AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A la recherche du bonheur. (Dorian C.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: A la recherche du bonheur. (Dorian C.) Dim 18 Avr 2010 - 8:18

    7h02. Voilà l’heure qui s’affichait sur le réveil de la jeune Thaïs. Plissant les yeux pour être certaine de l’heure qu’elle voyait, Thaïs remonta ensuite légèrement son drap sur elle. Encore une nuit où elle avait pensé à son père, encore une nuit où elle s’était réveillée et avait passé un moment à regarder la photo de cet homme qu’elle soupçonnait être celui qui l’avait abandonné quelques années plus tôt. Thaïs pensait beaucoup à lui ces derniers temps, c’était peut-être normal après tout mais à vrai dire cette histoire l’obsédait. Elle avait déjà réfléchit à des tas de façons dont elle pourrait l’aborder mais un autre soucis se posait à elle avant. Elle devait le retrouver et ça ce n’était pas gagné. Oh, quelques jours plus tôt elle l’avait aperçu, d’ailleurs elle en avait même parlé à son professeur qui ne l’avait pas cru. Cela l’avait énervé mais elle n’allait pas se laisser abattre par ce point de vue négatif, non. La fois où elle l’avait vu il se trouvait en ville. Thaïs attendait son bus pour rentrer chez ses grands-parents. Elle avait été choquée de le voir mais elle n’avait pas de doute, cet homme était l’homme de la photo et comme l’homme de la photo était certainement son père, alors l’homme qu’elle avait vu était certainement celui qui l’avait laissé alors qu’elle n’était qu’un bébé. Thaïs avait donc pour but de remettre la main sur l’homme et de l’aborder. Après être restée quelques minutes au lit, la petite fille se leva et alla prendre son petit déjeuner en compagnie de ses grands-parents. Bien entendu, elle ne leur parla pas de son projet. Elle n’avait rien dit au sujet de la découverte de la photographie. Thaïs pris ensuite une douche rapide, elle enfila un jeans, un débardeur blanc et ajouta un petit gilet gris clair. Elle jeta un regard à sa montre mais il était trop tôt pour sortir alors elle tenta de s’avancer dans ses devoirs mais cela fut assez laborieux, son esprit était ailleurs. Au bout d’une heure elle quitta la maison en disant à son grand-père qu’elle allait rejoindre une de ses copines chez elle pour qu’elles fassent leurs devoirs ensemble. Monsieur Calaway n’y vit aucun inconvénient.

    Thaïs ne se rendit pas chez son amie, non. Elle traîna en ville et resta quelques longue minutes à l’endroit même où elle avait vu l’homme la dernière fois. Mais elle ne le vit pas. Elle alla alors faire un tour au parc mais après un moment elle se dit qu’elle perdait son temps. Alors elle marcha en ville jusqu’à se retrouver devant le centre commercial. La demoiselle souffla et pénétra à l’intérieur. Elle ne devait oublier aucun lieu si elle tenait vraiment à le retrouver. Il n’y avait pas encore trop de monde mais les gens n’allaient certainement pas tarder à arriver. Thaïs se faufila entre quelques personnes et commença à regarder à droite et à gauche. Il fallait qu’elle le retrouve et qu’elle ouvre donc bien ses yeux.


Dernière édition par Thaïs I. Carmichael le Dim 18 Avr 2010 - 17:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: A la recherche du bonheur. (Dorian C.) Dim 18 Avr 2010 - 12:19

    Et le petit prince dit à l'homme : « les grandes personnes elles ne comprennent rien toutes seules, et c'est très fatiguant pour les petits enfants de toujours et toujours leur donner des explications. »
    Dorian, quant à lui, s'était réveillé un peu de mauvais poil, comme chaque matin. Son réveil avait eu beau sonner pendant une quinzaine de minutes, l'inspecteur de police ne s'était pas levé pour autant, préférant se tirer des draps à la toute dernière minute lorsqu'il se rendit compte qu'il allait encore être en retard au boulot. Envolée cette bonne résolution de l'année qui consistait à être un inspecteur de police irréprochable ne serait-ce que pour prouver à Siobhan qu'il avait changé. Les cheveux en bataille, l'air encore endormi, il se mit en position assise sur son lit et se frotta les yeux avant de bailler et de s'étirer. Il enfila son pantalon jogging et descendit d'un étage pour se préparer un café avant de filer à la douche sous laquelle il resta près de 15 minutes. Il en sortir frais et pimpant pour revêtir le costume obligatoire, un agent de police devait toujours être présentable bien qu'il ne passait pas vraiment de temps à se coiffer les cheveux, préférant les laisser boucler d'eux-même.

    Fin prêt pour aller travailler, Dorian quitta son quartier résidentiel au volant de sa voiture et s'engagea sur la route pour rejoindre CocoWalk, le centre ville situé non loin de son travail. Il avait l'habitude de prendre son petit déjeuné dans le café du centre commercial, c'était un moyen pour lui de se détendre en observant toutes ces personnes venues faire leur courses de bonne heure au matin. En général, lorsqu'il venait ici, il n'y avait pas grand monde, les galeries marchandes ouvraient petit à petit et cela le détendait d'une certaine manière, Dorian avait toujours aimé le bruit jusqu'à une certaine limite.

    La démarche assurée, l'inspecteur de police entra dans le centre commercial en jetant un coup d'œil au miroir pour voir s'il avait bien fait son nœud de cravate, il n'était pas vraiment doué pour cela, il marqua un arrêt et essaya de le remettre en place mais, poussa un grognement de rage et l'enleva complètement pour la fourrer dans l'une de ses poches, résistant à l'envie de la jeter à la poubelle. Au prix qu'il l'avait acheté ! Sans cette cravate, Dorian se sentait déjà mieux, il ressemblait moins à un pingouin avec une jolie plaque, tel un automate, il se dirigea vers le café situé un peu plus au fond du centre commercial.

    Son regard croisa les quelques personnes présentes jusqu'à croiser celui d'une petite fille seule qui lui rappelait vaguement sa défunte fiancée, l'idée que ce soit sa propre fille lui traversa l'esprit mais, il chassa cette pensée en entrant dans le café, saluant la jolie serveuse avec un sourire involontairement sexy. Dorian s'installa à la table située près de l'entrée, inutile d'aller plus loin parce qu'il avait là une très belle vue sur la galerie marchande. Il commanda un petit déjeuné équilibré, ce qu'il se faisait de mieux et se perdit à la contemplation de la bijouterie où il avait acheté une bague de fiançailles quelques années plus tôt. Cette petite fille seule, qu'il ne connaissait ni d'Eve, ni d'Adam, faisait ressurgir malgré elle des sentiments que Dorian avait mis beaucoup de temps à oublier sans jamais y parvenir... Avec le temps, la douleur ne disparaît pas, elle s'amoindrit.

    Son regard se posa une nouvelle fois sur cette petite fille d'une dizaine d'années, pourquoi était-elle seule ? Attendait-elle quelqu'un ? Ses parents étaient-ils au courant de sa présence aussi matinale fut-elle au centre commercial ? Était-ce parce qu'elle lui vaguement Katy Callaway que Dorian s'en souciait autant ?

    Craignant que l'aborder ne la fasse fuir, il préféra la surveiller à distance au cas où cette dernière se ferait accoster par un étranger.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: A la recherche du bonheur. (Dorian C.) Dim 18 Avr 2010 - 17:25

    Thaïs ne voulait pas attendre une éternité avant de chercher son père. Elle l’avait attendu déjà pendant onze ans, ça lui suffisait amplement et elle ne voulait pas attendre une minute de plus. C’est pour cela qu’elle profita du fait qu’elle se soit réveillée de bonnes heures pour sortir et aller en ville. Pour cela elle dû mentir à son grand-père, chose qu’elle faisait rarement mais là elle savait qu’elle n’avait pas le choix et elle ne regretta même pas son geste. Elle n’avait pas parlé à ses grands-parents de la découverte de la photographie, seul son instituteur était au courant et il n’avait rien dit pour le moment, sinon elle l’aurait su. Elle ne savait pas comment ses grands-parents pourraient réagir à ce genre de nouvelle et elle ne voulait donc pas leur dire qu’elle avait l’intention de retrouver son père. Pourtant il lui suffisait de leur montrer la photo et ils leur diraient si oui ou non il s’agissait bien de son père. Mais elle hésitait et pensait que pour le moment ce n’était pas une bonne idée. Ses grands-parents pourraient mentir pour la protéger ou pire, ils pourraient lui dire la vérité et lui apprendre qu’il n’était pas son père et tous les espoirs de la petite fille partiraient en fumée. Elle avait donc décidé de se débrouiller seule, c’était bien mieux d’après elle.

    Arrivée au centre commercial, Thaïs glissa nerveusement les mains dans les poches de son jeans. Elle avait onze ans mais elle avait encore un visage de petite fille et d’ailleurs elle en était encore une. Parfois elle pouvait se montrer très mature mais parfois elle ressemblait encore à un petit bébé dont il faut prendre soin et s’occuper. Etre seule dans ce grand centre commercial ne la mis pas forcément à l’aise mais elle se donna du courage en soufflant un grand coup et avança, regardant bien à droite et à gauche. Elle croisa le regard d’un garçon de son âge qui était accompagné de sa mère et répondit à son sourire. Il était dans son école, pas dans sa classe mais elle l’avait déjà vu la semaine dernière, il venait tout juste d’arriver à Ocean Grove. Se plantant alors devant un banc situé à l’intérieur du centre commercial elle tourna la tête et fit un léger demi tour avant de le voir. Elle venait de croiser son regard, il était bel et bien là. Il l’avait même regardé. Thaïs déglutit avec difficulté et se mis dos à lui avant de murmurer, tout bas.

      ● Reste calme Thaïs, reste calme. Tu respires, encore, vas-y. Il peut rien t’arriver de mal, non. Allez, reste calme.


    Quelques secondes plus tard elle se retourna. Elle ne devait pas le lâcher du regard, elle ne devait pas le laisser partir, non, elle devait absolument s’approcher de lui et l’aborder. La jeune fille n’avait aucune envie de retourner chez ses grands-parents en s’en voulant de n’avoir pas agit. Maintenant elle savait qu’il était en ville mais y vivait-il ou bien passait-il ici quelques jours ? Elle tenta de chasser ces questions puisqu’elle savait qu’en se les posant d’autres interrogations feraient leur apparition. Elle passa alors ses mains sur son jeans, nerveuse et le regarda avec insistance avant de poser son regard ailleurs. Pendant quelques secondes elle le regardait puis détournait le regard et elle se décida enfin. Thaïs pris son courage à deux main et avança vers lui. Trop peu concentrée sur les gens qu’il y avait autour d’elle, elle dû s’arrêter brutalement quand une femme avec son caddie faillit lui rentrer dedans. S’excusant rapidement elle repris son chemin et se retrouva bien vite devant Dorian. Elle sentit alors la peur l’envahir et elle ouvrit la bouche mais aucun son n’en sortit. Le regardant elle se remémora la photo et elle su à cet instant qu’il s’agissait bien du même homme. Thaïs était juste en face de lui, prête à lui dire quelque chose mais elle n’y arrivait pas. Elle le regarda un moment, comme si elle tentait de deviner s’il était ou non son père. N’arrivant pas à dire quoique ce soir la petite fille fit demi-tour mais elle se retourna avant d’enchaîner, l’air paniqué.

      ● Vous avez l’heure s’il vous plait ?


    Elle venait de lui adresser la parole et cela la mis mal à l’aise. D’ailleurs cela devait bien se voir à sa façon d’agir. Thaïs n’avait rien trouvé d’autre à dire, elle n’avait pas besoin de demander l’heure, elle avait une montre autour de son poignet.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: A la recherche du bonheur. (Dorian C.) Dim 18 Avr 2010 - 18:53

    Même si Dorian donnait l'impression de ne pas l'épier, il gardait tout de même un œil sur cette jeune fille pour une hypothétique raison, quelque chose lui disait que cet enfant n'avait rien à faire dans ce centre commercial à une heure aussi matinale et sans personnes. Il avait comme un mauvais pressentiment, avec tout ce que l'on entendait à la télévision, de ces jeunes accrocs à l'Internet qui se faisaient enlevés par des pédophiles et ce qu'il voyait dans son métier. Qui plus est, la fille en question avait l'air de chercher quelqu'un lorsqu'il l'avait aperçue de loin. C'était peut-être son instinct paternel qui reprenait le dessus, pourtant, il n'avait pas été un bon père et Dorian avait longtemps regretté son geste avant de se faire une raison. Thaïs était beaucoup mieux chez ses grands-parents, ils avaient toujours été doux et attentionnés bien qu'ils lui ait formellement interdit de la voir lorsque Dorian était apparu au seuil de leur porte le jour de son 6ième anniversaire. Il était bien loin de se douter que cette jeune fille qu'il épiait depuis tout à l'heure était la sienne et tomberait sûrement de haut lorsqu'il l'apprendrait.

    Quand il reporta son attention sur le banc où elle était assise, le cœur de Dorian fit un bond dans sa poitrine, elle avait disparu. Il voulu se lever mais, fut surpris de la voir à ses côtés, elle semblait terriblement gênée et il ne put s'empêcher de sourire lorsqu'elle lui demanda l'heure d'une manière très timide.

    « En tout cas, ce n'est pas une heure pour traîner seule dans un centre commercial, jeune fille... 8h45. »

    Dorian afficha un sourire bienveillant et la détailla rapidement du regard qui fut immédiatement attiré par la montre attachée à son poignet.

    « Ta montre ne fonctionne plus ? » ajouta t-il en désignant la désignant de son menton.

    Cette fois-ci, son regard se fit plus inquisiteur. L'inspecteur de police plongea ses yeux bleus dans ceux de Thaïs qui était le parfait reflet du sien et fronça légèrement les sourcils... C'était peut-être bien plus qu'une coïncidence. Il était vrai que cette petite fille ressemblait traits pour traits à sa défunte fiancée mais, elle avait aussi le même regard que Dorian et les mêmes lèvres. Sa fille était elle-même née à Ocean Groove, il ne l'avait jamais vu mais, ne pouvait s'empêcher de faire le rapprochement, sûrement parce qu'intérieurement il espérait que cette petite soit sa progéniture. Son visage se décomposa avant de demander d'une voix incertaine.

    « Thaïs ? Thaïs Ivael ? »

    Thaïs avait été le prénom imposé par sa fiancée, quant à Ivael, c'était le prénom de la grand-mère de Dorian, celle qui l'avait élevé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: A la recherche du bonheur. (Dorian C.) Dim 18 Avr 2010 - 20:31

    La jeune fille avait fini par s’avancer vers l’homme. Elle ne pouvait pas laisser passer une chance pareil. Si elle ne l’abordait pas aujourd’hui et qu’elle ne le recroiserait pas elle aurait raté la chance de sa vie de faire la connaissance de son père et ça elle n’en avait vraiment pas envie. Cependant quand elle se retrouva devant lui, la jeune fille eut du mal à dire quoique ce soit. Pendant quelques secondes même elle bloqua littéralement, n’arrivant pas à parler. Le fait de se retrouver devant cet homme qui était peut-être son père était assez difficile à gérer. Thaïs fit demi tour mais repris un peu de courage et se retourna alors, demandant alors l’heure. Elle avait une montre mais elle n’avait rien trouvé d’autre à dire. A la réponse de l’homme, Thaïs fit un léger signe de la tête mais n’ajouta rien. Elle savait bien qu’il était tôt, trop tôt pour se retrouver ici. Remarquant qu’il avait vu sa montre, la demoiselle fut un peu plus gênée et s’empressa de tirer sur la manche de son gilet comme pour cacher sa montre. Elle ajouta alors, tentant d’être plus à l’aise.

      ● Euh. Si. Enfin non. Elle, j’crois qu’elle est un peu déréglée en fait.


    Quelle réponse nulle. Mais Thaïs avait de quoi paniquer. L’homme qui était en face d’elle était celui de la photographie et il y avait de grande chances pour qu’il soit son père. Depuis onze ans Thaïs pensait à lui, depuis onze ans elle voulait le connaître. Même quand elle avait su la vérité et qu’elle l’avait détesté pendant un temps, elle avait toujours eu l’envie et le besoin de savoir qui il était. Elle le regarda encore un peu, remarquant qu’il faisait de même. Après avoir déglutit avec un peu de mal elle entendit son prénom et sans le vouloir, une fois encore, elle ouvrit la bouche pour montrer son étonnement. Comment le savait-il ? Sentait-il lui aussi qu’elle était sa fille ? Ou est-ce qu’elle se faisait des idées et qu’elle avait compris de travers ? La jeune fille était quelque peu perdue et elle répondit.

      ● Jenny, Jenny Sulivan.


    Thaïs venait de donner le nom d’une de ses copines. Mais en disant ce nom elle avait hoché la tête de haut en bas, montrant donc bien à l’homme qu’elle s’appelait Thaïs Ivael. Sentant alors les larmes lui chatouiller le coin des yeux, la petite fille passa rapidement sa main sur son visage et fit demi-tour. Cette fois ci elle ne se retourna pas mais n’alla pas bien loin. Elle s’installa sur le banc et se murmura, encore une fois à elle-même.

      ● Ca va aller, tiens le coup. Allez Thaïs t’es plus un bébé, tiens l’coup j’ten prie.


    Elle avait réussit à calmer ses larmes. En fait elle avait fait en sorte de les empêcher de couler et elle savait à présent qu’elle ne pleurerait pas. Cet homme était son père, elle ne voyait que cela comme explication. Fallait savoir à présent comment le lui demander, comment lui dire qui elle était vraiment alors qu’elle venait d’essayer de lui faire comprendre qu’elle était une autre personne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: A la recherche du bonheur. (Dorian C.) Dim 18 Avr 2010 - 21:12

    Dans son métier, Dorian était amené à observer les gens et leur manière de réagir, il était d'ailleurs très habile pour décrypter la gestuelle et chez les enfants, c'était d'autant plus flagrant que l'inspecteur de police n'eut aucun mal à voir que cette petite fille était très gênée et qu'elle mentait, surtout lorsqu'elle tira sur sa manche pour cacher sa montre, ce qui ne fit que confirmer ses doutes. Il lui était tout bonnement impossible de détacher son regard de celui de cette jeune fille qui disait être Jenny Sullivan bien que ses yeux lui disaient le contraire. C'est alors qu'elle s'éloigna sans réclamer son reste, Dorian n'eut même pas le temps de lui répondre quoi que ce soit, elle venait de le laisser en plan. Il ne lui opposa aucune résistance lorsqu'elle s'éloigna pour rejoindre le banc sur lequel elle s'était assise quelques instants plus tôt et intrigué par cette réaction, Dorian l'avait suivit en marchant à pas feutrés.

    Cette soit disant Jenny ne s'était pas retournée, comme si elle n'avait pas la force de le regarder plus longtemps et c'était cela qui lui avait mis la puce à l'oreille. Jamais aucun enfant avait réagi de la sorte avec lui, en général, Dorian avait un bon contact avec eux mis à part Declan, ce jeune délinquant connu des services de police et qu'il essayait tant bien que mal de remettre dans le droit chemin. A présent derrière la frêle silhouette, l'inspecteur de police ne bougeait plus d'un poil, son intuition lui disait de ne pas intervenir maintenant...

    Citation :
    ● Ca va aller, tiens le coup. Allez Thaïs t’es plus un bébé, tiens l’coup j’ten prie.

    Cette petite phrase murmurée qu'il n'eut aucun mal à entendre lui fit l'effet d'une claque en pleine figure, d'un poignard dans le cœur... Son visage était figé dans une expression mêlant tristesse et culpabilité, jamais il n'aurait cru l'apercevoir un jour même si tous deux vivaient à Ocean Groove. Pourtant, ses grands-parents étaient au courant de la mutation de Dorian parce que quelques jours auparavant, il leur avait envoyé une lettre à laquelle il n'avait obtenu aucune réponse, comme d'habitude. Celle qui était adressée à Thaïs revenait tous avec la mention : « Retour à l'envoyeur ». Il aurait très bien pu retourner à sa place en courant, s'asseoir à sa table et faire comme s'il n'avait rien entendu mais, ses jambes refusaient d'obtempérer et ses yeux n'arrivaient pas non plus à se détacher de l'arrière du crâne de Thaïs, à défaut de la voir de face. Que faire ? Que dire ?

    Elle voulait sûrement régler ses comptes et cela ne voulait dire qu'une chose ; elle savait qu'il était son père, ses grands-parents lui avaient sûrement dit la vérité après des années à lui faire croire qu'il s'était engagé dans l'armée. Pourtant, les Callaway avaient rayé Dorian de leur vie depuis très longtemps et brûlés les photos de lui et de leu fille pour que Thaïs ne sache jamais qui il était, du moins, c'était ce qu'il avait pensé pendant des années. Ce fut à son tour d'être mal à l'aise et il n'avait vraiment pas l'habitude de l'être, un situation inédite, les rôles étaient inversés... De là où la petite se trouvait, elle pouvait aisément voir son reflet dans le miroir de la boutique d'en face.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: A la recherche du bonheur. (Dorian C.) Dim 18 Avr 2010 - 21:55

    Quand l’homme prononça son nom la jeune Thaïs se sentit plutôt mal. Des tas de questions défilèrent dans sa tête et elle eut soudainement peur. Oui la peur l’envahissait parce qu’elle savait à présent que cet homme était son père. Il n’y avait plus de doutes. Elle lui donna cependant un faux nom, celui d’une de ses copines mais elle secoua en même temps la tête de haut en bas, comme pour répondre positivement à sa question. Puis elle s’éloigna, tout en retenant ses larmes de couler. Le moment était plus difficile à gérer qu’elle ne l’avait cru. Pourtant elle l’avait imaginé cet instant, celui où elle se retrouverait devant son père, celui où enfin elle pourrait lui adresser la parole. Thaïs s’installa sur un banc et tenta de se redonner du courage. Il le fallait. Respirant calmement elle sentit une présence derrière elle et elle n’eut pas besoin de se retourner pour savoir de qui il s’agissait. Relevant la tête elle aperçut alors son reflet dans le miroir de la boutique d’en face. Thaïs se figea alors sur place. Venait-il d’entendre ce qu’elle avait dit ? Si c’était le cas il savait maintenant qui elle était réellement, elle venait de dire son prénom en se parlant à elle-même. Pendant quelques secondes elle ne bougea pas, complètement perdue et ne sachant que faire. Mais d’un coup elle fut prise par la colère. Elle qui était pourtant douce et qui n’était pas une enfant à se mettre dans de drôles d’états sentait la colère monter en elle. Se retournant alors, la jeune fille se releva et sans vraiment se rendre compte de ce qu’elle faisait elle se plaça devant son père avant de s’énerver et de lui donner des petits coups de poing sur le torse tout en criant presque.

      ● Pourquoi ? Pourquoi t’as fait ça ? J’étais qu’un bébé, t’avais pas le droit. Pourquoi ? J’te plaisais pas ? T’avais pas envie d’avoir une fille, tu voulais un garçon c’est ça ? Pourquoi tu m’as fait ça. Dis moi pourquoi, dis moi c’que j’t’ai fait. C’est pas de ma faute si elle a pas survécue, je voulais pas lui faire de mal en venant en monde.


    C’était bien trop difficile pour Thaïs et elle fondit alors en larmes. Elle lui en voulait c’était certain. Comment ne pas en vouloir à son père qui vous a abandonné, qui n’a jamais cherché à vous connaître. Car oui, Thaïs pensait vraiment qu’il se moquait bien d’elle, qu’il l’avait rayé de sa vie et qu’il n’en voulait pas, tout simplement. Continuant de lui donner des coups de poing, elle se doutait qu’elle ne devait pas lui faire bien mal, d’ailleurs le but n’était pas de lui faire du mal, simplement d’exprimer sa colère. Elle continua alors, ayant un peu plus de mal à parler, puisqu’à présent elle pleurait.

      ● T’as gâché, t’as…t’as gâché onze ans. J’avais, j’avais besoin de toi. Et, et…et toi tu m’a oublié.


    Elle ne stoppait toujours pas les coups sur son torse, elle n’y arrivait pas. Bien évidemment elle était contente de le revoir, de le voir plutôt mais à cet instant elle ressentait tant de sentiments à la fois qu’elle avait du mal à contenir sa colère. Elle l’avait enfin trouvé et bien qu’elle souhaitait par dessus tout faire partie de sa vie, elle devait passer par ce stade, oui, elle devait se défouler en quelque sorte sur lui, comme pour pouvoir commencer à lui pardonner.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: A la recherche du bonheur. (Dorian C.) Dim 18 Avr 2010 - 22:22

    Du coin de l'œil, Dorian qui était toujours tétanisé remarqua que Thaïs avait redressé la tête. Tous deux se sentaient observés et n'osaient plus bouger, cherchant désespérément un moyen de rompre le silence et cette gêne qui s'était installée entre eux. L'inspecteur de police se retrouvait à cours d'arguments, il ne savait que dire ni que faire pour engager la conversation parce que les Callaway lui avait sans doute dit la vérité à son sujet, il l'avait abandonné purement et simplement, pour ce geste, Dorian n'avait aucune excuse.

    Contre toute attente, ce fut Thaïs qui rompit le silence et pas de n'importe quelle manière. A présent debout face à lui, elle fut prise de colère et abattit ses petits poings sur le torse de Dorian qui lui opposa une résistance d'ours en peluche. Il l'avait bien mérité, lui qui avait cru que son absence ne lui aurait pas manqué c'était lourdement trompé, Thaïs était très affectée par tout cela et par le décès de sa mère. Ses paroles eut pour effet de rouvrir une vieille blessure et bien que Dorian essayait de conserver un visage parfaitement stoïque devant les quelques têtes curieuses qui s'étaient tournées vers eux, ses yeux commencèrent à lui piquer atrocement tandis qu'une boule se formait dans sa gorge. Il avait agi en un parfait crétin, un égoïste de premier ordre, il méritait cette haine, ces coups et ce regard accusateur.

    Il était père et ne savait même pas réagir en tant que tel. Que devait-il faire au juste ? Ces questions, il se les repassait sans cesse tous les soirs avant de s'endormir et le fait qu'elles soient prononcées à voix haute de la bouche de sa propre fille avait de quoi le secouer. Ce fut le déclic, ce qui déclencha un semblant d'instinct paternel sûrement, Dorian encercla son corps frêle et tremblant de colère de ses bras protecteurs et laissa couler ces larmes qu'il ne pouvait plus retenir. Il pesa ses paroles, ne voulant pas la perdre encore une fois et s'installa sur le banc en l'entrainant sur ses genoux. Une fois assis, il posa sa joue sur la tête de Thaïs en essayant de la calmer, difficile à faire, Dorian n'avait jamais consolé son propre enfant et ne savait pas comment elle allait réagir à ce qu'il allait lui dire.

    « Je sais que ce n'est pas de ta faute, je suis désolé de t'avoir fait souffrir. J'ai agi comme un égoïste, un crétin malheureux, j'aimais ta mère plus que tout au monde et puis, tu es arrivée, j'ai eu peur de ne pas savoir assumer mon rôle. C'est très facile de devenir père mais, c'est difficile de se comporter en tant que tel... Thaïs, je... je ne t'avais pas oublié... Je t'ai envoyé des cartes postales à tes anniversaires mais, elles me sont toutes revenues. Une petite fille, je voulais d'une petite fille à qui je puisse apprendre le piano et que je couvrirais de cadeaux et de robes de princesse mais, j'ai échoué. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: A la recherche du bonheur. (Dorian C.) Lun 19 Avr 2010 - 9:40

    La situation n’était pas simple à gérer pour la petite fille. Assise sur un banc, dans ce grand centre commercial, elle sentit bien vite la présence de quelqu’un derrière elle et elle n’eut pas besoin de se retourner pour savoir de qui il s’agissait. Puis tout en relevant la tête elle aperçu son reflet dans le miroir de la boutique d’en face. Pendant quelques secondes elle resta là, figée sur place, ne sachant pas quoi faire mais rapidement la jeune fille fut prise par la colère. Elle se leva alors, se mis face à son père et laissa exploser la colère et la tristesse qu’elle avait en elle tout en lui donnant de petits coups de poing sur son torse. Thaïs ne comprenait pas pourquoi est-ce qu’il l’avait abandonné. Elle avait imaginé tout un tas de scénarios possibles mais elle n’avait jamais clairement eu de réponse. Aujourd’hui elle en aurait peut-être une. Elle se mis ensuite à pleurer, tout cela était trop difficile pour elle à gérer. Alors qu’elle déversait sa colère sur lui, son père la pris dans ses bras et l’entraîna sur le banc. Thaïs ne résista pas, de toute évidence elle n’en avait ni la force ni l’envie. Les larmes continuaient de couler, elle voyait bien que son père n’était pas spécialement bien non plus mais elle ne dit rien, se contentant de l’écouter tout en tentant de se calmer. Il semblait honnête et le fait qu’il lui mente ne traversa pas, étrangement, l’esprit de la petite fille. Peut-être voulait elle enfin y croire, peut-être avait elle envie que tout ce qu’il venait de lui dire soit la stricte vérité. Mais elle se posait encore des questions. Pourquoi avait-il cru ne pas pouvoir être capable de l’élever, pourquoi ses grands-parents avaient caché les cartes postales, pourquoi, pourquoi, pourquoi ? Thaïs resta un moment silencieuse, ne bougeant pas et sentant enfin la présence de son père contre son corps. Elle avait mal mais quelque chose lui faisait du bien dans tout cela. La vérité peut-être ou simplement le fait d’être avec lui, avec son père. Au bout de quelques petites minutes, Thaïs glissa, avec un peu d’appréhension tout de même, sa main dans celle de son père et enchaîna, doucement.

      ● T’aurais pu au moins essayer, essayer de m’élever un peu. Ou…ou t’aurais pu demander de l’aide à grand-père et grand-mère. Ils auraient pas dit non tu sais.


    Thaïs lui en voulait, bien évidemment. Elle avait beau n’avoir que onze ans, elle savait certaines choses et là elle avait envie de crier à son père qu’il avait fait un bébé et qu’il devait l’assumer. Elle se retint cependant, ne connaissant pas ses réactions et ne voulant pas qu’il se fâche contre elle. Non, elle craignait qu’il l’abandonne à nouveau. Thaïs déglutit alors avec difficulté et laissa son regard se poser sur une plante, un peu plus loin, avant de continuer.

      ● Si les cartes revenaient ben fallait venir. Fallait venir sonner à la porte ou venir me voir à l’école ou…ou je sais pas moi mais fallait pas me faire tout ce mal.


    La demoiselle était à présent plus calme. Ses larmes ne coulaient plus même si elle avait encore envie de pleurer. Thaïs était perdue, elle n’avait jamais pensé que la rencontre pourrait se dérouler de cette façon. Se dégageant alors de son père, elle s’installa près de lui et glissa ses deux mains dans les poches de sa veste puis ajouta, en veillant à ne pas croiser son regard.

      ● Et t’es ici depuis combien de temps ? T’avais pas l’intention de venir me voir, hein, pas vrai ? Si j’t’avais pas reconnu sur une photo avec maman, j’t’aurais jamais connu, c’est ça ?


    Elle avait envie de savoir si oui ou non son père vivait à Ocean Grove depuis longtemps. Peut-être qu’il habitait là depuis toujours et qu’elle ne l’avait jamais croisé. Elle aurait alors grandit si près de lui mais si loin en même temps. Et puis s’il venait de revenir en ville avait-il pensé à elle, à aller la voir ? Thaïs en doutait mais elle voulait savoir la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: A la recherche du bonheur. (Dorian C.) Lun 19 Avr 2010 - 18:26

    Honnête, Dorian l'était parce que lui aussi avait longuement attendu le moment. Combien de fois avait-il repassé dans sa tête une éventuelle rencontre, il avait aussi imaginé à quoi elle pouvait bien ressembler mais, il avait été bien loin de lui faire honneur. Thaïs était une petite fille vraiment très jolie, le portrait craché de sa défunte mère, il avait même l'impression qu'elle le regardait à travers les yeux de sa fille. Comment avait-il pu faire ça ? Cette question, il se l'était posé des centaines et des centaines de fois sans vraiment trouver de réponses logiques, Dorian avait longuement regretté son geste et avait tenté à de nombreuses reprises de revoir sa fille sans succès. Ses grands-parents lui interdisaient toujours de la voir, estimant qu'elle avait déjà assez souffert comme ça et qu'il n'était pas capable d'assumer son éducation, à force de se l'entendre dire, Dorian avait fini par y croire et n'avait pas réessayé depuis...

    Citation :
    ● T’aurais pu au moins essayer, essayer de m’élever un peu. Ou…ou t’aurais pu demander de l’aide à grand-père et grand-mère. Ils auraient pas dit non tu sais.

    Si elle savait... Si seulement elle savait que ses grands-parents lui avait interdit de la voir... Il ne voulait pas leur mettre une épée de damoclés au-dessus de la tête parce que malgré tout, ils avaient fait du très bon travail, Thaïs avait l'air d'être une petite fille intelligente et joyeuse malgré son passé douloureux.

    « Ce n'est pas aussi facile. Tes grands-parents et moi, nous sommes, comment dire... nous sommes fâchés mais, je suis sûr qu'ils se sont très bien occupés de toi. Ne crois pas que c'est de ta faute si je t'ai abandonné, c'est de la mienne, uniquement de la mienne. »

    Citation :
    ● Et t’es ici depuis combien de temps ? T’avais pas l’intention de venir me voir, hein, pas vrai ? Si j’t’avais pas reconnu sur une photo avec maman, j’t’aurais jamais connu, c’est ça ?

    « Tu as raison, je n'avais pas l'intention de venir te voir. J'aurais préféré que tes grands-parents ne te disent pas la vérité. J'avais trop honte de ce que je t'avais fait et je craignais que tu ne veilles me pardonner, ce que je comprendrais. En modèle de père, il y a beaucoup mieux sur Terre. »

    Il marqua une pause et se souvint qu'elle lui avait demandé depuis combien de temps il était à Ocean Groove.

    « J'y suis resté pendant un moment mais, j'ai déménagé un peu partout pour le boulot. Je viens tout juste de revenir en ville, j'habite au 4811 Apple Road, si jamais tu … tu... tu as besoin de me voir. » ajouta t-il en lui faisant cette promesse silencieuse d'être à ses côtés.

    Après un moment de silence, il prit le menton de sa petite fille dans ses mains et la détailla du regard avant d'afficher un sourire bienveillant mais, douloureux.

    « Tu es aussi belle que ta maman. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: A la recherche du bonheur. (Dorian C.) Lun 19 Avr 2010 - 19:16


    Etre avec son père lui faisait du bien et du mal à la fois. C’était tellement compliqué de pouvoir gérer ce genre de situation, notamment quand l’on a que onze ans. Mais Thaïs ne voulait pas fuir. Elle tenait son père à présent et bien qu’il lui ait fait du mal elle n’avait pas l’intention de le laisser l’abandonner une deuxième fois. D’ailleurs quand elle s’en sentirait vraiment le courage, peut-être qu’elle lui dirait clairement qu’il devait s’occuper d’elle, que ça faisait partie de son rôle de père. Continuant de poser des questions tout en montrant clairement à Dorian qu’il aurait pu mieux faire quant à son éducation, la demoiselle l’écouta ensuite parler et garda un moment le silence. Les gens qui, quelques minutes plus tôt s’étaient arrêtés pour la voir frapper de ses petits poing le torse de son père, étaient à présent bien loin et c’était bien mieux comme ça. Elle rétorqua alors, un peu s’en se rendre compte de ce qu’elle disait.

      ● Encore heureux qu’ils soient fâchés contre toi, après c’que tu as…


    Mais Thaïs ne continua pas sa phrase. Ce que lui disait son père ainsi que sa façon d’agir montrait clairement à la petite fille qu’il regrettait et qu’il était mal d’avoir agit comme ça. Pourquoi donc devrait-elle lui répéter encore et encore qu’il avait fait une grosse bêtise en l’abandonnant, hum ? Elle l’écouta continuer mais n’ajouta rien. Elle se répéta cependant à plusieurs reprises l’adresse qu’il venait de lui donner. Elle l’a rangea soigneusement dans un coin de sa tête et elle se promis de ne pas l’oublier. Il était évident qu’elle viendrait lui rendre visite, elle en avait tellement besoin. Thaïs laissa ensuite Dorian prendre son menton dans sa main et la regarder. Elle cligna des yeux, quelque peu gênée d’avoir à le regarder en face mais elle ne pu s’empêcher de sourire à ce qu’il lui dit. Ca lui faisait du bien de le savoir. A la maison, ses grands-parents ne refusaient jamais de parler de la maman de la petite mais Thaïs évitait le sujet, sachant très bien que ça leur faisait beaucoup de mal. Penchant doucement la tête, elle murmura, regardant Dorian dans les yeux et tentant de faire disparaître cette gêne qu’elle ressentait.

      ● Grand-père dit que quand j’boude j’ai le même air qu’elle quand elle boudait à mon âge.


    Thaïs n’avait pas réellement de mal de parler de sa mère, contrairement à Dorian ou à ses grands-parents. Elle ne l’avait pas connu et elle n’avait donc aucun souvenir qui pouvait remonter à la surface et lui faire mal. Bien sur, par moment elle était malheureuse mais comme elle ne l’avait pas connu, la tristesse était différente. Après s’être passé la langue sur la lèvre inférieure, elle continua, parlant un tout petit peu plus fort.

      ● J’ai pas envie que tu repartes loin de moi. S’il te plait. Je veux expliquer à grand-père et grand-mère que j’ai besoin de toi. Il faut qu’ils comprennent. Ne me laisse pas une deuxième fois, hein ?


    Le regard de la petite fille était à présent presque suppliant. Les larmes lui montèrent rapidement au coin des yeux et elle se força à ne pas pleurer. Voir son père et le laisser filer lui ferait terriblement de mal. Elle devait retenir Dorian, le rassurer s’il le fallait vis-à-vis de ses grands-parents mais elle ne lui donnerait pas l’occasion de l’abandonner encore.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: A la recherche du bonheur. (Dorian C.) Mar 20 Avr 2010 - 10:17

    Malgré son jeune âge, Thaïs avait remis Dorian en place. Elle devait sans doute tenir ce trait de caractère de son père qui avait toujours été provocateur et cassant, c'était d'ailleurs une très grande qualité dans son travail notamment lors des interrogatoires mais, aussi un grand défaut qui lui avait plusieurs fois coûté sa place, ce qui expliquait le nombre de mutations et la liste des avertissements qui figuraient sur son dossier. Il était tout de même content qu'elle ait reçu un peu de lui même s'il s'agissait là d'un trait de caractère dont certains auraient voulu qu'il se passe mais, Dorian en usait sans modération pour résoudre une enquête au plus vite, malgré son dossier peu glorieux, il avait tout de même un bon nombre d'arrestations à lui tout seul, c'était tout ce qu'il cherchait. Dorian ne demandait pas la reconnaissance, il ne faisait que son job, avec détachement, certes mais, son job tout de même.

    A présent, il tenait le visage de sa petite fille entre ses mains, c'était fou ce qu'elle pouvait lui ressemblait, la même expression, le même regard, le même sourire...

    Citation :
    ● Grand-père dit que quand j’boude j’ai le même air qu’elle quand elle boudait à mon âge.

    « C'est vrai. » dit-il en riant, essayant de cacher en vain son émotion qui se lisait à présent dans ses yeux couverts d'un voile translucide.

    Tout comme pour Thaïs, le fait de voir sa fille lui faisait plaisir et le rendait triste en même temps. Plaisir dans le sens ou il pouvait enfin mettre un visage sur le nom de sa progéniture, rattraper le temps perdu mais, triste parce qu'il éprouvait toujours une grande culpabilité et que sa fille était le portrait craché de sa mère.

    Citation :
    ● J’ai pas envie que tu repartes loin de moi. S’il te plait. Je veux expliquer à grand-père et grand-mère que j’ai besoin de toi. Il faut qu’ils comprennent. Ne me laisse pas une deuxième fois, hein ?

    « Je vais essayer de ne pas me faire virer mais, oui, j'ai bien l'intention de rester à Ocean Groove maintenant que tu m'as trouvé. J'y suis, j'y reste. » dit-il en ôtant ses mains du visage de la petite avec un sourire paternel.

    Il leva son index en l'air, comme s'il avait eu une idée soudaine et farfouilla dans ses poches pour en tirer un petit carnet de notes, un stylo et y inscrire : « Dorian Carmichael, 4811 Apple Road, 555-6846. » après quoi il lui tendit le bout de papier.

    « Tout est là. Je n'ai pas l'intention de te laisser seule dans le centre commercial, je te raménerais chez toi lorsque tu en auras envie. Excuses-moi, deux petites minutes. » ajouta t-il en tirant son portable qui sonnait.

    « C'est le boulot. » ajouta t-il avant de décrocher.

    « Inspecteur Carmichael. Oui patron, où je suis ? ... Je travaille... Et alors ? Qu'est-ce que ça peut vous faire que je ne sois pas au bureau ? Je suis sur le terrain, c'est pas en restant le derrière assis sur une chaise que les délinquants vont venir tout seul... Comment ça mon coéquipier m'attend ? Je vous ai déjà dit que je travaillais seul pour éviter ce genre de désagrément. Bon écoutez, si vous teniez vraiment à me virer comme vous dîtes, vous n'auriez pas demandé à ce que je reviennes travailler pour vous, on en rediscutera plus tard, je suis occupé. »

    Quelle audace, n'est-ce pas ? Du Dorian tout craché, il referma le clapet de son téléphone sans ménagement et le fourra dans sa poche. Ca commençait bien, lui qui venait tout juste de lui faire la promesse de tout faire pour ne pas se faire virer, voilà qu'il poussait son supérieur à bout.

    « Tu as déjeuné ? Tu veux qu'on aille se promener dans la galerie ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: A la recherche du bonheur. (Dorian C.) Mar 20 Avr 2010 - 22:28

    Thaïs expliqua clairement à son père, avec une certaine tristesse cependant, qu’elle ne voulait pas qu’il l’abandonne encore une fois. Tout cela se comprenait parfaitement, Thaïs avait eu si mal, elle avait encore mal d’ailleurs, qu’elle ne pouvait pas imaginer que Dorian sorte de sa vie une fois encore, alors qu’elle venait tout juste de le rencontrer. Il avait tant de choses à apprendre d’elle et elle également. Comme toutes les petites filles, Thaïs rêvait d’une belle relation avec son papa, elle rêvait de pouvoir rire avec lui, faire des batailles d’oreillers, lui montrer ses bonnes notes, aller jouer au parc ou encore lui raconter des blagues plus bêtes les unes que les autres. Elle avait pu faire cela, oui, mais pas avec son père, avec ses grands-parents et à présent c’était avec Dorian qu’elle avait envie de vivre tout cela. Elle était même prête à expliquer à ses grands-parents qu’elle avait trouvé une photographie de Dorian, elle voulait bien leur dire qu’elle était partie à sa recherche et qu’elle l’avait retrouvé. Et bien sur elle voulait également leur dire qu’il devait faire partie de sa vie, qu’ils ne pouvaient pas les en empêcher. Ecoutant Dorian répondre la jeune fille secoua légèrement la tête de haut en bas et le regarda noter quelque chose sur un bout de papier qu’il lui tendit. Elle le lu rapidement avant de comprendre que quelqu’un de son travail lui téléphonait. Elle murmura alors, évitant ainsi de faire trop de bruit.

      ● J’t’en prie, si c’est le travail.


    Elle était assez grande pour comprendre que le boulot était quelque chose d’important et qu’il y avait certains coups de téléphones qu’on ne pouvait pas ignorer. Alors que son père était au téléphone, elle en profita pour ranger soigneusement le bout de papier dans la poche de son jeans et elle sourit légèrement en repensant à ce qu’il y avait d’écrit dessus…de si précieuses informations. Sans le vouloir elle entendit bien évidemment la conversation de Dorian et fronça les sourcils. Ce qu’elle entendait ne lui plaisait pas et dès que son père eut raccroché elle ne pu s’empêcher de le lui dire, poliment cependant.

      ● Hey ! T’as dit que t’allais essayer de garder ton travail. Parles pas comme ça à ton chef, il va pas aimer ça, crois moi.


    Bien sur Thaïs n’avait aucune expérience du monde du travail mais elle savait bien qu’on ne pouvait pas parler comme cela à son chef sans avoir des ennuis. C’était un peu comme un élève et son maître, enfin, dans la tête de la petite fille. Se levant elle passa alors ses mains sur son pantalon et répondit à la question de son père, tout en remettant une petit mèche de cheveux derrière son oreille.

      ● Des pancakes et un jus d’orange…le tout fait par grand-mère, bien entendu. Le petit déjeuner est mon repas préféré, depuis toujours.


    C’est avec un sourire qu’elle lui annonça cela puis elle continua.

      ● Je suis d’accord pour faire un tour avec toi…si ton patron te causera pas d’ennuis ensuite.


    C’était important pour la demoiselle que son père garde son travail, sinon il risquait de partir et il pourrait donc s’éloigner d’elle. Tendant la main pour prendre celle de son père elle fut mal à l’aise à la dernière minute et se ravisa. Pour cacher sa gêne elle lui demanda.

      ● Tu serais d’accord pour venir parler avec grand-père et grand-mère ensuite ? Ils croient que je suis chez une copine pour faire mes devoirs.


    Et oui elle avait dû leur mentir pour quitter si tôt la maison. Thaïs ne mentait que rarement mais là elle n’avait pas eu le choix et son mensonge l’avait permis de retrouver son père, alors bien évidemment elle ne regrettait rien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: A la recherche du bonheur. (Dorian C.) Mer 21 Avr 2010 - 15:05

    Thaïs n'était pas la seule à avoir du mal à y croire. Dorian avait passé les onze dernière années à penser qu'il était beaucoup trop tard pour réparer les pots cassés et espérer la revoir un jour, ses grands-parents avaient été très explicites lorsqu'ils lui avait demandé de ne plus chercher à voir sa fille et l'inspecteur de police s'était fait une raison, elle était beaucoup mieux sans lui. D'après lui, ils lui avait sans doute dit que son père était mort et c'était en grande partie pour cela que Dorian était très étonné de la voir ici. D'autant plus que c'était Thaïs qui l'avait abordé, sans quoi, il n'aurait probablement pas fait le premier pas bien que l'envie de la connaître était très forte. C'est aussi pour cela qu'il griffonna ses coordonnées sur un bout de papier qu'il tendit à Thaïs, elle lui avait fait comprendre qu'en tant que père il avait des obligations et responsabilités envers elle et Dorian comptait bien rattraper le temps perdu même s'il doutait encore de son instinct paternel.

    L'inspecteur lui adressa un maigre sourire avant de répondre au téléphone, ses paroles étaient dures mais, son patron faisait preuve d'une patience qui étonnait même Dorian. N'importe quel autre chef du service de police l'aurait déjà mis à la porte depuis longtemps mais, pour une fois, celui là n'était pas idiot, il voyait bien que derrière son sale caractère se cachait un inspecteur de police exemplaire qui coinçait toujours les délinquants avec succès. Après un échange houleux avec ce dernier, Dorian poussa un soupir avant de raccrocher et de ranger son téléphone dans la poche de son pantalon.

    Citation :
    Hey ! T’as dit que t’allais essayer de garder ton travail. Parles pas comme ça à ton chef, il va pas aimer ça, crois moi.

    Cette réflexion le fit sourire, pas parce que c'était sa fille qui lui donnait un conseil, bien que c'était amusant mais, parce qu'elle avait entièrement raison. Il acquiesça d'un signe de tête avec un sourire en coin, imitant à la perfection le visage d'un enfant pris en faute et qui se fait rappeler à l'ordre.

    « C'est pas faux... Je lui paierais une bouteille de bon vin pour me faire pardonner, il cède toujours. »


    Dorian se promit de faire des efforts à l'avenir pour conserver son boulot. Il voulait prouver à Siobhan et à Thaïs qu'il était prêt à changer pour elles et à arrêter les sottises une bonne fois pour toute, il avait tout de même quarante ans, il était temps pour lui de reprendre sa vie en main et de se tenir à carreau... Dorian ne voulait pas que Thaïs ait une mauvaise image de lui, il voulait être un bon père.

    « Pancakes et jus d'orange, ça tombe bien, je suis un spécialiste des pancakes. Mes préférés, ce sont ceux à la myrtille. C'est d'ailleurs mon fruit préféré. »

    Citation :
    Je suis d’accord pour faire un tour avec toi…si ton patron te causera pas d’ennuis ensuite.

    Son patron ? Ah oui, son patron ! Il devait déjà être au travail à l'heure qu'il était mais, Dorian avait plus envie d'être avec sa fille que derrière un bureau à remplir des papiers. Il aurait dû se faire porter pâle au lieu de l'agresser au téléphone mais, il ne manquait pas de ressources, comme toujours, il trouverait un bon prétexte pour éviter de s'attirer les foudres de son supérieur. C'est en se relevant qu'il remarqua que Thaïs lui avait tendu la main mais, qu'elle s'était ravisée par la suite.

    Citation :
    Tu serais d’accord pour venir parler avec grand-père et grand-mère ensuite ? Ils croient que je suis chez une copine pour faire mes devoirs.

    « Ooooh, je vois... Hmmm, de ce côté là tu tiens bien de ton père. Bien sûr que je viendrais avec toi, je ne vais pas te laisser les affronter toute seule pas plus que j'ai l'intention de te laisser retourner chez toi à pieds. »

    Se disant, il prit la main de Thaïs dans la sienne, lui adressa un sourire bienveillant et se mit à marcher tranquillement le long de l'allée marchande en lui montrant les vitrines.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: A la recherche du bonheur. (Dorian C.) Jeu 22 Avr 2010 - 13:27

    Thaïs ne pu s'empêcher de dire à son père de ne pas parler comme il venait de le faire à son patron. Hey oui la jeune fille voulait que son père garde son travail sinon il risquait de devoir en changer et il y avait donc un risque qu'il doive quitter la ville pour travailler ailleurs. Bien évidemment, Thaïs ne voulait pas que cela arrive, elle n'avait pas retrouvé son père pour le perdre à nouveau par la suite. Cependant elle sourit légèrement à la remarque de Dorian. Quand elle était petite et quand elle faisait des bêtises, la demoiselle se faisait parfois pardonner en offrant des dessins à ses grands-parents. Bon cela ne marchait pas tout le temps et puis Thaïs avait été une enfant plutôt calme mais bon, elle fit un peu le rapprochement entre son enfance et la remarque que son père venait de faire. Elle continua en lui disant qu'elle avait déjà pris son petit déjeuner et elle ouvrit les yeux en grand, très surprise quand elle compris que les pancakes préférés de son père étaient également les siens.

      ● Oh vraiment ! Ce sont mes préférés aussi. Mais le fruit que je préfère c'est la pêche...ou bien la banane...quoique j'aime bien aussi les framboises.


    La jeune fille pouffa alors de rire, se rendant compte qu'elle ne connaissait même pas son fruit préféré. Enfin, ça n'avait pas beaucoup d'importance. La jeune fille tendit peu après la main à Dorian mais elle se sentit gênée et se ravisa au dernier moment. Elle avait en fait peur que cela soit trop tôt, pas pour elle mais pour son père. Thaïs lui demanda ensuite s'il était d'accord pour venir avec elle parler à ses grands-parents et la réponse qu'il lui donna la rassura, elle ne se sentait pas réellement capable de les affronter seule pour leur dire une telle nouvelle mais s'il avait fallu qu'elle le fasse, elle l'aurait fait. Elle n'ajouta rien, se contentant de le remercier par un signe de la tête. Puis elle sentit la main de Dorian prendre la sienne et ce moment fut réellement magique pour la petite fille. Elle en avait rêvé de cet instant et là, elle ne voulait qu'une chose, que plus jamais il ne retire sa main de la sienne.

    Pendant quelques minutes Dorian et Thaïs se promenèrent donc dans la galerie marchande, s'arrêtant de temps en temps pour regarder une vitrine. La petite fille avait des tas de questions à poser à son père, elle avait également envie de lui dire tout un tas de choses mais elle ne le fit pas. Elle ne mettait pas sa parole en doute mais elle savait qu'elle se sentirait mieux quand Dorian aurait parlé avec ses grands-parents. Une fois fait il ne pourrait plus reculer et prendrait certainement ses responsabilités, enfin c'est comme cela que pensait la petite fille. Comme prévu Dorian ramena Thaïs et avant de descendre de la voiture elle lui lança.

      ● Laisse moi parler la première, s'il te plait. Et surtout les laisse pas m'envoyer dans ma chambre pour ensuite te parler qu'à toi. J'ai aussi le droit d'être là, j'suis plus une petite, j'ai onze ans et j'veux discuter avec vous.


    Après quelques secondes passées encore dans la voiture, elle en descendit et fit le tour. Rejoignant son père, Thaïs sentit alors l'angoisse monter en elle rapidement. Elle rejoignit la porte d'entrée et posa sa main sur la clenche. Voilà, bientôt elle entrerait chez ses grands-parents avec Dorian, prête à leur expliquer que son père était de retour dans sa vie.

(SUJET TERMINE)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: A la recherche du bonheur. (Dorian C.)

Revenir en haut Aller en bas
 

A la recherche du bonheur. (Dorian C.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: CocoWalk-