AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 N°1668 - "If i need help? anytime baby " -Laurence F.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: N°1668 - "If i need help? anytime baby " -Laurence F. Ven 19 Fév 2010 - 22:15

Les samedis soirs, c'étaient normalement les soirs où le jeune Lennon sortait. 19h00, c'était normalement l'heure qu'il guettait pour aller se préparer, faire une pré-nuit, pour enfin être prêt pour attaquer la grande soirée qui s'annonçait. Sauf qu'ajourd'hui, en ce samedi soir, les plans de Jovan avaient quelque peu changer, lorsque sur les coups de 14h, son téléphone s'était mis à sonner.

    [Appel Panamee]

C'était mauvais. Son samedi soir allait tombé à l'eau. C'était exactement la pensée qui lui vint à l'esprit en lisant sur son portable. D'une main il avait attrapé son assiette, et de l'autre, il avait décroché. Il avait bel et bien eut raison: Panamee demandait s'il pouvait garder le petit ce soir, parce qu'elle devait sortir avec Duncan. Duncan.. C'était le type avec qui elle avait décidé de refaire sa vie. Un type qui ne pouvait pas sentir Jovan, sous prétexte qu'il s'occupait du petit. Quand Jovan eut comprit qu'elle n'avait pas d'autre choix pour le garder, il négocia le prix, et accepta finalement lorsqu'il entendit ce "dalan" familier. Il ne savait toujours pas ce qu'il voulait dire, mais depuis un an, le bambin avait fait de sacrés progrès.

C'était ainsi qu'en ce samedi soir, Jovan se trouvait chez McCawley pour s'occuper du petit. A 19h00, il venait de terminer de donner à manger au petit: un bouillon que Panamee avait vraisemblablement préparé elle-même, et que le petit avait apparemment bien aimé. Tant mieux. Parce que Jo se souvenait encore de ce qu'Oliver avait fait de la purée qu'il lui avait lui-même préparé, et que le gamin n'avait pas aimé. Et même à un an, il avait déjà du caractère.
Attablé en face du petit, Jovan lui fit avalé sa dernière bouchée de compote.

- La toute dernière, et après, je te laisse tranquille!

- Ralan!

Le bambin ouvrit grand la bouche, dévorant des yeux la cuiellère que Jovan lui tendait. Ses petites mains potelées se balançaient dans le vide, comme s'il voulait dire "allez Jovan plus vite!". Lennon ne se fit pas prier et lui enfourna doucement la dernière bouchée. Le petit l'avala avec des yeux tout ronds, et voulut voir si il restait quelque chose dans le petit pot.

- Ca avait l'air d'être bon tout ça. Tu es un vrai petit ogre ce soir, tu as tout mangé!

- Akadibada!

Jovan sourit, essuya la bouche du petit. Il jeta un coup d'oeil sur le gamin en pyjama. Il s'amusait avec une cuiellère. Jovan se leva alors, et prit l'assiette ainsi que le petit pot. Il allait tout mettre dans le lavabo quand la sonnerie se fit entendir, suivit d'un aboyement de Mowgli. Il se tourna alors vers le bébé -qui avait pincé ses lèvres comme si il cherchait qui cela pouvait bien être-, et lui demanda.

- Tiens, qui c'est? Allez, tu viens avec moi Oliver, on va aller voir.


Il s'approcha du petit, dit par la même occasion au chien de se taire. Il déboucla le gamin de sa chaise haute, et le prit dans ses bras. Il traversa la cuisine, et alla directement dans le hall. Oliver s'amusait avec les cheveux de Jovan, et celui-ci lui repoussa doucement la main. Il lui fit alors un petit sourire, et ouvrit la porte.

- Bonsoir

- Moir!

A l'entrée, derrière cette porte, se trouvait une jeune femme. Elle devait avoir à peu près son âge, elle avait de longs cheveux bruns, des yeux noisettes, et - il fallait bien l'avouer - était plutôt mignonne. Jovan l'acceuillit avec un grand sourire -et ce fut aussi le cas d'Oliver qui en la voyant avait ouvert grands ses yeux, et montrait sa mâchoire.

- Je peux vous aider? Vous cherchez peut-être Panamee. Elle est partie pour la soirée.

- éééé
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1668 - "If i need help? anytime baby " -Laurence F. Lun 22 Fév 2010 - 3:23

&

    Plus tôt dans la semaine

      - Tu sais, si tu n’es pas disponible Samedi je vais trouver quelqu’un d’autre. Lança Panamee à Laurence alors que celle-ci regardait vigoureusement dans son agenda pour être sure et certaine qu’elle ne pouvait pas offrir une soirée avec son Duncan.
      - Malheureusement je ne peux pas avant 19 h, même peut-être 19h30. J’ai une consultation pour un pauvre type qui veux laisser sa femme et j’ose espère qu’il ne tuera pas mon temps comme la dernière fois.
      - Je demanderai à Jovan, je suis certaine que ce ne lui dérangera pas.
      - Jovan… celui donc tu m’as parlé?
      Panamee souria en regardant Laurence qui croquait dans l’une des pâtisseries qu’elle avait gentiment apportée pour son amie.
      - T’as quelque chose si je passe en soirée simplement vérifier… si ta maison est en ordre? Demanda-t-elle porteuse d’un sourire lourd de sous-entendus. Avant que tu t’imagines des choses, je veux simplement le rencontrer… et peut-être m’excuser de lui avoir fait manquer son samedi soir? Et puis, imagine toutes les choses que tu peux faire avec ton Duncan que je ne peux pas faire?! Tu me dois ça! Et tu as le devoir de t’amuser pour deux ce soir.
      - Vous êtes deux adultes, mais si tu touches à ma chambre…
      - Personne ici à parler de chambre! T’a dis qu’il était un des types mignons de cette ville, j’ai bien envie de le constater par moi-même. Je connais presque personne dans cette ville et je m’ennui!


    19h13 – Panamee’s house

    Laurence avait quittée son cabinet d’avocat, heureuse que sa consultation se soit passée mieux que la précédente. Son client n’avait pas eu de nombreuses sautes d’humeurs lorsqu’elle énonçait ce que sa femme réclamait face à leur divorce et Laurence eu l’impression que se dossier pourrait se fermer dans les semaines à venir. Mais ce n’était rien qui lui donnait réellement l’impression d’être une avocate alors qu’elle ne recevait que de banaux cas de divorces alors qu’elle était formée pour répondre à n’importe quels problèmes plus important comme les tribunaux de la justice défendant les victimes ou encore les criminels. Elle espérait presque qu’il y aille des crimes dans cette ville pour qu’elle aille du boulot décent. Et quand elle parlait de boulot décent, c’était le genre de boulot où elle pouvait passer des jours sans dormir à plancher sur des moyens de faire pencher le juge en sa faveur. Toujours vêtue d’un costard pour femme ajustée, elle avait préférer passer immédiatement chez Panamee au lieu de faire un tour chez elle. Sans doute qu’elle donnerait l’impression d’être trop professionnelle, mais elle avait irrésistiblement envie de s’amuser un peu se soir. Puis, si elle devait être déçue, elle pouvait toujours jouer la carte de celle qui ne savait pas que Panamee n’était pas à la maison. Rangeant sa voiture dans l’allée de la maison, Laurence coupa le contact avant d’ouvrir la porte de sa voiture et de faire les quelques pas jusqu’à la porte d’entrée. Elle prit une grande respiration avant de cogner doucement à la porte. Elle venait de se jeter dans un plan complètement idiot, où elle ferait sans doute la pire impression à se ‘’Jovan’’. Quelques secondes s’écoulèrent avant que la porte s’ouvre et qu’un traditionnel «Bonsoir.» lui fit adresser. Laurence souria de toutes ses dents alors qu’elle observait celui donc elle avait entendu parler. Elle arriva à une conclusion : Panamee avait d’excellents goûts et elle avait raison à propos de celui-ci. Des paroles incompréhensives furent offertes de la part d’Olivier qui apparemment avec battait des bras pour la rejoindre. Il l’avait sans doute reconnue. «Je peux vous aider? Vous cherchez peut-être Panamee. Elle est partie pour la soirée.» Laurence le regarda toute souriante avant de passer une main dans ses cheveux presque embarrassée.

      -Je sais, je suis Laurence, bien que ça ne m’étonnerais pas que vous n’aillez pas entendu parler de moi. C’est en partie ma faute si c’est vous qui passez votre samedi soir à garder Olivier. J’suis passée savoir si vous aviez besoin de quelque chose… elle s’arrêta avant de rire, d’abord j’avoue que je n’avais rien ce soir et que je me suis dis que j’avais envie de voir se petit bout de chou et savoir si vous aviez besoin de compagnie? Parce qu’après son bain, Olivier devient un petit ange et… Voilà, je parle trop
    .

    Laurence attendit la réaction de Jovan embarrassée, se changeant les idées en approchant sa main d’Olivier qui s’exprimait joyeusement alors qu’elle lui caressait doucement ses petites mains potelées. Elle rigola alors qu’Olivier s’amusait tout autant qu’elle. Laurence enviait Panamee d’avoir un petit garçon aussi mignon. Elle était certaine que toutes les filles de la ville tomberaient sous son charme. Puis, le petit garçon était d’une charmante distraction lorsque l’on avait sans doute clouer le bec à un jeune garçon aussi mignon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1668 - "If i need help? anytime baby " -Laurence F. Lun 22 Fév 2010 - 10:59

En ouvrant la porte Jovan s'était retrouvé devant une jeune femme au costard féminin, qui -il faut l'avouer- la rendait relativement sexy. Tout les hommes n'étaient peut-être pas comme Jovan, mais si c'était le cas, il ne comprenait pas pourquoi. La jeune femme lui servit un grand sourire au moment où il l'acceuillait d'un bonsoir. Le jeune Lennon lui expliqua que si elle cherchait Panamee, elle ne la trouverait pas, puisque celle-ci était sortie. Evidemment, il ommit de préciser qu'elle était partie avec ce cher Duncan. Les deux ne s'aimaient pas vraiment, du moins, Duncky n'aimait pas Jovan apparemment, et le lui faisait pas ressentir.
La jeune femme passa alors une main dans ses cheveux embarassée, et regarda le baby-sitter toujours avec ce même sourire convivial.
La main gauche posée sur le petit ventre d'Oliver qui remuait dans tout les sens, Jovan regarda la jeune femme, et ne put s'empêcher de lui décocher un sourire en l'entendant parler, et rire. Elle respirait de bonheur au moins cette femme! Il ne put s'empêcher de rigoler un petit cou en l'entendant terminer sa phrase par un "Et voilà je parle trop". Elle voulut se divertir en s'amusant avec les mains du petit oliver, qui continuait à montrer sa bouche grande ouverte, tellement il était content.

    - Y a pas de mal, bien que le jeune Jovan eut été quelque peu embarassé si elle avait décidé de parler encore un petit moment. Il ajouta sur le ton de la plaisanterie: On a l'habitude avec les femmes.


Puis, il se poussa de la porte, et l'ouvrit plus. Le petit Oliver regarda la femme, et comme à son habitude, gesticula dans tout les sens, voulant sans doute continuer avec elle. Ses petits yeux rieurs ne cessaient de la regarder -à croire que même le gamin avait bon goût.

    - Entrez, j'accepte avec joie un peu de compagnie.
    Puis il s'enquiert de rajouter, Et le petit a l'air de ben vous apprécier.


D'habitude, il n'aurait laissé personne entrer, méfiant. Mais là, il se souvenait avoir déjà entendu parler d'elle. Il la laissa entrer dans le hall, et l'invita à rejoindre le salon. Dès qu'elle fut entrée dans la maison, Jovan ferma la porte derrière elle, et la regarda passer. ll lui sourit et ajouta.

    - Je crois bien que Panamee m'a parlé de vous. Vous êtes nouvelle dans le quartier, non? Il s'enquiert de demander, vous pouvez garder le petit deux min le temps que j'aille vous chercher quelque chose à boire?.. si bien sûr, vous voulez boire quelque chose.


Evidemment, il s'arrêta là. Il aurait bien pu volontiers lui dire tout ce qu'il savait sur elle, mais après il sentait qu'elle allait répondre qu'il n'y avait pas que les femmes de bavardes. Mais bien qu'il n'ait sans doute pas fait attention à tout ce que disait Panamee -parce qu'au fond, elle se répétait souvent, et lui avait répété au moins 3 fois chaque fois qu'il gardait le petit le numéro où il devait appeler où cas où il y aurait un problème.-, il se souvenait de plusieurs trucs. Elle était nouvelle, elle habitait pas loin d'ici. Elle était amie avec Panamee, et s'occupait du petit gratuitement s'il le fallait. Et en plus de celà, elle était dans le domaine de la justice. Là Jovan doutait: il ne savait plus vraiment son métier, mais qu'elle travaille dans la justice, ça il en était sûr.
D'ailleurs, en lui demandant si elle pouvait garder le petit, Jovan se demandait si il ne la connaissait pas. Il aurait presque juré l'avoir déjà vu quelque part. Mais après tout, il avait sans doute dû la croiser quelque part en faisant les courses.

    - Dalananance


La prononciation de ce mot incompréhensible du petit Oliver, fit que Jovan tourna la tête vers celui-ci. Il avait l'impression que le petit voulait qu'on le regarde maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1668 - "If i need help? anytime baby " -Laurence F. Mar 23 Fév 2010 - 2:48

    « Y a pas de mal. On a l'habitude avec les femmes. » Laurence éclata de rire devant le fait qu’il émettait. Il avait particulièrement raison, les femmes parlaient beaucoup plus que les hommes. Mais il fallait avouer qu’elles étaient celles qui faisaient le plus d’effort pour exprimer leurs sentiments. Chose que plus de 99, 9% des garçons n’osaient pas faire, sauf sous la pression d’une femme tortionnaire.

      -Effectivement, je suis d’accord. Mais les hommes sont ceux qui se plaignent le plus souvent!


    Rigolant plus qu’autre chose, son ton amena un faux débat qu’ils avaient tout le loisir de commencer ou de terminer. Observant Jovan faire un mouvement de coté, libérant la porte, elle lui fit un énorme sourire avant de rire un peu plus du comportement insistant d’Olivier. Apparemment il avait réellement envie de se faire prendre par la jeune fille, gesticulant tout en la fixant de ses jolis yeux. « Entrez, j'accepte avec joie un peu de compagnie. Et le petit a l'air de ben vous apprécier. » Laurence entreprit donc de ne pas attendre plus longtemps et d’entrer à l’intérieur visiblement embarrassée d’avoir déranger se charmant Jovan. Ils étaient rare de nos jours ses hommes qui n’avaient pas peur de prendre un enfant dans leurs bras. Au cabinet, elle en avait entendu et vu de toutes sortes… aux pères qui abandonne leur enfant aux mains de la mère, ou encore même ceux qui osent aller jusqu’à l’abandonnons dans une poubelle. Les enfants étaient l’une des plus belles choses au monde, et elle était la première à le crier haut et fort s’il le fallait. Hors les occasions se présentaient rarement pour affirmer se genre de choses. Observant silencieusement Jovan qui en bon hôte referma doucement la porte de la maison, Laurence se senti encore plus heureuse alors qu’il lui rendait son sourire. « Je crois bien que Panamee m'a parlé de vous. Vous êtes nouvelle dans le quartier, non? Vous pouvez garder le petit deux min le temps que j'aille vous chercher quelque chose à boire?... si bien sûr, vous voulez boire quelque chose. » Laurence ne se fut pas prier deux fois qu’elle tendit doucement les bras vers Olivier qui se laissa prendre complètement heureux de pouvoir être dans de bras plus féminin. Il semblait que ça bonne humeur était contagieuse, Olivier rigola de plus belle simplement en l’observant lui sourire.

      -J’aimerais bien quelque chose à boire, merci. Lui répondit-elle chaleureusement avant de le suivre doucement à la cuisine. Je m’attendais pas à ce que Panamee vous aillent parler de moi, mais effectivement je suis arrivée ici il y a pas moins de deux mois.


    Laurence voulu continuer mais Olivier s’attaquait hors et déjà à ses petites mèches brunes. Les cheveux de Laurence semblaient être un divertissement de taille pour le bambin. «Dalananance» Elle passa son nez contre celui d’Olivier, rigolant des drôles de mots qu’il énonçait. Elle releva les yeux une seconde vers Jovan pour remarquer qu’il était tout aussi captivé par Olivier qu’elle. Ormi que le petit se trouvait dans une position très rapprochée de sa poitrine. Attendant quelques secondes qu’il sente son regard quelque peu insistant, elle lui sourit alors qu’il se retourna rapidement pour aller lui chercher quelque chose à boire.

      -Tout ce que Panamee m’a dit c’était que vous étiez son ami. Et j’avouerais que je n’ai pas compris la moitié de son histoire quand elle m’a raconter pour elle et Duncan. Ici, les histoires semblent tellement compliquées. Au moins, ça me fait du boulot pour moi! Qu’est-ce que t’en pense-toi Olivier?


    Laurence l’embrassa sur le front avant d’éclater de rire alors qu’Olivier riposta par une petite grimace agitée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1668 - "If i need help? anytime baby " -Laurence F. Jeu 25 Fév 2010 - 18:49

A la petite affirmation sur les femmes, Laurence avait répondu avec humour en répliquant que les hommes étaient ceux qui se plaignaient le plus. Elle n'avait pas tord, si ce n'est qu'elle omettait de préciser que c'était parce que les hommes étaient bien plus souvent en train de faire un travail dangereux que les femmes qui les exposait à souffrir un peu plus. Il garda cette réfléxion pour lui: il pourrait bien lui ressortir en temps voulu.
La jeune femme avait accepté d'entrer avec plaisir, et se trouvait maintenant dans le salon. Elle avait de même été content de prendre le petit dans ses bras -tant mieux, il devenait vraiment insistant, et commençait presque à s'énerver de ne pas pouvoir atteindre son but. Il était sûr que d'ici peu le gamin allait se mettre à gambader partout, et de là, il faudrait vraiment faire gaffe. Encore heureux, ils n'en étaient encore pas là.

La jeune femme le suivit dans la cuisine avec le gamin dans les bras. Celui-ci semblait bien s'amuser avec ses cheveux d'ailleurs. Tout en continuant de parler, elle alla enlever la main du petit garçon qui s'emmêlait dans sa chevelure brune. Ainsi, elle était bien nouvelle dans le quartier. Jovan sourit: il avait eu bien raison. Il ne savait plus vraiment dans quelle circonstance, ni pourquoi elle lui avait parlé de Laurence. Il se souvenait juste d'en avoir entendu parler. Peut-être était-ce une des farces féminines visant à présenter quelqu'un. Sans doute pas. Peut-être était-ce tout simplement parce qu'il était arrivé après que la jeune femme soit passée. Sans doute.
Il contemplait le petit Oliver. Et c'est en le contemplant qu'il sentit le regard lourd de la jeune femme. Se rendant alors compte que le bébé se tenait exactement là où se trouvait la poitrine de la jeune femme, Jovan se retourna illico presto vers le frigidaire.
En tout cas, la jeune femme ne perdit pas son bon sens, et continua de parler, pas gênée du tout. Elle parla du fait que Panamee lui avait parler de Jovan, et dit même qu'ils étaient amis, et rajouta quelque chose sur l'histoire d'amour entre Panamee et Duncan, expliquant que les histoires d'OG étaient bien compliquées, mais qu'au moins ça lui faisait du boulot.
Amusé, Jovan ne put s'empêcher de réprimer un sourire, penché sur le frigo en train de regarder ce qu'il pouvait bien lui offrir.

    - Je dois vous avouer que je ne connais pas toute leur histoire. Mais elle semble bien compliquée aussi. En même temps avec Duncan..


Il laissa couler sa dernière phrase, la laissant dans le vide le plus total. Il se serait bien mordu les lèvres pour ne pas parler de cela. Mais tant pis, c'était trop tard, c'était déjà dit.
Jovan était un peu du genre gaffeur. Ce n'était pas de sa faute, c'était parce qu'il était bien trop franc d'après lui. N'empêche que parfois, il se serait volontiers fait muet. Toujours après coup. Toujours trop tard.
Il se releva alors, regarda la jeune femme -oubliant le bébé histoire de ne pas se sentir encore gêné en train de regarder vers le décolleté de la jeune femme- et demanda.

    - Sirop, bières, du... il lit alors ce qu'il y avait et dit surprit de trouver cet alcool dans le frigo de Panamee et de Duncan, malibu, du jus d'orange, pomme, coca et.. ce sera tout.


Il lui fit un petit sourire, et en attendant sa réponse il commença à sortir des verres. Tout en servant les deux verres, Jovan continuait de parler, demandant alors avec intérêt.

    - Vous travaillez dans la justice c'est ça? Puis avec un petit sourire, regarda le petit bonhomme et lui dit, tu vois petit bonhomme, il faut que tu sois sage quand tu es avec elle


Après avoir mit les verres sur la table, le jeune homme ferma le placard qu'il avait ouvert quelques secondes auparavant, et remarche vers le frigo, attendant ce qu'elle allait bien lui sortir. En tout cas, lui, il sortit un coca.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1668 - "If i need help? anytime baby " -Laurence F. Dim 28 Fév 2010 - 20:16

    Laurence n’ajouta rien aux confidences douteuses de Jovan au sujet de Duncan. À l’entendre, Duncan n’était sans doute pas le meilleur petit ami que Panamee aurait pu avoir. De toute manière, il y aurait toujours du meilleur et du moins bon. Si Panamee aimait Duncan, et appréciait sa relation… ils n’avaient rien à y redire ormi de la mettre en garde si le besoin devait être. Laurence avait rencontré une seule fois Duncan et il lui avait semblé très sympathique. Mais rencontrer quelqu’un pendant moins d’une minute, ce n’était pas exactement de cette manière que l’on pouvait se faire une idée plus objective. «Sirop, bières, du... malibu, du jus d'orange, pomme, coca et… ce sera tout. » Observant derrière l’épaule de Jovan ce qui se logeait dans le frigidaire, elle opta finalement pour la même chose que lui.

      -Un coca s’il te plait. Elle baissa les yeux sur le petit garnement qu’elle avait dans ses bras et qui faisait des siennes dans ses cheveux. Aie aie aieee, Olivier petit monstre.


    Elle réussit pour la deuxième fois à libérer ses cheveux de la prise des petits doigts du bébé. Pour être soulagée quelques instants, elle lui laissa serrer fortement l’un des ses doigts. Rapidement, il se trouva à lui mordiller son majeur. Suivant ses mouvements avec un sourire, Laurence regarda Jovan verser le coca dans deux verres. «Vous travaillez dans la justice c'est ça? Tu vois petit bonhomme, il faut que tu sois sage quand tu es avec elle» Laurence regarda Jovan dans les yeux quelques instants avant de les détourner vers Olivier.

      -C’est Panamee qui vous en a parlez? Mais sinon, oui c’est vrai, je suis avocate.


    Décidément, Panamee ne s’était pas gênée pour parler à Jovan sans le lui dire. Laurence n’avait rien contre, mais maintenant qu’elle regardait les choses d’un peu plus loin… C’était la faute à Laurence et non pas à celle de Panamee, s’elle se trouvait face à Jovan pour se donner une idée de qui il était. Après tout, sa dernière relation remontait à plus de 2 ans. Et Laurence n’était pas le genre de filles à se faire n’importe qui, n’importe quand. Elle préférait être bien certaine, que celui qu’elle choisirait serait le bon. Laurence avait besoin d’amis, si rien ne pouvait se concrétiser… ils pourraient sans doute êtes amis. L’instant présent lui donnait un très bon feeling à propos de tout ça. Et puis, il y avait-il quelque chose de plus mignon qu’un homme aussi sexy que Jovan… qui aimait les enfants? Quelque chose chez lui, lui donnait l’impression qu’ils s’étaient peut-être vu auparavant. Mais elle était certaine qu’elle se trompait.

      -Panamee a de la chance de vous avoir vous savez. Olivier aussi quand on y pense. Vous avez pris votre samedi soir pour garder se petit garnement, alors que 99% des gens auraient prétexté une quelconque sortie.


    Olivier commençait déjà bailler dans ses bras et à fermer les yeux. Laurence l’embrassa sur le front alors qu’elle commença à se demander s’elle était mieux de le garder encore un peu plus longtemps dans ses bras ou s’il était mieux d’aller lentement le déposer dans sa chambre. Dans un cas où l’autre, Laurence releva la tête vers Jovan comme s’il pourrait répondre à sa question.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1668 - "If i need help? anytime baby " -Laurence F. Dim 28 Fév 2010 - 23:26

La jeune fille lui demanda un coca. Par la même occasion, elle le tutoya. Sans s'en apercevoir apparemment. Elle fut bien vite partie hors de la pensée de son coca quand un bout de ses cheveux se retrouvèrent agrippés entre les doigts féroces du petit McCawley. Elle poussa de petits cris. Et Jovan ne put s'empêcher de sourire en l'entendant se débattre et dire au petit que c'était un monstre. Amusé, Jovan lui ressortit une phrase que quelques minutes auparavant elle avait sorti.

    - Je croyais que c'était les hommes qui se plaignaient le plus..
    Il lui fit un petit sourire innocent, et tourna le dos pour aller chercher une serviette. Parce que mine de rien, il n'était pas très doué de ses mains Lennon.


La jeune femme s'amusait alors avec les mains du petit bout, histoire de le calmer, et histoire surtout qu'il arrête de s'enticher de ses cheveux. Elle demanda si c'était Panamee qui lui en avait parlé, ett ajouta qu'elle était effectivement avocate. Oui, c'était ça, il s'en souvenait un peu maintenant. Il n'écoutait pas toujours ce qu'elle disait, surtout quand il y avait le petit. Trop occupé sans doute à admirer le gamin qui faisait des progrès chaque jour.
Avocate alors. C'était un beau métier. Quoique Jovan n'aurait pu le faire. Mais il trouvait que ça lui allait bien. Elle dégageait un peu d'autorité, était sexy, et devait sûrement être brillante. Jovan répondit alors.

    - Je vous imagine bien. Puis après s'être servi à boire, à elle et à lui, il lui donna son verre et lui dit, On pourrait peut-être se tutoyer, nan?


Comme elle voudrait. Mais elle n'était pas à son travail, il n'avait pas besoin d'avocate pour le moment, et ils buvaient un verre entre "amis", donc autant éviter les formalités non?
La jeune femme parla de la chance qu'avait Panamee, et Oliver de l'avoir. Cela fit sourire Jovan, bien qu'il pensait à cette indéniable question " et Duncan? ". Il haussa alors les épaules, et prit sa boisson. Il dit alors.

    - Je négocie les tarifs aussi.
    Sous-entendant ainsi qu'il avait besoin de cet argent, mais le sous-entendant seulement, ce qui était important pour un garçon, en souriant, il ajouta, Je le garde depuis plus d'un an, quasiment depuis que Panamee est arrivée ici. Ca ne me dérange pas du tout, au contraire, je l'aime bien ce bonhomme.


Sur ce, il regarda le petit qui ne trouva rien de mieux à faire que baver un peu en rigolant, tout en essayant de garder les yeux bien ouverts. Il sourit, et voyant Laurence se retourner vers lui, Jovan décida alors.

    - Je vais l'amener dans sa chambre
    . Il s'approcha de Laurence, posa son verre qu'il n'avait toujours pas commencé à boire, et prit délicatement le petit des bras de Laurence, Allez, viens, on va faire un gros dodo. Tu fatigues là, les soirées ce n'est encore pas pour toi. Sur ce, Jovan fit demi-tour, et se retourna vers la jeune femme. Tu veux venir? J'ai l'impression qu'il préfère la compagnie féminine ce soir.


Le petit avait en effet commencé à remontrer la jeune femme du doigt, tout en luttant contre le sommeil. Encore heureux qu'il ne s'était pas mis à pleurer ><'
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1668 - "If i need help? anytime baby " -Laurence F. Sam 6 Mar 2010 - 22:05

    Laurence s’amusa de Jovan qui profitait de l’occasion pour lui remettre sur le nez ses dites observations sur les hommes. Elle l’avait sans doute mérité surtout que les hommes étaient en général assez orgueilleux pour affirmer que les femmes se plaignaient plus que les hommes. Alors que bien souvent, c’était le contraire. Elle ne démenti rien, sachant qu’il avait peut-être gagné cette manche… mais la prochaine serait pour elle. Une question germa dans son esprit, qu’elle garda bien d’exprimer. Jovan venait de lui dire qu’il l’imaginait bien en avocate et c’était le genre de commentaire qui la faisait foncer les sourcils. Qu’est-ce que ça voulait dire au juste? Olivier repris ses pensées alors qu’il bailla doucement et que Jovan s’approcha d’elle pour reprendre le petit gamin. « Je vais l'amener dans sa chambre, Allez, viens, on va faire un gros dodo. Tu fatigues là, les soirées ce n'est encore pas pour toi. Tu veux venir? J'ai l'impression qu'il préfère la compagnie féminine ce soir. » Laurence acquiesça d’un sourire, prenant au passage son verre de coca qu’elle porta à ses lèvres pour prendre sa première gorgée désormais libérée du petit monstre. Les petites mains d’Olivier se tendirent dans sa direction suivit de quelques bâillements. Qu’est-ce qu’il était mignon. Cédant aux supplications du petit garçon, Laurence sourit.

      -Je suis certaine qu’il a conscience de combien il peut avoir tout ce qu’il veut. Rigola-t-elle alors qu’elle avait parfaitement raison.


    Olivier réussissait à combler tous ses caprices lorsque Laurence le gardait. Effectivement, à chaque fois Laurence avait dut attendre une bonne partie de la soirée assise près d’Olivier qui s’endormait et que Laurence effectuait quelques mouvements pour sortir de la pièce… Olivier éclatait en pleures jusqu’à ce qu’elle revienne près de lui. À tous les coups ça fonctionnait. D’un autre coté, Laurence n’avait pas beaucoup de volonté pour résister aux charmants yeux de se petit bout de chou. Laurence suivit Jovan qui se dirigeait d’un pas lent vers la chambre du petit garçon. Elle s’occupa de lui ouvrir la porte, puis d’ouvrir le tiroir de la commode pour choisir le petit pyjama bleu ciel d’Olivier. Alors que Jovan s’afférait à enlever les morceaux des présents vêtements d’Olivier, Laurence attendait qu’il aille terminer pour l’aider à mettre les vêtements de nuit. Le petit garçon leur donna du fil à retordre alors qu’il grouillait comme un petit ver de terre fier que ses deux gardiens aillent du mal. Finalement ils réussirent et victorieux ils contemplèrent le petit garnement étendu dans son berceau les yeux tous petits par la fatigue.

      -Il y a pas de doutes à faire, se petit démon aimera les femmes. Fit remarquer Laurence face à l’excitation constante qu’il avait quand elle était là.


    Soulagée qu’ils aillent réussit leur mission, elle s’adossa au mur près de la porte d’entrée observant les gestes de Jovan.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1668 - "If i need help? anytime baby " -Laurence F. Dim 7 Mar 2010 - 12:44

La jeune femme but une gorgée, et vint suivre Jovan qui parcourait les couloirs de la maison McCawley, le petit dans les bras. Le gamin, malgré ses yeux tout fatigués, n'avait d'yeux que pour Laurence, à tel point que Jovan aurait pu en être jaloux. Le petit gardait les mains toujours tendues vers la jeune femme, et tout ce qui se passait autour d'eux, il s'en moquait. La jeune femme dit qu'elle était sûre que le petit avait conscient qu'il pouvait avoir tout ce qu'il voulait. Jovan sourit. Il en était sûr lui aussi. Surtout dès qu'il y avait une femme apparemment. Amusé, Jovan répondit.

    - Il sait déjà s'y prendre avec les femmes. Il jeta un coup d'oeil au gamin, puis de nouveau se retourna vers Laurence. ca promet!

Ils arrivèrent devant la porte de sa chambre. Il l'ouvrit, et alla directement vers la table à langer. Jovan le déshabilla, et le changea également. Laurence vint l'aider pour enfiler le petit pyjama de nuit, bleu. Ce dernier ne semblait pas vraiment calme. Excité, il donnait du fil à retordre aux deux adultes. Laurence dit qu'il n'y avait pas de doute, que ce gamin aimerait les femmes. Jovan lui sourit. C'était sûr. Panamee allait être gâtée à l'adolescence..

    - He Oliver! Calme-toi un peu. A 2 contre 1, on gagnera toujours!


Il n'en avait rien à faire. Et pourtant, les deux jeunes adultes y arrivèrent finalement. Jovan le prit alors dans ses bras, et lui colla un petit bisou sur la joue. Le petit sourit, et dut lutter de toutes ses forces pour ne pas fermer ses yeux pour toute la nuit. Jovan prit alors sa main, et fit signe au revoir, à Laurence, tout en s'approchant d'elle pour que le petit -qui semblait plus qu'aimer la présence de Laurence- ait le droit à son bisou de sa part.

    - Un petit bisou, et après on va faire dodo bonhomme.

une fois que ce fut fait, Jovan amena le bébé près de son lit. Il attrapa le nounours de celui-ci (Nounours qui ressemblait de moins en moins à quelque chose), et mit le petit dans sa grenouillère. Une fois, sa tête posée sur le matelas, le gamin ferma les yeux. Les rouvrit, jeta un coup d'oeil sur son nounours, l'attrapa de sa petite main potelée. Et les referma aussitôt. La chance! Jovan sourit, et s'approcha de la porte.

    - Je crois qu'on est chanceux aujourd'hui.


il écouta alors. Ils n'entendirent que la respiration du petit bonhomme. Il faut dire qu'il avait eu une journée chargée, et qu'il n'attendait sans doute que ça: dormir. Jovan espérait bien qu'il allait continuer à rester aux côtés de Morphée pendant un petit moment. Quoique, c'était quoi ça? Il fronça les sourcils, et écouta. Faux signe, ouf. Mais vraiment? se retournant vers la jeune femme, Jovan fut frappé par sa beauté. Certes, il l'avait déjà remarqué, mais là, dans la faible intensité de la chambre, ce fut comme une 'déclaration' pour lui. Il sourit à la jeune fille, et la regarda, acollée sur le mur. Il avait un sourire béat. Une idée lui venait en tête. Il eut l'envie soudaine et incontrôlée de vouloir l'embrasser. Une envie brusque. Du pur délire sans doute.
S'approchant délicatement, il n'osait presque plus respirer de peur de casser tout ce qu'il ressentait. Et avant même de pouvoir faire autre chose que se contrôler, Jovan s'était approché, et ses lèvres s'étaient posés sur celle de la jeune femme. Un baiser. Un simple baiser. Elle ne le repoussait pas. Du moins, pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1668 - "If i need help? anytime baby " -Laurence F. Sam 13 Mar 2010 - 19:17

    Se fut par un sourire, que Laurence déposa un discret baiser sur la joue d’Olivier. Il était soulageant de savoir qu’Olivier semblait prêt à s’endormir sans faire d’histoires. Curieuse, elle suivit des yeux les gestes de Jovan qui prenait très à cœur la situation… allant jusqu’à retenir son souffle pour s’assurer qu’Olivier n’avait besoin de rien. Il dégageait un sentiment d’attention qui plaisait à Laurence et qui ne cessait de lui tirer un sourire. Il n’y avait rien de plus surprenant et attirant qu’un homme attentionné. Vous savez, le type d’homme qui n’existe presque plus de nos jours? C’était adossé au mur que Laurence attendait que Jovan l’invite à quitter la pièce pour qu’ils puissent se retrouver seul sans un petit garnement qui exige toute votre attention. Son souffle fut retenu alors que sans crier gare, Jovan se retrouva à quelques pas d’elle, avec un sourire béat. Troublée, Laurence n’osait faire aucun geste. Son cœur se mit à battre si fort qu’elle se demanda si ça pouvait réveiller le petit Olivier. En quelques millièmes de secondes, la jeune brune saisit ce qui se passa que lorsque les lèvres de Jovan se déposèrent sur les siennes. Sa tête fut appuyée sur le mur, ne laissant aucune chance à Laurence de reculer si ça avait été son intention. En fait, elle n’avait aucune idée de ce qui pouvait bien être son intention à se moment actuel.

    Elle avait l’habitude de planifier beaucoup de choses, mais en se présentant chez Panamee rien de ce qui s’était passé avait été prévu. Laurence n’avait jamais crue se sentir si à l’aise en présence de Jovan, ni même de le trouver si attirant. N’était-elle pas chanceuse de se retrouver dans une situation si surprenante mais tout de même très agréable? C’est pourquoi, sans se pourrir l’esprit, Laurence laissa Jovan l’embrasser appréciant le baiser. Elle ne lui laissa pas le temps de se poser d’avantages de questions ou même de parler qu’elle le lui rendit doucement poussant un peu plus loin l’ambition qu’un simple baiser sur les lèvres. Après tout, ils étaient des adultes et ils n’avaient rien à craindre de simples baisers. Il avait été le premier à oser le premier pas, et bien que Laurence n’avait aucune idée où tout ça mènerait elle avait bien l’intention de profiter de se moment de palpitation et de séduction. Après tout, ça dernière relation amoureuse datait de plus d’un an et demi ce qui était plutôt long pour une fille comme elle qui aimait être en couple. Mais comme tous les autres, elle avait été laissée sous prétexte qu’elle apportait plus d’attention et de temps à ses études qu’à son couple. Les choses désormais risquaient pas de se répétées puisqu’elle avait une carrière maintenant. Elle avait le droit de faire ce qui lui plaisait. Et ce qu’elle avait envie de faire maintenant, était de se donner à cœur joie dans cette activité très enivrante. Un mouvement se fit entendre derrière Jovan ce qui les paralysa une seconde comme s’ils étaient entrain de faire quelque chose de mal. Étais-ce mal de s’amuser ainsi devant un enfant si jeune? C’était de nouveau une fausse alerte. Mais, la question lui vit en tête de se demander si justement tout ça allait s’arrêter. Laurence ne put s’empêcher de plonger ses yeux dans ceux de Jovan tout en passant doucement une main dans ses cheveux.

      -Tu sais, que t’es sans doute un homme idéal? Tu aimes les enfants, tu sens bon… et tu embrasses comme un dieu.


    Laurence afficha un sourire avant de se mordre les lèvres par amusement des propos qu’elle venait de tenir. Toutes les filles qu’elle connaissait auraient toutes dises la même chose.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1668 - "If i need help? anytime baby " -Laurence F. Sam 13 Mar 2010 - 20:16

Plaquée contre le mur, la jeune femme ne pouvait reculer. En touchant ses lèvres, Jovan remarqua qu'elle ne faisait aucune résistance, et ainsi il put se donner à coeur joie à son envie si soudaine. Le baiser fut bref, rapide, mais laissa un bon goût au jeune homme. Au moment même où il la lâcha, Jovan eut la soudaine révélation : il avait une cop-. Sa pensée n'alla guère plus loin, la jeune femme vint se rapprocher de lui, et ce baiser venant de la part de l'autre donnait un agréable goût qui cessait tout reproche.
Si il savait la déroulement de sa nuit future, Jovan aurait sans doute cessé tout ce qu'il était en train de faire. Il aurait filé dans sa voiture. Il aurait appuyé sur le champignon. Il aurait été sauver celle qu'il disait aimer. Mais pour le moment, une autre créature de rêve était en train de l'embrasser, et ça ne pouvait pas se refuser.
A un moment, ils cessèrent de jouer aux tourtereaux en entendant un bruit étrange provenant du petit lit du gamin. Ils se retournièrent tout les deux, et furent content de remarquer que ce n'était qu'une fausse alerte. Avec un sourire, Jovan eut envie de dire "ouf". Mais la jeune femme s'était déjà tournée vers lui, et elle lui parlait. Un homme idéal. Tiens, on ne lui avait jamais dit ça. Au contraire, ses amies disaient toujours que l'homme idéal, attentionné et tout, était homo. Qu'elles étaient maudites. Il pourrait leur répondre maintenant que l'homme idéal était devant lui. Avec un sourire, Jovan fit celui qui savait tout.

    - Je sais. Il fit un grand sourire, et répondit, tout le monde le dit.


Même sa grand-mère. Sauf que ça évidemment, il ne s'empressa pas de lui dire. Il se rapprocha d'elle, pour l'embrasser de nouveau. C'est alors qu'à quelques millimètres de sa bouche, Jovan entendit un gazouillement du petit. Ses yeux se posèrent vers lui, et remarqua que ce n'était qu'une fausse alerte. C'est alors qu'il comprit. il comprit que ce qu'il faisait ce n'était pas bien. D'un, parce qu'il irait peut-être jusqu'à tromper complètement sa copine. De deux, parce qu'il risquait que Laurence soit à son crochet, et qu'il ne voulait pas la faire souffrir plus tard. De trois, parce qu'il ne savait pas mentir, et se glisser dans le lit avec sa copine allait être une redoutable épreuve. Il se pinça légèrement les lèvres, en soupirant un petit coup.

    - On ne peut pas faire ça.

Ses yeux se posèrent sur la jeune femme. Dieu sait qu'il aurait aimé. Mais dans la vie, c'était connu, on ne faisait pas toujours ce qu'on aimerait faire. Et là, il ne pouvait pas. Il jeta un coup d'oeil à Oliver, lui demandant presque qu'il fasse de la soutenance masculine, et que d'un coup, il se réveille, et que Jovan puisse aller directement le prendre dans ses bras, sans donner d'explication. Mais le petit dormait. Lâcheur, pensa Jovan.

    - Je suis désolé. Phrase bidon qui était relativement facile à balancer, Jovan poursuivit, tu embrasses magnifiquement bien!, puis il continua, mais j'ai déjà une copine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1668 - "If i need help? anytime baby " -Laurence F. Mer 17 Mar 2010 - 16:02

    La jeune avocate laissa Jovan prendre soin de retrouver ses lèvres. Elle eut bien rapidement l’impression que toute cette histoire lui donnait des chaleurs. Elle avait beau avoir un fort caractère, actuellement Laurence se sentait presque gênée son esprit plus rationnel qui lui rappelait combien le temps qu’ils se connaissaient était terriblement court. Et ils en étaient rendus à ça. Ce n’était pas elle qui allait s’en plaindre. Elle rigola sous la fausse prétention donc Jovan exprima face à ses propos d’homme idéal. Si tout le monde le lui disait, étais-ce une bonne ou bien une mauvaise chose? Car dans un sens, Laurence commençait à se demander s’elle allait devoir se heurter à des rivales? Laurence fut coupée court dans son élan par un petit mouvement d’Olivier qui sembla être un excellent moyen d’excuse pour n’importe qui d’entre eux, qui aurait voulu résister à l’impulsion du moment. Lorsqu’elle croisa les yeux de Jovan, plongés dans les siens qu’elle se raidit, appréhendant la suite. Il ne lui suffit que de quelques mots pour la faire douter. « On ne peux pas faire ça.» Un point d’interrogation s’installa dans son visage alors qu’elle regardait Olivier cherchant à comprendre le lien que Jovan s’apprêtait à faire. Elle ne pensait pas qu’il cherchait un réel moyen pour se sauver en douce. Les secondes furent intenables alors qu’il termina par la regarder finalement et de lâcher ses mots. « Je suis désolé, tu embrasses magnifiquement bien! Mais j’ai déjà une copine.»

    Laurence ne releva pas le compliment du moment, trop surprise d’apprendre qu’il avait une copine. Génial, elle venait de tomber sur le genre de mec qui ‘’explore’’ puis ensuite qui réalise combien il risque de se faire démolir si sa copine apprends ses volatiles. Son visage afficha rapidement un esprit de colère dans une situation aussi décousue. Après tout, il était le fautif du début à la fin. Elle lui en voulait soudainement encore plus de l’avoir embrassée en premier. Décidément, il lui enlevait toutes raisons qui aurait put l’amené à croire qu’elle en était en partie responsable. Mais il n’avait pas énoncé la présence d’une tierce personne. La réaction mit peut-être du temps à arriver, mais lorsqu’elle eu assimilé la ‘’nouvelle’’ rapidement sa main claqua le visage de Jovan. Il devait être la deuxième personne au monde qui recevait une gifle de sa part. Le coup fut sans doute surprenant, venant d’une jeune fille comme elle mais Laurence en ressenti une très minuscule consolation. Même si, sa main se mise à picotée.

    • -AH! Mais t’a une copine! C’est sur qu’on ne peut pas après que tu m’ailles embrasser sans rien me dire!


    Laurence le repoussa fortement avant de se jeter dans le couloir pour pouvoir s’en aller le plus rapidement de cette maison et de ce Jovan. Elle entendit quelques pas rapides derrière elle avec des excuses peu sincères. Ferdison enfila rapidement ses souliers puis malgré les pleures d’Olivier désormais réveillé, sans doute par sa faute, elle regarda Jovan.

      -Je te souhaite que je ne tombe pas sur cette fille, car je peux t’assuré que tu vas apprendre la vraie signification de la solidarité féminine. Le menaça-t-elle faussement.


    Après tout, il le mériterait amplement. Décidément, elle avait bien été stupide. Laurence claqua la porte derrière elle avant de se diriger d’un pas rapide vers sa voiture. Rapidement, le contact fut mis et la voiture quittait déjà l’entrée de la maison de Panamee pour disparaître au coin de la rue. Il avait décidément bien de la chance qu’elle soit gentille, et que son frère ne soit plus son confident… car sinon, il aurait eu bien du mal à s’en sortir dans dommages. Il fallait simplement que la pression redescende pour que Laurence se sente mieux. Après tout, Jovan avait été blessant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1668 - "If i need help? anytime baby " -Laurence F. Jeu 18 Mar 2010 - 12:09

Jovan n'avait pas l'intention délibéré de la blesser. A dire vrai, il avait eu une envie soudaine, incontrôlable, et aussi inexpliquée - quoique pour cette dernière, il avait peut-être une vague idée du pourquoi du comment, il en était arrivé là. Et quand son esprit avait bien voulu reconnecter deux neurones, il avait repensé à Jeylhan. Au mal qu'il avait eu quand elle l'avait quitté. Au bonheur qu'il avait eu quand elle était revenue. Et là, il était revenue à la réalité. Il s'en voulait d'avoir embrassé la jeune femme. Il aurait du la laisser, il aurait dû passer à côté d'elle, fermer la porte, et ils auraient du aller regarder un film, et boire un petit coup. Juste ça.. Mais cette envie si soudaine avait tout cassé.
Pourtant, il avait préféré jouer franc jeu, et tout dire à la jeune femme, hissant par la même occasion un compliment histoire qu'elle ne réagisse pas vraiment mal. Ce compliment n'eut guère d'effet sur elle.

Jovan put constater la colère sur son visage, et il ne lui fallut pas longtemps pour reprendre ses esprits. Elle n'y alla pas mollo. Jovan n'eut même pas le temps d'essayer de l'éviter. Il tourna légèrement la tête, mais sa main vint quand même claquer sa joue dans un bruit sec. Elle avait de la force sans que ça paraisse. Il ne pouvait même pas lui en vouloir; après tout, elle se faisait peut-être des films. Peut-être s'imaginait-elle déjà en train de faire sa vie avec lui. Puisque c'était tellement un homme idéal.
A sa réflexion, Jovan ne put s'empêcher de répondre, trois simples mots.

    - Je suis désolé.


Un gazouillement à côté d'eux fit tourné la tête de Jovan. Le gamin. Il avait dû être réveillé par la gifle. Ou par la ton que prenait Laurence. Elle le repoussa, et Jovan ne put s'empêcher de la suivre dans le couloir.

    - Je suis désolé je te dis.., en ayant marre de ne pas se faire écouter, Jovan regarda la jeune femme, et un peu énervé balança, je ne t'ai rien promis non plus. C'était qu'un baiser.


Un baiser qui allait le faire culpabiliser à fond. La jeune femme lui assura que si elle croisait sa copine, il saurait ce qu'était la solidarité féminine. Il n'avait pas à avoir peur, elle ne connaissait même pas le prénom de Jey. Elle prit alors la porte et la claqua violemment. Enervé contre elle, ou plutôt contre lui, la paume de la main de Jovan vint claquer sur le mur.

    - Et merde !!


Les cris d'Oliver lui fit penser qu'il avait oublié le petit. Il se calme aussitôt. Tout en courant vers sa chambre, Jovan entendit la voiture se mettre en route. Il prit le gamin dans ses bras, et le consola comme il peut. Le petit gesticulait, et pleurait. Coupé dans son sommeil, il devait lui aussi lui en vouloir. Pourtant, il passa son petit bras potelé autour du cou de Jovan, et ce dernier tenta de le rassurer, et le berca un peu.

    - C'est rien bonhomme. C'est les femmes.


Il alla alors directement vers la porte d'entrée, le bonhomme dans les bras, et alla dehors. Heureusement qu'il faisait chaud. Jovan ne put que constater la voiture de Laurence qui s'en allait. Il soupira légèrement, et retourna dans la maison, le petit dans les bras. Il commençait à se calmer.

    - Bah tu vois Oliver, quand tu auras une copine, si tu décides d'embrasser une autre fille et lui dire que non, au final, tu ne peux pas faire ça parce que tu as déjà une petite amie, évite. C'est le truc à ne pas faire. Souviens-toi en.


Et là, pour toute réponse, le bambin dont les joues étaient rouges -comme celle de Jo sans doute Surprised- et mouillés à force de pleurer, lui montre la fond de sa gorge en rigolant. Merci Oliver.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: N°1668 - "If i need help? anytime baby " -Laurence F.

Revenir en haut Aller en bas
 

N°1668 - "If i need help? anytime baby " -Laurence F.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Apple Road & Lemon Street-