Partagez
 

 Careful creature made friends with time.

Aller en bas 
she's a (wo)maneater

Marnie Darnley

messages : 831
name : corpsie.
face + © : k. mcgrath x ©romane & docclara.
multinicks : sally x peter x bee x ollie x tony x paz x lando.
points : 958
age : 31 yo.
♡ status : widow, in a relationship with Garett.
work : political advisor.
home : a small house on ocean avenue.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (0/3 - garett, vesper, jackson)

Careful creature made friends with time. Empty
Message· · Sujet: Careful creature made friends with time. Careful creature made friends with time. EmptyLun 22 Juil - 21:21

@Vesper Chapman

Burning cities and napalm skies, fifteen flares inside those ocean eyes

Obsession : idée, image, mot qui s'impose à l'esprit sans relâche ; en psychanalyse, représentation, accompagnée d'états émotifs pénibles, qui tend à accaparer le champ de la conscience. L’obsession était un état de conscience fréquent chez Marnie, qui vivotait d’une monomanie à une autre, tantôt courant après un individu, tantôt après une carrière, voire les deux. Depuis que Garett était ancré dans son existence – il ne lui avait guère fallu déployer beaucoup d’énergie pour parvenir à le faire manger dans le creux de sa main – elle s’était posée quelques temps et n’avait plus ressenti le besoin de se focaliser de manière répétitive sur une personne ou une action. Même si cela lui coûtait, elle devait remercier son frère, dont la présence plus régulière dans son quotidien avait maintenu son attention sur autre chose. Puis elle s’était ennuyée à nouveau, et avait décidé d’améliorer l’extérieur de sa maison, qu’elle ne fréquentait plus que quelques jours dans un mois, privilégiant la demeure de son fiancé, plus spacieuse et surtout plus confortable. Néanmoins, la compagnie hebdomadaire de la femme de ménage ne la satisfaisait plus, elle se sentait isolée dans cette grande maison et avait besoin de se sentir plus à l’étroit dans son cocon approximatif. Elle ne se sentait chez elle nulle part, et elle rêvait parfois à retrouver son manoir écossais dans lequel elle s’était épanouie des années durant. Mais cela ne pouvait plus être. Elle devait tirer un trait sur ce douloureux passé. De Darnley, elle ne possédait plus que le nom et quelques dollars sur son compte en banque. De nombreux mois s’étaient écoulés depuis l’arrestation de Nowosielski et elle commençait à croire qu’il n’en ressortirait jamais au cours de cette décennie ; elle se perdait parfois dans la contemplation de son annulaire gauche, autour duquel aurait dû s’enrouler une bague de fiançailles au diamant bien trop gros et à la limite du mauvais goût, puis le retour à la réalité la faisait soupirer. Elle n’avait pas parié sur le bon cheval, ses rêves de grande vie mondaine dans l’univers de la politique ne serait jamais. Elle devrait encore déménager et partir à la recherche d’un nouvel idiot du village auquel s’accrochait, comme l’algue parasite qu’elle était.

L’aboiement aigu de son lévrier la fit sursauter, elle siffla entre ses dents pour la disputer à sa manière et se releva du canapé. Elle croisa son reflet dans le grand miroir installé dans l’entrée, en profita pour se recoiffer puis essuyer le coin de ses lèvres rouge carmin, avant d’ouvrir la porte. « Vous êtes en retard, Miss Chapman, » soupira-t-elle lorsque le visage de la menuisière apparut au milieu de son allée. Elle la regarda se démener avec tout son attirail de travail sans que l’ombre de l’idée de lui proposer un coup de main n’effleurât son esprit ; elle avait eu rendez-vous chez sa manucure deux jours plus tôt, et Marnie n’était pas femme à aider son prochain, pas sans intérêt. Elle ne laissa guère le temps à la jeune femme de lui présenter des excuses bien méritées et s’effaça dans le couloir, porte ouverte, pour qu’elle la suive à l’intérieur. « Le salon rend très bien, surtout la table, mais il y a un défaut sur l’un des fauteuils, l’un de mes amis a failli se retrouver par terre alors qu’il prenait tranquillement un verre, un soir. » Fausse justification, bien qu’elle avait en effet remarquer que l’un des sièges n’était pas complètement d’aplomb, mais cela devait peut-être à la qualité de son terrain, qui n’était pas complètement droit. « J’ai payé assez cher vos services pour obtenir un salon de jardin irréprochable, vous ne trouvez pas ? » Elle croisa les bras devant elle, tournant le haut de son corps vers Vesper tandis qu’elle la détaillait des pieds à la tête sans une once de gêne dans son attitude, mais une bonne dose de condescendance. Elle avala sa salive avec un bruit un peu trop fort, qu’elle dissimula derrière un raclement de gorge, avant de détourner à nouveau son regard azur vers le salon de jardin, dont le design était à la fois classique avec une pointe de modernité, parfait pour quelqu’un de son acabit. Bella, qui était jusque là restée timidement dans la pièce à vivre, fit quelques pas hésitants dans leur direction et renifla la mallette à outils de Vesper. « Couchée, Bella, laisse les gens faire leur travail. » Comme si la chienne parlait couramment l’humain et comprenait ce qui lui était reproché. Elle avait déjà rencontré Vesper lorsque cette dernière avait livré le mobilier de jardin et semblait l'apprécier, qui s'avérait beaucoup plus douce que sa maîtresse. Un trait de caractère que Marnie avait remarqué, elle aussi.

_________________
The woman is wild, a she-cat tamed by the purr of a Jaguar. If you're in it for love, you ain't gonna get too far. Watch out, boy, she'll chew you up.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vesper Chapman

messages : 1107
name : anane.
face + © : marine vacth © EYLIKA & vocivus.
multinicks : ryan, joan.
points : 2261
age : twenty five.
♡ status : single.
work : carpentry worker @pioneer log homes.
home : small small house on pioneer oak.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ■■□□

Careful creature made friends with time. Empty
Message· · Sujet: Re: Careful creature made friends with time. Careful creature made friends with time. EmptySam 10 Aoû - 21:05

D’expérience, Vesper sait que l’été est réservé aux petites commandes, aux réparations, aux travaux mineurs. C’est avec la rentrée de septembre qu’arrivent les grosses commandes – on reprend la construction des maisons en rondins de bois, le dur labeur qui s’étendra jusqu’au plus rudes temps de l’hiver. Mais l’été ce sont les petites œuvres. Windmont Bay se remplit des vagues de touristes qui veulent mettre les pieds dans l’eau, mais ses bonnes gens s’en vont en vacances vers des destinations plus exotiques et l’activité de Pioneer Log Home s’en ressent, le nombre de commandes s’amenuisent et leur nature est plus modeste. Mais ça n’est pas plus mal ainsi, pense Vesper. Elle ne prend jamais trop de vacances (où irait-elle ?) mais peut se permettre de plus courtes journées de travail. Ça lui laisse le temps de marcher sur la plage, de se perdre dans la fraîcheur de la forêt, de prendre tout son temps sur la route vers l’état de Washington pour aller rendre visite à sa mère. Et puis, quand bien même ce sont de petites œuvres qui occupent ses journées (comme réparer trois lattes du parquet du salon de Mr Campbell), elle peut prendre tout son temps pour les réaliser, accepter le café que lui offre Mr Campbell et même lui en demander un second (mais décliner son invitation à déjeuner) en l’écoutant d’une oreille attentive lui raconter les centres d’intérêt qui animent chacun de ses sept petits-enfants.
Elle est presque surprise de la chaleur extérieure quand enfin elle sort de la maison du vieil homme qui referme la porte derrière elle. Arrivée dans la fraîcheur matinale, elle se rend compte que le soleil a désormais atteint son zénith. Vesper grimpe dans le pick-up garé dans l’allée, prend quelques minutes pour avaler le sandwich au concombre et le muffin au beurre de cacahuète qu’elle s’était mis de côté pour le déjeuner, puis elle démarre l’engin et prend la route vers Windmont Bay, direction Ocean Avenue.
Elle stationne le pick-up devant la maison de Marnie Darnley, qui l’a appelée quelques jours plus tôt pour demander à réaliser des réparations sur le salon de jardin livré quelques semaines auparavant. Un aboiement aigu signale à la maîtresse de maison son arrivée alors même que Vesper est à peine descendue de voiture. Elle récupère son outillage à l’arrière du pick-up et s’avance dans l’allée menant à la maison, dont la porte s’ouvre avant qu’elle ne l’ait atteinte. « Bonjour Miss Darnley – désolée – » Vesper salue sa cliente qui ne lui laisse guère le temps de répondre à sa remarque et lui présenter ses excuses que déjà sa silhouette disparaît à l’intérieur de la maison. Elle la suit, sa mallette bien garnie à la main, et referme la porte derrière elle avant d’écouter ses explications plus détaillées sur les réparations requises. « Ravie qu’il vous plaise, » répond Vesper en jetant un œil vers le fruit de son récent travail, « et ne vous en faites pas, je vais vous arranger ça, » lui assure-t-elle d’une voix douce en esquissant un sourire et tentant de faire abstraction du regard perçant que Marnie pose sur elle et qui lui donne comme l’impression d’être passée au rayon X. Elle cligne et finit par baisser ses yeux vers la chienne, tout affairée à renifler sa mallette à outils, dont elle caresse distraitement le crâne de sa main libre avant que l’animal ne soit rappelé à l’ordre par sa maîtresse. Vesper prend également les mots de Marnie pour signal qu’il est temps pour elle de se mettre au travail et rejoint le salon de jardin qui lui est familier. « C’est celui-ci ? » demande Vesper qui désigne l’unique siège qui n’est pas soigneusement rangé auprès de la table, se tournant vers Marnie pour avoir confirmation. Elle pose au sol sa lourde mallette et se penche pour observer et analyser les défauts de stabilité du fauteuil, et jette de temps à autres un œil par-dessus son épaule vers celle dont elle croit sentir le regard azur pénétrant lui chauffer la nuque.

_________________
Careful creature made friends with time. 1EykQjgg_o Careful creature made friends with time. HRplln9C_o
the sea wants to kiss the golden shore – the sunlight warms your skin – all the beauty that's been lost before – wants to find us again
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Careful creature made friends with time.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» All Time Low
» 07. It's Coffee Time !
» 08. That's what friends are for
» In my Time. Dick Cheney.
» Our time is running out [ Silk ].

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Ocean Avenue-
Sauter vers: