AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Why do you look at me like that? [Romain] ENDED

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Why do you look at me like that? [Romain] ENDED Jeu 4 Fév 2010 - 5:32

Liam n'était de retour au Baptist Hospital que depuis peu, deux semaines à peine en fait. Il avait retrouvé son poste et ses anciens collègues et il devait bien avouer que l'ambiance, ici, lui avait manqué. La plupart des gens étaient heureux de le savoir de retour et ça lui faisait plaisir. Même s'il y avait certains nouveaux visages, il reconnaissait la plupart des gens; le staff d'un hôpital ne changeait pas tant que ça, en un an et demi. Il en avait donc profité pour reprendre le fil de ses anciennes habitudes et avait d'ailleurs passé sa matinée et son début d'après-midi en neurologie jusqu'à ce qu'il soit bipé aux Urgences afin d'assurer la garde de l'un des médecins qui avait dû s'absenter. Comme c'était plutôt tranquille en neuro', il signa rapidement une feuille de sortie avec un sourire amusé à la secrétaire sur l'étage, qu'il connaissait bien et enfila une blouse blanche sur ses épaules sans l'attacher.

Lorsqu'il posa les pieds dans la salle des Urgences, un léger sourire en coin vint s'installer sur ses lèvres alors que même cette partie de son travail lui avait manqué.
    « Alors! En cette belle journée de février, qu'est-ce qu'on a? »
    « Heureuse de voir qu'il y en a au moins un qui est de bonne humeur! Le docteur Pensfield vient de prendre en charge ... la toux en salle 5. Tenez. Possible fracture de la cheville en 2. » fit l'infirmière en lui tendant le dossier médical qui contenait sans doute les clichés de radiologie.
    « Parfait! La salle est presque vide! À croire que les gens sont en hibernation... » débuta-t-il alors que l'infirmière lui faisait signe de se taire en riant.
    « Ne dites rien! Si ça se trouve, dix personnes arriveront dans les vingt prochaines minutes et nous serons débordés! »
Liam leva les yeux au ciel en riant et redressa le dossier en l'air en signe de soumission avant de se diriger vers les salles d'examen. Il enclencha la poignée de la salle 2 alors qu'il sortait du même coup les radiographies de la cheville du patient. Ce fut seulement lorsqu'il posa les yeux sur le jeune homme assis sur le lit qu'un sourire amusé vint poindre sur ses lèvres. Il le connaissait déjà. Un coup d'oeil au dossier confirma qu'il s'agissait bien de Romain, le gars qu'il avait rencontré dans un bar et avec qui il avait bien rit. Il faut dire que l'alcool avait coulé à flot et que Liam ne s'était pas gêné pour enchaîner les verres de vodka. La compagnie masculine qu'était Romain était bien passée ce soir-là puisque Liam n'avait en rien besoin de se faire dire par une femme qu'il avait suffisamment bu ou qu'il pouvait bien la suivre chez elle s'il en avait envie. Romain ne lui aurait jamais demandé ça, du moins, c'était ce qu'il croyait. Il observa toutefois le jeune homme d'un oeil sérieux avant de rire un peu en secouant la tête.
    « Je pensais pas te revoir ici après une semaine! Comment tu t'es fait ça? Voyons voir... »
Il avait jeté un rapide coup d'oeil à la cheville de son patient, mais préférait d'abord prendre en considération les diverses radiographies qu'il avait à sa disposition. Il alluma donc le tableau blanc et y glissa les feuilles en les parcourant d'un oeil attentif. Une fracture était facile à voir lorsque fracture il y avait. En effet, l'os était tout simplement brisé et ne suivait plus la trajectoire initiale. L'observation des clichés de démontra aucune fracture, mais une simple entorse, ce qui rassura le médecin. Les fractures n'étaient jamais bonnes à annoncer. Passer trois mois de sa vie avec un plâtre au pied ne faisait jamais plaisir à personne, surtout pas aux gens de Miami. Avec le soleil et la plage, c'était une bien triste nouvelle.
    « Bonne nouvelle: Pas de fracture! Mauvaise nouvelle: Tu as quand même une belle petite entorse. »
Il éteignit le tableau et posa les radiographies sur la table avant de s'avancer vers son patient, qu'il força à reculer un peu histoire que sa jambe soit soulevée. Liam fit venir à lui le tabouret, avec son pied, et y prit place avant de poser délicatement ses pouces sur la blessure et de presser quelque peu le long de l'os afin de s'assurer que ce n'était qu'une entorse. Les clichés ne montraient pas toujours tout et c'était mieux de s'en assurer maintenant que de le voir revenir en ambulance parce qu'il n'était plus capable de marcher. Il trouva la cheville enflée, c'est vrai, mais en quelques jours, il irait déjà mieux. Il était rare que les entorses mettent plus d'une semaine à guérir, surtout lorsqu'on était déjà en pleine forme. Romain ne semblait pas avoir de problèmes quelconques, donc la guérison serait vite amorcée. Il fit rouler le tabouret jusqu'au bureau et fouilla dans le premier tiroir pour en sortir une pommade qu'il ramena jusqu'à son patient. Il en mit une faible quantité dans ses mains et entreprit de faire pénétrer la crème en frottant légèrement, pas trop fort afin que ce ne soit pas trop douloureux.
    « Et voilà. En en appliquant une petite quantité au lever ou au coucher, dans deux ou trois jours tu devrais être complètement sur pied! » Il délaissa un petit moment son pied et avisa du menton la plaie sur le coude de Romain. « Ça a été nettoyé? »
Ça n'avait pas l'air profond, mais il préférait toujours demander afin d'éviter que la plaie s'infecte. Après tout, qui ne s'était pas déjà écorché le genou, enfant, en jouant un peu trop durement? On n'avait qu'à y mettre un peu de désinfectant et un pansement et le tour était joué!


Dernière édition par Liam K. Stanfield le Lun 15 Fév 2010 - 1:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Why do you look at me like that? [Romain] ENDED Jeu 4 Fév 2010 - 18:34

Just Can't Get Enough


Assit sur la table d’auscultation, une jambe étendue sur toute la longueur du meuble d’hôpital, Romain patientait depuis une petite demi-heure déjà. Seul dans cette grande salle aseptisée, il tentait de tuer son ennui en comptant et recomptant les dalles du carrelage à carreaux qui recouvraient le sol. Entre deux additions de carreaux noirs, il se demandait si les infirmières ne l’avaient pas oublié. Le temps semblait être une notion très subjective dans le coin. Lorsqu’une aide-soignante disait : « le docteur arrive tout de suite » cela voulait sans doute dire : « vous aurez le temps d’avoir des escarres aux fesses avant qu’un médecin ne daigne s’occuper de vous, monsieur ! »

Accompagné d’un long soupir qui ne cacha pas son impatience à prendre le large, Romain tomba en arrière, sur les coudes. Il commençait sérieusement à trouver le temps long. Où diable faisaient-ils développer leurs radiographies dans cet hôpital ? Au Pérou ? Et que faisait donc Claudia, l’amie avec qui il faisait du roller ce matin ? Celle-ci avait pour mission de retourner chez lui à Ocean Grove pour récupérer une paire de basket. Apparemment, elle prenait tout son temps. Une seconde, Romain s’imagina son amie en proie à Django, le berger allemand assez… agressif de son époux. Cette image le fit d’ailleurs frémir légèrement. Si jamais elle s’était fait mordre par son chien, ça allait encore une fois être sa fête !

Alors qu’il était entrain de fouiller la poche de son bermuda à la recherche de son téléphone portable, la porte s’ouvrit. Romain écarquilla légèrement les yeux devant le séduisant médecin en charge de son dossier. Il s’agissait de Liam, un type dont il avait fait la connaissance la semaine dernière dans un bar. Ils avaient flirtés ensemble… du moins, c’était ce que Romain avait pensé sur le moment.
    « Je pensais pas te revoir ici après une semaine ! Comment tu t'es fait ça? Voyons voir... »
    « Je ne pensais pas non plus me pointer ici aujourd’hui pour tout t’avouer. J’avais d’autre projet plus ambitieux ! » Il indiqua d’un petit mouvement de doigt ses rollers posés plus loin dans la pièce. « Je me suis lamentablement vautré dans le parc, devant un congrès de mères célibataires près de la petite plaine de jeu. Voilà ce qui arrive lorsque l’on essaie de faire son malin. »
Un petit rictus déforma les lèvres du jeune homme qui se retint de rire en repensant à la façon lamentable avec laquelle il s’était vautré tout à l’heure. Silencieux pendant que Liam examinait les radiographies, Romain ne put réprimer l’envie de le reluquer un chouilla. Le souvenir de leur soirée passée à se chercher l’un et l’autre était toujours très vivace, et il ne fallu qu’un regard et qu’un sourire de la part de Liam pour raviver la flamme du désir du jeune homme.
    « Bonne nouvelle: Pas de fracture! Mauvaise nouvelle: Tu as quand même une belle petite entorse. »
    « Je m’en suis un peu douté lorsque je l’ai vue gonflée à vue d’œil. Mais tant que ce n’est pas cassé, je suis soulagé. Faire de la plonger avec un plâtre au pied, j’imagine que ce n’est pas fort conseillé. »
Pendant que Liam se mit à examiner sa cheville avec attention, forçant Romain à tenir une position assez… délicate, le jeune homme frissonna légèrement. Il n’avait pas froid, non. Ce frisson était du genre très agréable. Cela faisait tellement longtemps qu’un homme n’avait plus posé les doigts sur son corps, que celui-ci commençait à réagir de plus en plus exagérément. Quatorze mois de frustration. Son corps en avait assez. Il ressentait de plus en plus le besoin de sentir des mains d’homme se poser sur lui et le caresser. Ok, ce n’était qu’un attouchement médical destiné à s’assurer que sa cheville n’était pas cassée, mais au point où il en était, Romain estimait que tout était bon à prendre. Un léger sourire mutin passa quelques secondes sur ses lèvres pendant que Liam lui appliqua la pommade. Romain n’aurait jamais cru que sa cheville deviendrait un jour une zone quasiment érogène, et que la masser éveillerait des pensées très peu catholique !
    « Et voilà. En appliquant une petite quantité au lever ou au coucher, dans deux ou trois jours tu devrais être complètement sur pied! » Il délaissa un petit moment son pied et avisa du menton la plaie sur le coude de Romain. « Ça a été nettoyé? »
Dieu que ça faisait énormément de bien d’être le centre de l’attention d’un homme… d’un homme très séduisant. Pour une fois, Romain ne chercha pas à réprimer ses élans hormonaux, ni ses délicieux petits frissons de plaisir qui remontaient tout le long de son épine dorsale. Il ne pensa qu’à l’instant présent, laissant loin derrière lui pour quelques instants l’amour si puissant qu’il ressentait pourtant pour David.
    « Non, personne n'y a touché… mais j’imagine docteur (et il insista sur ce mot avec amusement), que tu vas t’en charger ? » Romain plongea ses yeux noisette dans les siens. « Tu ne m’avais pas dit que tu étais neurologue ? Depuis quand un neurologue s’occupe des chevilles ? C’est parce que c’est moi le patient que tu as décidé de faire un petit détour par les urgences ? »


Dernière édition par Romain Parker-Walsh le Jeu 18 Fév 2010 - 0:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Why do you look at me like that? [Romain] ENDED Jeu 4 Fév 2010 - 20:49


    « Je croyais que seuls les ados tentaient d'impressionner les belles jeune filles en tentant des figures qu'ils ne sont pas capables de réaliser, mais apparemment, je me suis trompé. »
Un rire amical vint préciser qu'il ne faisait que s'amuser un peu sans pour autant le disputer ou se moquer carrément de sa situation. Après tout, Liam avait passé l'âge de faire des conneries et il en faisait encore de temps en temps, preuve que le temps ne changeait point les grands enfants qui vivaient encore dans chacun des hommes, peu importe leur âge. C'était d'autant plus drôle qu'il n'avait rien de cassé. Liam en avait vu de toutes les couleurs et certains étaient en très piteux état, ce qui ne laissait pas matière à la dérision. Mais bon, si Liam se permettait d'en rire, c'était sans doute parce qu'il se reconnaissait là-dedans, complètement. Que feraient les garçons sans les filles? Ils seraient certainement en meilleur état, en tout cas! Liam secoua la tête en souriant alors qu'il revenait vers son patient et sa réplique le fit bien rire. Il avait en effet appris que le jeune homme était océanologue et il ne put qu'imaginer Romain plongeant dans l'eau avec un plâtre au pied.
    « En effet, ce n'est pas la meilleure des idées à moins que tu ne veuilles couler tout au fond! »
Liam n'eut pas conscience des effets qu'il provoquait chez Romain. Après tout, comment aurait-il pu se douter qu'il faisait de l'effet non seulement aux femmes, mais également aux hommes? Et puis, certains étaient très chatouilleux et le seul fait de toucher les pieds, et ce même quand on massait, leur donnait d'impossibles frissons. Liam s'était déjà pris un pied dans la figure de la part d'une petite fille d'ailleurs et il s'en rappellerait toujours vu que son nez avait prit une semaine avant de cesser de lui faire mal. Du coup, il était à cent lieues de se douter que les hormones de Romain travaillaient intensément et qu'il devait faire un gros effort pour se contenir. Pour Liam, la soirée qu'ils avaient passée au bar avait été très amusante et divertissante et ça lui avait fait du bien de discuter entre hommes, pour une fois. Quand il y allait seul, il se faisait souvent aborder par des filles et il ne pouvait jamais dire non à une compagnie féminine. Mais ce n'était pas la même chose. Avec Romain, il pouvait sortir n'importe quelle connerie sans se demander d'abord si c'était déplacé ou si cela pouvait le vexer, ce qu'il faisait souvent d'habitude. Et Dieu seul sait combien Liam pouvait sortir de bêtises quand il avait bu quelques verres.

La réponse de Romain quant à son coude le fit toutefois froncer les sourcils. Que diable faisaient les infirmières si elle ne pouvaient pas désinfecter une plaie et y mettre un pansement? Liam avait toujours eu beaucoup d'estime pour elles et jamais il ne dirait à voix haute de telles pensées, mais parfois, de simples gestes ou de simples comportements comme celui-là le laissaient dans le doute. Après tout, ça ne servait à rien d'appeler le médecin tant et aussi longtemps que les radios n'étaient pas revenues et pendant ce temps, une infirmière aurait pu s'occuper de lui. Il secoua la tête avec un léger sourire suite aux paroles de Romain.
    « Oui, monsieur! Après, tu seras tout neuf! »
Il se déplaça afin d'aller chercher quelques antiseptiques et un pansement. Il revint et fit glisser son tabouret jusqu'à avoir la vue parfaite sur le coude de Romain. Il saisit son bras et ramena d'ailleurs une petite table soutenue d'un seul côté afin de se glisser aisément au-dessus du lit. Ainsi, Romain put appuyer son bras, ce qui était toujours mieux que de travailler dans le vide pour Liam.
    « Ça va piquer un peu... »
expliqua-t-il, trop habitué qu'il était à préciser que ça piquait lorsqu'on désinfectait une plaie. Évidemment, Romain n'en était certainement pas à sa première blessure et il devait être au courant, mais Liam préférait toujours avertir afin que les patients ne sursautent pas trop sous l'alcool qui brûlait leur peau. La question de Romain le fit rire alors qu'il délaissait un instant la plaie de son coude pour le regarder, amusé.
    « Non. En fait, je t'ai menti. Je suis un imposteur. » débuta-t-il en laissant planer un doute avant de poursuivre, hilare. « Bien sûr que je suis neurologue! Mais il n'y avait pas beaucoup de boulot en neuro' aujourd'hui et comme j'ai une formation d'urgentiste, ils aiment bien que je sois dans le coin. Pour tout te dire... Je ne savais pas que tu étais là, sinon j'aurais pris encore plus mon temps! »
termina-t-il en riant avant de terminer de désinfecter la plaie et de poser un pansement dessus pour lui laisser le temps de guérir. Il éloigna ensuite la table en jetant ce qu'il avait utilisé dans une corbeille à cet effet. Les regard que posait Romain sur lui le firent se poser quelques questions, mais elles furent bien vite balayées. Après tout, sans doute lui était-il seulement reconnaissant de s'être occupé de lui?. Il détailla Romain un instant afin de s'assurer qu'il n'avait pas d'autres blessures apparentes, mais saisit tout de même son stéthoscope en se relevant et en se rapprochant un peu du jeune homme pour écouter sa respiration. Après une chute, on ne se rendait pas toujours compte de côtes fêlées ou même cassées puisque souvent, on se sentait déjà suffisamment endolori pour y penser. Concentré, il mit un terme à son examen en remettant l'appareil médical autour de son cou.
    « Tu ne t'es pas fait mal ailleurs? Le cou, le thorax, le bassin, ça va? »
Romain était assez grand, bien sûr, pour lui donner les réponses à ses questions sans lui mentir. Il avait un homme, en face de lui. Si ça avait été un enfant, Liam aurait sans doute prit plus de temps afin de s'assurer que tout allait bien puisque les gosses avaient du mal à décrire leurs douleurs, mais dans le cas du jeune homme, il savait bien qu'il lui en ferait part s'il avait mal ailleurs.
    « J'imagine qu'elles se sont bien payé ta tête, en tout cas! Les femmes n'en manquent pas une pour nous rappeler à quel point on peut être arrogant et fier! »
Il avait dit cela avec un éclat de rire, histoire d'en remettre une couche sur sa chute. Liam ne manquait jamais ces occasions-là, non plus!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Why do you look at me like that? [Romain] ENDED Sam 6 Fév 2010 - 4:11

Just Can't Get Enough


Romain n’avait en aucun cas cherché à impressionner une quelconque demoiselle contrairement à ce que pouvait penser Liam. La chance n’avait simplement pas été au rendez-vous tout à l’heure. Entre la poussette surgissant à l’intersection de deux allées, les quelques marches des escaliers descendant vers la plaine de jeu et la rampe un peu trop en mauvais état pour s’y accrocher, le jeune homme n’avait pas eu beaucoup de chance. C’était cet enchaînement d’événements qui mit bout à bout avait conduit Romain à déraper pour finir tête la première dans le bac à sable entre deux gamines qui, surprises, lui avaient données des petits coups de pelles sur le casque avant de s’enfuir en criant.
    « Oui, monsieur! Après, tu seras tout neuf ! »
    « Et grâce à toi ! » sourit Romain qui laissa Liam s’éloigner pour récupérer tout le matériel nécessaire pour le soigner. « Et j’espère que tu me laisseras te remercier comme il se doit. »
Malgré les protections qu’il portait en bon sportif conscient du danger qu’il était, Romain n’avait su éviter quelques petits blessures… blessures qu’il était aujourd’hui très heureux de s’être fait finalement. Il déposa son bras meurtris sur la petite tablette devant lui, puis il s’en remit aux bons soins du séduisant médecin. Les yeux noisette du jeune océanologue ne quittèrent pas des yeux le visage attirant de Liam. Il l’admira avec plus d’attention. A la lueur blanche des néons, il lui parut encore plus attirant qu’il ne l’était déjà il y a une semaine dans la pénombre du bar. Liam était terriblement attirant lorsqu’il travaillait. Il dégageait énormément de sex-appeal.
    « Ça va piquer un peu... »
    « J’en ai vu d’autre, crois-moi. Je nage au milieu des requins, dois-je te le rappeler ou tu étais déjà trop saoul pour t’en souvenir ? Ce n’est pas une petite blessure qui va me faire tourner de l’œil, désolé pour toi si tu comptais me réanimer par du bouche-à-bouche. »
Pour piquer, ça piquait ! Mais c’était une douleur raisonnable. Une sorte de pincement acide qui faisait monter légèrement les larmes aux yeux, comme lorsque l’on s’arrachait un poil du nez. Une fois le bandage posé, Romain retira son bras et il le fit tourner plusieurs fois sur lui-même, faisant des moulinets afin d’adapter au mieux le pansement à son bras. La réponse que lui avait fourni Liam au sujet de sa présence aux urgences, ainsi que la petite provocation qu’il plaça à la fin, contenta la curiosité du jeune océanologue. Celui-ci répondit au beau médecin par d’un simple sourire revanchard. C’était de bonne guerre ce petit jeu de « séduction ».

Alors que Romain s’attendait à ce que Liam lui dise qu’il pouvait maintenant retourner chez lui après avoir signé quelques papiers, le grand brun sortit son stéthoscope et il écouta quelques secondes sa respiration. Cette soudaine proximité fit frissonner à nouveau le jeune homme. Encore une fois, de délicieux picotements remontèrent le long de son échine et enflammèrent la chute de ses reins, zone qui devenait toujours rapidement bouillante lorsqu’il était excité.
    « Tu ne t'es pas fait mal ailleurs? Le cou, le thorax, le bassin, ça va ? »
Le cou ? Le thorax ? Le bassin ? Où voulait-il en venir ? Romain resta quelques instants silencieux, les yeux rivés vers le médecin comme s’il cherchait à décrypter un sens caché à tout ceci. Ce n'était qu'une chute en roller, pas un accident de la route tout de même ! Cherchait-il une excuse pour poser à nouveau les mains sur son corps ? S’ils étaient à nouveau dans une parade de séduction, Romain se devait d’accepter de jouer le jeu et de se laisser tripoter par Liam. De toute façon, il en avait très envie. Quatorze mois après tout… quatorze mois qu’un homme ne l’avait plus touché avec désir.
    « J'imagine qu'elles se sont bien payé ta tête, en tout cas! Les femmes n'en manquent pas une pour nous rappeler à quel point on peut être arrogant et fier ! »
    « J’aurais rigolé aussi, tu sais. Je me suis vraiment vautré comme un laid. J’étais comme une autruche, la tête dans le sable et le cul en l’air. » Son regard pénétra profondément dans celui de Liam, une flamme de malice brillant au fond de celui-ci. « Heureusement, j’ai un très joli cul. S’il existait un oscar du plus beau fessier du monde, il me reviendrait de plein droit ! » Un petit doigt autoritaire se balança comme une menace sous le nez du médecin. « Et je t’interdis de dire le contraire. »
Tout en riant, Romain pivota sur la table d’auscultation, ses jambes balançant toutes les deux dans le vide. Allez, zou ! Il allait offrir à Liam ce qu’il pensait réellement que celui-ci attendait : une excuse pour commencer à le peloter. Il feignit ressentir une légère douleur au niveau d’une côte. Tout en soulevant son polo (ce qui dévoila un ventre plat, doré à souhait et imberbe), il dit :
    « J’ai un peu mal ici, docteur. »
Romain prit la main de Liam et l’attira à lui afin qu’il puisse toucher sa peau chaude à l’endroit où il prétendait ressentir de la douleur. Le jeune homme trouvait la position très agréable. Il était assit sur la table d’auscultation, Liam entre ses cuisses. Très tactile d’ordinaire, Romain n’avait pas hésité un seul instant à toucher le séduisant médecin.
    « Tu crois que j’ai une côte cassée ? » murmura-t-il alors que son visage était proche du sien.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Why do you look at me like that? [Romain] ENDED Sam 6 Fév 2010 - 6:56

Le remercier comme il se doit? Il n'osa pas relever sa phrase ni même y penser davantage afin de ne pas se faire de fausses idées sur le personnage apparemment haut en couleurs qu'était Romain. Il sentit le regard de Romain posé sur lui alors qu'il nettoyait sa blessure, mais il ne s'en formalisa pas plus que ça. Liam devait parfois détourner l'attention des petits enfants pour leur faire des piqures ou pour tâter les blessures, mais il se doutait bien que le jeune homme devant lui n'en était plus à une blessure près et que ce ne serait certainement pas son genre de prendre la fuite pour ne pas se faire soigner. Liam eut un sourire amusé lorsque Romain affirma nager parmi les requins et eut du mal à ne pas éclater de rire suite à son affirmation. En effet, Liam avait été particulièrement éméché à cette soirée-là et c'était particulièrement agréable - sur un ton ironique - de se le faire rappeler. D'ailleurs, l'allusion de son patient au bouche-à-bouche le fit une nouvelle fois froncer les sourcils d'amusement. Décidément, c'était réellement le genre de trucs par rapport auquel les hommes pouvaient blaguer entre eux, mais Liam était loin d'être assuré que ce n'était que des blagues. Il préféra faire comme si c'en était et en rire plutôt que de se prendre la tête sur des pacotilles.
    « Disons que les détails sont loin dans ma tête, mais maintenant que tu le dis, ouais ça me revient! Et puis, tu sais, les sceaux d'eau bien froide, ça réanime, aussi! »
Liam avait sourit afin que Romain ne lui tienne pas rancune pour ses propos, mais s'était assuré que la respiration de son patient était des plus normales. Il avait préféré s'assurer que tout était en ordre et que Romain n'était pas en proie à une violente douleur qu'il aurait voulu taire et sa question était d'ordre strictement professionnelle. Après tout, c'était bien le boulot des médecins de s'assurer qu'il n'y avait pas d'autres blessures qui pourraient, dans un futur proche ou lointain, mettre la vie de leurs patients en danger. Jamais Liam n'aurait pu penser que sa question était indécente et s'il n'avait pas vu le regard surprit de Romain, sans doute n'aurait-il pensé à rien du tout. Après tout, son ton était sérieux et il ne voulait pas se retrouver avec un procès collé aux fesses après une semaine et demie seulement de boulot. Sa question n'avait été que strictement professionnelle, mais il avait préféré ouvrir à nouveau le sujet de la chute de Romain plutôt que de s'aventurer en terrain dangereux. D'ailleurs, il eut un rire léger en s'imaginant le Romain qu'il avait en face de lui une heure ou deux plus tôt. Décidément, la situation avait du être comique.

Le regard de Romain, dès lorsqu'il touchait le sien, semblait vouloir dire quelque chose que Liam n'arrivait pas à discerner. Il ne se rendait tout simplement pas compte du message que tentait de passer son patient et même s'il avait finalement compris où il avait voulu en venir, jamais il n'aurait pu faire ce que Romain attendait de lui. Mais bon, il aimait bien se dire que le jeune homme était émerveillé par son métier plutôt que par lui-même en général. C'était on ne peut plus gratifiant. Ce ne serait pas la première fois qu'on l'observait avec admiration, il commençait presque à y être habitué, mais quand même... Disons que la situation portait à confusion et demandait réflexion.
    « Je ne suis pas le meilleur juge et je ne peux pas me permettre d'en douter! On demandera à tes admiratrices de noter ta performance et surtout, ton atterrissage! »
Il s'attendait à ce que Romain lui dise que tout allait bien et il fronça les sourcils, légèrement soucieux lorsque celui-ci affirma qu'il avait mal ailleurs. Avait-il raté quelque chose? Peut-être devrait-il lui faire une radio du thorax pour s'assurer qu'il n'y avait rien de cassé ni de fêlé? Il laissa le jeune homme relever son polo et ne fut pas plus surprit que ça que Romain lui prenne la main pour lui montrer exactement là où il avait mal. Concentré, Liam se rapprocha un peu et posa son autre main de l'autre côté du corps de Romain, histoire de comparer. Il tâta les côtes avec attention et en vint à la conclusion qu'il n'y avait rien de cassé. D'ailleurs, Romain sembla s'intéresser au résultat puisqu'il lui posa justement la question et Liam s'assura une dernière fois que tout était intact avant de se prononcer.
    « Il n'y a rien de cassé. C'est peut-être simplement le choc de la chute et tu auras peut-être quelques ecchymoses, mais rien de grave. »
Liam ne s'était pas aperçu à quel point il était près de Romain et il s'écarta légèrement avant de saisir le dossier médical de Romain qui était à quelques pas de lui, à sa portée. Il apposa rapidement sa signature illisible au bas de la page et tendit le stylo et la feuille, posée sur un carton rigide, à Romain avec un sourire en lui montrant l'emplacement où il devait signer.
    « Juste ici. La douleur devrait passer d'ici quelques jours. Si jamais ça empire, n'hésites pas à revenir. »
Il n'avait pas le choix de donner ses dernières recommandations. Après tout, Liam espérait toujours ne jamais revoir les patients qui venaient à l'Urgence, mais ce n'était pas toujours aussi simple. Certains avaient un diagnostic d'un simple rhume alors qu'ils avaient finalement une grave pneumonie et qu'ils devaient être hospitalisés. D'autres venaient en pensant avoir une pneumonie et retournaient chez eux avec quelques cachets et un gros rhume. D'ailleurs, Liam laisserait à Romain un peu de pommade avant de partir, histoire qu'il n'ait pas besoin de faire la ville au complet pour en trouver. Prévenant? Comme toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Why do you look at me like that? [Romain] ENDED Sam 6 Fév 2010 - 17:27

Just Can't Get Enough


Les doigts que Liam posa sur son corps firent réellement du bien à Romain. La proximité qu’il y avait entre eux, l’attention et la délicatesse dont faisait preuve le médecin, et l’aura qu’il dégageait, rendirent tout chose le jeune océanologue qui cru un instant que tout son être allait s’embraser. Romain était tiraillé entre l’envie puissante et quasiment irrépressible de bondir sur ce type pour l’embrasser, et entre son devoir et sa promesse de fidélité envers son époux aujourd’hui encore et toujours à la guerre. Que faisait-il là, entre les mains d’un homme qui n’était pas le sien ? Il jouait avec le feu et il risquait à tout moment de se brûler les doigts. Et pourtant, malgré que sa conscience lui hurlait de cesser ce petit jeu, Romain n’arrivait pas à taire ce désir que des hormones en ébullition poussait à l’excès.

Une perfide petite voix dans sa tête lui disait que c’était là l’occasion de rendre la monnaie de sa pièce à David. D’être en quelque sorte quitte. Ce n’était que du sexe qu’il désirait, rien de plus, rien de moins. Ça ne remettait pas en cause son amour pour son époux… pour reprendre les mots que ce dernier avait employé plus d’une fois. Une tromperie contre plusieurs de la part de David. Pourquoi diable Romain ne pouvait-il pas à son tour se laisser aller une seule et unique fois ? Pourquoi se devait-il être différent des autres ? Il avait lui aussi des besoins et surtout des faiblesses ! Et après quatorze mois sans sentir le corps d’un homme contre le sien, il était tout à fait normal de se sentir faible face à un type aussi séduisant que l’était Liam.

Un instant, Romain crut, lorsque Liam fut au plus proche de lui, que celui-ci allait enfin l’embrasser. Il se prépara à ce baiser en s’humectant imperceptiblement les lèvres… mais rien ne se passa. Pire encore, Liam s’éloigna. Que faisait-il ? Avait-il décidé de le faire languir ? Peut-être n’était-ce qu’un juste retour de bâton ? Liam le faisait peut-être à son tour attendre comme lui il l’avait fait attendre l’autre soir ? Il n’avait pas rêvé n’est-ce pas ? Il s’était bien passé quelque chose entre eux dans ce bar ? Pourquoi diable Liam faisait-il marche arrière aussi soudainement ? Pourquoi faisait-il comme si ce flirt n’avait jamais existé ? Romain se dit que c’était certainement à son tour de prendre les choses en mains, et de montrer que malgré la semaine écoulée et le changement de contexte de leur nouvelle rencontre, ce type lui plaisait toujours autant.
    « Juste ici. La douleur devrait passer d'ici quelques jours. Si jamais ça empire, n'hésites pas à revenir. »
Romain prit des mains le dossier et le stylo que lui tendait Liam, puis après avoir signé l’endroit indiqué, il déposa le tout à côté de lui. C’était le moment. C’était l’instant. Il était temps d’assumer avant que Liam ne soit forcé de s’en aller soigner un autre patient. Ils étaient proches tous les deux et Romain en avait terriblement envie.
    « Merci pour vos bons soins docteur… » chuchota-t-il en se mordillant sensuellement la lèvre inférieure.
D’un petit bond, il sauta hors de la table d’auscultation, se tenant en équilibre sur sa cheville valide, le fessier reposant à moitié contre le meuble d’hôpital. Sous la plante de son pied, il pouvait sentir le froid du carrelage qu’il n’avait cessé de compter et de recompter encore et encore tout à l’heure. Son corps était proche de celui de Liam. Très proche, et afin de s’assurer qu’il ne s’échappe pas, il le saisit par le col de sa blouse de docteur. Avec énergie, Romain le tira à lui, de sorte à ce que leur corps se heurte doucement. Et sans plus attendre, il l’embrassa, appuyant ses lèvres contre les siennes, puis entrouvrant la bouche pour y glisser lentement la langue. De sa main valide, il vint même caresser la barbe du médecin, savourant le contact de ces picots sous ses doigts.

Romain savait qu’il s’en voudrait pour cet acte, mais l’heure n’était pas aux remords. Il aurait tout le temps plus tard de se maudire et de pleurer… chose pour laquelle il excellait soit dit en passant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Why do you look at me like that? [Romain] ENDED Sam 6 Fév 2010 - 19:34


    « Je t'en prie! Si tout le monde pouvait être aussi coopératif que toi, ce ne serait qu'une partie de plaisir! »
Un sourire. Encore un. Décidément, Liam aimait bien discuter avec Romain, même si ce dernier le faisait rire à passer du tutoiement au vouvoiement. Ce n'était qu'une formalité, bien sûr, mais il s'en amusait toujours, lui-même ayant tendance à tutoyer les patients pour les rendre plus à l'aise, surtout lorsqu'ils étaient plus jeunes que lui. Quand Liam parlait de «partie de plaisir», il pensait seulement et totalement au fait que certains rendaient la vie bien difficile aux médecins qui les soignaient. C'est tout juste si on ne leur crachait pas au visage ou si on n'utilisait pas la violence en refusant de se faire soigner. Malgré ce que la majorité de la population pouvait penser, les enfants n'étaient certainement pas les pires dans ce genre de situation puisque les gosses étaient beaucoup plus faciles à contenir que les adultes. Enfin, souvent, il ne suffisait que de quelques médecins pour qu'ils se calment alors que les adultes nécessitaient parfois que l'on appelle les gardiens de sécurité étant donné qu'ils détruisaient tout sur leur passage. Il faut croie que certains préféraient souffrir plutôt que de guérir... Décidément, Liam ne les comprendrait jamais, ceux-là.

Liam s'attendait à ce que Romain se glisse en bas de la table d'auscultation et il se releva de son tabouret en éloignant celui-ci d'un léger coup de pied pour aider Romain à marcher et à rejoindre ses chaussettes et ses effets personnels, mais jamais il n'aurait pu s'attendre à ce que son patient l'attire à lui de cette façon. Lorsque son corps entra en contact avec celui de Romain, Liam n'eut même pas la rapidité d'esprit de le repousser tellement la surprise l'avait cloué sur place. Il croyait être au bout de ses peines lorsque Romain posa ses lèvres sur les siennes et qu'il laissa sa langue se glisser jusqu'à la sienne. C'était stupide quand même d'être aussi doué pour réagir en situation d'urgence à la vitesse grand V et d'être aussi empoté dès que cela sortait de son contexte habituel. Il prit quelques secondes avant de réagir, secondes qui lui semblèrent durer des heures alors qu'il ne se demandait même pas quelle était l'attitude à adopter et qu'il répondait faiblement au baiser, comme poussé par un instinct subtil. Très subtil parce que Liam n'avait pas une once de bisexualité en lui. Il aimait les femmes, rien que les femmes, et jamais il n'aurait pu penser que Romain voulait plus que ce qu'il lui avait déjà donné. Leur soirée avait été parfaite, c'est vrai, Liam s'était beaucoup amusé et surtout, beaucoup détendu, mais ce n'était pas une raison pour lui sauter dessus! Pourtant, la surprise le faisait réagir bizarrement et il doutait que cela n'allait pas arranger les choses.

Lorsque les doigts de Romain caressèrent sa barbe naissante, il prit soudainement conscience de la réalité et posa ses mains sur le torse de son patient pour l'éloigner de lui et le repousser. Légèrement prit de cours, il ne parla pas tout de suite, comme gêné par la situation. Il avait gardé ses mains devant lui, comme pour empêcher son patient de revenir à la charge et lorsqu'il s'en rendit compte, il baissa rapidement les bras, ne sachant plus que faire de ses mains, d'ailleurs. Il ne comprenait vraiment pas comment Romain avait pu penser un seul instant qu'il aimait bien les hommes et ses paroles lui revenaient en mémoire sans qu'il ne trouve réellement l'élément déclencheur. Il faut dire que Liam ne se souvenait plus vraiment de tout ce qui avait été dit une semaine auparavant, non plus, mais il doutait fortement d'avoir laissé sous-entendre ce genre de choses! Après tout, Liam était doué pour dire des conneries et il aimait bien blaguer, mais de là à s'imaginer des choses...

Il passa brièvement une main sur son visage comme pour s'assurer qu'il ne rêvait pas.
    « Qu'est-ce qui te prend? Je veux dire... Qu'est-ce qui t'a pris? »
C'étaient les seuls mots qu'il réussissait à prononcer alors qu'il aurait bien aimé lui poser des tonnes de questions. D'ailleurs, Liam aurait pu se retourner la question à lui-même vu sa piètre réaction de faiblesse face à cette situation démesurée. Il avait même répondu au baiser, mais qu'est-ce qui lui avait pris à lui aussi? Il préféra ne plus y penser et chasser de son esprit cet épisode. Si Liam avait écouté son coeur à cet instant, il était presque certain que celui-ci battait deux fois plus vite que la normale sous le choc qu'il venait de subir. Il revoyait dans sa tête les différentes allusions faites par Romain, il se rappelait certaines phrases qui auraient pu paraître déplacées dans un autre contexte, mais il n'avait absolument rien vu venir. Il faut dire que lorsque Liam était au travail, il se concentrait pleinement afin de bien faire son boulot et que les petits regards en coin et tout ce qui aurait pu le mettre sur la piste n'étaient pas vraiment sa priorité. Il n'avait même pas envie de lui faire la morale. Il ne savait tout simplement pas quoi demander de plus. Sans doute n'était-ce qu'un égarement, sans doute ne le pensait-il pas. En tout cas, Liam l'espérait fortement.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Why do you look at me like that? [Romain] ENDED Sam 6 Fév 2010 - 22:01

Just Can't Get Enough


Ce baiser était agréable et il transporta littéralement Romain en dehors de cet hôpital, ainsi qu’en dehors de sa tête. Il était loin de sa conscience du bien et du mal à cet instant. Il était à cent lieux de ses remords et de ses promesses faites devant son Eternel*. Tout ce qui comptait était l’instant présent, ainsi que ce baiser qu’il était entrain de partager avec l’un des rares hommes qui jusqu’à aujourd’hui, avait su attiser son désir au point d’oser lui faire commettre un début d’adultère. Le jeune océanologue savourait cette douce caresse. Ce fut très plaisant de sentir Liam répondre – même timidement – à ce baiser qu’il tenta de rendre plus profond.

Romain ne sut exactement combien de temps ils s’embrassèrent ainsi, mais cela ne dura pas assez à son goût. Liam venait de le repousser, rompant le baiser et forçant le jeune homme à s’appuyer contre la table d’auscultation pour ne pas perdre l’équilibre. Où était le problème ? Liam semblait déboussolé. Il y avait sur son visage ce petit quelque chose de dérangeait qui laissait à penser qu’il avait dépasser les limites de l’acceptable.
    « Qu'est-ce qui te prend ? Je veux dire... Qu'est-ce qui t'a pris? »
    « Quoi ?! » s’étonna Romain qui ne comprenait pas où était le problème. « Toi qu’est-ce qui te prend ?! »
N’était-ce pas ce qu’ils désiraient tous les deux ? Combler cette attirance mutuelle qui était née l’autre nuit ? Ne vivaient-ils pas la suite de ce flirt agrégé trop tôt la semaine dernière ? Cette promesse de se revoir pour une nouvelle soirée ensemble avait laissé pensé à Romain qu’entre eux deux, quelque chose était possible. Quelque chose d’éphémère certes, mais quelques choses quand même.
    « Ne me fait pas ce coup-là ! » s’indigna Romain en fronçant les sourcils devant Liam dont l’attitude à cet instant ne lui plaisait pas. « Ne me fait pas ce coup-là, j’te dis ! Ne joue pas à celui qui n’a rien compris. Tu me plais et j’ose crois que je te plais également malgré la tronche que tu tires ! »
Il déposa une main derrière lui pour prendre appuie et mieux se stabiliser sur un pied, sans poser l’autre au sol.
    « Il faut que tu ais un verre dans le nez pour me faire des avances, c’est ça ? T’es passé à autre chose depuis vendredi dernier ? C’était la semaine dernière que t’avais envie de me la mettre entre les fesses ? Aujourd’hui, t’as trouvé ton bonheur ailleurs ? J’aurais peut-être du rester ce soir-là alors. Même si je ne raffole pas des hommes bourrés, j’aurais au moins eu la chance de voir la couleur de tes draps ! »
Romain avait haussé le ton, comme toujours lorsqu’il s’indignait de quelque chose. L’attitude de Liam le laissait perplexe. Il ne le comprenait pas. C’était la douche froide pour lui. Pourtant, ils avaient bien flirtés, non ? Ils s’étaient échangés des mots, des regards et même des sous-entendus assez chauds. N’avait-il eu droit à tout ceci qu’à cause de quelques bières en trop ? Soudain, comme une évidence, le couperet tomba lourdement sur les épaules du jeune homme. Il fut fauché par une désagréable désillusion.
    « Ne me dit pas que tu n’étais pas sérieux, vendredi. Tu te foutais de ma gueule c’est ça ? »




*Romain est déiste.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Why do you look at me like that? [Romain] ENDED Dim 7 Fév 2010 - 0:33

Liam comprit alors que Romain avait réellement vu, dans ses gestes et dans ses paroles, quelque chose que lui-même n'avait pas réussi à déceler. Ce fut donc normal pour le neurologue d'être paniqué alors qu'il venait de repousser un patient qui l'avait sauvagement embrassé. Le fait que Romain soit un homme le dérangeait certainement un peu plus que si ça avait été une femme, mais quand même. Disons qu'il n'avait jamais apprécié d'être surprit ainsi lorsqu'il n'était pas l'investigateur de l'action. Quand il était conscient de ce qu'il faisait et qu'il savait ce qui allait se passer, ça ne le dérangeait pas plus que ça de risquer de se faire prendre à embrasser une belle jeune femme dans une salle d'examen, mais lorsqu'on le surprenait de la sorte, il ne pouvait qu'en être surprit. Et lorsque Liam était surprit, ce n'était jamais vraiment beau à voir.

D'ailleurs, il ne comprit pas du tout les propos de Romain. Oui, bien sûr, il avait peut-être répondu au baiser, mais ce n'était qu'instinctif. Ce n'était quand même pas lui qui avait fait le geste vers Romain en premier et il ne l'aurait jamais fait! Romain semblait fâché, énervé de voir que Liam l'avait repoussé. Il s'attendait à quoi? Qu'il lui saute dessus en le délestant de ses vêtements? Ce fut toutefois les paroles de Romain concernant le fait qu'apparemment, il lui plaisait, qui le surprirent davantage.
    « Attends... Tu rigoles? Je te plais? Okay... J'aurais jamais pensé ça. »
Il avait dis tout haut ce qu'il pensait, mais ses paroles n'étaient pas vraiment claires. On ne pouvait pas dire que Liam était heureux de la situation et qu'il en profiterait. Franchement, ça n'avait aucun sens! Comment avait-il pu croire un seul instant qu'il était attiré par les hommes? Liam n'en revenait tout simplement pas et même en cherchant profondément dans ses pensées obscures, il ne parvenait pas à trouver les raisons de cette affirmation.

Romain tentait de se stabiliser sur un pied et instinctivement, Liam lui saisit le bras pour l'aider à reprendre place sur la table d'examen sans qu'il n'ait besoin de poser son pied blessé au sol. Il pourrait marcher dessus, certes, mais ce n'était jamais vraiment conseillé. Il ne se rendait tout simplement pas compte de l'état dans lequel était Romain.
    « Comment t'as pu penser que tu me plaisais? Romain, bon sang! Comment t'as pu croire que je te faisais des avances? »
Un rire nerveux sembla le secouer alors qu'il demeurait à quelques pas du jeune homme, comme étonné par les révélations. Non, Romain ne lui plaisait pas. Mais comment lui dire sans le blesser? De toute façon, c'était trop tard pour ça, selon Liam, puisqu'il venait justement de sortir une phrase qu'il aurait peut-être dû mijoter un peu avant. Mais la situation était tellement drôle et en même temps, tellement étrange qu'il ne pouvait pas se permettre d'agir normalement.
    « Mais de quoi est-ce que tu parles? T'aurais pu rester plus longtemps, que ça aurait rien changé, Romain! Non, je n'ai pas trouvé mon bonheur ailleurs, si tu veux savoir! » Il avait dit cela en élevant un peu la voix, sans pour autant hurler puisqu'il ne voulait pas attirer toutes les infirmières comme le miel attire Winnie. « T'as fait exprès de te blesser pour venir me revoir? Ah et puis... Non, ne réponds pas, je ne veux même pas savoir. »
Un simple geste de la main, comme pour signifier qu'il se fichait royalement de la réponse finalement. Si Romain disait oui, qu'est-ce que ça changerait? Et s'il disait non, qu'est-ce que ça pourrait bien lui faire? Absolument rien. Donc peu importe la réponse, ça ne changeait rien. C'était peut-être la curiosité, simplement, qui l'avait poussé à demander une telle information, mais il s'était ravisé au dernier moment, un peu trop tard, certes, puisque les mots avaient déjà passé le seuil de sa bouche. Liam n'était vraiment pas doué et quiconque aurait pu le voir en cet instant s'en serait aperçu. Liam voyait bien que Romain semblait complètement à l'ouest et qu'il ne comprenait pas la situation, mais lui-même avait du mal à la clarifier alors de là à se demander pour les autres...! Pourtant, les paroles de Romain le firent froncer les sourcils.
    « Comment ça, j'étais pas sérieux? C'est toi qui te fous de ma gueule! J'étais pas sérieux... J'étais pas sérieux! » Il répétait simplement la même phrase comme s'il voulait la mémoriser pour se la rentrer dans le crâne, mais c'était en vain. « Qu'est-ce qui s'est passé, vendredi? »
D'un murmure, Liam avait redressé la tête en tentant de se souvenir de toute sa soirée. Pourtant, il se souvenait avoir abusé de l'alcool ce soir-là, mais il n'y avait aucun black out. Il se souvenait de tout. Il se souvenait de la difficulté avec laquelle il s'était rendu aux toilettes, des blagues vaseuses qu'il avait échangé avec Romain et des verres d'alcool qu'il s'enfilait les uns après les autres. Mais merde! Pourquoi lui affirmait-il avoir flirté avec lui dans ce cas-là? Il ne s'était rien passé. RIEN! Liam n'avait même pas eu une seule pensée obscène de la soirée, sauf peut-être en voyant le décolleté plongeant de la serveuse quand elle lui avait ramené sa boisson. Il se rappelait même lui avoir laissé un pourboire généreux sans vraiment s'en rendre compte. Instinctivement peut-être. Mais avec Romain... Jamais! Mais tout à coup, il avait eu un doute. Un simple petit doute s'était insinué dans son esprit et malgré le fait qu'il voulait se rassurer en se disant que non, il n'avait pas fait de conneries sous l'emprise de l'alcool, il n'avait pas pu s'empêcher de poser la question. Et pourtant, avant même que Romain ne puisse y répondre, Liam secouait la tête.
    « Tu les as vu où, tes signes, hein? Dans le ciel? Dans ta tasse de thé? Dans ton verre de vodka? Il n'y avait pas de signes, tu comprends? Je me suis pas foutu de ta gueule, parce que je ne suis pas attiré par les hommes! Comment t'as pu penser ça? »
Son ton était demeuré tout aussi bas, même s'il devait faire un effort pour se contenir. Décidément, en sortant d'ici, il en aurait finit avec les urgences pour la journée. Ils auraient beau se mettre en furie, il retournerait en neuro'; tout était bien plus facile.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Why do you look at me like that? [Romain] ENDED Mar 9 Fév 2010 - 2:02

Just Can't Get Enough


Son petit cul rond et légèrement rebondit (ça c’est pour émoustiller nos lectrices) appuyé contre la table d’auscultation, Romain resta immobile et silencieux durant toute la tirade de Liam. Seigneur Dieu ! Qui aurait pu croire qu’embrasser ce séduisant médecin conduirait à ce genre de situation quelque peu embarrassante tant pour l’un que pour l’autre ? Si Liam semblait l’avoir mauvaise qu’un autre type puisse penser qu’il pouvait être à voile et à vapeur, Romain quant à lui était honteux d’avoir ne serait-ce qu’imaginer qu’il lui faisait réellement du rentre dedans l’autre soir au bar. Comment avait-il pu croire cela possible ? En un éclair, tout s’était mis en place dans le crâne de Romain. Tout s’était emboîté à merveille. Des sous-entendus concernant les femmes, au regard que Liam enfouissait parfois dans le décolleté plongeant de la serveuse. Tout lui revint en mémoire. Les mots du médecin, ainsi que son attitude eurent tôt fait de couper toute la libido du jeune homme, et étrangement, une fois celle-ci assagie, terrée à nouveau au fond de son être, là où vivaient les frustrations, tout devint aussitôt clair.

Ce que Romain avait prit pour un flirt n’était finalement en réalité qu’une soirée sympathique entre deux mecs un peu trop éméchés, dont les propos grivois étaient à prendre au second degré. Le jeune océanologue secoua la tête en se grattant l’arrière de celle-ci, ce qui trahissait son manque d’assurance et sa gêne. Comment diable avait-il pu se tromper à ce point ? Etait-il si désespéré que cela pour prendre la première preuve d’attention amical à son égard pour des avances sexuelles ? Romain se rendit compte qu’en réalité, il n’y connaissait pas grand-chose concernant la drague. Il était marié depuis l’âge de ses 18 ans, et depuis ce jour, il se tenait à l’écart de ce genre de jeu pour lequel, il n’était pas fort doué… la preuve en est aujourd’hui !
    « Laisse tomber veux-tu ! »
Le ton était sec, et le visage du jeune homme fermé. Mal à l’aise, Romain préféra se mettre sur la défensive. Si d’ordinaire il était toujours le premier à essayer d’arranger les choses avec diplomatie, parfois, lorsqu’il était en difficulté face à une situation embarrassante, il se fardait un air froid et distant, histoire de sauver les apparences et de tenter de dissuader son « adversaire » d’en découdre.
    « J’ai fais une erreur. Je pensais que l’autre jour au bar, il s’était passé un truc entre nous. Apparemment, je me suis trompé ! Ce n’est pas la peine d’insister ! C’est super gênant pour moi de passer pour un gros con. Très gênant. » Son regard se fronça et ses yeux lancèrent des éclairs de reproche. Entre ses dents serrées, il grogna presque : « Très très très très gênant ! C’est mega gênant de se ramasser le râteau du siècle ! Par un hétéro en plus ! »
Ne supportant plus de faire face au médecin, il clopina d’un pied sur l’autre à travers la pièce pour rejoindre le meuble sur lequel une infirmière avait déposée ses effets personnels. Il se saisit de ses chaussettes qu’il tenta de dénouer mais plus il s’excitait dessus, et moins celles-ci semblèrent coopératives. Tournant délibérément le dos à Liam, Romain jeta un coup d’œil à son alliance. A cet instant précis, les remords l’assaillirent, et au lieu de s’en vouloir à lui-même (cela viendra bien assez tôt), il en voulu à Liam de l’avoir quasiment forcé à rompre ses promesses. Il était toujours plus facile dans un premier temps de rejeter la faute sur les autres plutôt que de se remettre en question.

Dans un élan de colère, Romain fit volte-face et il envoya sa paire de chaussette valser vers Liam. La boule de coton rebondit sur le haut du front du médecin. La situation aurait pu prêter à rire, mais le jeune homme n’en avait pas du tout envie.
    « Putain ! T’es vraiment un enfoiré, docteur ! Tu ne vas pas me faire croire que TOI ! (Il le pointa d’un doigt accusateur.) Que toi, tu ne le savais pas que j’étais gay ! Ca t’arrive souvent de passer la soirée avec un type qui ne reluque que toi d’un bout à l’autre de la soirée ? Pas une seule fois je n’ai lorgné dans le décolleté de cette conne de serveuse siliconée ! Sérieux ! T’es qu’un putain d’hypocrite, tu le sais ça ? »
Le ton était monté, et Romain ne chercha pas à le baisser, trop content de cracher son venin.
    « T’es hétéro c’est ça ? Laisse-moi rire ! T’en connais beaucoup des hétéros toi qui répondent au baiser d’un autre homme par un baiser au lieu de lui en coller une dans la gueule ? Tu m’as embrassé également, docteur ! Ta langue à bougée et tes lèvres aussi ! Alors ne vient pas me faire croire que même inconsciemment, ce petit jeu auquel tu dis ne pas avoir joué avec moi ce soir là, ne t’a pas plus. Tu devrais te poser des questions. »
Il se saisit de ses rollers d’une main et s’appuya contre le meuble de l’autre, s’apprêtant à partir, même à pieds nus.
    « Et pour ton information : non, je n’ai pas fais exprès de me péter une cheville pour me pointer dans le coin. T’as peut-être une belle gueule, mais n’abuse pas ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Why do you look at me like that? [Romain] ENDED Mer 10 Fév 2010 - 1:17

Liam eut presque le goût de rire alors que Romain, gêné, ne semblait plus trop savoir que penser. D'ailleurs, il répétait les mêmes choses en affirmant que c'était bien gênant pour lui de se faire prendre de la sorte à flirter avec un homme qui n'aimait pas les hommes. Non, Liam n'aimait pas les hommes. Il se contentait des femmes et c'était déjà suffisant vu tout ce qu'elles lui avaient fait endurer. Ce n'était pas facile à vivre une femme et sans doute la conversation, au bar, avait-elle dérivé en ce sens de temps en temps et Romain en avait conclut de fausses affirmations? Liam ne savait pas comment il avait pu le penser gay, mais de toute façon, ça n'avait plus vraiment d'importance. Après tout, il avait soigné les blessures de Romain, il avait rempli son dossier, à quoi bon s'en faire davantage? Romain retournerait chez lui et cette histoire-là serait oubliée, sans doute. Romain semblait du même avis puisqu'il s'était dirigé vers ses effets personnels et que Liam, sans un bruit, avait saisit la feuille de papier signée pour la glisser dans le dossier médical de son patient.

Il avait replacé la blouse blanche de médecin correctement sur ses épaules, mais lorsqu'il releva la tête afin de s'assurer que Romain allait bien et qu'il s'apprêtait à partir, il se prit la paire de chaussettes du jeune homme en plein dans le front avec des insultes en prime. Accusant le coup et le laissant parler pour qu'il se calme de lui-même, Liam eut quand même du mal à conserver son sang-froid.
    « Parce que tu penses que c'est écrit sur ton front, peut-être? Si j'étais avec toi en train de me saouler la gueule, j'avais pas la tête à voir ces petits sous-entendus. » fit le médecin, étonné. « Elle était siliconée, tu crois? » demanda-t-il en fronçant les sourcils.
Il avait cru que la femme en question était tout simplement jolie, mais vu le nombre de verres qu'il avait ingurgité, on ne pouvait pas vraiment se fier sur sa compétence à déceler les belles jeunes femmes. Évidemment, il ne pouvait pas vraiment se fier sur la compétence de Romain, non plus, mais bon. Il se pencha pour récupérer les chaussettes de son patient et les lui ramena afin qu'il n'ait pas besoin de claudiquer sur un pied pour venir les chercher.

Le reproche de Romain le fit flipper pourtant alors qu'il se demandait réellement ce qui lui avait pris. Pourquoi ne l'avait-il pas repoussé? Pourquoi n'avait-il pas réagit à l'instant même où il avait empoigné sa chemise? Il avait donné à Romain l'occasion rêvée de penser que peut-être il pouvait être intéressé et bien évidemment, celui-ci lui balançait le truc au visage dès qu'il le pouvait! Non, il ne se posait pas de questions parce qu'il savait pertinemment que seul l'instinct l'avait poussé à agir ainsi. Toutefois, il ne put s'empêcher de répliquer aux paroles de son patient avec un petit sourire. La situation était peut-être gênante, mais après tout, ce n'était qu'un baiser échangé et il n'y avait pas mort d'hommes. Cela relevait davantage du comique que du drame pour Liam.
    « Si je t'avais frappé, j'aurais dû, après, nettoyer tes plaies. Je suis médecin, Romain, je ne frappe pas les gens pour des conneries! » La phrase de Romain concernant sa cheville et le fait qu'il ait pu, peut-être, se faire ça exprès pour venir le retrouver fit sourire Liam, mais celui-ci fut soudainement attiré par la bague qu'il avait au doigt lorsqu'il saisit ses rollers. Fronçant les sourcils, il s'approcha de Romain et saisit son bras afin de s'assurer que la bague était dans le bon doigt. « T'es marié? »
Étonné, Liam avait posé les yeux sur la bague et gardait le bras de Romain entre ses doigts, comme perplexe. Il ne s'était pas attendu à se faire draguer par un homme marié et il espérait que ce n'était qu'une bague ordinaire, bien qu'elle ressemblait étrangement à une bague de mariage. Il laissait son regard dériver entre la bague et Romain, réellement surpris. Ne venait-il pas d'affirmer qu'il était gay? Liam n'avait rien contre les mariages homosexuels et était très ouvert d'esprit, mais il savait bien que c'était illégal en Floride. Sans doute s'était-il marié ailleurs... Ou peut-être avait-il une femme qu'il n'aimait pas? Mais qu'est-ce qui lui prenait à essayer de comprendre la vie de son patient? Il était marié, ça finissait là! À quoi ça servait d'en connaître les détails? Il délaissa le bras de Romain et recula de quelques pas en mettant la paire de chaussette dans ses mains et en reprenant le dossier, secouant la tête légèrement.
    « Pardon. C'est pas vraiment mes affaires. »
Il venait de se rendre compte que sa question n'avait pas lieu d'être et que la discussion et la consultation, par le fait même, étaient finies sans doute. Liam s'était montré trop curieux et il comprendrait que Romain refuse de répondre à sa question. Marié... Wow. Lui-même n'était pas passé par cette case-là et il ne savait pas s'il en aurait eu le courage. S'unir pour la vie alors qu'on sait tous que l'amour ne dure pas toujours, peut-être n'aurait-il pas pu...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Why do you look at me like that? [Romain] ENDED Jeu 11 Fév 2010 - 4:43

Just Can't Get Enough


Il s’agissait bien d’une alliance en or blanc, et elle se trouvait effectivement à l’annulaire de la main gauche. Romain fronça les sourcils à son tour lorsque Liam s’empara de son bras. Il tenta d’un mouvement d’épaule de se soustraire à la poigne du médecin, mais celui-ci ne semblait pas décidé à le lâcher. Il regardait les yeux ronds cette alliance qui trahissait le statut d’homme marié s’adonnant à l’adultère du jeune océanologue.
    « Oui je suis marié. » lâcha Romain d’un ton sec. « Et j’aime mon mari malgré ce qu’il s’est passé et tout ce que tu peux penser ! »
En boitant, Romain traversa la pièce, ses pieds nus claquant contre le carrelage. Il rejoignit la porte qu’il tira, mais il ne la franchit pas. Dans le couloir, il régnait pas mal d’activité. Les médecins s’occupaient des accidentés des urgences, les infirmières couraient dans tous les sens et les patients passaient de temps en temps dans le couloir vers les machines à cafés. Sans chaussures, Romain n’irait pas fort loin dans cette fourmilière grouillante de monde. Claudia n’était pas encore revenue avec ses baskets, sans doute à cause de Django qui devait lui mener la vie dure. Le jeune homme poussa un soupir lasse en réalisant amèrement qu’il était coincé ici jusqu’à ce que son amie daigne arriver. Il n’allait quand même pas sortir de cet hôpital en clopinant les pieds nus comme un vagabond !

Accompagné d’une petite injure qu’il bredouilla à mi-voix, Romain ferma la porte et il s’adossa à celle-ci, faisant face à Liam. D’un petit roulement d’yeux, il indiqua ses pieds nus, faisant comprendre aux médecins qu’il n’irait pas loin sans chaussures. Le jeune océanologue aurait voulu à cet instant précis disparaître de la surface de la terre. Il aurait voulu faire marche arrière et remonter le temps jusqu’à cette fameuse soirée où il était tombé sous le charme du beau brun, et où il avait oublié pour un instant ses promesses faites à David lors de leur mariage. Romain était honteux, et il culpabilisait d’avoir osé voulu tromper son mari. Cela ne lui ressemblait pourtant pas.
    « Ecoute… » dit-il finalement en regardant ses pieds, à la manière d’un gosse triste qu’on viendrait de punir. « Mon mari est en Irak depuis 14 mois et il me manque énormément. On faisait quasiment l’amour deux fois par jour lorsqu’il était là. Aujourd’hui, je suis à la diet depuis trop longtemps. Je suis frustré. Tu n’as pas idée à quel point ! Je déteste croiser des couples et des amoureux qui s’embrassent… je suis jaloux de leur bonheur car moi j’en suis privé ! (Il osa relever les yeux vers Liam et croiser son regard.) Je sais que ce n’est pas une excuse. Et je n’ai pas besoin que l’on me blâme davantage. Je m’en veux déjà suffisamment. »
Romain ne savait pas pourquoi il lui disait cela. Peut-être parce qu’il avait besoin de parler à quelqu’un d’extérieur à sa vie. Il était parfois plus facile de se confier à un étranger plutôt qu’à un ami… même si se confier à Maât n’était pas quelque chose de difficile pour lui.
    « D’habitude… je ne suis pas comme ça… je n’ai jamais été infidèle. Jamais ! Même pas une seule fois en six ans de mariage ! »
Le jeune homme inspira profondément. Il s’humecta les lèvres et enchaîna, son regard toujours plongé dans celui de Liam :
    « Lorsque je t’ai rencontré vendredi soir au bar, j’étais très triste. Il me manquait beaucoup et grâce à toi et à tes conneries, j’ai oublié un moment ma solitude et ma peine. Ce n’était pas pour autant que je devais te sauter dessus, c’est vrai, mais… j’ai eu un moment de faiblesse devant l’homme que tu es. Tu es beau, gentil et tu me fais rire, Liam. C’est le genre de chose qui m’attire chez un homme. Je pense que je me suis bercé d’illusions car ça me plaisait de croire que je pouvais te plaire. » La voix de Romain eut un raté, ce qui trahit une petite envie de pleurer. D’ailleurs, ses yeux brillaient comme s’ils se gorgeaient peu à peu de larmes. « J’avais simplement envie de sexe avec toi. Juste besoin de sentir les mains d’un homme me caresser, et oublier un moment la solitude de mon grand lit vide. J’avais besoin de savoir que je plais encore. Tu n’imagines pas combien ça fait mal d’être loin de lui. »
D’un mouvement du poignet, Romain s’essuya les yeux, empêchant ainsi les larmes de couler. Il cogna plusieurs fois l’arrière de son crâne contre la porte, puis s'écarta. Il conclu d’un ton désolé :
    « Je ne sais même pas pourquoi je te dis ça. Oublie toute cette histoire, veux-tu ? Et oublie jusqu’à mon existence, ça vaudra mieux pour tout le monde. Merci de m’avoir soigné. Tu peux t’en aller maintenant. Je vais attendre que mon amie apporte mes chaussures et après je disparaîtrais. »


Dernière édition par Romain Parker-Walsh le Sam 13 Fév 2010 - 13:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Why do you look at me like that? [Romain] ENDED Sam 13 Fév 2010 - 8:57


Liam porta son regard sur Romain alors que le jeune homme se dirigeait vers la sortie. Il n'aurait jamais dû poser cette question parce qu'il l'avait vexé, il le savait. En même temps, Liam s'intéressait à une situation personnelle sans y avoir été invité et il comprenait que Romain en soit choqué. Il était donc marié... Avec un homme, qui plus est. Liam avait posé une question et il avait eu sa réponse et un simple hochement de tête vint appuyer les propos de Romain. Il ne pensait rien du tout et il n'était pas prêt à le juger puisque lui-même n'était pas parfait. De toute façon, Liam n'était pas du genre à juger sans connaître; il prenait toujours en considération que certaines situations, parfois pouvaient être analysées différemment. Toutefois, lorsque son patient ouvrit la porte, il fut soudainement surpris de voir autant d'agitation dans les couloirs alors que c'était si calme avant qu'il ne pénètre dans la salle d'examen. Ça ne lui faisait pas vraiment envie, déjà, parce qu'il savait bien qu'il ne pourrait pas rentrer tout de suite en neuro' et qu'on le retiendrait de longues minutes encore aux urgences. Les urgences l'intéressaient, mais certains jours, il préférait de loin être au calme dans l'aile réservée à la neurologie.

Il vit pourtant Romain refermer la porte et Liam fronça les sourcils avant de remarquer que le jeune homme n'avait pas pris la peine d'enfiler ses chaussettes et que sortir comme ça dans les couloirs n'était peut-être pas une bonne idée. On pourrait le croire pour un patient en fuite de l'aile psychiatrique, peut-être! Liam eut un léger sourire toutefois en reprenant le dossier de Romain en main, mais la surprise le gagna lorsque Romain commença à parler. Liam n'en avait pas tant attendu de sa part, il avait eu la réponse qu'il voulait et cela semblait lui avoir suffit, mais apparemment, le jeune homme avait besoin de se confier ou du moins, d'expliquer ce qui s'était passé entre eux et pourquoi il avait agit ainsi. Liam fut heureux de constater qu'il semblait s'être calmé et il espérait y être pour quelque chose. Il avait tenté de blaguer un peu afin de détendre l'atmosphère et il se doutait bien que Romain l'avait compris. C'était tant mieux. Il eut d'ailleurs un petit sourire lorsque son patient lui affirma que lui et son mari faisaient l'amour quasiment deux fois par jour avant son départ. Il avait connu ça, aussi. Quand c'était tout nouveau et tout beau, c'était souvent comme ça. D'ailleurs, comme le mari de Romain était un militaire, il ne devait pas le voir souvent et c'était facile de comprendre que lorsqu'ils se voyaient, l'envie était plus forte que lorsque l'on se voyait tous les jours. Même si Liam n'était plus lié à personne depuis un long moment, il comprenait parfaitement la situation dans laquelle était Romain. Lorsqu'Alannah est partie, il aurait eu envie de défoncer le crâne de tous ceux qui semblaient lui rappeler que son bonheur à lui était disparu alors que le leur était bien vivant. C'était stupide, mais c'était comme ça.

Il se rapprocha légèrement de Romain lorsque celui-ci croisa son regard et vint s'appuyer contre la table d'examen, toujours en lui faisant face, les sourcils légèrement froncés.
    « Je comprends. Il doit te manquer beaucoup et l'éloignement est toujours terrible, surtout dans des cas comme celui-ci. »
Liam n'osait pas poursuivre sur le thème de la guerre parce que Romain était déjà certainement au courant que son mari risquait sa vie à tous les jours et que son voeu le plus cher était sûrement de le retrouver en vie et en un seul morceau à chaque fois qu'il revenait. Un an qu'il ne l'avait pas vu... Plus d'un an. Liam ne pouvait que lui lever son chapeau malgré ce qui s'était passé entre eux car il ne savait pas comment il aurait pu tenir, lui. Ce n'était pas facile de voir partir les gens qu'on aime, il en connaissait un rayon là-dessus, mais il comprenait aussi que la situation de Romain s'avérait délicate. Il laissa Romain se vider le coeur et fut surprit qu'il lui lance ainsi des fleurs. Il n'avait pas habitude à ce qu'on lui dise en face qu'il était beau et gentil et ça faisait toujours chaud au coeur, que ça vienne d'un homme ou d'une femme, cela va de soi. Il ne put s'empêcher de baisser les yeux avec un sourire avant de les relever pour croiser de nouveau le regard de son patient.
    « Tu sais... C'était par inadvertance si j'ai pu te faire rire parce que je suis loin d'être comique, ces temps-ci! »
Il faut dire que l'alcool déliait les langues et rendait parfois les gens un peu plus heureux en leur faisant oublier leurs soucis, mais quand même. Ses ennuis avec sa fille et toutes les autres conneries qui lui tombaient sur les bras toutes en même temps avaient le don de le priver d'un sourire. Toutefois, en voyant l'air attristé de Romain et les larmes qui semblaient sur le point de couler, il n'avait pu s'empêcher d'essayer, encore une fois, de ramener la conversation à un sujet moins épineux. Pas que Liam n'était pas intéressé par l'idée de réconforter le jeune homme alors que celui-ci semblait avoir besoin de se confier, mais en même temps, il sentait que s'attarder sur le sujet ne pourrait que le mettre davantage mal à l'aise et il ne voulait pas que ça arrive.

Il eut un léger sourire alors qu'il se relevait pour saisir un mouchoir dans une boîte posée sur le bureau et de lui tendre alors que celui-ci se questionnait maintenant sur le pourquoi du comment il lui avait raconté tout ça.
    « Peut-être parce que ça fait toujours du bien de parler à quelqu'un et que garder tout en dedans nous rend maussade et triste? » Il avait parlé un peu pour lui-même alors que Liam ne se confiait que très peu. Sans doute était-ce là tout le problème puisqu'au lieu de parler, il noyait son chagrin et ses pensées obscures dans l'alcool. « Mais tu sais, tu ne pourras jamais totalement disparaître puisque j'aurai toujours ton dossier médical en ma possession. T'as de la chance, quand même... Tu as ton nom ancré à vie dans nos ordinateurs! »
Un petit rire vint ponctuer ses paroles même si Liam concevait que le jeune homme lui demandait maintenant de quitter l'endroit. Romain était un grand garçon et sans doute pourrait-il attendre tout seul ici un long moment, mais Liam préféra rajouter quelques mots afin de tenter de lui faire abandonner l'idée d'une quelconque culpabilité. Être rongé par les remords n'était pas une bonne chose et ne le serait jamais. Vivre dans le passé n'amenait jamais rien de bon et même si Liam avait encore une difficulté énorme à ne penser qu'au présent et à oublier les évènements passés, il ne pouvait qu'en donner le conseil. Qui a dit qu'on devait écouter et suivre nos propres conseils?
    « Si tu veux me voir partir, je vais partir. Mais je veux simplement que tu saches que je ne t'en veux pas et que je comprends ta réaction. J'aurais sans doute fait pareil à ta place, même si je ne suis pas à ta place, je sais. J'espère pour toi qu'il reviendra vite. Je l'espère sincèrement. Ah oui, j'allais oublier... » Se dirigeant vers le bureau, il en ouvrit le premier tiroir et saisit un petit pot de pommade qu'il ramena à Romain avec un sourire. « Ce n'est qu'un échantillon, mais je pense que tu peux en avoir suffisamment pour quelques jours, le temps que ta cheville ne te fasse plus mal, en gros. N'oublies pas... Si jamais la douleur augmente, reviens. Sur ce, je te souhaite une belle fin de journée. »
Avec un léger hochement de tête, Liam posa le tabouret où il l'avait d'abord pris et referma le tiroir avant de quitter la salle, un dernier regard envers Romain et un léger sourire sur les lèvres. Sa journée, on peut le dire, aurait été palpitante et imprévue.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Why do you look at me like that? [Romain] ENDED Dim 14 Fév 2010 - 8:10

Just Can't Get Enough


A quoi s’attendait-il réellement ? A ce que Liam s’assoit à côté de lui et s’intéresse un minimum à sa vie, afin qu’il puisse vider ce sac de plus en plus lourd à porter à mesure que les jours passaient ? Ils n’étaient pas amis. Le médecin n’avait pas à faire cela, et d’ailleurs, il ne le fit pas. Rapidement, comme s’il se désintéressait de toute cette histoire, et de son cas en particulier (du moins ce fut ainsi que le prit Romain), Liam quitta la pièce, laissant le jeune homme seul avec ses pensées moroses. Romain ne su exactement combien de temps il attendit le retour de Claudia perdu dans les méandres de son esprit tourmenté, mais lorsque celle-ci arriva, il eut la pénible impression d’avoir passé une heure assit sur son derrière.
    « Désolée pour l’attente, mais ton chien m’a mené la vie dure. » se plaignit la jeune femme brune.
    « Je m’en suis un peu douté lorsque je ne t’ai pas vu revenir. Il ne t’a pas mordue au moins ? »
    « S’il m’avait mordue, tu aurais déjà une ribambelle d’avocats au cul ! »
Claudia aida le jeune homme à enfiler ses baskets, puis en s’appuyant sur elle, ils quittèrent l’hôpital. En traversant les urgences, Romain se força à regarder le sol afin de ne pas croiser le regard de Liam si ce dernier se trouvait encore dans les parages. Il était bien décidé à oublier toute cette histoire, jusqu’à l’existence même du jeune médecin qui avait réussi à éveiller un bref instant le désir en lui… désir qui s’était finalement transformé en honte épaisse et visqueuse.

Flashforward
N°1670, apple road
► mercredi 9 février 2011, 21h04


Le berger allemand dormait en ronflant à côté de Romain qui appuyé contre la tête de son lit, se mordait la lèvre inférieure pour ne pas sangloter. Depuis une petite demi-heure, le jeune homme était suspendu au téléphone avec David, son mari. Celui-ci l’appelait d’Irak comme toutes les deux à trois semaines. Romain aurait temps voulu tout lui avouer de ce qu’il s’était passé à l’hôpital cet après-midi afin d'alléger sa conscience, mais il ne le fit pas. Il savait que libérer ce soir sa culpabilité ne ferait qu’énerver David, et le mettre de ce fait en danger. Ce dernier était à la guerre et il avait besoin de toute sa tête et de toute sa concentration. A quoi cela lui servirait-il de savoir que pendant qu'il dégommait du taliban, son cher mari s'excitait pour le premier beau gosse (et accessoirement connard) venu ? A rien !

    « Tu rentres quand ? » demanda d’une triste voix Romain. « Ils n’ont rien dit à la dernière réunion des familles. »
    « J’en sais rien, bébé. Tu sais très bien que ce n’est pas moi qui décide. Ce sont les gratte-papiers à Washington qui ont mon sort entre les mains. »
    « Tu me manques tellement, David. Si tu savais… »
    Romain ne put résister plus longtemps. Les larmes s’échappèrent, libérant avec elles quelques sanglots. Un petit silence s’installa sur la ligne pendant que le jeune homme libérait ses pleures.
    « Toi aussi, tu me manques. »
FIN
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Why do you look at me like that? [Romain] ENDED

Revenir en haut Aller en bas
 

Why do you look at me like that? [Romain] ENDED

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Alentours :: Baptist Hospital-