hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
No. 1 Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
No. 2 L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

Partagez
 

 Lost but found.

Aller en bas 
We're not the ones who're meant to follow.

Oliver Winters

messages : 932
name : corpsie.
face + © : jack dylan grazer (©Santa Livia & dcmultiverse)
multinicks : Sally, Pete, Beckett, Marnie, Tony, Paz, Lando, Ike.
points : 1392
age : 15 yo {24.07}
♡ status : buzzin', rollin'.
work : sophomore.
home : the winters'.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : OFF. tommy, maeve, zoya. (gang's halloween)

Lost but found. Empty
Message· · Sujet: Lost but found. Lost but found. EmptyMer 14 Aoû - 19:57

@Maeve Duggan - juin 2019

The echoes of that news ring loud. No sound can ever drown it out.

La phrase « je suis ton père » tournait en boucle dans la tête d’Oliver depuis plusieurs jours, il avait essayé de passer à autre chose, en se plongeant dans ses jeux vidéos préférés, en lisant des bouquins de science-fiction, mais rien n’y faisait, il revenait inlassablement sur cette épineuse révélation qui avait fait explosé le cocon familial et toutes ses certitudes. Il se réveillait désormais chaque matin avec la sensation d’être le dindon de la farce, celui sur lequel tout le monde se retournait en le pointant du doigt. Heureusement que Tommy avait choisi les vacances pour faire sa grande déclaration, car l’adolescent n’aurait pas supporté devoir aller chaque jour au lycée en se demandant qui autour de lui était au courant depuis le début. Le mensonge était l’un des défauts qu’il exécrait le plus, et de savoir qu’il avait grandi à l’intérieur d’un était tout bonnement insupportable à ses yeux. Il avait fait mine de ne pas être trop fâché, car Bethany lui avait demandé de ne pas gâcher les vacances de son « papounet », car il ne s’en autorisait jamais ; il avait fait bonne figure, ce qui revenait à jouer au roi du silence avec l’homme de la maison, mais à aucun moment il ne s’était décidé à lui pardonner. La rancœur était un feu qui brûlait l’intérieur de sa poitrine, qui le réveillait au beau milieu de la nuit, qui lui donnait des envies de vomir en pleine partie, qui faisait couler ses larmes sans qu’il ne fût jamais en mesure de les retenir. Deux jours avant le retour prévu de Tommy et Sami, Oliver s’était décidé. Il avait, en toute discrétion, préparé un sac avec des vêtements et le strict minimum pour survivre, puis, à l’heure précise où il savait son paternel dans l’avion qui le ramenait dans l’Oregon, il passa par la fenêtre et disparut. Personne ne remarquerait son absence avant le lendemain, parce que chacun était trop occupé avec sa propre vie, et parce qu’Ollie les avait habitués à rester enfermé des heures durant dans sa chambre, pour le plus grand plaisir de Chase qui occupait dès lors celle inoccupée du pompier de la famille.

« Je suis ton père »
, à force, l’image de Tommy s’était remplacée par l’imposante silhouette de Dark Vador et ce fut tout naturellement que les pensées d’Oliver s’étaient envolées vers la plus grande fan de l’univers Star Wars qu’il connaissait. Maeve et lui n’étaient plus aussi proches qu’avant, pour une raison qui devait les dépasser tous les deux, mais il était persuadé qu’elle était celle auprès de qui il trouverait non seulement une oreille attentive, mais aussi une épaule sur laquelle se reposer. Les Duggan étaient ainsi faits : le cœur sur la main derrière des apparences brutes de décoffrage. La logique aurait voulu qu’il trouve refuge chez Zoya, chez sa meilleure amie, qui aurait elle aussi tout fait et donné pour lui changer les idées, qui aurait également partagé son point de vue sur la situation, étant donné qu’elle la partageait à l’identique. Mais, justement, les Winters restant à Windmont Bay auraient su directement où se rendre pour le récupérer, et il préférait l’anonymat. Il avait besoin d’un jour ou deux loin de cette famille de fous qui ne faisait que le tirer vers le bas. Son raisonnement ne prenait pas en compte le côté papa poule de Keane, auquel il risquait de se heurter dès qu’il saurait que Monsieur Winters, dernier du nom, avait fugué. Le soleil dardait encore des rayons discrets sur la ville lorsqu’il contourna la modeste maison des Duggan et déposa son vélo contre le mur de brique, à l’arrière. Son mode ninja activé, il scruta à travers les diverses fenêtres entrouvertes à la recherche de son amie, qui se fit entendre tandis qu’elle lançait des mots qu’il ne saisit pas à son père mais qui eurent le mérite de l’aider à la repérer. Il tapota trois coups contre la vitre afin de capter son attention et attendit qu’elle lui ouvrit la porte arrière qui donnait sur la cuisine. La nouvelle avait dû faire le tour de la ville, car il n’eut même pas besoin d’articuler le moindre mot que, déjà, Maeve s’avançait avec un regard rempli d’empathie. Des larmes de tristesse et de soulagement dévalèrent ses joues tandis qu’il venait se blottir dans les bras de l’adolescente. « Je suis désolé de débarquer comme ça, » renifla-t-il, ses doigts serrés contre le tissu du t-shirt de Maeve. « Je n’en pouvais plus de rester chez moi, dans cette maison de menteurs et de… » Les mensonges étaient déjà suffisants. Et même si ses anciens frère et sœurs, désormais devenus oncle et tantes, avaient fait front commun contre Tommy – hormis ce fourbe de Chase, que rien n’atteignait jamais – Oliver préférait les laisser entre eux, derrière lui. Il se recula pour essuyer ses joues et déglutit bruyamment avant de lâcher un rire nerveux. « Bonjour… quand même…  Je suis content de te voir…»

_________________
I take it in but don't look down
If you love somebody, better tell them while they're here 'cause they just may run away from you. You'll never know quite when, well tThen again it just depends on how long of time is left for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
could hug you to death.

Maeve Duggan

messages : 895
name : olivia (carolcorps)
face + © : millie bobby brown | @diamond heart — @tumblr/lewis capaldi
multinicks : alma ⋅ inej ⋅ sofia ⋅ etta ⋅ callum ⋅ reggie ⋅ georgie ⋅ leslie ⋅ emna ⋅ archie.
points : 296
age : [ 24|04 ] fifteen years old.
♡ status : too young for that. — kind of engaged to hayden christensen since she's five. but with a big crush on tom holland.
work : sophomore year.
home : w/ her dad and sister.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ( ●●● ) - off (ollie, zoya, thalia)

Lost but found. Empty
Message· · Sujet: Re: Lost but found. Lost but found. EmptyDim 8 Sep - 21:35

Un jour elle avait considéré Oliver comme son meilleur ami, aujourd’hui s’ils n’étaient pas pour autant des étrangers, ils n’étaient plus aussi proche. En l’occurence, Mae se savait détrônée dans la vie du jeune homme et n’y pouvait pas grand chose. Elle pouvait se leurrer et se bercer d’illusions, prétendre que c’était tout bonnement arrivé comme cela arrive à tant d’autres. Le cours de la vie les ayant mené sur des routes séparées cette dernière année. Année où il avait fait la rencontre d’une petite nouvelle en ville et comment pouvait elle rivaliser avec ça? Elle qui faisait désormais partie des murs. Elle n’était plus la nouveauté du coin, elle n’était plus la gamine qu’on scrutait, qu’on observait le regard attristé et presque larmoyant. Pauvre gamine qui avait perdu sa mère et son petit frère, pauvre petite. Elle n’était plus cette fille qui avait trouvé en Oliver un enfant qui se fichait des histoires des grands, qui se contentait d’apprécier sa compagnie, là où Maeve peinait à trouver quiconque l’acceptant avec ses petites excentricités jugées presque ringardes à cette âge là. Toutefois, elle n’était pas dupe et se savait responsable de cette distance, du moins en partie. Elle n’avait guère fait d’efforts ces derniers mois, se satisfaisant -en apparence- d’un salut et d’une brève conversation au détour d’un couloir. Ravalant sa fierté et ce déchirement en sachant qu’ils ne partageaient désormais plus rien tout les deux. Si elle ne l’avait pas cherché, si cet isolement elle se l’était imposée malgré elle sans le désirer vraiment, personne ne s’en était pour autant soucié. Après tout, la gamine s’éclatait sur youtube et autres réseaux sociaux, se plaisant à découvrir les affres de sa petite notoriété, se recroquevillant dans son monde rassurant fait de Chevaliers Jedi et de Sith. Un endroit hors du temps où rien ne pourrait l’atteindre. Rien ou presque. La nouvelle avait commencé à circuler rapidement. Très vite les mots étaient venus aux oreilles de l’adolescente à qui il fallut plusieurs heures, voir jours, pour parvenir à réaliser son ampleur et l’impact qu’elle avait eut sur son ami. Elle n’en croyait pas ses oreilles. D’abord atterrée de voir que la vieille Baker et autres commères ne reculaient devant rien ni le moindre ragot à répandre. Ensuite furieuse contre Tommy. Pas concernée pour un sous, à part via son affection pour Oliver, son « père » et le reste des Winters, elle se sentait malgré tout trahi, honteuse d’avoir gobé au mensonge servit depuis toutes ces années.  
Elle était encore entrain de bougonner dans son coin après un vague accrochage avec son père lorsqu’elle entendit ces quelques coups. C’était un mélange assez contradictoire qui l’animait alors. Entre le soulagement de le savoir ici, rassurée qu’il se soit senti encore suffisamment en confiance pour venir près d’elle chercher un peu de réconfort. Triste de le voir dans cet état, elle qui n’avait que rarement vu Oliver autrement qu’affublé de son adorable sourire. Elle l’avait déjà vu pleurer lorsqu’ils étaient enfants, mais cela n’était rien de plus qu’un chagrin de môme, de ceux qui n’avaient besoin de rien d’autre qu’un bisou magique ou des chatouilles pour remonter le moral. Aujourd’hui elle doutait que cela fasse l’affaire. « Tu es chez toi ici tu sais bien. » son coeur se serra en l’entendant chouiner sentant son étreinte se resserrer tandis qu’il lui expliquait la situation. « Je comprends. » souffla-t-elle bien qu’en réalité non, elle n’y comprenait rien. Elle n’avait pas idée de ce que cela pouvait faire, de ce qu’il avait ressenti, de savoir son univers, sa réalité depuis quinze ans n’être qu’un tissu de mensonge. Que les personnes en qui l’on avait le plus confiance aient été capable de mentir si longtemps sur un fait aussi important que son histoire. « J’arrive pas à croire qu’il ait pu … je suis désolée. » elle resserra alors son étreinte autour de l’adolescent, avant que ce dernier ne s’écarte finalement pour tenter de sécher ses larmes. Un léger sourire vint alors fendre ses lèvres. « Bonjour.. moi aussi ça me fait plaisir de te voir. » mais pas comme ça. Bien sur qu’elle aurait préféré le voir dans d’autres circonstances, mais il était là et elle n’en était pas mécontente. Elle aurait aimé lui dire qu’il lui avait manqué, qu’elle était contente de savoir qu’il pensait toujours à elle, qu’il l’appréciait encore assez pour prendre refuge chez elle, mais ce n’était guère le moment pour ça. La jeune fille chérirait ses pensées et les garderait pour elle. « Tu fais le mur maintenant? » s’amusa t-elle en essuyant une larmes qui roulait encore sur ses joues rougies par ces dernières. Toutefois elle n’oubliait pas que son père ne serait pas aussi enclin qu’elle à le dissimuler à sa famille. Bien qu’elle comprenait l’inquiétude et la panique que cela provoqueraient, si c’était ce dont Oliver avait besoin, elle n’irait jamais contre. L’adolescente lui prit alors la main avant d’annoncer. « Mieux vaut monter avec que mon père ne nous entende. » Ce dernier s’occupait de sa petite soeur et si cela ne prenait pas des heures, Keane était si proche de ses filles que même donner un bain à sa petite dernière pouvait prendre un temps considérable. Maeve en profita alors pour entraîner l’adolescent à l’étage et refermer la porte de sa chambre derrière elle, ce qui en temps normal aurait certainement filé des sueurs froides à son père si on prenait désormais leur âge en considération. « Comment tu vas? » question somme toute bateau et pouvant paraître idiote compte tenu des circonstances mais qui lui semblait pourtant aussi évidente que nécessaire tandis qu’elle s’asseyait sur son lit l’invitant à en faire autant. « Il t’a annoncé ça, comme ça? Un beau matin il s’est dit tient, j’avais omis ce détail, allez?! » ne put-elle s’empêcher de l’interroger. Elle osait à peine imaginer la rage qu’elle ressentirait si on lui apprenait une vérité de ce genre, si on avait attendu 15 ans pour en faire la révélation. Elle était loin d’imaginer ce que pouvait ressentir son ami, mais elle était certaine d’avoir d’ors et déjà sa petite idée.

_________________

now the day bleeds into nightfall and you're not here to get me through it all. i was getting kinda used to being someone you loved. —
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
We're not the ones who're meant to follow.

Oliver Winters

messages : 932
name : corpsie.
face + © : jack dylan grazer (©Santa Livia & dcmultiverse)
multinicks : Sally, Pete, Beckett, Marnie, Tony, Paz, Lando, Ike.
points : 1392
age : 15 yo {24.07}
♡ status : buzzin', rollin'.
work : sophomore.
home : the winters'.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : OFF. tommy, maeve, zoya. (gang's halloween)

Lost but found. Empty
Message· · Sujet: Re: Lost but found. Lost but found. EmptyVen 20 Sep - 22:01

L’anxiété était le moteur indésirable de son existence. Malgré son jeune âge, il s’inquiétait d’un rien, de tout, et bien que son histoire personnelle fût son plus gros souci du moment, il ne put s’empêcher d’éprouver une forme de gêne à s’inviter de la sorte chez les Duggan. Ce sentiment sombre ne dura pourtant pas, grâce à la bienveillance de Maeve. « Tu es chez toi ici », cinq petits mots, simples, monosyllabiques, énoncés avec honnêteté et désintérêt. Cinq mots qui firent rouler autant de larmes, de soulagement cette fois, sur les joues déjà humides d’Oliver. L’éloignement, physique et amical, entre les deux s’étendait à de nombreux mois, pourtant, à cette seconde, tandis qu’il se retrouvait blotti contre son corps aussi frêle qu’elle était forte, il voulait bien la croire. Il voulait bien y croire, que son toit était le sien, que ses bras constituaient un espace sécurisé dans lequel rien ne lui arriverait. Il en avait besoin. Plus les années passaient, plus le manque d’amour maternel, féminin, se faisait ressentir et plus il recherchait le contact du beau sexe. Il ne s’en rendait pas particulièrement compte, c’était pourtant ce qui l’avait éloigné, progressivement, de manière quasi imperceptible, de son groupe d’amis duquel il se sentait de plus en plus déconnecté. Il avala sa salive dans un bruit de déglutition et hocha la tête, après avoir lâché un rire à la fois nerveux et amusé. « Oui… Ollie 2.0, le rebelle, c’est moi ! » L’Oliver de ses souvenirs n’était pas celui qui lui faisait face ce soir-là, cela était évident. Il tourna la tête, inquiet à l’idée de déranger, d’être considéré comme un intrus par le maître des lieux, néanmoins la prise autour de ses doigts l’encouragea à ne pas se torturer le cerveau plus longtemps. Il demanderait l’autorisation plus tard, ou jamais, selon le niveau de discrétion dont il(s) serai(en)t capable(s). Il ne savait même pas encore si Maeve serait d’accord pour supporter sa compagnie plus d’une journée. Il coinça son sac entre ses jambes, une fois installé sur le bord de son lit, comme s’il en avait soudainement honte, et baissa les yeux sur ses mains jointes. « Non, ça ne va pas… » Sa poitrine était oppressée, ses côtes pénétraient son organe vital à chaque respiration, il vivait avec une migraine constante depuis la révélation. Le départ de Tommy pour le Vieux Continent aurait dû apaiser son trouble, ce ne fut pas le cas. Au contraire, plus son retour avançait, plus il souhaitait repousser l’échéance, il n’avait plus envie de le voir, de supporter son regard de chien battu désolé, d’être contraint d’accepter la situation et d’en faire sa normalité alors qu’il n’y avait absolument rien de normal à mentir à un enfant pendant près de quinze ans. Il garda le silence pendant une longue minute avant d’inspirer afin de remplir la totalité de ses poumons. L’air ainsi ingurgité fut expulsé au travers d’un rire jaune. « Si seulement… ça aurait été trop beau. Mais il a décidé que ça serait beaucoup plus fun de m’emmener en pleine forêt, pour me couper du monde et m’empêcher de hurler ma détresse à mes amis. C’est pas le mode opératoire d’un psychopathe, ça ?! » Isoler sa victime pour lui asséner le coup fatal. « Je déteste la forêt, c’est officiel maintenant, » ajouta-t-il, dans un murmure marmonné dans sa barbe inexistante. Il finit par se redresser et tourna la tête en direction de son amie. « J’ai l’impression de ne plus savoir qui je suis, ça peut sembler idiot, mais c’est le cas… Je n’arrive pas à me dire que je suis le même Oliver qu’avant d’être mis au courant. Je vais me taper un putain de complexe identitaire alors que je n’y suis pour rien, qu’il lui aurait fallu prendre son courage à deux mains dix ans plus tôt… » Il se frotta le dessous des yeux, pour chasser les larmes qui menaçaient de couler à nouveau au souvenir de cette soirée. Tel un noyé que l’on aurait tout juste ranimé, il inspira par le nez, dans des tressautements incontrôlés, et reprit ses esprits. « Si ça dérange ton père, je ne vais pas rester… Je… » Il se pencha pour récupérer son sac et le posa sur ses propres genoux. « Je n’ai pas réfléchi jusqu’au bout, je me suis dit que fuguer était un truc facile, vu que tout le monde semble l’avoir déjà fait un jour. Mais je n’ai pas envie de me retrouver sous un pont, surtout qu’il n’y en a pas à Windmont Bay… Je… Je voulais un visage ami, un foyer que je connais et qui ne m’a jamais déçu… » Le froid qui s’était installé au cœur de leur relation n’avait plus la moindre importance à ses yeux ; dès l’instant où il les avait posés sur Maeve, tout avait été oublié, seule son amitié comptait. « Keane va me tuer, c’est ça ? » Il pouvait déjà l’entendre gronder et sentir sa poigne autour de sa nuque pour le ramener, avec une pointure quarante-trois imprimée sur le postérieur en prime. Il se remit debout en secouant la tête de gauche à droite. « C’était idiot, je n’aurais pas dû t’entraîner là-dedans, je ne peux pas t’imposer ma présence comme ça… » Prêt à partir, il se dirigea vers la porte de sa chambre mais, au lieu de l’ouvrir, il posa son front contre le bois poli avant de lâcher un long soupir de lassitude.

_________________
I take it in but don't look down
If you love somebody, better tell them while they're here 'cause they just may run away from you. You'll never know quite when, well tThen again it just depends on how long of time is left for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
could hug you to death.

Maeve Duggan

messages : 895
name : olivia (carolcorps)
face + © : millie bobby brown | @diamond heart — @tumblr/lewis capaldi
multinicks : alma ⋅ inej ⋅ sofia ⋅ etta ⋅ callum ⋅ reggie ⋅ georgie ⋅ leslie ⋅ emna ⋅ archie.
points : 296
age : [ 24|04 ] fifteen years old.
♡ status : too young for that. — kind of engaged to hayden christensen since she's five. but with a big crush on tom holland.
work : sophomore year.
home : w/ her dad and sister.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ( ●●● ) - off (ollie, zoya, thalia)

Lost but found. Empty
Message· · Sujet: Re: Lost but found. Lost but found. EmptySam 9 Nov - 9:48

Un flot de sentiments très différents assaillaient la jeune fille tandis qu’elle écoutait son ami avec la plus grande attention. Concentrée sur son récit, elle se sentait complètement démunie face à la détresse d’Oliver. Plus il parlait, plus sa propre colère grondait férocement, menaçant d’exploser à tout moment. Comment Tommy avait-il pu lui mentir? Comment avait-il pu garder ce secret si longtemps et pourquoi maintenant? Qu’est ce qui avait soudainement changé pour qu’il veuille détruire la vie de son ‘fils’ et balayer toutes ses certitudes à un âge où on en a rarement? Aucun parallèle n’était possible dans sa vie pour qu’elle n’ait ne serait-ce que l’ombre d’une idée de ce qu’il pouvait bien ressentir. Oh, Maeve avait eu son lot, elle en avait eu bien plus qu’assez pour les frêles épaules d’une adolescente de seulement quinze ans. Mais elle pouvait au moins se targuer d’avoir son père et une relation saine avec lui, basée sur une confiance mutuelle qu’ils entretenaient en se disant tout, ou presque. Mais jamais Keane n’aurait menti sur quelque chose d’aussi énorme, ça elle en était certaine. Et puis pourquoi préserver un tel secret? Plus elle écoutait Oliver, plus cette question revenait sans cesse. Quelle avait été son excuse pour lui dissimuler une chose pareille? Quoiqu’il ait pu servir comme prétexte, Maeve était à peu près certaine de trouver cela ridicule. Parce que rien ne justifiait un tel mensonge, rien ne pourrait venir expliquer ce que ressentait à présent son ami. Ce n’était pas juste. Et se contentant de l’écouter, prenant le soin de ne pas l’interrompre tandis qu’il déversait le fil de ses pensées, la jeune fille fini par froncer les sourcils et agiter la tête de droite à gauche tandis qu’il commençait à se diriger vers la porte. « Comme si tu m’imposais quoique ce soit! » commença-t-elle en se levant pour se planter entre lui et la porte. « J’aurais préféré que ça ne soit pas dans ces circonstances, mais je suis vraiment contente de te voir Ollie. Et je suis rassurée que tu te sentes assez bien chez moi pour venir t’y réfugier. Alors tu n’iras nul part, je te l’ai dis, c’est aussi chez toi ici. » ce qu’elle pensait sincèrement. Oliver était le premier ami qu’elle s’était fait à Windmont Bay. Cela remontait à si loin qu’elle avait presque l’impression que le jeune Winters avait toujours fait partie de sa vie. Ces derniers mois sans lui furent d’autant plus difficile à digérer qu’elle ignorait pleinement ce qui les avait éloigné. Mais elle n’avait envie de blâmer personne et se contentait d’apprécier le fait qu’il soit là ce soir. Qu’en dépit de cette année, il ne l’avait pas oublié, pas plus que leur amitié. « Si ça peut te rassurer je n’ai jamais fugué ! Enfin si, je suis partie 5min de chez moi et j’avais trop froid alors je suis rentrée. » véridique, la jeune fille n’a, en plus, jamais été très douée pour faire la tête à son père. « T’es plus courageux que moi! » affirma-t-elle sans l’ombre d’un doute. « Allez viens .. » l’adolescente s’empara de son sac à dos d’un côté, puis prit sa main dans la sienne pour le ramener vers le centre de la pièce. Elle se rassit sur son lit et lui offrit un petit regard suppliant pour qu’il en fasse de même. « On parlera à mon père tout à l’heure. Mais tu peux resté ici autant que tu voudras, ne t’inquiète pas pour ça. » avec douceur elle vint essuyer une larme qui vint se fondre dans les nombreux sillons déjà dessinés sur ses joues. Le coeur serré de voir son ami dans un tel état, furieuse contre Tommy. Furieuse comme elle l’avait rarement été auparavant. « Je ne veux plus que tu t’inquiètes pour ça, d’accord? Je me charge de tout et aussi longtemps que tu en auras besoin, ce sera ta chambre. Et ce n’est pas discutable, on en parle plus! » fit-elle d’un ton à la fois catégorique et chargé de tendresse. « Maintenant, soyons sérieux. Tu sais que je suis douée avec une batte de baseball? Est-ce que tu veux que je lui brise les genoux? » son jolie sourire s’étira, les yeux pétillants de malice tandis qu’elle essayait tant bien que mal de détendre un peu son ami. Sachant pourtant que ce n’était pas grand chose et que ce serait loin d’apaiser la tempête qui faisait rage à l’intérieur de lui. Elle serra un peu plus sa main et poussa un long soupire. « T’es peut être différent, peut être qu’effectivement ça change pas mal de choses. Et même si moi, je n’aurais rien voulu changer chez toi, dis toi que ça fait parti de la vie, on change, on évolue. On grandit. C’est pas si mal. » La jeune fille avait vu sa vie changer à plusieurs reprises déjà, ses repères s’effriter autour d’elle, ses certitudes s’abattre comme un château de carte. Non les êtres qu’elle aimait ne seraient peut être pas toujours là autour d’elle. Oui il y a des choses que l’on oublie, comme le son d’une voix qui était si familière et rassurante. Des personnes en qui l’on avait toute confiance peuvent trahir ce qui était supposé être leur famille. Si elle essayait de prendre les récents évènements avec décontraction, Maeve n’en était pas moins chamboulée et tout aussi perdue. « Mais est-ce qu’il avait au moins une bonne raison pour te cacher ça? Parce que j’en vois aucune. » si elle était à des années lumières de comprendre ce qu’il pouvait ressentir, en revanche elle pouvait comprendre la déception, le sentiment de trahison. Lando avait su lui enseigner cette leçon mieux que quiconque.

_________________

now the day bleeds into nightfall and you're not here to get me through it all. i was getting kinda used to being someone you loved. —
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Lost but found. Empty
Message· · Sujet: Re: Lost but found. Lost but found. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Lost but found.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane-
Sauter vers: