AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 n°1776 ; Dommages collatéraux ? || Valère.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: n°1776 ; Dommages collatéraux ? || Valère. Mar 9 Mar 2010 - 23:29

    Le temps en Mars était toujours agréable, c’était ce que Loup apprécié avec ces mois, entre les saisons extrémistes, ils n’étaient ni trop chaud, ni trop froid, juste ce qu’il fallait pour pouvoir s’habiller légèrement, un pull en guise d’accessoire qui rendait la silhouette à la fois élégante et élancée. En somme tout ce qu’il fallait à Masquerade pour être séduisant. Son physique étant son outils de travail principal, il faisait de plus en plus attention à ce qu’il portait, devenant presque maniaque quand il s’agissait de sa tenue. Cependant il se soignait en travaillant plus que nécessaire. Car il avait des envolées puissantes de désir d’indépendance et la seule façon qu’il voyait

    Masquerade venait de faire l’acquisition d’une nouvelle voiture. Il savait que c’était de la folie d’acheter une voiture alors qu’il avait du mal à gérer ses finances. Son travail de mannequin lui permettait de subvenir à ses besoins en quasi-totalité. Son désir d’indépendance totale l’avait poussé à prendre des petits jobs. On l’avait vu se rendre un soir dans un supermarché, il mettait en rayon les articles frais, cela fait pendant une semaine lui avait rapporté près de 400$. Toujours à la recherche d’un gain de confort il avait accepté de vendre des vêtements dans une boutique pendant deux semaines, se faisait 400$ de plus. Cette somme d’argent lui avait servi à payer la première traite pour sa voiture. Il savait bien que son assurance, qui lui coûtait une fortune, lui servirait un jour.

    Il n’avait pas prévu que ce serait si tôt. Car, en tout bon jeune conducteur, Loup avait tendance à avoir la main un peu lourde lors de ses premières manœuvres. Manque de chance pour lui. La voiture ne s’arrête pas automatiquement quand il va pour entrer en collision avec une autre automobile. N’allons pas croire par là que Masquerade avait eu son permis dans un paquet de lessive, comme le prétend la tradition instauré par les bons conducteurs pour critiquer ceux qui sont incapables de conduire correctement. Non, Loup avait eu son permis il y avait de ça 4 ans et il n’avait jamais eu d’accident, aussi celui-ci fut une grande première.

      Bruit » GRIIIIIIIIIK
      Masquerade » Et merde !

    Le jeune garçon qui était à côté de la voiture, et qui venait de se retournait devait être le propriétaire, quoique sa voiture fût bien trop ancienne pour lui appartenir. Probablement un enfant de bonne famille banlieusarde. Masquerade finit de se garer, en prenant bien garde à ne pas toucher un autre côté de sa voiture. Car si l’autre allait être en colère pour son véhicule, Loup avait surtout les boules d’avoir déjà à faire fonctionner son assurance. Il sortit de l’habitacle une fois garé.

      Masquerade » Bien le bonjour ! Je pense que nous avons des papiers à signer toi et moi. Mais avant ça il me faut t’avouer que j’ai grand besoin d’un café et d’une cigarette. Je peux remédier au manque de cigarette. Celui de café moins.


    Dégainant de sa poche un paquet de cigarette, mentholée comme à son habitude. Il n’aurait su dire si c’était parce qu’on lui avait enseigné à fumer des cigarettes à la menthe pour paraître plus snob, ou si c’était véritablement une question de goût. Le fait était qu’il ne fumait que ça. L’allumant et tirant la première latte il souffla la fumée avec soulagement. L’accident n’avait rien changé à sa capacité à fumer.


      Masquerade » Tu en veux une ?


Dernière édition par Masquerade L. Ashtray le Mer 17 Mar 2010 - 21:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: n°1776 ; Dommages collatéraux ? || Valère. Mer 10 Mar 2010 - 22:50

« GRIIIIIIIIIK ! »

Je me retournai, alarmé par le bruit qui venait de retentir dans mes oreilles. Ma caisse, ou plutôt, celle de mon père, venait d'être emboutie par un jeune mec, qui devait lui aussi être étudiant ou un truc du genre. Je posai les sacs de courses au bout de l'allée menant à la porte de ma maison et j'allai à sa rencontre, alors qu'il sortait de sa voiture, jetant un regard aux dommages sur celles de mon neurochirurgien de père. Le con, il l'avait pas loupé ! Il avait eu son permis de conduire dans une pochette suprise ou quoi ? J'inspirai grandement, me calmant. Être exemplaire en toutes circonstances, tel était mon crédo.

« Bien le bonjour ! Je pense que nous avons des papiers à signer toi et moi. Mais avant ça il me faut t’avouer que j’ai grand besoin d’un café et d’une cigarette. Je peux remédier au manque de cigarette. Celui de café moins. »

Mais c'était quoi ce snobinard, pour qui il se prenait ? Petit crétin, tu te crois le plus intelligent, hein ? Bah t'es bien loin de l'être, mais gentil comme je suis je vais te laisser penser le contraire, étouffe-toi dans ta connerie, je serai plus tranquille. Ah, et surtout, t'excuse pas, c'est vrai que t'as pas fait exprès et que t'es d'une modestie sans borne, t'es tout pardonné, t'en fais pas, connard.

Affichant un sourire chaleureux, je lui répondis sur un ton profondément amical :

« Bonjour... Pas de souci pour le café, je vais chercher ça, on s'occupera des papiers ensuite. »

Et, juste avant que je fasse demi-tour, il me proposa une cigarette :

« Non merci, je ne fume pas. »

De toutes façons, même si j'avais fumé, je ne l'aurais jamais fait devant la maison de mes parents. Parce qu'un des voisins aurait vendu la mêche et j'aurais pu dire au revoir à mes bijoux de famille. Puis la cigarette, c'était bien loin d'être mon truc.

« J'arrive. D'ailleurs, désolé de ne pas te faire entrer, mais mes parents ne supportent pas la cigarette. Je vais aller te chercher ton café, je reviens tout de suite. »

J'affichai un sourire amical, puis tournai les talons et, une fois dos à lui, levai les yeux au ciel. Parce que j'étais obligé de jouer ses esclaves, aussi ? J'attrapai les deux petits sacs de courses sur l'allée puis pénétrai dans ma maison. Direction la cuisine, et pendant que son café était en route, je rangeai rapidement les aliments dans les endroits propisces à leur conservation optimale. Enfin, je le servai, lui apportant sa tasse et une petite cuillère sur un joli plateau en argent, avec deux sucres et une petite bouteille de lait à côté. Ne pas sous-estimer un Cartridge-Marl, on sait comment recevoir nos invités, ici. Retournant vers lui, cinq petites minutes plus tard, il était toujours là.

« Tiens, voilà ton café, si tu veux du lait et du sucre, je t'en prie, sers-toi. »

Je posai le plateau sur le capot du break de mon père, et plongeai mes prunelles bleues dans les siennes, attendant une réponse. Alors, une fois qu'il aurait son café et fini sa clope, aurait-il la décence de s'excuser et de me remercier, ou allait-il jouer les cons snobinards encore longtemps avec moi ? Il ne savait pas à qui il avait affaire, mes nerfs étaient particulièrement résistants, et rien que pour mon image, je savais que j'étais capable de supporter qu'il joue avec des heures entières. Tout passait par le cerveau, la tête, la maîtrise de soi. Et mon quotient intellectuel largement supérieur m'aidait à jouer avec ça et à duper qui je voulais. Cela faisait dix-neuf ans que je le faisais avec mes parents, pourquoi n'y arriverais-je pas quelques temps avec un parfait inconnu un peu plus con que les autres ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: n°1776 ; Dommages collatéraux ? || Valère. Lun 22 Mar 2010 - 18:08

    Ce gamin, car il semblait plus jeune que Masquerade, était vraiment bizarre. Un peu trop serviable pour être sincère, un peu trop arrogant pour accepter si facilement une requête formulée, sur le ton de la plaisanterie par Loup. Celui-ci qui était maître dans l’art du paraître en société, reconnaissait en ce garçon tout ce qu’il avait été à Londres. Cependant il ne pouvait pas prouver que cette apparence n’était qu’un masque. Peut-être même que sans le savoir Loup avait emprunté le visage de ce mec. Cependant, la douceur dégoulinante des propos du jeune résident, lui indiquait qu’il était juste en train de jouer un rôle. Comme une sonnette d’alarme tirée au fin fond de sa conscience. Il ressentait l’hypocrisie qu’il avait pu utiliser à bien des moments dans le passé. Masquerade aurait tout le temps de le provoquer. Après tout, ils ne se sépareraient pas tant qu’ils n’auraient pas rempli les papiers non ? Faire traîner les choses était facile.

      Masquerade » J’aime le café noir. Mais merci. Au fait, désolé pour ta voiture. Je m’appelle Masquerade.


    Masquerade lançait ça de façon légère. Il ne savait pas vraiment comment s’excuser autrement. Prendre un ton religieux lui aurait valu une crise de rire. Et Loup pensait bien que ce jeune homme avait déjà assez envie de l’étrangler pour ne pas le provoquer. Il se demandait maintenant quel pouvait être le rang qu’occupaient les parents du jeune homme. Il semblait être issu d’une « bonne famille », la voiture, la maison, ses manières civilisées… Tout faisait résonner en Masquerade ce qu’il avait été. L’envie de lui mettre au visage la vérité sur les défauts de son masque le dévorait. Mais il n’osait pas encore le faire.

      Masquerade » Tu as déjà rempli un constat ? Je dois avouer que je suis assez novice dans ce domaine.


    C’était malheureusement la pure vérité. Il était assez novice dans les accidents de la route. Enfin… De la route c’était un bien grand mot. Il n’avait fait qu’emboutir un peu le pare-choc de la voiture de ce type.

    Le problème qu’avait constaté Masquerade avec les gens qui se cachaient derrière des masques. C’était qu’ils se reconnaissaient entre eux. Aussi, lorsqu’ils se rencontraient, rapidement les masques venaient à tomber, ou du moins à être abaissés. Que ce soit de gré ou de force. Car si les personnes fortes dans le domaine de cacher aux autres la vérité détestaient bien une chose c’était de rencontrer d’autres tricheurs. Des tricheurs qui ne s’avouaient pas joueurs. Masquerade avait vécu dans la très haute société anglaise, les gens qui jouaient n’avaient aucun secret pour lui. Et assurément Valère en était un, un bon de surcroît. Loup n’avait jamais été appréciateur des conversations très méandreuses. Il préférait larguer une bombe dans la conversation et s’amuser des réponses de son opposant. Car toute conversation est une bataille.

      Masquerade » Dis moi… Tu t’en sors bien ? Je veux dire, tu arrives te jouer facilement des gens qui composent ton petit monde ?


    La déclaration était claire. Valère était démasqué. Il n’avait pas l’air stupide, aussi il devait s’en rendre bien compte. Mais Masquerade n’avait pas dit ça sur un ton méchant, agressif, plutôt comme une véritable question. Il tentait de savoir si jusque là le jeu, qu’il trouvait un peu gros dans la façon démesurée qu’avait Valère d’être poli, avait fonctionné et convaincu les gens autour de lui. Car si Masquerade avait appris quelque chose, ou au moins retiré une chose de sa vie passée, c’était qu’une seule personne non convaincue pouvait faire douter le reste du monde. Aussi maintenant qu’il avait clairement énoncé ce qu’il pensait il se demandait, Valère nierait-il l’évidence ? Seul la suite le dirait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: n°1776 ; Dommages collatéraux ? || Valère.

Revenir en haut Aller en bas
 

n°1776 ; Dommages collatéraux ? || Valère.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Apple Road & Lemon Street-