hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
No. 1 Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
No. 2 L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
No. 3 Les sujets de la première saison qui sont encore dans
la partie flashback et qui n'ont pas reçu de réponses depuis
un certain temps ont été archivés. Pour les autres, vous avez
encore un mois (jusqu'à la prochaine maintenance) pour les
clôturer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

Partagez
 

 she who dares win [r]

Aller en bas 

Dillon Carver

messages : 292
name : east side (anna).
face + © : anne winters (av /lunaeye; quote / pearce; icon (beloved)
points : 492
age : twenty four rackets
♡ status : in hiatus
work : professional tennis player
home : w/ ania

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●●●●(zachary, gaelan, parker, nathaniel )

she who dares win [r] Empty
Message· · Sujet: she who dares win [r] she who dares win [r] EmptySam 17 Aoû - 19:13

NATHANIEL AND DILLON
learn what is to be taken seriously and laugh at the rest.
@nathaniel payne


Des mois s’étaient écoulés depuis son installation à Windmont Bay.
Ce qui n’aurait dû être que provisoire, s’était transformé en désir d’ancrage, les malles vuitton avaient depuis été défaites mais il n’y avait rien de plus déroutant que de louer une chambre dans une maison qui n’était pas la sienne. Une pièce entièrement dédiée à sa seule et unique personne (trop peu, de son avis).
Il ne fallait tout de même pas se méprendre, Dillon Carver avait passé plus de temps dans diverses chambres d’hôtel – et ce, au sein de divers pays mondiaux - que dans sa propre chambre de La Vista où elle avait pourtant passé les huit premières années de sa vie, tenue éloignée de toute intrigue sportive. Depuis le tennis – la seule passion qui ait survécu aux chambardements hormonaux en tout genre ( il était ainsi plus facile de faire le tri entre – les lubies, les hobbies et les passades et ce qui lui intimait l’envie féroce de se lever tous les matins), elle avait connu son lot de mésaventures. Son lot de décisions : intempestives pour les unes, grossières pour les autres, importantes dans l’ensemble (c’était une femme qui se voulait forte mais qui se retrouvait immanquablement en position de dépendance – une addiction affective particulièrement débilitante, il n’y avait qu’à considérer l’épisode ULM et ce qu’il avait pu engendrer sur son quotidien par la suite). Il existait une expression proverbiale selon laquelle où se trouvait le coeur, là était la maison. Son coeur – aussi bien littéralement qu’au sens figuré – se trouvait à Windmont Bay ; depuis l’atterrissage forcé et ce qui avait suivi, elle avait tiré un trait définitif sur le nebraska, sur le comté de Sarpy, le blueberry inn et l’allée, l’emplacement du vieux chêne qui l’avait autrefois abrité durant les grandes averses, la seule maison qu’elle n’ait jamais connu. Celle qu’elle appelait ‘la vraie’, celle qu’elle se remémorait à chaque fois qu’un nouveau lit, qu’un nouvel oreiller l’accueillait. A chaque fois que les décos les plus minimalistes avaient la prétention de se croire au goût de tout le monde. Aucun hôtel n'avait jamais été à son goût. Et plus rien ne ressemblerait à La Vista maintenant que sa boussole indiquait Windmont Bay.
Vivre avec Ania n'était pas déplaisant; les nuits d'orage étaient nettement plus supportables, il n'en allait pas de même pour celles où les conquêtes s'appropriaient les espaces communs. La jeune femme préférait largement se faire frapper par la foudre, qu’apercevoir les bijoux d'famille d'un inconnu de passage; du moins, tout dépendait de la perspective. Et si certains avaient été prodigieusement bien gâtés par la nature, d'autres l'avaient obligé à questionner la santé mentale de celle qui lui servait de locataire. Et puis, seigneur dieu tout puissant, le lambris aurait dû faire l'objet d'une interdiction formelle d'être utilisé en Amérique; c'était une chose de vouloir conserver la chaleur intérieure, s'en était une autre de violer les lois de la nature humaine (y avait-il plus laid comme élément ...décoratif ? (sans compter le papier peint fleuri tellement shaby chic ?!)).
Dillon avait pris la décision de se chercher un appartement. Ses recherches d'appartement s'étant avérées  stériles grandement parce qu'elle était une insatisfaite de nature, avaient donné naissance à une ambition encore plus folle : la recherche de maison. D'après son comptable, les placements boursiers réalisés depuis ses premiers gains lui avaient permis de se construire un capital suffisamment fourni pour lui permettre d'assurer le salaire de ses employés, en sus du sien, et de s'offrir l'achat d'une baraque. Puis, un après midi, après une séance d'entrainement (elle comptait bien participer à Wimbledon, ne serait-ce que pour avoir le plaisir d'être encouragée par la fratrie royale (à condition de ne pas être confrontée à une anglaise)), lui était venue l'idée de dessiner les plans de sa future maison moderne. Mais, ses talents en matière de dessin se limitaient aux bonhommes filamenteux et aux fleurs les plus basiques (c'était à peine si elle réussissait une marguerite). Quant à ses compétences en géométrie...Nathaniel Payne lui avait été désigné par son coach et elle avait éprouvé beaucoup de mal à se caser dans l'emploi du temps de ministre qu'il cultivait; apparemment, il avait tout de la rolls royce de la profession. C'est un regard de convoitise qu'elle posa sur lui lorsqu'elle l’aperçut attablé dans un dinner ; sa photo linkedin était loin de lui faire honneur. Elle n'avait pas prévu le coup mais, elle était persuadée qu'il ne ferait pas grand cas du onesie monochrome rose (car le rose était toujours une excellente idée) qu'elle avait sur le dos, ni de son arrivée digne du débarquement de Normandie - en douceur, pas tout à fait en finesse. - Nathaniel Payne, n'est-ce pas?fit-elle, s'installant en face de lui, dans ce booth étroit. Vous êtes très difficile à joindre poursuivit-elle. Vous êtes probablement plus difficile à joindre que le père noël, c'était un fait, c'était également un reproche qu'elle décocha comme une flèche, à l'aide d'un énorme sourire suborneur. J'ai du travail à vous proposer. Encore une décision prise motu proprio, dont elle n'avait pas calculé les retombées.


_________________


 
and i am just the planets
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nathaniel Payne

messages : 677
name : margot / chasinghearts
face + © : milo ventimiglia; faustinette <3
multinicks : finn, tyler, lucy, ali, james.
points : 234
age : 42 yo.
♡ status : happily married, father of two. having lots of sex with a sexy ginger.
work : architect
home : lovely house in crescent lane.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : save, zach, kyle, birdy, dillon, sami (paz, scott, sören, mila)

she who dares win [r] Empty
Message· · Sujet: Re: she who dares win [r] she who dares win [r] EmptyMar 5 Nov - 0:09

Les fois où Nate ne mangeait pas chez lui pour déjeuner étaient assez rares. L’avantage d’avoir son bureau chez lui, lui permettait de déjeuner tous les midis chez lui. Si Nathaniel était fin cuisinier, c’était plutôt Emy qui faisait le déjeuner. Elle était plus disponible que Nate, et surtout l’architecte avait tendance à se laisser dans la cuisine. Dès qu’il y mettait un pied, Emy était obligée de le rappeler à l’ordre et de le mettre hors de la cuisine, sinon il était capable d’y rester pendant des heures et de vider le réfrigérateur en un après-midi seulement. Emy était donc en charges des repas du déjeuner tandis que Nate était en charge des dîners et des repas du weekend. Il y consacrait généralement une journée du weekend, et congelé le reste par portion prête pour tout le monde. Cette fois, cependant, Nate avait rendez-vous avec Scott pour déjeuner. Toujours ponctuel, il s’était rendu sur place aux alentours de midi vingt, comme convenu mais malheureusement, le policier avait dû annuler à cause d’une urgence de dernière minute. Rien de grave, avait-il précisé, mais quelque chose qu’il devait faire quand même, malgré tout. Scott avait proposé de venir boire quelques bières chez lui, ou qu’ils sortent le soir-même pour compenser ce déjeuner manqué. Un peu déçu d’avoir fait le déplacement pour rien, Nate avait finalement décidé de rester déjeuner, profiter de sortir un peu de chez lui pour une fois avant de retourner à ses dessins, et à la préparation des rendez vous de la veille.
Après avoir regardé attentivement le menu, il commanda ce qui lui convenait le mieux, savoir un saumon grillé avec du riz et des haricots verts accompagné d’un grand verre d’eau. Il avait hésité à prendre un verre de vin, mais s’il voulait avoir une chance de se concentrer dans l’après-midi, ce n’était probablement pas la meilleure chose à faire. Rapidement après que la serveuse se soit éloignée de sa table, une autre jeune femme se dirigea vers lui. Il arqua un sourcil en voyant sa tenue assez improbable, et ne put s’empêcher d’écarquiller les yeux quand il la vit carrément s’installer dans le booth dans lequel il était lui même installé. “Excu---” Il n’eut pas le temps d’en dire plus que la jeune femme l’interpella de son prénom et son nom. “Oui, oui c’est moi.” demanda-t-il, sans chercher à dissimuler l’air interrogateur qu’il avait sur le visage. Il sourit doucement à la comparaison, qui pouvait être aussi flatteuse que ironique. Ne sachant pas vraiment où la jeune femme voulait en venir, il soupira légèrement puis se redressa, se demandant ce qu’elle pouvait bien lui chercher. “Du travail ? Et que voulez-vous dire par là exactement ?” S’il avait de la chance, la jeune femme voudrait simplement lui demander de construire une maison ou un building en tout genre. Si non… il se demandait bien ce qu’elle pourrait lui demander. La dernière fois qu’on l’avait interrogé de la sorte, il avait fini au commissariat à dessiner un portrait d’un criminel alors que ce n’était absolument pas son métier. Il préférait donc désormais se méfier de ses demandes fortuites. Il attendit alors patiemment que la jeune femme à l’accoutrement particulier veuille bien en dire plus.


Spoiler:
 

_________________


they is my family - and when you’re standing on the ledge, i’ll pull ya down, put you to bed. and if you’re bleeding from the heart, i'll come around, and clean it up.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
she who dares win [r]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane-
Sauter vers: