AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le travail ressemble parfois trop à la vie privée [Lily]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Le travail ressemble parfois trop à la vie privée [Lily] Ven 5 Mar 2010 - 19:07

    Un matin plutôt tranquille pour Anton. Après avoir fait un jogging, il alla se doucher et préparer le petit déjeuner pour ses filles. Allant les réveiller, il alla prendre sa douche pendant qu’elles mangeaient. Une fois tout le monde près, il les déposa à l’école, leur expliquant qu’il passerait les prendre le soir. Puis, il alla au travail et alla directement dans les vestiaires pour se changer. Allant à son bureau, il regarda rapidement les dossiers qui y étaient arrivé depuis la veille. Finalement, il partit faire un tour pour voir ses patients. Il prit son temps, passant un moment avec chacun d’eux. Il n’avait pas d’horaire précis à respecter, à part l’heure des consultations qui n’était pas avant l’après-midi. Parlant et s’amusant avec ses patients, il finit par retourner à son bureau. Installé dans son fauteuil, il vit plusieurs infirmières passer, elles avaient apparemment à lui parler. Mais l’une d’entre elle voulait parler d’un patient en particulier, normal ce patient n’était autre que son fils. Anton prit le temps de l’écouter et de lui répondre avec franchise. Cette infirmière sortit apparemment confiante et revint plusieurs minutes plus tard, offrant un café à Anton en remerciement. Il apprécia le geste et commença à boire son café, tout en remplissant ses dossiers.


    14h, Salle de consultation au Baptist Hospital.

    Bonjour, je suis le docteur Foster.

    Bonjour, je suis Carolyn et voici James.

    Le médecin hocha la tête pour les saluer une nouvelle fois. Prenant un tabouret, il s’y assit et commença à lire le dossier.

    Donc vous êtes là pour une grossesse c’est ça ?

    Il leva les yeux vers le couple, mais à leurs visages, il comprit que quelque chose n’allait pas. Il regarda à nouveau le dossier et fronça les sourcils. Pourtant, c’était bien ça qui y était inscrit. Levant alors les yeux vers le couple, il vit toujours ce mal aise qui persistait.

    En fait c’est compliqué.

    Non, c’est toi qui compliques tout.

    Je t’ai expliqué pourquoi j’avais fait ce choix.

    Mais je ne suis pas d’accord avec ce choix là.

    Anton écoutait, mais ne disait rien. Mais voyant le couple qui continuait à ne pas être d’accord, il décida de prendre la parole.

    Excusez-moi, mais vous pourriez m’expliquer ?

    Voyant la jeune femme soupirer et le jeune homme aller au fond de la pièce, là il comprit que ça n’allait pas du tout entre eux.

    Je suis en effet enceinte, mais je ne veux pas avoir ce bébé, je veux avorter.

    Mais je t’ai dis que je pouvais m’en occuper.

    Mais je ne le veux pas, je ne veux pas de ce truc !

    Le médecin fronça les sourcils.

    Ce « truc » comme vous dites est un bébé.

    Peut-être mais je n’en veux pas.

    Pourquoi ?

    Ca ne vous regarde pas, mais je n’en veux pas.

    Donc vous voulez avorter ?

    Oui.

    Mais le garçon revint vers sa petite amie et la fixa dans les yeux.

    Comment ça tu veux avorter ?

    Anton fronça les sourcils.

    Tu ne m’en avais pas parlé de ça. Je pensais que tu ferais ce que tu avais dis.

    J’ai décidé que ça serait trop difficile.

    Mais je veux ce bébé moi !

    Moi pas !

    Le médecin continuait toujours d’écouter. Même s’il n’était pas psychologue, il préférait les laisser parler et comme ça au moins ça serait clair.

    Mais tu m’avais dit que tu irais jusqu’au bout de la grossesse et que je pourrais m’occuper du bébé.

    A ses mots Anton se crispa. Surtout pas ça ! Il resta figé et vit pourtant le regard surprit des deux jeunes. Il reprit petit à petit ses esprits et les regarda.

    Je reviens.

    Sortant de la salle, il se sentit mal. Déjà qu’Eden était revenu en ville pour voir Alice, là il avait face à lui ce qui s’était passé quand Eden attendait Alice. Une infirmière vit Anton qui semblait mal et ce dernier demanda à la jeune femme d’aller lui chercher Lily Bowen. Il avait besoin d’une psychologue, même si le couple qui était dans la salle était déjà des adolescents. L’infirmière partit sur le champ et frappa au bureau de Lily.

    Excusez-moi docteur Bowen. Un médecin a besoin de vous en consultations, c’est urgent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Le travail ressemble parfois trop à la vie privée [Lily] Ven 5 Mar 2010 - 21:10

    14:00 ; bureau de Lily J. Bowen

    Installée à son bureau, un café noir corsé sur celui-ci, la brunette rédigeait un rapport au sujet d'un de ses dossiers qu'elle venait toujours de juste de terminer. Sa patiente, sa très jeune patiente même semblait allait beaucoup mieux, tout du moins c'est ainsi que les parents de la jeune fille avaient vus les choses. Et Lily ne semblait pas contre l'idée de stopper les séances pour l'instant, mais la brunette avait été claire et nette, si jamais il y avait le moindre soucis, les parents devraient ramener la petite ici dès que possible. Ils avaient été d'accord avec l'idée ainsi Lily ne s'était pas vu être contre la proposition des deux parents.

    14:05 ; même endroit.


    Quelqu'un vînt soudainement frapper à la porte du bureau, ainsi Lily sortit la tête de sa paperasse et donna l'autorisation à cette personne de faire intrusion dans la pièce. Voyant alors une infirmière pointer le bout de son nez dans le bureau, Lily tiqua, il se passait quelque chose ; elle le pressentait. Et pas qu'un peu.

    « Excusez moi docteur Bowen. Un médecin a besoin de vous en consultations, c'est urgent. »

    Lily se leva alors, attrapa sa veste se demandant ce qui pouvait bien demander la venue d'une psychologue à l'enfance, quelque chose n'allait vraiment pas apparemment, mais pas une seconde Lily s'attendait à ce que ce soit Anton Foster qui en vienne à lui demander de l'aide.
    Se rendant ensuite vers les salles de consultations, la brunette aperçut Anton dos à elle qui semblait -même s'il était de dos- extrêmement tendu.

    « Anton ? C'est toi qui m'a fait appeler ? »

    Le tutoiement était revenu tout seul, peut-être était-ce alors une erreur de la part de Lily de le tutoyer mais tant pis, elle tentait le tout pour le tout en fin de compte. Que risquait-elle ? Pas grand-chose en fait. Bien-sûr, l'homme ignorait complètement le fait qu'elle ait redonnée une chance à son ex-mari, et de toute manière, il n'avait pas besoin de le savoir, mais bon...cela ne mettait pas forcément Lily très à l'aise au vu de ce qu'il s'était produit entre eux quelques jours plus tôt sur une certaine plage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Le travail ressemble parfois trop à la vie privée [Lily] Ven 5 Mar 2010 - 21:25

    Flash-back

    Pourquoi prendre cette décision Eden ?

    Parce que c’est trop compliqué pour moi.

    Mais pourquoi ?

    La jeune femme n’était pas à l’aise et Anton le voyait, seulement il ne comprenait toujours pas la décision de sa compagne.

    Tu ne veux donc pas de ce bébé ?

    En effet.

    Moi je le veux ce bébé. Enfin ont est pas bien tout les deux ? Tu ne penses pas qu’on sera à la hauteur pour fonder une famille ?

    Ce n’est pas ça Anton.

    Alors c’est quoi ?

    Il n’avait jamais eu de réponse à cette question et il n’en aurait sans doute jamais.

    Si tu tiens à ce bébé alors j’irais au terme de ma grossesse, mais ensuite tu t’en occuperas, mais ça sera sans moi.


    Fin Flash-back


    Anton se souvenait de son passé qui lui revenait à nouveau en plein visage. C’était trop dur ! Déjà qu’Alice n’allait pas bien, lui se devait de rester à la hauteur et de ne pas avoir peur de tout ça. Il devait rester fort et soutenir sa fille du mieux qu’il pourrait. Le médecin ne savait pas comment réagir face à la situation. Comment pouvait-il être de bon conseil pour ces deux patients ? Il ne le serait pas et il le savait. Il devait un regard extérieur, mais un regard en qui il a confiance. Demandant alors à une infirmière d’aller chercher le docteur Bowen, il entendit la jeune femme lui parler. La regardant, il ne savait même pas comment lui expliquer les choses, mais il le devait.

    Dans la salle, il y a un couple d’adolescent. La fille est enceinte, mais ne veut pas du bébé et le garçon lui le veut. Vous pourriez vous en occupez ?


    Etant complètement déboussolé par tout ça, il ne regardait même pas la jeune femme dans les yeux. Comment le pouvait-il de toute façon ? Il était trop sous le choc d’un passé qu’il voulait oublier. Pourtant, il entendit le couple se crier dessus et Anton fronça les sourcils. Sans regarder Lily, il entra dans la pièce et les regarda.

    Ca suffit vous deux !

    Il avait vraiment haussé le ton. Il était énervé par la situation, mais aussi par son passé, mais il ne voulait pas les entendre ce battre. Il ne voulait pas revivre ça à nouveau. Il sentit une main sur son épaule et tourna vivement la tête. Mais il s’agissait de Lily et il commença à s’apaiser, doucement.

    Occupes-toi d’eux s’il te plaît.

    Anton sortit de la salle et alla s’asseoir sur un banc devant la salle. Il savait que Lily ne comprendrait pas ce qui se passait, mais il avait besoin de réfléchir. Anton savait surtout que s’il devait parler, il serait méchant avec la patiente, alors il préférait encore sortir de là. Mais il n’avait qu’une seule envie, y entrer à nouveau et leur hurler dessus tout ce qu’il voulait en fait dire à Eden depuis des années.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Le travail ressemble parfois trop à la vie privée [Lily] Sam 6 Mar 2010 - 18:32

    Le fait qu'il la vouvoie fit tout drôle à la brunette, il y avait un problème ou bien il ne voulait tout simplement pas avoir de contact trop personnel envers elle lorsqu'ils travaillaient ? Lily n'aurait pas su le dire. Alors, comprenant que l'histoire qu'il ne semblait pas réussir à gérer seul était un peu complexe, Lily se contenta de lui faire un hochement de tête pour le rassurer un tant soit peu tant il semblait dépassé par la situation présente.
    Soudainement, des éclats de voix provenant de la salle de consultation devant laquelle les deux adultes se trouvaient se firent entendre, cela attisa grandement la curiosité de la brunette qui ne tarda alors pas à se retrouver dans la pièce devancée par le docteur Foster.

    L'exclamation du médecin fit sursauter Lily qui ne s'était pas attendue à ce qu'il ait un tel comportement. Tournant la tête vers l'homme subitement, elle le regarda avec un air presque choqué, pour ne pas s'y attendre, elle ne s'y était vraiment pas attendue.

    « Anton... »

    Posant sa main sur l'épaule de l'homme elle le vit alors tourner à son tour la tête vers elle. Il devait impérativement reprendre le contrôle. Lily ne comprenait pas ce qui se passait présentement chez Anton, mais ce qu'elle savait c'est qu'il n'était pas vraiment le genre d'homme à péter les plombs de la sorte pour rien.

    « D'a...ccord. »

    Elle ne fut même pas certaine qu'il l'ait entendu accepter de s'occuper du cas du jeune couple. Là, il y avait un réel problème. Mais pour l'instant, elle devait se concentrer sur le cas des deux jeunes gens présents dans la même pièce qu'elle.

    « Bon...nous allons commencer par le commencement. »
    « Le commencement ? Parfait, Julian ici présent a eu la bonne idée de m'allonger sur un billa... »
    « D'accord, on se calme. Je crois encore savoir comment ça se passe et je n'ai pas non plus besoin de ce genre de détails. J'aimerai directement passer au moment de votre conflit. »
    « Pas compliqué ! Elle ne veut pas du bébé et moi je le veux ! »


    La brunette eut envie de lâcher un « okay » bien long mais ne le fit pas, elle devait rester neutre, calme et écouter les deux points de vue de la part des jeunes gens. Ils avaient tout deux d'excellentes raisons de ne pas vouloir ou de vouloir cet enfant, la question dorénavant était de trouver comment pouvoir calmer les esprits et d'essayer de trouver une solution -si on pouvait appeler cela ainsi.

    Une heure plus tard, Lily sortie de la salle ne sachant plus quoi faire. Enfin si, elle savait quoi faire, elle devait aller parler à Anton. La question maintenant, c'était de le trouver dans l'hôpital. Mais ça, ce ne fut pas bien difficile. Il était assit en salle d'attente. Si si, avec tout les gens malades qu'il était censé soigner.

    « Anton ? On peut...discuter ? »

    Elle avait hésité à l'aborder en constatant que l'homme assit sur l'une des chaises de la salle d'attente n'était vraiment pas au meilleur de sa forme physique, mais surtout de sa forme psychique à première vue. Voyant l'homme relever très doucement la tête vers elle, Lily se mordit la lèvre croisant un regard terne, chose qui -depuis leur rencontre- n'était encore jamais arrivé. Il se leva quelques secondes plus tard et suivit Lily qui l'emmena dans un coin tranquille ; ce qui se faisait assez rare dans un hôpital de l'ampleur de celui de Miami. Croisant les bras, Lily se retourna vers l'homme qu'elle toisa du regard de suite, ses sourcils froncés n'annonçaient rien de bon.

    « Qu'est-ce qui t'arrive ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Le travail ressemble parfois trop à la vie privée [Lily] Sam 6 Mar 2010 - 18:53

    Flash-Back

    Mais ça va pas ou quoi ? Lâches ça !

    Anton partit en courant vers Eden pour lui enlever sa cigarette des mains.

    Tu es enceinte je te rappelle.

    C’est toi qui veut ce bébé, pas moi.

    Fronçant les sourcils, il la fixa dans les yeux.

    Oui je veux ce bébé. Je veux un bébé qui soit en bonne santé et qui ne ressemble en aucun cas à sa pauvre mère.

    Quoi ? Pauvre mère ?

    Oui Eden, tu es pitoyable là. Tu bois, tu fumes, tu fais tout pour que je sois à tes côtés alors que tu veux juste me virer de ta vie.

    Mais je n’ai jamais voulu te virer de ma vie et je ne le veux toujours pas.

    Pourtant c’est ce que tu fais en ne voulant pas me dire pourquoi tu ne veux pas de ce bébé. Tu n’as pas confiance en moi ? Tu penses que je ferais un mauvais père ? Tu ne veux pas d’autre enfant ?

    Eden ne répondait pas et Anton soupira pour la énième fois de la journée.

    Alors restes dans ton malheur, mais respectes-moi un minimum.

    Fin Flash-Back


    Assit sur un banc dans le couloir, Anton regardait la porte de la salle de consultation. Il ne la quittait pas des yeux, il avait besoin de savoir comment Lily allait gérer la situation et surtout si l’adolescente allait vouloir de ce bébé. Mais il finit par reprendre ses esprits et se leva pour aller vers la porte de la salle. Mais une fois la main sur la poignée, il l’enleva et alla s’installer sur une chaise. Regardant autour de lui, il vit les patients qui attendaient qu’un médecin vienne voir ce qu’ils avaient. Il aurait voulu pouvoir être ce médecin qui faisait son travail normalement et correctement, mais il ne pouvait pas. Il n’y parviendrait pas.


    Flash-Back

    C’est vous qui vous occuperez du bébé ?

    Oui.

    Sentant la main de l’infirmière sur son épaule, il la regarda.

    Je suis désolé pour vous docteur.

    Merci Lauren.

    Venez, je vais vous montrez tout ce que vous devez savoir pour vous occupez de votre fille.

    Fin Flash-Back


    Anton regardait le sol. Il n’était pas bien du tout, tout lui revenait en mémoire et il n’aimait pas ça. Levant les yeux, il vit l’horloge qui était accroché au mur. Une demi heure venait de passer et cette fichue porte était toujours fermée. Il soupira et fixa à nouveau le sol essayant de se calmer à nouveau malgré la situation présente.


    Flash-Back

    Et vous passez ensuite les deux attaches comme cela.

    Anton s’escrimait avec la couche qu’il devait mettre à sa fille et il soupira.

    Je n’y arriverais jamais.

    Attendez.

    L’infirmière prit ses mains dans les siennes et lui fit faire les mouvements. Il essaya alors tout seul et il y parvint et se mit à sourire fier de sa performance.

    Vous avez choisit un prénom ?

    Alice Dakota.

    Pourquoi ?

    Alice est le prénom de ma mère et Dakota est le prénom de mon arrière grand-mère.

    Deux femmes qui comptent pour vous ?

    Enormément.

    Alors vous avez bien choisit.

    Merci.

    Bon allez on s’y remet.

    Fin Flash-Back


    Entendant son prénom, Anton releva la tête et vit Lily qui était face à lui. Il n’arrêtait pas de revoir tout ça. La grossesse d’Eden, la façon dont il avait apprit à s’occuper d’un bébé, grâce à une amie infirmière. Il se leva doucement et suivit alors la jeune femme qu’il avait appelée au secours face à la situation. Arrivant face à elle, il l’écouta parler.

    Elle accepte de le garder ou pas ?

    Il n’avait pas du tout répondu à la question de la jeune femme. Il voulait d’abord savoir ce qu’il en était pour le jeune couple.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Le travail ressemble parfois trop à la vie privée [Lily] Sam 6 Mar 2010 - 19:20

    « Tu ne réponds pas à ma question Anton ! Qu'est-ce qui t'a prit tout à l'heure ? Tu es devenu fou ou quoi de t'en prendre à tes patients comme cela, surtout aussi jeunes ! L'éthique, tu connais pas ? »

    Lily n'avait pas aimé qu'il détourne la question, alors évidemment elle commençait à s'échauffer à son tour. Et pourtant, ce n'était pas le bon comportement à aborder dans un tel moment, si seulement elle avait comprit à temps ce qui se passait dans la tête de son collègue.
    Resserrant ses deux bras contre elle, Lily ne lâchait rien. Il était hors de question de le laisser l'avoir sur cette piste là.

    « Je t'écoute ! »

    Son regard était clair, il n'avait plus le choix, il devait parler, et Lily ne lui ficherait pas la paix, ça c'était on ne peut plus clair et net. Elle était là pour lui, il le savait parfaitement, certes elle n'était plus totalement franche envers lui parce qu'elle ne lui disait pas pour Thomas mais en soi, le fond du problème n'était pas là, pas pour l'instant.

    « Anton c'est quoi ce mutisme là ? Et ne me prends pas pour une imbécile en me disant qu'il ne se passe rien, que tout va bien dans le meilleur des mondes car je n'en croirai rien. Tu me connais assez pour savoir qu'on ne me prend pas une conne ! »

    Il était rare pour la brunette d'en venir à être vulgaire, et pourtant, la situation l'imposait. Le silence de l'homme l'imposait. Tout l'imposait selon Lily. Mais voyant qu'il ne dirait rien, elle se résigna, contre son gré.

    « Elle ne veut pas de l'enfant et même étant mineure elle a le choix. Le père n'a légalement aucun pouvoir sur le fœtus tant qu'il n'est pas né. Je ne peux rien faire, elle a prit sa décision et je pense qu'elle ne changera pas d'avis. Ils sont en train de discuter, c'est déjà ça. Ils ne se disputent plus. Il y a un peu de progrès. »

    Le voyant encore plus mal qu'avant, la brunette ne comprit pas et se demanda pourquoi, pourquoi avait-il un tel comportement, non décidément il semblait y avoir un énorme problème celui-ci échappant complètement à la brunette présentement.

    « Je peux savoir maintenant ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Le travail ressemble parfois trop à la vie privée [Lily] Sam 6 Mar 2010 - 19:34

    Il n’était pas à l’aise parce qu’il ne savait pas comment réagir face à la situation. Il avait haussé le ton face à ses patients, alors qu’il n’aurait pas dû. Seulement cette situation était tellement connue pour lui qu’il n’était pas à l’aise. Il ne savait pas comment réagir et surtout il ne savait pas comment il pourrait être impartial. Lily avait donc prit la situation en mains et Anton essayait de se calmer. De ne plus penser à son passé, mais c’était trop compliqué. Evidemment il n’aurait pas été aussi mal si Eden n’était pas revenu dans sa vie. Mais elle était là et elle voulait voir Alice, seulement Anton aurait tellement aimé pouvoir partir loin et que la jeune femme les laissent tranquilles. Qu’elle ne les voit plus jamais et qu’ils ne pensent plus à eux. Mais Anton ne pouvait pas partir comme ça du jour au lendemain. Non seulement parce qu’Alice semblait vouloir savoir qui était sa mère, que ses filles semblaient ici et que lui avait enfin trouvé une personne en qui il a confiance. Cette personne était en train de lui parler d’ailleurs, Lily Bowen. Une femme rencontrée par hasard mais en qui il a vraiment confiance. Ecoutant alors Lily parler, il ne disait rien. Il ne voulait pas en parler, parce qu’il le faisait, il allait s’effondrer et ça il ne le voulait pas.

    Baissant la tête, il ne disait toujours rien. Mais ce qu’il trouvait étrange c’est qu’il pouvait partir là. Elle aurait sans doute du mal à le retenir, mais il restait pourtant face à elle. Il voulait la réponse à sa question. Entendant alors Lily parler, il sentit un poids revenir en lui. Quand elle lui demanda si elle pouvait savoir, il n’était pas sûr de pouvoir le lui dire. Regardant autour d’eux, il devait trouver une pièce pour être seulement eux deux et pouvoir parler. La prenant par la main, il l’amena avec lui dans une salle un peu plus loin. Entrant avec elle, il ferma la porte derrière eux et ferma même à clé. S’il devait parler, il ne préférait pas être dérangé. Se tournant vers Lily, il vit l’interrogation dans son regard. Elle ne devait pas comprendre, ce qui était tout à fait normal en soi. Alors Anton baissa les yeux.

    Quand j’étais plus jeune, j’étais à la place de cet adolescent.

    Bon c’était un début. Seulement, même s’il avait confiance en Lily il ne l’avait jamais dit à personne et il n’avait pas envie qu’elle le juge.

    Après mes études de médecine, la femme qui partageait ma vie est tombée enceinte. Seulement, elle ne voulait pas garder le bébé. J’ai voulu lui faire comprendre qu’on pouvait former une famille, seulement elle n’a pas voulu.

    Il sentit sa gorge se serre et il fixa le sol.

    Nous avons eu du mal à trouver un compromit. Mais elle décida d’aller au terme de sa grossesse et de me laisser le bébé.

    Levant doucement les yeux vers Lily, il la regarda.

    Le bébé, c’est Alice.

    Il eu du mal à avaler sa salive. Allant vers la fenêtre qui donnait sur l’extérieur, il regarda au dehors. Il n’était pas du tout à l’aise et il avait peur que Lily le juge et ne comprenne pas tout. Mais surtout qu’elle ne comprenne pas ce qu’il voulait aussi lui dire.

    Il y a quelques jours de ça, la mère d’Alice est arrivée en ville. Elle veut connaître Alice et là j’ai compris que le passé revenait toujours même si on ne le veut pas. Mais surtout que je ne dois pas céder à tout ça.

    Seulement, plus il parlait et plus il sentait qu’il allait craquer. Seulement il ne devait pas, il ne devait pas craquer parce que si c’était le cas, il savait qu’il aurait dû mal à s’arrêter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Le travail ressemble parfois trop à la vie privée [Lily] Sam 6 Mar 2010 - 19:52

    Lorsque l'homme l'emmena avec lui en la prenant par la main, la brunette dû avouer être étonnée par le comportement soudain de Anton. Il semblait ne pas vouloir parler et le voici en train de l'emmener elle ne savait trop où. Sur le moment, elle eut l'impression qu'il voulait l'emmener quelque part pour pouvoir l'embrasser, chose qu'elle ne pourrait pas faire étant de nouveau en couple. Ainsi, elle fut très rassurée lorsqu'elle vit l'homme se placer simplement devant elle pour ; apparemment ; discuter.

    Entendant alors les confessions de son collègue et ami, Lily tiqua. Comment ça ; il avait vécu la même chose que l'adolescent dans la salle de consultation ?! Lily ne comprenait pas vraiment le pourquoi du comment d'où il voulait réellement en venir. Elle avait besoin d'en savoir un petit peu plus et apparemment l'homme ne tarda pas à le comprendre au vu de ses nouvelles explications. Comprenant finalement qu'il avait vécu la même situation que le jeune homme dans cette fameuse salle Lily se sentit mal pour Anton.

    Cela expliquait bien des choses, par exemple le fait que Alice veuille une maman pour elle et sa petite sœur Joy. Rien de plus naturel pour une enfant de cet âge ayant jusque là grandit sans figure maternelle à ses côtés.

    « C'est pour ça qu'elle ne voit pas sa mère alors... »

    Une chose très difficile à accepter pour la brunette qui ne pouvait et surtout ne voulait comprendre pourquoi une femme pouvait en arriver à se séparer de son enfant. Certes parfois, les gens n'ont pas d'autre choix, mais dans quatre-vingt dix pour cent des cas, il y avait toujours une solution. Selon Lily, abandonner son enfant c'était choisir la facilité. Comme si elle et Thomas avaient décidés de ne pas avoir Nate à l'époque. N'importe quoi.

    Puis, entendant alors que la mère biologique de la petite Alice venait de refaire violemment surface dans la vie de l'homme, Lily eut l'impression qu'il lui parlait de son histoire à elle. En même temps, les similitudes étaient étrangement liées. Thomas venait de faire son arrivée ou plutôt son retour inattendu dans sa vie et maintenant, les voilà de nouveau ensemble. Bref. Le sujet n'était pas elle, ni Tom mais bel et bien les Foster et leur équilibre familial.

    « Tu...tu veux qu'on en parle ? Ca te ferait sans doute du bien tu sais. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Le travail ressemble parfois trop à la vie privée [Lily] Sam 6 Mar 2010 - 20:06

    Depuis dix ans il n’avait pas revu Eden. Depuis dix ans il essayait de l’oublier. Depuis dix ans il s’occupait seul de sa fille. Non pas leur fille, mais sa fille. Il ne voulait surtout pas qu’Eden lui prenne sa fille. Il ne voulait pas perdre Alice. La petite fille lui avait dit qu’elle ne partirait pas, mais Anton avait peur qu’elle s’attache beaucoup à Eden et qu’elle veuille finalement partir vivre avec sa mère. Ca lui ferait trop de mal et il savait que si Alice partait, Joy ne voudrait pas perdre sa sœur. Il pourrait donc se retrouver seul, chose qu’il ne voulait pas du tout. Allant vers la fenêtre qui donnait sur l’extérieur, il devait se calmer, mais surtout calmer ses nerfs. Parce que si ses nerfs commençaient à lâcher, il allait pleurer et ça il ne le voulait pas. Alors, écoutant Lily lui parler, il baissa la tête.

    Oui, c’est pour ça.

    La jeune femme avait dû penser qu’Anton avait divorcé et que la mère n’avait pas voulu voir sa fille ou ne pouvait pas. Mais non Eden avait carrément abandonné sa propre fille. Puis, il continua ses explications et écouta ensuite Lily qui reprenait la parole.

    Non ça sera tout le contraire.

    Il se passa les mains sur le visage et soupira.

    Ca fait plus de dix ans que je m’occupe d’Alice, puis il y a eu Joy. Aujourd’hui je m’occupe encore d’elle et tout ce que je veux c’est leur bien. Si je dois les perdre, ça serait la pire chose qui pourrait m’arriver.


    Anton se rendait compte qu’il avait déjà vécu cette situation. Mais que la dernière fois, c’était Lily qui avait peur de perdre Nathan. Seulement, il sentit que ses nerfs étaient prêts à lâcher et il ferma les yeux. Il se laissa alors tomber contre la fenêtre et laissa la peine sortir. Il ne craquait jamais en public, jamais. Mais là s’en était trop pour lui et il n’arrivait pas à gérer toute la pression qui lui était tombé dessus en quelques jours. Il ne parvenait plus à rien et cette histoire avec les adolescents était de trop pour lui.

    Je . . .

    Seulement comme il pleurait, il n’arrivait pas à parler comme il fallait. Il se contenta alors de rester là assit, ne montrant pas son visage à la jeune femme. Il ne voulait pas qu’elle le voit en train de pleurer. En plus de ça, il avait cette phrase de son père qui résonnait dans sa tête : « Un homme ne pleure pas, sinon ça veut dire qu’il est faible ». Anton essaya donc de se calmer. Même si l’avis de son père ne comptait plus pour lui depuis longtemps, c’était le fait d’être face à Lily qui lui faisait reprendre raison. Il ne pouvait pas pleurer devant elle, il ne voulait pas qu’elle le prenne pour un homme faible.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Le travail ressemble parfois trop à la vie privée [Lily] Dim 7 Mar 2010 - 18:45

    Voir l'homme dans un tel désarroi mit la brunette on ne peut plus mal à l'aise. Comment était-elle censée agir dorénavant ? Comme l'amie de toujours prête à conseiller Anton comme personne n'en était capable ? Ou bien comme une simple et banale collègue de boulot totalement détachée de ce qu'il arrivait à l'homme ? Non, ça Lily n'en serait vraiment pas capable, elle se connaissait trop bien. Elle était bien trop à l'écoute des autres pour agir en étant complètement détachée, impossible selon la brunette. Lorsque l'on apprécie quelqu'un, on se doit de le lui prouver à chaque instant, quitte à paraître ridicule certain temps.

    Observant Anton qui se trouvait être assit par terre, Lily se mordilla la lèvre une nouvelle fois comprenant qu'elle et lui allaient avoir une grande discussion quant à l'ex-femme du médecin, il semblait réellement en avoir besoin, même s'il pensait le contraire.

    C'est ainsi que la brunette après être resté figée à regarder l'homme commencer à pleurer qu'elle alla rejoindre l'homme dans sa posture. Évidemment, s'asseoir par terre lorsque l'on porte une jupe soit dit en passant très près du corps n'est pas chose aisée, mais là elle n'avait pas le choix, elle avait besoin de parler avec Anton et donc d'être à la même taille que lui pour l'instant.

    « Tu ne perdras pas Alice, elle t'aime Anton. Tu m'entends ? Elle t'aime. Pour elle tu es un père formidable, j'en suis persuadée. Elle ne veut que ton bonheur, elle et Joy sont tes filles et elles sont incroyables. L'une comme l'autre. Alors, je comprends que le retour de ton ex-femme te bouleverse, te mette au plus mal mais ais confiance Anton, tes filles vont rester auprès de toi. »

    Il avait lui-même dit que Eden n'avait pas voulue de leur enfant, alors même si cette femme venait de faire sa réapparition, même si elle voulait renouer avec sa fille -car au fond, elle l'était tout de même- et bien, Anton ne devait pas paniquer, il devait garder confiance et garder simplement un œil sur la mère et la fille, simplement.

    Le regardant alors, Lily vit que Anton était toujours aussi abattu, et il y avait de quoi malheureusement pour lui. Le pauvre, il en voyait vraiment de toutes les couleurs ces derniers temps, même depuis longtemps en fait. Passant alors une main dans la nuque de l'homme pour le détendre un minimum, elle le sentit extrêmement tendu.

    « Tu ne perdras pas Alice. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Le travail ressemble parfois trop à la vie privée [Lily] Dim 7 Mar 2010 - 21:56

    Il n’aurait jamais dû rester près de la salle d’examen. Il aurait mieux fait de partir et ne pas parler avec Lily. Pas tout de suite du moins. Là il craquait, faible, voilà ce qu’il était. Seulement, il n’avait pas pleuré depuis tellement longtemps qu’il n’arrivait pas à s’en empêcher. Se retrouvant assit au sol, Anton se laissa complètement aller. Il n’en pouvait plus de garder ça en lui. Il restait fort face à ses filles, mais là il n’arrivait plus et il saturait. Il resta assit, à pleurer, mais il essayait de faire en sorte que Lily ne voit pas son visage. Puis, il sentit une présence à ses côtés et il savait qu’elle s’était assise à côté de lui. Ecoutant ce que la jeune femme lui disait, il essayait de se calmer. Elle avait raison sur toute la ligne, il le savait, mais il n’arrivait même pas à se calmer. Puis, il sentit la main de la jeune femme sur sa nuque et il apprécia le geste de douceur. Ca lui faisait du bien, il en avait bien besoin. Il avait vraiment besoin qu’on pense à lui et Lily semblait bien vouloir avoir ce rôle. Même si elle lui avait demandé du temps, pour Anton ce geste lui faisait comprendre qu’elle serait là malgré le temps qu’elle lui demandait. Entendant ce qu’elle disait, il essaya alors de se calmer. Levant la tête, il se passa les mains sur le visage et essaya de se calmer. Il soupira et regarda droit devant lui.

    Merci.

    Anton avait vraiment besoin d’une personne à qui parler et qui pouvait l’aider. Lily était cette personne et ils avaient été là l’un pour l’autre. Anton espérait que ça serait encore le cas longtemps. Il ne pensait pas une seule seconde que la jeune femme était à nouveau avec son ex mari. Il se passa une nouvelle fois les mains sur le visage et regarda Lily.

    Je suis désolé, j’en pouvais plus c’est sortit tout seul.

    Il avait eu besoin d’extérioriser et c’était arrivé en effet tout seul. Il baissa la tête et soupira. Il n’aurait jamais dû pleurer, il allait avoir l’air malin maintenant en sortant de là.

    Toi ça va sinon ?

    Ne se sentant pas à l’aise, il préférait parler d’elle. Il n’avait jamais parlé à personne de tout ça et le dire lui faisait peur. Lily ne connaissait pas beaucoup de choses sur lui donc il avait peur de devoir se dévoiler surtout sur des sujets qui font mal. C’est pour ça qu’il préférait dévier la conversation. Mais il savait aussi que la psychologue qu’était Lily allait s’en rendre très bien compte, mais il ne savait pas trop non plus comment parler de tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Le travail ressemble parfois trop à la vie privée [Lily] Mer 10 Mar 2010 - 18:46

    Le mensonge, ça c'était quelque chose que Lily gérait et pas qu'un peu. Mentir pour se protéger ainsi que son entourage, voilà ce qu'elle faisait sans doute de mieux depuis toute petite. Lorsque son père lui demandait si elle allait bien après le décès de sa mère, Lily répondait toujours qu'il n'avait pas à s'en faire, qu'elle allait bien, qu'elle encaissait bien le choc, mensonges sur mensonges. Le mensonge est une aide au quotidien chez l'être humain. Dans beaucoup de religions, cela est considéré comme un pêché ou autre. Pour Lily, le mensonge était une bénédiction, elle avait besoin de mentir de temps à autre pour se protéger, de quoi ça par contre elle n'en était pas tellement sûr.

    « Oh moi tu sais, rien de nouveau. Ça va. Un peu trop de boulot mais en soi je vais bien. Mais je préfèrerai qu'on en revienne à toi Anton. Le fait que tu craques comme ça, ce n'est pas négatif, bien au contraire, je pense que tu as grand besoin de te libérer de ce poids sur tes épaules. Tu n'as pas à porter tout ça. Pas tout seul. »

    Lily voulait qu'il se confie un peu plus, mais depuis les semaines qu'ils se connaissaient, Lily avait bien saisie que Anton Foster n'était réellement pas le genre d'homme à aller se confier aisément, et cela était certainement dû à sa vie qui n'avait guère été de tout repos depuis pas mal d'années. Regardant autour d'eux, Lily se rendit compte qu'ils étaient dans une pièce assez peu éclairée et cela ne l'aidait guère. A vrai dire, se retrouver avec lui dans une pièce était déjà assez compliqué alors en prime qu'il y ait des nuances de lumières et tout le tralala, ça n'allait pas l'aider, pas du tout même.

    « Anton tu...tu voudrais pas qu'on aille boire un café ? »

    Elle semblait tout à coup gênée, et ça ce n'était pas bon signe du tout, Lily était rarement du genre à dévoiler une gêne. Mais en même temps, depuis qu'elle le connaissait, ça elle enchaînée. Soudain, elle vit l'homme la regarder d'un air un brin troublé. Se levant subitement, la brunette se passa les deux mains dans les cheveux les ramenant ainsi en arrière. Elle commença alors à effectuer les cent pas. D'accord, là elle était nulle.

    « On serait mieux pour parler je pense. »

    Hors de question de lui avouer son malaise quant au fait d'être ici dans cette pièce seule avec lui. Il était effroyablement attirant et elle était de nouveau en couple. Ah oui, ça c'est clair, il ne lui aura pas fallu longtemps avant de retomber dans les bras de son ex-mari, mise à part cela elle se disait forte...mon œil.
    Continuant ses cent pas, la brunette fut soudainement stoppée par deux mains puissantes venues se poser brutalement sur ses deux épaules. Relevant alors la tête, elle croisa le regard bleu azur d'Anton. Dieu qu'elle n'aimait pas qu'il ait un tel regard...elle fondait à chaque coup.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Le travail ressemble parfois trop à la vie privée [Lily] Mer 10 Mar 2010 - 19:55

    Le médecin n’aurait jamais imaginé pleurer et encore moins devant quelqu’un. Pleurer il l’avait déjà fait, plus quand il était petit, mais là devant une femme pour qui il a des sentiments, ça il ne l’aurait jamais pensé. Il s’était toujours interdit de craquer devant une personne à laquelle il tient, mais là il n’en pouvait plus. Enfin bref, il essaya d’essuyer toutes ses larmes et la regarda pour changer de sujet. En effet, il venait de lui demander comment elle allait elle. C’était mieux pour lui de parler d’autre chose, ça calmerait déjà son envie de craquer encore plus. Alors, il resta la regarder et écouta sa réponse. Seulement elle avait comprit ce qu’il voulait faire et elle revenait à son problème. Anton savait qu’elle le ferait, mais il ne voulait pas parler de tout ça. Il n’en était pas prêt, enfin en tout cas il ne se sentait pas prêt à parler, sachant qu’il allait forcément craquer à nouveau.

    Tu as raison, mais je ne peux pas. Je dois m’occuper de mes filles avant tout et pour Alice c’est difficile cette annonce de l’arrivée de sa mère, donc je me dois de tenir.

    Il avait regardé le sol en disant cela. Il n’avait pas eu le courage de la fixer dans les yeux, mais surtout il essayait de s’en convaincre lui-même finalement. Parce qu’il pouvait très bien craquer seul, mais il ne voulait pas. Pas tant que tout ce qui lui arrivait ne serait pas réglé. Puis, il entendit la question de la jeune femme et il la regarda alors étonné. Non pas que d’aller boire un café était étrange en soit, seulement elle ne semblait pas à l’aise. Elle semblait tendue selon Anton et il se demandait pourquoi. Peut-être le fait qu’il aille mal ? Il n’en savait trop rien à vrai dire et c’est pour ça qu’il la regarda pour qu’elle lui explique. Voyant alors la jeune femme se lever d’un coup Anton se dit qu’en effet quelque chose n’allait pas. La regardant marcher dans la pièce, il ne savait pas trop quelle attitude avoir. Seulement, il se leva doucement pour ne pas lui faire peur. Mais elle semblait plus concentrée sur sa marche et ses pensées. Allant vers elle, il l’empêcha de marcher plus et il la laissa le regarder. La fixant dans les yeux, il voulait comprendre ce qui se passait et il voyait que ça n’allait pas.

    Tu es sûre que ça va toi ?

    Restant la fixer dans les yeux, il laissa ses mains sur les épaules de la jeune femme. Il resta juste la fixer droit dans les yeux.

    Ce n’est pas parce que moi je ne vais pas bien que tu ne peux pas me dire ce qui ne va pas pour toi.

    Il voulait lui faire comprendre que lui aussi pouvait l’écouter et l’aider. Elle venait de le faire pour lui alors elle devait bien savoir que c’était réciproque vu tout ce qu’ils avaient pû vivre déjà tout les deux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Le travail ressemble parfois trop à la vie privée [Lily] Mer 10 Mar 2010 - 21:29

    Elle était bloquée. Anton voulait savoir si elle allait vraiment bien, mais oui elle allait bien si ce n'était le fait qu'ils se retrouvaient ensemble alors qu'elle lui cachait en quelques sortes le fait qu'elle et Thomas se soient remis ensemble si peu de temps après leur divorce.

    « Je vais bien Anton. Ne t'en fais pas. »

    Lui faisant un petit sourire, la brunette comprit bien dans le regard de l'homme qu'il n'y crut pas du tout mais tant pis, au moins elle avait essayé. L'écoutant, Lily soupira et comprit que les choses n'allaient guère être évidentes pour elle dans les secondes à venir.

    « Je sais bien. Mais je vais bien, ne t'inquiète pas pour moi. Parlons plutôt de toi si tu veux bien. Alice, elle sait pour sa mère ou pas encore ? »

    Changer de sujet. Changer par dessus tout, voilà ce qu'elle voulait présentement. Parce qu'être le centre de l'attention, ce n'était pas quelque chose qui plaisait forcément à la brunette. Elle n'aimait pas cela car cela la mettait mal à l'aise.

    « Ça doit être compliqué pour elle, et même pour Joy. Elle est au courant la puce ? »

    Lily parlait de Alice et Joy ; les deux filles de l'homme comme si elles étaient ses deux enfants, parce qu'elle ne les avait vu qu'une seule fois mais ces deux petites filles étaient tellement craquantes que Lily ne pouvait que s'attacher à elles deux.
    Mais soudain, elle vit l'homme se rétracter, ôter ses deux mains de sur ses épaules et se reculer de quelques centimètres. Que se passait-il là ? Avait-elle dit une bêtise ?

    « Excuses-moi. Je ne voulais pas.... »

    Le voyant un peu plus mal, Lily se rendit finalement compte qu'elle n'aurait jamais dû évoquer les deux filles de Anton. Elle avait touchée un point sensible. Et elle en était d'ailleurs grandement désolée. Baissant la tête, la brunette s'en voulait.

    « Bon, je... »

    Elle n'eut pas le temps de dire quoique ce soit qu'elle sentit deux mains saisir avec une infinie délicatesse son visage. Relevant alors la tête, elle vit dans le regard de l'homme qu'il semblait plutôt...heureux.
    [/i]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Le travail ressemble parfois trop à la vie privée [Lily] Mer 10 Mar 2010 - 21:44

    Il voyait bien que quelque chose n’allait pas et il devait avouer qu’il s’en faisait pour elle. C’était sans doute une attitude à bannir, mais il ne pouvait pas s’en empêcher. Il voulait prendre soin d’elle et surtout être prêt d’elle pour l’aider. Anton s’était toujours promis de ne pas tomber amoureux d’une femme qui ne pourrait pas prendre soin de lui, mais encore moins soin des filles. Pour lui tout semblait bien se passer avec Lily. Elle avait été là quand il en avait besoin et la preuve elle était là aujourd’hui. Elle voulait l’aider en le faisant parler, mais aussi en lui prouvant que rien que ça présence l’aiderait. C’est vrai que le simple fait qu’elle soit là aidait déjà Anton. Avec elle il se sentait différent. Dit ainsi, ça peut paraître être un cliché, mais ça n’en était pas un, pas du tout même. Non Anton se sentait vraiment bien avec elle et il n’avait rien besoin de plus. Seulement elle lui avait demandé du temps et ça il ne voulait pas le gâcher. Elle avait besoin de se remettre de son divorce, mais aussi de sa vie de célibataire à nouveau. Ca il pouvait très bien le comprendre et c’est pour ça qu’il lui laisserait le temps dont elle aurait besoin. Enfin bref, il écouta la jeune femme lui dire qu’elle allait bien. Mais il haussa un sourcil, sachant qu’elle ne disait pas la vérité.

    La laissant parler, il ne faisait finalement pas trop attention à ce qu’elle disait. Evidemment il écoutait, mais il se demandait aussi ce qui n’allait pas pour que la jeune femme soit ainsi avec lui. Elle n’avait jamais été aussi mal à l’aise, enfin sauf avec Nathan au café, mais c’était encore différent. C’était peut-être ce qui s’était passé à la plage qui la mettait mal à l’aise alors ? Il n’en savait rien et entendant alors Lily parler d’Alice et Joy, là Anton n’apprécia pas. Non pas qu’il en voulait à Lily, non loin de là, c’est juste qu’il ne voulait pas en parler, mais surtout qu’il ne savait pas comment gérer la situation avec ses filles, donc il ne voulait pas en parler. C’était finalement une autre faiblesse de plus pour lui. Ne pas être un bon père, il se disait tout le temps qu’il l’était, même si ses filles lui disaient le contraire. S’étant éloigné de la jeune femme d’un coup, il fronça les sourcils. Seulement, il se rendait compte aussi que son raisonnement n’avait pas été mauvais. Il voulait une femme qui pourrait s’occuper de lui d’accord, mais qui plairait à ses filles et qui serait une bonne mère. Lily avait Nathan et elle semblait vraiment bien s’en sortir. Plus le fait qu’Alice et Joy n’arrêtaient pas de dire à Anton de voir Lily le plus possible, ça voulait tout dire. Elles aussi l’aimaient beaucoup.

    Entendant alors la jeune femme parler, Anton la regarda. Il se mit à sourire à cause de ce qu’il avait pensé. Lily était la femme qu’il aimerait avoir auprès de lui et de ses filles. Alors, il posa ses mains avec douceur sur le visage de la jeune femme et resta souriant. Elle ne semblait toujours pas à l’aise, mais lui ça allait déjà mieux et encore une fois grâce à elle. La fixant dans les yeux, il garda son sourire.

    Merci.

    Non seulement d’être là, mais de lui ouvrir les yeux sur beaucoup de choses. Il hésita sur le comportement qu’il devait avoir avec elle, mais ne pû se retenir. Il avança un peu plus vers elle et l’embrassa. Elle lui avait demandé du temps il le savait parfaitement, seulement il avait toujours cette sensation de bien être et de parfaite plénitude avec elle. Alors, lâchant le visage de la jeune femme, il alla mettre ses mains dans le dos de la jeune femme et continua de l’embrasser.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Le travail ressemble parfois trop à la vie privée [Lily]

Revenir en haut Aller en bas
 

Le travail ressemble parfois trop à la vie privée [Lily]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Alentours :: Baptist Hospital-