hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
No. 1 Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
No. 2 L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez
 

 she'll punch you in the face. - naaji/vlad.

Aller en bas 
let’s get drunk together so I can kiss you and blame it on the vodka.

Inej Ryker

messages : 868
name : olivia (carolcorps)
face + © : sophie cookson | @lolotte — @pinterest/shawn menndes
multinicks : alma ⋅ sofia ⋅ etta ⋅ callum ⋅ reggie ⋅ georgie ⋅ leslie ⋅ maeve ⋅ emna ⋅ archie.
points : 1177
age : [ 01|02 ] thirty years old.
♡ status : scared as hell of her own feelings and desires
work : owner and chef @ the ryker's saloon.
home : a new flat on crescent lane w/ zoya.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ( ●●● ) off. (zoya/oliver, tony, vlad.) - jem

she'll punch you in the face. - naaji/vlad. Empty
Message· · Sujet: she'll punch you in the face. - naaji/vlad. she'll punch you in the face. - naaji/vlad. EmptyDim 8 Sep - 20:41

@Naaji Darwish
(01 juin 2019)
she's beauty, she's grace
she'll punch you in the face.

C’est avec enthousiasme que la jeune femme avait passé les portes du Davey’s, enjouée à l’idée d’y passer la soirée pour se détendre. Ce qui était ordinairement un passe-temps auquel elle s’adonnait trop souvent, s’était transformé en luxe auquel elle avait bien du mal à adhérer. Des semaines qu’elle n’était pas sortie boire un verre pour le plaisir de rentrer chez elle, complètement défaite, quelques burgers sous le bras, une haleine de chacal et les vêtements empestant la clope. Cela n’avait rien de ragoûtant mais c’était typiquement le genre de soirée qu’Inej adorait. Elle avait dix-sept ans la première fois qu’elle poussait les portes d’un bar. Loin d’être majeur la première fois où un homme, pas très regardant, l’avait engagé pour servir quelques verres. Beau petit cul, belle paire de seins, elle avait ce qu’il fallait pour appâter la clientèle au bar et qu’importe son jeune âge. Inej n’était pas non plus très regardante, ça payait et c’était tout ce dont elle avait besoin. Du cash pour ses courses, pour les factures que sa mère ne payait plus, pour quelques fournitures scolaires et une nouvelle paire de chaussures. De l’argent qu’Allison Ryker aura vite fait de voler et dépenser en drogue comme elle savait si bien le faire. Difficile d’imaginer alors qu’une adolescente ait pu se sentir à son aise dans un endroit pareil. Mais déjà forte de caractère, elle avait toujours su s’imposer. Rabrouer les clients un peu trop entreprenant voir tactiles. Repousser les plus gênants et mettre à la porte les plus bourrés et ceux susceptibles de semer la discorde dans son bar. Inej savait y faire, elle se targuait d’être capable de gérer une schizophrène toxicomane ainsi n’importe quoi d’autre s’avérait être du pipi de chat. C’est à cette époque qu’elle commença à boire, enchaînant d’abord les bières avant de consommer des alcools plus forts, des shots et tout ce qu’on lui proposait. Ça avait l’air fun, puis elle s’était prise au jeu, un peu trop peut être. Assurément. Mais depuis quelques mois, elle avait dû laisser tomber son activité favorite, trop prise par le temps, par les évènements, par sa vie en générale. À commencer par Zoya et cette fameuse soirée d’Halloween. Après les révélations de cette nuit, Inej avait mit un point d’honneur à laisser son espace à l’adolescente sans pour autant la quitter d’une semelle, une tâche hautement compliquée vu le paradoxe de la situation. Sa seule peur c’était de voir la rouquine la détester au point de vouloir fuir le domicile familiale. Et bien qu’il fallut un peu de temps aux Rykers pour se réconcilier, avec un peu de temps, la nouvelle avait fini par passer et le mensonge par être pardonné. Toutefois entre temps, la brunette s’était retrouvée à la tête d’un héritage qu’elle n’avait pas vu venir, des voitures de luxes léguées par la soeur de sa mère. Une tante à la culpabilité grandissante sur son lit de mort, cette dernière n’ayant jamais bougé le petit doigt pour l’aider à prendre en charge sa mère. À croire que cela payait plus tard. Puisque grâce à cela elle avait pu offrir à sa fille -cela lui était encore difficile à admettre, le mensonge s’étant enlisé bien trop longtemps- un lieu de vie digne de ce nom. Elle avait aussi pu s’offrir les quelques murs entre lesquels elle avait monté sa brasserie et mit de l’argent de côté pour les études ou futurs projets de Zoya. Toutes deux n’avaient pas la folie des grandeurs et s’étaient contentés de bien moins, néanmoins ce gigantesque plus n’était pas pour leur déplaire. Mais avec cela allait le démarrage de son restaurant et le temps qu’elle avait dû y consacrer. Autant dire que jusque là, la jeune femme n’eut guère le temps de s’affaler sur un tabouret et commander quelques bières tout en discutant avec sa barmaid préférée. Lexi était toutefois absente ce soir là, le type au bar lui était aussi familier que le reste du personnel mais elle n’avait encore jamais sympathisé avec lui. Dommage, pensa-t-elle lorsque son regard glissa discrètement sur son fessier carrément agréable à regarder. Inej était alors assise à sa place habituelle, sirotant sa bière en rigolant avec quelques habitués et le barman, jusqu’à ce qu’un homme vienne envahir son espace vitale. « Ce siège était peut être prit. » fit-elle alors à l’inconnu qui était venu s’accouder au bar juste à ses côtés, prenant possession du tabouret voisin sans demander son reste. Son regard glissa sur elle avec insistance, ce à quoi Inej répondit en roulant des yeux de façon assez théatrale avant de vider le contenu de son verre. « C’est peine perdu pour toi mon vieux. » ayant l’habitude de ce genre de gars, la jeune femme ne perdit pas de temps pour couper court, sans se douter qu’il était peut être plus résistant que ce qu’elle s’imaginait, voir peut être un tantinet collant.

_________________

taste the poison from your lips
lately, we're as good as gone
oh, our love is drunk and it's
singing me my favorite song.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Naaji Darwish

messages : 882
name : nepy
face + © : rami malek © lempika.
multinicks : jude - garett - charlotte - harlan - filip
points : 696
age : 35.
♡ status : it depends on the day.
work : fisherman. part time escort and porn actor.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●●● - (leslie ; callum ; inej)

she'll punch you in the face. - naaji/vlad. Empty
Message· · Sujet: Re: she'll punch you in the face. - naaji/vlad. she'll punch you in the face. - naaji/vlad. EmptySam 28 Sep - 17:15

Vladimir n’était pas de très bonne humeur ce soir. Certes, il ne l’était pas souvent pourraient dire les membres de la famille mais c’était sa nature slave qui donnait cette impression habituellement. Aujourd’hui, les traits caractéristiques issus de sa chère môman n’avaient strictement rien à voir avec son attitude renfrogné. Non, tout était de la faute de ce skurwysyn de rital de bouffeur de sphaghetti de merde. Il savait bien qu’il ne fallait pas faire confiance aux macaroni mais il s’était laissé emporté dans l’histoire et se retrouvait plumé comme un blaireau de première, comme si c’était la première fois qu’il essayait aux actes délictueux et plutôt que de récupérer l’oseille tant souhaité, il s’était contenté de présenter ses fesses bien lustrées et accueillantes à l’égard de ses pseudo-complices qui n’étaient pas capable de tenir un manche à balais et ne savait que de se défiler dès qu’ils voyaient ce qui ressemblait de près ou de loin à une voiture de police. En l’occurrence, un livreur de sushi. Alors Vladimir pestait, encore et encore. Il pestait tellement que la Famille lui avait intimé de sortir, pour une fois, de se mettre une mine et de la fermer lorsqu’il finirait par revenir. Même s’il n’était clairement pas dans ses habitudes d’obéir, surtout face à un sale papyrus à deux pattes, le polonais avait fini par accepter, saisissant l’occasion de boire plus que de raison et de tenter de retrouver où se situer la limite entre légèrement imbibé et ivre à un tel point qu’il est incapable de faire la différence entre un arbre et les jambes d’un basketteur. Revêtu de sa plus joli chemise à rayure et de son débardeur blanc le plus propre, c'est-à-dire tirant légèrement sur le gris-beige, les cheveux gominés comme à son habitude, ses chaussures de cuir marron usées l’avaient mené au bar le plus couru de Windmont Bay. Ce n’était habituellement pas son style. C’était trop bruyant et bien trop bigarré en termes de population alentours. Hors de question de s’asseoir là où les fesses d’un noir se sont posées avant lui. Et hors de question de laisser une tafiolle s’approcher de lui, il ne voulait pas attraper une quelconque maladie ou se retrouver avec un gros lourd qui ne comprendrait pas que non, il ne tenait pas à s’approcher du zobe d’un autre et que non, il n’aurait pas droit de poser ses sales mains pleines de doigts sur le sien. Il devait déjà cohabiter avec deux d’entre eux, ce n’était pas pour s’en coltiner par la suite. Mais il fallait être honnête : si Vladimir préférait les tripots à l’ambiance suranné, enfumé et dont l’odeur lui rappelait tant sa Pologne natale, les jolies pépés se faisaient plus rares. Alors qu’elles se pressaient toujours au Davey’s. Et ce soir, Vladimir ne serait pas contre une petite blonde, ou brune, ou rousse. Nul besoin de préciser qu’il ne buvait jamais de bière.

Lorsqu’il pénétra dans l’atmosphère chaude et agité du bar, il mit quelques temps à se réhabituer au manque de luminosité de ce dernier, ne distinguant que des silhouettes floues et bruyantes sans grand intérêt pour lui. La seule chose qui lui importait pour le moment était le bar vers lequel il se dirigea, sans prendre réellement garde aux personnes qu’il bousculait sur son passage. De sa démarche cadencée de caïd ayant fait de la prison et ayant manifestement eu l’habitude d’en être le chef de gang, il s’approcha de son eldorado, ignorant sensiblement les personnes qui râlaient ou lui jetaient un regard noir après avoir été bousculé par lui. S’installant sur son tabouret, il ne fit pas attention, à l’origine, à sa voisine, son attention absolument focalisée sur les étiquettes des bouteilles de verre qui semblaient s’illuminaient intérieurement. Il tapa sur la table pour attirer l’attention du barman et sans lui prêter la moindre attention, moins encore considération. « Vodka sec. » Ce n’est que lorsque sa voisine lui adressa la parole qu’il remarqua qu’il s’agissait d’une ravissante brunette. La regardant de bas en haut, jaugeant cette dernière avec une petite moue appréciatrice, il considéra qu’elle ne valait pas la peine qu’il lui paye un verre. Elle n’était pas assez à son goût. Trop petite, trop brune, on aurait presque dit qu’elle était hispanique. Bref, pas assez blanche pour lui. Il tourna la tête, regardant droit devant lui, attendant que le barman daigne faire son taf. « Ouais, par moi maintenant. » répliqua-t-il de son fort accent polonais tout en ne pouvant s’empêcher de couler un regard vers elle. A bien y réfléchir, elle n’était peut être pas aussi hispanique qu’il l’avait cru à l’origine. C’était peut être juste les lumières des lieux. Se passant la langue sur les lèvres, à l’image d’un serpent, il se tourna à nouveau vers elle et la détailla sans prendre la peine de se dissimuler ou de faire preuve de discrétion. Ce n’était de toute manière pas son style. Un léger sourire en coin, le polonais renifla, vexé, lorsqu’elle lui indiqua que c’était peine perdu pour lui. « De quoi ? J’t’ai rien dit la gueunon. » Pour qui se prenait-elle celle-là ? Pamela Anderson ? Elle en était loin. Très loin même. Et s’il avait éventuellement considéré la possibilité de lui offrir un verre, elle venait de tirer un trait sur une très bonne vodka. Il engloutit d’une traite le verre que venait de lui poser le barman et le reposa bruyamment sur la table. « Encore. Mets-y trois direct, gamin. »

_________________
Nobody's home, I'm sleepwalkin'. I'm just relayin' what the voice in my head's sayin'. Don't shoot the messenger, I'm just friends with the monster that's under my bed, get along with the voices inside of my head. You're tryin' to save me, stop holdin' your breath.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
she'll punch you in the face. - naaji/vlad.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane :: good times at daveys-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: