Partagez
 

 I see stars in your eyes when we're halfway there (a/s)

Aller en bas 
she hung the moon and painted the stars in the sky

Shiloh Roys

messages : 1481
name : jenn/foxie.
face + © : aseyfried — (ava) balaclava (icons) pando.
multinicks : lexi ⋅ luca ⋅ marloes ⋅ marvin
points : 2126
age : twenty-nine.
♡ status : trying to piece herself back together.
work : owner of the rainy river flowers.
home : a beach house on ocean avenue.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off (●●●●) marley II, scott, sami, alma

I see stars in your eyes when we're halfway there (a/s) Empty
Message· · Sujet: I see stars in your eyes when we're halfway there (a/s) I see stars in your eyes when we're halfway there (a/s) EmptyDim 7 Juil - 16:57

Every time I'm walkin' out, I can hear you tellin' me to turn around
Fightin' for my trust and you won't back down even if we gotta risk it all right now

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
@alma o'hara - 21 avril 2019

Un regard rêveur porté sur l’extérieur, Shiloh observait les nuages à travers le hublot de l’avion qui la reconduisait jusqu’en Oregon, la tension montant au creux de son ventre au fur et à mesure du temps qui passait, la rapprochant toujours un peu plus de la vie à Windmont Bay qu’elle avait abandonné, il y a plusieurs mois de cela désormais. Son départ s’était révélé plutôt inattendu tandis qu’elle ne l’avait pas préparé, elle-même ne s’y étant pas attendu tandis que sa décision de quitter les lieux pour un temps lui était venue sur un simple coup de tête, une sorte de besoin qu’immédiatement, la blonde avait choisi de satisfaire, ne supportant plus l’idée de rester dans le coin plus longtemps. Et si l’idée de ne plus y revenir avait à un moment germé dans son esprit, la jeune femme avait bien vite fini par l’abandonner, consciente qu’elle ne pouvait pas fuir éternellement, ce même si les mois passés loin de Windmont Bay lui avaient été réellement bénéfiques, lui permettant ainsi de complètement changer d’air, de se vider la tête et de faire un point sur l’état actuel de sa vie, de manière plus constructive que la descente aux enfers vers laquelle elle avait alors commencé à se diriger avant de prendre la décision de partir quelques temps. Pour ainsi éviter de sombrer dans une dépression qui clairement, lui pendait au nez, Shiloh avait alors décidé de mettre Windmont Bay de côté, mettant sa vie sur pause pour s’offrir des vacances prolongées, n’ayant indiqué aucune date de retour à ses proches, se contentant d’annoncer qu’elle partait, sans même réellement savoir où elle allait et sans aucune idée du temps que cela allait lui prendre avant de pouvoir revenir. Prenant tout d’abord la route vers l’île d’Oahu pour rejoindre son père qui vivait toujours à Honolulu, Shiloh avait passé les premières semaines de son escapade en sa compagnie, en profitant pour passer les fêtes de fin d’année en famille et ce, malgré l’appréhension que passer du temps avec son père pouvait créer chez elle, en raison de leurs conflits réguliers et de leurs tendances à ne plus parvenir à s’entendre l’un et l’autre, fait qui perdurait depuis le décès de sa mère déjà. Parallèlement à cela, Shiloh avait prit le temps de retrouver certains de ses anciens amis, avec lesquels elle n’avait plus été en contact depuis la fin de l’université ou depuis son départ de l’île paradisiaque, cela remontant pour ainsi dire à plusieurs années. Et si elle n’attendait pas grand chose de ces retrouvailles, si ce n’est que le plaisir d’obtenir des nouvelles d’individus qui avaient fortement ou non comptés pour elle, cela lui avait également permis de participer à une mission humanitaire, pour laquelle un ancien camarade lui avait proposé de la rejoindre. « Mesdames et monsieur, nous amorçons la descente en direction du Portland International Airport, merci de bien vouloir attacher vos ceintures de sécurité et relever les dossiers de vos sièges. » Sursautant légèrement face à l’annonce du commandant de bord, Shiloh reprit alors ses esprits tandis qu’elle avait fini par se perdre dans ses pensées, se remémorant les étapes traversées depuis son départ à la mi-décembre jusqu’à son retour, à ce jour. Adressant un bref sourire à son voisin qui l’observait de manière étrange, elle reportait ensuite à nouveau son regard vers l’extérieur, pour admirer la vue présentant désormais la ville de Portland, si grande et si minuscule à la fois, vue de là-haut, mais aussi pour observer l’atterrissage, la blonde ayant toujours été fasciné par les voyages en avion, ce depuis sa plus tendre enfance.

Une vingtaine de minutes plus tard et après avoir récupéré ses bagages, Shiloh avançait alors les couloirs de l’aéroport, se dirigeant vers la sortie avec une hâte certaine, quoique toujours mêlée à ce sentiment d’angoisse dont elle ne parvenait totalement à se défaire. Une fois parvenue hors du périmètre de sécurité, son regard se mit à parcourir les groupes d’individus lui faisant face, à la recherche de son amie, venue la récupérer à sa demande. La répérant finalement, c’est avec un grand sourire que la Shiloh s’avançait dans sa direction, réellement ravie de la retrouver après tout ce temps et profondément reconnaissante pour tout ce qu’elle avait pu faire pour elle durant son absence. « Ce que c’est bon de te revoir, tu vas bien ? » s’enthousiasmait-elle, une fois parvenue à la hauteur de la blonde, avant de l’étreindre légèrement, déposant au passage deux bises chaleureuses sur ses joues. Si Shiloh n’avait pas daigné donner beaucoup de nouvelles à ses proches durant son expédition, pour ainsi dire aucunes nouvelles, Alma avait été l’exception pour confirmer la règle, étant ainsi la seule à obtenir de sa part des contacts réguliers. Et bien heureusement, Shiloh pouvait se targuer de pouvoir compter sur elle, consciente qu’une amie comme celle-ci lui était précieuse, Alma ayant ainsi pris la responsabilité de la boutique durant son absence, la garde de ses animaux de compagnie ainsi que la surveillance et l’entretien de sa maison, les deux jeunes femmes étant voisines depuis plusieurs années désormais. « Tu n’as pas emmené Django ? » s'interrogeait-elle alors avec l’impatience de le revoir, tout en se doutant bien que son amie avait probablement dû laisser le berger australien patienter dans la voiture en compagnie de Shaggy, le temps de venir la récupérer à l’intérieur.

_________________

no there's no one else's eyes that could see into me no one else's arms can lift me up so high your love lifts me out of time and you know my heart by heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
she was a very old soul in a very young body.

Alma O'Hara

messages : 1246
name : olivia (carolcorps)
face + © : amber heard | @mine — @pinterest/imagine dragons
multinicks : inej, sofia, etta, callum, reggie, georgie, leslie, maeve & emna.
points : 2297
age : thirty years old.
♡ status : not ready to talk about it.
work : genius — part time florist and false/new identities provider
home : a small house by the sea on ocean avenue.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ( ●●● ) — off (sami, jay, miranda, shiloh, o'hara)

I see stars in your eyes when we're halfway there (a/s) Empty
Message· · Sujet: Re: I see stars in your eyes when we're halfway there (a/s) I see stars in your eyes when we're halfway there (a/s) EmptyDim 21 Juil - 12:37

Quelques heures plus tôt la jeune affichait un panneau annonçant une fermeture exceptionnelle sur la devanture de Rainy River Flowers. Boutique qui n’avait pas fermé un seul jour en dehors de la petite semaine qu’il avait fallut pour déblayer l’espace de vente après le blizzard. Mais Alma, s’en était tenue à ses engagements envers la propriétaire, sa patronne et surtout son amie. Cette dernière avait mit les voiles un peu précipitamment, souhaitant mettre sa vie à Windmont Bay entre parenthèse. Si elle n’avait pas eu envie de trop s’étendre sur les raisons de son départ, elle avait connaissance de l’essentiel. Une rupture difficile suscitant chez elle le besoin de prendre le large pour se retrouver. Bien que la nouvelle soit tombée de façon assez soudaine, Alma l’avait encouragé et soutenu dans sa décision, l’assurant ainsi qu’elle prendrait soin de ses animaux en son absence. Prenant la responsabilité de la boutique et de l’entretien de sa maison. Des responsabilités supplémentaires qui ne dérangèrent pas la jeune femme, ravie de pouvoir aider. Après tout, elle était passée par là deux ans plus tôt, bien qu’elle ait elle-même mit un terme à cette relation, bien qu’elle ait endossé le rôle de la garce de l’histoire, Alma avait souffert pendant plusieurs années avant de dire stop. Avant de prendre le courage de mettre un terme à des années de destruction mutuelle. De son côté il lui avait fallut s’évaporer en pleine nature, les quelques affaires qu’elle avait emporté, sa caisse et rien d’autre à perte de vue que les routes américaines défilant à perte de vue. Seule ça oui, mais surtout les bras réconfortants de Jay. À ce souvenir le coeur de la blonde se serra, la sortant alors brusquement de ses pensées. « Vous restez sages. » fit-elle alors aux deux adorables chiens qui la regardaient avec tendresse. Alma avait veillé à ce que les chiens ne restent pas trop longtemps dans la voiture et n’était descendu du véhicule qu’au tout dernier moment. Courant ainsi dans tout les sens pour rejoindre la bonne porte de débarquement et rejoindre la jeune femme. Réalisant par la même occasion, qu’il était temps pour elle de retourner courir avec Diego. Les beaux jours approchaient et une balade sur la plage avant le travail ne pourrait que leur faire le plus grand bien. Essoufflée, elle arriva finalement porte C, observant tout les voyageurs rejoindre leurs proches ou assistant et autre bonhomme perdu au milieu de la foule, une pancarte entre les mains. Elle serait bien venue avec l’une d’elle aux couleurs criardes et quelques ballons mais ne voulait pas la pousser à repartir aussi vite. Finalement, elle l’aperçu au milieu de cette nuée de voyageurs. « Ça me fait tellement plaisir de te voir. » renchérit-elle en serra son amie dans ses bras. Elle devait admettre qu’après quelques mois, sentant le bien être retrouvé dans la voix de la jeune femme, elle s’était demandée si elle reviendrait un jour. Doutant un peu de son envie de remettre les pieds à Windmont. À moins peut être de mettre de l’ordre dans ses affaires. Elle fut alors agréablement surprise lorsqu’elle reçu son appel il y a quelques jours, lui demandant si elle était disponible pour venir la récupérer à l’aéroport de Portland. Je m’aménagerais du temps. Avait-elle répondu, trop enthousiaste à l’idée de la revoir. « Très bien et toi? Tu as fais bon voyage? » Alma s’empressa de l’aider à porter -ou plutôt trainer- ses quelques bagages, l’entrainant déjà vers le parking se doutant qu’elle avait hâte de retrouver son chien. La question d’ailleurs ne tarda pas à poindre dans la conversation. « Ils attendent sagement! J’osais pas trop les laisser dans la voiture, j’ai filé à la dernière minute. Ça se voit encore non?! » fit-elle en parlant de ses joues encore rougies par l’effort. Elle cette grande adepte de yoga n’avait pas un cardio aussi bon qu’elle aurait aimé le penser. Mais assez parlé d’elle songea-t-elle. « Ces quelques mois ont l’air de t’avoir fait beaucoup de bien. » un coup d’oeil rapide en direction de Shiloh suffisait à constater qu’elle avait bien meilleure mine que le jour où elle s’était pointée sur le pas de sa porte. Le regard lourd de tristesse, les yeux cernés, le teint pale. La fatigue la tiraillait presque autant que le chagrin qu’elle tentait de dissimuler. Elle lui avait déposé les clés de tout ce qui représentait sa vie à Windmont Bay, lui affirmant qu’elle avait besoin de prendre du temps pour elle sans pour autant lui donner une date de retour. Lors de leurs multiples échanges, jamais Shiloh n’avait fait part du souhait de revenir, l’avait peut être évoqué vaguement. Mais elle se contentait d’apprécier le temps qu’elle passait loin de tout, et Alma ne comprenait que trop bien cette nécessité. «  Alors... De retour pour de bon? » s’hasarda-t-elle finalement à demander, un peu anxieuse de la réponse. Bien que son amie lui ait parlé de son retour, remettre les pieds à Windmont avait peut être remit les choses en perspectives.

_________________

there's nothing i could say to you, nothing i could ever do to make you see what you mean to me. all the pain, the tears i cried. —
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
I see stars in your eyes when we're halfway there (a/s)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hazel -- Behind Green Eyes .
» [Cinéma] Eyes wide shut
» We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars !
» Line up the stars ◆ 17/07 | 18h25
» Dallas Stars line-up

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: The World-
Sauter vers: