hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
No. 1 Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
No. 2 L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

Partagez
 

 won't keep us apart (l/l)

Aller en bas 
when we were on fire

Luke Edwards

messages : 531
name : smooke
face + © : ryan gosling - avatar@carolcorps - icons @tumblr - lyrics kodaline@alliwant
multinicks : mikkel, clive, neal, leo
points : 658
age : 35
♡ status : formerly engaged but single now and messed up because of a recent breakup, thinking too much about his ex.
work : freelancer @windmont bay bulletin
home : the old family house @bridgewater way

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : lennon - kyle - bliss - harper

won't keep us apart (l/l) Empty
Message· · Sujet: won't keep us apart (l/l) won't keep us apart (l/l) EmptyLun 26 Aoû - 19:08



If we're caught in a wave, I will carry you over
It don't matter where were we are
You're still the one I choose
When my head goes in different directions
You know my heart's never on the move
And in the dark times you don't have to question
If I'm a hundred with you.

(song)

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
@Lennon Lockhart – Present day (August, 25th '19)
part two.


Son cœur n'avait fait qu'un bond dans sa poitrine lorsque son portable avait bipé. Après quatre jours de total désespoir et une rupture amoureuse douloureuse, ne faisant que dormir ou se jeter dans le boulot pour oublier son chagrin, Lennon Lockhart avait enfin répondu. La réaction d'Edwards fut ambivalente - lorsqu'il se saisit de son portable, il eut peur qu'elle le rejette - chose qu'elle tenta de faire, mais en vain. Les mots du blond avaient réussi à calmer ses angoisses et cogitations - seulement pour l'instant mais c'était déjà mieux que rien. Si Lockhart avait pu voir Luke derrière son téléphone, maladroit, cherchant les bons mots, à faire les cent pas dans son salon - enlevant ses lunettes puis les remettant, s'asseyant à la table du salon, attendant une réponse et courant vers le téléphone dès qu'il sonnait - elle se serait sûrement moquée de lui. La veille, Nella avait quitté le domicile conjugal. Luke s'était douté que même après quelques jours de réflexion, elle ne lui pardonnerait pas. L'italienne avait pris ses affaires et lui avait rendu sa bague. Le message était on ne peut plus clair - Luke était un homme célibataire. Au plus profond de lui, il se sentait terriblement mal d'avoir envoyé des messages à Lennon - mais c'était plus fort que lui, il ne pouvait pas l'oublier et encore moins rester loin d'elle. La joie qu'il ressentit lorsqu'elle accepta son rendez-vous à la plage n'égalait rien dans ce monde. Elle lui donnait une dernière chance - et Luke allait la saisir même s'il pansait encore ses plaies - if not now, when?
Après son dernier message, il alla prendre une douche, se surprenant même à chantonner. Il enfila son short de plage, un t-shirt classique et grimpa dans sa voiture faisant un détour par le magasin - il lui avait promis de la nourriture. Il put acheter une bouteille de vin (pour elle) et quelques mets alimentaires pour qu'ils grignotent. Ce soir était une chance d'aplanir tout ce qui s'était passé entre eux il y a trois semaines - mais aussi tout ce que le futur pouvait leur promettre. Edwards arriva à la plage en fin d'après-midi alors que les touristes la désertaient pour aller manger. Il installa sa couverture, où il déposa la bouteille, des verres et la nourriture qu'il avait pu trouver au magasin. Il croisa ses jambes sur le sable - observant la mer - et ferma les yeux pour inspirer les effluves marines. Le soleil brillait encore - la chaleur du soir s'installait. Il prit une grande bouffée d'air et s'allongea quelques minutes pour profiter des derniers rayons. Lorsqu'une ombre s'installa au dessus de lui, il savait qu'elle était là. Il ouvrit un œil, cachant ses yeux pour ne pas s'aveugler. " Hey." souffla-t-il, doucement, la regardant. Le soleil brillait encore dans ses cheveux - comme la première fois où il l'avait vraiment regardé, cette fois où il avait décidé que Lennon Lockhart serait sa première petite amie. Troublé par cette vision, ce flashback, il se releva pour s'asseoir et elle s'installa à ses côtés. Il n'avait qu'une envie - la tenir à nouveau dans ses bras. Silencieux, il se saisit de la bouteille - la lui montra. " C'est pas du Ruinart, mais ça devrait faire l'affaire. " déclara-t-il, un micro sourire taquin perché sur ses lèvres, l'ouvrant et versant le liquide alcoolisé dans un verre. Il lui tendit et leurs yeux se croisèrent - tout ce qu'ils avaient partagés par écrit plus tôt dans la journée restait encore suspendu dans sa mémoire. A son tour, il se servit un soda dans un autre verre. Il se tourna vers elle, plutôt solennel, tendit son verre et l'entrechoqua avec le sien. " Aux nouveaux départs. " murmura-t-il, plantant ses perles bleues dans les siennes. Edwards détourna vite le regard, but une gorgée et soupira. Sa tête se tourna légèrement vers elle, intrigué de continuer la conversation qu'il avait commencé. " Lennon Lockhart s'est donc mariée. " s'enquit-il, ses lèvres s'étirant. Ce n'était pas un jugement mais une simple observation. Il voulait en savoir plus sur ces dix-sept dernières années qui les avaient séparés.

_________________

 
To you, I've never lied. For you, I'd take a life. ★★
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lennon Lockhart

messages : 394
name : marine (birdy)
face + © : haley bennett, ava@livia sign@pinterest
points : 871
age : thirty-four years old and still doing the same mistakes.
♡ status : freshly separated from her husband, she came back to her hometown of windmont bay. going crazy over seeing him, kissing him again.
work : designer for a haute couture label but dreams of owning her own fashion house.
home : staying @ the majestic.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off, dimitri (tc, firehouse), thalia (bars), sakura (the majestic), tinsley (uc), chad (the majestic), Luke (flashback).

won't keep us apart (l/l) Empty
Message· · Sujet: Re: won't keep us apart (l/l) won't keep us apart (l/l) EmptyMer 28 Aoû - 15:08



I'd never dreamed that I'd meet somebody like you
And I'd never dreamed that I'd lose somebody like you
No, I don't want to fall in love with you
What a wicked game you played to make me feel this way
What a wicked thing to do to make me dream of you

(song)

@Luke Edwards

Lennon reposa son téléphone et resta allongée sur son lit, fiévreuse, agitée, le cœur qui battait la chamade après cette conversation à cœur ouvert. Le nom qui s'était affichée sur l'écran et ce depuis quatre jours brulait sa rétine de souvenirs enfouis. Un nom qui pendait au bout des lèvres, celui qui ne lui laissait aucun répit dans ses rêves, celui qui la surprenait au milieu d'une pensée anodine. Luke Edwards, le garçon qu'elle n'avait jamais pu oublier. Un désir endormi qui était resurgi trois semaines auparavant, réveillant la belle au bois dormant d'un sommeil de dix-sept ans. Mais le prince avait menti, il avait quelqu'un et la belle avait foutu le camp le laissant dans un exil interminable. Lennon est le feu qui vous réchauffe, mais aussi celui qui vous brûle et son courroux est impitoyable. Mieux vaut la laisser se calmer avant de s’aventurer dans son antre et c'était ce qu'avait fait Luke connaissant que trop bien la belle. Ce qu'il ne savait pas c'était qu'elle avait aussi perdue la tête, s'emportant seule, envers et contre tous de l'injustice qu'était la vie. Pourquoi le revoir si c'était pour que ce soit des retrouvailles manquées ? Le goût de ses baisers inachevés sur son corps. Pourquoi brûler pour lui de cette manière alors qu'il n'y avait pas d'espoir ? Les nuits tardives dans les bras d’un autre où ses larmes se perdaient dans l’obscurité du nightclub, le cendrier débordant des mégots de cigarettes, plus rien ne pouvait apaiser ses tourmentes. Puis, les sms de Luke étaient arrivés à la chaîne, la suppliant de lui parler, de le laisser s'expliquer. Lennon était restée silencieuse pendant quatre jours, sa façon de le punir, sa façon de panser ses blessures et surtout son égo. Je peux vivre sans toi, je peux vivre sans toi Edwards. Qu’est-ce que tu crois ? Je suis une femme forte et indépendante. Comment j’aurais fait sinon pendant dix-sept ans ? Mais la question n’est pas de pouvoir vivre sans lui, mais de vouloir vivre sans lui lorsque l’on connait le bonheur qu’elle ressent à ses côtés. Est-ce raisonnable de se priver d’un tel bonheur ? Plus on s’interdit une chose, plus on la veut coûte que coûte.
Puis, elle avait cédé comme elle le fait toujours avec Luke Edwards, bien que ce soit un peu grâce à son ami Persy Polhaus qui lui ordonna pratiquement de lui répondre. Il était un traître d’avoir donné son numéro à son ex, mais un traître qui voulait que son bien et savait pertinemment que cela signifiait revoir Luke. Comme une pluie après une longue période de sécheresse, les mots rassurants du trentenaire vinrent chasser un à un ses doutes, ses peurs et contrer les excuses derrières lesquelles elle se cachait. Du moins, pour le moment, mais elle vivait désormais dans le présent. Advienne que pourra. Avec Luke, elle avait l'impression d'être nue sur une table d'opération et que malgré le mal qu'elle se donnait, il verrait toujours à travers elle. Il savait quoi lui dire pour déverrouiller toutes ses serrures. Alors à quoi bon jouer ce jeu ? Luke n'y jouait pas, il avait même tout dit à sa fiancée et son couple avait volé en éclat. Était-elle une horrible personne pour avoir été heureuse en l'apprenant, même si la culpabilité l'avait envahie quelques secondes après ? Le calme s’était désormais installé et un nouveau vent semblait souffler sur leurs conversations. Ils étaient désormais deux adultes matures et ils arrivaient même à se taquiner, retrouvant un peu de légèreté.
La styliste était revenue à Windmont Bay, il y a seulement deux mois. Deux mois intenses où elle s’était confrontée aux squelettes dans son placard. La trentenaire ne savait pas de quoi la vie était faite, ni ce que le futur lui réservait, mais il fallait qu'elle se rende sur cette plage avec Luke Edwards. C'était aussi vital que de respirer. La blonde se rendit à leur rendez-vous comme promis, vêtue d’une robe jaune, la couleur du soleil et du jour nouveau qui commençait entre Luke et elle.  Elle voulait déposer ses bagages émotionnels ici et ne plus se retourner en arrière. « Hey. » souffla-t-elle tout aussi timidement. Elle ne savait pas trop sur quel pied danser après leurs précédentes retrouvailles beaucoup plus violentes. Elle observa le pique-nique qu’il avait préparé et sourit, flattée des petites attentions que Luke avait à son égard. Elle s’assit à ses côtés et accepta volontiers le verre de vin qu’il lui tendait. « Ça me convient très bien merci. T’as toujours aimé les pique-niques en fait ? » dit-elle, un sourire malicieux se dessinant sur son visage puisqu’elle faisait allusion à leur premier rancard et les nombreux qui suivirent et qui ressemblaient étrangement à ce rendez-vous. « Cheers. » répondit-elle, leurs verres s’entrechoquant et ses yeux s’aventurant dans les siens, mais il détourna trop rapidement le regard. Lennon continua d’observer discrètement son profil, sa mâchoire franche et masculine, son cou habillé d’une barbe de trois jours. Que pouvait-il bien penser à cet instant ? Il se tourna à nouveau et elle eut peur qu’il l’ait surprise à l’observer. Sa question la fit grimacer intérieurement. Fallait-il vraiment qu’elle parle de son mariage ? De ses erreurs dont elle avait horriblement honte ? « Heureusement que tu m'as servi à boire Edwards. » rétorqua-t-elle sur le ton de la plaisanterie. Elle reprit une grande gorgée de son vin pour se donner du courage. Ses yeux se posèrent sur l’océan, incapable d’affronter le regard de Luke alors qu’elle s’apprêtait à lui parler d’un de ses pires échecs. Elle ne voulait pas que son regard sur elle change, qu’il la juge pour ses erreurs passées. Elle se sentait si belle, si pure lorsqu’il la regardait comme si rien ne lui était arrivé. « Oui et je le suis restée pendant huit ans. Il était écossais, marchand d'art, venait d’une bonne famille, tu vois le genre. Je l'ai rencontré lorsque j'avais 24 ans et on s'est marié deux ans après. J’ai commis beaucoup d’erreurs pendant huit ans et je n’en suis pas fière. Il voulait un enfant et je crois que je lui ai brisé le cœur à lui aussi. C’est peut-être tout ce que suis bonne à faire. » Lennon n’arrivait pas encore à lui parler de ses adultères et ses mensonges qu’elle sous-entendait dans les silences entre les mots. Tous ces excès et faiblesses qui avaient pourris de l’intérieur son couple. Une pointe de tristesse pouvait se lire dans les iris de la blonde. Mais, elle chassa rapidement la mélancolie qui menaçait de la submerger pour reposer son attention sur le blond. Il n’était pas le seul à se demander qui l’avait remplacée dans le cœur de l'autre. « Et toi, Mr Parfait, tu as fait tomber beaucoup de cœurs après moi ? » s’enquit-elle le regard plissé et interrogateur. Elle ne demandait pas ça pour se faire du mal puisqu’ils étaient tous les deux des adultes qui avaient refait leurs vies et vécu d’autres choses avec d’autres personnes. La blonde poursuivit, plus nerveuse et hésitante. « Je…voulais savoir…comment…était celle qui t’as rendu heureux après moi ? Mais hum on n’est pas obligé d’en parler si tu n’es pas prêt. » dit-elle plus faiblement tout en se mordant la langue d’en avoir peut-être trop demandé au trentenaire qui venait tout juste de rompre avec sa fiancée. Mais, il n’y avait malheureusement pas de bons moments pour lui poser cette question. Juste lui, elle et la vérité. Elle voulait savoir, tout savoir de lui, le connaître comme elle se connait elle-même quitte à ce que ça la fasse souffrir.
Spoiler:
 

_________________

~ two damaged people, trying to heal each other is love.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
when we were on fire

Luke Edwards

messages : 531
name : smooke
face + © : ryan gosling - avatar@carolcorps - icons @tumblr - lyrics kodaline@alliwant
multinicks : mikkel, clive, neal, leo
points : 658
age : 35
♡ status : formerly engaged but single now and messed up because of a recent breakup, thinking too much about his ex.
work : freelancer @windmont bay bulletin
home : the old family house @bridgewater way

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : lennon - kyle - bliss - harper

won't keep us apart (l/l) Empty
Message· · Sujet: Re: won't keep us apart (l/l) won't keep us apart (l/l) EmptyMer 28 Aoû - 23:38

A l'allégresse qu'elle ait choisi de venir de son plein gré se couplait l'infamie de se trouver ici alors qu'à peine vingt-quatre heures plus tôt, il était encore fiancé - le prénom de l'italienne résonnait à l'arrière de sa tête. Son esprit avait pourtant décidé de mettre de côté les mauvais sentiments dès que l'ombre de Lockhart avait apparue - préférant donner l'ordre faramineux de faire battre son myocarde à la vitesse maximale, détectant la présence de la blonde qui avait su lui faire perdre tout contrôle. Malgré ses airs sûrs - ou les airs qu'ils se donnaient par voie écrite, Luke savait, au plus profond de lui, qu'il ne ressortirait pas indemne de cette soirée - comme il y a trois semaines, elle irait de toute évidence grappiller un bout de son organe vital, le faisant une fois de plus questionner sa santé mentale et l'emprise qu'elle pouvait avoir sur lui, ses émotions et sa raison. La mention des pique-niques le fit réagir - ayant le rappel que sa demande en mariage s'était déroulée dans de telles circonstances. " Je n'ai pas vraiment changé." profita-t-il de dire, lui offrant un léger sourire même si son intérieur se tordait dans tous les sens. Le souvenir de cette après-midi vint le chatouiller, le déranger et le mettre mal à l'aise. Ses mains vinrent se poser autour de son verre et il se mit en tailleur - plongeant son nez dans sa boisson, essayant visiblement de cacher son dépit personnel.
Lennon ne mit pas longtemps à le distraire de son mal-être - partageant elle aussi son histoire d'amour raté avec un mari qu'elle n'avait pas su aimer. Luke écouta attentivement son récit, prenant le temps d'observer ses traits - malgré lui, son regard était attiré par son visage lumineux, qu'il redécouvrait après dix-sept ans. Elle conclut sur une tirade dépréciative visée à sa propre personne - une tirade sur laquelle Edwards réagit. " Lennon Lockhart, briseuse de cœurs." souffla-t-il à son encontre, la poussant avec son épaule, ses lèvres espiègles s'allongeant et lui jetant un regard moqueur - de la manière la plus naturelle qu'il soit, ne cherchant pas à mettre une signification sur chacun de ses gestes. Peut-être que la complicité de deux personnes ne s'évanouissaient pas lorsqu'ils ne se voyaient plus pendant une certaine période. S'intéresser à elle était par contre une tactique rationnelle - recoller les morceaux de sa vie, tenter de distinguer ce qu'elle était devenu, où est ce que sa fuite l'avait mené. Manifestement dans les bras d'un écossais plein aux as - finissant en un mariage qui n'allait que dans un sens, celui de Lennon. Avait-il réussi à résoudre le mystère Lockhart? Visiblement non, sinon il serait assis à leurs côtés. Son regard souriant se posa sur les vagues, appréciant le roulis des vagues, calant le rythme de son palpitant sur celle de l'eau - ou du moins essayant de ne pas le laisser s'emballer à la vue de Lennon. A sa question - qui était parfaitement logique vu les derniers événements - Edwards eut un frisson avant se livrer, préférant lui livrer la version la plus honnête. " J'en ai brisé un seul il y a moins de vingt-quatre heures." révéla-t-il, laissant ses propos flotter dans l'air ambiant. Par là, il voulait bien dire qu'entre Lennon et Nella, il n'y avait eu personne d'autre. Pas une aventure, pas un plan d'un soir - des flirts innocents mais aucune envie de passer à l'étape suivante de peur de souffrir une fois de plus. Lennon Lockhart avait écorché et volé inexorablement toute la confiance qu'il avait pu avoir envers le sexe féminin - préférant passer du temps avec ses amis, se foutant des surnoms ou autres quolibets qu'ils utilisaient pour le taquiner. Nella avait été l'exception à la règle - faisant tomber tous ses remparts en quelques jours. La jolie blonde ne manqua pas de s'intéresser à sa deuxième et dernière histoire d'amour - il en fut étonné, sa demande paraissait sincère même si maladroite. Il poussa un soupir, tentant d'évacuer ce sentiment pesant qui lui interdisait de mentionner sa fiancée - ou ancienne fiancée - devant elle. Après tout, n'était-elle pas la raison principale de cette séparation?
Le blond se mordit la lèvre, bloquant les souvenirs de la veille - la bague de fiançailles dans sa main, les yeux désarmants de l'italienne, les sanglots qu'ils avaient partagés malgré eux, le déchirement de la voir franchir le seuil de porte, les valises en main, ce dernier regard désillusionné - mais il fut vite submergé par la rancœur qu'il pouvait éprouver envers sa propre personne. " Nella?" lui demanda-t-il, comme pour vérifier qu'elle voulait bien parler de l'italienne, refusant d'établir un contact visuel avec Lockhart. Ses yeux vinrent se poser sur l'horizon - la douleur étant bien encore trop à vif. Il n'avait absolument pas envie d'en parler mais il lui avait promis la vérité - rien que la vérité à partir de maintenant. Et son histoire avec Nella en faisait partie - en parler l'aiderait peut-être à faire son deuil plus vite. " Elle était - " commença-t-il puis se reprenant. " Elle est formidable." confessa-t-il, baissant la tête vers son verre de soda. Il but une gorgée, tentant de trouver une façon d'expliquer toute son histoire. " On s'est rencontré quand j'ai fait mon voyage en Italie. Elle est rentrée avec moi aux Etats-Unis cinq mois plus tard." narra-t-il, comme une histoire quelconque, ne s'en tenant qu'aux faits simples, aux faits chronologiques. Le visage de la sicilienne vint le hanter - il se demanda où elle était à cette heure-ci de la soirée. " Elle a tout quitté pour moi." bruissa-t-il, laissant échapper un raclement de gorge - Lennon s'attendait-elle à ce qu'ils les comparent? On ne pouvait pas comparer l'incomparable - les deux femmes étaient trop différentes. Pour l'instant, il souhaitait se limiter à ces confidences - s'étendre n'aurait fait qu'accroître son angoisse et il finirait en pleurs. Si Lennon décidait de rester à Windmont Bay, elle en saurait plus. " Tu sais, Lenn' ... " finit-il, tournant sa tête attristée vers elle. " Quand t'es partie, j'ai vraiment cru quelqu'un là-haut m'en voulait. Ma mère puis toi ... " avoua-t-il, ayant besoin de lâcher de ce poids qui pesait sur sa poitrine. La seule façon que cette relation pouvait fonctionner était si tous les non-dits disparaissaient - la discussion (dispute) qui remontait à trois semaines en arrière avait permis de dévoiler les raisons de son départ. Mais Luke avait encore beaucoup de choses sur le cœur - notamment le besoin viscéral de lui parler des mois qui avaient suivis son départ. Luke se resservit un verre, en profitant pour faire de même à la femme qui l'accompagnait ce soir. Ses lèvres touchèrent une fois de plus la boisson sucrée. " Je suis encore en colère contre toi, même si j'ai entendu et compris ce que tu as dit la dernière fois. " confia-t-il, pinçant ses fines lèvres - ne pouvant pas être plus entier et fidèle à lui-même qu'à cet instant - le Luke qui avait maintenant trente-cinq années d'expérience derrière lui et qui pouvait enfin livrer ses émotions à Lennon Lockhart, la seule qui lui avait brisé le cœur il y a tant d'années. Le trentenaire posa son regard sur les mains de la jeune femme et glissa sa main dans la sienne, hésitant. Ses doigts se resserrèrent autour de celle-ci - ne cherchant pas à trouver une raison pour son geste car finalement il n'y en avait aucune, à part peut-être le besoin instinctif de la sentir au plus près de lui, pour vérifier qu'elle était bien là à ses côtés - et demeura calme mais douloureux, les yeux embués. Il lui en voulait encore - il n'arrivait pas à passer outre ce sentiment d'abandon.

Spoiler:
 

_________________

 
To you, I've never lied. For you, I'd take a life. ★★
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lennon Lockhart

messages : 394
name : marine (birdy)
face + © : haley bennett, ava@livia sign@pinterest
points : 871
age : thirty-four years old and still doing the same mistakes.
♡ status : freshly separated from her husband, she came back to her hometown of windmont bay. going crazy over seeing him, kissing him again.
work : designer for a haute couture label but dreams of owning her own fashion house.
home : staying @ the majestic.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off, dimitri (tc, firehouse), thalia (bars), sakura (the majestic), tinsley (uc), chad (the majestic), Luke (flashback).

won't keep us apart (l/l) Empty
Message· · Sujet: Re: won't keep us apart (l/l) won't keep us apart (l/l) EmptyDim 8 Sep - 11:57

" Je n'ai pas vraiment changé." Mais moi j'ai changé et j'ai peur que tu n'aimes plus celle que je suis devenue. Est-ce que tu m'aimeras lorsque tu connaîtras chaque parcelle de mon âme, chacun de mes doutes, chacun de mes défauts et de mes horribles mensonges ? Est-ce que tu seras encore là près de moi lorsque je te dirais de partir car je repousse toujours ceux que j'aime ? J'ai l'impression de toucher du bout des doigts un hologramme et de me rendre compte qu'il n'est qu'une illusion. Dis-moi que tout ça est bien réel.  
Lennon oscillait entre une légèreté retrouvée et la lourdeur de ce passé qu'ils n'arrivaient pas à oublier. Elle avait l’impression d’être une funambule qui si elle faisait le mauvais pas pouvait basculer dans le vide à tout moment. Comment faire disparaitre les fantômes autour d'eux ? Comment effacer les stigmates de cette fameuse année de terminale qui avait bouleversé plus d’une vie ? Elle se confia sur le piteux état de son mariage qui serait bientôt acté en divorce sur les pages blanches d’un cabinet d’avocat à Londres. Même si elle regardait l’océan tout le long de son récit, elle pouvait sentir son regard sur elle. Elle n’avait pas l’habitude de se confier ainsi ni même d’être écoutée de cette manière. Ça faisait du bien de ne plus se cacher derrière un masque, de ne plus prétendre que tout allait bien dans le meilleur des mondes. Puis, il fit une remarque espiègle et la poussa de l’épaule. Lorsque la blonde tourna la tête, elle retrouva le sourire malicieux qui lui avait tant manqué. Elle le poussa à son tour comme pour se chamailler gentiment. « Mais je ne brise jamais un cœur deux fois alors tu as peut-être une chance Edwards. » répondit-elle, un sourire mi-espiègle, mi-timide se dessina sur ses lèvres. Donne-moi une chance, c'était ce qu'elle voulait vraiment dire au fond, mais les mots restèrent coincés au fond de sa gorge. Lennon avait perdu espoir il y a longtemps, elle avait perdu foi en l'amour. Désenchantée et désabusée par les hommes et la façon dont ils voulaient l’emprisonner dans un rôle ou jouer avec elle. Luke était son premier amour, celui qu’il l’avait permis de s’épanouir, de s’équilibrer et d’aimer la vie à ses côtés. Est-ce qu'elle pouvait espérer que tout s'arrange avec Luke ?
Sa question sur Nella vint rompre cette légèreté si fragile qui leur glissa des doigts. Lennon regarda Luke avec angoisse observant son attitude changer et s’assombrir. La styliste regretta immédiatement sa question sur l’état de la vie sentimentale du trentenaire. Quelle idiote ! Elle savait pertinemment qu’il venait tout juste de rompre avec cette femme qui devait beaucoup compter pour lui puisqu’il l’avait même demandé en mariage. Elle chercha son regard pour tenter d’y déceler une brèche où elle pourrait s’immiscer, mais celui-ci était désormais planté sur l’horizon bleu devant eux visiblement déchiré par la rupture de la veille. Sa révélation lui fit l’effet d’une onde de choc et pendant un moment la blonde resta silencieuse. « Juste elle et moi. » souffla-t-elle du bout des lèvres en essayant d'intégrer cette information qui la chamboulait profondément. Il n’y avait eu que Nella et elle dans la vie de Luke Edwards. Luke aurait pu avoir des dizaines de petites amies et encore plus d’aventures sans lendemain s’il l’avait voulu. Mais personne. Pourquoi personne d’autre ? L’avait-elle tant traumatisé que ça ? Que lui avait-elle fait ? Que s’étaient-ils faits l’un à l’autre ? Elle se mordit la lèvre à son tour, écrasée par le poids de tout ce que sa fuite avait engendré. La voix du journaliste avait un ton monotone, mais elle savait bien qu’il tentait seulement de sauver les apparences. Elle l’écouta parler de sa chère et tendre qui avait tout quitté pour lui. Une italienne sûrement sublime qui n’était pas brisée comme Lennon l’était. Qu’avait-elle d’autre à offrir à Luke que son cœur meurtri et son âme tourmentée ? « Et tu...tu n'as pas voulu la rattraper ? la raisonner ? » répondit-elle, les mots dépassant le fil de sa pensée. Pourquoi ne s’était-il pas plus battu pour l’italienne ? Il avait demandé cette femme en mariage et l’avait laissé partir. Bien sûr qu’elle était heureuse de le revoir, de le savoir libre, mais elle voulait savoir pourquoi il avait laissé partir sa fiancée. La blonde n’avait aucune leçon à donner à ce sujet. Seulement, elle avait autant de facilité à fuir que d’avoir peur d’être abandonnée par ceux qu’elle aimait.
Les yeux de ce dernier vinrent finalement se planter dans les siens et elle pouvait désormais y lire toute la douleur qui secouait Luke. Il parla du départ de la jeune-femme dix-sept ans auparavant et du mal que ça lui avait fait qui était vraisemblablement comparable au décès sa mère. L’estomac de Lennon se tordit face à la détresse du trentenaire. Elle ne voulait pas le faire souffrir ainsi, c’était la dernière chose qu’elle souhaitait et elle pensait pourtant s’être expliquée sur ce sujet lors de leurs retrouvailles trois semaines auparavant. Certes, il y avait encore certaines choses bien trop sombres qu’elle taisait, mais la mort de son meilleur ami et les mots traites de Luke lui semblaient être une explication valable et une grande partie de la vérité sur ce qui avait pu provoquer sa fuite soudaine. Elle prit une longue inspiration avant de prononcer ses prochains mots. « Je suis sincèrement désolée Luke, je le serais toujours. Je ne pouvais pas imaginer le mal que ça te ferait. J'avais dix-sept ans, j'étais une gamine paumée et en deuil, et toi un adolescent qui n'a pas su dire la vérité à tes copains. » dit-elle, le regret et l’amertume au bout des lèvres. Si Lennon semblait s’être résignée à ce passé tumultueux et douloureux, Luke était loin d’être en paix avec. Ce n’était pas que la jeune-femme allait mieux ou était guérie de ses blessures, mais qu’elle avait accepté la douleur comme faisant partie d’elle-même et qu’elle ne pourrait peut-être rien y changer. Was she damaged for good ? « On a tous les deux faits des erreurs, non ? » poursuivit-elle tentant de raisonner le blond. Elle n’était pas la seule fautive et il fallait qu’il le comprenne. « Mais tu ne peux quand même pas comparer mon départ au décès de ta mère ? » finit-elle de dire, les mots écorchant sa langue au passage. Elle avait prononcé cette dernière question un peu trop durement, mais elle ne pouvait pas supporter l’idée d’être la cause de tant de souffrance chez le blond. Elle trouvait ça si injuste qu’il compare son départ à la mort de sa mère.
L’ultime et dernière remarque de Luke finit par faire tomber la funambule de son fil. Cette colère, encore et toujours cette colère entre eux. Elle avait l’impression de suffoquer ici comme coincée dans une bulle sans oxygène avec lui. S’il y avait bien une chose que Lennon détestait c’était d’être mise face à ses erreurs. L’absence de toute autorité parentale l’avait laissée récalcitrante à tout ce qui pouvait s’apparenter à des reproches ou "se faire gronder". Elle fuyait les conflits comme la peste, même s’ils semblaient toujours la rattraper et s’immiscer dans sa vie. Si bien que Lennon savait s’engueuler mieux que personne et surtout faire souffrir son interlocuteur lorsqu’elle boudait infiniment dans son coin, ne donnant aucune nouvelle à ce dernier. Elle avait essayé de bouder Luke et cela n’avait pas marché au vu de leurs sms. Elle sentit les doigts de ce dernier s’entrelacer dans les siens dans ce geste si éloigné des dernières paroles du blond remplies de reproches. Lennon ne comprenait pas ce qu’il voulait d’elle. Un coup, ils se déchiraient violemment, un coup ils s’embrassaient passionnément et maintenant le trentenaire de nouveau en colère lui tenait la main comme s’ils étaient à un first date. Merde, qu’était-elle censée faire ? Elle retira sa main de la sienne, déboussolée par ce geste. La styliste recula légèrement, réinstallant une distance physique entre eux comme pour se protéger. « Je ne sais pas quoi te dire pour apaiser ta colère. Je ne comprends pas ce que tu veux de moi Luke. Dis-moi quoi faire et quoi dire. » répliqua-t-elle le ton de sa voix augmentant au fur et à mesure. Elle était tellement frustrée de cette situation, de voir sa douleur, de se sentir responsable, de vouloir le réconforter, mais de ne pas savoir comment. Elle voulait être avec lui, mais à quel prix ? Combien de temps la ferait-il payer pour son erreur d’adolescente. « Je suis venue parce que je pensais que tu voulais tourner la page, que tu voulais commencer quelque chose de nouveau… Pourquoi tu m'as donné rendez-vous ce soir ? » finit-elle, étouffant un cri de rage et ravalant les larmes qui menaçaient de rougir son vert perçant. Son regard était blessé et sombre. Ils étaient désormais dans un bateau qui prenait l'eau lentement. Qu’allaient-ils faire ? Plonger ou mourir noyé ? Why couldn’t they stay afloat ?
Spoiler:
 

_________________

~ two damaged people, trying to heal each other is love.



Dernière édition par Lennon Lockhart le Lun 9 Sep - 21:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
when we were on fire

Luke Edwards

messages : 531
name : smooke
face + © : ryan gosling - avatar@carolcorps - icons @tumblr - lyrics kodaline@alliwant
multinicks : mikkel, clive, neal, leo
points : 658
age : 35
♡ status : formerly engaged but single now and messed up because of a recent breakup, thinking too much about his ex.
work : freelancer @windmont bay bulletin
home : the old family house @bridgewater way

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : lennon - kyle - bliss - harper

won't keep us apart (l/l) Empty
Message· · Sujet: Re: won't keep us apart (l/l) won't keep us apart (l/l) EmptyDim 8 Sep - 13:41

Une fois qu’il eut posé les yeux sur sa personne, il ne pouvait plus détourner le regard. L’attraction physique qu’il avait pu ressentir il y a quelques semaines ne s’était pas calmée – il brûlait d’envie de retrouver cette proximité physique, de la tenir dans ses bras, d’embrasser ses lèvres. L’ambivalence de la jeune femme commença à montrer le bout de son nez avec sa réflexion sur une autre chance qu’il pourrait avoir – le myocarde de Luke se mit à palpiter subitement, le laissant pantois et presque rougissant face à celle qui l’enivrait, lui faisait ressentir ce qui avait peut-être manqué dans sa relation avec Nella – la passion, l’envie constante de lui crier dessus puis de l’embrasser, la frénésie qui le prenait aux tripes alors que Lennon se trouvait à ses côtés. Malgré son passage à vide, Luke n’avait jamais perdu espoir en l’amour – lui qui pourtant avait été éperdument amoureux puis blessé par sa fuite – avait toujours pensé que si Lennon n’était pas la bonne, quelqu’un l’attendait sûrement quelque part. Il avait juste pris le temps de se reconstruire d’abord, de faire le deuil de cette relation subitement fini avant de reprendre confiance en lui et ses capacités de séduction. La conversation se portait maintenant sur sa relation avec Nella et il vit l’instant précis où elle mesura qu’il n’avait eu que deux relations dans sa vie – appréciant cette expression de surprise qu’elle portait et savourant presque le fait qu’elle se rende compte de la conséquence de ses actes sur la vie sentimentale du beau blond. Le pigiste pouvait bien lire sur son visage que les questions bouillonnaient en son intérieur mais qu’elle n’osait pas les lui poser. Bien qu’il n’ait rien à cacher, il ne souhaitait pourtant pas trop en dévoiler – de peur qu’elle ne soit effrayé. Après tout, il pouvait s’attendre à tout avec elle – et même s’il pensait vraiment qu’elle restait la Lennon d’il y a dix-sept ans, il avait du mal à visualiser où elle voulait en venir. Sûrement, sa question sur pourquoi lui et Nella avaient rompu, pourquoi il n’avait pas pu la rattraper, était une question maladroite mais une question judicieuse – s’ils étaient si heureux que ça, le retour de Lennon ne devait-il pas être juste de malheureuses retrouvailles ? Il déglutit bruyamment, tentant de mettre des mots sur la raison particulière de son départ. «  J’ai essayé, Lennon. Mais elle a bien compris que toi et moi ... » dit-il, ne pouvant pas finir ses propos mais la laissant deviner de quoi il parlait, son regard en disant long. Quand Nella avait découvert sa relation passée avec Lennon, le trentenaire ne lui avait rien caché – son départ, ses sentiments pour elle. Alors quand elle avait appris son retour, l’italienne avait rapidement saisit que Luke ne répondait plus de rien, que de ces sentiments enfouis bien trop longtemps. Et même s’il aimait Nella, il avait réalisé qu’il ne l’avait pas aimé autant qu’il avait pu aimer Lennon Lockhart.
Le blond avait besoin de se confier, de la ré-apprivoiser, de s’ouvrir à elle pour vérifier qu’il avait toujours la même Lennon, face à lui – celle qui avait pu être là lorsqu’il avait encore du mal à accepter les changements chez lui, celle qui lui avait fourni une oreille attentive et du réconfort lorsqu’ils parlaient longuement lors de leurs après-midi libres. Et oui, il remettait cela sur la table – peut-être était-ce insensible après qu’elle se soit livrée et ouverte cette après-midi près de l’étang – mais il avait, pour une fois, besoin de se confier sur ce qu’il ressentait, lui – de la colère, de l’amertume et du mal à lui faire confiance à nouveau. Très vite, il put observer qu’elle était sur la défensive – écoutant ses excuses, hochant très légèrement la tête. Lorsqu’elle lui demanda s’il avait fait tous les deux des erreurs, ses sourcils vinrent se froncer et il tenta d’ouvrir la bouche – mais elle avait déjà enchaîné avec une seconde question. Une question bien plus perturbante accompagné d’un ton dur et peu agréable. «  Bien sûr que je compare ton départ avec la mort de ma mère, Lenn’. T’es parti, j’ai cru qu’il t’était arrivé quelque chose. » s’enquit-il, justifiant ses propos, refusant de se taire. «  Tu ne t’en rends peut-être pas compte. Mais j’ai dû faire le deuil de notre relation, tout seul. » rajouta-t-il afin de lui faire prendre conscience de la situation. Oui, elle avait déjà donné ses raisons mais il n’en démordait pas – il avait besoin qu’elle sache vraiment, qu’elle accepte qu’elle était autant en tort qu’il ne l’était. Que ses actes avaient eu des conséquences sur sa vie, qu’elle avait profondément altéré Luke Edwards. Et que revenir ainsi, même s’il lui pardonnait ces années d’absence, n’allait pas résoudre tous les problèmes qu’ils rencontraient. S’ils voulaient construire une relation saine, ils devaient tout se dire. Quitte à ce que cela la fâche. Chose qui était déjà faite apparemment car elle prenait déjà une mine plus abattue et triste. Il arrivait à décrypter chaque émotion sur son visage si expressif. Luke était peut-être le seul à lui faire face mais il était déterminé à faire tomber ces dernières barrières – celles derrière lesquelles elle se cachait, jouant un rôle. Pourtant, ce n’était pas un grand fan du conflit lui-même – il préférait généralement plus donner raison à la personne face à lui – mais Lennon devait cesser son petit manège. Lorsqu’elle retira sa main de la sienne, il ne réagit pas aussi violemment qu’elle. Bien sûr, il était déçu de sa réaction – qui pouvait paraître démesuré à l’instant. Lors de leur échange écrit, il avait affirmé certaines choses et il comptait bien s’y tenir même si ça voulait dire créer un nouveau conflit entre eux deux. «  Bien sûr que je veux tourner la page. Mais tourner la page, ça veut dire être capable de communiquer sur ce qu’il s’est passé, sans réagir violemment comme tu le fais maintenant. Je sais que tu es désolé, que tu t'es excusé mais j'ai besoin que tu m'entendes, que tu m'écoutes. » observa-t-il, voyant son air contrarié, la mettant face à son comportement. C’est comme si elle avait besoin de réponses immédiates les concernant. «  Je ne sais pas quoi te dire, Lennon. Je pense que ma séparation est assez claire, non ? » s’exclama-t-il, assez ironique dans son ton. Elle avait le don de l’irriter alors qu’il souhaitait rester calme. Il avait envie de lui dire qu’il la voulait, elle, entièrement, son corps, son esprit, sa vie – mais ces belles paroles restèrent bloqués au fond de lui, devenant frustré de ce qui se passait – encore une dispute stupide. Peut-être n’étaient-ils pas doués pour communiquer sans se prendre la tête ? Luke soupira et tenta de retrouver un semblant de calme. «  Je sais que ça ne te plaît pas d’entendre ça. Mais c’est un fait. Je vais mettre un peu de temps à te refaire confiance. Il faut que tu l’acceptes. C’est tout. » confessa-t-il, raisonnant ainsi le ton de la belle qui montait encore dans les aigus. «  Je ne peux pas simplement tout glisser sous le tapis, comme toi, tu sais si bien le faire. » finit-il, sincère mais peut-être un peu trop - affirmant une vérité générale la concernant.

Spoiler:
 

_________________

 
To you, I've never lied. For you, I'd take a life. ★★
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lennon Lockhart

messages : 394
name : marine (birdy)
face + © : haley bennett, ava@livia sign@pinterest
points : 871
age : thirty-four years old and still doing the same mistakes.
♡ status : freshly separated from her husband, she came back to her hometown of windmont bay. going crazy over seeing him, kissing him again.
work : designer for a haute couture label but dreams of owning her own fashion house.
home : staying @ the majestic.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off, dimitri (tc, firehouse), thalia (bars), sakura (the majestic), tinsley (uc), chad (the majestic), Luke (flashback).

won't keep us apart (l/l) Empty
Message· · Sujet: Re: won't keep us apart (l/l) won't keep us apart (l/l) EmptyDim 13 Oct - 20:40

Elle était venue dans sa robe légère couleur soleil pour lui, elle était venue pour lui parce que pour ses beaux yeux, elle donnerait son âme au diable. Luke Edwards avait ce pouvoir sur elle, lui faire sentir que sa place était à ses côtés parce que c'était le seul endroit où elle se sentait chez-elle. Because he was her home and always will be. Alors pourquoi réagissait-elle aussi brutalement ? Lennon n'était pas une personne raisonnable, elle n'aimait pas raisonnablement, elle aimait à en perdre la raison et c'est pourquoi elle n'avait au fond aimé profondément qu'une seule et unique personne car l'amour était trop intense, trop destructeur chez elle. Son histoire avec Luke avait laissé en elle de profondes cicatrices telles qu'elle n'avait jamais pu aimer quelqu’un d’autre de la même façon. Le blond la mettait hors d'elle car il la connaissait que trop bien, démasquant toutes ces tactiques qui étaient inutiles face au journaliste. Comme un animal dans une cage qui n’a aucune issue, il l’obligeait à le regarder en face. Et si elle se montrait frustrée et si ses paroles étaient dures et maladroites, c'était parce qu'elle le désirait tant, car elle sentait à quel point elle l'avait fait souffrir et ça elle n'arrivait pas à l'accepter et encore moins à se le pardonner.
En partant, dix-sept ans auparavant, elle pensait éviter à tout le monde de la souffrance, elle pensait que tout irait mieux une fois qu'elle aurait quitté Windmont Bay, que Luke l'oublierait et qu'elle tâcherait de faire de même. How wrong she was. Il parlait d'un deuil similaire à celui de sa mère et elle eut un pincement au cœur si grand qu'elle en eut la nausée. Elle écouta ses confidences avec difficulté, se mordant la lèvre pour ne pas craquer face à lui. Reparler de son départ, c'était faire revenir à la surface des souvenirs qu'elle avait refoulés au plus profond d'elle-même. La mort de Mason, mais pas seulement. Il y avait eu aussi et surtout la façon dont certaines personnes et une personne en particulier l’ont traitée à l’époque et la manière dont cela a brisé quelque chose en elle. Parce qu’aux yeux de certains, elle sera toujours Lennon, la fille facile du lycée, la vermine du trailer park qui n’a pas sa place dans la belle ville côtière. « Mais, quelque chose m’est bien arrivée Luke ! »  lâcha-t-elle brusquement, ses mots dépassant sa pensée. La suite resta coincée au fond de sa gorge. Elle était pétrifiée, incapable de prononcer certains mots car elle savait qu’ils avaient le pouvoir de détruire son ex petit-ami. « Je suis désolée que tu aies dû en faire les frais et je regretterais toujours de ne pas t’avoir parlé de ce que je t’avais entendu dire à tes amis. Mais, tu n’as pas été le seul à vivre un deuil, je l’ai doublement vécu. »  ajouta-t-elle tentant de se justifier de plus belle. Comment pouvait-elle lui dire la vérité sur un affreux secret qui pourrissait encore en elle comme une pomme oubliée au fond d’un placard ? Voilà pourquoi elle ne se confiait que très peu car elle ne voulait pas l’ouvrir la porte de ce placard. Lennon voulait naïvement que son amour avec Luke reste figé dans le temps, dans toute sa splendeur, son innocence, avant le voyage de classe de terminal, les menaces et la mort de Mason ne viennent tout gâcher. Lennon voulait la version boule de neige de leur relation. Et Luke refusait de faire comme si rien n’était arrivé. Le trentenaire avait raison, de vouloir tout mettre à plat, de vouloir exprimer tout ce qu’il avait pu ressentir pour construire une relation saine. Cependant, Lennon se sentait incomprise par l’homme qu’elle aimait et sa frustration l’aveuglait.
« Je réagi de la sorte car je t’ai dit ce qu’il s’était passé et je pensais que tu avais compris, que tu m’avais pardonnée. J’ai l’impression que tu ne m’entends pas, que tu ne comprends pas Luke. »  s’exclama-t-elle, ses mains se mirent à trembler car elle fut prise d’un flashback de son corps à terre, frigorifié par le froid et le sang sur son front qui brouillait sa vue. Elle cligna des yeux pour tenter de s’échapper de ce cauchemar.
« Ça ne t’a pas suffi de me voir anéantie et misérable à l’étang ? Combien de fois dois-je te demander pardon ? »  continua-t-elle, comme un animal blessé qui préfère mordre que de montrer la réelle blessure. Le visage de la blonde trahissait sa souffrance et au lieu de demander de l’aide, elle préférait lui cacher et renvoyer de la colère.
« Oui, je sais bien que je suis la raison de tes malheurs. »  rétorqua-t-elle à sa remarque ironique sur sa séparation. C’était de sa faute si la vie de Luke était désormais aussi misérable que la sienne. C’était Lockhart qui avait fait tomber le premier domino en l’embrassant, mais le blond avait continué, il avait lui aussi cédé à ses pulsions en la poussant ainsi contre l’arbre. S’il était si heureux dans sa relation, il n’aurait pas réagi de la sorte alors il était autant fautif qu’elle.
« Parce que tu es parfait peut-être ? J’ai l’impression que tu ne veux pas celle que je suis réellement, que tu voudrais que je sois différente. Je suis désolée Luke, mais je ne suis ni ton ex-petite amie, ni une de ces filles dociles et parfaites de Windmont Bay. »  Pourquoi voulait-il l’aimer après toutes ces années alors qu’elle finirait sûrement par les détruire ? Ne voyait-il pas qu’elle n’était plus la même fille, que la vie ne lui avait pas fait de cadeaux et qu’elle ne pouvait pas redevenir la Lennon naïve, rêveuse et innocente qu’elle était auparavant. S’il lui restait encore une certaine innocence à l’adolescence, on lui avait arraché les dernières miettes.
« Si tu m’as donné rendez-vous ce soir pour me critiquer, je préfère qu’on en reste là. »  finit-elle tout en se redressant subitement sur ses jambes. Elle avait besoin d’air, de s’éloigner de lui et c’est ce qu’elle fit. La blonde se dirigea droit devant elle, vers la mer où elle planta ses deux pieds dans l’eau une fois ses sandales retirées.

_________________

~ two damaged people, trying to heal each other is love.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
when we were on fire

Luke Edwards

messages : 531
name : smooke
face + © : ryan gosling - avatar@carolcorps - icons @tumblr - lyrics kodaline@alliwant
multinicks : mikkel, clive, neal, leo
points : 658
age : 35
♡ status : formerly engaged but single now and messed up because of a recent breakup, thinking too much about his ex.
work : freelancer @windmont bay bulletin
home : the old family house @bridgewater way

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : lennon - kyle - bliss - harper

won't keep us apart (l/l) Empty
Message· · Sujet: Re: won't keep us apart (l/l) won't keep us apart (l/l) EmptyDim 13 Oct - 21:45

La peine de Lennon était encore une fois vivace et bien présente dans la conversation. Pourtant, ce n'était pas l'objectif de Luke de la voir si mal à l'aise, si douloureuse qu'il voyait ses jolis traits se déformer. A son affirmation, il retint son souffle, attendant d'en savoir plus - l'homme sentit qu'elle lui cachait encore quelque chose, même s'il pensait que leur conversation d'il y a quelques semaines avait principalement laissée échapper tous les non-dits. Mais il ne put lire que l'affliction dans ses pupilles qui commençaient à se dilater sous la colère. Une colère dont il était responsable mais qu'il assumait parfaitement - Edwards la mettait face aux évidences qui la transperçaient, qui le définissaient. Il avait besoin de savoir s'il pourrait enfin être avec elle - si elle était capable d'entendre ce qu'il disait, de le comprendre et de l'aimer malgré ces sentiments ambivalents. Le chagrin qu'elle lui avait causé faisait parti de lui, de son histoire - il était devenu Luke Edwards, le journaliste car Lockhart avait disparue de sa vie il y a dix-sept ans, parce qu'il ne l'avait plus revu depuis. Elle revenait, il se rendait compte qu'il l'aimait encore - et cela était dur à s'avouer, surtout après une rupture si récente. Sa réaction fut virulente, acerbe, presque corrosive et il restait bouche bée devant ses mécanismes de défense qui la paralysaient. Cette conversation qui, pourtant avait bien commencé, ressemblait maintenant à un dialogue de sourds, où les deux protagonistes ne s'entendaient pas, ne s'écoutaient pas et refusaient de voir la vérité en face; ces propos le laissèrent pantois et il la regarda s'éloigner, emplie de rancœur envers l'homme qu'elle avait autrefois tant aimé. Edwards n'avait jamais prétendu être parfait mais il avait au moins le courage de faire face à ses sentiments et de questionner son retour. Lennon avait bouleversé sa vie, son quotidien depuis le premier jour où il avait posé les yeux sur elle. Luke, conscient de sa maladresse peut-être, de ses paroles bancales qui la faisaient se sentir fautives, soupira bruyamment, la regardant se déchausser et poser ses pieds dans l'eau. Comment allait-il bien la raisonner? La seule chose dont il était sûr était qu'il n'abandonnerait pas - et c'est de toute évidence ce qu'elle pensait, qu'il s'échapperait à la première difficulté.
Bien décidé à ne pas lui laisser de répit, l'homme se déchaussa à son tour et regarda les alentours avant de s’avancer vers elle, les mains dans les poches. Le journaliste se planta à ses côtés, la laissant tourner son regard furieux vers lui, un regard qu'il croisa et qu'il redoutait certainement, mais un regard qu'il ne pouvait ignorer. Elle souffrait, il en était conscient. Lennon avait vécu des choses affreuses - et s'il avait pu, il aurait pris sa douleur et l'aurait digéré pour elle. Mais il ne le pouvait pas et elle devait se faire à l'idée que Luke serait à ses côtés, maintenant qu'elle était revenue. " Ecoute ... " commença-t-il, le vent s'engouffrant dans ses cheveux blonds, les embruns marins apaisant les tensions entre les deux adultes. " J'ai l'impression que quoiqu'on se dise, on finit par s'engueuler." avoua-t-il, un très léger sourire venant se pendre à la commissure de ses lèvres. Il ne pouvait qu'être franc et sincère, elle en avait besoin - il était persuadé de ce fait là. Elle faillit ouvrir la bouche mais il posa sa main sur son épaule, lui demandant de ne pas l'interrompre. La tirade qu'il s'apprêtait à prononcer avait été réfléchi, pendant de nombreuses semaines. " En te disant tout ça, je ne voulais pas te blesser; c'est la dernière chose que je veux faire, Lenn'. Je sais que tu es blessée, je sais que tu souffres, je sais que tu es désolée. Mon but n'était pas de te faire du mal, juste de partager avec toi mon ressenti." Il reprit son souffle, brièvement, laissant ses calmes paroles flotter dans l'air. " Si on veut repartir sur des bases saines, si on veut se refaire confiance, j'avais besoin que tu l'entendes. Maintenant, c'est dit, c'est prononcé. Digère le à ta manière. Je ne serais pas en colère éternellement. " souffla-t-il, croisant cette fois-ci ses yeux magnifiques qu'il redoutait et qui lui faisait perdre pied. C'était comme si le sable devenait mouvant sous ses pieds et son souffle perdit de son efficacité. Luke Edwards était troublé de l'effet qu'elle pouvait encore avoir sur lui - il en était décontenancé. A vrai dire s'il y pensait profondément, la colère s'était déjà évanouie alors que ses yeux se perdaient dans les siens. " Si tu as besoin de l'entendre, j'aimerais aussi que tu entendes cela." continua-t-il, saisissant toutes ses forces pour prononcer les prochains mots. " Toi, ici, de retour, à Windmont Bay. Tu m'as chamboulée, tu as tout rasé sur ton passage." dit-il, se tournant vers elle et la regardant. Sa main hésitante vint toucher son visage délicat et même s'il sentit qu'elle était encore sur les nerfs et sur la défense, il ne désespéra pas - Luke Edwards ne pouvait pas la laisser s'échapper. Pas avant de savoir ce qu'ils pouvaient vraiment devenir. " Lennon, tu n'es pas parfaite, je ne le suis pas non plus." confessa-t-il, le regard hésitant, se reportant sur ses pieds mouillés, qui étaient caressés par les vagues. " Mais ce soir, j'ai envie de te dire que je suis prêt à tenter ma chance." s'étonnant lui même de la sincérité de ses propos. Il rapprocha son corps du sien, doucement, un pas après l'autre, ne laissant plus que quelques centimètres les séparer. Comme s'il voulait que ces dernières paroles ne soient partagées qu'entre eux. " Toi, moi? " tenta-t-il, le sourire presque aux lèvres mais terriblement nerveux de sa révélation. Ses lèvres s'avancèrent vers les siennes et il croisa son regard, un regard qu'il décrypta comme paniqué et tout aussi nerveux que le sien. Fuck everything, he thought. Peu importe ce que pouvait penser les autres, ses proches, le monde extérieur, la société. Il la voulait, il le savait pertinemment. Chaque atome de son corps la réclamait. Parce que le passé, ce passé qu'ils avaient partagés n'était plus qu'un vague souvenir mais une réalité commune - parce que s'il fermait les yeux tandis que ses lèvres s'emparaient des siennes, que ses bras venaient l’enlacer dans une tendresse infinie, c'était comme si presque rien n'avait changé entre eux et qu'ils partageaient les mêmes sentiments qu'il y avait dix-sept ans. L'homme se perdit dans ce contact et resta pendu à sa délicieuse bouche à laquelle il avait tant rêvé. Si elle s'était laissée embrasser, peut-être il y avait-il une chance qu'elle partage les mêmes émotions que lui - le journaliste posa son front contre le sien dans un effort de contrôle. Ses mains vinrent se saisir de sa tête et il vint déposer un baiser protecteur sur son front. " Don't EVER leave me again." murmura-t-il, ayant l'impression d'avoir retrouvé une partie manquante de lui.

_________________

 
To you, I've never lied. For you, I'd take a life. ★★
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




won't keep us apart (l/l) Empty
Message· · Sujet: Re: won't keep us apart (l/l) won't keep us apart (l/l) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
won't keep us apart (l/l)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Ocean Avenue :: bay port-
Sauter vers: