AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lucas ♦ Broyer du noir ? Et puis quoi encore.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Lucas ♦ Broyer du noir ? Et puis quoi encore. Mer 10 Fév 2010 - 14:46

&

Un jour tout bascule et ce jour-là vous vous demandez : "Pourquoi moi ?"

Mon frère était dans le coma et moi ? Eh bien j'étais dans un bar. Chacun sa merde comme dirait l'autre. Oui je suis énervé triste et tout ce que voulait, oui je veux venger mon frère et par la même occasion ma vie. Qui a le droit de prendre une vie comme cela, d'en prendre une deuxième par la même occasion ? Personne. Et pourtant il* l'avait fait. Toute ma vie, toute ma chienne de vie, je n'avais vécu que pour mon frère, je pouvais tuer pour lui, je pouvais faire n'importe quoi pour lui, il était ma vie et mon oxygène. S'il n'avait pas été là dans les coups dur, c'est moi qui ne serait plus là aujourd'hui. J'avais été élevé dans la pire famille qui existe sur terre et j'apprends à 16 ans que mon frère et moi avions été adopté. Dieu là-haut, ou n'importe où, où il se trouve, il doit bien rire de mes malheurs ! Il a trouvé que j'étais le pion idéal pour tester comment faire du mal aux gens. Rien n'est jamais tout noir ou tout blanc, le mal, le bien tout ça c'est des conneries c'est tout. Dieu a réussi à me pousser à bout... encore. Personne ne touche à mon frère sans en payer de sa propre vie, s'il doit être ainsi et bien je n'ai qu'une chose à dire : Amen. J'étais énervé, j'aurais peut-être moins été énervé, si la personne qui avait détruit ma vie, si cette personne c'était excusé, avait appelé pour prendre des nouvelles... Non mieux encore, si cette personne c'était rendu à la police, ou n'aurait pas fait un puta*in de délit de fuit ! Oué, enfin c'est un peu comme croit en Dieu c'est beau, mais ça sert carrément à rien. Ne vous méprenez pas, je suis croyante, mais après tout ce qui m'arrive depuis eh bien, depuis toujours je commence à croire que je ne devrais plus croire en rien, à part peut-être en moi-même, mais là encore j'ai du mal. Je parle et je ne vous ai pourtant toujours pas dit ce que je fessais dans un bar ? Je suis là pour me détendre. Pouah ! La bonne blague, non sérieusement, faut-il vraiment une bonne raison pour venir boire un verre ? Et puis une bonne raison venant de moi ? Vous vous rappelez la première phrase que j'ai écrite ou quoi ? Mon frère est dans le COMA, s'il me faut une autre raison valable pour me retrouver dans un bar, passer votre chemin.

Donc j'étais dans ce bar, habillé d'une façon que ma mère... Passons ce passage, je n'ai pas de mère. Donc je disais, habillé d'une façon à faire pâlir les bonnes sœurs, que j'aurais pu croiser, enfin dans un bar des bonnes sœurs ? Bref, j'étais accoudé au bar, buvant mon énième verre... d'eau. Oui j'avais commencé par de la vodka, mais je ne voulais pas perdre les pédale et partit avec le premier pecnot que je croisais. Alors, j'avais spécialement dit au barman de continuer à me servir dans le verre de vodka que j'avais bu, pour que je sois dans un état normal, quand on m'accostait, le barman l'avait fait sans poser de question et je l'avais remercié avec un généreux pour boire. Croyez-moi, mon joli petit minois avait repoussé plus d'avance en une heure, que dans toute sa vie, la robe que je portais fessé sensation dans cet endroit. A vrai dire je l'avais mise espère pour être remarqué, mais je ne pensais pas recevoir autant d'intérêt dans ce genre dans droit où je n'étais pas la seule fille et encore moins la plus jolie. Sans doute la raison de l'intérêt que les hommes me porter c'était que j'étais une des plus jeunes de ce bar ? Car mal gré le maquillage que certaines filles portaient on voit bien qu'elles ne sont plus toute jeune. La beauté est une chose éphémère il faut en profiter quand on est jeune, en asseyant de devenir riche, pour faire de la chirurgie avant de devenir moche et toute ridé, un peu comme la fille qui se tenait à côté de moi, attendant qu'un homme se rabatte sur elle, après que j'ai repoussé ses avances. Ça fait carrément mal au cœur de voir cela et j'espère, vraiment, avoir un jour enfin droit au bonheur, un homme, des enfants, mon frère vivant, une famille aimante, pour ne pas me retrouver à chercher l'amour habillé comme une fille pas vraiment très catholique attendant qu'un type bourrer m'accoste espérant qu'à mon réveille tel le crapaud, il se transforme en prince charmant. Pour le moment j'attendais juste qu'une seule personne m'accoste, un type qui m'avait beaucoup plus, je ne sais plus exactement où je l'avais vu - et la marmotte met le chocolat dans le papier d'allu - mais j'avais entendu dire qu'il venait souvent ici et vu le nombre d'homme qui m'avait accosté depuis le début j'espérais que lui aussi allez en faire de même... Puis alors, que je repoussais une énième avance, je le vis franchir la porte du bar. Lucas. Comme c'est étrange que cet homme porte le même nom que la personne qui met le plus cher au monde... Le destin sans doute, j'étais en train de perdre mon frère et je ne voulais qu'une chose parlé à Lucas. Alors, qu'il se dirigeait vers le bar, j'essayais de capter son regard dans le miroir qui se trouvait en face de moi, je savais que ça marché je l'avais vu dans beaucoup de film, du moins cela marche dans les films, j'espérais qu'il se joigne à moi, captant enfin son regard, je souris comme si j'étais gêné qu'il est vu que je l'avais fixé et baissant les yeux vers mon verre vide, je commande cette fois un vrai verre de vodka.
Revenir en haut Aller en bas
 

Lucas ♦ Broyer du noir ? Et puis quoi encore.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: The Blue Lagoon Bar-