hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
No. 1 Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
No. 2 L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
No. 3 Les sujets de la première saison qui sont encore dans
la partie flashback et qui n'ont pas reçu de réponses depuis
un certain temps ont été archivés. Pour les autres, vous avez
encore un mois (jusqu'à la prochaine maintenance) pour les
clôturer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

Partagez
 

 In rain or shine, you've stood by me, girl.

Aller en bas 
We're not the ones who're meant to follow.

Oliver Winters

messages : 930
name : corpsie.
face + © : jack dylan grazer (©Santa Livia & dcmultiverse)
multinicks : Sally, Pete, Beckett, Marnie, Tony, Paz, Lando, Ike.
points : 1391
age : 15 yo {24.07}
♡ status : buzzin', rollin'.
work : sophomore.
home : the winters'.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : OFF. tommy, maeve, zoya. (gang's halloween)

In rain or shine, you've stood by me, girl. Empty
Message· · Sujet: In rain or shine, you've stood by me, girl. In rain or shine, you've stood by me, girl. EmptyLun 2 Sep - 15:54

@Zoya Ryker - 24 juillet 2019

Whenever this world is cruel to me, I got you to help me forgive.

Des anniversaires, Oliver n’en avait pas connus en quantité. Il ne se remémorait d'aucun souvenir avant son quatrième, et le joli circuit de voitures pour lequel l’ensemble de sa fratrie s’était cotisé, avec lequel il avait joué des heures durant pendant les trois années qui avaient suivi. Il était toutefois aisé de dire que celui-ci, malgré l’importance qu’il tenait, étant un chiffre important, une étape fatidique au cours de son existence d’adolescent, se déroulait sous des auspices étranges. Le contexte familial chaotique ne l’aidait aucunement à se sentir spécial, même si les rapports avec Tommy s’amélioraient chaque jour un peu plus, à mesure qu’il s’habituait à l’idée de ne plus être le petit frère de la bande. Car c’était là le sentiment le plus désagréable : il était passé d’un statut à un autre, devenant le neveu de Chase, Lydia et Bethany, alors que cette dernière avait le même âge que lui. C’était tout un noyau qu’il devait recréer, une place à prendre qui n’était pas la sienne, et cela était compliqué à gérer, en plus de tous les soucis qui apparaissaient avec l'adolescence. Les quelques messages reçus depuis minuit une lui redonnaient toutefois le sourire, bien qu’il ne fût pas un individu qui aimait être sous le feu des projecteurs, tout mot doux et d’encouragement réceptionné lui remettait du baume au cœur et, petit à petit, il apprit à apprécier cette journée comme étant la sienne. Son programme était chargé et il n’avait pas le temps de s’ennuyer. Il y avait eu le petit déjeuner au lit apporté par Beth, accompagné de gros bisous qu’il avait fait semblant de trouver dégoûtants, puis le pique-nique festif avec les membres de sa bande de lycéens, ceux en tout cas qui n’étaient pas partis en vacances avec leurs familles respectives. Il s’était épanoui en leur compagnie, recevant leurs blagues lourdes comme si elles étaient les plus hilarantes, les petits coups amicaux dans l’épaule pour lui rappeler qu’il était maintenant temps de se trouver « une meuf », les quelques cadeaux salaces offerts pour pallier à ce manque « de meuf » et qu’il se garderait bien d’exhiber à Tommy lors de son retour à la maison.

Il roulait le cœur léger, sur le chemin pour rejoindre le domicile des sœurs Ryker, ses yeux vrillés sur la montre connectée que ses amis s’étaient cotisés pour lui offrir, impatient de découvrir la surprise dont Zoya lui avait fait la bande-annonce par SMS, plus tôt dans la journée. Il regrettait un peu que la rouquine ne se soit jamais intégrée dans son groupe d’amis, car ça aurait été un moment qu’il aurait aimé partager avec elle dans les parages. Néanmoins, il était tout aussi excité à l’idée de passer quelques heures en sa compagnie, avant les festivités du soir – et le gâteau promis par Maeve. Il ralentit l’allure et descendit de son skateboard avant de s’engager dans l’allée de son immeuble, dont les parcelles de pelouse avaient été grignotées par les dernières grosses chaleurs. L’Oregon n’avait pas été épargné par la vague caniculaire, et les incendies qui faisaient la une des infos contribuaient davantage à l’effervescence de l’été à Windmont Bay. S’il s’était senti menacé – à raison – par les kidnappings de la saison précédente, il n’avait toujours pas la conscience tranquille car son paternel – qu’il n’appelait pas encore ainsi dans la « vraie vie » - était en première ligne et chaque appel était source d’angoisse pour Ollie. Mais ce jour-là était pour l’instant préservé de cette épée de Damoclès, et il croisait les doigts pour que rien ne vienne gâcher ses vingt-quatre heures d’anniversaire. Il aurait maudit tous les dieux auxquels il ne croyait pas si tel avait été le cas. Il jeta un coup d’œil à son téléphone, au cas où Zoya aurait décommandé à la dernière minute, mais fut ravi de constater que non. Il aurait pu sonner à la porte, saluer Inej si elle avait été présente, mais il préféra jouer la carte de l’adolescent qui aimait braver les interdits et se posta sous la fenêtre ouverte de sa chambre, pour se mettre à chanter à tue-tête : « C’est mon anniversaire ! C’est pas celui d’ta m… » Oups. Il simula une quinte de toux afin d’éviter une grosse bourde et se reprit aussitôt. « Zoyaaaa ! Le roi de la journée est là ! » Cela ne lui ressemblait pas, de se donner ainsi en spectacle, mais il était grisé par l’accumulation des attentions à son égard. Et le large sourire qui éclairait son visage prouvait que cela lui faisait un bien fou.

_________________
I take it in but don't look down
If you love somebody, better tell them while they're here 'cause they just may run away from you. You'll never know quite when, well tThen again it just depends on how long of time is left for you.


Dernière édition par Oliver Winters le Sam 14 Sep - 17:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Zoya Ryker

messages : 458
name : olivia
face + © : sophia lillis (© livia)
multinicks : chad, emerson, harper, jax, lydia, parker, stella, tobias
points : 1050
age : finally 15, now can't wait to be 16
♡ status : confused
work : she isn't focused on school, that's for sure
home : w/ inej

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (open) inej/oliver, tomas, maeve, oliver

In rain or shine, you've stood by me, girl. Empty
Message· · Sujet: Re: In rain or shine, you've stood by me, girl. In rain or shine, you've stood by me, girl. EmptySam 7 Sep - 22:08

Zoya détestait attendre. Il n’y avait rien de pire, pour la tornade rousse, qu’un let’s meet at X pm. Qu’était-elle censée faire en attendant? Tourner en rond comme un lion en cage? Trouver une autre activité? Impossible quand elle avait l’esprit obnubilé par ce à plus tard qui mettait une éternité à venir. Autant dire que lorsque cela arrivait précisément le jour de l’anniversaire de son meilleur ami, Zoya était sur des charbons ardents. Okay. Peut-être que la surprise en préparation ajoutait à sa hâte de retrouver Oliver. Elle avait vraiment hâte de voir sa tête quand elle lui tendrait l’enveloppe et surtout quand il lirait ce qu’impliquait le carton d’invitation. Elle était prête à parier qu’il allait tourner les talons et retourner chez lui en la traitant de dingo. Elle le poursuivrait, elle lui exposerait tous les détails de son plan infaillible - et là il n’aurait pas le droit de rire! Elle finirait par le faire changer d’avis, elle en était certaine, parce qu’il n’avait jamais réussi à lui refuser quoi que ce soit et là, c’était pour son anniversaire, non? Cela ne se faisait pas de dénigrer un cadeau, même quand il ne plaisait pas, on était censé sourire et dire merci poliment, c’était Inej qui le lui avait appris. Et y avait-il garçon plus poli et bien éduqué qu’Oliver Winters sur cette planète? Non. CQFD. Et puis si vraiment il détestait l’idée et ne voulait pas se plier à sa folie, Zoya trouverait bien une alternative. Ce serait juste dommage parce qu’elle n’avait pas de vrai cadeau - matériel, qu’il puisse porter ou lire ou écouter. Elle aurait sans doute dû aviser et trouver un plan B mais elle était tellement enthousiasmée par son plan A qu’elle n’avait pas vu l’intérêt de chercher une solution de rechange. Et puis, elle pourrait se rattraper plus tard, non? Cela ne perdait pas en valeur si elle lui trouvait quelque chose qu’elle lui offrait dans les jours à venir. Ou si? Garderait-il en tête sa première proposition? Il ne pourrait pas la détester pour son côté irresponsable puisqu’il l’avait toujours connue ainsi. Au pire, il serait déçu, mais elle trouverait un moyen de se faire pardonner, foi de Ryker!
Alors qu’avait-elle fait, la rouquine, en attendant l’heure fatidique de l’après-midi? Elle avait fichu le boxon dans sa chambre. Elle avait décroché ses posters, comme si tout à coup, elle était trop grande pour avoir des murs couverts de pages de magazines, elle avait retourné sa garde-robe, essayé la plupart de ses vêtements - oui, même les robes, devant lesquelles elle avait grimacé, parce qu’elles ne lui allaient définitivement pas, elle avait l’air déguisée et donc ridicule - et laissé tout en plan à même le sol, bien consciente qu’Inej la rappellerait à l’ordre lorsqu’elle verrait la chambre jonchée de vêtements, pour se consacrer à la réparation d’un vieux talkie-walkie (vaine entreprise, il aurait fallu qu’elle ait le cerveau d’Ollie pour espérer faire marcher ce machin, mais au moins ça lui avait occupé l’esprit une partie de l’après-midi, jusqu’à ce que (ALLELUIA) la voix familière de son meilleur ami s’élève et se glisse par la fenêtre entrebâillée).
Ni une ni deux, Zoya fut sur ses pieds et elle se pencha à la fenêtre pour découvrir ledit roi de la journée.
- Bouge pas, je descends! s’exclama-t-elle avant de disparaître à nouveau.
Elle aurait pu, certes, l’inviter à monter mais il restait une pointe de jalousie de l’entente avec Inej le soir d’Halloween et Zoya s’évertuait à ne pas trop les faire se rencontrer. C’était complètement idiot mais elle ne pouvait s’empêcher de vouloir le garder pour elle. Elle détestait partager Oliver, même si elle y était bien forcée, raison pour laquelle elle préférait être ailleurs quand il était avec ses amis. Comme ça, elle n’avait pas à le voir s’amuser avec d’autres. La demoiselle attrapa l’enveloppe et la glissa dans la poche avant de sa salopette-short, s’empara de son sac à dos en cuir, usé par des années d’aventures insensées, et ouvrit grand la fenêtre avant de grimper sur l’appui de fenêtre et d’attraper la gouttière qui descendait le long du mur. D’un mouvement souple, l’adolescente se transféra sur son échelle de fortune et descendit les deux étages pour finir par une pirouette pour atterrir pieds joints dans l’herbe jaunie.
- Je t’ai entendu, hein? dit-elle en guise de salutation avant de le rejoindre. Quelle main? demanda-t-elle après avoir fait semblant de fouiller dans son sac.
Elle lui tendit les deux poings, attendant qu’il en choisisse un, s’attendant sûrement à y découvrir son fameux cadeau. Mais une main fermée pouvait-elle dissimuler quelque chose qui était censé lui faire peur? Quand elle ouvrit les doigts pour offrir sa main vide, un sourire qui n’augurait rien de bon étira les lèvres de la chipie:
- Je vais te faire le plus beau cadeau de ta journée. Ton premier vrai baiser!
Elle attendit que l’information atteigne le cerveau de son meilleur ami pour éclater de rire:
- AH AH AH, je plaisante! Ne tombe pas dans les pommes! Tiens!
Zoya sortit l’enveloppe de sa poche, comme une magicienne, et la lui tendit.
Puis elle lui piqua son skateboard et grimpa dessus pour s’éloigner au plus vite avant d’entendre le cri qui, à coup sûr, allait percer l’air, lorsqu’Oliver découvrirait son cadeau empoisonné.
Car ce que contenait l’enveloppe, c’était un carton soigneusement customisé par ses soins, qui annonçait qu’elle, Zoya Ryker, avait gagné un voyage vers la destination de son choix, avec la personne de son choix. Cela impliquait une énième transgression, car jamais Inej et Tommy ne les laisseraient partir seuls, et ce qui faisait douter Zoya du fait qu’Oliver puisse se laisser embarquer dans pareille aventure, ce furent bien les derniers événements qui avaient secoué le foyer des Winters.
Mais Zoya ne voulait envisager ce voyage avec personne d’autres.
Ne restait donc qu’à convaincre le prudent et raisonnable Oliver de mentir une nouvelle fois à sa famille pour l’accompagner.

_________________

better an oops than a what if
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
We're not the ones who're meant to follow.

Oliver Winters

messages : 930
name : corpsie.
face + © : jack dylan grazer (©Santa Livia & dcmultiverse)
multinicks : Sally, Pete, Beckett, Marnie, Tony, Paz, Lando, Ike.
points : 1391
age : 15 yo {24.07}
♡ status : buzzin', rollin'.
work : sophomore.
home : the winters'.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : OFF. tommy, maeve, zoya. (gang's halloween)

In rain or shine, you've stood by me, girl. Empty
Message· · Sujet: Re: In rain or shine, you've stood by me, girl. In rain or shine, you've stood by me, girl. EmptySam 14 Sep - 18:33

L’année de ses quatorze ans resterait gravée dans son esprit comme étant celle qui lui avait ouvert les yeux sur la dangerosité du monde extérieur (à cause des disparitions et de sa tentative d’enlèvement) et sur l’hypocrisie latente des êtres humains (à cause des mensonges mis à découvert trop tard). Elle serait conservée dans les annales comme étant celle de la métamorphose physique, d’abord de par la mue de sa voix, puis par les centimètres qu’il gagna au fil des mois. Enfin, il ne l’oublierait jamais car ce serait avant tout l’année durant laquelle il s’était lié d’une amitié indéfectible avec la rouquine qui venait de passer sa tête par la fenêtre. Un large sourire sur le visage, il lui fit un signe de la main mais cette dernière s’évanouit aussitôt. Ok, pas très poli, songea-t-il tandis que son regard oscillait entre l’entrée du bâtiment et l’encadrement de la vitre à l’étage. Il l’imaginait parfaitement descendre quatre à quatre les marches jusqu’au rez-de-chaussée pour le rejoindre le plus vite possible et ce portrait le fit rigoler tout seul. « Tu as entendu quoi ? Mon magnifique chant ou... Oh... » Il baissa son regard obscur sur les deux mains tendues et, après une hésitation de sept secondes, tapota le dos de celle positionnée sur sa gauche. Il eut un mouvement de recul, fronça les sourcils d’incompréhension face au vide qu’elle dévoila. Très rapidement, il sentit tout le sang de son visage se faire la malle et il secoua la tête pour être sûr d’avoir bien entendu. Un... baiser... ? Dans un réflexe mécanique, son attention se porta sur les lèvres roses de la demoiselle et son esprit vagabonda sur ces dernières, à se demander ce que cela ferait d’en effleurer les courbes du bout des doigts, de sentir leur chaleur contre les siennes. Le rire de Zoya rompit le charme / la malédiction / sa rêverie, et les joues d’Oliver retrouvèrent des couleurs en un écarlate du plus bel effet. « Ha ! Ha ! Ha ! » railla-t-il dans un rire encore plus bruyant et embarrassé que celui de son amie. « Il en faut plus pour me faire tomber dans les pommes ! Et ce ne serait pas mon premier b... » Ses doigts déchiraient le papier de l’enveloppe à mesure qu’il s’exprimait et il s’interrompit à la lecture de son contenu.

Il eut un hoquet de surprise et dût relire plusieurs fois le « bon cadeau » avant d’en comprendre les subtilités. « Mais tu es une grande malade ! » s’exclama-t-il, tournant sur lui-même à la recherche de la silhouette de sa tortionnaire. Il remua ses deux bras pour attirer son attention et pointa sa main occupée par le carton avec l’expression de celui qui n’avait pas la moindre idée de ce qui était en train de se passer dans sa vie. « Tu es sérieuse ? Un voy... » Il baissa la voix, comme apeuré à l’idée d’être entendu par des témoins gênants. Il n’attendit pas qu’elle revienne vers lui et effaça la distance entre eux dans des longues enjambées. « Un voyage ? » Murmura-t-il alors qu’un sourire amusé reprenait possession de ses traits juvéniles. Après sa blague de mauvais goût, il ne parvenait pas à savoir si elle était sérieuse ou non, cette fois. Il pouffa de rire en se passant la langue sur les lèvres. « Où ? Quand ? Comment ? C’est une idée folle, même pour toi. Tu as prévenu Inej ? Tommy ne voudra jamais, surtout pas après ce que j’ai fait la dernière fois. » Il était revenu chez les Winters, avait mis les choses à plat avec tout le monde, surtout avec son père, mais l’atmosphère entre eux n’était pas pour autant au beau fixe, et Oliver n’était pas stupide au point de penser que sa fugue était loin derrière eux. Il se savait sous haute surveillance. Ses réflexions avaient à peine pris plus de trois secondes, car déjà il enchaînait avec une autre pensée verbale : « Remarque, il n’a pas à être mis au courant. Je suis certain de pouvoir passer sous son radar quelques jours sans souci, ou en tout cas avec un petit peu de soucis seulement... » Il ferma les yeux un moment avant de prendre une profonde inspiration, puis les rouvrit sur le visage illuminé de mauvaises idées de Zoya. Il pouvait lire sans peine dans son regard les mille et une excuses qu’elle pourrait lui trouver pour lui faire accepter son cadeau ; il lui était totalement inutile de résister, il en était conscient. Alors autant jouer le jeu et se laisser emporter par la folie douce de la jeune Ryker. « Comment tu as gagné ça ? C’est fou ! » Il ne lui fit pas l’affront de lui demander pourquoi elle l’avait choisi, lui, comme +1 pour ce gain ; il n’était en effet pas uniquement question de lui faire plaisir pour son anniversaire, il était avant tout le seul capable de l’y accompagner, en dehors d’Inej, qu’il imaginait mal partir en tête-à-tête vers une destination inconnue. « Je ne sais pas ce que tu as prévu ni quand... mais il faut qu’on soit revenus pour la reprise des cours, quand même. » Comme quoi, une année de plus n’avait pas entièrement métamorphosé le petit - désormais moyen - Oliver Winters.

_________________
I take it in but don't look down
If you love somebody, better tell them while they're here 'cause they just may run away from you. You'll never know quite when, well tThen again it just depends on how long of time is left for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Zoya Ryker

messages : 458
name : olivia
face + © : sophia lillis (© livia)
multinicks : chad, emerson, harper, jax, lydia, parker, stella, tobias
points : 1050
age : finally 15, now can't wait to be 16
♡ status : confused
work : she isn't focused on school, that's for sure
home : w/ inej

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (open) inej/oliver, tomas, maeve, oliver

In rain or shine, you've stood by me, girl. Empty
Message· · Sujet: Re: In rain or shine, you've stood by me, girl. In rain or shine, you've stood by me, girl. EmptyLun 30 Sep - 22:16

Zoya avait déjà envisagé une bonne dizaine de plans, il ne fallait pas croire! Elle avait fait une liste de destinations, dont elle avait pesé le pour et le contre, les éliminant une à une. Au final, il lui en restait trois dans un rayon assez raisonnable, qui leur permettrait de partir un week-end sans perdre trop de temps en voyages trop longs et trop lents. Tout ça, évidemment, ne se concrétiserait que si Oliver était prêt à prendre le risque d’être puni à vie. Ce qui, à ce stade, était plus que compromis, au vu des récents événements. Pourtant, une part de la demoiselle croisait les doigts pour que tout tourne en leur (bon, d’accord, en sa) faveur. Ils allaient s’amuser, pas uniquement parce qu’ils échapperaient à la supervision de leurs aînés mais aussi parce que ce serait épique. Le lot qu’elle avait gagné impliquait une nuit d’hôtel avec petit-déjeuner, une excursion au choix (elle laisserait forcément Oliver décider), et 1000 $ à dépenser à leur guise. Peut-être que s’ils ramenaient un cadeau d’enfer à Inej et Tommy, leur punition serait atténuée? Mais Zoya ne voulait pas songer à l’après, à la sentence qui allait tomber, alors qu’ils n’étaient même pas encore embarqués dans leur nouvelle aventure. Et puis, honnêtement, qu’est-ce qu’ils risquaient? Quelle compagnie prendrait le risque d’envoyer deux adolescents dans une autre ville sans s’assurer qu’ils soient en sécurité? Ce n’était pas comme s’ils partaient en randonnée en pleine nature, à survivre par leurs propres moyens (et même ça, Zoya était certaine de pouvoir gérer). Il fallait voir cela comme des sortes de vacances qu’ils avaient mérité, non? Rien que pour se faire pardonner de leur horrible mensonge, Inej et Tommy devraient passer l’éponge. Ils seraient quittes, c’était l’argument fort - et improbable - de Zoya Ryker. Un argument qu’elle déballerait après l’escapade, évidemment.
Bon, elle n’avait pas pensé qu’au choix crucial de la destination si Oliver était de la partie, elle devait l’admettre. Sa plaisanterie au sujet du baiser, elle l’avait soigneusement préparée aussi, juste pour voir sa réaction et ça n’avait pas manqué: Oliver avait eu l’air complètement paniqué. Mais oh, ça ne sortait pas de nulle part! Quelques heures plus tôt, à peine, ils échangeaient encore sur le sujet - chose qui ne serait jamais arrivée quelques mois plus tôt. Jamais, à un an d’intervalle, Zoya n’aurait plaisanté sur un sujet pareil, tout simplement parce qu’il ne lui serait jamais venu à l’esprit. Sauf que voilà, entre-temps, elle avait rencontré Maeve et leur discussion quelques jours plus tôt hantait encore l’esprit de la rouquine. Autant dire que voir les yeux d’Oliver dériver vers sa bouche donna un sursaut à son coeur - sursaut que Zoya associa, par défiance ou déni, à l’excitation de lui offrir l’enveloppe magique. Pourquoi avait-il fallu qu’elles en viennent à envisager leur ami sous cet angle? Parce que maintenant, Zoya ne pouvait s’empêcher de voir des signes ou des esquisses partout. Si elle était restée plus près, elle lui aurait rétorqué que 1) elle persistait à dire qu’un baiser avant huit ans ne comptait pas et 2) il n’en savait rien, peut-être qu’il allait tomber à la renverse si elle l’embrassait (bien qu’elle doute quand même, après tout, elle n’avait jamais embrassé personne, elle ne saurait sûrement pas y faire du premier coup, mais cela n’avait pas d’importance parce qu’ils étaient meilleurs amis et c’était tout!)
- Quoi? Je t’entends pas! s’exclama-t-elle en portant la main à son oreille pour mimer sa fausse surdité. Quoi? C’est une opportunité en or. Tous frais payés, c’est pas génial, ça?
Elle haussa les épaules comme s’il était tout naturel d’envisager la chose, alors que c’était bien la première fois qu’elle gagnait quoi que ce soit - et ça valait le coup d’avoir attendu tout ce temps.
- Ne cherche pas des excuses pour te défi--, commença Zoya avant de s’arrêter, complètement surprise par le revirement. T’es partant?
Elle était sincèrement ahurie. Elle avait déjà fait tout un plaidoyer dans sa tête, pour descendre chacun de ses arguments. Et voilà qu’Oliver Winters ne disait même pas non d’emblée? Qu’avait-on fait du garçon (extrêmement) prudent qu’elle avait rencontré à son arrivée à Windmont Bay? Avait-elle déteint sur lui à ce point?
- Oui, oui, bien sûr, j’ai prévenu Inej. Je lui ai dit: écoute, je t’aime beaucoup mais en fait, je préférerais y aller avec Ollie, t’es d’acc’? Cool! Evidemment que non, je ne lui en ai pas parlé!
Inej était sans doute plus laxiste que la plupart des parents mais tout de même, elle ne la laisserait jamais partir - et, accessoirement, et c’était peut-être ça aussi qui jouait dans son mensonge: elle serait sans doute déçue de ne pas pouvoir profiter de ce voyage, qu’elle avait bien plus mérité que Zoya.
- Oliver Winters! Est-ce que c’est l’année en plus qui te fait parler comme ça? Incroyable! J’aime encore plus ce nouveau Ollie! s’exclama la rouquine avant de réaliser le sens de ses paroles. Enfin, je veux dire… je croyais que j’allais devoir batailler ferme et voilà que tu sautes à pieds joints dans mon plan! Incroyable!
Zoya balbutia et grimaça pour noyer son embarras.
- Je m’ennuyais, je connaissais pour une fois la réponse à la question du concours alors j’ai joué.
L’adolescente fit comme si c’était un détail alors que c’était cet éclair de génie (ou plutôt ce coup de chance) qui leur valait d’envisager une échappée belle à l’insu de leurs parents.
- Quand même, se moqua-t-elle gentiment en levant les yeux au ciel. Il fallait bien qu’Oliver se réveille!
Elle lui tira la langue, pour lui prouver qu’elle le taquinait puis lui fit signe de la suivre alors qu’elle se remettait en marche, exposant son plan - ou l’esquisse de celui-ci:
- Pour la date et le lieu, tu choisis en fonction du moment où tu pourras échapper à ta famille et de l’endroit où tu veux aller. Pour information, j’ai quand même essayé d’évaluer ce qui serait le plus intéressant parce que ça n’est qu’un voyage de deux jours, il ne faudrait pas qu’on perde du temps inutilement en attente et en vols. Je m’étais dit la Californie, du coup? Ce n’est pas trop loin et pour ma part, je n’y ai jamais été. J’avais pensé au Canada aussi mais je me suis dit que changer de pays ne serait pas forcément la meilleure des idées. Et New York est trop loin, dommage. Mais si tu as d’autres idées, elles sont les bienvenues. Quant à Inej, je comptais forger sa signature pour faire croire qu’elle a donné son aval. Je suis plutôt douée, je peux essayer d’imiter la signature de Tommy aussi, si tu veux? Après, je pensais lui envoyer un message quand on serait arrivés, comme ça il sera trop tard et comme ça ne sera que pour deux jours et une nuit, j’escomptais une reddition momentanée… et une bonne fessée au retour. Mais ça aura valu le coup, non?
Elle avait parlé en sautillant d’enthousiasme, car tout prenait une teinte réelle et maintenant, elle n’avait plus qu’une hâte: qu’ils soient déjà partis.

_________________

better an oops than a what if
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
We're not the ones who're meant to follow.

Oliver Winters

messages : 930
name : corpsie.
face + © : jack dylan grazer (©Santa Livia & dcmultiverse)
multinicks : Sally, Pete, Beckett, Marnie, Tony, Paz, Lando, Ike.
points : 1391
age : 15 yo {24.07}
♡ status : buzzin', rollin'.
work : sophomore.
home : the winters'.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : OFF. tommy, maeve, zoya. (gang's halloween)

In rain or shine, you've stood by me, girl. Empty
Message· · Sujet: Re: In rain or shine, you've stood by me, girl. In rain or shine, you've stood by me, girl. EmptyMar 22 Oct - 16:07

Même si son regard marron relisait encore et encore les quelques mots inscrits noir sur blanc sur le bout de papier cartonné qu’il tenait, Ollie ne parvenait pas à se familiariser totalement avec l’idée saugrenue que cela impliquait. Zoya avait beau répéter de vive voix ce dont il venait de prendre connaissance, la perspective était trop folle, même pour son cerveau d’adolescent de plus en plus débridé. La sagesse éternelle, point phare de son caractère, s’était peu à peu dispersée aux quatre vents depuis qu’il avait fait la connaissance de la rouquine, et ce jour-là, le jour tant attendu de ses quinze ans, il réalisait à quel point il était prêt à faire des choses folles. Un sourire étira ses lèvres fines face à l’entrain dont sa meilleure amie faisait preuve. De son côté, il n’y avait rien d’innovant dans son attitude. Zoya avait toujours été la tête brûlée, celle dont la cervelle fourmillait de mille et une idées folles pour leur attirer des ennuis, celle qui le faisait dériver de son sentier sécurisé habituel, celle qui lui ouvrait les yeux sur ce qu’était la vie, la véritable. Il s’était persuadé qu’il était trop jeune pour succomber aux travers de la société, qu’il était important de rester dans les clous pour réussir et pour se tracer un avenir serein ; seulement, cette année avait remis en question toute son existence et il se rendait compte que la droiture n’était peut-être pas la voie la plus agréable à suivre. Ce n’était par conséquent pas la bougie qu’il soufflerait plus tard dans la soirée qui lui avait fait accepter sans rechigner cet original cadeau, mais bien la somme des contrariétés et des vérités qui avaient éclaté dans son quotidien ces derniers mois. Lorsque Zoya termina sa longue tirade à propos de son projet et de la manière dont elle avait gagné, il roula des yeux pour accueillir sa remarque presque blessante. Avoir une réflexion et faire preuve de logique était toujours vu comme un défaut pour leur génération, il ne comprenait pas ce principe. « Je suis réveillé… Depuis que je suis arrivé, merci de t’en inquiéter... » Il lui tira la langue, en bon enfant qu’il restait malgré tout, et pencha la tête sur le côté afin d’écouter avec soin et attention la suite de son récit. Il leva une main qu’il posa sur l’avant-bras pâle de l’adolescente, comme pour partager son enthousiasme tout en essayant de lui faire entendre raison et de la calmer, chose qui serait très compliquée vu son taux d’excitation élevé à l’extrême. Elle était mignonne, et sa folie était une fois de plus communicative.

« Si tu mettais autant de bonne volonté à apprendre tes leçons, tu serais facilement en tête de classe, tu as conscience de ça ? » Se moqua-t-il à son tour, avec bienveillance, car il savait pertinemment que Zoya n’était pas aussi bête que ce que la majorité des enseignants pouvait penser. Il s’accorda un regard aux alentours, ainsi qu’une profonde inspiration, avant de lui donner sa réponse. C’était plus fort que lui, malgré sa folie douce, il ne pouvait s’empêcher de peser le pour et le contre de chaque situation. Il y avait encore pas mal de boulot avant de le voir lâcher totalement prise. « Tommy ne doit jamais savoir, ok ? » Il lui avait menti pendant plus de quatorze ans, à son tour d’apprendre à dissimuler un secret à son aîné/paternel. « Si tu m’assures que c’est quelque chose que l’on peut mettre en place, qui se fera sans trop de pots cassés, alors je suis capable de te suivre jusqu’au bout du monde… » Ses mots avaient été mûrement réfléchis, et le regard assuré qu’il plongea dans celui de Zoya en attestait toute la gravité. Il avait beau être excité comme une puce – à l’intérieur – par la perspective de vivre un moment pareil avec sa fabuleuse meilleure amie, il n’en demeurait pas moins pragmatique. « Est-ce que tu penses qu’une fois qu’Inej sera au courant, elle pourra tenir sa langue ? De mon côté, je sais déjà à peu près ce que je vais dire ou faire pour assurer mes arrières, mais j’aurai besoin de certaines garanties et… l’Arizona. J’ai toujours rêvé de voir le Grand Canyon, ça doit être magnifique, et tellement différent de l’Oregon. »  Tellement loin de Windmont Bay, de cette ville maudite qu’il affectionnait tant, mais qui le rongeait de l’intérieur depuis un petit moment déjà. La réalisation de ce que leur aventure, bien que pour l’instant hypothétique, lui apporterait, lui fit monter les larmes aux yeux et il souffla par le nez, dans un rire contenu. « Je ne sais vraiment pas comment tu as réussi à faire ça, ni si nous allons mener tout ça à terme mais… Merci, Zo’. » Merci d’être là. Merci de me donner de l’espoir. Merci d’être un rayon de soleil dans un quotidien trop morose pour quelqu’un de son âge. Il ouvrit ses bras pour, une fois n’était pas coutume, l’étreindre et enfouir son visage dans son cou. Il partagea quelques secondes sa chaleur avant de se redresser, une main toujours posée sur son épaule. Il avait un peu grandi au cours de l’année scolaire et la dépassait désormais d’une demi-tête. « Tu m’as prévu un goûter d’anniversaire ou je vais devoir rester affamé jusqu’à mon repas festif de ce soir ? » Il lui tapota le haut du bras puis se recula. « On peut discuter de ça chez toi ou Inej est là ? » Il comprendrait si cela devait être remis à plus tard, il n’allait pas s’en formaliser. Zoya lui avait déjà offert l’un des plus beaux cadeaux possibles. Le reste de ses convives devrait mettre la barre haut s’il souhaitait obtenir un plus large sourire de sa part.

_________________
I take it in but don't look down
If you love somebody, better tell them while they're here 'cause they just may run away from you. You'll never know quite when, well tThen again it just depends on how long of time is left for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Zoya Ryker

messages : 458
name : olivia
face + © : sophia lillis (© livia)
multinicks : chad, emerson, harper, jax, lydia, parker, stella, tobias
points : 1050
age : finally 15, now can't wait to be 16
♡ status : confused
work : she isn't focused on school, that's for sure
home : w/ inej

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (open) inej/oliver, tomas, maeve, oliver

In rain or shine, you've stood by me, girl. Empty
Message· · Sujet: Re: In rain or shine, you've stood by me, girl. In rain or shine, you've stood by me, girl. EmptyVen 1 Nov - 15:35

Zoya Ryker semblait s’épanouir dès qu’il était question de bêtises ou plans foireux. Pour cela, la demoiselle avait de l’imagination à revendre et si se lancer seule dans ces entreprises folles ne la dérangeait pas, elle devait bien avouer que la perspective de partager ce week-end unique avec Oliver l’enchantait particulièrement. Elle les voyait parcourir des rues inconnues, jouer les touristes, les grands seigneurs, comme si l’argent n’était pas un problème, oublier momentanément que ça n’était pas leur réalité. Elle ne redoutait pas la conversation houleuse qui devrait avoir lieu ensuite, parce qu’elle savait parfaitement qu’elle faisait une chose interdite et qu’elle s’en fichait pas mal. Zoya vivait dans l’instant présent, elle ne se souciait pas de ce qui pourrait se passer après, ni de ce qui avait pu arriver avant. Sans doute était-ce pour cela qu’elle n’avait jamais envisagé son amitié avec Oliver autrement qu’au jour le jour, sans s’interroger sur ce que demain leur réservait. Il avait fallu qu’une menace extérieure (car oui, même si elle refusait de l’admettre, Zoya ne pouvait s’empêcher de percevoir Maeve comme une menace pour ce qui la liait à Oliver; ce qu’elle ne pouvait confier à son meilleur ami, évidemment, parce que ça signifierait entrer dans tout un tas d’explications et tout bonnement parce qu’elle ne savait pas ce qu’elle lui dirait) vienne ébranler son insouciance et balayer toutes ses certitudes.
Ah! Voilà que ça lui reprenait! Zoya eut un frisson lorsqu'Oliver posa la main sur son bras et elle ne put réprimer le besoin de glisser un regard vers ce contact qu'elle savait innocent, sans arrière-pensée. Ollie avait toujours été plus tactile qu'elle, cela faisait partie de sa nature sincère, de ses élans spontantés. Elle ne devait pas lire dans ses gestes autre chose que le bon vieux meilleur ami qu'il était devenu au cours de l'année et demie écoulée. N'est-ce pas? La rouquine se mordit l'intérieur de la joue, contint son envie de poser à son tour les doigts sur les siens et releva ses yeux clairs vers le visage du garçon. Ce n'est qu'en parcourant ces quelques centimètres qu'elle réalisa vraiment à quel point il avait changé au cours des derniers mois. Il n'y avait pas que sa voix qui avait changé, il avait aussi perdu ses traits enfantins, il avait gagné plusieurs centimètres, la dépassant rapidement d'une dizaine, la forçant à redresser le menton pour croiser son regard chocolat. Comment avait-elle fait pour être aveugle à cette métamorphose? Et pourquoi avait-il fallu qu'une conversation avec une autre fille arrive à changer toutes ses perspectives? Parce que Zoya pouvait nier tant qu'elle voulait, elle était assez têtue pour le faire, les réactions de son corps la trahissaient et il ne lui restait plus qu'à espérer qu'Oliver ne se rende pas compte qu'un simple contact pouvait enflammer le coeur (et les joues) de celle qui se considérait comme trop intrépide et libre pour se soucier des émois adolescents.
- Ah ah! Très drôle! Si les leçons étaient aussi excitantes, peut-être que j'y mettrais un peu du mien, mais voilà, elles ne le sont pas!
Elle lui fit une grimace embarrassée et ajouta:
- Et de toute façon, je ne serais pas la première, c'est toi le champion de la classe.
Le sourire qu'elle lui adressa pouvait passer pour ironique mais il était cependant teinté de connivence, au souvenir de ce que le jeune homme lui avait confié, quelques mois plus tôt, alors qu'elle l'avait forcé à entrer par effraction dans les bureaux du secrétariat de Windmont Bay Campus. Qu'aurait dit Oliver à l'époque, s'il savait qu'à moins de six mois d'intervalles, elle l'inciterait à braver encore plus d'interdits? Il serait forcément tombé dans les pommes. Quant à l'Oliver actuel, sans doute rirait-il de ses craintes et de la panique qu'il avait ressentie. Piece of cake maintenant, right ? Zoya se pinça les lèvres, amusée par la comparaison et la transition de son meilleur ami.
- Juré! s'exclama la demoiselle en levant la main droite, tout en ayant conscience qu'elle mentait, puisqu'elle ne pouvait pas promettre une telle chose, il y avait bien trop d'inconnues pour pouvoir assurer quoi que ce soit.
Mais s'ils n'essayaient pas, ils ne sauraient jamais, n'est-ce pas? Et si la culpabilité de pousser Oliver à sortir du sentier battu sur lequel il aimait évoluer la saisit, Zoya ne put s'empêcher d'éprouver un bonheur indicible à l'entendre faire des promesses. Il serait capable de la suivre jusqu'au bout du monde? En dirait-il de même avec Maeve? s'entendit-elle penser, en sourdine, alors qu'elle lui rendait son regard, légèrement hypnotisée par la solennité de cet instant. La question de son meilleur ami la ramena néanmoins sur terre et Zoya battit des paupières pour sortir de sa torpeur et elle secoua légèrement la tête avant de répliquer:
- Je crois qu'Inej ne pourrait rien te refuser, elle t'adore. Je suis sûre qu'elle ne me laisserait pas courir partout avec toi si elle ne pensait pas que tu as une bonne influence sur moi. Tu es le gendre idéal. Elle devrait plutôt se demander qu'elle influence moi j'ai sur toi!
Un léger rictus s'ébaucha aux coins des lèvres de Zoya qui répéta:
- L'Arizona? Bonne idée! Je n'y avais même pas pensé!
La destination rentrait dans les critères auxquels elle avait songé. Cela devait faire quoi, 2000 kilomètres? Combien d'heures d'avion cela pouvait-il représenter? Zoya chassa ces questions de son esprit. Elle aurait tout le temps de prévoir ces détails quand ils auraient décidé d'une date et qu'elle aurait confirmé le tout aux organisateurs. Toute à ses réflexions, elle ne remarqua l'émotion d'Oliver que lorsque celui-ci émit un son nasal qui ramena son attention sur lui.
- Je ne sais pas vraiment s'il y a de quoi me remercier, je n'y suis po--
Elle s'apprêtait à dire qu'elle n'y était pour rien, ce qui n'était pas faux puisque le cadeau, déjà, elle en profiterait également, mais surtout, il n'était pas personnalisé, ce dont elle avait un peu honte, en vérité. Elle s'en sortait surtout à bon compte, pour le coup. Elle fut interrompue dans ses marmonnements embarrassés, toutefois, lorsque les bras de son meilleur ami se refermèrent autour d'elle - provoquant un nouveau galop dans la cage thoracique de Zoya, qui se raidit légèrement, peu habituée à ces démonstrations d'affection. Elle espérait qu'Oliver ne sentirait pas ses palpitations, ni ne devinerait les frissons qui glissèrent sur la peau de porcelaine de la rouquine en sentant le souffle du garçon dans son cou. Zoya resta figée pendant une poignée de secondes et le temps qu'elle se décide à lui rendre son étreinte, Oliver s'écartait déjà. Mais c'était trop tard, les sens de Zoya étaient marqués à vif: la chaleur du garçon l'avait imprégnée et ses poumons étaient gonflés de son parfum masculin, il n'en fallait pas davantage pour sentir les ailes des papillons s'agiter dans son ventre. Zoya dévisagea l'adolescent en se demandant s'il les avait sentis, lui aussi, mais il parlait déjà de manger et cela lui sembla être une réponse à sa question.
- Tu m'as déjà bien regardée? Tu me vois aux fourneaux pour te préparer un gâteau avec des perles en sucre et ton nom écrit en belles lettres cursives? se moqua-t-elle en lui bourrant l'épaule d'un coup de poing, pour noyer sa gêne. Mais on doit bien avoir quelque chose dans le placard pour t'aider à tenir jusqu'à ton repas festif.
La rouquine attrapa le poignet d'Oliver pour jeter un coup d'oeil à sa montre et déclara:
- Elle doit sûrement être partie pour le saloon, maintenant. On peut y aller, mais il faudra me laisser cinq minutes pour que je range un peu ma chambre.
Elle n'était même pas gênée d'admettre que la pièce était un véritable foutoir. Elle n'irait pas lui dire qu'elle s'était ennuyée en l'attendant et que c'était encore pire que d'habitude - sans grande surprise, Zoya Ryker n'était pas une adepte d'une chambre bien rangée. A coup sûr, ça n'avait rien à voir avec la jolie chambre de fille dans laquelle il avait dormi pendant quelques temps et cette réflexion ramena Zoya à une question qui errait dans la brume de son inconscient:
- Est-ce que Maeve sait que tu es un petit génie?
Oliver n'était pas dans sa tête et allait sûrement s'interroger sur la raison d'une telle question mais Zoya s'en fichait. Elle avait sorti ses clés et les faisait tourner autour de son index, jetant un bref regard à son voisin tout en marchant. Elle poussa la porte de l'immeuble d'un coup d'épaule et tint la porte ouverte à son meilleur ami, puis elle le précéda à nouveau dans l'escalier qui menait à l'étage des Ryker.

_________________

better an oops than a what if
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




In rain or shine, you've stood by me, girl. Empty
Message· · Sujet: Re: In rain or shine, you've stood by me, girl. In rain or shine, you've stood by me, girl. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
In rain or shine, you've stood by me, girl.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation de Blue Rain
» Il Kwon ▲shine bright like a diamond.
» Falling Rain (Rpg City/Sombre)
» Cameron A. Button ♂ I love the way you shine
» The Rise N'Shine Champion talks about his match against Dolph Ziggler

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane-
Sauter vers: