Partagez
 

 you may be a sinner but your innocence is mine (s/z)

Aller en bas 

Zachary Allen

messages : 461
name : sean
face + © : tom brady (sow) & gif (objjuicebakerjimmy)
multinicks : benjamin, gaelan, carter, kyle
points : 670
age : 36 yo (august 3)
♡ status : married to devan
work : Dillon Carver's coach.
home : pioneer oak

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : dillon, joan, saveria

you may be a sinner but your innocence is mine (s/z) Empty
Message· · Sujet: you may be a sinner but your innocence is mine (s/z) you may be a sinner but your innocence is mine (s/z) EmptyVen 26 Juil - 22:00

@Saveria Farnese
Il ne savait pas vraiment ce qui lui avait pris. Il aurait pu faire marche arrière, se défiler. Mais Zachary Allen n’était pas le genre d’homme qui trouve une excuse bidon à sa bêtise. Il assumait chaque situation dans laquelle il se mettait. Il n’avait pas nié avoir été l’auteur d’un homicide involontaire il y a douze ans. Il avait assumé. Là c’était pareil. Un SMS fortuit envoyé par une amie de la famille s’était transformé en une situation ubuesque. Parce que ce n’était pas comme s’il ne savait pas ce qu’il faisait. Le natif de Boston savait très bien ce qui découlerait de ce petit jeu s’il se rendait chez Saveria Farniese. Une manière de foutre en l’air son mariage qui battait de l’aile pour des raisons aussi stupides que fondées ? Le petit monde fleuri de Devan se noircissait de jour en jour. Elle s’isolait, elle était tourmentée à l’idée de voir une femme plus belle, plus séduisante, plus voluptueuse qu’elle, tisser sa toile autour de l’homme qu’elle aimait. Mais elle ne savait comment empêcher cette situation d’arriver. Zach, de son air détaché se contentait de la rassurer, de lui soutenir qu’elle n’avait rien à craindre, mais depuis quand ne lui avait-il pas soufflé qu’il l’aimait et qu’il n’y avait qu’elle ? Probablement depuis le jour où il avait fauté avec Dulce Lloyd. Devenu fou ou n’ayant juste pris goût au fruit de la tentation, à l’interdit, il appréciait à présent qu’on lui fasse la cour. C’était étrange pour lui, parce qu’il n’avait plus côtoyé de femme – autre que Devan – depuis l’université, enfermé dans une cellule sans entendre le moindre son mélodieux d’une voix féminine. D’autres s’étaient pourtant adonné à des ébats lors de visites. Pas lui. Cette abstinence bien trop longue avait fini par lui peser, d’autant plus que Devan faisait toujours un blocage et il avait fini par craquer. Il n’aurait pas cru que cela réveille en lui des pulsions bien enfouies depuis une éternité, et que le jeu de séduction bien qu’anodin, finisse par le pousser à vouloir recommencer. Il ne savait même pas si Saveria avait effectivement un partenaire du nom de Zach ou si son petit numéro avait été un moyen de séduire le mari de son amie. Pour ce qu’il la connaissait, il voyait une femme vivante, plutôt déterminée à s’occuper de sa fille de la meilleure façon qui soit, mais perdue sur le plan personnel. Elle semblait volage, et ce type de personne l’intriguait. Devan était discrète, rien à voir avec l’italienne pétillante que la rousse était. Zachary avait pris sa décision. Sa femme s’était encore une fois endormie sur le canapé de bonne heure. Il avait recouvert la jeune femme d’un plaid avant de la porter jusqu’à leur chambre pour la laisser se reposer. Lui laissant un mot sur le frigo, il ne mentit qu’à moitié : ‘Je pars faire un tour.’ Pas sûr qu’elle ne le voie de toute manière. Il était conscient qu’il était en train d’envoyer valser l’équilibre précaire de leur relation pour une nuit qui ne le comblerait pas entièrement, parce qu’il en redemanderait. Il voyait déjà les larmes de sa femme si elle venait à l’apprendre et s’il ne supportait pas de lui faire du mal, il ne supportait plus d’être le seul à tout sacrifier. L’égoïsme dont il faisait preuve ne lui ressemblait pas. Il se maudissait d’être un être immonde, mais ce soir, une personne donnerait de l’affection à cette personne abjecte qu’il devenait. Il sortit de sa voiture, garée à quelques pâtés de maisons de l’endroit où habitait Saveria et sa fille. Pour y être déjà venu, il se rendit à l’étage correspondant à la modeste demeure de la rouquine et sonna à la porte, prenant soin de regarder sa montre : « 10 heures. Pile à l’heure. » Qu’il dit simplement alors que la jeune femme venait d’ouvrir la porte. « C’est bien ici le cours particulier ? » Qu’il se vit demander d’un air malicieux. Il avait hâte de savoir ce qu’elle comptait bien lui inculquer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Saveria Farnese

messages : 597
name : sow — pomeline.
face + © : karol queiroz — @mine.
multinicks : mavis, xavi, lilly, roxcy.
points : 386
age : twenty-four yo.
♡ status : single mom who likes married men (and women).
work : administrative assistant at wb campus — part-time profiler.
home : apt @crescent lane.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : nop/ madden, carter, ali, lucy/tc, zach, nate.

you may be a sinner but your innocence is mine (s/z) Empty
Message· · Sujet: Re: you may be a sinner but your innocence is mine (s/z) you may be a sinner but your innocence is mine (s/z) EmptySam 27 Juil - 13:58

Elle était prête.. à passer la soirée seule. C'est ce qui était prévu, de base, malgré le raté de sms envoyés au mauvais Zach, ou au bon ? Saveria avait, pour une fois, prévue une soirée tranquille. Le film était lancé, la pizza l'attendait sur la table basse et sa bière également. Quoi de plus salvateur qu'un peu de tranquillité en fin de journée ? Alors, lorsqu'elle avait lancé Zach dans une situation aussi malsaine qu'irrespectueuse, elle ne s'était pas imaginée un seul instant qu'il se pointerait. Non pas qu'elle ait une mauvaise opinion de lui, loin de là. Il était le mari de son amie, avait de très bonnes qualités à l'entendre, mais visiblement un défaut également : l'infidélité. Quoi que, ce dernier n'était toujours pas arrivé et la rouquine ne comptait pas trop là dessus. Échanger par sms et se retrouver face à face avec une personne était deux situations bien distinctes. Aussi se contenta-t-elle de s'installer au creux de son canapé pour profiter de sa soirée. Et quelle ne fut pas sa surprise d'entendre la sonnette retentir. Presque interloquée, elle se redressa un court instant, but une énième gorgée de sa bière et se rendit à sa porte. Un fin sourire égayait le coin de ses lèvres - l'espoir que Zach soit derrière la porte et qu'elle l'ait mal jugée. Un point pour la rouquine car ce dernier était bien là, fier d'être à l'heure. « T'es sérieux ? » souffla-t-elle, toujours aussi étonnée alors qu'elle se déporta sur la droite pour lui laisser le passage. Finalement, il n'était pas le type aussi prévisible qu'elle le croyait. « Je pensais pas que t'aurais les couilles de venir Allen. » confia-t-elle en claquant la porte, alors qu'elle se dirigea d'un pas décidé vers sa cuisine ouverte. Elle sortie une seconde bière du frigo, qu'elle tendit à son interlocuteur dans la foulée. « De base, je pensais pas du tout que t'avais des couilles, pour être honnête.. » Elle haussa les épaules et reprit position dans son canapé où elle invita Zach à la rejoindre. Saveria côtoyait bien plus sa femme que lui, même si, de temps à autre, il avait gardé sa fille Lilya. La petite semblait l'apprécier et racontait avec passion comme elle le faisait tourner en bourrique toute la journée, amusée de n'en faire qu'à sa tête - tout comme sa mère. Mais jamais elle n'avait, elle même, passée du temps seule en sa compagnie, aussi ne savait-elle guère le pourquoi il venait de débarquer ici. Oh, si, en surface, elle savait pertinemment qu'il était venu pour baiser et ce point lui convenait parfaitement, néanmoins.. elle ignorait avant tout ce qui poussait et homme, apparemment heureux dans son mariage, à envisager d'aller voir ailleurs. « Dis moi tout, partage tes plus sombres désirs.. tu veux quoi, comme cours particulier ? » Ses jambes repliées sur le canapé, une main posée sous son menton, la rouquine observait son interlocuteur, l’œillade malicieuse et le sourire amusé. Décidée à le titiller un peu avant tout - chose qu'elle savait très bien faire, il n'y avait qu'à observer ses sms remplis de sous entendus. Mais que ne ferait-elle pas pour aider son prochain à prendre un minimum de plaisir dans la vie ? En réalité, Saveria aimait être au centre de l'attention et avoir attirée celle de Zach avait suffit pour qu'elle balaye d'un revers de la main sa pseudo amitié avec Devan. Quoi que, si elle était une mauvaise amie qui harponnait les maris, elle n'en était pas moins assez intelligente pour ne pas évoquer la chose en sa compagnie. Ce que Devan ne savait pas, ne pouvait pas lui faire du mal.. et elle n'avait aucun intérêt à briser son mariage, apparemment, cette dernière s'en chargeait très bien toute seule puisque son époux bien aimé accourait au moindre sous entendus d'une partie de jambes en l'air.

_________________

i know i've got a big ego,
— i really don't get why it's such a big deal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Zachary Allen

messages : 461
name : sean
face + © : tom brady (sow) & gif (objjuicebakerjimmy)
multinicks : benjamin, gaelan, carter, kyle
points : 670
age : 36 yo (august 3)
♡ status : married to devan
work : Dillon Carver's coach.
home : pioneer oak

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : dillon, joan, saveria

you may be a sinner but your innocence is mine (s/z) Empty
Message· · Sujet: Re: you may be a sinner but your innocence is mine (s/z) you may be a sinner but your innocence is mine (s/z) EmptyMar 30 Juil - 16:21

Zachary ne savait pas bien dans quoi il s’embarquait, mais il se jetait en plein dans la gueule du loup. Si sa petite aventure avec Dulce Lloyd n’avait aucun caractère prédéterminé et s’était déroulé suite aux avances de la réalisatrice, la conversation SMS avec Saveria laissait planer quelque chose de désiré en amont par les deux partis. Comme si Zachary se fichait maintenant de commettre un péché et de se lancer dans un adultère répété. Ca n’était pas le cas. Il abhorrait se laisser diriger par ses émotions et ce ressenti primaire, mais il était forcé de constater qu’il lui manquait quelque chose et que Devan était incapable de le lui apporter. Il n’est pas certain que ce soit le cas avec la rouquine. Il se dit qu’elle a peut-être flirté juste pour s’amuser un peu, pour se divertir une journée bien morne durant. Il ne faisait pas confiance à qui que ce soit. S’il était venu aujourd’hui, c’était par curiosité, pour voir jusqu’où elle irait. Et parce que bizarrement, depuis sa faute et sa découverte auprès d’autres femmes, il semblait se découvrir une passion pour elles. Toutefois, Zach était encore aux balbutiements d’une vie sociale normale : durant deux ans, il ne s’était octroyé que de rares sorties pour aller voir un match de football, avait côtoyé très peu de voisins et ne possédait que de maigres interactions avec les gens autour. Dillon avait changé ça et ça dérangeait sa femme. Devan s’était terrée chez elle, refusant la plupart du temps de se rendre en ville, travaillant sans relâche dans son atelier, et Zach qui avait passé dix ans de sa vie enfermé dans un trou à rats, refusait de s’isoler de nouveau. Mais ses réactions étaient souvent déconnectées avec la réalité. Quand il rentre dans l’appartement de la jeune Farnese, il écoute à moitié ce qu’elle lui dit. Parce que l’ancien prisonnier n’a que faire qu’elle ne le pensait pas capable d’une telle chose. Le jugement qu’elle émet ne l’intéresse en rien. « Ravi de l’apprendre. » Qu’il marmonne sans grande conviction, histoire de couper court à ses supputations sur ce qu’il avait ou non dans le pantalon, elle le saurait bien assez tôt si elle était toujours aussi partante que dans ses messages suggestifs. Zachary ne boit que très rarement, et s’il se saisit de la bière, il n’est pas certain de la boire. Refuser une boisson proposée, est-ce un manque de politesse ? Aucune idée, mais à réfléchir au sujet du flirt dont Saveria avait fait preuve par message, et qui était soudainement inexistant, il s’imaginait que comme lui, elle cherchait à combler un manque en agissant de la sorte, elle qui avait une fille à élever. D’ailleurs, il se disait que la petite Lilya devait être couchée depuis un bon moment. Il ne la mentionna pas pour autant et s’installant sur le canapé il but une gorgée de la bière. Si la jeune maman ne le lâchait pas du regard, Zachary se contenta de répondre froidement à sa question : « Je croyais que tu savais de quoi tu parlais puisque c’est toi qui m’a demandé de venir. » Il n’aimait pas cette idée qu’elle véhicule qu’il était celui à l’origine de cette rencontre, parce qu’il n’avait fait que répondre à ses avances. Peut-être était-elle bavarde mais ne pensait pas agir. « Donc en fait, tu as la langue bien pendue. » Qu’il jugea en posant le regard sur elle, la provocant pour voir sa réaction. Au fond, il ne savait même pas quels étaient ses plus profonds fantasmes. Il avait vécu une nuit particulièrement exquise avec Dulce et si cela pouvait se reproduire, il ne dirait pas non, avec elle ou avec une autre. Mais de là à savoir dans quelles circonstances, il ne savait pas vraiment. « Moi qui croyais que tu maitrisais ton sujet. » Qu’elle le surprenne.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Saveria Farnese

messages : 597
name : sow — pomeline.
face + © : karol queiroz — @mine.
multinicks : mavis, xavi, lilly, roxcy.
points : 386
age : twenty-four yo.
♡ status : single mom who likes married men (and women).
work : administrative assistant at wb campus — part-time profiler.
home : apt @crescent lane.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : nop/ madden, carter, ali, lucy/tc, zach, nate.

you may be a sinner but your innocence is mine (s/z) Empty
Message· · Sujet: Re: you may be a sinner but your innocence is mine (s/z) you may be a sinner but your innocence is mine (s/z) EmptyDim 4 Aoû - 16:12

Elle l'avait cerné. Avec difficulté, certes, depuis le temps. Mais Saveria ne s'était jamais arrêtée sur lui comme elle le faisait avec les autres. Elle avait parfaitement notifié le comportement de Devan, le sien aussi parfois, et le fait que quelque chose clochait dans leur couple. Mais la rouquine avait porté son regard ailleurs, sur des choses qu'elle jugeaient plus intéressantes à l'époque sans même se soucier de son couple d'amis. Peut-être aurait-elle dû, finalement. Car Zach respirait la frustration sexuelle à plein nez. Et ce seul détail réussit à lui faire lever les yeux au ciel. Non pas qu'elle le jugeait - si sa chère femme n'était pas en mesure de le satisfaire, il avait toutes les raisons d'aller voir ailleurs - mais elle se retrouvait avec un type dont les pulsions devaient être au summum. Inutile de faire dans la dentelle, de se lancer dans des préliminaires ou de croire qu'il ferait la conversation un minimum. Mauvaise approche, pensa-t-elle, alors qu'elle était toujours lovée au fond de son canapé, sa bière à la main. Son regard se porta un temps sur la porte de la chambre au loin. Celle de sa fille, qui dormait à poings fermés depuis presque 2 heures maintenant, éreintée par sa journée. Saveria savait pertinemment qu'elle n'entendrait rien. Ce n'était pas la première fois qu'un type venait chez elle alors que sa fille était présente. Néanmoins, les fois passées, le type en question n'avait jamais gardé sa fille. Prenant une gorgée de bière, la rouquine se releva de son perchoir et déposa sa canette sur la table basse. « Ok Zach, que les choses soient claires. Si t'as envie de te dédouaner de toute cette situation et de croire que tout est de ma faute, fais toi plaisir, je m'en tape. » commença-t-elle avec aplomb. Nul doute que Saveria en était l'instigatrice - elle aurait pu couper cours à leurs échanges de sms en s'excusant du peu, mais il était inutile de croire qu'elle prendrait la responsabilité entière. Oui, elle se jouait de son amie Devan, oui elle avait tendance à apprécier les hommes mariés, mais non, elle ne forçait personne à passer la nuit avec elle. Aussi devrait-il prendre lui même ses responsabilités concernant son mariage et ce qu'il expliquerait à sa femme si cette dernière découvrait la supercherie. Pour l'heure, la rouquine n'en avait pas grand chose à faire de la façon dont il réagirait par la suite. S'il voulait la présenter comme la grande méchante, soit. « Et ne parle pas de ma langue, tu ne sais même pas de quoi elle est capable. » reprit-elle, alors qu'elle avait déjà commencé à retirer son t-shirt et son short, se retrouvant en sous vêtements devant lui. Fortement inutile selon elle de lui laisser la chance de tout retirer lui-même, il était passif, sur le canapé et n'attendait qu'une chose : qu'elle fasse tout elle-même. Pour sûr, il allait devoir s'améliorer avec le temps s'il souhaitait poursuivre sur cette voie. Si Saveria avait une préférence pour la domination, elle n'en restait pas moins favorable à ce que l'homme prenne les choses en mains. « C'est bon, t'as fini de m'envoyer des pics ? » questionna-t-elle ensuite, alors que déjà elle venait de s'installer à califourchon sur lui. Les bras autour de son cou, elle se languissait des prochains instants, alors que son bassin effectuait de lents mouvements excitants contre le sien et que sa bouche s'attardait longuement dans son cou. Elle était doucement remontée vers son oreille et susurra, en conclusion plutôt appuyée.« Au dessus, en dessous, préliminaires, pas préliminaires, canapé, sol, mur.. tu vas au moins retirer mes sous vêtements ou je vais devoir le faire moi même ? »

_________________

i know i've got a big ego,
— i really don't get why it's such a big deal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Zachary Allen

messages : 461
name : sean
face + © : tom brady (sow) & gif (objjuicebakerjimmy)
multinicks : benjamin, gaelan, carter, kyle
points : 670
age : 36 yo (august 3)
♡ status : married to devan
work : Dillon Carver's coach.
home : pioneer oak

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : dillon, joan, saveria

you may be a sinner but your innocence is mine (s/z) Empty
Message· · Sujet: Re: you may be a sinner but your innocence is mine (s/z) you may be a sinner but your innocence is mine (s/z) EmptyLun 5 Aoû - 10:26

A ressembler au petit couple parfait pendant ces deux longues années, il s’était dit que personne ne viendrait bousculer cet équilibre précaire. Se contenter de sourire en toutes circonstances, prétendre et le tour était joué. Mais l’impassible Zach semblait être le premier à craquer. Jaloux, lorsqu’un homme s’approchait d’un peu trop près de sa femme, il ne comprenait pas qu’elle en fasse de même, après tout, elle pouvait lui faire confiance. Sauf que même lui en avait maintenant conscience : il était un homme comme les autres voire pire que les autres. Dix ans enfermé dans un trou à rats avait laissé des traces sur le comportement du jadis gendre parfait. Il n’avait émis aucune contrariété suivant sa sortie, mais il semblait que le gamin de Boston ne supportait plus cette vie où il cherchait à rendre le quotidien de sa femme moins morne mais dans lequel il étouffait. L’homme savait bien pourquoi il était là, dans cet appartement de Crescent Lane. Etait-ce ce qui le rendait désagréable avec son amie ? Possiblement. L’idée de blesser sa femme pour satisfaire des pulsions qu’il avait tues toutes ces années durant le dérangeait. Pas suffisamment pour rentrer chez lui auprès d’elle cela dit. Une dualité qu’il ne maitrisait guère. Alors que Saveria semblait accepter de prendre ses responsabilités, insinuant au passage qu’il cherchait à fuir les siennes, il eut un hoquet de rire. « Je ne me dédouane de rien du tout, Save. J’ai conscience de ce que je fais. Et je me fiche de l’étiquette que tu me colleras après ce soir. » Coupable d’adultère, les hommes tous les mêmes. Tout ça ne le touchait absolument pas. Il avait ses raisons, et elles le poussaient à aller dans cette direction. Cette abstinence insoutenable ne le disposait pas non plus à faire n’importe quoi. Zachary considérait qu’à céder à la tentation, ce n’était pas pour une nuit banale. Il voulait toucher les étoiles. Et il tenait à ce qu’elle le sache : « Mais je vais t’avouer une chose : il va m’en falloir beaucoup pour me satisfaire. » Elle avait peut-être l’habitude des hommes qui prenaient l’acte sexuel comme une délivrance, que ce soit avec x, y ou z, ça serait la même chose. Allen lui, ne voyait pas cela comme un moyen d’évacuer la frustration, mais plutôt comme un moyen de se sentir exister, lui qui avait l’impression que son corps était devenu fantomatique aux yeux de sa femme, qu’il faisait partie des meubles tant elle s’efforçait à fuir tout contact charnel. Saveria se défendit au sujet de sa langue et arracha un petit sourire au trentenaire qui rétorqua : « J’attends de voir. » Comme un fait exprès, elle se déshabillait à présent devant lui, et lui permettait de se délecter du spectacle. Elle avait un corps sublime. Ses courbes étaient à se damner. S’il ne le savait pas, il n’aurait jamais cru qu’elle était mère d’une petite fille. Il ne laissait rien paraitre pour autant, laissant ses yeux parcourir sa silhouette à son gré. Ce n’est que lorsqu’elle vint se poser sur ses genoux, entamant une danse lascive contre lui que l’instinct primitif d’Allen se réveilla. Ses mains se posèrent sur les hanches de la rouquine, accompagnant ses mouvements, et quand elle eut fini de lui susurrer ce qu’elle pouvait lui offrir, il agrippa fermement ses hanches pour la tenir dans ses bras tandis qu’il se relevait. Puis, amenant une de ses mains dans son dos, sans un mot, sans la lâcher du regard, il dégrafa son soutien-gorge de la belle, le retirant lentement pour dévoiler le galbe de sa poitrine qu’il découvrit avec envie laissant son souffle chatouiller la peau de la demoiselle. Sans prévenir, il agrippa de nouveau ses cuisses pour la jeter sur le canapé sans ménagement aucun. Là, il retira son t-shirt, laissant apparaitre la musculature saillante d’un homme qui a eu le temps de la travailler alors qu’il purgeait sa peine. Puis il vint se placer au-dessus d’elle, capturer ses lèvres dans un baiser langoureux et bouillant, laissant ses mains rêches explorer ses seins comme bon lui semblait, bientôt chéris par ses lèvres. Les mains du bricoleur vinrent alors caresser la peau laiteuse de Saveria et entreprirent finalement de se débarrasser de sa dernière barrière de sous-vêtements qu’il jeta par-dessus le canapé sans se soucier d’où cela atterrirait. Remontant jusqu’à ses lèvres, il proposa : « Et si… on explorait toutes les options ? » Qu’elle avait énoncées plus tôt. Un vent torride régnait dans la pièce.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Saveria Farnese

messages : 597
name : sow — pomeline.
face + © : karol queiroz — @mine.
multinicks : mavis, xavi, lilly, roxcy.
points : 386
age : twenty-four yo.
♡ status : single mom who likes married men (and women).
work : administrative assistant at wb campus — part-time profiler.
home : apt @crescent lane.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : nop/ madden, carter, ali, lucy/tc, zach, nate.

you may be a sinner but your innocence is mine (s/z) Empty
Message· · Sujet: Re: you may be a sinner but your innocence is mine (s/z) you may be a sinner but your innocence is mine (s/z) EmptyHier à 16:09

Elle haussa les épaules, peu intéressée par l'idée de lui coller une étiquette après leur soirée. Elle n'en collait jamais. Son intérêt pour les hommes mariés était évident mais la jeune femme était à mille lieux d'émettre un jugement sur leur comportement quand le sien frôlait à peine le niveau de la mer. Zachary pouvait bien être infidèle, avec elle, avec une autre, Saveria n'en avait que faire et n'userait jamais de cette information pour quoi que ce soit. Elle y voyait son propre intérêt, celui de passer un bon moment en bonne compagnie, avec tous les fantasmes qui pouvaient parcourir son esprit. Mal juger Zach avait était sa première erreur, estimant qu'il était plus que lié par les sacrements du mariage et peu désireux de les rompre. Au contraire, il l'avait surpris, et en bien. Le sourire satisfait qui trônait au milieu de ses lèvres en était le témoin premier, elle qui se surprenait à voir son désir pour son ami montait en flèche. « J'aime les défis. »  confia-t-elle simplement. En matière de sexe, Saveria n'avait aucunes limites et n'appréciait qu'une chose : l'expérimentation. Rien ne semblait l'ébranler et l'audace régissait le plus souvent ses pulsions. Trouver des partenaires en adéquation avec ses envies n'était pas choses aisée, beaucoup d'entre eux se montraient peu entreprenant et pratiquaient du sexe vanille. Et elle abhorrait la vanille. Elle n'avait plus quinze ans et estimait que le piment n'était pas à utiliser avec parcimonie. Aussi voyait-elle la remarque de Zach comme une invitation à la débauche. Installée sur lui, laissant la température montait, il répondait déjà en agrippant ses hanches, se relevant au passage. Son regard planté dans le sien, la rouquine attendait la suite avec impatience, alors qu'elle s'était fermement accrochée à son cou. Son soutien gorge dégrafée dans la foulée, son souffle sur sa peau, un frisson lui parcouru l'échine alors que déjà il venait de la rejeter sur le canapé. Un brin amusé par sa fougue, elle se redressa sur ses avants bras, laissant son oeillade lubrique parcourir la musculature parfaite de Zach. Son désir décuplé, elle se languissait déjà de leur proximité perdue mais le jeune homme vint se placer au dessus d'elle, partageant là un baiser langoureux auquel Saveria répondit franchement, tandis que ses mains parcouraient vigoureusement son torse. Mais déjà la bouche de Zach s’enivrait de sa poitrine et la rouquine ne put réprimer un gémissement de plaisir, se cambrant à chaque baiser déposé. Débarrassée de son dernier sous vêtement, elle avait ensuite agrippé ses jambes autour de sa taille. « Laisse moi en explorer une nouvelle. » souffla-t-elle, contre ses lèvres, alors que déjà elle avait repoussé son amant avec vivacité, le forçant à finir sa course sur le sol à côté du canapé. Dans un vent d'énergie, Saveria glissa rapidement sur lui, à cheval, les mains posées de part et d'autre de sa tête. Ce fut à son tour de parcourir son torse de ses lèvres, laissant sa langue titillait les zone érogènes qu'elle se plaisait à découvrir chez son nouvel amant. Ses mains libérées, elle entreprit de défaire les boutons de son pantalon sans pour autant prendre le soin de le retirer. Elle avait tout le temps de le désaper, et n'avait qu'une envie : le voir plier. Sa main entreprit donc de glisser dans son caleçon, y laissant aller ses doigts habiles dans une danse qu'elle ne connaissait que trop bien. Un va et vient qu'elle effectua d'abord avec douceur, avant de prendre en vigueur alors que, toujours penchée au dessus de lui, la jeune femme laissa sa langue découvrir son cou avant de voir ses lèvres remontés contre sa bouche, sans pour autant lui offrir un baiser. Seul son souffle était palpable et le désir ancré de le voir gémir contre ses lèvres, alors que sa main se délectait toujours au creux de sa virilité.

_________________

i know i've got a big ego,
— i really don't get why it's such a big deal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




you may be a sinner but your innocence is mine (s/z) Empty
Message· · Sujet: Re: you may be a sinner but your innocence is mine (s/z) you may be a sinner but your innocence is mine (s/z) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
you may be a sinner but your innocence is mine (s/z)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saint Is A Sinner Too [HOT] [PV Evelyn][TERMINE]
» (Athelstan) I'm a mere sinner
» Armand regagne Scylla [Aetius]
» 26/10 - Méline, Eléo et CC en ballade à Paname...
» [Mairie] Uzès: arrêtés municipaux en application

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane-
Sauter vers: