hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
No. 1 Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
No. 2 L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

Partagez
 

 tears dry on their own (donna)

Aller en bas 

Garett Nowosielski

messages : 410
name : nepenthès
face + © : aaron tveit © valtersen
multinicks : jude - charlotte - ellie - naaji - filip
points : 501
age : 34.
♡ status : engaged to marnie.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●●● - (marnie ; donna ; sofia)

tears dry on their own (donna) Empty
Message· · Sujet: tears dry on their own (donna) tears dry on their own (donna) EmptyDim 17 Nov - 16:16

Un échange de regard, deux mains qui se serrent, un paquet qui se transfère de l’un à l’autre en toute discrétion, un hochement de tête et un individu qui s’éloigne en jetant un coup d’œil furtif et discret aux alentours. Garett renifla alors que la nuit l’entourait de ses bras protecteurs et bienveillants dans un quartier qui en était pourtant tout l’opposé. Un quartier où il n’avait jamais mis les pieds dans sa précédente existence et qui désormais berçait son quotidien. Il bifurqua dans une allée sombre, remontant cette dernière entre immondices et sdf qui avaient décidé de s’installer là pour la nuit, veillant à ne pas les déranger ce faisant. Nul besoin de rendre leur vie plus misérable qu’elle ne l’était déjà. Pénétrant par l’arrière du bar, il adressa un clin d’œil à l’un des joueurs de billard près de la sortie de secours avant de se diriger directement aux toilettes pour homme, s’enfermant dans une des stalles sans prêter grande attention aux personnes présentes. De toute manière, ce n’était pas le genre de la maison de fouiner dans les petites habitudes des autres clients. C’était d’ailleurs la raison pour laquelle ils en avaient fait leur quartier général où ils se retrouvaient chaque soir, commençant leur before avec force et terminant leur after en se délectant de leurs méfaits. Le blondinet y avait développé ses propres habitudes. Il referma la cuvette des toilettes répugnante pour y installer ce qu’il venait d’acheter au dealer du coin. Il sortit une cuillère qu’il avait emprunté au bar au passage en toute discrétion, déversa la poudre dedans et fit chauffer le dos métallique jusqu’à ce qu’il y ait cristallisation. Sans perdre de temps, il plongea sa seringue dedans, aspirant le contenu puis utilisa l’élastique qui ne le quittait plus depuis deux mois et qui lui servait quotidiennement. Installé en tailleur, il fit pénétrer sa peau de l’aiguille et au fur et à mesure que le produit faisait son effet, il se laissa retomber la tête en arrière, appréciant la sensation de bien être et d’apaisement que ce dernier faisait courir dans ses veines. C’était le seul moment de sa journée où il était bien, en paix avec lui-même. Ce qui avait commencé comme une habitude festive, pour suivre le troupeau, pour s’intégrer parmi sa nouvelle famille était devenu quelque chose qui régissait son existence et dont il ne pouvait plus se passer. Il avait conscience d’être sur une pente vertigineuse qu’il dévalait à toute allure sans maîtriser son engin. Mais la chute était irrémédiable et il ne pouvait rien faire d’autre si ce n’est d’apprécier cette dernière en observant la sensation grisante du vent dans ses cheveux, des cris qui s’éloignaient, de ce sentiment de toute puissance. Du moins tant qu’il durait.

« Debout là-dedans, Polak ! On y va. » Un bruit sourd dans la porte le fit sursauter furieusement alors qu’il était encore dans la phase ascendante de sa consommation. Grimaçant devant les courbatures ressenties, il fit retomber sa tête en arrière avant de la hocher et de décoincer ses jambes. « Ouais, j’arrive. » grommela-t-il en faisant tomber la cuillère en métal au sol et en jetant la seringue dans les toilettes avant de vider la chasse avec le surplus du petit sac plastique. Après s’être passé le visage sous l’eau et d’avoir pris bien soin d’éviter son propre reflet, c’est d’une démarche assurée qu’il rejoignit les garçons dans la salle principale, ces derniers étant déjà passablement éméchés. Son arrivée fut le signe de départ et il les suivit alors qu’ils erraient dans les rues de Portland, cherchant un quelconque membre d’une communauté honnie afin de le traumatiser. Histoire de marquer le territoire et de montrer à qui appartenait ce pays. Garett, de son côté, marchait les mains dans les poches, l’air absent en espérant que cette fois-ci il n’y aurait pas de sang et donc pas d’explication à fournir. Mais il savait que c’était un vœu pieux et que ce genre de soirée ne risquait guère arriver de sitôt. Peut être était-ce à cause de la drogue qui courait dans ses veines, peut être était-ce parce qu’il souhaitait que tout se passe bien ce soir, peut être parce qu’il refusait de voir ce qu’il avait dû devenir, peut être pour toutes ces raisons et d’autres qu’il ignorait encore qu’il ne réagit pas tout de suite et qu’il ne la reconnut pas immédiatement. Ce furent les cris et l’électricité dans l’air qui le fit revenir à l’instant présent. Les garçons avaient trouvé leur victime, une femme, une noire. Seule contre 5 ou 6 racistes. Il se rapprocha à vive allure, sans savoir comment réagir. La dernière fois qu’il s’était interposé ne s’était pas terminée comme il aurait voulu et un t-shirt maculé de sang était toujours roulé en boule quelque part pour en témoigner.

Spoiler:
 

_________________
A spider web it's tangled up with me and I lost my head and thought of all the stupid things I said. Oh no what's this ? A spider web and I'm caught in the middle, so I turned to run the thought of all the stupid things I've done.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
tears dry on their own (donna)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: The World-
Sauter vers: