Partagez
 

 a little tragedy. (b/j/j)

Aller en bas 
take it easy on my heart.

Jesse Reinhart

messages : 328
name : faustine.
face + © : sm ⋅ ©livia, tumblr.
multinicks : amber ⋅ billie ⋅ jimmy ⋅ kate ⋅ kelley ⋅ resen ⋅ sami ⋅ scott.
points : 419
age : twenty one ⋅ [14|02]
♡ status : not surprinsgly single.
work : organic chemistry student, nightwatchman at the portland's museum.
home : a flat on crescent lane.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : close | beckett, bliss, brax, gaelan, hayes, james. (next: thalia)

a little tragedy. (b/j/j) Empty
Message· · Sujet: a little tragedy. (b/j/j) a little tragedy. (b/j/j) EmptySam 31 Aoû - 1:53

@brandon rose, @jax beauchamp.
(26 août 2019 - evening)

À la base, il ne savait pas vraiment ce qu'il foutait là. Un verre à la main, il avait écouté avec une ironie certaine la voix d'Ed Sheeran balancer dans la sono son ressenti générale sur la soirée : il n'y avait probablement pas sa place, s'ennuyait un peu à regarder les gens s'agiter autour de lui, sans parvenir à se mêler aux conversations. Le plus grand drame dans tout ça ? Il n'avait pas de moitié avec qui partager son temps et son absence d'envie de se mêler à des gens qui, déjà, laissaient divaguer leur parole au bon gré de l'alcool ingurgité. Mais une main sur son épaule était venue le sortir des divagations de ses pensées pour le ramener, les deux pieds sur Terre, alors qu'un sourire éclairait un visage familier. Bran et lui s'étaient connus, rapprochés, puis perdus de vue quand ce dernier avait quitté le coin pour partir à l'université. De loin, le garçon lui avait semblé à la dérive ; Jesse n'avait, pourtant, jamais osé poser quelconque question sur ce qui pouvait bien se passer dans sa vie, avait juste eu l'écho de sa rupture avec son petit ami – Jax, présent à quelques mètres d'eux, et dont la mine renfrognée ne permettait pas à Reinhart de se sentir en confiance à l'idée de s'adresser au garçon –, mais n'avait pas insisté en voyant l'éloignement dont Rose avait fait preuve auprès de lui. Bon. Jesse s'était laissé aller à accepter le choix de son ami de moins donner de nouvelles – de ne plus le faire –, s'était habitué à simplement regarder lorsque quelque chose était posté sur ses réseaux sociaux (rarement) et n'avait jamais ressenti le courage de s'imposer d'une quelconque façon. Ça n'était pas lui, pas son genre de faire ça. Alors leurs retrouvailles, plus ou moins un mois plus tôt, lui avaient mis un certain baume au cœur. Brandon souriait, rayonnait, et sans doute était-ce parce qu'il avait retrouvé les bras de sa moitié, ou que son retour aux sources avait su lui faire du bien ; qu'importait la raison, Reinhart se contentait de la vision qu'il avait de son ami aujourd'hui et, ce soir particulièrement, il s'était surpris à le bénir de sa présence à la soirée. Comment il avait eu l'invitation ? C'était un peu flou. Un message groupé, sans doute, et sa curiosité avait fait le reste : 1) qui organisait une soirée un lundi soir ; les vacances n'étaient peut-être pas finies, mais certains étudiants avaient bien des jobs d'été, non ? 2) qui se pointerait à une soirée organisée un lundi soir (même raisonnement de questions) ? 3) pourquoi quelqu'un avait jugé sa présence nécessaire ou, tout du moins, bienvenue, dans ce genre de rassemblement ? Il n'avait jamais vraiment répondu présent, ou alors simplement pour faire bonne figure : il passait, saluait quelques personnes, sentait la gêne grimper le plus souvent le long de son dos de par les conversations dans lesquelles il se perdait – littéralement : il ne retrouvait plus le chemin des paroles échangées, parfois –, et malgré un sourire affiché au détour de ses lèvres, il s'éloignait le plus souvent rapidement pour retrouver le confort d'un lieu un peu moins peuplé. Jesse avait envie d'essayer, il ne savait juste pas comment faire pour aligner deux mots sans paraître hors-sujet, ou inintéressant, et ce simple constat suffisait à lui faire gonfler les joues et se dire qu'il n'avait sans doute pas sa place ici ; à quoi bon continuer d'essayer ? Et Bran, encore une fois, se retrouva béni par le garçon lorsqu'il commença à parler, mettant le californien plus en confiance à peine avait-il ouvert la bouche. Jesse avait tenté, à deux reprises, de lancer un sourire à Jax lorsque leurs regards se croisèrent ; après coup, il préféra garder le sien rivé sur Rose plutôt que sur Beauchamp. Happé par le flux de paroles du plus jeune, il ne réalisa pas que les minutes s'écoulaient plus rapidement qu'il ne l'aurait pensé au premier abord, et que pour certains, le temps devenait peut-être un peu trop long. Un sourire au bord des lèvres, il acquiesça lentement à ce que lui disait Bran, avant de souffler : « et du coup, t'es prêt pour la rentrée ? Respect pour vouloir retourner aussi rapidement au lycée. » Il roula doucement des yeux. Les bancs de l'école l'avaient tellement ennuyés pendant un temps, petit génie qu'il semblait être dans certaines matières, qu'il avait vu comme une libération la possibilité de s'en échapper. Ou peut-être était-ce simplement l'idée de pouvoir passer entre les mailles du filet de sa mère, maintenant qu'il était majeur et plus libre de ses mouvements, qui l'avait tant séduit à l'époque. La question ne se posait pas ce soir, de toute façon.

_________________

// i know how you feel, atlas. i carry a whole world —— inside my mind.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
— i was fireproof.

Brandon Rose

messages : 2744
name : capricorns
face + © : froy — ©lempika.
multinicks : angel, tate, rufus, connor, atticus.
points : 3377
age : 19.
♡ status : w/ the love of his life.
work : sports coach @ windmont bay campus.
home : jax's apartment.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : jax, trent, tomas, stella, bliss, jesse&jax.

a little tragedy. (b/j/j) Empty
Message· · Sujet: Re: a little tragedy. (b/j/j) a little tragedy. (b/j/j) EmptyLun 2 Sep - 19:37

La dernière fête à laquelle Bran s’était rendu ne lui avait pas laissé un souvenir impérissable. À vrai dire, il n’avait jamais aimé ça - faire acte de présence, s’asseoir gracieusement au milieu de sa cour, prétendre de se soucier des histoires en cours tandis que son esprit s’évadait, toujours, vers d’autres latitudes, tout le rituel du prince dilettante l’ennuyait, raison pour laquelle il cherchait toujours à s’échapper. Les conséquences de ses petites escapades différaient grandement d’une fête à l’autre ; il y avait un an et demi de ça, c’était Jax qu’il avait trouvé, dans sa chambre, dans une douce obscurité qui les avait protégés du monde extérieur et jeté un voile sur leurs premières étreintes. D’autres, plus récentes et auxquelles il ne voulait plus penser, lui avaient laissé des blessures au coeur et au corps. Il se souvenait encore trop bien de Tanner. De la gifle qui lui avait fait voir flou. Des poings ensanglantés de Jax. Et ce dernier s’en souvenait certainement aussi, ce qui était peut-être la raison pour laquelle il avait été si difficile de convaincre l’ouvrier de l’accompagner à cette soirée. Bran avait supplié, il avait boudé, il avait cajolé, il avait promis monts et merveilles à son amoureux pour qu’il daigne l’accompagner - il n’avait pas osé dire que c’était parce qu’il ne voulait pas être seul, qu’il n’avait plus confiance dans les verres qu’on lui servait et dans les accolades qu’on lui donnait. Au lieu de ça, il avait prétendu qu’il était vital qu’on les voit ensemble et qu’ainsi, Windmont Bay comprenne bien qu’un nouveau couple royal régnait sur la bourgade. Mais alors que Bran avait glissé sa main dans celle de Jax au moment où ils avaient passé le seuil de l’entrée, il avait réalisé quelque chose d’extrêmement simple.
Il se fichait complètement de ce que les gens pourraient bien dire ou penser de lui.
Tant qu’il était avec Jax, et que la main de l’ouvrier ne quittait pas la sienne, il était protégé. Il portait une armure invisible et douce faite des bras de Jax autour de ses épaules, et il n’avait qu’à se blottir contre lui, dans le canapé dans lequel ils étaient confortablement assis tous les deux, pour oublier l’angoisse sombre qui rôdait, malgré lui, dans un coin de son crâne.
I’m safe.
Personne ne pouvait verser quelque chose dans son verre si Jax était là avec lui. Personne ne se risquerait à l’approcher de trop près si Jax restait à ses côtés. Personne ne pouvait lui faire du mal ici, tant que son genou touchait légèrement celui de son petit ami et que sa main glissait, lentement, de haut en bas, sur la cuisse de l’ouvrier. Et Bran s’appliquait alors à remplir sa part du marché : parler, parler, parler, sans vraiment y réfléchir. C’était leur pacte, leur dynamique, celle qui fonctionnait si bien et qui permettait à Bran de s’épancher à foison sur tout un tas de sujets qu’il estimait passionnants (incluant, sans exhaustivité ni ordre d’importance, ses cheveux, la dernière saison de Games of Thrones, la fois où il avait surpris son professeur de chimie faire du fringue à sa professeur de latin et tout un tas d’autres anecdotes forcément fascinantes). Il était d’ailleurs en train de conter à Jax comment une fois il avait réussi à négocier un blouson Balanciaga vintage dans une friperie de Portland (« Mais franchement, tu imagines, Jax ? Elle était vintage et de mi-saison ! De mi-saison ! ») lorsqu’une silhouette familière traverse son champ de vision et lui fit perdre le fil de la conversation. C’était un garçon à la taille haute et à la tête couronnée de boucles brunes. « Hey mais c’est Jesse. Hey, Jesse ! » Visiblement perdu, le grand brun était en attente d’une ancre à laquelle s’accrocher et Bran, dans sa mansuétude, était tout disposé à être son guide. Et puis, de cette façon, Jax pourrait enfin rencontrer son ami. « Je t’ai déjà parlé de lui. Il est cool, tu vas voir ! » promit Bran en s’écartant de quelques centimètres de son petit ami pour déposer un baiser sur sa tempe. « Avec un peu de chance, quand on aura terminé, j’aurais complètement oublié de te raconter la suite de l’histoire de la veste et tu seras libéré. » ajouta-t-il, malicieux. Et sans attendre la réponse de Jax, Bran se dressa sur ses pieds et se fraya un chemin vers son ami.
Il aimait bien Jesse, pour diverses raisons. Premièrement, il était rare de trouver quelqu’un qui accepterait de l’écouter parler pendant des heures - si Jax remplissait à merveille le rôle, Bran souhaitait tout de même diversifier son public. Deuxièmement, Jesse était cool. Avec lui, Bran n’avait pas la sensation d’être attendu au tournant de chacune de ses phrases. Jesse l’avait connu après Edgewater et c’était peut-être ce qui changeait tout dans leur relation. Et quand Bran avait disparu puis réapparu sans explications, là non plus, Jesse n’avait rien dit. Il avait accepté, sans poser de questions, sans chercher à comprendre. Et de ça, Bran lui était reconnaissant.
Tout sourire, Bran gratifia son ami d’une accolade chaleureuse et le noya immédiatement sous un flot de paroles qui finit par les amener à discuter de leurs rentrées respectives. « Le lycée, ouais… C’était ça ou je commençais à la mine lundi. » rétorqua Bran en levant les yeux au ciel. Et par mine, il entendait l’épicerie du coin. « Je préfère encore surveiller des gamins pouilleux plutôt que de remplir des sacs de courses. » Avait-il vraiment eu le choix, en même temps ? Jax le lui avait dit : la vie était dure. S’ils voulaient vivre leur vie sans la menace de Jacob Rose au-dessus de leur tête, Bran devait travailler. Et son curriculum vitae n’était pas exactement ce qu’on pouvait qualifier d’extraordinaire. Mais qu’importe : il était avec celui qu’il aimait et tant pis s’il devait changer des couches et moucher des nez baveux. « Je voulais être femme au foyer mais Jax n’était pas d’accord. » soupira finalement Bran, haussant les épaules de façon dramatique mais un sourire facétieux accroché aux lèvres. Jax qui n’avait pas non plus décroché un mot depuis tout à l’heure et dont le silence commençait à peser sur les épaules de Bran.

_________________

-- can I go where you go? can we always be this close forever and ever?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
a little tragedy. (b/j/j)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» one last act of tragedy (théo)
» There is new hope reborn in every tragedy • Leïla

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Harbor Row-
Sauter vers: