AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 N°1670 - Une soirée plus que mouvementée | pv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: N°1670 - Une soirée plus que mouvementée | pv Mer 3 Mar 2010 - 2:47

Une soirée plus que mouvementée...




Dimanche 6 février 2011, 19h21
► Miami ~ Ocean Grove ~ N°1670, apple road


Le soleil se couchait lentement au-dessus d’Ocean Grove, apportant une agréable fraîcheur à tout le quartier. Assit à la table en bois de la terrasse, au bord de la piscine, Romain terminait de taper un rapport sur son Imac portable. Le jeune homme avait passé la soirée à travailler. Puisqu’il était seul et que rien ne l’intéressait ce soir à la télévision, il s’était dit qu’il pourrait - pourquoi pas - s’avancer un peu sur ce qu’il avait à faire demain au bureau. Poliment, il avait décliné l’offre de son séduisant voisin de venir partager avec lui un barbecue en présence de quelques-uns de ses collègues. Romain ne se sentait pas de très bonne compagnie ces derniers temps. David lui manquait et cela jouait beaucoup sur son moral, surtout le soir lorsqu’il devait se coucher dans son grand lit vide. Ce fut donc seul et tout en dégustant une assiette de spaghetti au saumon et en terminant le fond d’une bouteille de vin qu’il s’était posé sur la terrasse avec son portable comme seul compagnie.

Au fond du jardin, Django, le berger allemand de trois ans, grognait et grattait la terre. Encore une fois, il chassait les taupes, ce qui commençait à devenir problématique vu l’état dans lequel il laissait la pelouse après son passage. Avec un soupir qui en disait long sur sa lassitude qu’il éprouvait à réprimander ce chien, Romain se leva de sa chaise et il traversa rapidement la pelouse.

« Qu’est-ce que tu fais encore, satané clébard !? » demanda-t-il alors que le chien enfouissait son museau dans le trou creusé par une taupe. « T’es pire qu’une pelleteuse ! Arrête maintenant ! Tu vois bien qu’elle est loin dans le sol ! »

Ce fut l’instant que choisi un visiteur pour sonner à la porte d’entrée. Excité par sa chasse, Django sortit la tête de son trou et il se mit à aboyer, puis à détaler. Romain tenta de l’attraper au collier mais il ne réussit qu’à l’effleurer. Comme un fou agité, Django courait en direction la porte d’entrée. Il contourna la piscine, sauta au-dessus des transats et des massifs de fleurs, puis d’un bon impérieux, il bondit au-dessus de la barrière blanche. Romain entendit un cri, ce qui le fit courir plus vite et contourner la maison.

« Django ! Laisse-là tranquille. » ordonna-t-il.

Debout sous le perron, Laurence était la proie d’un Django surexcité. Le chien ne cessait de lui sauter dessus en aboyant, la bousculant brusquement de ses pattes sales. Enervé, Romain tira son chien par le collier et celui-ci fronça des oreilles et baissa la queue, comprenant enfin qu’il devait retrouver son calme.

« Je suis désolé Laurence… il est… intenable aujourd’hui. Ça doit être à cause de la nouvelle lune. » Il fronça les sourcils d’un air désolé devant les vêtements couverts de terre de son amie. « Je paierais pour les dégâts. Il ne t'as pas fait mal ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1670 - Une soirée plus que mouvementée | pv Ven 5 Mar 2010 - 21:58

    Lors du dimanche, Laurence avait profité de sa journée de congé pour faire les corvées chez elle. Après plus d’une demi-journée à laver ses vêtements puis de passer sous tous les meubles de la maison pour enlever la poussière. Ses mêmes meubles offerts par ses parents qu’elle n’utilisait que 2 jours par semaine. Le reste de la semaine, elle partait très tôt le matin pour arriver très tard chez elle. Elle se jetait dans son lit, épuisée de ses dures journées. Parfois, elle continuait de travailler sur certains documents passant quelques nuits blanches. La fin de semaine venait la sauver. Il fallait qu’elle s’habitue au rythme du cabinet où elle travaillait. Évidemment la pression était très forte puisqu’elle était la fille du patron. Elle était brillante et intelligente, mais elle devait garder en tête que la compétition était féroce. Laurence ne voulait pas que son statut joue en sa faveur contre ses collègues. La plupart ne savait même pas qu’elle était la fille de leur patron, et c’était mieux ainsi. Laurence n’appréciait pas le favoritisme, se souvenant de quelques professeurs qui ne l’appréciait pas et d’autres qui au contraire semblait la favorisée contrairement à des élèves moins studieux. Revenue de l’épicerie, Laurence avait déballé ses choses et avait préparé un souper léger. Les 19h passées, elle avait évalué ce qui lui restait à faire comme corvées. Écœurée, Laurence renversa son panier de linge propre sur son lit et le délaissa. S’ennuyant finalement, elle enfila ses souliers et se sauva dans sa cour avant. Esquissant un sourire alors qu’elle avait une vue magnifique sur le soleil qui se couchait lentement. Laurence effectua quelques pas dans la rue, s’amusant à observer les jolies maisons de son quartier. 10 minutes plus tard, elle traversait la rue se dirigeant chez Romain. Laurence n’avait aucune idée s’il était à la maison ou si encore il avait quelque chose de prévu en soirée, mais elle ne perdait rien à aller voir.

    Quelques secondes s’écoulèrent entre le moment où elle sonna à la porte d’entrée et que des aboiements se dirigèrent vers elle. Laurence recula d’un pas face à face au chien de Romain qui semblait légèrement trop content de la voir. Elle laissa échapper un cri alors qu’il sauta sur elle de ses grosses pattes toutes sales. Laurence tituba ne sachant pas où donner de la tête pour calmer cette énorme boule de poil. «Django ! Laisse-la tranquille.» Se fut d’un soupir que Laurence fut soulagée d’entendre la voix de son ami rappelant à l’ordre Django. « Je suis désolé Laurence… il est… intenable aujourd’hui. Ça doit être à cause de la nouvelle lune. Je paierais pour les dégâts. Il ne t’a pas fait mal ? » Laurence baissa les yeux sur sa chemise blanche qui avait tournée rapidement dans les teintes de brun, cadeau de Django.

      -T’a pas à payer pour ça, ce n’est pas ta faute. Elle regarda ses mains toutes pleines de terre. Je crois que ton chien aime un peu trop les visiteurs. Y’a pas de mal si je vais me nettoyer un peu?


    Laurence engageait déjà les pas pour entrer dans la maison de Romain qu’elle avait pris l’habitude d’y visiter souvent. Elle connaissait déjà presque toutes les pièces de la maison par cœur jusqu’à où il planquait ses fameuses bouteilles d’alcool. Faisant son possible pour salir le moins d’endroits possible, Laurence se dirigea immédiatement vers le robinet de la cuisine. D’une main elle tourna le robinet et de l’autre, elle empoigna le savon. Un nouveau cri plus fort lui échappa alors que le jet d’eau fut si fort et soudain qu’elle se retrouva en quelques secondes trempées de la tête aux pieds. Laurence ballotta ses mains devant elle, cherchant un moyen rapide malgré que l’eau continuait de l’arroser. Apparemment, Romain avait un problème de plomberie.

      -Merde!!!!!!!! Romain!!! Aide-moi!!!!


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1670 - Une soirée plus que mouvementée | pv Jeu 11 Mar 2010 - 8:43

Une soirée plus que mouvementée...



Django toujours tenus par le collier, Romain entrouvrit la porte d’entrée à son amie lorsque celle-ci lui demanda si elle pouvait aller se nettoyer un peu. Vu l’état de ses fringues, il ne voyait pas comment il aurait pu lui refuser cela. Il la laissa donc pénétrer dans sa maison sans la suivre. Les pattes et le museau de Django étant fort sales, un petit tour par le garage sous le tuyau d’arrosage était nécessaire s’il ne voulait pas saloper tout le carrelage et les meubles.

« Ouais va y, fait comme chez toi. Je vais en profiter pour décrasser Django, j’arrive tout de suite. »

Alors que Laurence disparue derrière la porte, Romain traîna un Django un peu trop surexcité à son goût vers l’entrée du garage. Il l’ouvrit d’un tour de poignet et ordonna avec autorité à son chien de ne pas bouger. Celui-ci obéit, non sans mal et cela Romain le remarqua. Le beau berger allemand avait la gueule ouverte, la langue sortie et il remuait fort la queue, comprenant sans doute qu’il allait passer sous le jet d’eau… chose qui lui avait toujours beaucoup plus.

« T’as de la chance qu’elle ne me fasse pas un procès ! » ronchonna-t-il en fixant l’embout du tuyau au robinet extérieur avant de commencer à faire couler l’eau sur les pattes de son chien. «Parce que redoutable comme elle est au barreau, ce n’est pas une petite amande que je me serais ramassé ! Mais carrément une incarcération de 5 ans ! Et toi, direction l’euthanasie dans ce cas là. »

Malgré la pseudo autorité dont Romain faisait preuve avec lui, Django ne resta pas vraiment en place. Le chien gigotait dans tous les sens, excités par ce qu’il pensait être un jeu. Le jeune homme eut bien du mal à se débarrasser de la terre accumulée par son pelage. Il était rendu à nettoyer le museau de l’animal lorsqu’il entendit son amie crier à l’intérieur de la maison. Django poussa un aboiement joyeux tandis que Romain se leva d’un bond, coupant le jet d’eau. Il laissa le chien partir en courant et en sautant vers le jardin, puis rejoignit à pas de course la cuisine. Laurence était en proie à une fuite d’eau qui l’aspergeait à grand jet.

« Quand tu m’as dis que tu voulais te nettoyer un peu, je pensais que tu monterais à la salle de bain ! » s’élança la voix de Romain en traversant la pièce pour l’aider à maîtriser la catastrophe. « J’aurais dû te prévenir que mon installation était défectueuse. »

Sous la pluie artificiel que créait le robinet cassé, glissa sous l’évier pour atteindre la manette et couper l’arriver d’eau. Aussitôt, le calme revint. Le jeune homme se releva, aussi trempé que Laurence. Un sourire en coin vint poindre sur ses lèvres devant la poitrine de son amie qui pointait le bout de leurs mamelons sous son chemisier.

« C’est moi où ce genre de truc, ça t’excite ? » Romain s’empara en rigolant d’un essuie de vaisselle et il le tendit à la belle avocate. « Je parie que tu regrettes d’être venue aujourd’hui, hein ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1670 - Une soirée plus que mouvementée | pv Lun 15 Mar 2010 - 19:10

    Laurence se sentie soulagée alors que Romain débarquait pour venir à son secours. Jamais elle avait imaginé une seconde que l’installation était défectueuse. Après tout, Romain avait oublié de couper l’eau depuis le moment où il avait considérer son robinet défectueux? Mais la situation était si surprenante que Laurence en fit prise de fous rires. Ce n’était pas tous les jours que l’on se faisait renverser par un énorme chien puis que l’on recevait toute une douche. Elle baissa les yeux vers son chemiser avant de se mettre à rire.

    - On dirait que ça t’excite tout autant que moi, tu parles c’est le fantasme du plombier tu sais! Le genre de Mario Bros! Sans la salopette et la moustache cependant.

    Laurence éclata de rire en jetant un œil aux vêtements trempés de Romain ainsi qu’aux siens. Décidément, il ne passait pas un jour de normal avec Romain. À chaque fois qu’elle le visitait ou le rencontrait dans la rue, elle ne pouvait s’empêcher de se dire que les choses n’étaient jamais fades avec lui. Romain était d’une fraicheur que Laurence adorait. Et ce genre d’incident lui changeait de ses jours monotones qu’était remplie ses journées. En effet, elle avait beau eu des visions de grandeur comme avocate il n’en restait pas moins que pour le moment peux de gens avaient fait affaires à ses services. Pour l’instant. Il était évident que c’était parce que beaucoup ne la connaissaient pas et donc ils n’avaient donc pas entendu parler de combien elle était compétente. Laurence ferait tout pour faire parler d’elle-même.

    - Tu me réserves d’autres surprises de la sorte? Elle releva ses manches avec toute la difficulté du monde. Je ne regrette pas d’être passée sauf si j’ouvre ton frigo et que je me retrouve recouverte d’œufs. Il se pourrait que je change finalement d’avis.

    Malgré tout, Laurence souri à Romain alors que le chien faisait des siennes dans le jardin. Sans oser demander de nouveaux vêtements secs, Laurence essuya son visage et ses cheveux dans le linge à vaisselle pour arrêter de dégouliner sur le plancher de celui-ci. Elle tendit finalement le linge à Romain et passa d’un air amusée une main dans ses cheveux mouillés.

    - Alors tu tiens le coup? Je veux dire avec David qui n’est pas encore revenu? Comment tu fais mon vieux? N’importe qui de normal aurait envie de trouver quelque chose pour se… elle pensa un instant et le regard la voix pleine de sous-entendus… défouler?

    Ce n’était pas comme si devant elle, Romain fondrait en larmes pour si peu. Elle savait que son mari lui manquait, mais il savait qu’elle aimait plaisanter autant que lui-même. Les hommes était en quelque sorte leur sujet préféré à tous les deux. Ils n’allaient certainement pas s’en priver. Elle avait aussi envie de lui parler de l’histoire idiote qui lui était arrivé chez son amie Panamee avec ce profiteur de Jovan. Vraiment elle s’était vraiment faite avoir sur ce coup là.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1670 - Une soirée plus que mouvementée | pv Ven 2 Avr 2010 - 2:53

Une soirée plus que mouvementée...



Pendant que Laurence se séchait le visage et les cheveux à l’aide de l’essuie de vaisselle, Romain en profita pour sortir d’un placard une serpillière qu’il étala soigneusement sur le sol. A l’aide de son pied, il l’épongea sommairement afin d’enlever le surplus d’eau et d’éviter ainsi toute glissade. Il ne manquerait plus qu’un accident pour achever prématurément cette visite surprise à l’hôpital. Tout en continuant à rire légèrement comme un idiot en s’imaginant Mario et son frère Luigi débarquer à travers le siphon de l’évier pour les secourir, Romain écouta Laurence. Son amie s’inquiétait pour son moral, ce qui était tout à fait légitime de sa part lorsque l’on savait que l’absence de David devenait de plus en plus longue à mesure que les mois passaient. Plus de quatorze mois sans toucher sa peau. Sans respirer son odeur. Sans pouvoir l’embrasser ou même le regarder dans le blanc des yeux. Comment faisait-il pour résister à la tentation et au vide que laissait l’absence de son époux dans son lit ? Romain ne le savait pas trop lui-même. Son amour pour David était profond et sincère. Il l’aimait à sa manière et bien malin serait la personne capable de le comprendre réellement.

« Si je tiens le coup ? » répéta le jeune homme en essorant le torchon au-dessus de l’évier. « Bien sûr que je tiens le coup. De toute façon, je n’ai pas trop le choix. Je vois mal comment je pourrais faire autrement. Tu t’imagines bien que l’Irak ce n’est pas la porte à côté et que l’armée n’est pas une agence de voyage. Elle se fout bien que j’aille ou non le feu aux fesses en permanence, et que je réclame à corps et à cris la présence de mon mari auprès de moi. »

Il abandonna la serpillière et d’un mouvement de tête, il invita son amie à le suivre à travers sa demeure.

« De toute façon, quand vraiment c’est trop difficile de… contenir mes pulsions… (Il se permit un sourire énigmatique.) j’ai un ami dans mon tiroir de 20 centimètres, quatre vitesses et waterproof, qui sait comment bien me faire décoller. Ca m’évite de trop fantasmer sur les beaux mâles du voisinage, tu vois ? »

Romain emprunta les escaliers, Laurence sur les talons. Il allait bien trouver là-haut de quoi lui offrir de se changer le temps que ses fringues sèches. Si Laurence était venue ce soir, c’était sans doute pour passer un petit moment avec lui à discuter et à se détendre devant la télévision comme ils le faisaient parfois. Avec la jeune avocate, Romain rejoignit donc sa chambre à coucher. D’une commode, il sortit une boite à chaussure dans laquelle se trouvait des vêtements soigneusement pliés. Il dit en les tendant :

« Ma sœur Livia les a oubliés lorsqu’elle est venue me rendre visite l’été dernier. Ce n’est pas ton style j’imagine mais c’est mieux que rien. » Il enleva son tee-shirt mouillé, dévoilant ainsi des épaules bien dessinées et un torse lise et musclé, avant d’entrouvrir son jeans qui glissa un brin sur ses fesses galbées recouvertes de son boxer blanc. L’air de rien, il fouilla sa penderie, peu pudique lorsqu’il s’agissait de Laurence. « Si tu veux te changer, tu sais où se trouve la salle de bain. » Il sortit d’une pile de linge un polo qu’il déposa sur son épaule avant de se tourner vers son amie. « Au fait, et toi ça marche comment avec les mecs ? Raconte moi tes aventures croustillantes petite perverse que je m’envois en l’air pas procuration ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1670 - Une soirée plus que mouvementée | pv Mer 7 Avr 2010 - 5:16

    Laurence pouffa de rire devant Romain qui ne se gênait pas pour lui parler de ses pulsions sexuelles alors que son mari se retrouvait en Irak sans lui donner de nouvelles. Elle imaginait très bien combien cela devait-être difficile pour celui-ci même s’elle ne s’était jamais retrouver dans une telle situation en connaissance de cause. Après tout, contrairement à lui elle n’était pas mariée et avant qu’elle trouve le bon…elle avait encore le temps de désespérée. Suivant Romain dans la maison jusqu’à l’étage supérieur, Laurence commençait déjà à retirer ses bas humides qui avaient trompés dans les flaques provoquer par le robinet qui avait carrément fait des siennes. Que ne fut pas son sourire alors qu’il n’oublia pas de mentionner qu’il avait un « ami dans mon tiroir de 20 centimètres, quatre vitesses et waterproof, qui sait comment bien me faire décoller.» Elle rigola avant de s’interdire toute imagination face à cet ‘’ami’’ sans doute charmant, mais oh combien elle était convaincue qu’il était préférable de lui laisser son mystère. Laurence n’avait pas réellement envie d’en apprendre d’avantage sur se genre d’objets.

      -T’es beaucoup plus équipé que moi je dirais, en fait j’ai jamais vraiment aimé entrer dans ses boutiques avec pleins d’objets bizarres… donc la plupart que je n’ai même pas envie de savoir comment ‘’ça marche’’ ou à quoi ça sert….


    Traversant le cadre de porte de la chambre de Romain, Laurence le regarda faire sachant qu’il allait sans doute lui prêter quelque chose à enfiler pendant quelle ferait sécher ses propres vêtements dans la sécheuse. Elle regarda les vêtements qui appartenaient à la sœur de Romain et pu confirmer d’un hochement de tête que ce n’était effectivement pas son style. Empoignant ceux-ci tout en se relevant, elle sourit alors que sans gêne Romain laissait tomber ses vêtements trempés sur le sol. C’était en le regardant ainsi qu’elle pouvait affirmer haut et fort que c’était du terrible gâchis. « Si tu veux te changer, tu sais où se trouve la salle de bain. » Elle rigola avant de déboutonner sa chemise. « Ça vas, ce n’est pas comme si j’avais à avoir peur que tu me sautes dessus.» Car effectivement, Laurence connaissait assez bien Romain et ses orientations pour avoir rien à craindre à lui montrer des bouts de peau. Les privilèges d’être du gâchis. « Au fait, et toi ça marche comment avec les mecs ? Raconte moi tes aventures croustillantes petite perverse que je m’envois en l’air pas procuration ! » Laurence souria alors qu’elle jeta sa chemise trempée sur le sol en empoignant le vêtement sec qu’il lui avait prêtée.

      -Ça marche pas très bien j’te dirais. Je sais pas ce qu’ils ont les mecs ici mais… elle soupira s’attaquant à son jean. L’autre jour, je vais chez Panamee tu sais celle chez qui je garde pour la dépannée… puis je rencontre ce type. Il s’appelle Jovan, puis je savais qu’il aidait Panamee comme moi… et elle m’a un peu convaincue d’aller le rencontrer. Vraiment ce mec est mignon, il aime les enfants puis il est pas mal … si tu vois ce que je veux dire. Laurence retira son jeans en continuant de parler. Il y avait une sorte, d’attraction peut-être? Ça c’est terminé contre le mur... jusqu’à ce qu’il me balance qu’il ne peut pas parce qu’il a une copine! Je lui ai balancé ma main au visage et puis j’suis partie. C’était la première fois de ma vie que j’ai frappé quelqu’un. Et tu sais quoi Romain? Ça fait mal putain, j’en avais la main toute engourdie! Laurence se leva du lit en enfilant le pantalon aux tons marron, ce qui était horriblement laid. Sinon… il y avait se type… Liam, que j’ai rencontré au Blue Lagoon. C’était une si belle soirée, je n’ai pas arrêté d’y repenser. J’avais envie de le revoir, mais je ne sais pas ce qui me retient… Il travaille à l’hôpital, j’pourrais m’y présenter subtilement… mais en même temps j’aurais peur de déranger. Laurence se retourna vers Romain les yeux brillants. C’était une si belle soirée… on a parlé, j’avoue que l’on a bu beaucoup de verres. Il embrassait comme un dieu. Comme Jovan. Et le PIRE dans tout ça… c’est que c’est mort pour moi depuis 8 mois! Pourtant j’suis pas moche hein? Je devrais mériter du sexe à volonté!


    Finalement changée, une chose était certaine Laurence aimait beaucoup parler. Encore plus avec Romain à qui elle pouvait tout dire sans gêne ni craintes.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1670 - Une soirée plus que mouvementée | pv Sam 24 Avr 2010 - 10:55

Une soirée plus que mouvementée...



Tout en se changeant, Romain écouta Laurence. Assis sur le bord de son lit, il sourit plusieurs fois devant ses explications, et rigola même lorsqu’elle lui parlant de ce fameux Jovan et de la claque qu’elle lui avait mise. Cette nana avait le chic pour vivre des histoires abracadabrantesques. Romain devait reconnaître qu’avec elle, un rien faisait très vite une montagne. Mais ce n’était pas désagréable. Ces histoires étaient toujours hilarantes à écouter. Laurence avait l’art et la manière pour les raconter avec cette pointe d’innocence rafraîchissement qui ne pouvait que le captiver.

« T’y réfléchira à deux fois avant de cogner sur un play boy d’Ocean Grove. » ricana-t-il entre deux explications de son amie qui enchaîna aussitôt sur une nouvelle rencontre des plus… surprenantes.

Romain leva un sourcil intrigué en l’entendant lui parler d’un Liam, docteur à l’hôpital. Il avait lui aussi rencontré un certain Liam dans un bar quelques jours plus tôt. Etait-ce le même ? Combien y avait-il de Liam travaillant à l’hôpital de Miami de toute façon ? Ce n’était pas comme s’il s’appelait James, qui était un prénom assez répandu dans le coin. Romain se demanda de longues secondes s’il devait parler de sa rencontre avec ce type, quitte à énerver un peu Laurence à ce sujet. Il y avait quand même eu flirt et échange de mots tendancieux. Un sourire vint se dessiner sur les lèvres du jeune homme après les explications de l’avocate. Romain se leva en réajustant son polo et avec humour, il dit :

« Huit mois ! Hou lala, t’es sûr de toujours savoir comment elle marche ta boite à plaisir ? » Il récupéra les vêtements humides de son amie qu’il plia par réflexe soigneusement. « Si tu veux, je connais pas mal de gars qui serait sans aucun doute prêt à te satisfaire si vraiment t’es en manque de sexe. Rien que dans le quartier, nous avons pas mal de chaud lapin. Même mariés les types ici, ils couchent à tout va ! »

Il se farda d’un petit air angélique tout en se dirigeant vers la sortie de sa chambre, les fringues de Laurence entre les mains.

« Bien sûr, moi je fais exception à la règle. Ce n’est pas parce que ton fameux Liam m’a dragué l’autre jour dans ce bar que je vais forcément tromper mon mari avec lui. » Il lui jeta un coup d’œil appuyé par-dessus son épaule avant de disparaître par l’encadrement de la porte. Sa tête revient aussitôt avec un large sourire. « C’est un grand brun barbu ton Liam, non ? » Un rire. « Au fait, si tu veux t’amuser avec Mister couillu, il est dans le premier tiroir à droite de la table de chevet ! Evite de me le casser grosse gourmande ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1670 - Une soirée plus que mouvementée | pv Jeu 29 Avr 2010 - 15:50


    « Huit mois ! Hou lala, t’es sûr de toujours savoir comment elle marche ta boite à plaisir ? » Laurence le regarda presque découragée qu’il insinue une telle chose. Après tout, ce n’était pas quelque chose qui était très facile à oublier. « Si tu veux, je connais pas mal de gars qui serait sans aucun doute prêt à te satisfaire si vraiment t’es en manque de sexe. Rien que dans le quartier, nous avons pas mal de chaud lapin. Même mariés les types ici, ils couchent à tout va ! » Laurence éclata de rire face aux propos de Romain qui ne l’étonnèrent pas. Elle avait rencontré quelques hommes dans cette grande ville et plusieurs correspondaient parfaitement au profil que Romain dressait. «Non merci. Je ne raffole pas d’enfiler le rôle de maîtresse… les nuits d’un soir très peu pour moi…Surtout qu’il faut pas oublier qu’on sait pas tout ce qu’on peut choppé en allant coucher à gauche et à droite.» Ses parents lui avaient assez fait peur à se sujet que Laurence était très sérieuse sur se sujet. Elle n’avait eu qu’une seule relation d’une nuit avec un homme qu’elle ne connaissait pas beaucoup et ça avait été suffisant pour elle qu’elle s’attache. Car contrairement à plusieurs, Laurence ne pouvait pas dissocier l’amour du sexe.

    Laurence releva la tête vers Romain alors qu’il s’occupait de ses vêtements trempés. La jeune avocate ne se plaignit pas, habituée que l’on s’occupe de ses vêtements. Laurence n’avait jamais fait sa lessive de toute sa vie. Après tout, c’était les responsabilités de sa femme de ménage et Laurence trouvait que c’était une bonne chose pour cette femme qui avait deux enfants à s’occuper et qui gagnait un excellent salaire à entretenir la maison de Laurence. Mais ça avait comme effet de lui rappeler que ses parents s’occupaient déjà tout même s’elle avait 24 ans et qu’elle habitait à des kilomètres de la demeure familiale. « Bien sûr, moi je fais exception à la règle. Ce n’est pas parce que ton fameux Liam m’a dragué l’autre jour dans ce bar que je vais forcément tromper mon mari avec lui. » Laurence arqua un sourcil devant les paroles de Romain soudainement convaincu qu’il se foutait carrément d’elle. Ce bel homme qu’elle avait rencontrée… qu’elle avait embrassé… était aux hommes? Se passant la main dans les cheveux, Laurence releva les yeux alors que Romain revenait avec un gros sourire. « C’est un grand brun barbu ton Liam, non ? » Sa tête qui se releva puis s’abaissa afin de signifier un oui, Laurence regardait Romain complètement désillusionnée. Le rire de celui-ci la fit soupirer alors qu’elle essaya vivement d’oublier soudainement la soirée qu’ils avaient passée ensemble. Comment avait-elle été aussi stupide? « Au fait, si tu veux t’amuser avec Mister couillu, il est dans le premier tiroir à droite de la table de chevet ! Évite de me le casser grosse gourmande ! » Laurence repassa les paroles de Romain dans son esprit, hésitant à répondre tellement qu’elle était encore sous le choc d’apprendre de telles révélations. Elle avait embrassé un type homosexuel. Peut-être pire. Comme un type aux deux orientations... préférant butiner comme une abeille un peu partout que… Laurence se secoua la tête puis afficha un sourire à son ami. « C’est pas parce que je suis moins équipée que toi que je ne suis pas équipée du tout…» Elle ria. « Ça ne me dérange pas de partager bien des choses avec toi Romain... mais ça ce n’est pas un truc que j’aimerais partager.» Il fallait pas être un idiot pour voir ce qu’elle insinuait. Valait mieux changer de sujet et ne pas aborder celui de Liam. Romain pouvait être content, il l’avait bien refroidit avec ses confidences.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: N°1670 - Une soirée plus que mouvementée | pv

Revenir en haut Aller en bas
 

N°1670 - Une soirée plus que mouvementée | pv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Apple Road & Lemon Street-