Partagez
 

 Next to me.

Aller en bas 
the sky that we look upon will tumble and fall

Lando Jenkins

messages : 588
name : corpsie.
face + © : charlie cox ¤ ©livia & ferrisbueller & summer's desire
multinicks : beckett, peter, marnie, oliver, paz, sally, tony.
points : 1104
age : 36.
♡ status : sexually involved.
work : manager in a recycling facility.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off. (0/3 - Tori - JK - Clive)

Next to me. Empty
Message· · Sujet: Next to me. Next to me. EmptyVen 23 Aoû - 23:13

@Tori Stirling  - 28 août 2019

I got no innocence, faith ain't no privilege. I am a deck of cards, vice or a game of hearts, and still you, still you want me.

Il y avait eu ses vacances à lui. Il y avait eu ses congés à elle. Durant l’été, Lando et Tori n’avaient pas eu beaucoup d’occasions de se croiser sur leur lieu de travail, encore moins en dehors. Étant le seul manager en activité dans l’entreprise durant la dernière semaine d’août, il avait été amené à faire des heures supplémentaires qui ne lui avaient pas permis de reconduire Tori jusque chez elle le soir ; il n’avait pas souhaité l’obliger à rester longtemps pour l’attendre, et ce même s’il se languissait de la douceur de sa peau, de l’agréable parfum de ses cheveux, de la tonalité bienheureuse de son rire. Il était quelques fois resté à Portland et la tentation d’appeler un numéro connu pour pallier à sa solitude grandissante fut forte, toutefois il y résista sans écouter l’adage de ce bon vieux Wilde. Il n’était pas amoureux de sa jeune collègue, toutefois leur relation était mignonne, elle constituait un vent de fraîcheur dans son quotidien morose voire carrément pesant. Elle avait su capter son attention, le sortir de son train-train quotidien et il voyait en elle une nouvelle raison de se lever le matin, de revêtir une chemise blanche, un pantalon de costard et son plus beau sourire commercial pour se rendre au travail. C’était idiot, pour un divorcé, dans la mauvaise tranche de la trentaine, qui en avait vu des vertes et des pas mûres, de développer un tel béguin au sein de l’entreprise qui l’employait, mais le cœur – ou plutôt une autre partie de son anatomie – avait ses raisons que la raison elle-même ignorait. Il salua les quelques employés qui faisaient du zèle en traînant sur leurs postes informatiques, même si à cette heure l’activité était quasi inexistante, et se garda de leur souhaiter une bonne soirée de shopping en ligne au frais de l’entreprise, trop pressé de retrouver la plus jolie de toute la boîte. « Bonsoir, vous, » murmura-t-il lorsqu’il rejoignit Tori, après s’être assuré que la voie était libre et qu’aucune oreille indiscrète ne traînait dans les parages. Leur aventure était un secret de polichinelle, la majeure partie des employés de cet étage était au courant, cependant Jenkins continuait de se la jouer patron qui prenait des pincettes, car le petit jeu de rôle ajoutait du piment à leur situation. La dose de soleil ingurgitée par sa peau lors de son séjour à San Francisco lui donnait bonne mine, pourtant il fut plus rayonnant encore lorsque la demoiselle posa son regard sur lui. Il était heureux en sa compagnie, comme il ne l’avait pas été depuis un long moment. Il mourut d’envie de se pencher pour l’embrasser, il amorça même un mouvement en ce sens, toutefois une légère douleur dans son dos le rappela à l’ordre, comme si son corps lui indiquait que les bisous étaient réservés pour l’extérieur. Et son corps avait raison. « Je n’ai pas de quoi te payer tes heures sup’, donc ne songe même pas à rester une minute de plus sur ce siège. » Un rire amusé prit la place de point final à sa remarque, et déjà il tournait les talons, pour l’inviter à le suivre, mais pas de trop près. Il retourna préparer ses affaires dans son bureau et dépointa rapidement, afin de prendre l’ascenseur avant la jeune Stirling et de ne pas éveiller les soupçons. Il étouffa un bâillement durant l’interminable descente, non pas parce que l’immeuble était haut, mais car la machinerie était à la limite du vétuste. Il refusait de se laisser emparer par une quelconque fatigue, sa journée était loin d’être terminée, et il comptait bien prouver qu’il ne s’était pas laissé aller durant le mois écoulé, qu’il avait poursuivi ses entraînements même durant ses vacances, et que son organisme qu’une conquête avait un jour qualifié de « daddy body »  se rapprochait désormais plus de celui d’un jeune athlète dans la fleur de l’âge. Son véhicule déverrouillé dans un double bip caractéristique, il esquissa son énième sourire de la soirée lorsqu’il entendit des pas résonner dans le parking souterrain. Même s’ils se trouvaient encore techniquement sur leur lieu de travail, il se laissa aller à sa petite pulsion qui le poussa à glisser son bras autour de la taille de la jeune femme parvenue à sa hauteur, puis il déposa un baiser chaste sur ses lèvres, réservant le reste pour la suite de la soirée. « Votre carrosse est avancé, très chère, » présenta-t-il de manière théâtrale, alors que sa voiture n’avait rien de sensationnelle, avant de grimper côté conducteur et de se mettre en route direction Windmont Bay.

_________________
I like it when trouble brews
If I'm crazy, I'm on my own. If I'm waitin', it's on my throne. If I sound lazy, just ignore my tone, 'cause I'm always gonna answer when you call my phone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Next to me.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Pioneer Oak-
Sauter vers: