? », a cette phrase, Robynn ne put s'empêcher de lever les yeux au ciel. Comme si elle le trouvait moche. Robynn se trouvait beau, mais ça, pas mal de personnes savaient que le jeune homme était plutôt … narcissique. Puis, il y avait pas mal de fille qui lui couraient après … Bon, okay, il n'en connaissait pas, mais il en était sur, après tout, toutes les filles qui sont passées dans son « lit », le trouvaient surement pas moche, a moins que c'étaient des nymphomanes. Mmh. Lorsqu'elle fit la description de Brad Pitt, Robynn haussa légèrement les épaules. Enfaite, c'était presque sa description, a part le fait qu'il soit blond et peut être un peu moins musclé – Il pense que les muscles de Brad, c'est de la gonflette -. Bien qu'il sentait que ce que disait la jeune fille c'était de l'ironie, il ne put s'empêcher de lui demander :

      « Et les châtains, t'aimes bien ? »

    C'était juste une question comme ça, hein. Il ne voulait pas montrer qu'il était intéressé par la jeune fille, puisque ce n'était pas le cas. Bon, certes, il la trouvait plutôt séduisante avec sa chevelure d'or, son petit minois qui reflète la jeunesse, sa peau plutôt pale, etc. Si il venait juste de la rencontrer et en soirée, peut être que Robynn lui aurait sauté dessus. Mais là, c'était la meilleure amie de sa sœur, donc ça bloquait totalement tout pour qu'il soit vraiment intéressé.
    C'est donc après sa question que le jeune homme fit ses petites magouille avec le cocktail. Après lui avoir servit, le verre, Victoria le regarda avec un regard suspicieux. A sa remarque de l'empoisonnement, il fit un sourire amusé et attendit le verdict sans encore gouter son propre chef d'œuvre. Lorsqu'elle lui dit que ce n'était pas si mauvais, Robynn était limite fier de lui. Un mélange tout à fait au hasard. A vrai dire quand il boit de l'alcool, c'est direct a la bouteille. Pas de mélanges avec des fruits etc, donc c'était une première. Enfaite, c'était un vrai honneur pour Victoria d'y gouter la première car même sa sœur n'y avait jamais gouté. Alors que le jeune homme allait saisir le verre pour y gouter à son tour, il fit geste maladroit et donc fit renverser tout le contenu pour terre.

      « Merde ... »

    Il allait s'énerver mais se retenu puisqu'il y avait Victoria et qu'il ne voulait pas devenir violent en sa présence. Il se dirigea vers l'évier pour se procurer l'éponge qui était dessus et revenu sur la scène du crime pour tout nettoyer. Encore une grande première. Quoi que, le jeune homme rangeait sa chambre qui était toujours impeccable contrairement à Lullaby qui avait une chambre plutôt bordélique. Après avoir nettoyé par terre, il se releva et remarqua que la blondinette était en train de se moquer de lui avec des sourires amusés.

      « Mais … c'est pas drôle ! »

    Il avait dit ça sur le ton de la défensive. Robynn fit la moue et reposa l'éponge après l'avoir nettoyé.

      « Bon, comme j'en ai plus, tu vas être dans l'obligation de m'en … donner. »

    Le jeune homme se dirigea vers la jeune fille qui commença à le fuir en se levant afin de ne pas lui donner son cocktail.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (famille WALKERS) - mmh... escuse-me ? | ended Ven 5 Juin 2009 - 22:03


      ROBYNN : Et les châtains, t'aimes bien ?

    Victoria eut un léger sourire. A vrai dire, elle n'avait pas vraiment de préférence physique masculine spéciale. A partir du moment que la personne lui plaisait, elle ne cherchait pas spécialement un plus grand ou un mieux fringué. Elle ne s’était jamais posée la question et ce n’était pas maintenant qu’elle allait se la poser. Il fallait tout de même avouer que Robynn ne manquait ni de charme ni de charisme. La jeune Blythe ne le voyait pas comme quelqu’un de dragueur, de séducteur ou de manipulateur mais plutôt comme quelqu’un fuyant le monde, la foule et les gens. Une sorte de misanthropie aigüe qui le poussait à se réfugier ou chez lui ou au zoo. Evidemment qu’elle savait qu’il travaillait. Soit parce qu’elle avait pu l’apercevoir au lieu même soit parce que Lullaby lui en avait brièvement fait allusion. Voire même les deux en même temps. On va dire que ce n’est pas vraiment ce genre de détails que retenait la jeune fille. Mais penser que cet être aussi peu social et avenant pouvait se montrer un grand tendre face à des animaux avait quelque chose d'assez drôle mais aussi de mignon et d'attendrissant. En même temps, elle-même ne restait pas insensible face aux moues du chien à Rhys - quant bien même elle le trouve parfois agaçant.

      VICTORIA : Ça dépend s'ils font en sorte de me montrer qu'ils en valent la peine.

    La jeune Blythe avait dit cette phrase de façon mi-légère mi-ironique, la bouille plongée de nouveau dans le verre qu'elle avait entre les mains. Il fallait avouer que ce mélange mystérieux avait un sacré bon goût. Elle allait s'improviser chimiste de maison, tient, en rentrant. La blonde passa ses mains dans ses cheveux pour les ramener derrière elle avant de porter de nouveau le verre à ses lèvres. Au moment où elle abaissait l'objet, Victoria put allègrement voir le manque d'adresse de Robynn, qui laissa échapper le verre par terre. Le liquide s'écrasa alors sur le sol accompagné d'un joyeux et agréable mot de la part du jeune Walkers.

      ROBYNN : Merde ...

    De son côté, Victoria roula des yeux en voyant qu'il resta planter au milieu de la cuisine, les yeux rivés sur l'endroit du crime. Il y avait une chance sur deux pour que Lullaby sera chargée de nettoyer tout ceci à son arrivée. Pauvre d'elle ; a-t-elle donc la chance de pouvoir être tranquille, quand elle rentrait ? Il fallait aussi avouer que ce n'était pas vraiment l'université qui la tuait à la tâche puisqu'elle se trouvait plus souvent à l'extérieur qu'à l'intérieur. Comportement que Victoria ne comprend et ne comprendra jamais. La demoiselle haussa alors un sourcil de surprise en voyant Robynn se diriger vers le lavabo et y prendre un gant pour nettoyer le sol. Sa présence le rendrait-il civilisé ? C'était assez étrange car même quand Lully était là, il se conduisait généralement pas de la sorte. Ce fut donc sous le regard et les sourires amusés de la jeune blonde que Robynn s'accroupit par terre pour nettoyer les bouts de verre et le liquide qui gisaient.

      ROBYNN : Mais … c'est pas drôle !

    Victoria soupira légèrement, l'air faussement embêté, alors que Robynn se relevait, son nettoyage fini. Au même moment, elle sentit quelque chose vibrer dans la poche de sa veste. Y glissant la main, elle descendit aussi de son siège en voyant Robynn s'approcher d'elle, tel une proie qui compte donner l'assaut. Son portable d'une main et sa boisson de l'autre, la jeune Blythe se mit à reculer pour y protéger la survie de son contenu tout en regardant le prénom qui s'affichait. C'était Rhys. Elle eut un regard alors sévère vers le frère jumeau de sa meilleure amie, alors qu'elle sentait le cul-sac proche.

      ROBYNN : Bon, comme j'en ai plus, tu vas être dans l'obligation de m'en … donner.
      VICTORIA : Pas de rigolade, c'est mon frère.


      VICTORIA : Oui ?
      RHYS : Victoria ?
      VICTORIA : C'est bien le numéro que t'as appelé, non ?
      RHYS : Tu comptes ramener tes fesses quand, à la maison ?
      VICTORIA : Le temps de passer une soirée d'enfer au Parkwest nightclub et de finir ma nuit au Four Seasons, je pense que ça me prendra bien une dizaine d'heures.
      RHYS : Très drôle. Ramène tes fesses à la maison avant que je lance un avis de recherche.

    La cadette n'eut même pas le temps de dire un mot de plus que son frère avait raccroché. Décidément, il se faisait de plus de plus ingrat, celui-là. Remettant son portable en poche et relevant sa tête vers Robynn, Victoria arriva comme prévu contre un mur. Un air de défi dans ses yeux verts passa et elle porta une dernière fois le verre à ses lèvres, ingurgitant ainsi et d'une seule traite le liquide restant. Un sourire mélangé à une grimace prit place sur son visage quand elle eut fini avant de s'approcher du jeune homme, de lui confier le verre en le tapant sur le torse et de le regarder une nouvelle et dernière fois dans les yeux.

      VICTORIA : Merci pour le repas. Peut-être que les châtains verront leur côte grimpé grâce à toi, qui sait ?

    Elle eut un léger sourire, s'échappa de la cuisine, attrapa son sac qui trainait dans le couloir et partie illico presto. Les menaces de son frère étaient comme les siennes : aussi folles que fortement envisageables.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (famille WALKERS) - mmh... escuse-me ? | ended Ven 5 Juin 2009 - 22:03


THE END
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: (famille WALKERS) - mmh... escuse-me ? | ended

Revenir en haut Aller en bas
 

(famille WALKERS) - mmh... escuse-me ? | ended

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road & Lemon Street-