hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
No. 1 Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
No. 2 L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

Partagez
 

 rhythm & blues.

Aller en bas 

Sakura Okino

messages : 784
name : lora (isleys).
face + © : gemma chan — mine, tumblr.
multinicks : iyovi, nomi, letty, sersi, dimitri.
points : 1222
age : thirty-five.
♡ status : widow.
work : renowned pianist, composer.
home : at the majestic, for now.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : OFF · tinsley, lennon, persy.

rhythm & blues. Empty
Message· · Sujet: rhythm & blues. rhythm & blues. EmptyJeu 8 Aoû - 9:49




august 5th, around 10am
---------------
momma once told me
you're already home where you feel love
@Persy Polhaus


Il est parfois plus simple d’observer le monde à travers une vitre teintée. Ils ne la voient pas, mais elle regarde ces visages défiler sans qu’ils ne puissent la toucher. C’est un faux sentiment de sécurité et de contrôle qu’elle ressent et sans même qu’on la remarque, elle s’éclipse comme si de rien n’était. La scène se répète, pas tous les jours pour ne pas éveiller les soupçons, mais assez souvent pour tester sa patience, s’assurer de son courage. Sa force de caractère faillit pourtant dès qu’elle ordonne à son chauffeur de démarrer la voiture et de quitter les lieux sans qu’elle ne prenne la peine d’y poser ne serait-ce que la pointe de ses escarpins. Oh, si ridicule. Elle s’efforce d’éviter de croiser des traits familiers de peur de se rapprocher un peu trop près, un peu trop vite de choses qu’elle a passé tant d’années à oublier. Elle se plait à dire qu’elle n’apporte guère d’importance à certains détails, que sa présence en ville n’a rien à voir avec les fantômes du passé. Alors pourquoi se retrouve-t-elle une fois de plus à observer de loin le Arc Light ? La berline noire passe à peine inaperçue, stationnée de l’autre côté de la rue. Il ne s’agit que de quelques minutes, jamais plus. Elle n’en est pas encore arrivée à ce stade, elle ne fait qu’assouvir une certaine curiosité et c’est au détour d’un dîner avec ses parents qu’elle a appris que Persy s’occupait de redonner un petit coup de jeunesse au vieil établissement. Elle avait alors feint l’indifférence, mais comme toujours sa mère a profité de voir sa fille pour lui rappeler qu’elle avait d’autres connaissances dans le coin qui n’ont pas oublié son visage. C’est l’inconvénient (ou l’avantage, selon les points de vue) dans les villes comme Windmont Bay ; tout se sait, rien n’échappe à personne.
La première fois, elle est seulement passée en coup de vent, sans s’arrêter. Ce n’est qu’au troisième passage qu’elle a commencé à s’y attarder un peu – quelques secondes. Aujourd’hui pourtant, elle dépasse le délai qu’elle s’est imposée. Elle se surprend même à soupirer d’impatience et cette réaction l’oblige à se reprendre. Pour quelqu’un qui se lance dans la longue et périlleuse entreprise de remettre à neuf un tel bâtiment, à aucun moment n’a-t-elle vu ce qui pourrait ressembler de près ou de loin à l’image qu’elle a gardé de lui. Peut-être que sa mémoire lui fait défaut, après tout elle ne l’a pas revu depuis un petit moment maintenant, il est certainement très différent du jeune homme qu’elle a fréquenté. — Allons-y, ordonne-t-elle finalement au bout d’une poignée de secondes supplémentaires. Elle n’arrive pas à savoir si elle est déçue, agacée ou soulagée. Ce qui est certain, c’est que la situation ne la laisse pas impassible. La voiture démarre et s’apprête à s’engager dans la voie qui se rapproche au plus près du Arc Light quand la pianiste voit, à ce moment-là, un homme sortir des lieux, une cigarette au bec et une allure qui ne la laisse aucunement douter de son identité. — STOP ! Le chauffeur s’exécute presque immédiatement, et provoque un léger crissement de pneus. Sakura n’ose respirer pendant un bref instant, s’assurant que le bruit n'a pas attiré l’attention de Persy. Ce n’est pas le cas, elle voit continuer son chemin sur le trottoir. — Suivez-le, dit-elle doucement, discrètement. Il est toujours bon de le préciser. Elle ne sait pas du tout dans quoi elle s’embarque, elle hésite entre rigoler face à tant d’idiotie de sa part (il faut dire qu’elle a tout l’air d’un stalker) ou à accepter le fait qu’elle ne peut s’empêcher d’être curieuse. Le chauffeur ne lui pose bien évidemment pas de questions, il se contente de satisfaire les désirs de celle qui tend les billets à la fin du trajet ; qu’importe si la mission donnée est un brin étrange. Ses yeux ne perdent pas de vue une seule seconde le dos de Persy et elle est si concentrée qu’au moment où la berline s’arrête brusquement, elle laisse échapper un hoquet de surprise. — Que faites-vous ?! Elle n’a pas besoin qu’on lui réponde, elle voit par-delà le parebrise une personne âgée traverser et discuter en même temps. Sakura lâche un soupir, d’agacement cette fois et intime le chauffeur de continuer dans l’une des rues adjacentes et étroites où elle a aperçu pour la dernière fois Persy. Et au moment où le véhicule s’engage, Sakura remarque que l’artère est totalement dénuée de vie. — Arrêtez, le vrombissement du moteur se fait de plus en plus discret jusqu’à s’arrêter complètement. Elle est persuadée qu’il est passé par là, elle en mettrait sa main à couper. Son regard fait des va et vient entre les différentes fenêtres obscurcies. — Mais où est-il pass- Toc toc. Elle sursaute légèrement, elle n’a pas le temps de réellement réagir que son visage fait face au sien. Persy. Il ne la voit pas, mais elle oui. Le juron ne traverse pas ses lèvres (ce n’est pas son style de toute façon), elle se contente de le penser très fort. Shit. L’envie d’ordonner à son chauffeur de redémarrer et quitter les lieux est tentante, mais à quoi bon ? Pour qu’elle revienne un autre jour et retombe dans ce cercle vicieux et pathétique ? Le temps lui manque, le conducteur a déjà baissé la vitre et ils échangent quelques mots. Il l’ignore mais à cet instant précis, l’employé joue son salaire. Sakura se tasse un peu plus au fond de la banquette arrière, une main devant le visage au cas où Persy viendrait à se pencher pour jeter un œil. Un choix s’impose, et elle n’a pas toute la journée pour se décider. Les yeux clos, elle prend une profonde inspiration. Sa main se pose sur le bouton et la vitre émet un léger son à mesure que celle-ci s’abaisse. — Y a-t-il un problème ? On est pressés… Les traits détachés, stoïque. Elle ose feindre l’incompréhension, allant jusqu’à prétendre qu’elle ne l’a pas reconnu sur le moment. Ce n’est pas sa meilleure carte à jouer, mais c’est celle qui lui permet d’être le plus à l’aise pour le moment.

_________________

the seasons are still the same. though many have passed. now it’s time that I got used to being without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
rhythm & blues.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Harbor Row-
Sauter vers: