hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
No. 1 Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
No. 2 L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

Partagez
 

 got gas in the tank but got no money in the bank.

Aller en bas 
just a lost boy not ready to be found.

Eliot Hastings

messages : 1876
name : marido @ castiells.
face + © : tom holland © tink.
multinicks : alexandrine, citra.
points : 2323
age : twenty three years old.
♡ status : single.
work : vet's assistant.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {0/3 - free} : the band; dimitri, etta, elle.

got gas in the tank but got no money in the bank. Empty
Message· · Sujet: got gas in the tank but got no money in the bank. got gas in the tank but got no money in the bank. EmptyLun 5 Aoû - 18:28


WE SHOULD KNOW BY NOW
I should know by now, you should know by now.
@etta moreno


La sonnerie stridente du réveil – ou plutôt sa seconde répétition - l’avait brusquement sorti d’un sommeil comateux, où les songes étaient amalgames d’images floues associées à des évènements lointains. À présent, il n’en avait plus le moindre souvenir sinon des bribes éparses, tout préoccupé par la journée qui s’annonçait. En retard, comme à son habitude, il avait un nombre incalculable de choses à faire dans un minimum de temps, autrement dit : il devait réaliser l’impossible. Là était le problème en réalité, il ne savait pas dire non à ses proches, et se retrouvait ainsi à la tête d’un planning quasiment ingérable au quotidien, digne d’un chef d’état. Pour autant, il ne se plaignait pas. Au moins restait-il toujours occupé, ce qui était plutôt agréable pour quelqu’un d’hyperactif comme lui, incapable de tenir en place. Il préférait largement ça, à la perspective d’une journée en solitaire face à ses propres pensées. Il n’y avait rien de bon là-dedans, surtout quand les réflexions – toujours les mêmes de surcroit - tournaient en rond, sans guère trouver de réponse adéquate. D’ailleurs, il n’y en avait pas forcément en définitive, ruminer ne servait pas à grand-chose si ce n’était entretenir des angoisses profondes. Chassant ces humeurs taciturnes dans un café noir refroidit, œuvre d’une sœur ainée attentionnée, il se dépêcha d’enfiler un vieux sweatshirt et quitta la maison. Dehors, le tout à chacun était déjà proactif y compris leur voisin au tempérament revêche, qui attendait souvent l’ultime moment pour se décider si oui ou non, il irait pêcher au lac. Il eut un sourire moqueur involontaire à son égard. Combien de fois s’était-il fait enguirlander pour avoir fait passer le ballon au-dessus de la clôture ? Idem pour le vélo échoué sur le trottoir entre deux activités sportives. Définitivement pas une personne patiente, même si avec l’âge il paraissait s’attendrir légèrement, car les écarts de la chienne têtue sur son gazon ne le faisaient guère sourciller. Il se promit toutefois de passer le voir au retour pour prendre de ses nouvelles car il restait toutefois un homme sur qui compter nonobstant son caractère grognon.

Il eut un dernier regarde en arrière et monta dans le vieux pick up familial : un tas de ferraille vétuste, qu’on avait du mal à s’imaginer fringant sur les routes. Pourtant celui-ci roulait à peu près correctement en dépit de son vacarme assourdissant dont la réputation au sein de la bourgade n’était plus à refaire. Faute d’argent, il ne pouvait se payer un véhicule flambant neuf, et admettait aisément être attaché à l’objet qui en avait vu tout un tas depuis qu’il en était l’heureux propriétaire. Musique à fond dans des hauts parleurs vétustes où la plupart des notes passaient au travers, il dû se reprendre à trois fois pour démarrer l’engin. Il décolla pour aller chez sa meilleure amie dans une drôle de fanfare, qui passait difficilement inaperçue. Chemin faisant, il jeta un coup d’œil au siège passager où s’amoncelaient les notes de la veille. Son amie l’aidait dans le cadre de ses études, relisant ses copies, ou l’interrogeant tantôt sur ses leçons, exactement à l’instar d’une mère soutenant son enfant en difficulté. Elle était la seule à avoir toute sa confiance, et en dépit de leurs péripéties au fil des ans, ils demeuraient étroitement soudés. Il avait à peine fait quelques kilomètres, quand la guimbarde ronchonna son mécontentement. A vue de nez et à en croire la fumée blanche, c’était mal barré pour rejoindre sa destination, sauf à perdre on ne sait quel morceau du moteur sur le macadam. Changement de programme, il fit demi-tour, direction la maison de Etta, qui à coup sûr aurait un mot fâcheux à l’encontre de la voiture mais qu’importe, elle était son seul espoir. Arrivé sur place on ne sait trop comment, il envoya un message à sa comparse pour la prévenir, puis frappa à la porte - il connaissait par coeur le code de l’immeuble. Drôle d’amitié que ceux-là ; une rencontre due au hasard, et qui contre toute attente perdurait malgré leur différence d’âge. « Hey… Salut… » Qu’il commença en la voyant apparaitre sur le pas de la porte, prenant soudainement conscience qu’elle était peut-être occupée. « Je ne veux pas te déranger et tu vas me dire je te l’avais bien dis, mais elle a encore un problème… Est-ce que je peux te la laisser ? Promis c’est la dernière fois. » Même s’il était certain qu’on était loin du compte, puisque se débarrasser de son pick up était hors de question, toutefois il se garda bien de le lui révéler.

_________________

set me free, just strip me of my fears,
wash me clean, set me free, just drown me in my tears | @ x ambassadors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
i'm gonna beat the shit out of satan.

Etta Moreno

messages : 843
name : olivia (carolcorps)
face + © : gal gadot | @mine — @tumblr/tommee profitt
multinicks : alma ⋅ inej ⋅ sofia ⋅ callum ⋅ reggie ⋅ georgie ⋅ leslie ⋅ maeve ⋅ emna ⋅ archie.
points : 1137
age : [ 28|10 ] thirty eight years old.
♡ status : divorced. — love is for children.
work : daveys owner — vice president of the northern blackhawks motorcycle club.
home : a small flat on pioneer oak.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ( ●●● ) - off (mavis, eliot, charlotte)

got gas in the tank but got no money in the bank. Empty
Message· · Sujet: Re: got gas in the tank but got no money in the bank. got gas in the tank but got no money in the bank. EmptyDim 8 Sep - 21:04

L’inactivité avait le don de lui rappeler de mauvais souvenirs. S’enfermer dans son appartement la ramenait à une époque bien plus sombre et cette pièce dont elle n’était pas sortie une seule fois en 5 ans. De ces chambres qu’elle n’avait pu quitter non plus. Le confinement l’angoissait, la rendait nerveuse. Si rien ne l’empêchait de sortir, Etta n’avait plus de réelles raisons de se lever le matin. Se remémorant une époque où elle émergeait d’un sommeil agité, dans ce lit qu’elle haïssait, après une nuit courte, beaucoup trop courte. Quelques heures grappillées lorsqu’il dormait enfin, la peur au ventre d’entendre à nouveau ses pas dans le couloir, la clé dans la serrure, de sentir son corps se blottir contre le sien, écoeurée, dégoutée. Elle avait pourtant fini par l’aimer, comme un mécanisme de défense, une façon de se protéger. Après tout, ce qui lui arrivait était bien moins horrible si elle avait des sentiments pour lui, si elle lui rendait son amour. Aujourd’hui Etta se donnait la gerbe rien qu’à y penser. Et malheureusement, depuis quelques semaines, Etta vivait dans ses souvenirs, une plongée qu’elle se serait bien évité mais qu’elle ne parvenait pas à réprimer. L’ennui avait le don de raviver ses angoisses, toutes, des plus anciennes datant de cette période, aux plus récentes. Car quelque soit le masque qu’elle arborait, ce n’était pas une femme stable et sereine, loin de là. Elle ne dissimulait pas son penchant pour la violence, le plaisir qu’elle ressentait à abattre son poing en pleine face de n’importe quel individu, méritant idéalement. Lorsqu’une crise survenait, elle était incontrôlable, bien qu’elle ait réussit à mettre ses démons en veilleuse ses dernières années. Trouvant des dérivatifs à ses déviances, les utilisant pendant quelques années pour son boulot, comme un talent qu’elle ne pouvait ignorer. Mais depuis Windmont Bay, depuis le club et le bar, Etta s’était calmée, trouvant pourtant quelques occasions de libérer la rage qui vivait en elle depuis plus de vingt ans. C’était peut être ce qu’elle aurait dû faire aujourd’hui, monter sur sa moto, rouler jusqu’à Portland, causer quelques ennuis que Cain serait ravi d’avoir à régler ensuite. Mais il la connaissait, il aimait trop son indomptable Etta pour lui demander de changer quoique ce soit, un battement de cil et ses doutes s’envolaient. Elle savait comment apaiser sa colère là où elle n’avait jamais réussi à faire taire la sienne. Non, au lieu de cela elle décidait qu’il était préférable pour elle d’aller jeter un oeil aux travaux et peut être filer un coup de main ou tout simplement apporter quelques cafés pour motiver les troupes et pousser une gueulante si le boulot n’était pas fait. Etta s’apprêtait à sortir, blouson à la main, avant d’être coupé dans son élan par quelques coups frappés à la porte. « Salut. » l’expression de son visage changea radicalement en découvrant le jeune Eliot sur le pas de sa porte. Passant de son habituelle trogne renfrognée à un sourire attendrit. Cela ne lui arrivait pas souvent et Etta n’était pas femme à se targuer d’être d’un contact facile, ni de pouvoir se lier aux autres facilement. Toutefois avec ce gamin les choses furent différentes, plus simples et naturelles. Elle ne s’était pas forcée et se sentait étrangement plus légère. C’était assez rafraichissant pour elle qui, en dehors du club, n’était pas habituée à ressentir ce genre de choses. « Encore?! C’est la deuxième fois ce mois-ci! » s’insurgea-t-elle plus comme un reproche contre la vieille carcasse qu’il traînait que contre lui. « Non tu ne me déranges pas du tout, je m’ennuyais à crever, depuis que le bar à brûler je ne sais pas quoi faire mise à part aider un peu. » ce qui pour ainsi dire n’était pas sa tasse de thé, si elle savait quoi faire face à une bécane ou une bagnole, devant un planché c’était tout autre chose. Elle peignait et était déjà ravie de pouvoir en faire autant, cela la sortait de sa routine morne et prometteuse d’un ennui mortel. « Ne t’inquiète pas je m’en occupe, je t’en dois une après tout, tu m’as sauvé avec ce lapin! » Mais Etta lui réparait son épave dès qu’il en avait besoin sans demander son reste. Ça lui manquait de ne plus travailler sur sa vieille voiture, celle là même qui lui avait servit de toit pendant plusieurs mois. Du moins était-ce son prétexte. « Tu as cinq minutes tu veux rentrer? Ou tu veux que je te dépose quelque part? » l’interrogea-t-elle en ouvrant d’avantage la porte pour l’inciter à entrer s’il le souhaitait.

_________________

out of the ashes i rise, you can run but you can’t hide. here i am. a force to be reckoned with, a blade you been messin’ with. a game you won’t ever win.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
just a lost boy not ready to be found.

Eliot Hastings

messages : 1876
name : marido @ castiells.
face + © : tom holland © tink.
multinicks : alexandrine, citra.
points : 2323
age : twenty three years old.
♡ status : single.
work : vet's assistant.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {0/3 - free} : the band; dimitri, etta, elle.

got gas in the tank but got no money in the bank. Empty
Message· · Sujet: Re: got gas in the tank but got no money in the bank. got gas in the tank but got no money in the bank. EmptyMar 22 Oct - 19:14

Les détracteurs de la vieille guimbarde auraient pu s’en donner à cœur joie en apprenant que celle-ci avait à nouveau rendu l’âme. Ce n’était ni plus ni moins que la troisième fois en l’espace d’un mois. Pourtant, si Eliot avait eu maintes occasions de s’en débarrasser, il ne l’avait pas fait. Fidèle à son bout de ferraille complètement déglingué, il persistait à la faire réparer plutôt que de l’échanger. Pourquoi ? Il n’en était pas vraiment certain. Sans doute par nostalgie de souvenirs lointains qu’il désirait à tout prix conserver afin de ne pas les oublier. Tellement de choses étaient arrivés par ou à cause de cette voiture qu’on lui avait confiée peu de temps après l’obtention de son permis. Il se rappelait encore de la tête de sa meilleure amie lors de leur première sortie ensemble, où il s’était pris un trottoir en regardant du mauvais côté. Et puis, il y avait les larmes des suites d’anicroches hasardeuses, mais aussi les fou rires… En somme, elle était kaléidoscope de petits morceaux de sa vie, et il était trop tôt pour l’instant pour lui dire adieu. Alors quand elle se mit à montre quelques signes de faiblesses, il se contenta de ronchonner mollement en faisant demi-tour vers la sauveuse attitrée. À coup sûr, Etta allait râler un peu puis finirait par mettre les mains dans le cambouis pour trouver une solution et de quoi rafistoler l’animal pour une poignée de jours supplémentaires. La pensée le fit sourire : ils se chamaillaient souvent sur le sujet lorsqu’ils venaient à se retrouver. D’aucuns auraient d’ailleurs pu trouver la situation incongrue, quand eux agissaient tout à fait normalement. Après tout, ils étaient amis, contrairement à ceux que les esprits étriqués s’imaginaient en les regardant évoluer au loin comme un couple aurait pu le faire, à ceci près que l’idée ne les avaient jamais effleurés. Désormais en bas de chez elle, il se demanda ce que les voisins penseraient de cette incursion soudaine, avant d’écarter la pensée malvenue : c’était complètement stupide. En la voyant apparaitre sur le pas, il eut un sourire timide, propre à une personne fautive qui venait de faire une connerie. Qui plus est, il craignait la déranger, surtout qu’elle semblait être sur le départ s’il en jugeait le blouson en travers de son bras. Si elle avait paru perturbée en lui ouvrant, son expression changea pour laisser place à des traits attendrit. Il avait cet effet là sur les gens : on aimait son air enfantin, à l’instar de ses mimiques maladroites quand il s’emmêlait les pinceaux. Elle qui semblait d’ordinaire relaxée, avait vraisemblablement quelque chose en tête qui l’accaparait. Poli, il ne chercha pas à comprendre l’impossible et se contenta de rebondir sur le reste. « Non ! Je suis sûr que ça fait moins que ça… » Il haussa les épaules, sachant pertinemment qu’il était dans l’erreur et qu’elle ne serait pas dupe. Toutefois il continuait sur le ton de la plaisanterie, comme il disait si bien d’ordinaire : sa caisse était une poubelle, mais c’était sa poubelle. « Tu ne sais toujours pas quand ça va rouvrir ? Tu as des nouvelles de Dimitri d’ailleurs ? » Qu’il demanda au innocemment au passage car il n’avait pas revu celui-ci depuis un moment. Ce n’était pas comme s’ils étaient des amis, cependant, il aimait bien sa compagnie et admettait ressentir on ne sait quoi à son égard. Pour l’heure, on en était au point mort, ce qui ne le privait pas pour autant de s’intéresser à l’avenir du bar et de ses occupants. L’incendie était suffisamment récent dans les consciences collectives pour que son interrogation passe pour de la simple curiosité. À croire que dernièrement, Windmont Bay collectionnait les imprévus en tout genre, quand elle n’avait connu que l’accalmie ambiante et l’absence de scandales depuis la tristement célèbre disparition des enfants. Il frissonna, refusant de s’attarder sur le sujet aussi fugace fut-il dans sa mémoire. « Ton chat n’a pas recommencé à assassiner le voisinage entre temps ? » Par le biais d’un ami d’un ami, il avait réussi à trouve un lapin de rechange comme il l’avait promis à Etta, suite au carnage du félin. Il avait été sceptique sur les aboutissants, persuadé que la fillette remarquerait le subterfuge, mais force était de constater que cette dernière n’y avait vu que du feu. « Ah ! Je suis rassuré, parce que j’aurais détesté devoir la confier à quelqu’un d’autre… » En vérité, personne – sauf moyennant une somme conséquente – aurait accepté de prendre en charge une énième réparation (inutile de surcroit) sur l’épave et se serait contenté de l’envoyer fissa à la casse. S’il avait été le sauveur de Etta, elle l’était réciproquement. « Non je devais aller voir Leslie mais je l’ai prévenu que j’avais un petit souci mécanique… » Il haussa mollement les épaules et poursuivit en jetant un coup d’œil dans son dos. « Je ne veux pas te déranger, mais je suis pas contre boire un verre d’eau. Après je peux rentrer à pieds, ne t’en fais pas. » A force de tomber en panne, il était coutumier du fait et n’était pas spécialement contre marcher, lui qui ne tenait guère en place. Avec les années, il avait appris à reconnaitre les raccourcis et des coins auxquels nul ne prêtait intention.

_________________

set me free, just strip me of my fears,
wash me clean, set me free, just drown me in my tears | @ x ambassadors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




got gas in the tank but got no money in the bank. Empty
Message· · Sujet: Re: got gas in the tank but got no money in the bank. got gas in the tank but got no money in the bank. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
got gas in the tank but got no money in the bank.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Pioneer Oak-
Sauter vers: