AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Blood & friendship (Liam)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Blood & friendship (Liam) Sam 10 Avr 2010 - 23:58


« C'est votre vie et elle s'achève minute après minute. »

début Mars.

    « Pride ! »

    Des bruits de pas cadencés marquaient une course poursuite dans les ruelles sombres et sinueuses ; les réverbères clignotant de leurs lumières blanches et ternes, l'insalubrité des rues pavées branlantes, la raideur des murs écaillés, laissaient présager un quartier bien plus modeste qu'Ocean Groove, niché dans la décadence de Miami. Les échos des flaques d'eau humidifièrent les pavés sombres au passage des silhouettes courant au pas de course, peu nombreuses mais vives, il semblait que la course poursuite haletante n'avait rien d'inoffensive : l'éclat du métal froid tenu en leurs mains crispées laissaient présager des armes à feux qui n'avaient pas encore servi. Celui qui travaillait pour l'autorité se refusait en l'instant à en faire usage : non pas qu'il prônait le pacifisme absolu, lui qui au contraire ne semblait vivre que pour l'action et avait vécu une adolescence perdue dans l'ignominie de la violence, mais il considérait qu'il fallait ici faire preuve de discrétion... du moins en théorie, et pour l'instant, car l'impatience de ce dernier viendrait bientôt à le pousser à enclencher la gâchette. Pride accéléra son pas de course, encore et toujours, jusqu'à ne plus en pouvoir, ignorant son collègue derrière lui qui peinait à maintenir la cadence. La fureur de Berrginton se lisant dans l'ambre de son regard piqueté d'acier et posé sur la silhouette furtive face à lui tentant de lui échapper, faisait au contraire monter en lui la rage de vaincre d'un élan farouche et venimeux. La main du brun ténébreux finit néanmoins par se lever sur la cible à abattre : un coup de feu partit, mais la balle de plomb loupa le gibier qui bifurqua au dernier moment, esquivant par chance le coup qui aurait du lui être fatal et qui vint se loger dans le mur crasseux du coin de rue.

    « Fuck off ! »
    « Bute le, il va leur donner le fric ! »
    « Qu'est-ce que j'essaie de faire, d'après toi ? »

    Les voix nerveuses et sèches des deux acolytes s'élevèrent d'une cadence aussi accélérée que leur pas de course devenant intensif mais vital. Il était étrange d'entendre de telles paroles de membres de l'autorité se devant d'être intègres : peut-être était-ce cette sensation grisante d'avoir un flingue entre les doigts, de traquer le gibier... Ou peut-être que tout simplement, le bourreau et la victime n'étaient pas ceux qu'ils semblaient être, échangeant les rôles dans une scène tordue et macabre. Car malgré la prestance de Pride, ses effluves épicées portant la couleur des parfums qui vous chamboulent, la froideur de ses pupilles glacées ne reflétaient plus que la lueur d'un prédateur carnassier à la gâchette sans doute trop facile. Son acolyte même, n'avait guère l'image d'un policier net sous tout rapport : le juron aisé, la dégaine peu rassurante, le sourire mauvais... Les pas s'accélèrent, autant que la palpitation de leurs coeurs croulant sous l'adrénaline et l'effort physique rude et vif, puis soudain tout s'enclencha trop vite. Une rue bifurquée, un traquenard, la vision soudaine d'un groupe de personnes aux allures peu avenantes ni même bienveillantes : Pride se stoppa face à eux dans un rythme cardiaque qui s'arrêta alors, dans un soubresaut trouble.

    « Mr Berrington... » fit dans un rictus mauvais et vil le plus grand d'entre eux, ses yeux mordorés soutenant les prunelles arrogantes et mauvaises de Pride.

    Un coup de feu partit.

    ***

    « L'hôpital n'est pas loin... »
    « Va te faire voir, Clayton... »
    « Je sais que t'aimes pas les toubibs, mais soigne-toi. Si on te demande ce qui t'est arrivé, tu sais ce que tu dois répondre. Bref je te laisse là, on se retrouve demain pour les achever cette fois...  »

    Le jeune brun déglutit difficilement malgré la moue arrogante et princière de son visage aux traits de marbre. Se redressant comme il le pouvait, Pride fronça le nez sous l'assaut d'une douleur vive venant percuter son flanc droit ensanglanté ; sa main tenant fermement sa plaie empourprant sa chemise blanche vint trembler légèrement lorsqu'il y posa son regard impatient. La blessure bien qu'impressionnante, n'était néanmoins que brièvement superficielle : pas de plaie véritablement béante, pas de souffrance insupportable, mais seulement une douleur cuisante et bien réelle, ainsi que le rouge rubis de l'hémoglobine s'agglutinant sur le tissu de ses vêtements. Pride daigna ne poser qu'un très bref regard sur son acolyte qui s'éloigna d'un pas furtif lui offrant de la sorte une aura suspecte et véreuse : soupirant d'un air las, il détacha ses prunelles de l'ombre de son acolyte disparaissant au loin, s'avançant ainsi vers l'immense silhouette bétonnée de l'hôpital. Ce dernier néanmoins n'était guère envieux de passer le seuil de la grande bâtisse emplie de médecins ; le jeune homme se refusait à s'y faire soigner, préférant rentrer chez lui et faire appel à une personne de confiance, quand même même les soins octroyés ne seraient alors que dérisoires et peu professionnels. S'avançant alors vers une silhouette se découpant dans la pénombre à défaut de se diriger vers l'entrée, Pride s'arrêta devant cette dernière d'une attitude étrangement détachée pour une personne ayant la chemise ensanglantée, la main perdue sur sa côte pour mieux en stopper l'hémorragie.

    « Est-ce que je pourrais emprunter votre téléphone... s'il-vous-plaît. » La formule de politesse sembla lui écorcher la gorge, pour autant la voix de Pride envers Liam se faisait gentleman et dénuée de froideur. Ce fut sans compter le regard légitime de son interlocuteur qui se posa alors sur sa blessure dissimulée par sa main puissante mais tremblotante. « Quoi... Je suis tombé dans les escaliers... Et bien, vous me le prêtez ? »

    La raideur de sa voix parcourue d'un timbre agacé trahissait l'impatience de Pride mais surtout sa douleur ponctuelle venant le rendre quelque peu agressif. Bien sûr que son excuse était bien trop énorme pour être gobée de la sorte, mais là était toute l'ironie de la chose...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Blood & friendship (Liam) Dim 11 Avr 2010 - 7:03

« Stanfield! »
« Désolé, Wessler, mais j'ai finis mon service depuis une demie-heure! Demande à Hathaway! »
« Elle est occupée et on est débordés! »
« C'est pas mon problème, Wessler! Trouve quelqu'un d'autre, j'ai déjà donné! Bonne soirée Wessler! »
Liam n'avait pas envie de retourner à la salle de repos afin de changer et ne fit que déboutonner sa blouse de médecin sans pourtant la retirer. Il savait qu'on lui demanderait au moins quarante-cinq avis et qu'on lui donnerait vingt-deux patients et il avait une envie folle de rentrer chez lui le plus tôt possible. Les heures supplémentaires il en avait suffisamment fait lorsqu'il était étudiant, il devait au moins y avoir quelques avantage à devenir médecin! Il salua rapidement ceux qu'il croisa sur son chemin afin de s'assurer qu'on ne lui demanderait pas de rester et sortit même les clefs de sa voiture en les faisant joyeusement tourner dans sa main pour bien spécifier qu'il comptait s'en aller. Liam avait su, malgré son départ de presque deux ans, rattraper le temps perdu et retrouver sa place au sein de l'équipe médicale. Son départ avait été compréhensible et rares étaient ceux et celles qui le lui reprochaient. Tant mieux parce qu'il n'avait franchement pas besoin d'un climat de travail désagréable, surtout avec ce qui se passait dans sa vie en ce moment. S'il y avait un endroit au monde où il se sentait bien, c'était à l'hôpital.

Il avait pourtant stationné sa voiture en bordure de la route, comme il le faisait à chaque fois afin de profiter un peu du beau temps et laisser le stationnement aux malades qui en avaient réellement besoin. Pourtant, lorsqu'il se fit accoster à quelques centaines de pas de l'hôpital par un jeune homme seul et apparemment blessé, Liam en oublia son idée soudaine de rentrer chez lui et fronça les sourcils en s'approchant. De toute façon, ce pouvait bien être un voleur que ça ne changerait rien du tout, Liam n'ayant point d'argent sur lui à ce moment-là.
« Est-ce que je pourrais emprunter votre téléphone... s'il-vous-plaît. »
« Mon téléphone? Tu as besoin de soins, viens. »
Liam s'était approché du jeune inconnu, qui ne devait pas avoir plus de vingt-cinq ans et fronça les sourcils en voyant son air livide et sa main pressée contre son flan. Malgré la pénombre de la nuit il ne fut pas long à voir la tache sombre sur la chemise blanche du jeune homme et son statut e médecin reprit bien vite le dessus sur ses anciennes intentions. Il ne pouvait décidément pas le laisser tout seul en lui disant comment trouver les urgences puisqu'il se doutait bien qu'il ne s'y pointerait pas et qu'il en profiterait pour s'évaporer dans la nature. Liam fronça les sourcils en plongeant un regard mi-amusé mi-sceptique dans les yeux de son interlocuteur suite à ses explications, conscient qu'il se faisait carrément berner. Il retira rapidement la main du blessé de ses côtes et comprit qu'il avait vu juste.
« Tombé dans les escaliers? Bien sûr et moi je suis le fils du pape! »
Il ne put pas discerner tout de suite la profondeur de la blessure puisqu'il n'osait pas procéder alors qu'il ne savait rien de l'état de son patient. Apparemment, vu la position et vu la quantité de sang plus ou moins grande qu'il perdait, il s'était fait tirer dessus. Non, il ne lui donnerait pas son téléphone et non il ne le laisserait pas partir sans s'assurer qu'il allait bien. Il passa un bras sous l'épaule du blessé pour le soutenir malgré le désaccord de celui-ci. Il n'y avait rien à faire, Liam ne le quitterait pas et ne le laisserait certainement pas rentrer chez lui dans un état aussi peu stable. Il n'hésita pas, d'ailleurs, à mettre les choses au clair dès l'instant où il fit un pas devant lui, la main appuyée contre celle du jeune homme pour le forcer à contenir le flot de sang.
« Tu me suis sans faire d'histoire ou j'appelle les flics. Crois-moi, ils ne prendront pas de temps avant de se ramener. J'ai besoin de ton nom et de ta date de naissance. »
Il prenait un peu d'avance et malgré la salle d'attente bondée du Baptist Hospital, il ne doutait pas que le jeune homme serait pris en charge rapidement. De toute façon, Liam s'occuperait lui-même de lui malgré qu'il n'était plus de service. Après tout, ça arrangerait autant les autres et ça lui permettrait de s'assurer que le jeune homme ne disparaissait pas et se faisait soigner rapidement. Il ignorait tout de lui et il ne savait pas du tout ce qui s'était passé, mais il aurait tôt fait de satisfaire sa curiosité. Celui qu'il avait décidé de soigner n'avait rien à dire puisqu'il n'était pas en position de marchander. Lorsqu'ils franchirent les portes du Baptist Hospital, Liam n'hésita pas à se diriger vers une salle libre et en referma la porte afin de ne pas être dérangé. Il poussa de son pied un petit banc qui servit de promontoire au jeune homme pour se grimper sur la table d'examen alors que Liam prenait place sur un tabouret en face de lui, allumant la lampe afin d'y voir plus clair. Il enfila des gants stériles puis déboutonna la chemise du jeune homme alors que celui-ci retenait toujours sa main contre sa blessure. Malgré qu'il n'eut pas à déchirer le vêtement pour le lui retirer, il eut du mal à croire qu'il serait réutilisable. Il redressa le lit de manière à ce que le torse du blessé soit soulevé un peu lorsqu'il lui demanderait de s'allonger, évitant ainsi d'étirer le muscle qui devait sans doute être déjà suffisamment douloureux. La balle était toujours fichée dans son corps puisqu'elle ne semblait pas avoir traversé de l'autre côté.
« Sérieusement, t'as de la chance. Elle aurait pu faire bien plus de dommages que ça! C'est pas trop profond. Reste ici, je reviens. »
Il ouvrit la porte intérieure de la salle afin de se retrouver dans la pharmacie d'urgence et saisit une seringue et ce qu'il lui fallait pour travailler. Malgré la fatigue qui l'avait assaillie quelques minutes plus tôt, il se sentait dorénavant en pleine forme. Lorsqu'il revint, il s'assura de la dose à lui donner afin d'engourdir la zone blessée et s'approcha de lui en retirant les bulles qui auraient pu se glisser dans la seringue.
« Ça va piquer un peu. »
Un peu n'était pas peu dire. Liam s'était blessé quelques fois et il avait bien compris que le «un peu» des médecins sonnait carrément faux. Ça lui avait fait un mal de chien, lui qui n'appréciait déjà pas les aiguilles lorsqu'elles lui étaient destinées. Il posa un regard sur son jeune étranger avant de planter tout en délicatesse - ce qui veut dire en tentant de faire le moins mal possible - l'aiguille directement dans la blessure afin de geler plus rapidement l'endroit et surtout, de geler là où il en avait besoin. Il jeta la seringue dans une corbeille accrochée au mur à cet effet et reporta son attention sur son patient en attendant que le médicament fasse effet. La plaie saignait encore un peu et Liam exerça une légère pression dessus.
« Et si tu m'expliquais ce qui s'est passé? Tu chassais l'homo sapiens et c'est lui qui t'a trouvé? »
Un léger rire s'échappa de la bouche du médecin alors qu'il prenait ses aises sur le tabouret, écartant un peu les cuisses histoires d'être bien installé pour travailler.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Blood & friendship (Liam) Jeu 15 Avr 2010 - 21:57

    Comment pouvait-il penser qu'il tomberait sur une forte tête, en plus de se retrouver nez à nez face à un toubib, lui qui ne voulait qu'éviter les médecins. En soit, Pride n'avait rien contre ces derniers mais était toujours récalcitrant à venir leur quémander des soins lors de ce genre de situations délicates qu'il s'attirait bien plus souvent que l'on ne pouvait le croire. Bien sûr qu'il n'était jamais aisé d'avouer à un médecin que la plaie béante narguant joyeusement votre flanc droit n'était pas due à un accident dans les escaliers mais à une course poursuite dans les rues de Miami qui n'avait rien d'inoffensive. Et certes, Pride ne doutait pas que les médecins devaient alors en voir tous les jours, mais quitte à préserver un secret jusqu'au bout, autant jouer la carte de la discrétion et se rendre le moins souvent possible à l'hôpital, sous peine de devoir y souscrire une carte de fidélité. Ce fut donc avec un détachement naturel que le jeune policier nargua son interlocuteur en inventant une excuse stupide, entre la moquerie et l'envie de faire comprendre qu'il ne souhaitait pas s'étendre sur le sujet mais voulait seulement son maudit téléphone. L'homme en face de lui ne semblait guère de cet avis, une lueur déterminée luisant dans son regard lorsqu'il le somma de le suivre à l'intérieur. Prêt à tourner les talons non sans lever brièvement son regard vers le ciel assombri, Pride fut néanmoins coupé dans son élan à peine esquissé par les dires de Liam.

    « Tu me suis sans faire d'histoire ou j'appelle les flics. Crois-moi, ils ne prendront pas de temps avant de se ramener. J'ai besoin de ton nom et de ta date de naissance. »

    Entrouvrant les lèvres comme pour souffler un ultime argument, Pride demeura néanmoins sans voix, d'un mutisme provoqué par une douleur cuisante venant heurter son bassin ensanglanté, mais aussi par les dires de l'homme se tenant face à lui. Officiellement, le jeune homme pouvait en effet mentir éhontément en affirmant être en mission cette nuit là pour l'autorité, d'où la courte poursuite catastrophique ayant provoqué ce soir la mort d'un homme par l'arme à feu revancharde et impassible de Berrington qui lui, n'avait écopé que d'une blessure superficielle. Officieusement, ce n'était pourtant pas le cas, et si l'homme en face de lui s'évertuait à malgré tout faire appel à la police, Pride aurait eut bien du mal à mentir à ses propres supérieurs en leur affirmant qu'il était parti en flic auto-didacte quand ce n'était pas la pure vérité... Une affaire complexe et nébuleuse qui, en résumé, laissait sous-entendre que cette échappée belle n'avait rien à voir avec une mission de la police départementale. Préférant néanmoins s'affirmer, la voix de Pride résonna un peu plus faiblement qu'à l'accoutumée comme il pressait sa main sur sa plaie douloureuse, soutenu par le bras de Liam.

    « C'est inutile, je suis flic. » fit-il d'une voix suave mais soufflée dans un murmure rauque comme ils se dirigeaient vers l'hopital, l'argument de Liam achevant alors la décision de Pride de le suivre finalement à l'intérieur. « Pride Sheridan Berrington... Ou Sorrow, cela dépend de la paperasse. » souffla-t-il non sans se pincer la lèvre pour mieux étouffer une vague désagréable de douleur piquante. « Seize Mars quatre-vingt-sept. »

    En espérant que l'inquisition se stoppe là, car en dehors des informations habituelles demandées dans ces bâtiments puant la naphtaline, autres substances médicamenteuse, voire la mort à chaque coin de couloir, Pride ne s'évertuerait sans doute pas à se livrer d'avantage. Le secret du métier était précieux, comme on l'affirmait dans le jargon... Suivant Liam bien malgré lui mais n'ayant guère la force de se débattre verbalement d'avantage, il laissa celui qui à n'en plus douter était médecin, lui ôter sa chemise ensanglantée une fois que les deux hommes eurent gagné une salle libre. Le son du tissu se heurtant à sa plaie était alors d'une souffrance épouvantable qui arracha un gémissement plaintif et étouffé à son propriétaire : chaque geste semblait être un supplice, chaque frôlement, chaque frisson, chaque respiration. Serrant ainsi la mâchoire, ce fut docilement que Pride daigna s'allonger sur la table d'observation légèrement redressée : à croire que la douleur et l'adrénaline pouvaient changer un homme, ne serait-ce que quelques minutes.

    « Ça va piquer un peu. »
    « Dis le. » Le regard sombre de Pride se leva alors sur le médecin installé face à lui, finissant par esquisser un sourire assuré et étrangement complice, laissant sa voix résonner d'un souffle ferme mais vacillant venant trahir ses vagues de douleurs. « Dis le, que ça va faire un mal de chien. »

    Une aiguille qui se plante, et le jeune homme se crispa l'espace de quelques secondes sous la souffrance s'emparant de son corps alors raidi, comme il posa sa tête en arrière pour mieux fermer les yeux avec ferveur. Un soupir salvateur s'échappa de ses lèvres tandis qu'il serrait ses poings, mais ces derniers vinrent peu à peu s'assouplir lorsque au fil des secondes, la douleur insoutenable semblait s'apaiser. Pride eut alors le temps de déglutir et de reprendre une respiration moins saccadée, prenant même le temps d'esquisser une moue amusée lorsque Liam renchérit alors.

    « Et si tu m'expliquais ce qui s'est passé? Tu chassais l'homo sapiens et c'est lui qui t'a trouvé? »
    « De la chance hein... » murmura-t-il songeur, reprenant les propos ultérieurs de Liam alors qu'il posait ses yeux sombres sur la plaie soignée par le médecin. Pride reprit alors après avoir marqué une brève pause pensive. « On peut dire ça comme ça, le chasseur traqué. J'étais en mission pour l'USSS, je suis agent au service des fraudes et j'étais dans le coin pour démanteler un réseau de drogue. » mentit-il avec brio, avant de renchérir aussitôt non sans un bref froncement de sourcils. « Il y en a pour longtemps ? »

    Entre l'impatience, l'envie de ne pas passer sa nuit ici, et la volonté d'en avoir le moins à dire, Pride ne pouvait plus que conclure que par cette question peut-être déplacée.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Blood & friendship (Liam) Sam 17 Avr 2010 - 6:25

« Ça va faire un mal de chien. »
Même si le ton employé était on ne peut plus sérieux, il eut du mal à ne pas rire parce qu'il avait échangé un regard complice avec Pride. Apparemment, il savait ce que c'était et il ne se berçait plus d'illusions. Tant mieux pour lui parce qu'il n'était pas encore au bout de ses peines! Heureusement, le médicament ferait son effet et il ne sentirait pas grand chose sur le coup, mais quand l'analgésique disparaitrait doucement avec les heures, ça ne lui en prendrait pas beaucoup pour se rappeler qu'on lui avait tiré dessus. Il posa un regard mi-amusé mi-peiné sur le jeune homme alors que celui-ci semblait en proie à une féroce douleur. Liam n'avait pas eu la malchance de se faire tirer dessus et il ne pouvait donc pas imaginer ce qu'il ressentait à cet instant, mais il ne pouvait s'empêcher de penser qu'il l'avait sans doute bien cherché.
« Tu pourras pas dire que je t'avais pas prévenu, j'ai même été franc avec toi! Ce sera pas trop long, tu devrais déjà te sentir mieux. »
Il attendait patiemment que les muscles de Pride se relâchent, preuve suffisante que la douleur avait subitement et suffisamment disparu. Il écouta attentivement les dires du jeune blessé alors qu'il semblait désormais en état de sourire. Bon signe! Il sortit une paire de minuscules pinces de son emballage, stérile, alors que son attention était dirigée sur ce qu'il lui disait. Intéressé, il haussa un sourcil, surpris.
« Flic à 24 ans, c'est... Wow! T'as dû bien les sortir de la merde! Un réseau de drogue, hein? »
Liam retenait toujours les informations que lui donnait un patient et l'âge était très important pour les procédures, mais également pour les soins qu'il devait donner. Un mineur était sous la tutelle d'un adulte et quand le dit mineur n'était pas en position de mort imminente, les décisions le concernant devaient habituellement faire appel à l'adulte qui en avait la charge. Or, tout le monde ne suivait pas à la lettre ce règlement puisque les coups de téléphone étaient longs à passer et que de toute façon, ça ne servait à rien de le faire pour un cas d'hémorroïdes ou de rhume bien morveux. Le poids comptait beaucoup, également, pour les posologies, mais Liam avait plusieurs années derrière lui et savait dorénavant les doses nécessaires à administrer.
« Je te rappelle que tu viens de te faire tirer dessus, donc ça prendra bien le temps que ça prendra! À moins que tu veuilles te retrouver avec un bout de métal qui se met à sonner dès que tu passes aux douanes! Je te laisse le choix! »
Quelle belle façon de toujours attirer l'attention sur soi. Malheureusement, quand on voulait passer inaperçu, en particulier dans le domaine où oeuvrait Pride selon ses paroles, c'était le mauvais jeu à mettre sur la table. Il amena la lampe juste au-dessus de lui afin de bien voir ce qu'il faisait et s'activa à sortir la balle de son emplacement. Malgré ce qu'il avait d'abord cru, elle s'était enfoncée plutôt profondément, mais elle n'avait pas vraiment fait de dommages importants. Quoiqu'il pouvait en penser, il avait eu de la chance. Quelques centimètres un peu plus vers l'intérieur et elle aurait pu perforer un poumon, ou même toucher le coeur s'il s'était retourné rapidement sous l'effet de l'adrénaline. Il avait eu de la chance, c'est tout, personne ne pouvait le nier.

Il retira finalement la balle et la déposa à côté avant de nettoyer la plaie rapidement, ne désirant pas la laisser à l'air libre trop longtemps. Les tissus se répareraient d'eux-mêmes, mais il mériterait tout de même quelques points de suture. Il prépara ce qu'il lui fallait avant de passer le fil devant les yeux de Pride, un sourire amusé aux lèvres.
« C'est ce qu'on récolte quand on joue avec le feu! T'étais pas vraiment en mission, n'est-ce pas? Si c'est vrai, je te demande pardon, mais permets-moi d'en douter. »
Il avait fait un premier point, mais avait reporté son attention sur le patient, conscient qu'il ne lui dirait certainement pas la vérité maintenant. Pourtant, Liam ne pouvait s'empêcher de se demander ce que faisait un jeune de cet âge dans des conneries pareilles. Même si Miami n'était pas New York, ils avaient quasiment tous les jours des adolescents qui s'étaient fait tirer dessus en jouant les malins. C'était dans ces cas-là que Liam aimait bien travailler en neuro'. Il s'occupait du cerveau à la perfection et il n'avait pas besoin de se poser des questions sur l'avenir de ce monde de fous. Il s'en posait déjà suffisamment comme ça!

Continuant son travail en refermant petit à petit le trou laissé par la balle en s'efforçant de laisser la plus petite cicatrice possible, il était toutefois curieux de savoir pourquoi Pride lui avait mentit. Médecin ou pas, n'importe qui aurait compris que la blessure était plus grave qu'elle ne le paraissait.
« T'auras une belle cicatrice pour quelqu'un qui est... tombé dans les escaliers! » Il eut un petit rire amusé avant de poursuivre. « Tu comptais retirer la balle toi-même et mettre un pansement dessus en pensant que ça guérirait tout seul? Navré de te dire que t'aurais pu choper une infection en agissant de cette façon-là. Mais non, bien sûr, t'es trop intelligent pour ça, hein? Je veux dire... T'étais au courant des infections, des complications, des réactions de ton corps avec le métal... N'est-ce pas? »
Son regard se faisait soucieux et quelque peu attendri malgré le ton dur qu'il employait. Liam avait un don particulier pour regarder les gens et les mettre à l'aise peu importe ses mots. Évidemment, ses techniques ne fonctionnaient qu'avec des gens de moins de cinquante ans parce qu'il ne pouvait pas dire que ses vieilles dames en neurologie l'aimaient bien. Elles suivaient ses conseils, au moins, c'était déjà ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Blood & friendship (Liam) Ven 23 Avr 2010 - 23:13

    L'attitude amusée de Pride s'entachait ça et là de quelques moues douloureuses arrachées par ces vagues désagréables de picotements venant l'assaillir de part et d'autre du buste. La douleur pourtant endormie par le remède du médecin n'avait pas épargné le jeune homme de quelques bouffées de chaleur comme venait en témoigner son front moite, ce fut néanmoins dans un sourire en coin que le corps de Pride se détendit progressivement, sous le regard apaisant de Liam s'occupant du jeune agent avec minutie. Etrange pourtant, qu'un médecin ne prenne en main un patient quand de toute évidence il n'était pas de garde : après tout Liam aurait très bien pu le conduire simplement à l'accueil pour le laisser à l'un de ses collègues. Visiblement cet homme avait ce que l'on appelait une aura rayonnante : sans doute y avait-il quelque chose de profondément bon ancré en Liam, cette chaleur humaine et communicative se reflétant dans ses yeux rieurs. Tout le contraire de Pride néanmoins dont la glace de ses prunelles ne miroitaient plus qu'un homme désabusé et loin d'être épanoui : Ocean Grove ne semblait vraiment pas être la terre promise du jeune flic qui n'y rencontrait finalement que déconvenues, bien loin de la richesse de plus qu'il était venu chercher. Peu à peu néanmoins, la méfiance de Pride pour le médecin s'envola sous le contact chaleureux de ce dernier, qui cependant faisait froncer les sourcils du jeune patient à force de lui poser trop de questions justes. Si encore Liam avait été complètement dans le faux, cela n'aurait pas été particulièrement dérangeant, mais au contraire distrayant. Sans doute était-ce l'esprit cartésien du médecin qui l'amenait à douter des dires de Pride et le questionner là où les incohérences semblaient pointer.

    « C'est ce qu'on récolte quand on joue avec le feu! T'étais pas vraiment en mission, n'est-ce pas? Si c'est vrai, je te demande pardon, mais permets-moi d'en douter. »

    Le regard sombre et pensif de Pride se posa distraitement sur l'aiguille prisonnière des doigts experts du médecin, gardant le silence pour mieux se préserver. Car le jeune agent avait compris qu'il avait affaire à un homme à la logique aussi pointue que la sienne : le seul propos de travers pouvait être relevé par le médecin en question, visiblement très doué pour le sens du détail. Les obsidiennes toujours pensives de Pride dévièrent sur le point de suture qui venait d'être fait, dans un détachement exemplaire : à croire qu'il connaissait un peu trop cette sensation d'une aiguille plantée dans sa peau pour mieux recoudre sa chair. Las de ne trouver aucune excuse valable ne pouvant pas être relevée par le médecin, Pride laissa un soupir froid s'échapper, avant de souffler avec résignation :

    « Est-ce que je suis si mauvais acteur que ça ? »

    La question devait plutôt être : « Êtes vous toujours aussi perspicace ? », car il fallait avouer qu'il était agaçant de voir son interlocuteur le mettre à jour aussi aisément, lorsque l'on savait que Pride pouvait endosser n'importe quel rôle à merveille. Le silence s'installa sous les gestes minutieux d'un Liam appliqué, et le regard pensif d'un policier songeur qui étrangement ne se sentait pas menacé d'être ainsi dévoilé.

    « T'auras une belle cicatrice pour quelqu'un qui est... tombé dans les escaliers! »
    « Hmm... » se contenta-t-il de répliquer, songeur et l'air absent.
    « Tu comptais retirer la balle toi-même et mettre un pansement dessus en pensant que ça guérirait tout seul? Navré de te dire que t'aurais pu choper une infection en agissant de cette façon-là. Mais non, bien sûr, t'es trop intelligent pour ça, hein? Je veux dire... T'étais au courant des infections, des complications, des réactions de ton corps avec le métal... N'est-ce pas? »

    Les obsidiennes de Pride jusque là braquées distraitement sur l'aiguille fine cousant sa peau, se levèrent avec vivacité sur Liam, dans un silence explicite pour toute première réponse. Le sourire du jeune homme alors complètement effacé, il soutenait le regard du médecin dans l'espoir d'y trouver une réponse : mentir encore ou bien approuver sans en dire trop ? N'était-il pas plus sage, finalement, de se taire avant de partir de ce maudit hôpital ? L'espace d'un instant, alors qu'au vu du regard glaçant de Pride l'on aurait pu croire à ce que ce dernier ne menace avec virulence le propre homme qui l'avait soigné, il esquissa contre toute attente un sourire amusé, avec cynisme et sincérité.

    « J'ai toujours cru comme tout le monde que Sherlock Holmes vivait à Baker Street... Visiblement je me suis trompé. » fit-il avec amusement, soutenant le regard de Liam dans une tirade qui venait confirmer la question du docteur. Pride en effet avait déjà été confronté à ce genre de situation délicate par le passé, blessé plusieurs fois par quelques balles perdues ou armes blanches trop affutées, et cela ne serait certainement pas la dernière. Ne voulant pas en dire plus néanmoins, Pride se redressa avant de répliquer : « … J'aurais besoin d'un médecin attitré, la police ne me couvre pas pour les soins médicaux. » plaisanta-t-il dans un sourire, déguisant une question directe en une suggestion plus diplomate. Il était évident que si Liam acceptait, cela lui éviterait de s'abonner à un forfait soins médicaux prescrits à la maison... ce qui n'était guère très sûr vu le risque des infections. « Je pourrais avoir le nom de l'homme qui m'a soigné ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Blood & friendship (Liam) Dim 25 Avr 2010 - 22:52

« Tu n'es pas mauvais acteur, tu es pitoyable! On apprend très tôt à poser les bonnes questions, en médecine! Et j'ai également une fille, donc je connais les excuses par coeur! »
Déchiffrer ce que les patients ne lui disaient pas était une partie de son boulot afin de parvenir à leur administrer des soins appropriés et Liam avait quelques années de pratique derrière lui. On pouvait donc dire qu'il était devenu un maître dans l'art de découvrir ce qui lui était caché et avec l'attitude première de Pride, il n'avait pas mis long à comprendre ce qui se passait. Il n'avait pas eu l'intention de se rendre à l'hôpital et Liam en était persuadé. En effet, il aurait toujours pu utiliser le téléphone de l'accueil pour prévenir quelqu'un si c'était ce qu'il voulait. Il serait donc rentré chez lui sans se faire soigner et par chance, Liam était tombé au bon moment. La plupart des médecins se seraient attardés et Liam n'était pas le seul à agir de cette façon. Au contraire! C'était leur boulot et ils savaient, en posant le pied dans le domaine médical, que les heures supplémentaires ne devaient pas leur faire peur. Liam ne savait pas pourquoi il était de bonne humeur et pourquoi il avait décidé de soigner Pride au lieu de le laisser à l'accueil en s'assurant qu'on s'occuperait de lui. Il ne le savait pas, mais c'était comme ça. L'hôpital était le seul endroit où il se sentait réellement chez lui, où tous ses problèmes disparaissaient et où il ne se concentrait que sur le bien-être de ses patients. Il était dans son élément et il était conscient que l'image qu'il renvoyait n'était pas la sienne. Elle était loin de l'être, même, car il n'était pas cet homme joyeux et un peu fou qu'on dépeignait. Il l'avait été, mais ce temps-là était révolu.

Liam porta son attention sur Pride lorsqu'il le compara à Sherlock Holmes et qu'il lui demanda si c'était possible qu'il devienne son médecin attitré. Ce n'était pas à proprement parler une demande, mais Liam le prit comme tel alors qu'il terminait les points de suture avec minutie, prenant quelques secondes avant de répondre. D'ailleurs, Pride en profita pour lui demander son nom alors qu'un sourire étirait les lèvres de Liam après qu'il eut terminé de recoudre la plaie. Il posa une main sur la table d'examen en posant les yeux sur Pride, tentant de déceler ce qu'il voulait réellement.
« Liam Stanfield. Écoute... Je prends rarement des patients à ma charge lorsqu'ils ne sont pas en neurologie, mais je vais voir ce que je peux faire... »
Il prenait des gardes aux urgences, mais il avait dû refuser de nombreuses fois des demandes de ce genre-là. Il ne pouvait tout simplement pas en prendre plus sur ses épaules, mais avec Pride, c'était différent et il ne savait pas pourquoi. Peut-être avait-il compris que le jeune homme avait besoin de lui et qu'il ne pouvait pas vraiment s'en sortir seul? La situation demeurait floue dans sa tête et il se leva du tabouret afin d'aller chercher de quoi faire un bandage, ne serait-ce que pour sécuriser la blessure. Il nettoya rapidement la peau et y posa délicatement un pansement afin de s'assurer que le tout était bien stérilisé.
« Bouge pas, je reviens. »
Liam sortit de la pièce et ne revint que quelques minutes plus tard avec une chemise de rechange à lui et les papiers pour les prescriptions. Il prescrivit donc des anti-douleur et apposa sa signature avant de tendre le bout de papier à Pride. Il inscrivit sur une autre feuille son nom et son numéro de téléphone et la lui tendit également en posant son regard dans le sien.
« Je veux que tu me promettes de m'appeler si jamais il t'arrive quelque chose. Tiens. Enfile ça. Tu n'auras qu'à me la rendre plus tard, ce n'est pas important. »
Il lui avait donné la chemise en se disant qu'elle risquait de lui aller. Du moins, elle ferait l'affaire pour l'instant. Liam avait décidé de prendre en charge Pride malgré qu'il ne soit pas officiellement l'un de ses patients en neurologie et lui sourit avant de glisser sa chemise blanche tachée de sang dans un sac et de le le poser sur la table d'examen, aux côtés de Pride. Liam posa toutefois une main sur le bras de son patient alors que ce dernier s'apprêtait à se lever.
« Ça va, tu te sens pas si mal? L'anesthésique fait encore effet, mais je te conseille d'aller chercher ce que je t'ai prescris à la pharmacie. Tu vas me remercier, plus tard! Change le bandage tous les jours pendant une petite semaine, ou même un peu moins si tu vois que ça guérit bien. Après, tu pourras le retirer. Il vaudrait mieux prendre une douche aussi, plutôt qu'un bain, pendant quelques jours, le temps que ça cicatrise. Tu as des questions? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Blood & friendship (Liam) Sam 1 Mai 2010 - 21:36

    Après une séance couture minutieusement observée par Pride qui ne parlait qu'en murmures bas et posés, le médecin déclina son identité non sans un sourire bref. Ce dernier se leva par ailleurs pour mieux revenir nettoyer la plaie et y apposer un pansement, non sans que le jeune agent ne se dise que s'il était rentré chez lui et s'était entêté à se soigner seul, il n'y avait nul doute quant à la différence nette de la plaie bien propre qu'il avait là, avec celle qu'il aurait eue s'il s'y était attelé seul. Bien que l'odeur des substances médicamenteuses lui était désagréable, il fallait bien avouer qu'au final, tous les toubibs n'étaient pas de grands moralisateurs qui vous fixaient d'un air agacé et plein de réprimandes avant de vous faire signer des papiers d'assurance et d'encaisser une somme d'argent exorbitante. Arquant les sourcils sur les dires de Liam qui sortit de la pièce avant de lui affirmer de ne pas bouger, Pride ne put faire que difficilement autrement : il se voyait mal rendre visite à la petite retraitée agonisante dans son lit de la chambre d'à côté, ou bien au pauvre gars attendant sa greffe d'organe depuis quelques jours. L'hôpital était un monde en lui même, d'une morbidité fascinante et étonnante, néanmoins Pride estimait qu'il était très bien où il était, et se voyait encore moins sortir de l'hôpital torse nu, ou à défaut avec une chemise collante d'hémoglobine sur le dos. Liam ne tarda néanmoins pas à revenir, une chemise propre et quelques papiers en main qu'il remplit alors que Pride passa distraitement une main sur sa nuque dans un soupir. Se sentir présent dans cet hôpital, en tant que patient, le mettait mal à l'aise, car les médecins, autant que les avocats ou les banquiers, étaient connus pour en savoir plus que quiconque sur les autres, via quelques secrets bien gardés de leurs patients qu'ils finissaient par apprendre.

    « Je veux que tu me promettes de m'appeler si jamais il t'arrive quelque chose. Tiens. Enfile ça. Tu n'auras qu'à me la rendre plus tard, ce n'est pas important. »

    Attrapant la chemise non sans un signe de tête de remerciement, Pride revêtit le vêtement immaculé, lui allant par ailleurs parfaitement bien, se promettant de la lui rendre au plus vite sans pour autant ne dire un mot. Acquiesçant d'un signe de tête, le jeune homme prit également d'une main ferme mais non sans un bref sourire, le numéro du médecin.

    « A ma prochaine chute dans les escaliers, je promets de t'appeler. » fit-il de sa voix suave et basse.

    La main du médecin vint s'appuyer chaleureusement sur le bras de Pride comme ce dernier mit enfin pied au sol, boutonnant sa chemise non sans un geste plus lent qu'à l'accoutumée : cette sensation désagréable assaillant son flanc l'empêchait d'agir avec vivacité.

    « Ça va, tu te sens pas si mal? L'anesthésique fait encore effet, mais je te conseille d'aller chercher ce que je t'ai prescris à la pharmacie. Tu vas me remercier, plus tard! Change le bandage tous les jours pendant une petite semaine, ou même un peu moins si tu vois que ça guérit bien. Après, tu pourras le retirer. Il vaudrait mieux prendre une douche aussi, plutôt qu'un bain, pendant quelques jours, le temps que ça cicatrise. Tu as des questions? »
    « J'ai le droit de fumer ? » fit-il dans un sourire en coin, avant de se tourner et de prendre le sac comportant sa chemise ensanglantée. « ...Bien sûr que j'ai le droit. » renchérit Pride sans lui laisser le temps de répondre, et se dirigeant vers la porte avant de se retourner dans un hochement de tête reconnaissant. « Merci pour tout, doc' »

    A défaut d'avoir perdu une chemise à présent irrécupérable, le jeune homme avait peut-être bien gagné une personne de confiance, ou dans tous les cas rayonnante d'une aura paternelle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Blood & friendship (Liam)

Revenir en haut Aller en bas
 

Blood & friendship (Liam)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Alentours :: Baptist Hospital-