Partagez
 

 Words are all we have (Chali)

Aller en bas 

Cali Siringo

messages : 21
name : nuna
face + © : Satterlee (eyliam)
multinicks : not yet
points : 53
age : twenty-four (17.05.95)
♡ status : single & happy to be
work : guitar teacher
home : siringo home

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : fr

Words are all we have (Chali) Empty
Message· · Sujet: Words are all we have (Chali) Words are all we have (Chali) EmptyDim 8 Sep - 21:21


Chad & Cali

Words are all we have


La journée avait été longue. Et elle n'était pas encore achevée. Elle venait de donner son dernier cour de musique. Elle appréciait ce qu'elle faisait alors au final, cela ne dérangeait pas Cali de finir plus tard que d'habitude. Et puis, cela allait se répercuter sur son compte en banque. Elle n'avait donc pas à se plaindre. Elle avait rangé ses partitions dans son sac puis elle avait placé sa guitare dans son étui avant de fermer les lumières de sa salle. Les clefs en poche, elle prenait le chemin de la maison. Maison. Elle était revenue depuis quelques mois et elle n'arrivait toujours pas à se sentir à l'aise au sein de ses frères et sœurs. C'était étrange. La mort de Caleb aurait du les ressouder... parce qu'ils s'étaient tous plus ou moins éloignés les uns des autres depuis un bail. Mais non. C'était même encore pire. Cali avait encore du mal à passer du temps dans cette maison où elle voyait Cal dans chaque pièce. Elle ressentait son absence, chaque jour. Elle n'arrivait pas à s'en remettre. Elle faisait celle qui allait bien. Qui se fichait de pas mal de chose à part sa personne. Sauf que non. Personne ne s'en rendait compte. C'était peut-être mieux ainsi. Elle n'avait pas envie d'en parler. Et puis, elle pensait surtout au reste de la fratrie. Elle savait que Clari n'allait pas bien non plus. Elle aussi, était proche de Cal... Cali avait beau lui dire qu'elle pouvait lui parler, lui proposer une après-midi avec elle, faire du shopping mais rien. Un mur. Elle ne voulait pas insister. Ses années à Portland pour ses études l'avaient également éloignée de sa fratrie. Elle le savait. Sa mère lui reprochait encore son départ. Mais elle savait qu'elle avait pris la bonne décision. Elle regrettait seulement de ne pas avoir été là quand Cal est mort. La dernière fois qu'elle l'avait vu, ils avaient fait une partie de billard. Ils avaient passé un bon moment. Elle voulait gardé cette image de lui. Même en étant le plus réservé des Siringo, Caleb restait le plus ouvert aussi. On pouvait toujours lui parler. Toujours. Aujourd'hui, son absence se faisait encore plus remarquer. Quand elle rentrait à la maison, elle ne s'attardait jamais, allant directement dans sa chambre.

Le soleil s'était couché depuis quelques minutes maintenant. Et le vent s'était levé. Cali avait remonté le col de sa veste, pressant le pas. Elle commençait à avoir une nouvelle migraine. Ce qui arrivait souvent ces temps-ci. La jeune femme voulait passer à la supérette avant de rentrer. Comme d'habitude, sa mère lui avait demandé de ramené quelques courses. Bien sûr, sans lui donner le moindre argent. Non seulement Cali devait une part de son salaire mais elle devait aussi faire des courses de façon régulière. Cela l'agaçait. A cette allure, elle allait finir par bosser pour rien. Elle avait pris de quoi faire spaghettis bolognèse, du lait ainsi qu'un gros pot de glace avec des éclats de noisettes. C'était la préféré d'un grand nombre de Siringo. Si bien que le pot, même XL ne durait jamais très longtemps. Une fois les courses payées, elle reprit le chemin de la maison. Il était près de vingt-heure quand elle rentrait, son étui sur l'épaule et le sac de courses à la maison. Elle se dirigeait vers la cuisine pour débarrasser son sac, posant son étui sur la table. Cali rangea les courses avant que Cash n'arrive dans la pièce à la recherche d'un truc à manger. D'ailleurs, il fouillait déjà les placards. « N'y pense pas. Je vais préparer des spaghettis alors pas de grignotage. » Le garçon soupira tout en continuant à inspecter les paquets rangés dans l'armoire. « Non mais je déconne pas, Cash. » Elle lui reprit le paquet de biscuits. « J'ai la dalle. » Elle soupira avant d'ajouter, ne voulant pas s'énerver une fois de plus. « Et bien aide-moi, ça ira plus vite. » Sérieux. Pourquoi c'était souvent elle de corvée de bouffe ? Parce que c'était une fille ? Parce que les autres se planquaient à chaque fois ? Ouais c'était sûrement un mélange des deux. Seulement, Cash préféra s'éclipser au lieu de lui donner un coup de main. « Je m'en doutais... »

Les cheveux attachées en une longue queue de cheval, Cali avait donc commencé à préparer le dîner. Elle avait vu sa mère qui lui avait dit passer sa soirée chez une copine. Ce qui sous-entendait qu'en tant qu'aîné actuellement à la maison, c'était à elle de gérer cette dernière. Bien sûr... Elle aurait pu dire non. Sauf que si elle l'avait fait, sa fratrie se serait contenté de grignoter ce qu'il y avait dans le frigo. Niveau équilibre alimentaire, on était loin du compte. Alors résolu, une nouvelle fois, elle était entrain de préparer des spaghettis. Et une bonne sauce tomate à la viande hachée cuisait doucement dans le deuxième récipient. Cali avait l'habitude de faire la cuisine. Parce que malgré ce que l'on pouvait dire sur elle. Elle était souvent celle qui se mettait aux fourneaux. Elle avait appris à cuisiner en regardant des vidéos sur youtube. Elle aurait eu du mal à prendre modèle sur sa mère étant donné que cette dernière connaissait très peu de recettes. Au fil du temps, la jeune femme avait réussi à se perfectionner. Et en général, sa fratrie n'avait rien à redire à sa cuisine. Sauf quand les uns faisaient rechignaient parfois avec tel ou tel ingrédient. Cali les calmait vite. C'était ça ou rien. Elle faisait toujours attention à ce que ce soit équilibré. S'ils préféraient ensuite avaler un paquet entier de biscuits, cela les concernait. Elle venait de goûter à la sauce tomate, remettant un peu de poivre, quand la porte d'entrée s'ouvrit à nouveau. Elle découvrait rapidement le visage de Chad.

AVENGEDINCHAINS

_________________
...
 
Put all your fears back in the shade. Don't become a ghost without no colour.
Cause you're the best paint life ever made

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Chad Siringo

messages : 606
name : Olivia
face + © : jb + stellar witch
multinicks : lydia, emerson, harper, jax, parker, stella, zoya
points : 342
age : twenty-six
♡ status : wandering
work : washing dishes @ mickey's + delivering pizzas
home : w/ too many siringos

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (closed) kelley, rufus, crys, clarissa, lennon, cali

Words are all we have (Chali) Empty
Message· · Sujet: Re: Words are all we have (Chali) Words are all we have (Chali) EmptySam 14 Sep - 19:03

Il aurait dû être rentré depuis plusieurs heures. Enfin… “dû” était relatif puisqu’il faisait ce qu’il voulait, comme chacune des personnes qui habitaient chez les Siringo. Même les plus jeunes, encore des adolescents, menaient leur barque comme ils l’entendaient. Il n’avait aucune idée de ce que fabriquait Clarissa, la plupart du temps, et peut-être ne valait-il mieux pas, d’ailleurs. Cash préférait l’intimité de sa chambre au chahut du salon quand les jumeaux étaient là et il n’y avait guère que Cody, le plus obéissant (et le plus responsable, il le soupçonnait) qui semblait vivre normalement dans cette baraque. Il n’empêchait qu’il avait terminé son service au Mickey’s plusieurs heures plus tôt et qu’il n’était pas censé livrer ce soir, ce qui aurait dû lui laisser tout le loisir de rentrer pour se reposer. A la place, Chad avait échoué dans un bar et avait éclusé quelques bières - il en avait perdu le compte, assez, en tout cas pour rentrer en zigzagant légèrement avec un casque mal attaché. Il n’aspirait pas spécialement à retrouver les quatre murs de sa chambre, du salon ou de la cuisine. Il n’en éprouvait plus aucun plaisir depuis la mort de Caleb, en vérité, mais la sensation s’était accentuée à son retour, quelques mois plus tôt, quand il était reparu après avoir déserté sans prévenir. Il ne s’était évidemment pas attendu à un accueil joyeux mais de là à percevoir l’hostilité des uns et des autres, il y avait encore eu un gouffre.
Cela allait mieux, depuis quelques semaines, du moins en avait-il l’impression, mais c’était peut-être uniquement à cause de cette sensation que la famille s’était disloquée et ne tenait plus vraiment la route. Comme s’ils n’étaient plus liés les uns aux autres que parce qu’ils étaient des Siringo et que ce nom à lui seul voulait tout dire. Mais il en doutait presque, à présent, alors qu’il ne savait pas quoi faire pour retrouver l’ambiance d’avant, leur complicité d’antan. A croire que Caleb avait été le ciment de ce clan et que sa disparition les avait éparpillés aux quatres vents. Mais Chad savait qu’il y avait une part de vrai: Caleb, malgré sa discrétion, avait été celui qui les liait tous, il avait un lien particulier avec chacun, là où Chad avait l’impression que certains de ses frères et soeurs étaient des étrangers.
Comme Cali, par exemple.
En pénétrant dans la maison et en humant la délicieuse odeur du repas en préparation, Chad imagina sans mal sa soeur aux fourneaux. Leur mère ne se fatiguait plus à cuisiner depuis longtemps - même si elle ne se gênait pas pour se servir dans les provisions ou dans les restes de pizzas stockés dans le frigo. Crys ne vivait plus là et il n’avait clairement pas pris le relais. Il aurait dû éprouver un minimum de reconnaissance à l’égard de la jeune femme qui s’évertuait à partager ses talents culinaires mais sa récente absorption d’alcool l’avait rendu maussade et c’est donc un avec un grognement qu’il accrocha sa veste au portemanteau du hall avant de se diriger vers la cuisine. Il aurait pu prendre l’escalier et monter directement à l’étage, évidemment, cela lui aurait évité une conversation forcée avec sa cadette, mais il n’avait rien mangé depuis le paquet de frites qu’il s’était enfilé à sa pause, vers midi, et son estomac le rappelait à l’ordre.
Le jeune homme pénétra dans la pièce qui embaumait le délicieux parfum d’une sauce bolognaise et marmonna une vague salutation en allant droit au frigo où il s’empara d’une canette de soda. Il la décapsula et se laissa tomber sur une chaise avec un soupir avant de boire plusieurs longues gorgées du liquide pétillant. Les bulles lui irritèrent la gorge mais la douleur était bienvenue et avec un peu de chance, elles lui ôteraient la brume qu’il avait dans le regard et qui trahissait sans doute son état d’ébriété actuel.
- Notre vieille est pas là? s’enquit-il avant d’avaler une nouvelle rasade de soda.
En vérité, il était mal à l’aise. Il n’avait jamais rien eu à dire à Cali. Elle avait été instinctivement écartée à sa naissance, parce que le duo Crystal-Chad ne pouvait souffrir la présence d’un troisième membre. C’était parfaitement absurde, évidemment, mais à l’époque, c’était ce qui avait paru naturel, c’était avant que la famille ne cesse de s’agrandir. C’était avant qu’ils soient neuf, c’était avant qu’ils ne soient plus que huit.
Leur monde n’avait eu de cesse d’être ébranlé, par les choix hasardeux de leurs parents, par l’emprisonnement de leur père, par l’incapacité de leur mère à être une mère décente. Ils avaient dû se forger seuls. Ils avaient été ensemble, toutes ces années, mais ils avaient aussi été étrangement seuls. Du moins était-ce le sentiment qui ressortait chez Chad depuis la mort de Caleb, comme si le décès de ce dernier lui avait ouvert les yeux, l’avait forcé à considérer leur clan autrement et non plus comme un joyeux chaos qui s’en sortait comme il pouvait. C’était plus complexe que ça et, par conséquent, il était plus difficile d’agir sur le noeud du problème. Chad n’avait pas le tact de Caleb, Chad n’avait pas le quart de la complicité de son frère avec les autres, Chad n’était pas le dixième du frère que Caleb avait été. Il ne savait dès lors pas comment s’y prendre avec Cali, qu’il avait toujours malgré lui considérée comme hautaine, comme si elle était sûre de n’avoir pas mérité de naître dans une famille dysfonctionnelle comme la leur. Mais sur quoi se basait-il quand il n’avait jamais cherché à nouer un lien avec elle? Et avait-il le droit de chercher à réparer cette faute qui avait duré toute leur vie commune, uniquement pour honorer la mémoire de leur défunt? Chad redoutait que ça passe pour de l’hypocrisie et peut-être que ça en était, en un certain sens.
- T’en as eu pour combien? demanda-t-il en sortant son portefeuille, conscient que Cali avait sûrement payé de sa poche, une fois de plus.

_________________

Have you ever wished you could rewind, pick up all the pieces of the life you left behind ? Have you ever lived on borrowing time, knowing your mistakes are chasing you down from behind ? But, don't hold me, cause I am falling back down and I wouldn't wanna see you hit the ground. But little darling you found my heart in the lost and found but the scars they still follow me around.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Words are all we have (Chali)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A&R ~ Two words. I'm horny
» (Asmae) “In three words I can sum up everything I've learned about life: it goes on.”
» From thought to words, from words to actions (rebels)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Bridgewater Way-
Sauter vers: