hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
No. 1 Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
No. 2 L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
-28%
Le deal à ne pas rater :
Ring Fit Adventure pour Nintendo Switch
59.99 € 82.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 take a bite of my heart. (r/a)

Aller en bas 
fire finds a home in me.

Amber Rusza

messages : 666
name : faustine.
face + © : gerald ⋅ @self, zayn.
multinicks : sami ⋅ resen ⋅ scott ⋅ kate ⋅ kelley ⋅ billie ⋅ jimmy ⋅ jesse.
points : 1014
age : thirty wild years ⋅ [04|11]
♡ status : mh mh.
work : businessman, CEO of an online plateform (sporting field).
home : a big house on ocean avenue, 90% of the time with raphael.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open | raphaël, (ali).

take a bite of my heart. (r/a) Empty
Message· · Sujet: take a bite of my heart. (r/a) take a bite of my heart. (r/a) EmptyLun 30 Sep - 23:05

@raphaël desrosiers.
(september 30th)
Here we go again
We're sick like animals
We play pretend
You're just a cannibal
And I'm afraid I won't get out alive
No, I won't sleep tonight

Le réveil n'avait même pas eu besoin de faire résonner son cri dans la chambre pour le tirer de son sommeil. Sans se l'expliquer, Amber avait passé une de ces nuits où le repos ne venait que difficilement, et repartait avec une facilité déconcertante ; au moins pouvait-il s'estimer heureux de ne pas s'être vu secoué par les mêmes cauchemars qui revenaient en boucle, depuis bien plus longtemps qu'il ne parvenait à se souvenir avec exactitude. Le soleil commençait déjà à tarder à percer le ciel oréganais avec le changement de saison et, après un bref coup d'œil à travers les persiennes de sa chambre, Amber se demanda s'il ne s'accorderait pas un instant de répit, une occasion de se laisser porter par un flegme qui ne lui correspondait que trop peu – l'avait-il seulement expérimenté un jour, tout à chacun était en droit de se poser la question. D'un simple geste, il attrapa son téléphone, tapota l'écran dont la luminosité tenta de l'aveugler quelques secondes avant de se voir baissée et, sans même avoir besoin d'un rappel de la date, glissa son pouce jusqu'à ses emails, s'assurant de la livraison, à temps, du cadeau prévu pour son meilleur ami. C'était une tradition dont ils n'avaient pas besoin. L'un et l'autre étaient parfaitement en mesure de s'offrir eux-même ce que bon leur semblait, jouissant de ressources financières qui ne semblaient pas en finir. Mais justement, le fait qu'elle soit obsolète la rendait importante aux yeux de Rusza, et peu de choses pouvaient se targuer du même honneur auprès de lui. Il n'offrait pas nécessairement des choses d'une grande valeur monétaire, ne faisait parfois que des « petits quelques choses » qui leur correspondaient, mettant une attention particulière dans le choix qu'il n'offrait pas à grand monde en dehors de lui. Son regard se dirigea vers la place, vide, à ses côtés. Celle qui, de plus en plus, était occupée par la silhouette profondément endormie d'un Raphaël de retour de soirée, où Amber ne l'accompagnait plus autant qu'avant. C'était devenu leur rythme. Une façon de faire qui, si elle ne convenait pas totalement au hongrois à cause des habitudes de son meilleur ami lorsque la nuit tombait et que les néons s'allumaient les uns après les autres, faisait partie de leur quotidien et avait été intégrée par l'un comme par l'autre, malgré un déséquilibre dans l'accord. Des fois se laissait-il prendre au jeu de le suivre. Les soirées n'avaient plus la même régularité pour le millionnaire qu'auparavant où, entre les silhouettes collées serrées des pistes de danse, il trouvait son terrain de chasse pour la nuit, et le (les) corps qui l'accompagnerait jusqu'à l'aurore, parfois moins. Mais ça ne faisait plus vraiment partie de son existence. Des inconnus, il n'en croisait plus autant entre ses doigts, ne se rappelait pas avec exactitude de la dernière fois où l'un ou l'une s'était perdu(e) contre lui, au détour d'un virage pour mieux se séparer ensuite. Aujourd'hui, il se contentait d'un verre, ou deux. De la fumée dans ses poumons et du regard posé en biais sur l'homme sur qui il gardait un œil, pour s'assurer que les excès ne l'emmèneraient plus là d'où il était déjà miraculeusement revenu. Amber soupira simplement à cette pensée, et quitta finalement ses draps. Penché en avant sur le comptoir de la cuisine, sa tasse à la main et son iPad sous les yeux, il releva le regard en entendant des pas approcher de plus en plus, jusqu'à le poser sur Raphaël. Il n'avait pas dormi ; tout sur son visage et dans son attitude le démontrait, et ne laissait aucun doute pour quelqu'un qui le connaissait aussi bien que son meilleur ami. Amber esquissa un demi sourire. « Joyeux anniversaire. » La tasse portée à ses lèvres, il porta un instant son attention à son écran, observa les mots qui s'y affichaient et laissa finalement son doigt glisser pour le verrouiller, se redressant vers le français, avancé vers lui. « Tu t'es bien amusé ? » Son sourcil arqué trahissait sans doute, derrière son faux détachement, un ressenti sur lequel il ne mettait lui-même ni mot ni explication – il préférait nettement éviter ça, mais ne doutait pas que Raphaël puis y porter une attention particulière. Peut-être était-ce simplement la pointe de jalousie au creux de son ventre qui parlait, le poussant à poser une question qui, si elle semblait tout à fait naturelle, prenait une forme d'interrogatoire dissimulé pour le hongrois.

_________________

// when you're feeling yourself, i know you're thinking of me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
take a bite of my heart. (r/a)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Ocean Avenue-
Sauter vers: