Partagez
 

 don't stop me now (a/c)

Aller en bas 

Carter Harwell

messages : 588
name : sean
face + © : denis shapovalov (livia+angiekerber)
multinicks : ben, gaelan, zach, kyle
points : 632
age : 18 yo (july 12)
♡ status : who cares? I can have all the girls in the world
work : senior year at high school but skipping it most of the time. singer who won the Voice a few years ago
home : at Resen's

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : lydia, finn, tc gay pride, tc firehouse, saveria, ali, simeon

don't stop me now (a/c) Empty
Message· · Sujet: don't stop me now (a/c) don't stop me now (a/c) EmptyMer 28 Aoû - 18:23

L’été touchait presque à sa fin pour Carter, et il avait été plutôt rempli jusqu’à présent. Ayant conclu un marché avec ses parents, il avait été contraint d’assister à des cours durant l’été pour se remettre à niveau. S’il n’y était pas allé à chaque fois, il avait fait des efforts, bien qu’il ne soit pas sûr d’avoir retenu les trois quarts. Il n’était pas idiot, il n’était juste pas intéressé par la vie que son père voulait lui tracer. Lui, il adorait arpenter les rues pour jouer de la musique ou faire des conneries. On n’a qu’une vie. Il se fichait de ne pas vivre longtemps ou de casser des codes, il voulait sur son lit de mort, ne rien regretter et considérer qu’il avait bien vécu. Alors bien sûr, il se fichait de la bienséance et toutes ces règles que ses parents s’étaient pourtant tués à lui enseigner. Il était loin d’être mauvais, après tout il avait quelques amis ici et s’évertuait à les soutenir dans leurs démarches, comme il le faisait avec Bliss ou Lilly. Mais aujourd’hui, il s’ennuyait de pied ferme et n’avait contacté ni l’une ni l’autre pour sortir, alors il quitta l’appartement de son cousin sans but aucun, n’ayant pas cours non plus. Il ne s’embarrassa pas de sa guitare, il n’avait pas envie de jouer. En ce jour hasardeux, il voulait s’amuser et non songer à toutes ces chansons qu’il avait écrites suite à sa rupture. Il avait besoin de couper. Déambulant dans la ville, les mains dans les poches, le jeune Canadien flâna, ça et là, regardant autour de lui, sans trouver la moindre occupation. Peut-être aurait-il dû appeler Bliss et Maeve, histoire de trainer et les entrainer dans ses méfaits. S’arrêtant dans Crescent Lane, il remarqua qu’un vieil homme se trouvait sur le pas de la porte d’une petite maison. Il semblait rentrer chez lui. Curieux, le jeune Harwell l’observa un instant, avant de se souvenir de qui il s’agissait. Cet homme, disait-on, était un ancien directeur d’un Freak Show. On disait aussi de lui qu’il était bizarre et qu’il se nourrissait exclusivement de tourtes comme Sweeney Todd. Il en fallait plus à Carter pour l’effrayer. Ces contes pour enfants revisités, le passionnaient, l’intriguait. Aussi, il avait trouvé sa nouvelle victime du jour, et son sourire s’étira malicieusement jusqu’à ce que la voix de l’adolescent se fasse entendre : « Hey papy ! Y a quoi dans ton sac ? La farine pour tes tourtes ? Combien y a de cadavres dans ton garage ? » Il s’avança vers lui, sans aucune gêne. « Vous connaissez Agnes Baker ? Je pense que vous feriez un super couple. A moins que vous l’ayez déjà ken ? » Il lui fit un grand sourire, avant de se mettre à rire et d’ajouter : « Vision d’horreur. Je sais même pas si c’est encore fonctionnel à votre âge ! » Il était moqueur, il parlait à un inconnu, dont on lui avait clairement dit de se méfier, mais au moins, il allait passer sa journée à rire. A moins que l’homme finisse par l’assommer, le trainer dans son garage, le couper en morceaux pour remplir son frigo de sa chair et en faire des tourtes. Quelqu’un s’apercevrait de sa disparition de toute façon. Toisant le grand-père de toute sa hauteur, il grimaça en le détaillant. « Vous avez franchement pas l’air d’un assassin en fait. » Toutes ces rumeurs étaient erronées. Mais fouine qu’il était, il comptait bien en colporter d’autres et découvrir des vérités.
@Alan Warwick

_________________

☽☽ I wish that I was good enough if only I could wake you up my love won't you stay a while? I wish you'd cared a little more, I wish you'd told me this before. This is you, this is me, this is all we need. Is it true? My faith is shaken, but I still believe. (c) SIAL, lewis capaldi.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alan Warwick

messages : 32
name : léa
face + © : ian mckellen / ©pojoux
points : 53
age : seventy-five
♡ status : single and pretty happy about it
work : retired
home : renting a small house on crescent lane

don't stop me now (a/c) Empty
Message· · Sujet: Re: don't stop me now (a/c) don't stop me now (a/c) EmptyLun 9 Sep - 22:29

Les rues de Windmont Bay étaient baignées par le doux soleil d'une journée d'été, et il n'y avait guère qu'une légère brise pour déranger les passants. Dans les parcs municipaux, des familles aux profils très variés se croisaient. Certaines promenaient des poussettes, d'autres des chiens, d'autres encore des personnes âgées, et toutes sans exception s'accordaient à dire que les températures étaient très clémentes pour un mois d'août – la météo, sujet d'actualité brûlant à Windmont Bay. Malgré le caractère passionnant de ces conversations, c'était un autre sujet qui nous intéressait, et qui agitait au même moment Crescent Lane. Des voisins qui discutaient gaiement sur leurs pelouses s'interrompaient soudainement pour observer un phénomène, certes des plus anodins, mais suffisamment intriguant pour attirer l'attention des habitants de la rue : le chemin de croix d'un vieil homme à bout de souffle, titubant sous le poids de ses sacs de courses...
La journée d'Alan Warwick avait extrêmement bien commencé. Malgré son cerveau embrumé et ses yeux bouffis par le sommeil, il était parvenu à se lever et sortir de sa chambre sans se cogner une seule fois dans une des nombreuses piles d'objets incongrus qui jonchaient le sol de la pièce. Une vraie victoire. Au petit-déjeuner, il avait terminé sa grille de mot-fléchés quotidienne en un temps record ! Il avait fini de boire son café en lisant son horoscope dans le journal – l'astrologie signifiait peu de choses pour lui, mais cette petite habitude lui plaisait bien. Amour, travail, rien de bien intéressant. Santé, ne faites pas trop d'efforts, vous n'êtes plus de première jeunesse. Alan avait ricané, mais ce n'était pas cette phrase qui avait retenu son attention. Non, ce qui l'avait intrigué et l'avait poussé à sortir aujourd'hui, c'était la prédiction d'une « rencontre inattendue, qui va bouleverser votre quotidien ». Il avait donc décidé que, puisque la journée s'annonçait sous d'aussi bons auspices, il ne fallait pas que cela s'arrête en si bon chemin. Il avait pris de quoi faire ses courses et s'occuper, et avait franchi le seuil de sa porte, déterminé à profiter de ce que l'avenir, le destin, Dieu ? il ne savait trop qui ou quoi, avait à lui offrir.

Il avait passé la matinée au parc, à faire semblant de lire le journal sur un banc, tout en scrutant attentivement toute personne qui s'approchait de lui. Qui ici pouvait bien être celle ou celui qui allait bouleverser son quotidien ? Cet homme d'affaire pressé, à l'air renfrogné ? Trop ennuyant. Cette jeune mère et sa petite fille ? Non, les jeunes enfants, très peu pour lui, ils avaient une fâcheuse tendance à interrompre ses phrases en pleurant ou en s'énervant. Ce chat errant peut-être, alors ? Peine perdue, personne ne semblait s'intéresser à lui. Agacé et sentant l'ennui le gagner, il avait renoncé à ses recherches et avait quitté le banc pour se diriger vers l'épicerie. Son cerveau n'avait pas cessé de turbiner tout pendant qu'il remplissait ses sacs de course. Était-il vraiment possible de provoquer une « rencontre inattendue » ? Et puisqu'on le lui avait annoncé, pouvait-on encore dire que cette rencontre serait inattendue ? Il n'attendait que ça, il l'avait attendue toute la matinée ! Sa réflexion occupait toutes ses pensées, si bien qu'il avait donné deux fois trop de billets à la caissière, et remarquait à peine les regards qui le dévisageaient maintenant pendant qu'il remontait Crescent Lane. Il soufflait bruyamment en marchant, sentant ses sacs s'alourdir – et sa déception s'agrandir – à chaque pas. Il arriva finalement sur le perron de sa petite maison après ce qui lui avait paru une éternité, éternité pendant laquelle il avait continué de tourner la question de cette « rencontre » dans sa tête. Peut-être était-il passé à côté de quelque chose au parc tout à l'heure, ou n'était-il pas allé au bon endroit ? Oh et puis zut, tout cela fatiguait ses nerfs, il n'aurait jamais dû s'attendre à quoi que ce soit puisque l'astrologie et l'horoscope ne sont qu'un ramassis de conneries. Il avait posé ses sacs par terre et s'apprêtait à ouvrir la porte quand une jeune voix le tira soudainement de ses pensées. Il se retourna pour dévisager l'ado blond aux allures de surfeur qui l'avait interpellé. Il devait avoir du cran pour parler de la sorte à un inconnu. Ou alors il était complètement stupide, car ses questions manquaient cruellement de sens pour Alan. Des tourtes ? Il semblait savoir des choses sur sa cuisine que le vieil homme lui-même ignorait. La question sur les cadavres était plus amusante, et Alan réfléchissait déjà à comment il allait rebondir dessus, mais le jeune homme ne lui en laissa pas le temps. Il s'approcha et poursuivit son interrogatoire avec des questions autrement plus intrusives. Du moins, c'est ce qu'Alan supposa au vu du ton employé, car il n'avait pas la moindre idée de la signification du mot "ken". Et puis, Agnes Baker ? Qui à Windmont Bay ne la connaissait pas ? L'adolescent devait définitivement être stupide, en plus d'être bougrement inconscient – ce qui leur faisait probablement un point commun. Les commentaires moqueurs qu'il fit ne manquèrent cependant pas de vexer Alan, qui aurait à cet instant précis tout donné pour avoir ne serait-ce qu'une once de l'aura impressionnante et mystérieuse qu'il cherchait désespérément à se donner. Un brin dépité, mais refusant de se laisser démonter face à l'impertinent, il ouvrit enfin la bouche : « Jeune homme, Agnes Baker est une dame distinguée, et je ne pense pas qu'elle serait ravie que je dévoile ce genre de détail intime. Un gentleman se doit de garder une certaine pudeur. » Il releva légèrement le menton pour se donner un air dédaigneux en prononçant cette phrase. Il n'allait tout de même pas se laisser marcher sur les pieds par quelqu'un qui avait à peine le quart de son âge. « Quant aux cadavres... » Se baissant pour ramasser un de ses sacs, il en profita pour se saisir d'un poireau qui dépassait, et le pointa vers le blondinet d'un geste accusateur. « Vous n'avez pas la moindre idée de ce à quoi ressemble un assassin, n'est-ce pas ? Les meilleurs sont ceux qui n'en ont pas l'air, justement ! » Il agitait le poireau au rythme de ses mots, comme pour mieux soutenir son argument. D'un air agacé, il lança un commentaire à l'intention d'un public imaginaire : « Vraiment, il faut tout leur apprendre, à ces jeunes ! Prenez ça ! » Sans demander son reste, il venait de jeter le sac qu'il tenait ainsi que le poireau dans les bras de l'adolescent. Il prit rapidement les deux sacs restants, ouvrit la porte d'un coup d'épaule, et rentra chez lui d'un pas vif, plantant son interlocuteur sur le perron. Il déposa les sacs sur la table et repensa soudainement à l'horoscope du matin même. Une rencontre inattendue ? C'est le moins qu'on puisse dire, il ne l'avait vraiment pas vue venir. Mais de là à ce qu'elle bouleverse son quotidien... Il fronça les sourcils et, se tournant vers la porte restée grande ouverte, s'exclama : « Bon, vous venez oui ? On n'a pas que ça à faire, ici ! »
@Carter Harwell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carter Harwell

messages : 588
name : sean
face + © : denis shapovalov (livia+angiekerber)
multinicks : ben, gaelan, zach, kyle
points : 632
age : 18 yo (july 12)
♡ status : who cares? I can have all the girls in the world
work : senior year at high school but skipping it most of the time. singer who won the Voice a few years ago
home : at Resen's

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : lydia, finn, tc gay pride, tc firehouse, saveria, ali, simeon

don't stop me now (a/c) Empty
Message· · Sujet: Re: don't stop me now (a/c) don't stop me now (a/c) EmptyHier à 4:40

Importuner le vieil homme était devenu son objectif de la journée. Carter n’avait rien à gagner dans l’affaire, sauf peut-être de la satisfaction personnelle pour combler l’ennui. Il se fichait bien que le retraité se plaigne de son attitude, après tout, il ne vivait pas ici normalement, il était juste ‘réfugié’ ici chez son cousin histoire de récupérer son ex-petite-amie qui ne donnait plus signe de vie depuis de longs mois. Peut-être son interlocuteur l’avait découpée et en avait fait une tourte ? Cette éventualité aurait dû le terroriser, mais il trouvait drôle d’imaginer l’homme à la place de Johnny Depp comme barbier. La politesse dont fit preuve le détenteur de la maison où il se trouvait le décontenança un peu. Comment l’homme aux cheveux grisonnants pouvait garder son calme de la sorte ? Carter avait l’habitude d’agacer les gens, pas de leur faire ni chaud ni froid. Quelque peu frustré, il n’abandonna pas pour autant sa tâche. Le grand-père semblait insinuer qu’il se passait quelque chose entre Agnes et lui, ce qui provoqua une vision d’horreur dans l’esprit du jeune homme qui s’imaginait des corps fripés claquer l’un contre l’autre, avant de se rassurer en se disant que l’un aurait probablement un lumbago et l’autre souffrirait d’une fracture du col du fémur accidentelle. Il se remit donc à sourire, appréciant cette idée plus que la première. Il lui en fallait peu à l’adolescent pour se distraire. Et comme l’homme ne lui avait pas expressément dit qu’Agnes et lui s’acoquinaient, il préféra renchérir en jouant sur le manque de détails pour se convaincre que l’homme ne s’adonnait plus à aucun plaisir de la chair, trop vieux. « Donc ça veut dire que vous faites plus rien ? Si c’est ça je préfère mourir jeune ! » A trop décliner, le gamin préférait voir sa vie se terminer plus vite. Il doutait que le vieil homme du nom de Warwick, comme cela était écrit sur sa boite aux lettres, appréciait véritablement sa vie. Elle devait être morne. En tout cas, ce monsieur Warwick ne se défendait pas trop mal face à lui, il n’y avait qu’à observer sa stature et la contenance qu’il se donnait. Ca ne paraissait pas naturel contrairement au gamin de Toronto, mais au moins, il ne perdait pas la face. Et puis, il le trouva drôle quand celui-ci pointa un poireau sur lui comme si c’était une arme menaçante. Du geste de la main, Carter l’écarta en ricanant toujours plus. Croyait-il vraiment l’impressionner de la sorte ? Il savait bien que toutes ces rumeurs n’étaient pas fondées et que le vieil homme souffrait probablement de la solitude parce que sa famille oubliait maintenant de lui rendre visite. « Qui vous dit que j’en suis pas un ? » Qu’il le défia, sans ciller, prêt à jouer avec lui. Si Carter était un petit con, il n’avait vraiment rien d’un assassin. Il n’y avait que les insectes volants qu’il était capable de tuer. « Vous m’effrayez absolument pas. » Qu’il confirma dans un sourire qui se voulait presque angélique, comme pour rappeler son côté juvénile et brave. D’autant plus qu’il était confiant, ayant toujours été sportif, il savait qu’il aurait le dessus sur le vieillard. Son sifflet fut coupé lorsque son interlocuteur le força à prendre un sac et le fameux poireau dans les bras. Interloqué, il se demandait bien ce que l’homme avait en tête. Celle-là, il ne l’avait pas vue venir, et le gamin resta bouche bée sur le perron, le regard dans le vide, sans pour autant laisser tomber le sac de commissions. Il était vraiment étrange. C’est quand l’homme l’interpela à nouveau qu’il se décida à rentrer dans sa demeure, posant le regard un peu partout, comme pour s’assurer qu’il n’y avait pas des secrets dissimulés sur ses murs. Le rejoignant, il posa une question des plus légitimes selon le jeune Canadien qui ne comprenait pas cet intérêt soudain pour lui. Allait-il lui faire récurer sa maison pour lui avoir manqué de respect ? Reprenant son air détaché, il posa le sac et le poireau sur la table à son tour et explora les lieux du regard, lançant à la va-vite : « Et qu’est-ce qu’on va faire au juste ? » A moins que le vieil homme ne parlait que de lui en utilisant la troisième personne et le pronom neutre, à la manière de Gollum ou presque. Peut-être était-il schizophrène ? Carter constata seulement que l’endroit avait tout l’air d’être une brocante et se plut à faire une remarque. « Vous êtes plus bordélique que moi. Pas étonnant qu’Agnes veuille pas venir ici. » Pourtant c’était difficile de faire plus dérangé que sa chambre. Mais l’homme avait l’air d’avoir une passion pour le bric à brac.
@Alan Warwick

_________________

☽☽ I wish that I was good enough if only I could wake you up my love won't you stay a while? I wish you'd cared a little more, I wish you'd told me this before. This is you, this is me, this is all we need. Is it true? My faith is shaken, but I still believe. (c) SIAL, lewis capaldi.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




don't stop me now (a/c) Empty
Message· · Sujet: Re: don't stop me now (a/c) don't stop me now (a/c) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
don't stop me now (a/c)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 01. Don't stop me now !
» he's a one stop, got me hot, making my ugh pop - loxias
» stopwind
» IDP
» [Terminé] Here he was. But something seemed off. [Aaron Gray]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane-
Sauter vers: