AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 CAN YOU ERASE THE PAST ♦ delilah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: CAN YOU ERASE THE PAST ♦ delilah Jeu 4 Fév 2010 - 12:06

can you erase the past ? ♣
STARING
♣️ delilah portsmith and.
presley clyde






Il y a des jours où l’on se sent tellement débordé que l’on a la sensation de ne pas pouvoir glander une seule seconde dans la journée. Et bien c’était l’une de ces journées pour Presley. S’étant levée très tôt pour arriver à sa boutique pour régler quelques soucis de paperasse, une tâche dont elle se serait joyeusement bien passé, mais maintenant qu’elle avait prit la responsabilité de devenir son propre patron et de gérer également aussi bien des employés parfois très emmerdants, que des clients plus qu’exigeants. Elle regrettait d’ailleurs amèrement d’avoir engagé Janice, une petit emmerdeuse de première, non seulement elle se permettait des retards assez régulièrement, mais en plus elle n’était pas forcément d’une oreille très attentive avec la clientèle. « le client est roi. » ne semblait pas lui parler plus que ça, elle en venait à se demander si elle n’avait pas menti sur son CV, décidant qu’il était temps de mettre fin à une telle mascarade, elle s’employa à vérifier très scrupuleusement ses références, choses que son assistante avait du faire par ailleurs, mais qui sait ? Après tout l’erreur est humaine, si elle était exigeante avec ses employés, elle était tout de même consciente qu’ils n’étaient pas des machines, qui pouvait très bien leur arriver de se planter. Ainsi si un détail avait échappé à sa jeune assistante, elle ne lui en aurait pas tenu rigueur, bien trop heureuse de pouvoir virer Janice. Mais rien, apparemment elle avait été d’une honnêteté irréprochable, elle était seulement négligente ici. « Prouve Charmes » était son bébé, il était évident qu’elle ne laisserait pas une petite opportuniste gâcher tout ça. Il était temps de mettre les points sur les « i » et elle ne comptait pas mâcher ses mots. Elle était bien sur consciente que son jeune âge la discréditait souvent. Ses employés avaient tendance à ne pas la prendre très au sérieux, du haut de ses vingt ans, ils ne la considéraient pas apte à gérer une entreprise comme celle-ci seule, persuadé que tout avait été simple pour elle qui n’avait eu qu’à attendre l’héritage de papa. Néanmoins elle relativisait les choses, de tout temps et pour toute raison l’être humain trouvera matière à cracher sur le dos des autres, elle n’échapperait pas à la règle, seulement ils devaient se plier à ses règles ici, et elle s’apprêtait à leur rendre la vie plus qu’impossible. Attendant que tout les employés soient enfin arrivés, elle nota les dix minutes de retard de Janice sur son carnet, avec tous ces précédents retard. Les réunissant tous dans l’arrière boutique, elle avait beau leur adresser un sourire avenant, elle n’allait pourtant pas jouer les mère poule avec eux. « Bonjour à tous, je vois que beaucoup se la coule douce à présent n’est ce pas ? » son regard s’était bien sur dirigé vers la sulfureuse Janice. « si j’ai toléré ça les premiers mois, ça a néanmoins intérêt à s’arrêter immédiatement. Vous ne décidez de rien, je peu briser vos vies et vos carrières en un claquement de doigt. Oui je suis qu’une gosse de riche capricieuse qui a hérité bien gentiment de son papa. Effectivement c’est mon cas, et non le votre, vous êtes encore mes employés, et si vous avez envie de dire des saletés sur mon dos allez y, j’en ai strictement rien à faire, croyez bien que vos petites vies m’importe peu. En revanche votre travail lui m’importe, vous n’être pas indispensable, vous êtes remplaçable, tous autant que vous êtes ne l’oubliez pas. Alors vous avez intérêt à vous bougez le cul, ou c’est la porte. Suis-je bien clair ?!! » son regard s’était fait plus sombre, même si intérieurement elle jubilait, elle n’avait rien de particulier à leur encontre, mais ne supportait pas leur oisiveté, elle ne supportait pas d’être prise pour une incapable et que l’on puisse si ouvertement se foutre d’elle. Elle avait remit les pendules à l’heure et se défouler de la sorte fut complètement satisfaisant pour la jeune fille. Ceci dit elle n’en avait pas fini, retenant Janice par le bras, elle s’adressa à elle avec condescendance « plus de retard Janice, je vais d’ailleurs retenir une semaine sur ton salaire. En quelques mois tu as explosé le compteur, si tu tiens à cet emploie, si tu tiens à faire éventuellement une carrière honorable, je te conseil de pas trop m’énerver. Maintenant prends ton plus beau sourire, et quoi que les clients te demandent répond à leur demande, plus de conversation avec Jason, plus de regard déplacé, si tu veux le draguer tu le fais ailleurs que dans la bijouterie. À la prochaine erreur tu pourras t‘inscrire à l‘ANPE. » sa voix était si douce qu’il était difficile de s’imaginer qu’elle était complètement sérieuse. Si elle n’était pas particulièrement autoritaire dans sa vie de tout les jours, à son travail elle avait apprit qu’il était nécessaire de se montrer bien plus pointilleuse. Elle décida ensuite de s’octroyer un jour de congés, histoire de rééquilibrer la balance avec toutes les heures supplémentaires qu’elle avait du faire à cause de leur incompétence. Donnant quelques consignes à son assistante, elle partit finalement chez elle. À bord de son vieux Hummer, il était évidement assez difficile de l’imaginer propriétaire d’une bijouterie de luxe, mais qu’importe, elle n’avait pas changé pour autant, et ne montrait pas ostensiblement l’épaisseur de son porte feuille. Arrivée à Ocean Grove elle se souvenu que le réfrigérateur n’avait pas été remplit depuis un bout de temps. Il fallait donc qu’elle passe à la petite épicerie du coin. Garant sa voiture non loin de là, elle s’y rendit, le sourire radieux, se demandant ce qu’elle pourrait bien faire de sa journée. Alors qu’elle déambulait dans les rayons, elle s’imaginait déjà rejoindre Sloan après son travail, si elle passerait surement toute la journée à attendre ce moment ça ne lui importait peu, elle savait qu’elle aurait à faire chez elle. Et l’avantage à sortir avec un maître d’école, c’était sans doute les horaires, il ne finissait pas à des heures impossibles et elle savait parfaitement qu’il se passerait volontiers d’heures supplémentaires en compagnie d’enfant, les heures d’études et tout ça, ce n’était pas pour lui et elle le savait. L’ironie entre son travail et le fait qu’il n’appréciait pas particulièrement les enfants, l’amusait d’ailleurs, il était tout de même assez rare de voir ça. Vacillant toujours dans les rayons un peu perdu dans ses pensées, elle reconnu cependant un visage familier un peu plus loin, rayon laitage si l’on souhaite être pointilleux sur les détails. La jeune femme fut autrefois son amie, l’une des seules à l’époque d’ailleurs. Cela remontait à tellement loin qu’elle ne pensait même plus à ce qui avait pu les séparer, se rendant immédiatement près d’elle le sourire aux lèvres définitivement heureuse de la revoir. « Salut, je ne savais pas que tu étais de retour à Ocean Grove, tu vas bien ? » ne se souciant nullement de savoir si elle, avait décidé d’oublier ou non, elle prenait le risque de se prendre une bonne claque en pleine figure. Il s’agissait certes d’une image, encore que c’était peut être bien possible.





_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: CAN YOU ERASE THE PAST ♦ delilah Jeu 11 Fév 2010 - 22:00

    Depuis qu'elle était revenue à Ocean Grove, Delilah devait faire face à une toute nouvelle vie à laquelle elle n'était pas habituée... Une vie seule. Personne ne l'attendait lorsqu'elle rentrait tard le soir, après un long shift éreintant chez Mario. Aucune odeur de repas tout fraîchement préparé n'embaumait les lieux; aucune musique d'ambiance ne troublait l'espace des pièces et aucune voix ne s'élevait pour la saluer non plus. Quand elle rentrait, c'était pour se retrouver seule; elle laissait généralement échapper un long soupir de lassitude et lâchait son sac à main dans l'entrée avant d'aller attrapper quelque chose dans le frigo qui puisse caler son estomac. Et pour ceux qui connaissent Delilah, ils savent qu'elle préfère être entourée, elle a comme un besoin permanent d'être en compagnie de quelqu'un, comme si se retrouver seule était trop dur pour elle. Pourtant, depuis son retour c'était bien ça qu'elle vivait. Elle en arrivait presque même à vouloir retourner en Californie, alors que sa place était ici, en Floride! Seulement depuis que ses parents avaient disparu de la circulation, et que ses rares amis d'enfance avaient refait leur vie; la jeune fille se sentait comme étrangère. Et elle avait horreur de ça, elle avait besoin de sentir qu'elle appartenait à un monde, à ce monde!
    C'est pour l'une de ces raisons qu'elle avait décidé de combiner deux petits jobs. Pour être en permanence au milieu des gens et le moins souvent chez elle; et pour se tenir occupée. Depuis 2 semaines, elle affilait d'ailleurs les heures supp' comme une folle. Lorsqu'elle avait terminé de travailler en tant que vendeuse dans cette petite boutique d'antiquités qu'elle avait trouvé, elle courrait chez Mario, nouait son tablier autour de sa taille et servait les habitués qui venaient passer un moment dans le vieux bar de son ami. Sa maison ne lui servait que de toit pour dormir; littéralement. Elle n'y rentrait que très tard dans la nuit, se couchait et resortait le lendemain matin dès huit heures après avoir engloutit un verre de jus de fruits et une tartine beurrée.
    Cet après-midi toutefois, elle était vraiment sur les rotules, tenir ce rythme de vie était une réelle épreuve et ses deux patrons avaient bien vu qu'elle commençait à ne plus suivre. Mario lui avait donc donné deux soirées de libres et sa patronne à l'antiquité l'après-midi du samedi à elle. Elle avait donc casiment tout un week-end pour elle, et après avoir dormit toute la matinée, elle s'était levée en pleine forme. C'est en descendant dans la cuisine qu'elle se rendit compte de l'ampleur des dégâts. Elle qui s'était imaginer prendre le petit déjeuner sur la terrasse dut se résilier à mettre fin à son petit projet plaisir; et pour cause, à force de s'être nourrie à droite à gauche, la majorité de ce qu'elle avait dans le frigo avait périmé. Son pain de mie était lui aussi passé et la brique de jus de fruits qu'elle avait remis dans la porte du frigo par erreur le jeudi matin, était encore là: vide. Elle ferma les yeux et jura devant son manque d'organisation. Tout ce qu'il lui restait à faire, c'était s'habiller et sortir aller faire les courses si elle ne voulait pas se retrouver à manger des légumes tout flêtris. Elle jeta donc la brique et tous les produits périmés à la poubelle et monta se doucher et se changer. Pas besoin de se mettre sur son 31, elle n'allait pas au centre commercial ou même dans une grande surface. Elle enfila un vieux jean et le premier haut qu'elle trouva et sortit de chez elle, direction l'épicerie locale. Elle était bien située, ni trop loin ni trop près de chez elle, et était bien approvisionnée, ca ferait amplement l'affaire pour aujourd'hui.
    Lorsqu'elle poussa la porte de l'épicerie, une fraîche odeur de produits frais vint lui titiller les narines et elle sourit. Le fait de voir des gens la mettait également de bonne humeur. Ils ne la connaissaient peut-être pas tous, mais un simple sourire poli de leur part avait le don de redonner le sourire à la jeune fille. Puisqu'elle vivait la plupart du temps seule, la moindre présence d'une tierce personne la contentait. Même le vieux chat de sa voisine, qui s'introduisait chez elle tard le soir pour réclamer son bol de lait lui mettait du baume au coeur; c'ets pour dire si venir dans cette épicerie était un plaisir pour elle. Elle rendit son sourire au propriétaire et attrapa un panier avant de parcourir les rayons. Elle n'avait pas de liste, à quoi bon faire une liste de ce qu'on a besoin lorsqu'on a besoin de tout, justement? Elle se fit donc plaisir et déposa au fond de son panier les produits qui lui faisait envie; son compte en banque n'était pas à sec, elle n'avait donc aucune raison de se priver; et ce nouveau yaourt grec avec du miel lui faisait justement de l'oeil! Elle en regarda à peine le prix et se raidit soudainement sur place lorsqu'une voix féminine dans son dos s'adressa à elle. « Salut, je ne savais pas que tu étais de retour à Ocean Grove, tu vas bien ? ». Delilah se retourna lentement et se retrouva nez à nez avec un sourire rayonnant qu'elle aurait reconnu parmi des milliers tant elle le connaissait. Et pourtant, devant l'engouement visiblement important de la brune, Delilah n'esquissa qu'un sourire poli; c'était vraiment tout ce qu'elle pouvait lui offrir à cet instant. Le pot de yaourt toujours dans les mains, elle se rendit compte qu'elle le serrait anormalement fort et se détendit lorsqu'elle se rendit compte de combien elle s'était contractée à cause de la jolie brune. "Salut Presley..." se contenta t-elle de dire en retour. Ca faisait des années qu'elle ne l'avait plus vu et elle dut la regarder de la tête aux pieds pour voir combien elle avait changé, combien elle avait grandit et combien elle était devenue une vraie petite femme maintenant. Rien à voir avec l'adolescente qu'elle avait connu autrefois si ce n'est son visage toujours aussi fins et ses yeux toujours aussi éclatant de vie. Delilah s'éclaircit la gorge et déposa son yaourt dans son panier avant de le repositionner correctement sur son avant bras. Pourquoi était-elle si peu enthousiaste à la vue de celle qu'elle avait associé à sa petite soeur, il y a de ça 5 ans? C'était simple, un large différent; surtout du côté de "l'aînée".... Presley et elle cotoyaient la même bande de petits merdeux à l'époque et Delilah voyait en la petite brunette une véritable soeur, étant donné son jeune âge, elle était le bébé du groupe et Delilah l'avait en quelques sortes pris sous son aile. Elles étaient réellement complices; elles faisaient toutes les conneries de la bande ensemble, jusqu'à cette nuit où Presley n'était pas venue, jusqu'à cette nuit où Delilah s'était retrouvée seule à attendre sa bande de copains lorsque ces derniers braquaient une petite épicerie du même genre que celle où elles se trouvaient à cet instant précis. La comparaison aurait pu faire sourire Delilah si elle ne lui en avait pas tant voulu de s'être défilée ainsi... "Je ne savais pas que tu étais toujours à Ocean Grove..." . Son ton était plus froid qu'elle ne l'aurait voulu mais elle n'avait pas pu le moduler autrement. Elle était idiote de réagir comme ça, et pourtant, elle ne savait pas bien comment faire d'autre...
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: CAN YOU ERASE THE PAST ♦ delilah Ven 19 Fév 2010 - 10:48



Presley avait cette petite part d’innocence, qui lui permettait encore de croire que le temps pouvait effacer les rancunes passées. Et pourtant nous sommes bien là en présence d’une très grande rancunière, mais elle pouvait également se montrer naïve au point de croire que tout le monde lui avait pardonné son attitude d’antan. Comme si son parfait sourire angélique était capable d’effacer le souvenir de ce qu’elle avait pu dire ou faire. Pourtant elle ne pensait pas de cette manière sa logique était beaucoup plus simple, à ses yeux Delilah était une amie, elle en était certes moins proche que quelques années en arrière, mais elle demeurait une amie. Donc elle devait en être au même point qu’elle, seulement la jeune femme avait vécu les choses bien différemment. On pouvait dire qu’elles s’étaient rencontrées dans un environnement à part. Lorsqu’elle était adolescente, Presley avait presque prit la décision de foutre sa vie en l’air, si cela n’y ressemblait pas complètement, vu ses agissements s’en était pas loin. Delilah faisait partit de cette même bande dans laquelle elle se sentait un peu mieux, elle se sentait en quelque sorte existait près de ses « amis ». Si l’on pouvait appeler ça comme ça, des personnes qui font ressortir le pire de vous-même ne peuvent être des amis. Mais Delilah était différente, douce, plus attentive, presque maternelle, elle s’était rapidement sentit proche de la jeune fille se fiant à elle. La prenant totalement comme exemple, elle avait pour la première fois depuis longtemps, la sensation d’avoir une famille et ce n’était pas rien, surtout dans un monde comme celui-ci. Néanmoins c’était si loin d’elle, de celle qu’elle était maintenant, elle se sentait tellement épanouie dans sa vie, quelques fois un peu compliquée, mais c’était ce dont elle avait besoin pour apprécier les moments les plus simples. Sans doute qu’une étreinte aussi agréable soit-elle n’aurait pas la même importance si elle survenait sans raison, que si elle s’avérait être réconfortante. A ses yeux ce passé était oublié, pas son amitié avec la jeune femme, mais bien tout le contexte autour. Mais encore une fois c’était sans doute une grosse erreur. « Salut Presley... » sa froideur la laissa perplexe, sur le moment Presley ne comprenait pas vraiment la raison d’une telle réaction, presque d’une telle indifférence. Elle qui avait manifesté une joie non dissimulée à l’idée de revoir son amie, se sentait légèrement rejetée. Elle ne lui en tenait pourtant pas rigueur attendant de comprendre sans doute, être certaine qu’elle n’allait pas lui faire la surprise de se jeter dans ses bras. Mais elle avait beau attendre rien ne se produisait, ses gestes semblaient brusques, sa mâchoire se crispait, de toute évidence elle n’était pas heureuse de la revoir. « Je ne savais pas que tu étais toujours à Ocean Grove... » Ouvrant de grands yeux de surprise, Presley resta béate un instant devant la jeune femme. Se demandant si elle devait prendre sa réponse pour une « attaque ». Elle se rappelait bien évidemment de tout, pour la première fois c’était elle qui avait abandonné une amie, cela ne lui ressemblait pas bien sur, mais c’était bel et bien ce qui s’était produit. Au début elle passait la plus part de son temps avec elle, ce n’était pas les idiots au QI de moule et à la répartie aussi aiguisée que celle d’un légume qui la poussait à rester dans la bande, non c’était seulement elle. Et Presley avait eu la chance qu’elles attendaient toutes les deux, elle était tombée sur quelqu’un de bien, peut être un peu compliqué, voir beaucoup à vrai dire, mais il voulait son bien. Il l’avait poussé à donner le meilleur d’elle-même, peut être que cette idylle ne l’avait pas conduite qu’à faire des choses bien, elle s’en apercevait maintenant. Alors qu’autrefois elle avait placé le jeune homme et leur histoire sur un piédestal, elle se rendait compte progressivement de sa bêtise. Il n’avait rien de l’homme parfait, cela n’existe pas de toute manière, mais c’était sa façon d’aimer, peut être sans compter, sans trop de limite, elle se donnait à 100%, elle avait une confiance aveugle. Elle aimait peut être dans la démesure, aveuglement, mais pouvait-on réellement contrôler ses sentiments ? Pas vraiment, si elle avait voulu se contrôler avec Sloan, ce qu’elle ne lui montrait pas, existait pourtant, si elle tentait de pas trop envahir son espace, le sien n’était que pour lui ou presque. Heureusement avec les années elle avait apprit à se maitriser un peu de ce côté-là, mais elle l’idolâtrait et ne le niait pas, ce n’était pas sain, et elle le savait, son monde risquait à tout moment de s’écrouler, mais qu’importe. Alors oui à cette époque aussi elle avait dédié son univers à ce jeune homme qui en avait fait autant pour elle. Mais elle en avait oublié son amie, sa véritable amie, elle l’avait abandonnée. La laissant seul avec ces idiots, pour finalement partir d’Ocean Grove. Si les regrets ne l’avaient pas hantés jusque là, pensant que tout le monde pouvait comprendre, en entendant le ton glacial de la jeune femme, elle avait compris. Non elle n’était pas pardonnable tout ça parce qu’elles étaient amies, parce qu’il s’agissait du passé, ou parce que tout le monde devait comprendre que son histoire d’amour était d’une importance capitale à ce moment là. Elle avait deux solutions, soit continuer sous cette attitude un peu désinvolte, soit peut être était-il préférable d’aller droit au but. « J’aurais pas du partir je le sais, mais c’est loin maintenant tout ça, non ? » Même si elle parvenait à soutenir son regard, le sien demeurait quelque peu fuyant, un peu craintive de sa réaction, il fallait l’admettre, elle ne se sentait pas vraiment de se prendre un yaourt en pleine figure, même s’il s’agissait de son préféré. « ça me fait sincèrement plaisir de te revoir. » il était certain que le contexte changeait radicalement, tranquillement à faire des courses dans une petite épicerie, qu’elles auraient sans douter braqué à cette époque, sobres, elles étaient bien différentes …





_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: CAN YOU ERASE THE PAST ♦ delilah Mer 19 Mai 2010 - 0:40

    Elle était idiote de réagir comme ça, vraiment idiote, elle le savait et pourtant, une partie d'elle n'arrivait pas à raisonner normalement. Elle n'arrivait pas à tirer un trait sur ce qu'il s'était passé. Elle aimait dire le contraire, elle aimait aussi le penser, penser qu'elle avait grandit et oublié le passé durant les 4 ans qu'avait consitué son absence; mais la petite boule de rancoeur qu'elle avait au creu de l'estomac et qu'elle avait tenté d'oublier depuis tout ce temps refit surface lorsqu'elle croisa le regard noisette de Presley ce jour-là. Et d'elles deux, c'était bien elle l'aînée pourtant, c'était elle qui aurait dû avoir une réaction plus mûre, plus adaptée à son âge; hors là, c'était bien la jeune Presley qui se comportait en adulte; Delilah avait toujours la machoire serrée et les muscles tendus, prête à bondir si elle ne se contenait pas. Elle n'était pas du genre violente cela dit, elle n'avait même jamais levé la main sur quiconque, si bien que cette attitude la surprit elle-même. Presley et elle avaient été, il y a de ça bien des années, aussi soudées que les doigts d'une main; c'était tout du moins ce que Delilah avait cru durant son adolescence, elles avaient été embarquées dans le même genre d'histoires tordues et sombres, avaient fréquenté les mêmes personnes, avaient vécu de la même façon; elle avait été la petite soeur que Delilah n'avait jamais eu, elle l'aurait protégé de tous les vices si il y avait eu besoin, elle l'aurait fait et elle s'était imaginée qu'il en valait de même pour la jolie brune. Mais elle avait manqué à l'appel un soir où tout aurait pu déraper, un soir où leur connerie, à elle et sa bande de caïds, aurait pu coûter la vie au gérant d'une petite épicerie tranquile s'il n'avait pas voulu coopérer. Presley aurait dû être là mais elle n'avait pas montré le bout de son nez et la grande blonde s'était retrouvée seule, submergée par une bande de mecs sur-excités et en manque de drogue... A plusieurs reprises Delilah s'était dit que Presley avait eu raison de ne pas venir, qu'elle avait eu de la chance de trouver un homme pour la sortir de là; oui, elle le pensait de temps en temps, et il lui arrivait même de remercier le ciel qu'elle n'ai pas été là, au moins, elle n'avait pas risqué une fois de plus sa vie ce soir-là... Mais le sentiment d'abandon et d'amertume demeurait toujours et depuis, un réel fossé s'était creusé entre les deux jeunes filles. Delilah releva le menton d'un faux air hautain lorsque Presley prit la parole: « J’aurais pas du partir je le sais, mais c’est loin maintenant tout ça, non ? ». Son ton n'était en rien moralisateur, las ou même rancunier, il ressemblait plus à une excuse et ce seul constat glaça d'effroi le sang de la tumultueuse blonde. Elle resta stoïque en apparence alors qu'au fond d'elle, une multitude d'émotions différentes livraient bataille. Elle ouvrit la bouche pour répliquer mais rien, aucun son ne sortit, elle était scotchée. Alors elle aussi, malgré tout ce temps, elle pensait encore à cette soirée? Delilah s'était mis en tête que la jolie brune n'y pensait plus, qu'elle avait même oublié avoir un jour fait partie de cette bande de paumés; elle ne lui en aurait pas voulu puisqu'elle-même avait vécu 4 ans en les oubliant. Durant toute son absence, elle n'avait vraiment pas pensé à eux, ce n'est qu'en remettant les pieds ici, là où tout avait commencé, que les souvenirs étaient revenus; certains confus, certains déformés, mais toujours là, au fond d'elle, au creu de son estomac et circulant dans ses veines. Il n'y avait pas un endroit dans ce quartier où elle n'avait pas de souvenir, ni même dans cette ville; elle la connaissait presque par coeur et avait eu le temps d'en faire le tour durant son adolescence. Mais c'était ce qu'elle avait voulu en revenant ici; pouvoir renouer avec son passé, sur lequel elle pensait avoir définitivement tiré un trait, pouvoir remettre les pieds dans ce quartier où elle avait grandit, revoir les gens qu'elle avait connu, se racheter auprès de ceux qu'elle avait blessé et repartir sur de bonnes bases avec les autres... Repartir sur de bonnes bases... « Ca me fait sincèrement plaisir de te revoir. ». Elle se pinça les lèvres mais ne répondit toujours rien; bien trop tiraillée par l'envie de tout pardonner et celle de continuer sa route. Mais en serait-elle seulement capable? Maintenant qu'elle l'avait revu, pourrait-elle réellement passer son chemin et faire comme si Presley n'existait plus? Pas si sûr. Son regard clair sonda la jeune fille face à elle et elle déglutit enfin, ravalant cette stupide boule de colère qui lui étranglait la gorge. Elle soupira et leva les yeux au ciel, non pas parce qu'elle était fatiguée par sa présence ou qu'elle n'en n'avait rien à faire de ce que la jeune fille lui disait, mais bien parce que son comportement enfantin était ridicule. Elle ne pouvait pas continuer à en vouloir à la jeune fille pour avoir préféré sauver sa peau tant qu'il en était encore temps! Un petit sourire en coin vint étirer ses lèvres et elle haussa une épaule: "Tu as raison, c'est derrière nous tout ça... Mais ca me paraît encore si frais." répondit-elle en soupirant brièvement, un léger voile venant déformer sa voix. Toute leurs petites histoires lui était revenues en tête en voyant le visage de la jeune fille; et bien que tout ça ne remonte à plus de 4 ans, cette soirée-là faisait partie des rares que Delilah ne pourrait jamais complètement oublier. "Je suis contente de te voir aussi, tu n'as pas vraiment changé, et pourtant tu sembles... différente". Delilah jaugea à nouveau la jeune fille, essayant de voir par elle-même ce qui avait changé. Elle fut incapable de dire quoi, Presley semblait tout simplement plus mûre; adieu la jeune fille de 15 ans avec qui elle faisait les 400 coups, adieu et pourtant elle retrouvait toujours des petits traits taquins caractéristiques à son visage. "Comment vas-tu? Qu'est-ce que tu es devenue?", lui demanda t-elle d'un ton plus chaleureux, en donnant un petit coup de menton en direction d'un autre rayon, histoire qu'elles ne restent pas plantées devant le rayon yaourts trop longtemps. Delilah avait choisit de revenir, malgré la difficulté de la chose, et renouer des liens avec Presley devait certainement être l'une des raisons pour lesquelles elle avait voulut rentrer; elle n'en n'avait pas conscience à l'époque, lorsqu'elle avait fait sa décision, mais maintenant que leurs routes s'étaient recroisées, il lui semblait plus évident qu'elle avait contribué à son retour, sans le savoir. Après tout, elle ne pouvait pas effacer tous les souvenirs fous et déjantés qu'elles avaient en commun et elle aurait été bien hypocrite de continuer à la haïr pour une faute qu'elle n'avait pas vraiment commise.
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: CAN YOU ERASE THE PAST ♦ delilah Jeu 10 Juin 2010 - 14:43



« Tu as raison, c'est derrière nous tout ça... Mais ca me paraît encore si frais. » La brunette pouvait le nier et se mentir à elle-même, en réalité, tout ça n’était pas si loin à ses yeux non plus. Malheureusement elle n’avait pas réussit si bien que ça à enterrer ses erreurs de jeunesse qui demeuraient très vivace -parfois trop- dans sa mémoire. Elle avait pourtant fait le ménage dans sa vie, ce n’était pas du luxe il fallait l’avouer. Devant absolument évoluer, si elle était parfaitement capable de gérer sa vie, elle ne le faisait peut être pas toujours de manière responsable. Trop de difficultés à gérer pour ses jeunes épaules, et pourtant motivée par l’arrivée de Sloan dans sa vie, elle avait réussit à se booster comme jamais. Mûrir n’était jamais chose facile, mettre un pied devant l’autre chaque matin en tentant de mettre de côté ses soucis pour aller travailler tout les jours sans rechigner, devoir s’occuper d’un tas de factures s’amoncelant que trop rapidement. Jamais elle n’aurait imaginé qu’à cet âge là elle serait responsable d’autant de choses. Enfant, elle était persuadée qu’à l’aube de ses vingt et un ans, elle serait encore là à faire la fête à profiter des soirées étudiantes et de l’argent de papa et maman. Pourtant cela faisait déjà presque cinq ans qu’elle vivait telle une adulte, et elle donnerait tout par moment pour pouvoir retrouver un peu d’insouciance. Seulement cela voulait dire laisser tomber certaines personnes qui comptaient sur elle, et ça, elle ne se le permettrait jamais.
Mais elle était rassurée en croisant le regard de la jeune femme, en observant son petit sourire, si elle n‘y avait pas immédiatement pensé, le fait que la rancœur passé ait subsisté dans son cœur, l‘angoissait « Difficile de tout oublier .. » Et pour cause, les mauvais souvenirs étaient étrangement les plus difficiles à oublier. Si l’on pouvait parfois batailler pour se souvenir d’un nom, d’un endroit, une simple odeur synonyme de moments heureux. Les détails reliés aux instants les plus noirs, étaient quand à eux gravés au fer rouge dans sa mémoire, réalisant également qu’elle n’était pas un cas isolé de ce côté-là. Il s’agissait malheureusement d’une généralité, certain semblait pourtant les dissimuler avec beaucoup d’adresse, hors pour elle c’était beaucoup plus difficile. Cacher ses émotions était mission impossible, il fallait être idiot pour ne pas comprendre le cheminement de ses pensées lorsque l’on plongeait un regard attentif dans ses grands yeux expressifs. « Je suis contente de te voir aussi, tu n'as pas vraiment changé, et pourtant tu sembles... différente » Elle fut quelque peu surprise, elle ne s’était pas vraiment vu changer, que cela soit physique ou autre chose qu’importe. Elle n’avait pas vraiment eu le temps de se poser pour regarder derrière elle et faire la comparaison, c’était une évidence pour elle. Pourtant c’était si frais dans ses souvenirs qu’elle avait presque du mal à réaliser qu’elle n’était plus la même. C’était comme si la brunette demeurerait cette adolescente désillusionné en quête d’attention, une petite rebelle au cœur tendre. La jeune femme n’avait jamais été de ceux qui se pensaient au dessus des lois, ou supérieur à qui que ce soit, bien qu’elle en ait donné l’impression dans ses agissements. Elle estimait ne pas avoir eu vraiment le choix, c’était son seul moyen de s’en sortir, du moins c’était une théorie qui lui semblait logique à l’époque. A présent qu’elle pouvait réfléchir elle réalisait à quel point elle avait pu être à côté de la plaque. Observant son amie avec plus d’attention, elle s’aperçut des années qui les avaient séparées. Du temps qui les avait changé pourtant elle ne se sentait pas plus éloignée de son amie pour autant. « Je ne sais pas si je suis si différente que ça, je l’espère en tout cas. Et je peux en dire autant de toi. » Un petit sourire s’étirant sur ses lèvres, elle pouvait aussi lui dire à quel point elle l’admirait toujours autant. Elle se rappelait si facilement de ce sentiment de sécurité et d’admiration qui l’avaient envahis lorsqu’elle fit sa connaissance. Plongeant alors son regard dans ses magnifiques yeux bleus qu’elle lui enviait. La brunette se laissa submerger par les souvenirs qui remontaient à la surface. « Comment vas-tu? Qu'est-ce que tu es devenue? » Grande question, autrefois elle préférait éluder la question mais à présent elle se rendait compte à quel point elle pouvait être fière de sa vie. Se dirigeant vers un autre rayon qu’elle venait de lui indiquer, elle évita soigneusement un enfant qui semblait plus absorbé par la glace qu’il tenait entre ses mains que par son trajet. Tellement de choses avaient changés depuis qu‘elle ne savait pas par où commencer. Lui dire qu‘elle était techniquement veuve -bien qu‘à nouveau en couple- et orpheline, ne serait sans doute pas la meilleure façon d‘entamer ces retrouvailles. « Hmm et bien je suis une toute jeune chef d’entreprise, enfin je crois. Vive l’argent de papa et maman avec lequel j’ai pu monter ma bijouterie .. » D’un ton enjoué bien qu’amusée, elle ne s’attribuait pas vraiment le mérite de cette réussite bien qu’elle n’ait jamais touché à l’héritage de ses parents pour sa bijouterie, mais de ce qu’elle avait gagné. Mais lui dire comment ne serait pas non plus une bonne idée. Néanmoins elle était fière de son nouvel emploi et n’avait pas envie de passer cela sous silence. « Enfin, il s‘est passé tellement de choses qu‘il me faudrait des heures pour tout te raconter. Et toi alors raconte moi ! Et puis, depuis quand es-tu ici ? » Elle ne l’avait pas vu auparavant, mais peut être était-elle ici depuis plus longtemps qu’elle le croyait. Réalisant rapidement à quel point elle pouvait être heureuse de la retrouver, elle espérait au moins que cela soit sincèrement son cas aussi. Elle espérait sans doute pouvoir retrouver le temps perdu, si c’était bien possible ..



_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: CAN YOU ERASE THE PAST ♦ delilah Lun 21 Juin 2010 - 17:33


    Delilah écoutait avec un intérêt tout particulier ce que lui racontait la jeune fille. Elles déambulaient sans réel point fixe à travers les rayons de la supérette et la grande blonde ne put s'empêcher de hausser les sourcils, sincèrement étonnée du parcours que la brunette lui racontait. Alors elle avait monté sa propre entreprise? Elle en fut stupéfaite, non pas qu'elle remettait en question les capacités de la jeune fille à réussir dans la vie; après tout, elle la savait suffisamment forte pour se tirer de grosses galères, alors pourquoi pas pour créer et faire tourner une bijouterie à son nom? Mais plutôt parce qu'elle n'avait pas perdu de temps et malgré son jeune âge elle avait déjà une vie bien remplie et haute en couleurs. Peu de jeunes filles de son âge pouvaient se vanter d'avoir si bien réussit et un petit sentiment de fierté gonfla le coeur de Delilah; si, elle avait beaucoup changé durant ces quelques années. Qu'avait-elle fait de spécial elle, en revanche? Qu'avait-elle fait de sa vie depuis qu'elle avait quitté Miami il y a de ça 4 ans?
    Elle attrapa un paquet de gateaux apéritifs et les mit dans son panier d'un geste nonchalant avant de se pincer légèrement les lèvres alors que la jolie brune lui retournait sa question. Que pouvait-elle bien lui raconter? Elle n'avait pas l'impression d'avoir réussit sa vie autant qu'elle. Elle n'avait pas de grand boulot et bien que son statut de vendeuse dans une petite boutique d'antiquités lui convenait, elle avait maintenant l'impression que ca ne représentait pas grand chose comparé au parcours de son amie. "Oh moi? Et bien pour commencer, je suis en ville depuis quelques jours à peine, la Californie c'est bien sympa mais Miami commençait sérieusement à me manquer, et puis j'ai des gens à voir ici, des choses à faire. D'ailleurs j'ai trouvé un petit job dans un magasin d'antiquité, rien de bien fameux mais je ne m'en plains pas." lui confessa t-elle. Il fallait dire qu'elle ne travaillait pas vraiment pour gagner sa vie vu que son compte en banque était déjà plein à craquer. C'était plus un passe-temps, une activité comme une autre pour se réintégrer à la vie en Floride, pour se mélanger aux autres habitants, parmi lesquels elle ne connaissait plus grand monde. La ville avait changé durant son absence, ses amis s'étaient tous exilés aux 4 coins de l'Amérique et maintenant qu'elle était de retour, il fallait bien qu'elle vive normalement comme les autres pour s'intégrer à cette nouvelle vie. Cette nouvelle ancienne vie. C'était étrange. "Oh! Et je travaille aussi chez Joe, je ne sais pas si tu te rappelles de lui, le vieux barman qui m'a pas mal aidé à une époque. Je ne suis pas sûre que tu le connaisses, enfin bon, j'alterne entre deux boulots en fait". Elle hocha la tête, comme pour donner plus d'assurance à ses phrases et continua ses quelques emplettes.
    La supérette n'était pas pleine à craquer, juste quelques petits vieux, une poignée de jeunes enfants et ménagères peuplaient les rayons. Avec le centre commercial, cette supérette devait sûrement n'accueillir que les habitués ou les personnes qui venaient faire des courses rapides ou de dernières minutes comme Delilah et Presley. Et pourtant, ce jour-là, l'ambiance habituellement détendue et bonne enfant du magasin se chargea d'électricité en un claquement de doigts. Les deux jeunes filles étaient toujours en train de papoter au rayon boissons lorsque la petite porte de la supérette s'ouvrit à la volée et que la clochette brisa le brouhaha des clients. Delilah sursauta brusquement et posa une main sur l'avant-bras de la brunette, son coeur avait loupé un battement et son regard clair se tourna immédiatement vers la porte d'entrée. Une grosse voix s'éleva et quelques cris paniqués perçèrent la pièce lorsque les petits étalages de bonbons furent renversés d'un grand coup de pied. Les battements de coeur de la blonde s'accélérèrent en un clin d'oeil alors qu'elle avait repéré l'arme à feu que l'un des grands types en noir pointait sur le gérant. "Que personne ne bouge!! Tout le monde à terre et yaura pas d'lézards!!" s'écria le deuxième type. Delilah resserra quelques peu ses doigts sur l'avant bras de la jeune fille et obéit docilement à l'homme, entraînant Presley avec elle vers le sol. Tout ses membres se mirent à trembler devant la panique palpable qui régnait dans la supérette. Le gérant était lui aussi pétrifié et son manque de réaction sembla énerver le plus costaud des deux hommes qui, mettant en joue l'homme, lui ordonna de se dépêcher et de lui filer la caisse. Les regards des deux jeunes filles se croisèrent alors et Delilah crut lire au fond des yeux noisettes de son amie un message caché. Non, elle devait mal lire, elle devait être en train d'halluciner, de cauchemarder. Ca n'était pas possible. Tous les muscles de son corps étaient pétrifiés et, tremblant comme une feuille morte, elle leva la tête vers les braqueurs, le tambourinement dans ses oreilles se faisant plus sourd, plus imposant. Ils étaient habillés de noir et malgré leurs yeux et leur bouche, elle ne parvenait pas à les distinguer correctement. Toutefois, lorsque le regard du deuxième type se braqua sur elle en retour, une boule nauséeuse remonta le long de son oesophage et elle baissa aussitôt la tête vers le sol, lâchant le bras de Presley pour se protéger la tête. Rien ne se passa et, le regard vissé vers le carrelage blanc de la supérette, Delilah pria pour s'être trompée, elle pria pour ne pas avoir reconnu ce type et surtout, surtout, elle pria pour que lui ne l'ai pas reconnue. Elle était en ville depuis à peine quelques jours et déjà tout son passé lui sautait au visage. "Presley" murmura t-elle tout bas. "Presley, dis-moi que ..." commenca t-elle alors qu'au comptoir principal, la transaction s'effectuait tout doucement; trop doucement. Presley hocha frénétiquement la tête, confirmant les craintes qu'elle avait eu. Elle avait l'impression que les choses n'avançaient pas, que le temps s'était bruquement arrêté et que le gérant prenait un malin plaisir à ne pas obéir aux ordres que lui vociférait le type masqué. Seuls les pleurs effrayés et les sanglots des clients lui parvenaient. Qu'il lui passe sa caisse rapidement, qu'ils déguerpissent et surtout qu'ils ne reviennent pas, ne blessent personne et s'en aillent sans faire trop de vagues. C'était tout ce qu'elle demandait, et elle espérait vraiment que les choses se passent ainsi..


Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: CAN YOU ERASE THE PAST ♦ delilah Mer 7 Juil 2010 - 16:50



Faire une petite rétrospective dans la vie de l’une et l’autre était sans doute nécessaire pour repartir du bon pied. Ceci dit ça demeurait un peu étrange, du moins aux yeux de la brunette. Jamais elle n’aurait cru qu’une séparation serait possible. Pas entre elles en tout cas. Elle fut l’un de ses rares repères au moment où sa vie partait totalement en vrille. Ça n’avait pas été une époque facile. Aussi bien pour Delilah que pour Presley, chacune avait fait des erreurs, et avait naïvement suivit des personnes qu’elles espéraient sans doute ne jamais revoir. Pourtant, elles s’étaient aussi trouvées, et ce qui les avait fait tenir. Alors comment réaliser la vraisemblance de l’instant ? Les deux jeunes femmes déambulant entre les rayons, parlant presque de tout et de rien, alors qu’elles avaient tant vécu ensemble. C’était un peu inimaginable, mais à la fois réconfortant. Elle retrouvait une vieille amie, et malgré les tensions au premier abord, ça c’était rapidement dissipé fort heureusement. Peut être que ça ne durerait pas, que la prochaine fois elle devrait amadouer une fois de plus la jeune femme. Mais elle en doutait, plus de quatre années s’étaient écoulées, et savoir que finalement aussi bien l’une que l’autre avait réussit dans sa vie, était rassurant. Les emmerdes de l’époque étaient passées, ce n’était que de l’histoire ancienne, et Presley s’en rendait compte avec plaisir à mesure qu’elle buvait les paroles de la jeune femme. Continuant ses petites emplettes, posant ça et la quelques bricoles sans réellement prêter attention, elle restait surprise de réaliser qu’elle l’avait revu comme ça par hasard. Elle n’était ici que depuis quelques jours et il avait fallut qu’en plus elles aient besoin de courses de dernières minutes au même moment. Idéale pour des retrouvailles oui, un lieu publique, elles n’avaient pas vraiment put se crêper le chignon pour commencer. Bon elles n’en seraient peut être pas arrivé jusque là. Mais Presley n’avait aucun mal à imaginer la déception qu’avait pu ressentir Delilah, alors qu’elle l’avait laissé tomber. Se retournant vers elle, elle ne pouvait pas louper l’occasion de lui rappeler à quel point elle était désolée, elle ne lui avait pas assez parlé sincèrement, pas encore. « Tu sais, je ne regrette pas vraiment d’être partie, je regrette simplement de ne pas t’avoir emmené. Ça c’était vraiment idiot .. »

Pourtant elle n’eut pas le temps d’aller plus loin et de prolonger les explications et excuses. La supérette d’ordinaire calme et tranquille, fut rapidement envahit par des hommes qui n’hésitèrent pas à rompre le calme de cet endroit pour piquer la caisse. Presley ne fit même pas attention à la pression que Delilah exerçait sur son avant-bras, son regard trop figé par la scène qu’elle avait sous les yeux. Fixant les hommes visiblement armés. Son rythme cardiaque s’accéléra très vite, pourtant extérieurement elle paraissant on ne peut plus calme, par on ne sait quel miracle. Depuis le temps elle avait apprit à gérer ses émotions, du moins dans des moments de crises comme celui-ci. Bien qu’elle commençait à se lasser de ce genre de situation. Qu’il s’agisse d’une prise d’otage sur un somptueux bateau, ou du braquage d’une épicerie. « Que personne ne bouge!! Tout le monde à terre et yaura pas d'lézards!! » Delilah obtempéra facilement entrainant Presley avec elle. Cette dernière continuait de fixer la scène bien que légèrement en biais, elle avait croisé un regard. Un regard qu’elle n’aurait pas pu oublier, pourtant dans la panique, elle aurait pu substituer la scène à une autre qu’elle avait en tête. Ainsi elle verrait son souvenir ressurgir brusquement échappant totalement à son contrôle. Elle souhaitait pourtant être certaine, être sur qu’elle n’avait pas halluciné et si c’était .. Non impossible, ce serait trop gros. Elle sentait pourtant l’angoisse de son amie, dans chacun de ses gestes. « Presley … Presley, dis-moi que ... » Agitant la tête frénétiquement lui confirmant ainsi ce qu’elle pensait, elle garda pourtant la tête vers le sol, à présent certaine de sa découverte, que la question de Delilah lui confirma. Elle souhaitait seulement rester discrète, ne pas se faire remarquer. Ses longs cheveux retombant sur son visage, elle prit instinctivement la main de la jeune femme. Espérant que les minutes suivantes s’écouleraient plus rapidement, qu’ils partiraient sans causer de problèmes supplémentaires, sans blesser personne. De longues minutes, durant lesquelles le gérant semblait trop tétanisé pour faire quoique ce soit le plus rapidement possible. Pourtant ils finirent par évacuer les lieux, en revanche l’un d’eux semblait soudainement plus ralentit. Presley releva à peine le regard, mais avait pu constater que le sien s’était attardé sur les clients de la boutique, elles plus précisément. A peine étaient-ils sortit, que Presley se redressa sur ses jambes, tirant Delilah avec elle. Toujours aussi discrètement, elle s’adressa à elle. « On doit s’en aller, je crois que ni toi ni moi nous ne voulons répondre aux questions. » Elle sentait la panique derrière elles, tandis que le gérant retrouvait ses esprits. Ce dernier n’avait d’ailleurs pas été aussi bête et si peu réactif qu’il avait semblé l’être, parce que depuis le temps il avait déjà contacter les autorités, dont les sirènes se faisaient déjà entendre. Et Presley ne souhaitait qu’une chose, les éviter à tout prix. « Il y a assez de témoin pour les confondre. On a rien vu, strictement rien d’utile. » Lui dit-elle avec détermination, comme pour la persuadée et s’auto-persuader par la même occasion.



_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: CAN YOU ERASE THE PAST ♦ delilah

Revenir en haut Aller en bas
 

CAN YOU ERASE THE PAST ♦ delilah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Maison abandonnée & Grocer's Shop-