Partagez
 

 till the end of the line - m&t

Aller en bas 
“ that smolder tho ”

Mikkel Eklund

messages : 853
name : Raphaelle (Smooke)
face + © : alexander skarsgård - avatar @carolcorps - icons found on pinterest
multinicks : luke + clive
points : 765
age : thirty four, almost thirty five (15.09)
♡ status : single (or is he?)
work : barman @the majestic
home : @ tiny flat up on crescent lane

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : thalia, ali, stella, lilly, tori, finn

till the end of the line - m&t Empty
Message· · Sujet: till the end of the line - m&t till the end of the line - m&t EmptyJeu 5 Sep - 18:06




So don't call me baby
Unless you mean it
Don't tell me you need me
If you don't believe it
So let me know the truth
Before I dive right into you
dive @ed sheeran

@Thalia Hoaxley - August '19



Il l’avait déposé chez elle ce matin là, ils avaient échangés quelques mots, Mikkel l’avait aidé à sortir ses affaires du coffre puis à les porter jusqu’à sa porte d’entrée. Une étreinte, un regard gêné, quelques mots timides et Mikkel s’éclipsait déjà dans sa voiture, préoccupé par ce qui s’était passé la veille.  En dix jours, il n’avait eu aucune nouvelle. Dix jours qu’il se réveillait et s’endormait avec pénibilité en pensant à elle, dix jours qu’il vérifiait du coin de l’œil son téléphone, s’attendant à recevoir un message, une insulte ou un gif douteux – dix jours qu’il tournait en rond tel un lion en cage, repassant encore et toujours les événements de cette soirée au campement – et ce baiser, oh ce baiser qui le hantait ; se demandant s’il aurait dû réagir ainsi, s’il n’aurait pas dû lui avouer ce qu’il ressentait à cet instant T. Dix jours que Thalia Hoaxley ne lui avait pas adressé la parole et qu’il se sentait perdu, sans repères, nerveux et endommagé – dix jours qu’il avait presque perdu son sens de l’humour et qu’il n’appréciait même plus d’aller au travail. En ces dix jours, Mikkel avait noyé plusieurs fois ses doutes et incertitudes dans l’alcool – accompagné ou non, préférant tout de même la compagnie de ses amis qui avaient tenté de le cuisiner sur la raison de son humeur massacrante. Il était resté muet telle une tombe – ce n’était pas leurs affaires puis il ne voulait pas partager avec le monde cette expérience qui lui fendait le cœur – découvrant de nouvelles sensations comme la déception et l’attente. Les sentiments qu’avaient provoqué ce baiser l’avaient réveillé d’un sommeil qu’il s’était infligé depuis son adolescence – l’attachement n’avait jamais été une composante des relations qu’il avait pu avoir avec la gente féminine. Il avait refusé – ou presque - tout lien avec ses nombreuses conquêtes, se donnant une image d’homme à femmes désinvolte  – préférant l’amusement et le changement à la stabilité et à l’engagement. La seule personne envers qui il s’était engagé était – ironiquement - Thalia. Il la chérissait depuis le premier jour – ce rire, cette façon de lui tenir tête, cette répartie et la liste de ses qualités s’allongeait - il ne pouvait pas vivre sans elle et pourtant elle était à l’origine de tous ses maux actuels. Même si la question de ce qu’il ressentait était encore très flou, sans limite, il savait que ce baiser voulait dire quelque chose ; qu’il signifiait qu’ils n’étaient pas seulement des amis. Le barman était bien conscient qu’en relayant ce baiser comme une simple erreur alcoolisée, elle tentait de se protéger, de protéger leur relation – même si au premier abord, il avait très mal réagi, le temps lui avait permis de relativiser, de se mettre un peu à sa place. Qu’aurait-il fait si Thalia l’avait embrassé ? Peut-être ne ressentait-elle pas la même chose que lui ? Néanmoins, le trentenaire ne pouvait s’empêcher de se sentir comme un adolescent éconduit, de ceux qui restaient sur le banc de touche lors d’un prom et qui regardaient ses camarades danser sur des slows, de ceux qui n’osaient pas s’affirmer et qui finissaient toujours dans l’ombre des autres. C’était contraire à sa personnalité flamboyante – lui qui affirmait son amour propre et se déclarer fier de lui de façon permanente . Il se morfondait sur son sort et se sentait ridicule – était-ce donc ça les sentiments amoureux ? Avoir mal partout et être accablé physiquement ? A trente années passées, il n’aurait jamais pensé se sentir aussi désarmé, impuissant et incapable d’agir. Tout cela était tellement nouveau. Le suédois n’était pourtant pas de ceux qui subissaient mais plutôt de ceux qui agissaient. Tard dans la soirée, alors qu'il peinait encore à s'endormir, accablé par toutes ces pensées, allongé dans son grand lit seul- dans un élan d’aigreur pour ce manque de considération de son amie, il décida qu’il serait le premier à briser ce silence. Son premier message envoyé fut neutre, s’inquiétant de son silence (volontaire ? Involontaire?) – le second fut réactif, lui déclarant qu'il arriverait chez elle dans 30 minutes. Bizarrement, Mikkel était nerveux de cette rencontre. Il convint de porter un polo qui accentuait la couleur de ses yeux et un pantalon chino noir avant d’aller voir Thalia chez ses parents. Pendant tout le trajet jusqu’à chez elle, il scrutait son propre visage dans le rétroviseur intérieur, faisant attention à chaque détail de ses traits tirés. Il ne se reconnaissait plus – lui qui était si joyeux et heureux se sentait bien éteint et stupide. Garé devant la maison familiale des Hoaxley, il observa celle-ci avec appréhension. Qu’allait-il bien pouvoir se passer ce soir ? Redeviendraient-ils des amis en oubliant complètement ce qui s’était passé ou était-ce le moment qu’elle avait choisi pour lui annoncer qu’ils ne pouvaient plus être amis parce qu’il avait dépassé la limite qu’ils s’étaient imposés ?
Par dessus tout, ce qui l’effrayait le plus était de perdre son amitié si précieuse, sa présence, sa tendresse – la perdre signifiait perdre son monde à lui. Aujourd’hui, alors que dix jours d’angoisse étaient passés, il était prêt à tirer un trait sur ses émotions ambivalentes, à dénier toute affection autre que de l’amitié si cela voulait dire la garder dans sa vie – même si cela voulait dire qu’elle était la seule qui puisse le casser en mille morceaux et qu’il éprouverait ces sentiments en silence. Thalia avait ce pouvoir sur lui : ce soir, elle tenait les cartes entre ses mains – et le trentenaire était prêt à tout pour que Thalia lui pardonne son geste malheureux. Eklund s’était découvert vulnérable dans cette dernière semaine – lui qui était pourtant persuadé jusque là qu’il était inébranlable  – et s’ouvrir à Thalia, supporter une nouvelle déception lui faisait peur, terriblement peur. It scared the living shit out of him. Le viking sortit de sa voiture, prenant une grande inspiration pour se donner du courage. De toute façon, il ne pouvait et ne voulait pas l’éviter éternellement. Autant arracher le pansement et arrêter l’hémorragie en cours. Il se saisit d’un petit caillou qu’il balança habilement sur la fenêtre de son amie et il attendit qu’elle ouvre sa fenêtre. Mais rien. La deuxième tentative fut plus efficace car elle ouvrit son rideau alors qu’il s’apprêtait à crier son nom – l’objectif était quand même de ne pas réveiller ses parents à cette heure tardive de la nuit. Il lui fit signe d’ouvrir sa porte d’entrée – être grand avait ses avantages mais aussi ses défauts (par exemple, le manque de souplesse) – il ne se voyait pas escalader son porche afin d’atteindre sa fenêtre de chambre. Lorsque la jeune femme l’accueillit à sa porte d’entrée, il lui glissa un sourire , caressa sa joue et l’enlaça en guise de bonjour – il ne pouvait le nier, il avait besoin de ce contact physique pour respirer. De toute évidence, son palpitant avait décidé qu’il serait en tachycardie la plupart de la soirée – la revoir, après ces jours de questionnement, lui faisait certainement son petit effet. Ensemble, ils se dirigèrent vers sa chambre – une chambre à son effigie, pétillante, bordélique – qu’il connaissait déjà. Il ne put s’empêcher de se moquer, mordillant sa lèvre inférieure pour ne pas rire en observant les tas de vêtements à terre. «  T’aurais pu ranger, quand même. » gloussa-t-il, n’arrivant pas à retenir son ton railleur.  Quand elle était invitée à la maison, son appartement était toujours rangé – c’était son côté maniaque. Il posa ses yeux sur les photos accrochées au mur – lui et Thalia, faisant des grimaces, ses parents posant tout sourire, son cousin qui faisait un doigt d’honneur, Mikkel et Thalia enlacés dans un hamac. Il esquissa un nouveau sourire, rempli de tendresse, chérissant ses souvenirs passés – qui semblait venir d’un passé si proche où les choses étaient plus faciles. Puis il tomba sur LA photo embarrassante par excellence – Thalia, enfant, nue dans son bain. Il se saisit de la dite photo et s’écria : « Oh mon dieu, ça, c’est du nouveau dossier !» alors qu’il sortait son téléphone pour enregistrer le souvenir et qu’elle se précipitait vers lui pour lui arracher la photo des mains - oubliant presque la raison pour laquelle il se trouvait dans sa chambre à une heure si tardive de la nuit.

_________________

Never felt more comfortable, could never want for more when I'm here. No, there is nowhere I would rather be ★★
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
i'm on the edge of glory

Thalia Hoaxley

messages : 639
name : romane ⋅ gajah.
face + © : zoey deutch, © lunaeye ⋅ lana del rey.
multinicks : birdy ⋅ gaia.
points : 1257
age : twenty four y.o. (10/11).
♡ status : confused about feeling some feels for her best friend.
work : working at a record label in portland.
home : still living with her parents on bridgewater way.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : mikkel ⋅ parker ⋅ ali ⋅ lennon ⋅ fourth of july celebrations ⋅ nomi ⋅ maeve ⋅ persy.

till the end of the line - m&t Empty
Message· · Sujet: Re: till the end of the line - m&t till the end of the line - m&t EmptyAujourd'hui à 11:28

Jamais Thalia et Mikkel n'avaient passé autant de temps sans se voir ni se parler. Depuis leur weekend camping, la belle avait disparu de la circulation, ignorant les messages et appels de son meilleur ami. Ce n'était pas qu'elle ne voulait pas avoir de ses nouvelles ou qu'elle lui en voulait de quoi que ce soit, seulement elle avait besoin de faire le point de son côté, de réfléchir à ce qu'il s'était passé entre eux et à ce à quoi la suite devait ressembler. Voulait-elle parler de ce baiser qu'ils avaient partagé ou mettre ça sur le compte de l'alcool et faire comme si rien ne s'était passé ? Voulait-elle admettre ses sentiments ou faire l'autruche et continuer comme ils l'avaient toujours fait, en tant que simples amis ? Thalia était complètement perdue et avait besoin de temps pour elle pour faire le point sans que Mikkel ne l'influence dans quoi que ce soit. Elle s'en voulait terriblement de le tenir à l'écart de la sorte et il lui manquait plus que ce n'était humainement possible, mais c'était nécessaire pour que la suite soit des plus agréables, peu importe la direction qu'ils prenaient.
Quand elle avait reçu un message de sa part plus tôt dans la soirée, le coeur de Thalia avait loupé un battement dans sa poitrine. La simple lecture de son nom était maintenant synonyme de palpitations, voilà que Mikkel lui faisait un effet qu'elle n'aurait jamais soupçonné. Elle commençait à réaliser que tous ses proches avaient eu raison, depuis le début, que sa relation avec son meilleur ami n'avait jamais été que purement amicale et qu'il se passerait un jour quelque chose entre eux. Elle avait été aveugle tout ce temps, consciemment, refusant de voir ce qui se trouvait sous son nez. Ses sentiments pour Mikkel expliquaient-ils le vide dans la vie amoureuse de Thalia ? Cette dernière n'avait jamais ressenti une quelconque tristesse à l'idée d'être seule - elle avait eu quelques aventures, même quelques histoires plus sérieuses, mais jamais elle n'était restée intéressée par quelqu'un plus de quelques semaines et jamais elle n'était tombée amoureuse. En réalité, tant qu'elle avait Mikkel dans sa vie, elle n'avait besoin de personne d'autre. Alors quand il lui avait envoyé ce message, elle avait enfin osé lui répondre en lui donnant rendez-vous chez elle ; il ne s'était pas fait prier et avait fait le chemin en quelques minutes seulement, signalant sa présence par un caillou lancé à sa fenêtre. Thalia se pencha pour vérifier qu'il s'agissait bien de Mikkel puis descendit les escaliers pour aller lui ouvrir la porte principale. « Ne fais pas de bruit, mes parents dorment. » L'avertit-elle en lui lançant un regard méfiant, connaissant le grand gaillard qui rêvait de rencontrer sa mère pour se faire passer pour le gendre idéal qu'il n'était pas ; Thalia lui attrapa la main et le traîna derrière elle pour monter les escaliers et rejoindre sa chambre à l'étage, fermant la porte à clé derrière eux. « Touche à ton cul, Eklund ! » Râla-t-elle quand il se permit d'attraper une ancienne photo d'elle pour l'immortaliser avec son téléphone et la chambrer en même temps. Elle n'était pas d'humeur à plaisanter, elle l'avait invité chez elle pour une raison bien précise, ils devaient parler de certaines choses et prendre des décisions pour le bien de leur amitié. Elle ne put s'empêcher de sourire, néanmoins, devant les taquineries de Mikkel - c'était bien une chose qui ne changerait jamais entre eux. Thalia s'installa sur son lit et invita son ami à en faire de même, puis elle prit une profonde inspiration. « Tu m'as manqué. » Soupira-t-elle dans un aveu bien trop sincère, ils avaient pourtant l'habitude de se faire des compliments et des déclarations d'amour mais cette fois cette vérité avait un sens caché et ils en étaient tous les deux conscients. « J'avais besoin de réfléchir à certaines choses et... » Elle s'arrêta, se mordit la lèvre inférieure tandis qu'elle réfléchissait à l'idée qui trottait dans sa tête depuis plusieurs jours maintenant, se demandant si elle devait aller au bout des choses, si c'était la chose à faire pour démêler cette situation complexe. « J'ai une proposition à te faire. Mais tu dois me promettre de ne pas te moquer de moi, d'accord ? J'ai vraiment besoin que tu joues le jeu et que tu sois avec moi. » Elle était beaucoup trop sérieuse, certainement dramatisait-elle la conversation mais tant pis, elle devait en passer par là pour mettre ses sentiments au clair et elle espérait qu'elle avait eu l'éclair de génie nécessaire pour obtenir réponses à ses questions.

_________________

Sometimes I wake up in the morning to red blue and yellow skies it's so crazy I could drink it like tequila sunrise put on that Hotel California dance around like I'm insane I feel free when I see no one and nobody knows my name.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
“ that smolder tho ”

Mikkel Eklund

messages : 853
name : Raphaelle (Smooke)
face + © : alexander skarsgård - avatar @carolcorps - icons found on pinterest
multinicks : luke + clive
points : 765
age : thirty four, almost thirty five (15.09)
♡ status : single (or is he?)
work : barman @the majestic
home : @ tiny flat up on crescent lane

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : thalia, ali, stella, lilly, tori, finn

till the end of the line - m&t Empty
Message· · Sujet: Re: till the end of the line - m&t till the end of the line - m&t EmptyAujourd'hui à 12:56

De toute évidence, Eklund prit un air outré alors qu'elle lui arrachait la photo des mains - mais peu importe, la photo était bien imprimée dans la mémoire de son téléphone et il n'hésiterait pas à l'utiliser. Le grand blond vint s'asseoir à côté d'elle, immanquablement stressé et fébrile de ce qu'elle allait bien pouvoir lui dire. Malgré son petit air je-m'en-foutiste, il était sûr que Thalia pouvait lire son visage comme un livre ouvert - les sourcils froncés, effrayé de la tournure qu'allait bien pouvoir prendre la conversation. Que l'attendait-il? Il était suspendu à ses lèvres, la respiration coupé, prêt à acquiescer à chacun de ses mots. Des lèvres qui l'avaient obsédés et dont il rêvait encore à l'instant précis. Il n'acta pas sur ses envies malgré sa grande impulsivité - refusant de créer à nouveau une situation délicate. Lorsqu'elle avoua qu'il lui avait manqué, il eut un petit sourire et souffla à son tour aussi, timide. " Toi aussi, tu m'as manqué." Il n'avait pas les réponses mais il pouvait bien avouer que son inexorable pause de dix jours l'avait affecté - il ne voulait plus que cela se reproduise. Après l'épisode du camping, le manque n'était plus seulement psychologique mais aussi physique. Le suédois observa son visage avec patience, attendant qu'elle finisse le fond de sa pensée. Ses cheveux mal peignés, son vieux pyjama - d'habitude, il l'aurait sûrement chambré - mais là, il trouvait l'ensemble tout à fait charmant, mignon et attendrissant. Ce qui le rassurait le plus était de voir qu'elle était aussi affectée que lui - si seulement elle l'avait vu la veille, à faire les cent pas en boxer dans son appartement, ne trouvant pas le sommeil, la cuillère du pot de glace dans la bouche et les cheveux en vrac. Sa main se rapprocha inconsciemment de la sienne sur le lit alors qu'il tentait de se détendre sur son lit, se tortillant, afin de trouver une position plus confortable. Tout son corps était tendu et il remarqua sa petite moue nerveuse - le rendant lui aussi très impatient d'en savoir plus. " Je t'écoute." déclara-t-il, solennel dans sa voix et son ton, prêt à faire des efforts quant à l'écoute - quelque chose dans lequel il n'excellait pas vraiment en général quand cela la concernait. Pris d'un élan d'anxiété, il fronça les sourcils et la stoppa alors qu'elle s'apprêtait à acter sa "proposition". " Attends, avant que tu ... " commença-t-il, inquiet de la tournure que la conversation pouvait prendre. Le trentenaire avait besoin de partager son ressenti avant qu'elle ne décide du sort de leur relation. Mikkel ne pouvait pas rester là et ne rien dire. " Avant que tu me fasses ta proposition, je voulais te dire ... " continua-t-il, visiblement mal à l'aise. S'épandre sur ses sentiments n'était pas son fort et il fut vite frustré de ce sentiment inexplicable qui l'emplissait et lui agrippait les tripes. " J'ai mal réagi la dernière fois, j'aurais pas dû ... faire ça et réagir ensuite comme ça. Je suis désolé, je ne voulais pas te blesser. " Il lui offrit un petit sourire hésitant, essayant de s'excuser pour son comportement puéril au camping et plus spécialement la petite réflexion blessante qui avait pu suivre - Eklund gardait en tête l'expression qui avait trôné sur son visage le reste de la soirée. Et il savait bien sûr qu'il avait été trop loin et qu'il n'avait pas à se comporter ainsi. " Quoique tu me proposes, je ne veux pas ... " termina-t-il, n'arrivant pas à finir sa phrase car l'anxiété de la suite le saisissait une fois encore. Il regarda son joli visage et mordilla fébrilement sa lèvre, se maudissant de ne pas réussir à exprimer tout ce qu'il avait ressenti durant ce moment spécial qu'il avait partagé - mais aussi pendant ses dix jours qui avait suivi. Il eut un soubresaut d'ironie, passa sa main sur son visage, soupira et il attendit sagement que le couperet tombe.

_________________

Never felt more comfortable, could never want for more when I'm here. No, there is nowhere I would rather be ★★
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




till the end of the line - m&t Empty
Message· · Sujet: Re: till the end of the line - m&t till the end of the line - m&t Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
till the end of the line - m&t
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BETWEEN THE LINE.
» Line up the stars ◆ 17/07 | 18h25
» Line Service http://lineservice.fr
» Dallas Stars line-up
» Flyers Line up !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Bridgewater Way-
Sauter vers: