AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vos papiers svp... #Phèdre&Cudy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Vos papiers svp... #Phèdre&Cudy Lun 15 Fév 2010 - 22:31

Phèdre Braintwood & Cudy Butterfly



Cudy était une habitante de Miami depuis pas longtemps mais cela n'avait pas empêché à la jeune femme de vite trouver un boulot, elle avait d'ailleurs cherché avant de se déplacer, elle ne voulait pas vivre seulement de la fortune de ses parents et de la sienne par la même occassion, elle était en premier lieu venu pour se venger, mais en second, elle avait besoin de détachement, une réelle envie de lacher prise, de ne plus entendre parler ses parents de ce qui était bon pour elle ou non, elle avait besoin d'indépendance et elle allait l'obtenir, même si elle avait certaines obligations voilà.

Elle avait donc un poste d'apprentie en flicologie, elle voulait devenir flic et savait qu'elle finirait par être une bonne équipière, même si son gabarit ne faisait peut être d'elle une flic et même si tout le monde avait pû se moquer, elle voulait du coup d'autant plus réussir qu'au départ. Elle allait tout donner pour leur fermer leur bouche. C'était un metier terrible, toujours de l'action, jamais les mêmes choses à faire, chaques interventions étaient différentes, elle avait des collègues terribles, que des hommes presques et même si elle les haissait à cause de ce que Neal lui faisait endurer, elle se sentait rassurer et surtout entourée parmis eux, un bonheur à l'état pur.

Etre flic avait plusieurs avantages, elle pouvait savoir tout sur les gens et eux rien sur elle, et ça c'était un sacré gros bon point pour elle, elle aimait tout savoir, et au moins elle avait un point de pression sur les gens face à elle, et c'était du bonheur. C'est alors ainsi qu'elle avait fais la rencontre d'un jeune homme assez mignon pour tout dire, elle l'avait croisé une fois alors qu'elle faisait un contrôle de police dans une rue fréquentée en pleine nuit où normalement des chauffards font des âneries, et ils tiraient à la courte paille pour savoir qui allait commencer à faire la loi, elle tomba la première, c'était son premier contrôle seule, sans personne à ses côtés pour aller aborder les dangereux conducteurs, alors c'était la peur au ventre qu'elle l'avait abordé.


FLASHBACK


_Vos papiers s'il vous plait.
L'homme lui avait alors tendu sans rien répliqué, elle avait l'air tendu et l'homme avait pris le malin plaisirs à y prêter attention, elle fit ensuite le tour du véhicule en regardant partout, elle avait peur de ne pas voir un détail LE détail qui allait faire qu'elle allait se faire engueuler par ses chefs qui l'examinait, elle passait un petit test de routine pour les chefs mais elle se donnait une pression du tonnerre. C'est ainsi qu'elle lui murmura.
_Je suis desolée, je dois vous mettre une amende, demander moi pas pourquoi mais prenez le papier en râlant en disant ce qui vous passe par la tête mais surtout ne poser pas de question du pourquoi du comment.
Mais...
L'homme la regarda interloqué, et regarda "l'amende" une feuille où d'ordinaire il devait y avoir la plaque, le code du flic pour ne pas donner son nom le prix de l'amende et le motif, et là elle y avait écris : Merci suivit de son numéro de portable pour se faire excuser et lui expliquer alors si le coeur lui en disait les raisons de son action. Il était alors partit en gueulant, elle sourit légèrement avant de se retourner vers son équipe.
_Ca arrive souvent les cons comme lui ? Vous me croyez si je vous dis qu'il n'avait pas de pantalon ? Exhibitionniste.
Elle avait eu honte de dire ça mais c'était marrant et c'était surtout la seule chose qui lui était passé par la tête, ses chefs lui demandèrent son carnet d'amende et là ils hurlèrent de rire, en plus d'avoir collé le mec elle lui avait laissé le double de la copie, autant dire qu'il ne restait aucune trace de l'amende, elle avait donné les deux papiers au jeune homme, elle fit alors la fille blonde et écervelé, mais cela passa comme une lettre à la poste.

FLASHBACK END

Et cet homme était alors enfin revenu à elle alors qu'elle en avait oublié cette séance pénible d'arrêtation qui avait duré toute la nuit, où bien sûr elle n'avait pas donné que son numéro, elle avait mis des vrais prunes, avait fais des contrôles d'alcootest, avait embarqués des sales gosses qui leur jetaient des bouteilles de bières bref une soirée riche en évènement qui avait alors fais disparaitre légèrement ce moment si drôle où elle avait fais croire à son équipe que l'homme était sans pantalon dans son véhicule. Il l'avait alors contacté une après midi, il l'avait appelé une fois mais elle n'avait pas répondu, elle ne connaisait pas le numéro et se méfiait des appels, c'est ainsi qu'elle écouta le message, l'homme disait avoir un problème avec sa moto, tiens en plus d'être sans pantalon soit disant, il avait une moto, elle aimait les motos même si cela lui rappelait trop Neal omnubilé par ses joujous... Elle soupira alors et décida de le rappeler, elle lui fixa un endroit pour en discuter, sûrement pas chez elle ça non elle ne laissait jamais personne entrer c'était pas lui qui allait pouvoir y aller.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Vos papiers svp... #Phèdre&Cudy Mar 9 Mar 2010 - 19:57

Il y a des jours où vouloir comprendre la gente féminine peut se révéler être la plus dure de toutes les choses à faire. Comme tout homme, Phèdre avait connu cette situation plus d’une fois dans sa vie, il y avait d’abord toutes ses années où il n’avait véritablement eut qu’une seule demoiselle dans son cœur. Et pourtant, il n’avait jamais réussit à savoir si celle-ci l’aimait en retour. Comprendre ce qui se passait dans la tête de la demoiselle était une chose qu’il arrivait pourtant si bien du moins quand il s’agissait de savoir ce qu’elle pensait, ce qu’elle voulait mais dès qu’il s’agissait de savoir ce qui se passait dans le cœur de la demoiselle cela était une toute autre histoire. Le jeune homme secoua doucement la tête, s’il y avait un moyen pour lui de ne plus jamais penser à Panamee, il le prendrait tout de suite. En effet, cela faisait un jour qu’il l’avait revu et surtout qu’il savait pour son enfant et son mari. Si l’on voulait briser son cœur, il n’y avait pas de meilleur moyen d’y arriver. Penser trop, voilà sans doute son plus gros défaut et la seule manière qu’il avait trouvée de le résoudre était de boire encore et encore. Les traits totalement tirés, c’est sans doute ce que l’on voyait le plus chez Phèdre. Boire, il en avait l’habitude mais par contre, boire autant, n’était jamais bu et la gueule de bois était un peu apparue lorsqu’il s’était levé ce matin. Heureusement pour lui il connaissait le moyen pour que celle-ci ne dure pas, un petit cocktail affreux en texture et en goût mais qui avait pourtant des effets presque miraculeux. Son humeur n’était pas vraiment ce que l’on pouvait appeler des plus joyeuses et cela n’était pas prêt de changer. Au petit matin, il avait retrouvé sa maison sans dessus dessous et il ne pouvait s’en vouloir qu’à lui-même. En effet, c’était lui qui avait fait tellement de dégâts. La vielle, la colère avait prit le dessus et il n’avait rien trouvé de mieux que de saccager ce qui lui servait de maison. Encore heureux qu’il n’avait pas de colocataire, sinon, il se trouverait sans doute en prison. Pour le moment tout ce que l’on pouvait lui reprocher c’est d’avoir fait beaucoup de bruit mais c’était sans doute la seule chose. Le jeune homme se mit donc à mettre un peu d’ordre ne voulant pas voir sa maison ressembler à une véritable porcherie car il n’aimait pas cela. Déjà enfant, c’est lui qui rangeait chez lui car sa mère n’était pas vraiment une véritable fée du logis. Il commença tout d’abord par ramasser les affaires qui étaient casser et les mettre à la poubelle et puis, il remit le reste en place. C’est en rangeant ses affaires qu’il retomba sur un papier datant de quelques jours. Rien que de le voir, il eut envie de rire. En effet, il venait d’une policière et même si d’habitude les poulets ce n’était pas du tout sa tasse de thé avec la jeune demoiselle il avait eut du plaisir au moins. Elle l’avait arrêté pour essayer de voir ce qu’il aurait pu y avoir comme infraction sauf qu’il n’y en avait aucune. Cela avait eut le don d’énerver la demoiselle qui lui avait collé une amende quand même sauf que des amendes comme elle lui en avait donné, il en voudrait bien tous les jours. Au lieu d’un certain prix à payer, il avait eut son numéro de téléphone et d’une certaine manière, une façon pour lui de comprendre ce qui avait pu se passer dans la tête de la policière. Ce n’était pas tous les jours qu’on vous demandait de faire semblant de vous énerver et d’avoir mal agit. Phèdre se mit à penser que lorsqu’il irait mieux, il appellerait sans doute la demoiselle pour savoir ce qui avait bien pu se passer dans sa tête. Une chose est sûre c’est que l’explication promettait d’être plus que marrante. Malheureusement, pour le moment les choses heureuses ne faisaient pas vraiment partie des priorités de Phèdre. S’il en avait eut la possibilité, il se serait enfermé dans une île déserte où il y aurait passé le restant de ses jours. Il sentait ridicule et en même temps totalement fou d’avoir pu croire ne serais-ce qu’un jour qu’elle pourrait ressentir le même pour lui. C’est dans cet état presque de colère qu’il sortit de chez lui pour aller voir son petit bijou. Il avait oublié de le rentrer dans le garage hier et il voyait maintenant les dégâts. Des personnes mal attentionnées avait essayé de la voler mais il n’y avait pas réussit. La seule chose qu’il avait su faire c’est l’encastrer dans l’arbre qui était devant sa maison et une chose était sur ça ne lui faisait nullement plaisir de voir son petit bijou dans un tel état. C’est cela qui le décida à appeler la policière pour voir s’il y avait pas une combine de flic de trouver les personnes qui avaient pu commettre un tel acte de cruauté. Malheureusement, elle ne répondit pas, alors il laissa un message et quel ne fut pas sa surprise lorsqu’elle le rappela pour convenir d’un rendez-vous. Ce fut donc quelques heures plus tard et en taxi que le jeune homme se rendit au point de rendez-vous qui n’était autre que la plage ce qu’il ne le dérangeait absolument pas vu qu’il adorait ce genre d’endroits. Il regarda autour de lui pour voir s’il la voyait arrivé et ce ne fut qu’une quinzaine de minutes plus tard que la demoiselle arriva. Il ne pouvait s’empêcher de la trouver folle d’être policière mais enfin si elle aimait cela c’était son problème. Il lui souriait avant de se mettre à parler. « Merci d’être venue, j’espère que je ne vous ai pas dérangé dans vos occupations. » Poli et gentleman cela lui arrivait parfois, ça dépendait seulement de ses envies.

Revenir en haut Aller en bas
 

Vos papiers svp... #Phèdre&Cudy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Alentours :: Crandon Park Beach & Port of Miami-