hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
No. 1 Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
No. 2 L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
No. 3 Les sujets de la première saison qui sont encore dans
la partie flashback et qui n'ont pas reçu de réponses depuis
un certain temps ont été archivés. Pour les autres, vous avez
encore un mois (jusqu'à la prochaine maintenance) pour les
clôturer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

Partagez
 

 silvermoon's sparkling (georgie)

Aller en bas 
I write sins not tragedies.

Filip Storberget

messages : 984
name : nepenthès
face + © : henrik holm © mine
multinicks : jude - garett - charlotte - harlan - naaji
points : 346
age : 23. (12/09)
♡ status : as single as a dollar and not looking for change.
work : student in marine biology. waiter.
home : flat in pioneer oak with leslie.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●●● - (tomas ; georgie ; winnie crew)

silvermoon's sparkling (georgie) Empty
Message· · Sujet: silvermoon's sparkling (georgie) silvermoon's sparkling (georgie) EmptyDim 25 Aoû - 14:37



Kiss me beneath the milky twilight
Lead me out on the moonlit floor
Lift your open hand
Strike up the band, and make the fireflies dance
(sixence none the richer)
-------------------------------
may 27th, 4:31pm
@Georgie Keily

Il n’avait jamais cru que le bonheur était fait pour lui, qu’il était taillé pour ce genre d’existence sereine et apaisée en dépit de l’attitude et du visage qu’il montrait aux autres. Comment pouvait-on l’être lorsqu’on avait vécu ce qu’il avait traversé ? Lorsqu’on avait vu les agissements du diable et regarder droit dans ses yeux le torrent de sang et de cris qu’il faisait naître d’un simple foule ? Il avait réagi comme il avait pu. Loin d’être exemplaire, il avait mené sa vie comme il pensait être la meilleure, la vivant pleinement sans se préoccuper du lendemain, cherchant à compenser ce que d’autres n’auraient pas la chance de traverser. Il avait commis bien des erreurs bien sûr. Il les avait regrettés mais il avait pris le parti de ne jamais avoir de remords, quant bien même cela devait lui apporter une réputation désastreuse auprès de certains cercles, souvent féminins d’ailleurs, ou une trace de main rouge sur son visage de temps en temps. Il avait eu évidemment son lot de déception, offrant son amitié et son optimisme à des personnes qui ne le méritaient sans doute pas mais là encore aucun regret. Le seul qui puisse le hanter se trouvait de l’autre côté de l’océan et s’il y pensait de temps en temps, ce n’était jamais pour un très long moment sous peine de culpabiliser et d’avoir envie de tout plaquer et de prendre le premier avion pour les contrées froides et glaciales de son pays d’origine. Il y pensait de moins en moins ces derniers temps, fort heureusement, ou malheureusement selon les points de vue des principaux intéressés, grâce à son erreur favorite conjuguée au présent et au pluriel.

Un large sourire se dessina sur ses traits alors qu’il observait Georgie et son adorable petite fille en train de jouer comme des folles dans les vagues turquoise de cet archipel idyllique. Il n’aurait pu rêver mieux comme partenaire de vacances que ces dernières qui avaient pris une importance capitale dans son existence, même s’il refusait encore de le reconnaître ayant bien conscience qu’il n’était pas assez bien pour elles. LJ avait besoin de son papa, poste qu’il ne pourrait jamais occuper même s’il agissait comme tel avec elle dès qu’il avait l’occasion de la voir et de passer du temps avec. Il adorait jouer avec elle, prétendre boire le thé avec ses poupées à la cour de la Reine d’Angleterre ou lui raconter des contes de fée en norvégien lorsqu’il la bordait, agissant comme si elle était sa propre fille. Elle ne l’était cependant pas et ne pourrait jamais l’être. Pas tant qu’il n’aurait pas régler des problèmes qu’il n’avait jamais cherché à solutionner. Son regard se reporta sur la délicieuse rouquine qui éclatait de rire à quelques mètres de lui et dont les notes chantantes inondaient son cœur de chaleur et de bonheur. Georgie était exactement tout ce qu’il pouvait rêver : belle, drôle, intelligente, douce, joyeuse et incroyablement sexy sans s’en rendre compte. Sur le papier, ils avaient tout de la famille idéale mais entre eux se dressait silencieusement la barrière interdite des non-dits. Il ne pouvait avouer qu’il pensait sans cesse à elle ou qu’il s’imaginait chaque jour de sa vie tel qu’en ce moment : se réveiller à ses côtés, élever LJ avec elle, l’aimer tout simplement. Il n’était pas assez bien pour elle. Il savait que malgré sa bonne volonté, malgré les sentiments qui s’étaient mêlés aux désirs nés entre eux, il la ferait immanquablement souffrir. Alors il gardait ses distances, refusant de reprendre ce chemin qu’ils avaient emprunté quelques années auparavant et ce en dépit de l’envie persistance, quasi obsédante. Georgie méritait un prince charmant et il était tout sauf ça. Il espérait sincèrement qu’un jour elle le rencontrerait, même si ce n’était pas lui et même si l’envie de casser le nez de ce futur prince charmant lui prenait rien qu’à l’imaginer.  

Après quelques instants à les observer lutter, Georgie ayant du mal à rentrer dans l’eau, il se leva de leurs serviettes et les rejoignit à grandes enjambées. Il saisir à bras le cœur la plus jeune qu’il fit tournoyer dans les airs, Lily-Jean éclatant de rire aux éclats en le suppliant de la lâcher. « Fais attention à ce que tu demandes, jeune demoiselle. » plaisanta-t-il avant de faire mine de la laisser retomber dans l’eau mais la rattrapant au dernier moment avant de la poser délicatement sur le sable afin de rejoindre sa meilleure amie des vacances dans un haletant concours de construction de douve autour du château de sable qu’elles avaient bâti un peu trop près de la mer et dont chaque vague menaçait la destruction. Il fit un signe de tête aux parents de ladite meilleure amie, ces derniers surveillant jalousement et férocement les péripéties des jeunes enfants, et il reporta son attention sur la jolie naïade qui ne passait toujours pas le cap du nombril pour pénétrer dans l’eau. Son corps de norvégien avait quant à lui l’impression de rentrer dans une piscine chauffée tant la température de l’eau lui paraissait chaude, loin de ses 18 degrés estivaux en Norvège. Sans perdre plus de temps, il attrapa Georgie par la taille et la maintenant contre lui l’emmena plus loin qu’elle n’osait aller en dépit de ses cris et dénégations. « Parfois, il faut savoir se jeter à l’eau. » plaisanta-t-il en la maintenant contre lui, ne pouvant manifestement pas se passer de son corps contre le sien. Elle était déjà tellement belle habituellement mais il la trouvait encore plus époustouflante qu’habituellement. Son regard s’attendrit en l’observant et il ne put s’empêcher d’humecter ses lèvres qui papillonnaient de l’envie de se poser sur celles de la jeune femme. A la place, il se racla la gorge et tout en restant au plus proche d’elle, glissa malgré lui et sans le remarquer un doigt le long de sa colonne vertébrale. « Tu vois ? Il n’y avait rien à craindre. Elle est bonne une fois qu’on y est. » Parlait-il de la mer ou de toute autre chose ? Il ne saurait le dire lui-même.

_________________
no masters or kings when the ritual begins. there is no sweeter innocence than our gentle sin in the madness and soil of that sad earthly scene. only then I am human, only then I am clean. Amen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
and i will stumble and fall.

Georgie Keily

messages : 795
name : olivia (carolcorps)
face + © : emma stone | @mine — @pinterest/tumblr
multinicks : alma ⋅ inej ⋅ sofia ⋅ etta ⋅ callum ⋅ reggie ⋅ leslie ⋅ maeve ⋅ emna ⋅ archie.
points : 698
age : [ 01|05 ] twenty seven years old.
♡ status : broken in every possible way, and mom of a two years old.
work : firefighter
home : a lovely house on harbor row with citra.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ( ●●● ) - off (pip, citra, xavi)

silvermoon's sparkling (georgie) Empty
Message· · Sujet: Re: silvermoon's sparkling (georgie) silvermoon's sparkling (georgie) EmptyJeu 12 Sep - 9:11

Enfant elle n’était jamais partie en vacances, son père la laissant toujours au soin de ses grands-parents lorsqu’il s’octroyait quelques jours avec sa nouvelle femme. Déjà à cet âge là elle avait l’habitude de ne pas verser la moindre larme. Sachant même à cette époque qu’il s’agissait d’un signe de faiblesse et que jamais son paternel ne verrait cela sous un très bon œil. Cela n’irait jamais convaincre le militaire qui ressentait une telle aversion pour la jeune Georgie. Aversion qui n’avait fait que croître avec les années comme une gangrène qui ce serait propagé qui aurait gagné du terrain dans son cœur déjà noircit de tant de haine envers les autres. Car Howard Keily n’avait que très rarement manifesté le moindre sentiment positif à son égard comme vis à vis d’autrui. Quelques rares exceptions seulement venaient confirmer la règle. Et si à une époque elle fut jalouse de la bienveillance qu’il pouvait manifester envers son petit frère, très vite la jeune femme s’était contentée de se détester plutôt que de le reporter sur qui que ce soit d’autre. Elle se détestait de ne pas être assez bien, de ne pas être à la hauteur. Aujourd’hui encore elle s’interrogeait. Faisait-elle une bonne mère? Elle aurait aimé pouvoir poser cette question à la sienne, se pencher vers elle pour des conseils. Elle aurait aimé être guidé par un amour maternel inconditionnel à travers sa grossesse et les premiers mois qui suivirent son accouchement. Avoir quelqu’un près d’elle de bienveillant et rassurant. Pendant un temps elle eut sa belle-mère qui se montrait toujours très présente mais elle aussi elle l’avait perdu. Désormais seule, elle observait sa petite fille rire et s’amuser le cœur emplit d’une chaleur nouvelle, cet amour inconditionnel qu’elle n’avait jusque là jamais ressenti avant de poser son regard sur cette adorable petite fille.
Son regard s’attendrit d’avantage en observant Filip récupérer Lily-Jean. C’était toujours le cas dès qu’elle observait le norvégien prendre soin de sa fille comme si c’était la sienne. Il était aussi tendre et bienveillant avec la petite qu’il ne pouvait l’être avec elle. À plusieurs reprises, la mère de famille s’était fait la remarque qu’elle ne méritait pas de pareils attentions, qu’elle ne le méritait pas tout simplement. C’était se donner l’occasion de détruire quelqu’un d’autre, de détruire une relation qui fonctionnait jusque là si bien. C’était aussi s’ouvrir sur qui elle était vraiment et prendre le risque de le voir fuir comme toute autre personne dans sa vie. Et si bien souvent elle s’était laissée à rêver à d’avantage entre eux, vive de ces souvenirs, de ces moments partagés elle ne savait que trop bien qu’elle saurait ruiner ce qu’il y avait entre eux, comme elle était capable de tout gâcher autour d’elle. N’était-elle pas bon qu’à cela après tout?
Mais c’était l’un de ces moments hors du temps comme elle en avait rarement vécu. Debout face à la mer, ses pieds glissant sur le sable fin, faisant abstraction de sa chaleur la trouvant réconfortante. La rouquine posait un regard bienveillant sur sa fille qui jouait à quelques pas de là. Avant de se sentir entrainer dans l’eau, la douceur de ses bras l’entourant. « Si je meurs de froid j’aimerais qu’on se souvienne que c’est toi qui m’a traîné dans cette eau gelée. » déclara-t-elle, se cramponnant à lui fermement tout en se blottissant contre lui pour profiter de sa chaleur et de celle de ses gestes. Du bout des doigts et avec délicatesse elle fit quelques caresses dans son dos, se laissant bercer par le bruit des vagues et les battements de son cœur. Si elle était encore gelée, elle appréciait néanmoins cette proximité et n’aurait échangé sa place pour rien au monde. « C’est vite dit hein, regarde j’ai la chair de poule. » mais ça, le devait-elle vraiment à la température de l’eau ou à sa main qui venait de s’égarer le long de sa colonne vertébrale? Georgie avait sa petite idée sur la question. « Tu vas devoir rester là à me réchauffer, je suis navrée pour toi. » fit-elle faussement dérangée par la situation et surtout faussement peinée pour lui à cette perspective.  « Merci d’avoir pensé à nous pour ces vacances. Vraiment! J’ai rarement vu LJ aussi souriante et pourtant c’est une gamine particulièrement joyeuse. » cette petite s’amusait d’un rien, à bien des égards elle ressemblait à sa mère. Notamment pour sa tendance à positiver. Même pas trois ans et c’était déjà une qualité flagrante chez la petite. Mère et fille étaient d’autant plus heureuses de partager ce moment avec le Norvégien, chanceuses de s’être vu offrir quelques jours loin de tout, et Georgie en était reconnaissante bien plus qu’elle ne saurait l’expliquer. La situation chez elle s’étant considérablement compliquée, et avec un père absent dans la vie de sa fille, elle voyait Lily-Jean désespérer chaque soir à l’idée de l’avoir peut être cinq minutes au téléphone. Ce voyage lui changeait les idées autant qu’il sortait la rouquine de sa petite routine qui commençait à la peser. « Je ne sais même pas comment on va bien pouvoir te remercier. » bien sur, une idée lui traversa l’esprit juste une fraction de seconde, se perdant dans son regard azur et dans ses souvenirs et ceux suscités par cette proximité enivrante.

_________________

your touch, your skin, where do i begin? no words can explain, the way i'm missing you. deny this emptiness, this hole that i'm inside, these tears, they tell their own story.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I write sins not tragedies.

Filip Storberget

messages : 984
name : nepenthès
face + © : henrik holm © mine
multinicks : jude - garett - charlotte - harlan - naaji
points : 346
age : 23. (12/09)
♡ status : as single as a dollar and not looking for change.
work : student in marine biology. waiter.
home : flat in pioneer oak with leslie.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●●● - (tomas ; georgie ; winnie crew)

silvermoon's sparkling (georgie) Empty
Message· · Sujet: Re: silvermoon's sparkling (georgie) silvermoon's sparkling (georgie) EmptyDim 20 Oct - 16:58

L’espace d’un instant, il avait regretté. Il s’était demandé si c’était effectivement la meilleure idée du monde au regard de son historique. Il avait même commencé à paniquer lorsqu’il avait vu à travers le hublot, qu’il avait laissé évidemment aux filles, la silhouette déchirée de l’île paradisiaque comme posée sur cet océan bleu qu’il aimait pourtant tant. Ce n’était pas les sombres secrets que renfermaient les profondeurs de l’océan qui le terrifiaient, ni les créatures qui y habitaient ou le danger qui pouvait se trouver en étant perdu en son centre. Au contraire, l’eau avait toujours été son élément. Mais se retrouver sur une île, coincé si quelque chose devait arriver le gelait sur place et faisait tomber sur son cœur un écran de glace qui le figeait sur place. Heureusement pour lui, Georgie et LJ ne remarquèrent pas son état et il prit sur lui en déposant pied à terre. L’île était plus grande qu’elle n’en avait l’air et cela l’aiderait. Finalement, il ne lui avait fallu que les rires de la petite fille et les étoiles dans les yeux de sa mère pour que ne s’envolent les tintements métalliques et les pleurs qui l’avaient assailli. Ses propres larmes furent ravalées en même temps que sa peur quand il vit le bonheur de ces deux êtres exceptionnels qui avaient accepté de le laisser rentrer dans leur vie. Peut être, sans doute, Georgie et Lily-Jean étaient son meilleur antidote face à cette phobie qui continuerait de le hanter jusqu’au jour de sa mort, la vraie. Il lui avait fallu néanmoins une bonne journée pour se détendre totalement et une fois que ce fut chose faite, il put profiter de ces vacances inopinées avec les deux meilleures parts de son existence auprès desquels tous ses soucis du quotidien s’envolaient. Il ne pouvait commencer à décrire tout l’amour qu’il ressentait pour elles deux et, d’une certaine manière, il s’en voulait. Ce genre d’amour, ce n’était pas à elles qu’il aurait dû le donner en principe. Ce n’était pas de lui qu’elles auraient dû le recevoir. Mais les sentiments n’étaient pas quelque chose que l’on pouvait maîtriser et Filip Storberget n’était, de toute manière, pas de ceux qui entendaient maîtriser leurs sentiments.

Ils avaient été sages, jusqu’à présent. Plus sages que lorsqu’ils étaient à Windmont Bay, ce qui était curieux alors même qu’ils étaient dans une bulle loin de leurs soucis quotidiens, en tête à tête. Filip se surprenait lui-même de ne pas avoir tenté quoi que ce soit alors que ce n’était clairement pas l’envie qui lui manquait. Mais Georgie était une femme à part qui occupait une place comme nulle autre dans son cœur. Ce qu’il ressentait pour elle lui hurlait de ne pas lui faire mal et de ne pas se brûler les ailes au passage. Les choses étaient suffisamment compliquées comme ça et elle méritait mieux. Mieux que son ex. Mieux que lui. En cet instant précis, toutefois, il était extrêmement compliqué pour le corps du jeune homme de ne pas réagir face à celui divin de la demoiselle, un corps qu’il avait eu tout le loisir d’admirer, l’air de rien dissimulé sous ses lunettes de soleil. Un corps qu’il maintenait fermement contre lui désormais, perdus tous les deux sur cette plage idyllique en dehors du temps. Il s’humecta les lèvres, y goûtant la légère salinité de l’océan et lui adressa un léger sourire alors qu’il refermait ses bras autour de la silhouette délicate et de rêve de la jeune femme. « Ca ne me dérange pas. Je connais deux-trois trucs pour te réchauffer vite si tu veux. » ne put-il s’empêcher de la teaser. Ce n’était cependant plus un jeu depuis longtemps entre eux et il avait bien du mal à se contenir alors qu’il espérait que ce qu’il sentait dans son maillot de bain pouvait passer pour les caresses de l’océan ou un gros coquillage. Les caresses prodiguées par Georgie dans le bas de son dos n’aidaient en aucune manière à se calmer et si la jeune femme avait besoin d’être réchauffée, la température corporelle de Pip pouvait facilement faire s’évaporer le reste de l’océan autour d’eux.

Il secoua la tête, quelques gouttes d’eau jaillissant de ces mèches blondes et glissant le long de sa nuque, avant de lui adresser un sourire. « Tu n’as pas à me remercier. Le sourire de LJ est suffisant. Je ne pouvais penser à meilleure utilisation de cet argent. » Tout en maintenant une main le long de la hanche de Georgie, il remonta l’autre pour la poser contre sa joue, la caressant délicatement de son pouce tout en se noyant dans son regard. « Te tenir dans mes bras et te voir ainsi, il n’y a pas de prix pour ça. » Son cœur battait la chamade au point qu’il avait du mal à comprendre pourquoi ils n’évacuaient pas l’île en pensant à un séisme ou une éruption volcanique de grande amplitude. Il déglutit et son regard se fit plus sérieux, plus sombre. « Georgie, je… » Il ne voulait pas ruiner leur belle relation. Il ne voulait pas gâcher leurs années d’amitié et la confiance qui existait entre eux. Elle n’était pas comme les autres, ne le serait jamais. Mais il ne savait pas s’il était prêt, s’il pouvait lui offrir ce dont elle avait besoin. Il ne voulait pas prendre un tel risque et surtout celui de la perdre. Il n’y survivrait pas. Les conditions étaient cependant idéales et ils étaient en dehors du temps tous les deux. Cela pouvait rester ici, comme à Vegas. Un ange passa et l’instant suivant, un diable lui donna l’impulsion nécessaire. Sans terminer sa phrase, il s’empara des lèvres de Georgie avec une passion qui dévastait tout sur son passage. Ces années d’amitié, cette distance qu’ils avaient consciencieusement maintenue entre eux, cette volonté de rester dans cet entre-deux un peu bâtard qui ne satisfaisait personne et faisait souffrir tout le monde, tout volait en éclat alors qu’il dévorait les lèvres de la jolie rouquine, qu’il collait son corps contre le sien, que ses mains parcouraient ce corps qu’il désirait tant et qu’il n’avait jamais oublié, que de sa gorge montaient des gémissements témoins bruyant de ses désirs qu’il ne pouvait plus dissimuler désormais. Dieu qu'il la désirait. Dieu qu'il l'aimait. Il prit une profonde inspiration et se détacha légèrement lorsque l'air vint à manquer. Collant son front contre celui de la jeune femme, la gardant fermement dans ses bras alors que ses mains glissaient le long de son échine dorsale, il lui demanda, mutin et le coeur battant à tout rompre. « Suffisamment réchauffée ou il faut que je continue ? »

_________________
no masters or kings when the ritual begins. there is no sweeter innocence than our gentle sin in the madness and soil of that sad earthly scene. only then I am human, only then I am clean. Amen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




silvermoon's sparkling (georgie) Empty
Message· · Sujet: Re: silvermoon's sparkling (georgie) silvermoon's sparkling (georgie) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
silvermoon's sparkling (georgie)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: The World-
Sauter vers: