hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
No. 1 Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
No. 2 L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

Partagez
 

 we are friends, are we not ? (c/x)

Aller en bas 
welcome to badlands.

Xavi Moroe

messages : 345
name : sow — pomeline.
face + © : sebstan ~ livia.
multinicks : lola and blake.
points : 883
age : thirty-three yo (03/11).
♡ status : divorced from georgie, still in love with her, lily jean's dad.
work : heir, ceo.
home : a villa @ ocean avenue.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : nope/ lucy, billie, charlie, ali, citra.

we are friends, are we not ? (c/x) Empty
Message· · Sujet: we are friends, are we not ? (c/x) we are friends, are we not ? (c/x) EmptyDim 15 Sep - 17:23

@citra leviani.
(fin août 2019)
came to the world at a time when
it was in need of a villain
an asshole, that role i think
i succeeded fulfillin'


Emmerder le monde était son passe temps favori et plus encore depuis son installation à Windmont Bay. Il s'agissait de l'une des rares activités qu'il pouvait pratiquer à temps complet et qui ne le lassait jamais. Xavi avait dégoté une flopée de souffre douleurs dans le coin, plus ou moins amusant à leur niveau. Néanmoins, Georgie restait sa petite préférée pour des raisons évidentes : il arrivait à la faire démarrer au quart de tour et elle le lui rendait bien. Car être un trouble fête était une chose, avoir du répondant en face en était une autre et qui mieux que son ex femme faisait ça ? L'héritier avait donc pris l'habitude de débarquer chez elle sans prévenir, laissant son imagination vaquer à la façon dont elle ouvrirait la porte et lui cracherait son venin au visage. Il avait parfaitement conscience que son comportement était plus que limite et qu'il n'obtiendrait sûrement pas gain de cause de cette manière. Il s'accordait néanmoins sur un point : il la voyait et c'était amplement suffisant pour l'instant. Aussi, lorsque son index s'écrasa à plusieurs reprises sur la sonnette, le jeune homme afficha d'avance son sourire le plus mielleux, signe d'arrogance chez lui. Mais quelle ne fut pas sa déception lorsqu'une autre personne ouvrit la porte et qu'il opta pour une moue boudeuse. « Citron vert ? Georgie est pas là ? » questionna-t-il en plongeant son regard dans celui de son interlocutrice. Citra - citron vert ou jaune pour les intimes, donc lui - était la meilleure amie de son ex femme. Une espèce d'italienne à l'allure parfois souillon, qui lui rappelait étrangement les nanas croisées au détour d'un bordel miteux d'Amérique du sud. Un point qu'il se gardait bien de préciser, tandis qu'il reprenait déjà son sourire de petite con prétentieux tout en la dévisageant. Mais son regard ne s'attarda pas bien longtemps sur son visage et prit le soin de parcourir son corps - comme toujours - pour en apprécier les courbes et se faire une idée de ce qui se cachait sous ses vêtements. Xavi avait toujours pris les femmes comme des morceaux viandes. Marié ou non, il n'avait jamais fait évoluer ce point et avait toujours tendance à observer la gent féminine avec intérêt : mais ne lui avait-on pas si ardemment répété que si Dieu lui avait offert des yeux, c'était bien pour en profiter ? Un point qu'il prenait au pied de la lettre. « T'as pris un poids depuis la dernière fois, non ? » lança-t-il en fronçant les sourcils alors qu'il s'installa dans l’entrebâillement dans la porte. Son index vint s'écraser sur le bidon de Citra sur lequel il appuya à trois reprises comme pour lui prouver qu'il fallait remodeler tout ça. Xavi, dans toute sa splendeur, avait toujours le don de commencer une conversation. Mais de la façon dont il se souvenait du caractère de Citra, nul doute qu'elle renchérirait dans la foulée pour le remettre à sa place. Et c'était peut être ce détail qui lui avait permis d'oublier Georgie un instant, car son interlocutrice était tout aussi mordante que son ex femme - elles n'était pas meilleures amies pour rien, après tout.

_________________

“ time goes by and
still i'm stuck on you ✩.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
driver roll up the partition please.

Citra Leviani

messages : 996
name : marido @ castiells.
face + © : dakota johnson © turtle.
multinicks : alexandrine, eliot, tori.
points : 682
age : twenty eight years old.
♡ status : vodka or white wine.
work : pole dance girl, and instagirl newbie.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {0/3 : free} : georgie, resen, xavi.

we are friends, are we not ? (c/x) Empty
Message· · Sujet: Re: we are friends, are we not ? (c/x) we are friends, are we not ? (c/x) EmptyJeu 14 Nov - 20:11

En retard, une fois n’est pas coutume, Citra trifouillait dans ses affaires à la recherche de vêtements précis dont elle avait un vague souvenir lointain. Ceux-ci n’avaient probablement jamais fait le déplacement jusque Windmont Bay, ce qui ne l’empêchait pas de retourner toute la penderie. Parfois, il était plus facile de s’accrocher à quelque chose, plutôt que d’admettre qu’on s’était planté sur toute la ligne. Ainsi persistait-elle vainement à mettre la main sur une robe à sequins dorés, qu’elle aurait surement oublié si une vieille photo n’avait pas refait surface il y a peu. La pièce de marque était sans nul conteste une merveille et ferait surement mouche auprès de sa victime nocturne avec qui elle se consoler du départ précipité de son ex. Dante avait en effet disparu du jour au lendemain sans aucun mot ni aucune explication même si elle supputait en connaitre les raisons cachées. Les révélations dont elle l’avait gâté non sans une pointe d’ironie avaient probablement eu une influence considérable sur ses motivations à rester dans les parages. Elle espérait toutefois que tout deux trouveraient un moyen d’aller de l’avant à défaut de se comprendre réellement sur ce qui avait été fait. Il était et resterait l’amour de sa vie, elle en était persuadée. En attendant, elle était déterminée à se changer les idées, quand bien même l’instant ne serait qu’une parenthèse éphémère dans une existence chaotique. Dernièrement, elle ne savait plus trop où elle allait, indécise quant à l’avenir et son travail, qui n’en était pas vraiment un en définitive. Elle vivotait, ici ou là, voilà tout. La sonnerie stridente de la porte d’entrée sur laquelle on appuyait lourdement, l’extirpa de ses pensées. Pestant en jargon italien, elle alla ouvrir, curieuse de voir qui se tenait de l’autre côté. Si elle avait eu bon espoir pendant une seconde de voir le délicieux visage Dante, l’enchantement disparu aussitôt face à la vision nettement moins agréable de Xavi. L’ex-mari de sa meilleure amie, qui n’avait pour seule qualité de ne pas être trop degueulasse, si on appréciait les mecs de taille ridicule à l’air idiot. De loin il ressemblait à un playmobil avec son sourire figé qu’il devait s’imaginer être l’artifice idéal pour séduire les femmes. A la mention de son surnom, elle leva les yeux au ciel, désabusée mais au combien habituée. C’était toujours comme ça entre eux… Un enchainement de piques et de rires amères jusqu’à l’abdication – ou non – de l’adversaire. En l’occurrence, elle n’était pas spécialement d’humeur à jouer, cependant elle avait sa fierté à sauver. « Nope, elle m’a même dit : si il revient ramper dans les parages dis-lui d’aller se faire foutre. » A peu de choses près on était proche de la version originale, tout aussi vulgaire que la sienne. Leurs regards se croisèrent, à mi-chemin entre le dégout et l’amusement relatif d’une conversation qui partait sur un mauvais pied. Son œillade intempestive sur ses courbes ne lui échappa pas, pourtant elle ne fit pas le moindre commentaire. Pas toute suite du moins, car lorsqu’il reprit la parole pour critiquer son poids, elle s’offusqua dans la foulée. « Et toi ta connerie a l’air de prendre encore plus de place qu’avant c’est le comble. » Bientôt il n’y aurait plus rien à sauver, hormis peut-être son argent – et encore. « Non toccarmi, stronzo. » D’un geste de la main, elle chassa ses doigts sales de son ventre puis referma brusquement le panneau bois pour le pousser de l’entrebâillement où il s’était installé malgré l’absence d’invitation. « Qu’est-ce que tu veux ? Je dois prends un message ? » Qu’elle finit par demander en rouvrant légèrement le battant, quoi que sur ses gardes puisque les hostilités commençaient tout juste, elle ne le connaissait que trop bien pour cela.

_________________

I'm in a getaway car, I left you in the motel bar, I put the money in a bag and stole the keys that was the last time you ever saw me | @ tswift.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
we are friends, are we not ? (c/x)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Harbor Row-
Sauter vers: