AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Déjeuner en famille___>> Romain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Déjeuner en famille___>> Romain Jeu 4 Mar 2010 - 18:58


    Jeudi 24 février 2011, 14h27

      Un coup de téléphone fût donné par l'inspecteur Parker de son bureau. Assit sur sa chaise, devant l'écran de son ordinateur, il avait le combiné du téléphone près de son visage, prêt à prendre la parole lorsque quelqu'un aurait la décence de décrocher au bout du fil. L'interlocuteur n'était autre que son jeune frère : Romain. Le petit capricieux de la bande qui, malgré qu'il soit homosexuel n'était pas, au grand bonheur de l'aîné, une diva du dimanche. C'était un homme et il se comportait comme tel. Ceasar ne l'a jamais dit à personne mais lorsqu'il a appris l'attirance de son frère envers les garçons, il a eu une certaine crainte que celui-ci ne change complètement, devenant comme certains cas qu'il a rencontré à New York. Mais non, rien ne s'était passé et l'avant dernier des Parker était toujours comme il était, ce garçon capricieux qui avait un lien étrange avec l'océan. Les parents des cinq enfants avaient sans doute divisé le tout pour être sur que personne ne soit délaissé dans la petite fratrie. Il suffit de voir comment sont les cinq, tous différents et pourtant, ils se ressemblent sur certains points. Attendant toujours une réponde, quelqu'un décrocha enfin le téléphone et la conversation pu commencer.

        Romain ▪️▫️ Allo !
        Ceasar ▪️▫️ Bonjour ! Ici l'inspecteur Parker, pourriez-vous me décliner votre identité s'il vous plait !?!
        Romain ▪️▫️T'es bête quand tu t'y mets ! Comment vas-tu ?
        Ceasar ▪️▫️ Mise à part une histoire de viol étrange, tout va pour le mieux dans ce magnifique commissariat. Dis, je te téléphone pour savoir ce que tu fais mardi prochain ?
        Romain ▪️▫️ A vrai dire, je n'ai rien de prévu mais...
        Le jeune homme fût stoppé avant même de pouvoir terminer sa phrase. Son frère prit la parole, lui coupant la parole pour lui proposer, sans pour autant lui laisser un quelconque choix de réponse, quelle soit positive ou négative.
        Ceasar ▪️▫️ Et bien c'est parfait ! Mardi prochain, nous allons déjeuner ensemble à la Fairway Place ! Il y a un chouette restaurant où ils ont plusieurs spécialité de poisson et je sais que t'adores ça ! Ne prévois donc rien pour ce jour car si tel est le cas, je viens te chercher, où que tu sois ! Allez, je te laisse, j'ai un dossier à préparer ! Bisous


      Ne laissant pas encore le temps à son frère de dire quoique se soit, il avait déjà déposer le combiné du téléphone là où il devait être. Levant un instant les yeux vers le plafond grisâtre qu'il faudrait prendre le temps, un jour, de repeindre, il pensa à ce déjeuner. Cela faisait un moment qu'il n'avait pas vu son frère et comme tout bon frère, il s'inquiétait un peu pour lui. Oui, il avait un boulot qu'il adorait et qui, sans vouloir faire la langue de vipère, lui rapportait un beau salaire mais ce n'était pas tout. Il était toujours seul le soir, malgré la protection de ce chien, il était facile de l'immobiliser. Une certaine inquiétude était donc présente, en plus de vouloir prendre des nouvelles. Allait-il bien moralement ? Mangeait-il correctement ? Lui était-il arrivé quelque chose comme un bras cassé ? Après tout, il était légèrement maladroit. Toutes ces questions qui auraient bientôt des réponses.


    mardi 1er mars 2011, 11h45

    Se lever de la chaise de son bureau. Toute une histoire à vrai dire, surtout lorsque celle-ci a prit les formes de votre fessier vu le temps passé dessus. Ceasar n'avait pas quitter le commissariat aujourd'hui, préparant divers dossiers que les secrétaires ne pouvaient voir sous peine d'être assassinée par la suite. Tout le monde a ses petits secrets et l'aîné des Parker n'est pas une exception. Prenant appui sur les accoudoirs, il poussa et se leva rapidement. Déposant ses mains sur ses fesses, il prit soin de replacer son pantalon correctement. Les petites manies qui ne sont pas très élégantes, on les fait tout simplement loin des regards d'autrui afin de ne pas blesser leur vue sensible. La journée avait bien commencée et il était l'heure pour lui de prendre la voiture et de se rendre à la Fairway place, afin de déjeuner avec son petit frère. Le rendez-vous avait été donné la semaine dernière et, encore une fois, il avait pris soin de prendre le dessus, sans lui laisser le choix. Il vivait seul, il fallait qu'il voit du monde bien qu'il soit au courant qu'il ne passe pas toutes ces journées dans sa jolie petite maison de banlieue avec la pelouse tondue au millimètre près, sans oublier les fleurs toutes plus élégantes les unes que les autres. L'inspecteur vivait aussi dans ce genre de banlieue et son jardin n'était pas aussi beau que celui de son voisin. Il faut dire que niveau jardinage, il n'était tout simplement pas le plus adroit.

    Sa veste en cuir passée et fermée, il prit la paire de lunettes de soleil qui se trouvait dans le tiroir de son bureau et les plaça sur son nez. Un sourire aux lèvres, il glissa une main dans ses cheveux et sortit de son bureau en prenant soin, avant, de mettre ses dossiers dans le coffre qui se trouvait sur son étagère et de le fermer à clé. Certains dossiers ne sont consultables que par lui et personne d'autre. Sortant de son bureau, il ferma la porte et se tourna un instant vers la secrétaire qui, tout les midis, dînait seul à son bureau avec sa petite salade agrémentée de dés de poulet et de concombre.

      Ceasar ▪️▫️ Mika, voulez-vous bien regarder que personne n'entre dans mon bureau s'il vous plait ? J'ai des dossiers en cours d'écriture et je n'ai pas éteint mon ordinateur, je n'ai donc pas envie de tout devoir recommencer. Si jamais ça vous dérange, dites-le moi et j'irais demandé à quelqu'un d'autre.
      Mika ▪️▫️ Non non Monsieur Parker ! je vais faire, vous pas devoir vous inquiétez, personne entrer dans votre bureau, personne !
      Ceasar ▪️▫️ Merci Mika, c'est gentil à vous de le faire.


    Un sourire aux lèvres avant de quitter l'établissement et cette jeune nippone était la plus heureuse des femmes. Après tout, qui ne savait pas qu'elle en craquait pour Ceasar ? Seul elle pensait que personne ne le savait alors que même le principal concerné était au courant et il s'en servait de temps en temps, comme aujourd'hui. Descendant les escaliers, il sortit de l'établissement sans même s'arrêter un instant. Les lunettes de soleil lui permettait de ne pas avoir de désagrément avec l'astre lumineux. Il avança jusqu'à sa voiture, une Volvo S60 2010 couleur champagne qu'il avait achetée l'année dernière lors de sa sortie. Cherchant les clés dans sa poche, il les trouva après moins d'une minute. Un clic et voila le véhicule ouvert. Il entra à l'intérieur, ferma la portière et mit le contact avant de partir en direction de la Fairway Place.

    mardi 1er mars 2011, 12h17

    La voiture garée, Ceasar est non loin de la place. Avançant doucement, les mains dans les poches et le visage au soleil, il a les yeux ouverts puisque la luminosité excessive de l'astre est diminuée par la monture teintée qu'il porte. Les citoyens autour de lui ont tous l'air pressé, le déjeuner est précieux et pourtant, la petite fourmilière s'active pour ne pas perdre de temps. Miami et New York, la grandeur des deux villes n'est pas comparables mais ça n'empêche que l'endroit ensoleillé est comparable en beaucoup de points avec la Big Apple. Il est tout de même vrai qu'ici, il y a beaucoup plus de festivité et la vie nocturne semble bien plus présente, sans oublier le nombre de célébrités qui aiment venir passer du bon temps ici, ainsi que beaucoup de DJ connu dans le monde entier.

    Arrivé à la Fairway place, l'inspecteur s'assit sur un banc présent tout en continuant à regarder les petites fourmis au travers de ses verres teintés. Certains avaient décidés, tout comme lui, de venir déjeuner dans un restaurant. Beaucoup de citoyens faisaient ça, avec des collègues de travail ou tout simplement des amis. Admirant l'architecture des bâtiments, il regardait aussi les noms des différents restaurants. Il se leva et se dirigea vers l'un d'entre eux nommé "L'espadon". Il y entra, retira sa paire de lunettes de soleil et les plia avant de glisser une branche dans la poche supérieur de son manteau, celle présente au niveau de son pectoraux gauche. Un serveur s'approcha de lui avant de prendre la parole.

      Serveur ▪️▫️ Bonjour Monsieur ! Vous êtes seul ?
      Ceasar ▪️▫️ Bonjour ! Non, j'attends quelqu'un. Nous serons deux à déjeuner.
      Serveur ▪️▫️ Très bien Monsieur, suivez-moi s'il vous plait.


    Sans dire un mot, Ceasar suivit ce jeune homme qui devait avoir la vingtaine, peut-être un tout petit plus. Il l'invita à s'assoir à une table pour deux, ce qu'il fit volontiers avant de retirer sa veste et de la déposer rapidement sur le dossier de sa chaise. Il prit son téléphone portable et envoya rapidement un texto à Romain, histoire qu'il soit au courant du restaurant dans lequel il allait déjeuner avec son aîné.


« Salut ! Je suis à L'espadon. Déjà assis, je t'attends. Bisou, Ceasar»


Dernière édition par Ceasar N. Parker le Dim 25 Avr 2010 - 15:57, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Déjeuner en famille___>> Romain Jeu 4 Mar 2010 - 23:22

T'es mon frère pour toujours…




Jeudi 24 février 2011, 14h30
► Miami ~ Bureaux du National Geographic

De quelques pas, Romain s’éloigna à travers le bureau qu’il partageait avec quelques collègues. Le jeune homme était suspendu au téléphone avec son grand frère depuis quelques secondes à peine. Celui-ci exigeait sa présence à déjeuner mardi prochain, chose qui n’arrangeait pas vraiment les affaires de Romain qui ne savait pas s’il serait en mer ou non ce jour-là. Météo changeante oblige, les sorties scientifiques étaient à cette période de l’année à prendre toujours au conditionnel. Si le temps était clément, Romain risquait de ne pas avoir la possibilité de revenir du large pour le déjeuner. Mais allez dire cela à l’inspecteur Parker ! C’était comme souffler contre le vent. Cela ne servait à rien.

Alors qu’il s’apprêtait tout de même à mettre un bémol à l’invitation et à stopper son aîné dans son élan, Ceasar raccrocha, coupant court à toute éventualité de désistement. Qu’il était pénible lorsqu’il agissait ainsi ! Romain avait toujours l’impression que Ceasar le faisait exprès de lui couper l’herbe sous le pied, simplement pour l’agacer et surtout pour montrer qui commandait entre eux. Romain savait qui était le chef de meute. Qui veillait sur l’autre et qui commandait dans la fratrie. Il n’avait jamais tenu à remettre Ceasar à sa place à ce niveau-là, contrairement à Livia par exemple, l’une de ses deux sœurs. Celle-ci se faisait un devoir, voir même une religion de s’opposer toujours farouchement à chacun des ordres de leur aîné.

« Il m’énerve quand il fait ça. » soupira Romain en rangeant son portable dans la poche avant de son jeans. « Je lui ferais bouffer son téléphone tellement ça m’agace ! »
Anita, une plantureuse amazone à la poitrine affolante qui faisait tourner bien des têtes dans la boite, leva les yeux du rapport qu’elle lisait.
« C’était qui ? »
« Mon frère. »
« Le séduisant flic ou le petit gringalet fouteur de merdre ? »
« Le flic. »
Visiblement intéressée, la jeune femme se redressa sur sa chaise de bureau, mâchouillant entre ses lèvres siliconées le bout de son stylo.
« Qu’est-ce qu’il voulait ce séduisant mâle ? Un 5 à 7 avec moi j’espère ? »
Romain esquissa un sourire en reprenant sa place derrière son ordinateur. Il savait très bien que sa collègue flashait littéralement sur son aîné qu’elle n’avait pourtant vue qu’en photo sur son bureau. Ceasar était le genre de type qu’elle aimait s’envoyer.
« Désolé de brider ta libido, mais il voulait simplement m’inviter à déjeuner mardi. »
« Vous n’êtes pas censé sortir en mer ce jour-là ? » intervint Edward, un petit chauve bedonnant qui suivait comme à son habitude toutes les conversations du coin de l’oreille, telle une commère à l’affût du moindre ragot.
« Seulement si les conditions sont bonnes. Ce que je n’espère pas car ça me foutrait les boules de louper cette plongée pour déjeuner avec lui alors qu’il suffirait qu’il passe à la maison pour me voir. »
« Tu dis ça mais je suis certaine qu’en réalité, t’es aux anges qu’il te réclame pour déjeuner. »
Anita avait raison. Dans le fond, Romain était très heureux que Ceasar l’invite à partager un repas. Cela faisait bien trop longtemps que les deux frères ne s’étaient pas vus. Avec les problèmes de pollution d’eau dans les Everglades, ses articles scientifiques pour le National Geographic et ses analyses en haute mer, Romain n’avait plus beaucoup de temps à consacrer à autre chose qu’à son travail. D’un côté, ce n’était pas plus mal car ainsi, ça lui permettait de s’oublier et d’oublier le manque cruel que laissait en lui l’absence de David. Sans compter que depuis quelques semaines, sa libido était sur le point d’exploser. Quatorze mois d’abstinence. Un vrai supplice lorsque l’on faisait régulièrement l’amour autrefois. Autant dans ces conditions se perdre dans une activité qui vous empêche de penser trop à votre vie et à sa solitude.
« Ceasar ne réclame jamais, Anita. » lâcha avec un sourire malicieux Romain. « Il exige. »
« Ca doit être de famille, alors. Tous des capricieux chez les Parker. »
Un coup fut frappé à la porte et aussitôt, celle-ci s’ouvrit sur un livreur tenant un gros paquet dans les bras.
« Anita Dickens ? »
« C’est moi. »
Le livreur s’avança à travers la rangée de bureaux pour déposer devant Anita la boite d’un nouvel ordinateur. L’homme dit en se frottant les mains :
« C’est l’ordinateur que vous avez demandé. »
« Pardon ? » s’étonna la belle blonde. « Depuis quand j’ai ce que je demande moi ? »
« Demandez-le à votre patron. Je suis que livreur moi. »
L’homme quitta la pièce.
« Punaise ! Il a l’air puissant ! Combien de bits là dedans ? »
Un sourire se dessina sur les lèvres de Romain qui l’air de rien lâcha en se remettant au travail :
« Juste une. (Il échangea un regard complice avec Anita.) Mais la bonne. »
Mardi 1er mars 2011, 11h50
► Miami ~ La marina

Assit sur une bite d’amarrage, Romain terminait de vérifier l’embout en caoutchouc d’une bombonne d’oxygène. Puisqu’il faisait beau aujourd’hui et que la houle était calme, une petite équipe de scientifiques était autorisée à sortir en haute mer pour des prélèvements. Romain aurait aimé pouvoir participer à cette expédition mais s’il faisait cela, il risquait de s’attirer les foudres de son aîné. Ceasar avait imposé de déjeuner ensemble aujourd’hui, et Romain se pliait à cette exigence. Le jeune homme n’eut donc pas d’autre choix que de rester à quai. De toute façon, il lui restait pas mal de boulot en retard au labo. Des dizaines d’échantillons de phytoplancton attendaient d’être analysés. Un coup de main de sa part ne serait certainement pas de refus.

« C’est la première fois que j’ai un problème comme ça. Il fallait que j’en parle à quelqu’un. » lui dit Anita en terminant d’enfiler sa combinaison de plongée, combinaison qui faisait encore plus ressortir son opulente poitrine.
« Et c’est moi que tu as appelée ? » Romain la regarda avec amusement. « Prends-tu de la drogue ? »
« Je suis très sérieuse, Romain ! Comment je vais m’en sortir ? J’ai couchée avec le patron et depuis, il m’offre tout ce que je veux. Il s’accroche le bougre ! Il parle quasiment d’officialiser la chose ! »
« Où est le mal s’il t’offre tout ce que tu veux ? Tu sais qu’on à besoin d’une nouvelle photocopieuse ? »
« Traite moi de pute tant que t’y es, crétin ! » s’énerva-t-elle. « Sérieusement, qu’est-ce que je dois faire ? Ce n’était qu’un coup comme ça. »
Romain se leva. Il apporta la bombonne d’oxygène à un homme sur le bateau, puis il regarda sa montre. Il allait très bientôt devoir s’en aller s’il voulait être à l’heure à son rendez-vous avec Ceasar.
« Dit lui que ce qu’il s’est passé était une erreur et que ça ne se reproduira plus jamais. » Il enfila son blouson. « Et si vraiment il s’accroche, menace-le de le traîner en justice pour harcèlement sexuel. Ça va le calmer je crois. »
Anita rassembla ses cheveux pour les nouer en une queue de cheval.
« Rappel-moi à l’avenir de ne plus jamais te demander conseil. »
« Tu devrais être contente de t'envoyer en l'air ! Je payerais cher pour être à ta place moi. Non pas que le patron m'excite, mais j'ai moi aussi envie de jouer avec le service trois pièces de mon homme. »

Tout en riant, Romain s’éloigna sur le ponton, souhaitant un bon après-midi à ses collègues. Il rejoignit sa Peugeot 207 coupée cabriolet noire édition 2010, puis il démarra. Le trajet de la Marina au centre de Miami dura une bonne vingtaine de minutes, et cela à cause des nombreux travaux sur l’un des boulevards principaux. Afin d’être à l’heure, le jeune homme dû couper par quelques petites artères hélas parfois bien encombrée. Il était bloqué à un carrefour depuis cinq minutes lorsqu’il reçu le SMS de son frère. Ceasar était déjà-là et il l’attendait. Romain profita de l’immobilité de la circulation pour lui répondre, un léger sourire espiègle sur les lèvres :

Citation :
Y a un flic qui fait la circulation et comme d’hab, ça fout la merde ! ^_^ Je fais au plus vite. Bisous. <3 Rome.

Romain mit encore dix petites minutes pour rejoindre Fairway place et trouver une place pour se garer. Une fois son véhicule verrouillé et le parcmètre payé, il se pressa pour rejoindre l’Espadon. Comme à son habitude, il était en retard. Il n’avait jamais été un modèle de ponctualité. Il était de notoriété quasi publique qu’il gérait assez mal les distances et le trafic. Lorsqu’il entra dans le restaurant, il eut la désagréable impression d’être attendu depuis un moment par le serveur. Celui-ci le conduisit à la table où l’attendait son aîné. Un sourire chaleureux fendit aussitôt le visage de Romain lorsqu’il croisa les yeux bleus de son frère. D’un signe de tête, il remercia le serveur puis il alla embrasser Ceasar avant de s’asseoir et d’enlever sa veste, restant en simple polo blanc.

« Salut la flicaille ! Je sais que je t’ai encore une fois fait attendre, mais ce n’est pas ma faute pour une fois. Si t’es en rogne, va te plaindre à ce flic qui faisait la circulation et aux employés municipaux qui ont décidés de faire des travaux sur Ocean Drive. » Il regarda sa montre. « Je n’ai qu’un petit et rikiki quart d’heure de retard. » Il se farda de son petit air malicieux qui avait tendance à amadouer le monde. « T’as vu ? Je fais des progrès. Tu ne me félicites pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Déjeuner en famille___>> Romain Ven 5 Mar 2010 - 13:33

    Mardi 1er mars 2011, 12h23

    Les fesses bien coincées dans le fond de la chaise, Ceasar commençait déjà à sentir l'impatience monter en lui. Il n'aimait pas attendre, chose qui était difficile à faire comprendre à son cadet puisqu'il semblait avoir une autre définition du mot ponctualité que la plupart des dictionnaires. Dix voire quinze minutes de retard, il était à l'heure, une demi-heure de retard, il commençait à ne plus se souvenir de l'heure prévue et lorsqu'une heure passait, il était réellement à la bourre. L'inspecteur ne pouvait tout de même se plaindre, il avait l'habitude de ce comportement puisque Romain avait toujours été ainsi. Mais une excuse ne pouvait pas toujours être donnée malgré le fait que le pardon était toujours de mise. Comment pourrait-il lui en vouloir ? Lui avec son visage d'ange et ce petit sourire angélique. Il n'était pas probable voire impossible de le bouder un long moment. Et puis, ils se voyaient tellement souvent qu'il n'allait pas lui faire la morale, il avait bien d'autre chose à lui demander. Levant les yeux un court instant vers le plafond rénové de ce restaurant, le serveur s'approche de lui et prit la parole, sur un ton qui ne plut absolument pas à l'aîné des Parker.

      Serveur ▪️▫️ Vous ne voulez rien commandé Monsieur ?
      Ceasar ▪️▫️ Non merci, je vais encore attendre un peu.
      Serveur ▪️▫️ Je ne veux pas paraître désagréable mais il serait bien plus sage de commander quelque chose. Vous êtes dans un restaurant, si vous souhaitez rester là, vous devez commander Monsieur.
      - Son regard se déposa sur ce jeune homme. Il n'aimait pas être contredit et encore moins recevoir des ordres d'une quelconque personne non qualifiée. Ceasar se leva brusquement, laissant s'échapper un soupire affirmant que son taux d'agressivité venait de monter rapidement. Il prit la parole, restant tout de même calme mais il n'était pas difficile de voir qu'il avait une certaine retenue -
      Ceasar ▪️▫️ Je viens de vous dire que j'attendais encore un peu ! Si jamais vous ne comprenez pas quelque chose dans cette phrase, vous feriez bien de retourner en cours mon jeune ami. Vous n'avez pas l'air de connaître la définition de certains mots... Allez dont vous occuper d'autres clients, comme cette table là-bas. Depuis que je suis arrivé, je les vois vous attendre. Allez, zou !


    Sans un mot, le jeune serveur baissa les yeux et partit en direction de la table indiquée par l'inspecteur. Agresser les plus jeunes n'étaient pas dans sa nature mais là, il ne supportait pas la façon dont il venait d'être interrompu. Malgré ça, le temps venait de s'écouler plus rapidement vu cette minuscule altercation. Sortant son portable de sa poche puisqu'il entendit la sonnerie qui lui indiquait qu'il venait de recevoir un texto, Ceasar ouvrit le message et vit que son frère serait en retard. Un sourire aux lèvres, il savait que le service circulation aimait ennuyer son monde mais là, il se fichait royalement du monde. Pourquoi aller, maintenant, sur les routes ? Il est vrai que l'heure du déjeuner est là mais à chaque fois, tout va bien et là, ils y vont alors qu'une fois qu'il y a un accident et que la société a besoin d'eux, ils restent dans leur bureau à relire des rapports datant de plusieurs mois, histoire de feinter une occupation passionnante.

    Mardi 1er mars 2011, 12h30

    Le portable collé à l'oreille, Ceasar venait de recevoir un coup de téléphone de la fameuse Mika. Un homme d'âge mur était entré dans le commissariat et avait demandé à parler à l'inspecteur Parker, ce qui était difficile puisqu'il était actuellement au restaurant, assit à attendre son frère qui était, une fois de plus, en retard. Bref, ce sujet à déjà été commenté. Cet homme possédait un fort accent russe, d'après ce qu'avait dit la nippone. Afanasy Aristarkh ! Mais pourquoi avait-il été jusque là pour discuter avec lui ? La plupart du temps, il laissait un message vocale sur sa boîte de réception pour lui donner les coordonnées d'un rendez-vous afin de discuter à deux, tranquillement. S'il avait fait le voyage, c'est tout simplement parce que ça devait être plus grave que d'habitude. Avait-il fait une erreur ? A moins qu'il ait le fisc au cul et qu'ils doivent argumenter chacune de ces transactions ? Seule chose à faire à présent, passer un coup de téléphone à son vieil ami russe pour savoir ce qu'il se passait ou, au moins, se donner rendez-vous dans un endroit calme. Le nom de son ami trouvé dans son répertoire, il cliqua et positionna sur mobile près de son oreille. Quelques sonneries plus tard, il décrocha.

      Ceasar ▪️▫️ Allo Afanasy, ici c'est Ceasar ! J'ai appris que tu étais passé au commissariat !
      Afanasy ▪️▫️ Mon ami ! Oui, je t'ai rendu une petite visite mais tu n'étais pas là. J'aurais besoin de te voir pour une affaire urgente, j'ai eu un petit soucis avec l'un de mes employé.
      Ceasar ▪️▫️ Très bien, on peut se voir du week-end si tu le souhaites ? Tu passes à la maison et on discutera autour d'une bonne vodka... ?
      Afanasy ▪️▫️ Pourquoi pas ! Tant que te vois, c'est le principal ! J'aurais aussi quelqu'un à te présenter Ceasar !
      Ceasar ▪️▫️ D'accord, passe après 18h00 alors. Prend cette personne avec toi si tu le souhaites, j'ai déjà hâte de la rencontrer.
      Afanasy ▪️▫️ Bien ! Tu devrais l'apprécier ! Elle est de passage pour quelques jours avant de retourner en Russie mais je tenais absolument à te la présenter. Tu vas voir, elle est exquise ! Bon, j'apporterais la vodka. La tienne est dégueulasse et je me demande même comment tu peux boire ça ! Je vais retourner à mes occupations mon ami. A très bientôt !


    A peine eut-il raccrocher que son petit frère entra dans le restaurant. Le voila, lui. Après tout, ce n'était pas plus mal qu'il ait un peu de retard, il n'a pas été témoin de ce coup de fil étrange ainsi. Chacun sa petite vie et de temps en temps, on se retrouve devant un bon repas pour discuter un peu des choses que l'on souhaite dévoiler à la famille, tout en gardant bien enfermée ce que l'on ne souhaite pas divulguer. S'approchant de lui, Ceasar se leva lorsqu'il s'approcha et l'embrassa. Il s'assit de nouveau, le regardant un court instant retirer sa veste afin de dévoiler ce polo blanc. Les salutations faites, il l'écoute avant de prendre la parole et de lui répondre.

      Ceasar ▪️▫️ J'irais me plaindre ! Tu n'as qu'à jouer de tes relations la prochaine fois et dis que tu es mon frère. Ils te laisseront passer sans aucun problème, vu le dernier scandale que j'ai fait, ils n'oseront rien te dire.


    L'inspecteur de police avait, en effet, laisser son poing s'écraser sur le visage d'un ouvrier qui ne faisait qu'une chose : réparer la route. Passant en voiture par-là, Ceasar avait tout simplement osé dire quelque chose à cet homme qui l'avait mal pris. Il s'était approché de lui et lui avait demandé de sortir du véhicule, ce qu'il avait fait et dans ses propos, il avait laissé entendre "petit con". Son sang n'avait fait qu'un tour et il s'était tout simplement jeté sur cet homme, lui laissant quelques cadeaux qu'il n'était pas près d'oublier. par la suite, il avait reçu un avertissement à son boulot mais son argumentation avait été tellement convaincante qu'il avait réussi à s'en tirer correctement. Un sourire aux lèvres, il ne tarda pas à voir cette moue malicieuse. A partir de cet instant, il lui était strictement impossible d'en vouloir à son frère. Il savait jouer avec les gens, se faire pardonner devait être une spécialité dont il avait hérité de notre chère mère qui, elle aussi, arrivait toujours à avoir le pardon des siens. La famille, toute une histoire. Lançant un regard au serveur qui passait à présent derrière Romain, il prit la carte en lui répondant.

      Ceasar ▪️▫️ Félicitation Romain ! La prochaine fois, tu tentes d'arriver dix minutes plus tard... Passons, ce n'est pas grave, j'ai eu de quoi m'occuper lorsque je t'attendais. Sinon, tu vas bien ? La solitude ne te pèses pas trop ? Tu sais, je me répète peut-être mais tu passes à la maison quand tu veux. Je me suis abonné à un nouveau truc et maintenant, tu commandes même tes films avec ta télécommande. J'ai justement un énorme paquet de popcorn à la maison, donc... Gardes cette invitation quelque part. - Il accompagna la fin de sa phrase d'un petit clin d'oeil.


Dernière édition par Ceasar N. Parker le Dim 28 Mar 2010 - 13:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Déjeuner en famille___>> Romain Sam 6 Mar 2010 - 11:19

T'es mon frère pour toujours…



Pour avoir déjà assisté à ce genre d’événement en spectateur possédant l’immunité, Romain s’imaginait très bien le genre de scandale qu’avait pu faire son aîné. Il n’y avait pas que les oreilles des employés municipaux qui avaient du chauffer ce jour-là. Si Romain était le charmeur capricieux de la famille à qui on avait du mal à résister, tout le monde s’accordait à dire que Ceasar quant à lui en était la grande gueule agressive. Il était le guerrier et le protecteur du clan, celui qui menait et qui aimait se faire obéir par ses cadets. D’un tempérament explosif, il était de notoriété chez les Parker qu’il valait mieux ne jamais réellement contrarier le policier, sans quoi on risquait gros, très gros même. Si Ceasar n’avait jamais levé la main sur ses proches (le contraire n’étant pas vrai car Romain, dans ses élans excessif, lui avait déjà plus d’une fois lancer dessus ce qui lui passait sous la main, au point un jour de lui casser le nez…), il avait cependant plus d’une fois levé le ton, briser des jouets et déjà fait trembler par le passé ses frères et sœurs… bien que maintenant il était de plus en plus difficile pour lui d’arriver à les intimider par sa simple grosse voix.

« Je n’uses de mes privilèges qu’à bon escient, et tu le sais. Ce n’est pas moi le méchant de la famille. » lui avait-il répondu avec un petit sourire espiègle. « Mais je n’hésiterais pas à t’appeler lorsque j’aurais une contravention. »

D’un hochement de tête, il remercia le serveur qui venait de lui tendre la carte. Romain remarqua un petit regard fuyant de la part du garçon de salle, comme si celui-ci craignait de croiser le regard de son aîné. Il ne lui fallu pas plus pour en déduire que lui aussi avait fait les frais d’une petite altercation avec le tyran Parker. Un sourire aux lèvres et tout en lisant le menu, Romain écouta son frère s’inquiéter pour lui, et lui proposer de rompre sa solitude en venant regarder un film à la maison. C’était étonnant la facilité avec laquelle Ceasar pouvait passer de l’homme dure et autoritaire, au grand frère protecteur, tendre et à l’écoute. Romain avait conscience de sa chance.

« Je vais bien Ceasar. » dit-il en relevant les yeux vers lui, ce qu’il regretta aussitôt d’avoir fait car il lui était impossible de mentir très longtemps à son aîné.

Le grand homme possédait un don, voir même un sixième sens concernant ses proches. Il était capable de desceller le vrai du faux. De voir dans les yeux de Romain les non-dits et les mensonges. Si Romain arrivait à amadouer son monde et à les mener en bateau lorsqu’il mentait, avec Ceasar, ce genre de manipulation ne marchait jamais. Conscient que son regard l’avait trahit, Romain enchaîna tout de suite en déposant devant lui la carte ouverte :

« Je ne vais pas te mentir et prétendre que je m’éclate tous les jours, mais ça va je t’assure. Ne t’inquiète pas pour moi. Je supporte son absence. Il me manque beaucoup c’est vrai, mais j’ai trouvé un moyen de ne plus trop y penser. Mon travail me permet d’oublier le vide qu’il a laissé à la maison, et la frustration qui a envahit mon lit. » Il esquissa un sourire amusé. « Et puis Django est-là pour me tenir compagnie et faire du bruit à longueur de journée. » Il plongea profondément son regard noisette dans l’océan bleu des yeux de son frère. « Tu vois quand même bien que je suis en forme et épanouit malgré tout, non ? »

Il récupéra la carte à deux mains et se remit à passer en revue les nombreux plats tous composés de poissons ou de fruits de mer. Ceux à base de noix furent aussitôt enlevés de sa liste de choix potentiel.

« Je n’ai justement rien à faire ce week-end. Je pourrais venir squatter chez toi jusque lundi et te donner mon avis sur ton nouvel abonnement. Ça fait longtemps que je n’ai plus vu les murs trembler à cause de tes ronflements. Ils me manquent presque tes grognements de cochon en rut. »

Un léger rire suivit cette vanne devenue récurrente dans la famille Parker pour taquiner Ceasar.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Déjeuner en famille___>> Romain Sam 6 Mar 2010 - 20:06

    mardi 1er mars 2011, 12h45

    A bon escient, voila quelque chose qui ne voulait pas dire grand chose pour Ceasar. La notion de bien et de mal était perçue différemment par chaque personne. Il est vrai qu'elles se rejoignaient souvent sur quelques points : voler et frapper autrui c'est mal tandis qu'être aimable et aider dans le besoin, c'est bien. Pour quelques autres, ces notions n'étaient pas toujours parfaitement définies et, il arrive de temps à autre, que chacun d'entre nous fassent un acte qui est considéré comme mal, mais il s'est tout de même produit. Tout cela peut sembler étrange, sans oublier cette petite chose qui dit que dans tout bien, il y a un minimum de mal et vice versa. L'inspecteur de police prenait en compte cela et, même s'il prônait la justice avant tout, il n'était pas le genre de personne à prendre peur pour avoir dévier légèrement de la bonne ligne. Exemple tout simple : il lui arrivait fréquemment de laisser parler ses poings, une fois que la parole n'avait plus aucun sens. Et puis, son impulsivité joue beaucoup sur ses réactions puisqu'il lui arrive fréquemment de perdre cette fameuse notion de bien et de mal suite à celle-ci.

      Ceasar ▪️▫️ Je n'ai pas le rôle du méchant, je sais simplement qui appeler en cas de besoin !
      -Apercevant le sourire de son cadet. Il avait comprit qu'il le taquinait. Il lui fit un clin d'oeil complice avant de reprendre la parole. -
      Ceasar ▪️▫️ Pour ce qui est des contraventions, je verrais si je suis apte à te les faire sauter. Après tout, une personne honnête les payerait sans rechigner
    .

    La carte fut donnée par le serveur incompétent selon Ceasar. Il la prit et laissa apparaître un léger sourire qui avait pour fonction de remercier ce jeune homme mais il semblait plus hypocrite qu'autre chose et laissait bien transparaître ce qu'il pensait, un merci qui affirmait par la même occasion qu'il n'était pas du tout penser voire même ironique. Son regard le fusilla un court instant avant qui ne le dépose dans la page des menus. Les descriptifs n'étaient pas de bonnes augures pour lui, vu le nombre de plait comportant des tomates ainsi que des carottes mais il lui serait facile de demander à ce qu'on les retire. La simple cause à tout ceci : ses allergies. Romain étaient allergiques aux noix, lui était allergique à d'autres choses dont le lactose qu'il n'arrivait pas à digérer, ce qui semblait être une conséquence d'une allergie aussi. Les plats à base de crème étaient, eux aussi, rayés de la carte par l'inspecteur.

    C'est alors que Ceasar commença à prendre des nouvelles de son frère, lui demandant si tout allait bien. Sans oublier qu'il lui proposa aussi de passer un petit moment chez lui afin d'oublier cette solitude qui s'était installée depuis plusieurs mois maintenant. L'aîné des Parker avait déjà proposé cela à son frère et ils leur étaient déjà arrivé de passer quelques jours ensemble, que ce soit chez l'un ou l'autre. Levant les yeux un court instant, le cadet prit la parole afin de dire ce que son frère souhaitait entendre : il allait bien. Une partie de vérité était dites mais il y avait aussi cette chose qui n'allait pas, comme s'il souhaitait tout simplement rassurer l'inspecteur qui comprit tout de suite que ce n'était pas tout à fait la vérité. Il n'eut tout de même le temps d'en placer une que Romain reprit la parole afin d'argumenter ses dires. SE jeter à corps perdu dans son travail, c'était presque ce qu'il faisait. Soupirant un court instant tout en secouant très légèrement la tête de gauche à droite, il écouta la question de son frère avant de reprendre la parole, sur un ton sérieux accompagné de son visage froid qu'il avait l'habitude de prendre lorsqu'il commençait enfin à parler sérieusement.

      Ceasar ▪️▫️ Oui oui, parfaitement ! Tu as l'air en pleine forme même et tu gardes cette gueule d'ange qui font que je commence à te jalouser. Tu dois les rendre malheureuse toute ces femmes, non ? Après tout, c'est bien connu, la plupart des homosexuels sont taillés comme des Dieux. Quand j'y pense, tu me fais être fier de toi ! Bon aller, je vais arrêter de t'ennuyer avec toutes mes phrases de vieux.


    Reprenant également la lecture de la carte. Il venait de faire son choix. Un restaurant de poisson et de fruit de mer, et bien il allait tout simplement manger des langoustes à la mayonnaise. Plat qu'il affectionnait particulièrement, il n'en mangeait pourtant pas fréquemment. Il apprit rapidement par la suite que Romain viendrait peut-être ce week-end. Celle-là, il ne l'avait pas vue venir. Afanasy devait justement passer ce samedi accompagné d'une tierce personne inconnue de Ceasar. Il ne savait même pas si c'était un homme ou une femme, vu la façon dont jouait son ami Russe avec les mots, il savait qu'un elle pouvait se transformer en il lors de la rencontre, et le contraire était connu aussi. Par contre, il s'attendait à cette petite taquinerie liée à ses ronflements. Un sourire ironique se dessina alors sur ses lèvres avant qu'il ne reprenne la parole, fermant la carte puisqu'il avait choisi son déjeuner.

      Ceasar ▪️▫️ Euh... Ouais... Pourquoi pas... Par contre, j'ai un copain qui va passer samedi et il sera accompagné. Je ne sais plus si je t'en ai déjà parlé, mon ami Russe ? Je dois le voir pour discuter de quelque chose, il va donc passer ce week-end. Si ça ne te dérange pas de le rencontrer ainsi que de goutter à de la vodka importée directement de Russie, tu es le bienvenu ! Et si jamais l'alcool ne te dit rien, j'ai toujours du Soda dans le réfrigérateur.


    Il n'aurait peut-être pas dû parler de ça mais ce qui était fait était fait. Et, après tout, il appréciait beaucoup son ami mais jamais il ne dirait à son frère de passer un autre jour, à moins qu'il soit sur le point de conclure avec une jolie femme. Un sourire aux lèvres, il aperçut le serveur s'approcher lentement, préparent déjà son feuillet et son bic afin de prendre la commande. S'immobilisant entre les deux jeunes hommes, il prit la parole, demandant si les plats avaient été choisi.

      Serveur ▪️▫️ Bonjour, avez-vous terminé avec la carte ?
      Ceasar ▪️▫️ POur ma part, ce sera langouste à la mayonnaise. Par contre, je ne sais pas si vous mettez des tomates avec le lit de laitue mais serait-il possible de ne pas en avoir ? J'ai quelques problèmes avec cet aliment.


    Posant son regard sur son frère, il venait de passer sa commande tout en ne sachant pas s'il avait déjà choisi ou non ce qu'il allait manger pour déjeuner.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Déjeuner en famille___>> Romain Dim 7 Mar 2010 - 12:44

T'es mon frère pour toujours…



« Pour ce qui est des contraventions, je verrais si je suis apte à te les faire sauter. Après tout, une personne honnête les payerait sans rechigner. »
« C’est cela oui… »

Oui, certainement. Une personne honnête le ferait ! Mais un bon Parker se devait de ruser s’il en avait l’occasion, même si au fond le jeune homme comptait effectivement bien payer s’il en recevait un jour. Romain n’usait que rarement des privilèges que lui offrait le fait d’avoir un frère plutôt bien placé dans la police de Miami. D’abord parce qu’il était un bon citoyen qui suivait les lois à la lettre, et ensuite parce qu’il aimait prouver à Ceasar qu’il pouvait se débrouiller seul. Il n’avait plus 7 ans. Il n’était plus le petit garçon peureux qui s’était perdu toute une journée et toute une nuit dans les bois humides de l’île du Sud en Nouvelle-Zélande, et qui en avait fais des cauchemars plusieurs nuits durant. Aujourd’hui, Romain était un jeune homme assez débrouillard qui arrivait à faire face à bien des situations la tête haute, et cela souvent en usant de ce qu’il possédait de plus redoutable : son charme et son bagou.

Ce fut donc le sourire aux lèvres et tout en disant ce qu’il avait à dire qu’il parcouru la carte du menu à la recherche d’un plat. Comme à son habitude, son cœur balança entre les poissons et les fruits de mer. Il hésita entre l’anguille, le merlu et le saumon, et d’un autre côté entre les clams et les crevettes. Choix cornéliens lorsque l’on était féru de tout ce que pouvait posséder la mer. Même les algues, Romain raffolait de leur petit goût salé. Depuis l’âge de six ans, Romain refusait d’ingurgiter la moindre bouchée de viande. Il en avait en horreur. C’était une chose qu’il ne s’expliquait pas.

« Oui oui, parfaitement ! Tu as l'air en pleine forme même et tu gardes cette gueule d'ange qui fait que je commence à te jalouser. Tu dois les rendre malheureuse toutes ces femmes, non ? Après tout, c'est bien connu, la plupart des homosexuels sont taillés comme des Dieux. Quand j'y pense, tu me fais être fier de toi ! Bon aller, je vais arrêter de t'ennuyer avec toutes mes phrases de vieux. »
« Ecoutez-moi ça le papy qui parle. Comme si tu n’étais pas du genre toi aussi à toutes les faire craquer avec ta carrure de rugbyman, tes yeux bleus, ton sourire et surtout ta grande gueule ! Je reconnais que niveau faciès papa et maman ont mis plus le paquet pour moi que pour vous autres, mais je t’assure, t’es bien foutu quand même pour un quasi quarantenaire. Et c’est un homo qui fait craquer toutes les filles qui te le dit. »

Si Romain avait toujours été mignon dans son enfance, sa nature de beau gosse ne s’était révélée qu’à partir de l’adolescence. Vers ses treize ans, il avait commencé à s’allonger et à s’affiner, développant avec un naturel déroutant ses muscles et tous ses charmes. Peu importe ce qu’il mangeait. Peu importe les excès. Le corps de Romain restait parfait, tout comme celui de sa mère dont il avait sans doute hériter de nombreux gènes. S’en était quasiment injuste pour les jumelles Parker qui devaient se priver de douceurs en fin de repas pour ne pas prendre un kilo de trop. Romain n’avait jamais eut ce genre de problème. Son métabolisme semblait se réguler à la perfection, éliminant comme il se devait les calories superflues, bien aidé sans doute par la légère hyperactivité du jeune homme qui se plaisait à pratiquer de nombreux sport nautique. Si beaucoup de filles de sa classe le trouvaient d’une beauté à couper le souffle à l’époque, Romain ne prit réellement conscience de ses charmes que l’année de ses seize ans, année où il partit étudier sur l’Athéna, ce voilier faisant le tour des océans du monde entier. Cette année-là, il s’abandonna aux bras de son premier flirt à Hawaii. Une révélation pour lui. Il était beau et gay. De quoi faire des ravages !

« Je n’ai justement rien à faire ce week-end. Je pourrais venir squatter chez toi jusque lundi et te donner mon avis sur ton nouvel abonnement. Ça fait longtemps que je n’ai plus vu les murs trembler à cause de tes ronflements. Ils me manquent presque tes grognements de cochon en rut. »
« Euh... Ouais... Pourquoi pas... Par contre, j'ai un copain qui va passer samedi et il sera accompagné. Je ne sais plus si je t'en ai déjà parlé, mon ami Russe ? Je dois le voir pour discuter de quelque chose, il va donc passer ce week-end. Si ça ne te dérange pas de le rencontrer ainsi que de goutter à de la vodka importée directement de Russie, tu es le bienvenu ! Et si jamais l'alcool ne te dit rien, j'ai toujours du Soda dans le réfrigérateur. »

Le jeune homme lui jeta un regard un brin renfrogné par-dessus la carte. Il n’aimait pas que son aîné l’infantilise de la sorte. Si Romain pouvait se permettre toutes les taquineries du monde, l’inverse n’était à ses yeux pas permis. Le petit prince Parker avait de l’ego et il prenait souvent mal le fait que Ceasar puisse le considérer encore et toujours comme un petit garçon, et ce malgré ses 24 ans. Ok, il ne tenait jamais très bien l’alcool, mais s’il n’y avait que de la vodka à boire, il s’en contenterait et plutôt deux fois qu’une ! Romain avait assez d’orgueil pour jouer au dur devant son aîné qu’il cherchait souvent à impressionner lorsqu’il s’agissait de démonstrations « virils », comme l’était la consommation d’alcool fort par exemple. Il n’était pas question de jouer les petites pédales devant les amis de son frère et de réclamer un soda à la place.

« Je boirais ce qu’il y aura. » dit-il d’un ton ferme et boudeur avant que le serveur n’arrive et l’empêche ainsi de continuer.
« Bonjour, avez-vous terminé avec la carte ? »
« Pour ma part, ce sera langouste à la mayonnaise. Par contre, je ne sais pas si vous mettez des tomates avec le lit de laitue mais serait-il possible de ne pas en avoir ? J'ai quelques problèmes avec cet aliment. »
« Et pour monsieur ? »
Romain parcouru une dernière fois rapidement les plats.
« Je prendrais des brochettes de merlu aux mangues. »

Après les nombreuses recommandations obligatoires lorsque l’on était gravement allergique à certains aliments, et après avoir noté la commande de vin blanc pour accompagner le tout, le serveur s’éloigna, les cartes à la main. Romain reporta son attention vers son frère. Aussi loin que remontait sa mémoire, Ceasar n’avait jamais réellement parlé de ses amis. Romain connaissaient bien sûr ceux qu’ils avaient en commun, comme Conner par exemple, le frère de Scott, mais ses autres fréquentations restaient un mystère. Une partie du jeune homme ne souhaitait pas lever le voile du mystère qui entourait la vie de son aîné, de peur sans doute d’y découvrir des choses qui pourrait le blesser. Car même s’il se voilait le plus souvent la face, Romain se doutait bien que Ceasar était loin d’être un ange et que son boulot de flic devait sans doute parfois l’amener à fréquenter les mauvaises personnes. Parfois Romain craignait que le fait que Ceasar évolue dans un milieu assez machiste brise le lien qui les unissait. Il avait peur qu’un jour, son homosexualité devienne une tare honteuse qu’il préférait cacher aux yeux de ses amis un peu trop étriqué d'esprit. Romain pourrait sans doute le comprendre, mais jamais l'accepter.

Tout en jouant avec le pied d’un verre vide, Romain reprit la parole, son regard noisette glissant sur le visage de son aîné :

« Pour revenir à ce qu’on disait, tu ne m’as jamais vraiment parlé de ton ami Russe. D’ailleurs, tu ne me parles jamais de tes amis en général. T’es assez secret comme mec parfois, et je l’accepte, mais… bon, je ne te raconte pas la galère que ça doit être de te préparer un anniversaire surprise. Ne t’étonne pas s’il n’y a que Conner et Erik à la fête ce jour-là. » Il s’empara de la carafe d’eau posée au coin de la table pour servir deux verres. « En tout cas, ça me ferait plaisir de rencontrer ton ami, et l’ami de celui-ci. A moins que présenter ton petit frère te mette mal à l’aise ? On peut remettre le squattage de ton canapé à un autre week-end, ça ne me dérange pas. Mais au fait, tu le connais d’où ce type ? C’est un flic aussi ? Il est sexy ? »

Romain ne put réprimer un petit sourire malicieux, sourire dans lequel il était clairement affiché son goût prononcé pour les hommes en uniforme. Flic, pompier, militaire, docteur… tout l’avait toujours beaucoup excité, et il ne s’en cachait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Déjeuner en famille___>> Romain Lun 8 Mar 2010 - 13:16

    Mardi 1er mars, 13h00

    Les quelques mots de son cadet firent sourire Ceasar. Il se doutait bien que celui-ci payerait ses contraventions sans même venir en lui en parler. L'inspecteur n'était pas ainsi, une magouille de plus ou une magouille de moins ne lui faisait pas peur, il faisait donc sauter toutes les contraventions pour excès de vitesse qu'il possédait et, en grand ami de la petite nippone, Mika avait aussi droit à ce traitement de faveur. Elle faisait tant pour lui qu'il pouvait, après tout, l'aider un peu. Après tout, elle n'était qu'une simple secrétaire et il savait qu'elle était un danger sur les routes, dépassant toujours les limites de vitesse. Elle ne saurait payer son loyer si jamais elle acceptait ces fameux excès de vitesse. Un léger sourire apparut sur les lèvres du grand Parker lorsqu'il pensa à ça.

    Déposant un court instant son regard sur le visage de son frère, celui-ci était plongé dans la carte du menu. Le choix devait sans aucun doute être difficile, lui qui aimait tant tout ce qui était poissons et fruits de mer. Un sourire aux lèvres, il écouta ensuite son cadet argumenter le fait qu'il allait bien. Ceasar prit la parole et lui répondit tout simplement, ajoutant une petite touche d'humour avec la fin de phrase liée à la vieillesse. La réponse de Romain fit sourire l'aîné des Parker. Comme ça, lui et sa carrure de rugbyman plaisait à la gente féminine. Il était vrai qu'il avait certains atouts, comme ces fameux yeux bleux dont son frère parla. Il eut aussi cette petite phrase qu'il semblait aimer : les parents avaient mis le paquet sur lui. Il était vrai que dès son adolescence, il avait commencé à changer, devenant l'un des plus beaux spécimens d'Auckland et des alentours. Il était aimé des filles et jalousé des garçons, chose que le petit empereur n'appréciait pas particulièrement et donc, il l'avait toujours gardé un minimum à l'oeil.

      Ceasar ▪️▫️ C'est gentil pour le quasi quarantenaire.


    Un sourire amusé aux lèvres, il fit un clin d'oeil à son cadet afin de lui montrer que cette phrase n'avait rien de désagréable. Continuant ensuite de regarder la carte, ils arrivèrent à cette proposition de soirée que Romain accepta volontiers. Ce week-end, voila que le petit frère allait venir essayer le nouveau décodeur de Ceasar, sans oublier qu'il allait sans aucun doute rencontrer le fameux Afanasy, un homme étrange lié à des affaires douteuses et sordides mais toujours capable de s'en sortir. Faire peur aux politiques est une chose bien agréable lorsque l'on se trouve à la tête d'un mini empire. Préférant l'avertir de cette visite, bien qu'il ne savait pas de qui il serait accompagné. Sans doute une tierce personne liée à l'un de ces réseaux traversant même les Océans. Les coups de téléphone étaient fréquents avec lui et de temps à autre et, n'oubliant que l'avant dernier des Parker ne tenait pas très bien l'alcool, il lui dit gentiment qu'il y aurait, en plus, des sodas dans le frigidaire.

    Le regard de Romain fit sourire Ceasar. Il savait que cette petite réflexion allait lui donner cette envie, il n'appréciait plus autant être aussi protéger par le grand frère bien qu'en tant de véritable problème, il était souvent appelé à la rescousse. Il était tout de même là pour le reste de la fratrie et ça, elle le savait. La réponse donnée le fit sourire encore plus, laissant s'échapper un soupir amusé. C'est à ce moment que le serveur arriva, prenant la commande des deux frères. Tout d'abord, l'aîné précisa ce qu'il souhaitait mangé tout en donnant quelques précisions sur un aliment. Très allergique à la tomate, il ne pouvait en manger sous peine de finir mort étouffer. La nature est parfois cruel. Romain précisa également ce qu'il souhaitait manger avant de prendre la décision de commander également une bouteille de vin. Le serveur quitta la table avec son petit cahier et son bic avant de se rendre en cuisine pour que les plats soient préparés.

    A ce même moment, le cadet commença à jouer avec le pied de son verre tout en semblant perdu dans ces pensées. Il posa ensuite son regard sur le visage de l'aîné tout en prenant la parole, voulant en savoir un peu plus sur ces amis à vrai dire. L'argumentation liée à l'anniversaire surprise le fit sourire avant qu'il ne reprenne son sérieux lorsqu'il commença à parler d'Afanasy ainsi que de la personne qui l'accompagnerait. Sans aucun doute, il avait déjà une petite idée sur celle-ci mais rien de concret. Les quelques questions l'embarrassaient légèrement mais il allait tout de même lui sortir la vérité, du moins une partie de celle-ci. Le mensonge n'était pas présent, rien que la vérité mais tout était choisi dans un ordre précis afin de ne pas dévoiler certaines choses à son frère. Un sourire un peu honteux sur le visage, il prit la parole après avoir avalé dans assez bruyamment sa salive.

      Ceasar ▪️▫️ Mise à part le fait que David soit ton mari et que je ne l'apprécie pas, je peux tout aussi bien te dire la même chose. C'est un inconnu pour moi que j'ai vu quelques fois durant les repas de Noël. Je l'ai rencontré dès mon arrivée à Miami, il m'a tout d'abord fait travailler dans sa boîte de nuit et ensuite je l'ai quitté pour entrer dans la police, mais nous sommes resté en contact ainsi qu'en bon terme. Pour ce qui est du fait de te présenter, Af sait que tu es mon frère et que tu es gay et ça ne lui pose aucun problème, ce qui est tant mieux !
      -Soupirant un instant tout en remuant légèrement la tête de droite à gauche, Ceasar reprit ensuite la parole-
      Ceasar ▪️▫️ T'es vraiment stupide quand tu t'y mets tu sais ! Qu'est-ce que j'aurais mal à l'aise à ta présenter. Tu es mon frère et je suis persuadé qu'il aura beaucoup de respect pour toi ! Tu l'as bien compris, il est gérant d'une boîte de nuit huppée dans le centre de Miami mais tu auras peut-être un jour la chance de voir un de ces gorilles, ils devraient te plaire, j'en suis sur !


    Un sourire amusé sur les lèvres à présent, le serveur arriva par la même occasion afin de déposer les deux assiettes devant les clients. Un signe de tête pour le remercier, la bouteille de vin arriva par la suite. Il versa un fond dans le verre de Ceasar qui le goutta avant d'en verser à présent correctement, et dans le verre de l'aîné et dans celui du cadet. Prenant un morceau de son plat, il regarda son frère avant de reprendre la parole, un visage plus froid à présent.

      Ceasar ▪️▫️ Allez, bon appétit à toi ! Sinon, je suis persuadé que tu devrais aussi l'apprécier. Il n'est pas méchant, juste à ne pas ennuyer, c'est tout.


Dernière édition par Ceasar N. Parker le Jeu 11 Mar 2010 - 11:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Déjeuner en famille___>> Romain Mar 9 Mar 2010 - 16:46

T'es mon frère pour toujours…



« Mise à part le fait que David soit ton mari et que je ne l'apprécie pas, je peux tout aussi bien te dire la même chose. C'est un inconnu pour moi que j'ai vu quelques fois durant les repas de Noël. »

Devant ce reproche à peine voilé, Romain détourna le regard, feignant trouver bien plus intéressant le positionnement du verre à pied sur le pli de la nappe, plutôt que d’écouter ce genre de propos tenus par son frère. Comme à son habitude, et afin de garder une certaine harmonie entre eux, Romain préférait éviter ce sujet tabou. David était souvent source de conflit. Son époux était un inconnu pour sa famille, et encore plus pour Ceasar. Les deux hommes ne s’étaient jamais très entendus, et ce malgré tous les efforts que Romain avait fait pour leur trouver des points communs. Ils ne pouvaient se trouver dans la même pièce sans jouer les coqs de basse-cour, l’un cherchant toujours la misère à l’autre. Romain avait fini par accepter de ne jamais les voir ensembles, et de toujours essayer de les tenir éloignés l’un de l’autre dans les repas de famille. Ce fut au début difficile à admettre que son frère et son mari ne s’apprécient pas, mais à la longue, il avait fini par accepter cette triste réalité. D’un côté il y avait donc David, et de l’autre son frère et le restant de sa famille. Cette dernière était tout de même un peu plus conciliante envers l’époux de Romain.

Flash Back ; Vendredi 16 octobre 2009, 20h10
► Nouvelle-Zélande ~ Auckland ~ Maison Parker

Les couverts tombèrent brusquement contre la porcelaine des assiettes lorsque Romain se leva brusquement, faisant grincer sa chaise contre le parquet. Le regard dur de reproche, le jeune homme fixait son aîné de l’autre côté de la table. Encore une fois, une critique acerbe concernant sa future union avec David venait de s’échapper des lèvres de Ceasar, sous les hochements de tête approbateurs des jumelles et de sa mère. Seul son père et son petit frère semblaient encore sur la réserve.
«Va te faire foutre Ceasar ! » tonna Romain dans toute la salle à manger. « T’as même pas été foutu de réussir ton mariage alors je t’interdis de remettre en question ma relation avec David ! »
« S’il te plaît, Romain. Ne dit pas de telles horreurs à ton frère. » tempéra monsieur Parker en posant une main sur l’épaule de son aîné afin de calmer sans doute l’envie irrépressible de celui-ci d’en découdre avec son cadet. « Ceasar ne veux que ton bonheur. Comme nous tous ici. »
« A d’autre ! Il veut encore et toujours décider à ma place ! »
Les mâchoires serrées par l’irritation, Ceasar lança à son frère sèchement :
« Puisque t’es pas capable de prendre les bonnes décisions, il faut bien que quelqu’un s’en charge pour toi. »
Romain plongea le noisette de ses yeux dans l’océan bleu de ceux de son frère. Ils se défièrent quelques longues secondes en silence, puis avec sérieux, il lui répondit :
« Ceasar. Je t’aime, alors je t’en prie, ne me demande pas de choisir. Parce que ce sera lui que je choisirai. C’est lui ma vie. » Il regarda un à un chaque membre de sa famille présent autour de la table. « Alors si vous ne pouvez pas accepter l’homme que j’aime, vous ne serez pas les bienvenus à mon mariage. »
« Romain… » gémit Livia.
« Non ! » Il balaya l’intervention d’un geste de la main. « Si vous voulez me revoir, c’est dimanche à mon mariage. Celui qui ne sera pas-là, ne fera plus partie de ma vie. »
Romain lança un dernier éclair à son aîné et malgré les plaintes qui s’élevaient autour de la table, il quitta la salle à manger…
Fin du Flash Back.
« Je l'ai rencontré dès mon arrivée à Miami, il m'a tout d'abord fait travailler dans sa boîte de nuit et ensuite je l'ai quitté pour entrer dans la police, mais nous sommes resté en contact ainsi qu'en bon terme. Pour ce qui est du fait de te présenter, Af sait que tu es mon frère et que tu es gay et ça ne lui pose aucun problème, ce qui est tant mieux ! T'es vraiment stupide quand tu t'y mets tu sais ! Qu'est-ce que j'aurais mal à l'aise à ta présenter. Tu es mon frère et je suis persuadé qu'il aura beaucoup de respect pour toi ! Tu l'as bien compris, il est gérant d'une boîte de nuit huppée dans le centre de Miami mais tu auras peut-être un jour la chance de voir un de ces gorilles, ils devraient te plaire, j'en suis sur ! »

Soulagé que Ceasar ait aussitôt embrayé sur un autre sujet que David, Romain délaissa le verre à pied lorsque le serveur arriva avec les plats commandés. Il reporta son attention sur son assiette et s’humecta les lèvres du bout de la langue comme un chaton devant un bol de lait. Heureusement en effet que le fameux « Af » n’avait rien contre le fait qu’il soit gay. Le contraire aurait foutu un froid. Romain n’avait aucune envie de devoir cacher chez son frère qu’il préférait les hommes, même si cela ne se voyait ni dans sa gestuel ni même dans sa manière de parler.

« Allez, bon appétit à toi ! Sinon, je suis persuadé que tu devrais aussi l'apprécier. Il n'est pas méchant, juste à ne pas ennuyer, c'est tout. »

« Pas méchant comme pas méchant dans ton genre ? S’il est comme toi, je saurais l’amadouer et l’adoucir, j’en suis persuadé. » dit Romain en découpant un morceau de mangue avant de le mâcher. « Quoiqu’il en soit, je préférais quand même m’assurer que ça ne te dérangeait pas. Je n’ai pas tellement envie de devoir jouer au beauf hétéro toute la soirée. Le type gros connard qui se gratte les baloches devant un match de foot, ça m’excite plus quand c’est un autre qui tiens ce rôle. »

Peu curieux et surtout, peu méfiant lorsqu’il s’agissait de la vie de Ceasar, Romain acceptait les nombreux mystères qui entourait celle-ci. A ses yeux, son frère ne pouvait être qu’un homme bien, même si au fond, Romain savait que son caractère enflammé pouvait le rendre dangereux et sans doute même peu regardant sur certaine loi. Selon David, Ceasar n’était qu’un sale ripou qui appliquait ses propres lois et qui ne pensait qu’à ses propres intérêts. Romain ne souhaitait pas y songer, préférant voir en Ceasar l’homme parfait et le grand frère idéal. Ce fut pour préserver ses illusions qu’il préféra ne pas trop poser de questions précises sur la relation que son aîné entretenait avec ce gérant de boite de nuit.

« Tu sais que j’avais presque oublié cette période de ta vie ? Toi, travailler dans une boite de nuit. Ça me dépasse. Tu te situais où-là dedans ? T’étais l’un de ces gorilles qui auraient pu m’émoustiller le derrière si tu n’avais pas été mon frère ? T’étais videur ou un truc comme ça ? »

A cette époque, Romain vivait à l’autre bout des Etat-Unis, sur la côte ouest afin d’étudier à Los Angeles. Il n’avait que rarement vu Ceasar durant cette période, ne se téléphonant même presque jamais. Son aîné était toujours très resté secret concernant ses débuts à Miami, son après mariage en quelque sorte.

« C’est laquelle sa boite de nuit en ville ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Déjeuner en famille___>> Romain Jeu 11 Mar 2010 - 13:48

    Mardi 1er mars 2011, 13h30

    La vérité blesse. Ceasar venait encore de le voir suite à l'une de ces phrases. David venait d'arriver dans la conversation et, au lieu de répondre, Romain faisait mine de ne pas entendre, préférant s'extasier sur la façon dont était placé le verre sur le pli de la nappe. Heureusement, ça n'avait été qu'une partie de la phrase et donc, il disparu aussi rapidement qu'il était apparu. Le cadet reprit alors le fil de la conversation bien que coupé par l'arrivée du serveur avec les plats. Prenant tout d'abord un morceau de son plat, il reprit ensuite la parole afin de lui expliquer brièvement qui était son ami Afanasy, ce russe étrange. Vieil ami de l'inspecteur, ces connaissances savaient qu'il trempait dans des histoires qui n'étaient pas claires du tout mais mise à part ça, il était extrêmement gentil et toujours prêt à venir en aide à ses amis. L'aîné des Parker le savait très bien puisqu'il avait reçu l'aide de cet homme alors qu'il ne se connaissait que depuis peu de temps, mais il ne souhaitait pas le voir sombré et lui avait donc payé cette cure de désintoxication dans ce centre pour riche. Il l'avait plus d'une dette envers lui mais ce n'était pas le principal pour ce Russe, tant qu'il voyait son entourage en pleine forme. En plus de l'inspecteur, ce propriétaire de boîte était capable de dépenser des sommes colossales pour avoir ce qu'il souhaitait. Il possédait une certaine fortune n'hésitait pas à la toucher lorsqu'il en avait envie. De ce côté, le trentenaire ne pouvait pas se permettre cela puisque son salaire lui permettait de vivre aisément mais non d'avoir tout ce qu'il veut.

    Un sourire aux lèvres, il écouta les paroles de son frère cadet. L'amadouer ? Il n'en était pas si sur que ça, mais qui pouvait réellement le dire ? Cet homme était encore étrange pour Ceasar et pourtant, il le connaissait plutôt bien et faisait partie des privilégiés qui avaient un véritable lien avec lui, et non une petite amitié en surface qui, une fois que l'on se met à chercher plus profondément, n'existe pas. La réplique qu'il laissa entendre par la suite fit sourire l'aîné qui, au moment où Romain parla de jouer les beaufs hétéro, rit quelques secondes d'une grosse voix. Il n'avait pu s'en empêcher, il ne voyait pas son frère dans ce rôle et de ce qu'il savait, lui-même n'aimait pas jouer ce qu'il n'était pas. Un sourire aux lèvres et tout en passant son doigt son sous oeil, essuyant le début d'une larme apparue lorsqu'il avait rit, il répondit tout simplement.

      Ceasar ▪️▫️ Nous verrons simplement ce qu'il se passera Romain !
      -Il prit à présent un mouchoir en papier dans sa veste et s'essuya les mains un instant.-
      Ceasar ▪️▫️ T'inquiètes pas pour ça et puis, moi non plus je n'aime pas quand tu joues au beauf hétéro, ça ne te va absolument. Tant que tu refuses les avances de mon ami, tout me va pour le mieux !


    Cet homme avait tendance à aller vers tout ce qui lui plaisait, pouvant braver l'interdit. Il avait déjà fait quelques avances à Ceasar et ne se gênait pas pour lui dire qu'il n'était pas mal du tout, allant jusqu'à pousser le jeu parfois un peu trop loin à son goût. Le connaissant, il s'amuserait sans aucun doute avec son cadet, mais il en avait déjà trop dit et celui-ci allait sans aucun doute lui poser des questions à présent, dont il était déjà prêt à répondre. Continuant de manger son plat, un sujet était arrivé dans la conversation : l'ancienne vie de l'aîné. Ces moments passés derrière un bar à servir des cocktails jusqu'au jour où il toucha à la drogue, chose dont il n'était pas fier du tout. Baissant un instant les yeux, il prit un nouveau morceau de sa langouste et le trempa dans la mayonnaise jusqu'à ce qu'il soit entièrement recouvert avant de le manger.

      Dimanche 13 août 2006, 2h17



      La soirée battait son plein, le DJ se donnait à coeur joie derrière ces platines avec son casque positionné d'une telle façon qu'il ne recouvrait qu'une oreille sur les deux. Mixant les dernières musiques arrivées. L'ambiance était là, les danseuses étaient dans leur cage suspendue vêtue de tenue qui pourrait être décrite comme indécentes. Plusieurs jeunes se trouvaient sur le podium, accompagné ou non, ils s'amusaient ainsi que les autres présent sur la piste de danse, sans oublier les salons ainsi que tout ceux présents au bar. Comme toujours, le nightclub allait tout simplement faire recette ce soir. Les étudiants aimaient venir ici, pour l'ambiance, la déco imitant tout simplement un palais de glace une fois à l'intérieur, cette température basse qui augmentait au fur et à mesure des heures vu le nombre de personnes y entrant mais n'oublions pas les danseuses et les serveuses, ainsi que les barmans. Ceasar faisait partie de ces hommes travaillant derrière le bar. Il était là depuis l'ouverture, donc 22h00. Il n'avait pas arrêté, servant verre par verre les clients. S'approchant d'un jeune homme, il donna le verre que la blonde à ses côtés avait commandé avant de lui demander, un sourire aux lèvres.

      Ceasar ▪️▫️ Salut ! Tu bois quoi ?
      Julian ▪️▫️ Un wisky coca !
      Ceasar ▪️▫️ Bien, je t'amène ça de suite !
      - Il prépara le verre du jeune homme avant de le lui apporter, un sourire aux lèvres. Il le déposa face à lui et prit la parole, encore en criant vu que le volume était très élevé, comme dans toutes les boîtes de nuit.-
      Ceasar ▪️▫️ Voila jeune homme, ça vous fera 8$
      Julian ▪️▫️ Voila, bonne soirée !
      Ceasar ▪️▫️ Merci, à vous aussi.

      Il continua son service tout en se relâchant un peu à présent. Sa soirée fut bien plus amusante lorsqu'il rencontra une jeune femme qui était là pour oublier sa petite amie. Elle commanda une tequila, puis deux, puis trois et une fois la quatrième atteinte, elle commença à en payer à ceasar qui ne put refuser. Il buvait avec cette jeune femme, ne s'occupant pratiquement que d'elle et discutant avec elle, bien que le bar les séparait tout les deux. Il dut la quitter un instant pour se rendre aux toilettes. Arrivé devant celle-ci, il croisa le jeune homme de tout à l'heure qui, le reconnaissant, s'approcha de lui. Il semblait avoir bien abusé de l'alcool.

      Julian ▪️▫️ Et mec ! Tu veux que je te donne un truc pour t'amuser encore plus ?
      Ceasar ▪️▫️ Non ça va. Gentil de proposer mais j'en veux pas.
      Julian ▪️▫️ Tu sais pas ce que tu rates ! Haaaa non, tu le sais pas.

      La réponse ne vint jamais. Le barman se tourna et entra dans les toilettes afin de faire ce pourquoi il était là : vider sa vessie. Alors qu'il avait terminé, il partit se laver les mains et c'est à ce même moment que ce fameux jeune homme entra dans les toilettes. Lui, encore et toujours lui. Il s'approcha de Ceasar avant de passer un bras autour de son cou, un sourire malicieux aux lèvres. Il le regardait grâce au miroir et cela se voyait bien, il fixait son regard dans celui de l'aîné des Parker. Un sourire aux lèvres, il sortit un sachet dans lequel se trouvait une poudre blanche. De la cocaïne, il n'y avait pas de doute.

      Julian ▪️▫️ Allez mec, juste un rail et puis je te laisse tranquille !
      Ceasar ▪️▫️ Un seul, c'est tout !
      Julian ▪️▫️ T'inquiètes, je me barre après ! Allez, retire ton t-shirt !

      Il n'eut le temps de comprendre qu'il était affalé sur la cuvette des toilettes, torse nu avant de la cocaïne sur la ligne verticale de ses abdominaux légèrement dessinés. Le jeune homme respira le tout tandis que Ceasar se demandait ce qu'il était en train de faire. Une fois que la drogue eut disparut dans les cloisons nasales de ce jeune homme, celui-ci se remit face au barman et monta jusqu'à venir l'embrasser. Le trentenaire le poussa et se releva, enfilant de nouveau son t-shirt avant de partir vers la porte.

      Ceasar ▪️▫️ Je ne suis pas de ce bord !
      Julian ▪️▫️ Moi non plus... Dégage connard, va t'amuser derrière ton bar !

      Il sortit brusquement des toilettes tout en serrant son poing. L'homme à l'intérieur venait d'avoir une chirurgie gratuite : le visage en sang, il avait l'arcade sourcilière ouverte et le nez cassé, sans oublier les quelques problèmes de dents à présents. Ceasar n'appréciait ces personnes qui ne savaient pas comment s'amuser. De plus, son frère l'était alors, il appréciait encore moins ces hommes qui s'amusaient comme ça. Et si un jour Romain tombait sur un homme comme ça ? Il pourrait avoir le coeur brisé. Retournant derrière le bar, il reprit sa place face à cette jeune femme et continua à la tequila toute la soirée, se faisant une promesse qu'il allait enfreindre quelques heures plus tard à cause de cette même femme : toucher à la drogue !

    Mardi 1er mars 2011, 13h40

    Le cadet reprit la parole. Ceasar quitta ses pensées, remuant légèrement la tête. Il ferma un court instant les yeux et passa son pouce et son index dessus. Romain semblait amusé de savoir qu'il avait travaillé dans une boîte de nuit et même si cela l'avait fait sombré, c'était aussi là qu'il avait appris à connaître son ami Russe ainsi que quelques autres gars bien sympa, sans oublier ces danseuses hors du communs. Un sourire un peu évasif aux lèvres, il répondit tout simplement à son frère avant de reprendre une nouvelle bouchée de son plat.

      Ceasar ▪️▫️ J'étais barman, Romain. Mais je préfère ne pas parler de ça, m'en veux pas petit frère.


    Un petit clin d'oeil en guise d'explication rapide, il ne souhaitait pas s'étaler sur cette partie de sa vie. Il venait de quitter sa fille ainsi que New York, il était dans une nouvelle ville dont il ne connaissait rien, sans oublier qu'il vivait dans les bas quartiers. Pour tout dire, il n'avait jamais pensé qu'il en arriverait un jour là mais il avait réussi à se relever et aujourd'hui, il avait une vie tout à fait correcte, avec un boulot et des gens à aimer et dont il devait s'occuper. Ecoutant la nouvelle question de son frère, il lui répondit un petit sourire aux lèvres.

      Ceasar ▪️▫️ C'est le Castle Of Ice. Si tu veux, je peux t'y amener une fois ? Chouette boîte avec un décor sympathique à l'intérieur. Tant que tu ne rentres pas avec n'importe qui...


    Laissant s'échapper un rire amusé, il leva les yeux un instant vers le plafond afin de faire comprendre à Romain que ce n'était qu'une mauvaise blague et qu'il ne pensait pas ce qu'il disait. Il savait que son frère était fidèle et ne voulait absolument pas le choquer, de n'importe quelle façon que ce soit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Déjeuner en famille___>> Romain Dim 28 Mar 2010 - 10:40

T'es mon frère pour toujours…



La fourchette de Romain se planta profondément dans la chaire tendre d’un clam avant qu’il ne morde dans celui-ci. Le jeune homme évita délibérément de regarder en face son aîné. Il était vexé et contrarié par le fait que Ceasar refuse de parler ouvertement de son passé. Romain et les autres membres de leur famille ne savaient pas grand-chose de l’époque précédent son divorce. Tout ce qu’ils savaient, c’était que Ceasar s’était éloigné d’eux un moment, ne donnant que rarement de signe de vie et ne revenant jamais pour les anniversaires. Le jeune océanologue devinait bien que cette époque ne fut pas toute rose pour son aîné, mais il était encore à cent lieux de se douter de la triste réalité. A ses yeux, Ceasar était un homme fort. Il était inconcevable que celui-ci puisse avoir été toxicomane un jour. Romain l’idéalisait tellement que ce n’était même pas envisageable. Ceasar était l’homme le plus droit, le plus juste et le plus fort qui existait sur cette terre. L’alcool, la drogue et les mauvaises fréquentations ne pouvaient avoir eut emprise sur lui !

« Ouais ben si tu ne voulais pas en parler, fallait fermer ta gueule. » ronchonna Romain entre deux bouchées de son plat. « Je me doute bien que cette époque de ta vie n’était pas toute rose avec ton divorce, le déménagement et tout et tout, mais quand même. On est quand même en droit de savoir ce que tu as fait pendant tes années de silence, non ? » Il pencha la tête légèrement sur le côté, relevant finalement enfin son regard noisette sur lui. Il haussa les épaules et il enchaîna, résigné : « Mais soit, n’en parlons pas. Garde ton séjour en taule pour vol d’œuvre d’art secret. J’en ai rien à faire de toute façon ! »

C’était un mensonge. Curieux de nature lorsqu’il s’agissait de sa famille, Romain aimait toujours savoir le comment du pourquoi des choses avec eux. Malgré qu’il savait pertinemment bien que les zones d’ombres planant au-dessus de la vie de Ceasar était nécessaire (car au fond Romain savait que son frère était loin d’être un saint), le jeune homme ne pouvait réprimer l’envie de savoir ce que son aîné avait fait de sa vie durant cette période. Depuis des années, Ceasar s’évertuait à garder le silence. A juste titre d’ailleurs, car Romain était du genre à souffrir des actes passés des êtres qu’il aimait. Pour préserver son innocence, le policier semblait accepter de passer pour un méchant cachottier.

« Bref, ne parlons plus des sujets qui fâches ou on va se disputer et je vais devoir payer l’addition. » dit finalement Romain après une gorgée de son verre de vin. « Pour le Castle Of Ice… » Il marqua une légère pause le temps de mâchouiller une nouvelle bouchée de son plat. « Je n’y suis jamais allé. Je ne sais même pas où cette boite se situe à Miami. Il y en a trop à mon goût. Je m’y perds parfois. Mais si cette boite vaut le détour, pourquoi pas y faire un tour… surtout si j’ai des entrées VIP. Ça fait longtemps que je n’ai plus dansé, et surtout que je ne t’ai plus vu danser. Tu danses toujours aussi mal ? »

Simple petite pique destinée à taquiner Ceasar. Romain montrait par celle-ci qu’il ne lui en voulait plus d’avoir osé refuser de partager avec lui ses petits secrets. Le jeune homme avait accepté de passer au silence cette histoire, comme à son habitude. Romain était très doué pour ce genre de chose : les non-dits étaient l’une de ses spécialités, avec la bouderie et le mensonge par omission.


SUJET TERMINÉ
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Déjeuner en famille___>> Romain

Revenir en haut Aller en bas
 

Déjeuner en famille___>> Romain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Fairway Place-