AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 N°1203; YOU WON'T BELIEVE ME ! | sloan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jemima Eason
too weird to live, too weird to die.
avatar

♦ Posts : 3333
Multinicks : teza, georgie, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : dating Remus (more like fangirling over Mumus as she says)
Address : #15 bilberry residence
Job/Studies : saleswoman in the grocer's shop - musician by night (street magician sometimes)
Quote : I shouldn’t be the superhero’s girlfriend, I should be the superhero.
Activité(s) de quartier : laughter therapy.


HALL OF FAME
To Do List: set three more alarms so i won't be late at work again, to take Schwarzy for a walk, buy flowers for the apartment, get drinks with harley.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ■ ■ ] ; joe - remus - lori - vesper - priam

Message(#) Sujet: N°1203; YOU WON'T BELIEVE ME ! | sloan Jeu 22 Avr 2010 - 23:20



sloan weisel and billy johnson

YOU WON'T BELIEVE ME !


Ouvrant la porte de sa maison qu’elle savait d’ors et déjà vide, non sans appréhension, ses valises à côté d’elle, il s’agissait d’une véritable épreuve pour elle. Billy n’avait pas réellement remit les pieds chez elle, c’était beaucoup trop éprouvant pour elle, et le souvenir de cette nuit où elle a découvert le corps inerte de sa jumelle, demeurait beaucoup trop vivace. Après avoir passé une nuit chez Sloan, qui lui avait été d’un très grand réconfort, jamais elle ne pensait pouvoir le remercier suffisamment pour ce qu’il avait fait pour elle ce soir là. Elle avait décidé de vivre quelques temps à l’hôtel, elle passait déjà tellement de temps à travailler, elle n’avait jamais passé autant de temps derrière son bureau, l’esprit un peu ailleurs, mais personne ne semblait vouloir le lui reprocher, pourtant elle ne s’en serait pas offusquée. Elle faisait de son possible pour agir le plus normalement possible, elle savait parfaitement jouer sur les apparences et feindre la joie et la bonne humeur ne lui était pas si difficile. A la voir on s’y tromperait, la rendant presque insensible à la mort de sa sœur. Bien que ses proches soient conscients qu’il ne s’agissait que d’une façade, elle persistait à jouer sa macabre comédie, feintant d’avoir tourné la page sur cette épisode triste de sa vie. Et pourtant, les cernes défigurant son visage, étaient la pour témoigner de son manque de sommeil. L’idée même de fermer les yeux lui était inconcevable, elle se couchait toujours la peur au ventre, revoir le visage de sa sœur dans ses traits chaque jour, était suffisamment éprouvant. Elle ne souhaitait qu’une minute de répits, qu’elle ne parvenait pourtant pas à obtenir. Entrant dans cette maison vide, à l’ambiance si lourde. Elle eut à peine le temps de poser ses valises dans l’entrée que la sonnerie du téléphone se fit entendre, elle ne manifesta aucun entrain à l’idée de décrocher, mais qu’importe. Marchant d’un pas lasse, elle finit tout de même par s’en saisir. « Allô ?! » Dit-elle sans la moindre conviction, si à son travail sa voix était toujours joyeuse, si elle savait rester professionnel. Chez elle, sa voix trahissait sa fatigue et sa tristesse. « Billy, ma chérie, je suis tellement contente de t’entendre, comment vas-tu ? » On pourrait croire qu’avec de si douces et gentilles paroles il s’agissait de sa mère ou bien son père. Et pourtant non, elle reconnut immédiatement sa voix, Maureen, l’assistante de son père, celle qui s’occupait des cadeaux des jumelles quand les parents étaient trop occupés, ce qui arrivait chaque année. Celle qui s’inquiétait pour les deux jeunes femmes et les appelait régulièrement. « Toujours, tu le sais bien. Papa t’as chargé de m’appeler, pour vérifier que je ne décide pas moi aussi de me suicider et provoquer un esclandre néfaste pour sa carrière ? » La rancœur de Billy n’était pas dirigé contre la jeune femme pour qui elle avait une grande affection, mais contre son père qui n’avait eut de cesse de se jouer d’elle, de la manipuler sans qu’elle ne le réalise tout de suite. Au moins elle savait d’où lui venait ses talents de manipulatrice avertie. « Non, c’était mon initiative, et je pense que c’est mieux que ton père ne t’appel pas-tu ne crois pas ? » Maureen la connaissait si bien que ça en était déroutant, elle comprenait qu’il ne s’agissait pas d’une attaque dirigée contre elle, mais plus d’une enfant meurtrit par l’attitude de ses parents, qui tentait d’exprimer ses ressentiments. « Tu as raison, mais tu lui diras que le jour où je le voudrais, j’ai les moyens de faire voler sa carrière en éclat, et que contrairement à certaines personnes, on ne peut pas m’acheter, surtout pas lui … » A l’autre bout du téléphone la jeune femme eut un hoquet de surprise, ne s’attendant pas à une tel hargne et instinct de vengeance. Billy était la plus proche de sa famille, et pourtant elle semblait à présent convaincu qu’elle ne leur devait plus rien. Cependant Maureen savait très bien à quoi elle faisait référence. Balbutiant, ignorant complètement quoi dire ou quoi faire, Billy prit les devants. « Enfin voilà, je te remercie d’avoir appelé, ça m’a fait plaisir. Mais je dois voir un ami, je te rappellerai. Prends soin de toi, à bientôt. »

En colère au souvenir de son père, il lui fallait se détendre, elle ne voulait pas retourner à l’hôtel, mais passer du temps seule chez elle, était déjà trop difficile. Elle prit alors la décision d’inviter Sloan, en un coup de fil, elle lui demanda s’il pouvait passer la voir, visiblement libre, l’Australien accepta immédiatement. Billy n’eut même pas besoin de le soudoyer en précisant qu’elle préparerait des pâtisseries en l’attendant, le connaissant gourmand, il était possible que ça puisse l’attirer. De plus elle lui avait caché bien trop de choses importantes sur son compte, alors autant faire d’une pierre deux coups, et ainsi le remercier et se confier à lui.
Il ne vivait qu’à deux maisons de la sienne, une heureuse coïncidence qui ravissait la jeune femme. Il l’avait prévenu qu’il n’arriverait que dans une vingtaine de minutes, lui laissant alors le temps de préparer la pâte à brownies et de les enfourner. Une chance qu’elle ait toujours quelques trucs dans ses placards, et surtout de quoi faire des pâtisseries. Il fallait reconnaître que c’était son passe-temps favoris lorsqu’elle était nerveuse, et elle était on ne peut plus stressée, même si ça ne se voyait pas clairement sur son visage. Assez rapidement elle entendit frapper quelques coups à la porte, se précipitant alors, jetant un rapide coup d’œil chez elle, elle eut le plaisir de constater que si ce n’était pas le comble de la propreté -après tout elle s’était absentée quelques jours- ce n’était pas le désordre total. Ouvrant rapidement, un large sourire se dessina sur son visage marqué par la fatigue, en voyant son meilleur ami sur le pas de la porte. Si son emménagement à Miami lui avait réservé quelques surprises, retrouver Sloan était sans doute l’une des meilleures. « Je suis contente que tu n’ai rien eu à faire de mieux. » Se jetant rapidement dans ses bras, pourtant consciente qu’il n’aimait pas particulièrement les démonstrations de ce genre, elle se fichait pourtant des répercutions de ses actes, elle était câline et ne s’en cachait pas. De plus il la connaissait depuis des années, il en avait prit l’habitude. Elle n’avait pas non plus envie de demander la permission, et ne l’avait jamais fait par ailleurs. L’entrainant à l’intérieur par la main, elle reprit la parole très vite comme à son habitude, à croire qu’elle avait peur de ne jamais avoir le temps de dire tout ce qu’elle voulait. « Il ne restait pas grand-chose dans mes placards, mais j’avais assez pour faire des brownies et c’était la moindre des choses pour te remercier. Et puis il fallait absolument que je te parle. » Toujours aussi radieuse et pleine d’entrain, elle l’emmena à la cuisine, lâchant finalement sa main pour aller derrière le comptoir marquant le centre de la pièce, et ainsi voir l’état de ses brownies. « Tu veux boire quelque chose ? » N’importe qui aurait pu avoir peur de cette avalanche de paroles, mais Sloan était probablement habitué depuis le temps, du moins il fallait l’espérer pour lui.





_________________

so when i'm ready to be bolder and (my cuts have healed with time), comfort will rest on my shoulder and i'll (bury my future behind).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t13530-xx-could-hug-you-to-death http://www.filthy-secret.com/t12264-journal-de-bord-de-jemima-eason
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1203; YOU WON'T BELIEVE ME ! | sloan Dim 2 Mai 2010 - 23:22

Se tenant sur le seuil de la porte du numéro 1203, Sloan enfouit ses mains dans ses poches en attendant que la propriétaire de la demeure vienne lui ouvrir. Il ne semblait pas dans son assiette et pour cause : c'était la première fois qu'il revenait dans cette maison depuis le fameux soir du drame qui avait bouleversé la vie de Billy et la sienne, par la même occasion. Le suicide de Jeylhan avait plongé sa sœur dans une détresse sans nom et naturellement, Sloan s'était montré présent pour essayer, par de biens dérisoires moyens, de la soutenir et de lui offrir les mots qui réussiraient à calmer sa douleur. Il ne savait pas tellement s'il avait véritablement été efficace mais il avait fait de son mieux et aujourd'hui encore, il ne s'imaginait pas un instant baisser sa garde avec elle. Il la soupçonnait être encore fragile et donc naturellement, lorsqu'elle l'appela pour lui demander s'il pouvait la rejoindre, il n'hésita pas un instant. De toute manière, il n'avait rien prévu pour l'après-midi ni même pour la soirée donc il n'avait pas de raison de décliner son invitation. De plus, il appréciait toujours retrouver son amie d'enfance : elle était l'une des rares personnes à réussir à lui arracher un sourire sans qu'il ne le regrette la seconde suivante. Mais une partie de lui ne pouvait s'empêcher de se sentir un peu inquiète sur l'état dans lequel il retrouverait son amie : elle venait à peine de revenir sur les lieux du désastre, il serait tout à fait normal qu'elle soit en état de choc.
Et pourtant ! Quand elle arriva enfin à la porte et qu'elle la lui ouvrit en grand, Sloan ne pouvait tomber de plus haut. Ce fut une véritable tornade d'énergie qui l'engloutit et l'entraîna à l'intérieur. Décontenancé mais loin d'être déçu, bien au contraire, il se laissa enlacer même si tout son corps se raidit à ce contact. Il n'aimait définitivement pas être touché – sauf par Presley mais ça, c'est une toute autre histoire – mais il était déterminé à faire bonne figure devant son amie. Avec maladresse, il essaya tant bien que mal de lui rendre son affection par des tapes légèrement trop sèches dans le dos avant qu'elle se délie de lui et lui prenne la main pour le conduire jusqu'à sa cuisine. Se détendant petit à petit, son visage s'illumina lorsqu'elle se mit à parler de brownies fait maison. Billy savait trouver les bons mots avec lui, pas de doute. Ne soupçonnant pas un instant du sujet qu'elle voulait aborder avec lui, il continua de la suivre. La jeune femme semblait savoir ce qu'elle voulait de lui et il n'avait vraiment aucune raison de faire de la résistance, surtout si elle le nourrissait de gâteaux. Il secoua cependant la tête quand elle lui dit que c'était pour le remercier : remercier de quoi ? D'avoir agit comme un ami ? « S'il te plait Billy, tu sais que tu ne me dois rien. Mais je ne dirais pas non à des cookies, c'est vrai … » Une fois qu'elle l'abandonna enfin à ses propres mouvements pour passer de l'autre côté du comptoir, Sloan attrapa le premier tabouret haut qu'il vit et s'y installa. Il semblait de tout évidence heureux de se trouver là et, observant son amie, posa ses coudes sur le comptoir tout en se balançant doucement mais sûrement sur les pieds de son siège. Attitude presque inconsciente mais contrôlée. La tête penchée de côté pour essayer d'apercevoir les fameux brownies (et sans doute pour vérifier s'ils n'étaient pas brûlés … On ne peut pas changer Sloan et sa minutie.), il sembla sortir de sa contemplation aux nouvelles paroles de Billy. Il était vrai qu'elle était bavarde mais étonnamment, l'australien avait appris à ne plus y voir d'inconvénients. Sans doute était-ce du au fait qu'ils se connaissaient depuis des années et qu'il avait appris dès sa jeunesse à s'y habituer. En fait, c'était plutôt quand elle gardait le silence qu'il pouvait s'inquiéter. Vaguement, il lui répondit alors. « Je veux bien un jus de fruit, si tu as. » Pas d'alcool forcément, elle devait bien le savoir depuis le temps. Il attendit alors sagement qu'elle le serve tandis que ses doigts avaient attrapé un torchon propre abandonné non loin de lui et nettoyaient déjà, de manière inattentive, le plan de table qui n'était pas forcément sale. Juste une façon de s'occuper les mains en sommes. Fixant le brillant qu'il venait de faire, il lui demanda alors sans relever le visage vers elle, ne pensant pas cela nécessaire, l'esprit un peu ailleurs. « Tu voulais me parler de quoi ? J'espère que tu n'essayes pas de me gaver pour secrètement me dépecer et me mettre à cuire dans ton four. » Voilà qu'il était parti dans son humour noir si singulier. Il se permit même d'ajouter, plus pour lui-même que véritablement pour Billy. « De toute façon, je suis sûr que j'ai un goût affreux. Un mélange de détergents et de particules de poussière inhalées à longueur de journée ... » De toute évidence, il semblait réaliser qu'il y avait un problème chez lui concernant l'hygiène et la propreté et il n'aurait sans doute jamais fais cette allusion à une autre personne que Billy. Il n'attendait pas de réconfort de sa part ni même de conseils : il était plutôt parti dans une drôle d'introspection. Dommage pour lui : il n'allait pas tarder à revenir rapidement à la réalité et ce, de manière assez brutale.
Revenir en haut Aller en bas
Jemima Eason
too weird to live, too weird to die.
avatar

♦ Posts : 3333
Multinicks : teza, georgie, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : dating Remus (more like fangirling over Mumus as she says)
Address : #15 bilberry residence
Job/Studies : saleswoman in the grocer's shop - musician by night (street magician sometimes)
Quote : I shouldn’t be the superhero’s girlfriend, I should be the superhero.
Activité(s) de quartier : laughter therapy.


HALL OF FAME
To Do List: set three more alarms so i won't be late at work again, to take Schwarzy for a walk, buy flowers for the apartment, get drinks with harley.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ■ ■ ] ; joe - remus - lori - vesper - priam

Message(#) Sujet: Re: N°1203; YOU WON'T BELIEVE ME ! | sloan Lun 3 Mai 2010 - 20:28




Enjouée, d’un enthousiasme affolant, Billy ne donnait réellement pas l’impression d’être en deuil, pourtant c’était bel et bien le cas, elle ne s’en remettrait peut être jamais, ne pourrait sans doute jamais oublier la vision de sa sœur couchée sur le sol, inerte, sans vie. Mais devait-elle réellement pleurer toute la journée? Se montrer chaque matin le teint blafard, des cernes très marquées sous ses yeux ? Elle n’en voyait pas l’intérêt, attirer la pitié ou la compassion, ce n’était pas franchement dans ses plans, elle préférait de loin intérioriser. Elle n’oubliait pas pour autant, la nuit ses rêves -ou plutôt cauchemars- se chargeaient de lui rappeler ce qu’elle avait perdue. Connaissant Sloan depuis l’enfance, elle aurait très bien pu se montrer honnête, après tout il l’avait déjà vu pleurer maintes fois, même si de toute petite, elle s’était refusée à pleurer pour des égratignures comme l’aurait fait une petite fille de son âge. Mais elle avait déjà bien des raisons d’être triste même à cette époque. Cependant les choses avaient changé, c’était une adulte, avec un orgueil démesuré, et une forte tendance à vouloir paraitre invincible armée de son légendaire sourire et de son énergie débordante. Ce qui n’avait pas l’air de perturber Sloan, il la connaissait sans doute trop bien pour se laisser encore surprendre par l’excentricité de son amie. Amusée par la gêne du jeune homme qui décidément n’avait toujours pas réussit à apprécier les contacts humains, elle ne s’en formalisa pas et n’en perdit pas son entrain. Se concentrant sur ses brownies, manquant de se brûler en oubliant qu’il était préférable de s’armer d’un torchon par exemple, pour extraire le plat du four. Elle rattrapa bien vite son erreur, en posant ledit plat sur son plan de travail avec un peu de précipitation. Ce n’était pas un cordon bleu, elle n’avait pas passé des après-midi entière à faire des gâteaux avec sa mère pour le soir de son anniversaire ainsi que celui de sa sœur évidemment. Mais fort heureusement Mr et Mme Johnson avait eut l’idée extraordinaire d’engager une nourrice, une peau de vache parfois trop sévère, mais qui avait le mérite de faire de très bonne pâtisserie et de vouloir l’apprendre aux jumelles.
Bien qu’occupée à mettre méticuleusement -en prenant soin de ne pas se brûler une fois de plus- les brownies dans une assiette, elle n’en oublia pas pour autant la remarque de Sloan. « Quand même, je trouve que c’est la moindre des choses. Et puis j’étais sur au moins que tu n’y résisterais pas. » Affichant son plus beau sourire, elle plaça le plat sale dans la machine qui s’occuperait de faire son boulot à sa place -sans le moindre caprice espérons-le, elle n’était pas en état de subir une telle tuile- elle pivota vers son réfrigérateur pour répondre aux attentes de son invité. Si elle n’avait pas fait les courses depuis un bout de temps, elle avait cette fâcheuse manie de faire de sacrés réserves. La raison en était toute simple, Billy n’étant que rarement chez elle, n’avait pas vraiment le temps de faire les courses, et Jeylhan ne le prenait pas, prétendant ne pas aimer cette activité, comme si sa sœur s’y rendait avec plaisir. Qu’importe, c’était plutôt une bonne habitude qu’elle perdrait surement comme toutes celles qui lui rappellerait un peu trop sa sœur. La réadaptation serait incontestablement difficile. Se saisissant d’une bouteille et d’un verre -qu’elle avait préalablement nettoyé rapidement même s’il ne débordait pas de crasse pour autant, simple geste automatique en la présence de son ami- elle le lui servit avant de le lui tendre, et rapidement déposer les brownies en face de lui. « Tu voulais me parler de quoi ? J'espère que tu n'essayes pas de me gaver pour secrètement me dépecer et me mettre à cuire dans ton four. (…) De toute façon, je suis sûr que j'ai un goût affreux. Un mélange de détergents et de particules de poussière inhalées à longueur de journée ... » Elle venait tout juste de prendre place à côté de lui, sur l’un des trois hauts tabourets disposés devant le comptoir, quand elle fut surprise par ses remarques. Étouffant un petit rire au début, elle n’était pas sur du comique de la deuxième répliques. « Hmm en réalité je dois admettre que non, j’y avais pas vraiment pensé. Disons que ce serait ambitieux que de penser réussir à te faire suffisamment grossir avec de modestes brownies. » lui adressant un léger sourire, elle reprit plus calmement cette fois-ci. Ne dissimulant pourtant pas l’inquiétude qui était lisible dans ses yeux. Si tout ça aurait pu être prit sur le ton de la rigolade, pour elle, il s’agissait de quelque chose de sérieux. Ayant la conviction profonde que tout ses problèmes qu’ils soient lié à la propreté, à sa difficulté à se laisser toucher, tout ces petites choses qu’on pourrait facilement prendre pour des tocs, étaient liées, mais par quoi … elle espérait bien qu’un jour il finirait par le lui dire. « Je ne crois pas, mais si vraiment ça te tente, je jouerais les cannibales avec toi à l’occasion pour te dire ça. » Pourtant c’était sur le ton de la plaisanterie qu’elle avait décidé de répondre, pas du tout pour minimiser ce qu’il venait de lui dire, mais plutôt comme pour essayer de lui faire voir les choses moins négativement. Tentant de ce concentrer, elle s’apprêtait tout de même à lui faire une sacrée révélation, ça n’allait pas venir sans que le moindre stresse ne pointe le bout de son nez. « Mais même si je ne doute pas que tu sois appétissant, je voulais te parler de quelque chose de très important. Du moins pour moi, j’espère que pour toi ça ne le sera pas au point que tu désertes dans la foulée. » Le stresse l’avait définitivement gagné, elle ne contrôlait plus le flot de parole qui sortait de sa bouche, parlant sans avoir même analysé sa pensée. Respirant un grand coup, elle finit par reprendre avec calme, sous son regard mi perplexe, mi inquiet. « Et bien voilà, tu te rappelles que je t’avais dis que j’étais en couple. Histoire un peu compliquée, mais que je pouvais pas trop t’en dire ? Et bien j’en avais marre de garder le secret avec toi, je trouvais ça assez ridicule. En faite .. » S’interrompant pour une fois de plus prendre un bol d’oxygène, elle reprit en tentant de garder son calme bien qu’elle ne parvenait déjà plus à le regarder dans les yeux. « Et bien si ça doit rester secret c’est tout simplement parce qu’il s’agit d’une femme. Et sa carrière étant importante pour elle, elle ne peut pas prendre le risque d’être vue avec moi .. D’ailleurs Casey est très douée pour se faire passer pour une véritable hétéro. » Parler d’elle directement n’était pas volontaire, pourtant elle comptait bien le faire, elle ne se sentait donc pas gênée d’avoir révélé son identité, même si son diminutif n’était pas nécessairement éclairant. Et même si elle ignorait complètement quelle serait la réaction de son ami, elle renchérit bien vite. « Je t’en supplies, même si tu me détestes maintenant, ce que j’espère pas, ne dis rien, il ne faut pas en parler .. S’il te plait. »





_________________

so when i'm ready to be bolder and (my cuts have healed with time), comfort will rest on my shoulder and i'll (bury my future behind).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t13530-xx-could-hug-you-to-death http://www.filthy-secret.com/t12264-journal-de-bord-de-jemima-eason
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1203; YOU WON'T BELIEVE ME ! | sloan Ven 21 Mai 2010 - 21:00

Sloan n'avait jamais été doué pour mettre les gens à l'aise ; à vrai dire, c'était même l'inverse qui se produisait dans la majorité des cas. Il ne faisait pourtant pas exprès : il aurait aimé être quelqu'un de joyeux, pétillant et positif mais la vie – sa vie – en avait décidé autrement. Malgré tout, il avait réussi à faire en sorte de ne pas entièrement se refermer sur lui même : la tentation fut très forte mais il n'avait jamais réellement éprouvé le désir de se retrouver totalement seul. Il avait besoin de la compagnie d'autrui, même si cela ne se voyait pas forcément au premier abord. Il n'avait pas beaucoup d'amis (les seuls en qui il ait réellement confiance pouvaient se compter sur les doigts d'une seule main) mais il y tenait comme à la prunelle de ses yeux. Billy était l'un d'eux, indéniablement. Elle était une sorte de miroir inversé de lui mais cela ne les avait jamais empêchés de s'entendre à merveille, bien au contraire. L'un semblait voir en l'autre ce qu'il ne pouvait être mais n'en éprouvait aucune envie : juste du bien-être à l'idée de pouvoir être entouré d'une personne aussi exceptionnelle.
La jeune femme vint alors prendre place auprès de lui et il ressentit clairement la gêne qu'elle ressentait suite au froid qu'il avait lancé. Son humeur venait encore de faire un grand huit et il s'en voulait déjà. Posant son regard sur elle, il se força à esquisser un sourire qui n'eut plus rien de forcé lorsqu'il l'entendit dire qu'elle était prête à le dévorer pour vérifier sa théorie. Cela serait une jolie façon de mettre fin à ses jours : l'un mangé par l'autre, s'ils n'étaient pas meilleurs amis, cela aurait presque pu sonner érotique d'une manière cruelle. L'odeur des cookies cuits embauma toute la cuisine et titilla avec allégresse l'odorat de Sloan. S'il n'avait pas spécialement faim en arrivant dans la maison, il était certain qu'il ne réussirait pas à refuser un cookie (voire plus) à présent, surtout qu'ils paraissaient dorés à souhait et moelleux à s'en damner. Il s'abstint pourtant d'y toucher tout de suite puisque Billy voulait toute son attention et il était sûr qu'il n'arriverait qu'à lui offrir une oreille inattentive s'il se mettait à manger tout de suite. Attrapant néanmoins son verre de jus après l'avoir gracieusement remercié, il but une gorgée avant de reposer le verre et la regarda longuement, commençant sérieusement à se demander ce qui pouvait la tracasser au point de penser qu'il puisse s'enfuir de chez elle. Si elle ne lui disait pas qu'elle avait une bombe enroulée autour de sa taille, il n'y avait aucun risque pour qu'il parte : rien chez Billy ne pourrait le faire fuir. Tenant au bout de ses doigts son verre, son air interrogateur semblait presser la jeune femme de lui dire ce qu'elle avait sur le cœur. Il se balançait toujours sur sa chaise mais à présent de manière dangereuse puisqu'il le faisait de manière inattentive, trop absorbé par les mots de son amie. Elle tenait visiblement à lui parler de ses affaires de cœur et il ne pouvait se montrer plus curieux : il savait en effet qu'elle sortait avec quelqu'un mais elle lui avait toujours refusé l'honneur de connaître son nom. Il s'était donc naturellement mis à imaginer des choses : il s'agissait peut-être d'un type âgé, ou même un mineur, peut-être s'agissait-il du facteur ou d'une célébrité quelconque dont l'agent exigeait une totale discrétion ? Dans tous les cas, ce n'était certainement pas Sloan qui l'aurait poussé à lui révéler la vérité : il faisait confiance à Billy et si elle pensait plus judicieux qu'elle en garde le secret, il le respectait. Il savait trop bien combien cela pouvait être frustrant de se faire tirer les vers du nez contre son gré. Mais à présent qu'elle était sur le point de lui dire la vérité, il n'allait pas cracher sur la soupe. Il hocha la tête quand elle lui demanda s'il se rappelait qu'elle lui avait dit être en couple avec quelqu'un et il fut touché quand elle lui avoua qu'il était temps qu'elle lui dise tout puisqu'ils étaient de très bons amis. Il la sentait nerveuse et il finit par comprendre pourquoi : elle sortait donc avec une femme. Sloan ne savait strictement rien de son homosexualité et il n'allait pas nier être surpris mais il ne fut pas choqué. Il avait remarqué depuis toujours que Billy était une femme spéciale, qu'elle n'était pas satisfaite de la plupart des critères qui satisfont traditionnellement les femmes. Il n'avait, d'autre part, aucun préjugé sur les couples homosexuels mais il était à présent impatient de savoir quelle femme réussissait enfin à la combler.
Et puis le glas sonna. Casey – Cassandre Ainsworth, obligatoirement. La surprise fut si grande qu'elle fit perdre l'équilibre à l'australien qui se retrouva, avant même d'avoir eu le temps de finir d'assimiler la nouvelle, les fesses au sol, tombé dans un gros vacarme. Les supplications de Billy concernant sa discrétion lui passèrent au dessus de la tête : à qui allait-il de toute façon rapporter ce genre d'informations ? A Presley, à la limite, même s'il craignait fortement que parler de Casey devant elle la ravisse réellement. Toujours au sol donc, le jeune homme sembla plus urgent de prendre la parole que de songer à se relever. Le tabouret était renversé auprès de lui mais même ce désordre ne réussit pas à le faire détourner les yeux de sa meilleure amie. Il la regardait avec de grands yeux écarquillés comme s'il venait à peine de la redécouvrir. Comment pouvait-elle sortir avec Cassandre Ainsworth, la femme la plus égoïste et capricieuse qu'il ait jamais eu l'occasion de croiser ? Avec précipitation, il lui demanda alors, ne semblant toujours pas réaliser la réalité de cette confession. « Ainsworth ? Bon sang, Billy … Cette femme a pour passe-temps favoris de faire souffrir tout ce qui respire autour d'elle ... » Il marqua une pause et parut perplexe alors qu'elle attendait très probablement une réaction plus joyeuse. Il était heureux pour elle, naturellement mais une grande part de lui ne pouvait s'empêcher d'être follement sceptique concernant Casey. Se relevant finalement, il s'approcha tout de suite de Billy sans même ramasser le tabouret. Planté devant elle, son expression semblait sévère mais c'était bien d'avantage l'inquiétude qui l'animait. « Sois prudente. J'ai eu l'occasion de voir de quoi elle est capable et sincèrement … Ça me reste encore au travers de la gorge. Je ne dirais rien pour vous deux, tu as ma parole mais promets-moi de lui péter les deux genoux si elle ose te faire une crasse. Ou c'est moi qui m'en chargerais. »
Revenir en haut Aller en bas
Jemima Eason
too weird to live, too weird to die.
avatar

♦ Posts : 3333
Multinicks : teza, georgie, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : dating Remus (more like fangirling over Mumus as she says)
Address : #15 bilberry residence
Job/Studies : saleswoman in the grocer's shop - musician by night (street magician sometimes)
Quote : I shouldn’t be the superhero’s girlfriend, I should be the superhero.
Activité(s) de quartier : laughter therapy.


HALL OF FAME
To Do List: set three more alarms so i won't be late at work again, to take Schwarzy for a walk, buy flowers for the apartment, get drinks with harley.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ■ ■ ] ; joe - remus - lori - vesper - priam

Message(#) Sujet: Re: N°1203; YOU WON'T BELIEVE ME ! | sloan Mer 26 Mai 2010 - 22:58




Parler de son homosexualité -ou plutôt sa bisexualité- se révélait bien plus difficile qu’il n’y paraissait. Elle n’avait pas honte d’elle, elle était si ouverte d’esprit et tolérante que même à l’époque où elle était persuadée d’être totalement vouée aux hommes elle n’y avait jamais vu le moindre soucis. Là où pour certain il s’agissait d’une maladie, d’un pécher, d’un démon à exorciser, pour elle il s’agissait de la chose la plus naturelle qui soit. Pourtant elle avait reçu une éducation très pieuse, elle fut même habillée telle une petite fille modèle jusqu’à ses onze ans, Sloan l’avait connu alors que ses parents tentaient de faire de la jeune fille une gamine docile rentrant parfaitement dans le moule qu’ils avaient confectionné pour elle. Il était, à l’époque, le seul à savoir qu’il n’y avait rien d’ordinaire chez elle. Ses parents étaient étroits d’esprits et le sont toujours d’ailleurs, Billy était en revanche attiré par l’atypique. Sans doute que c’était le côté discret et replié sur lui-même qui attira le regard de la blondinette. Lorsqu’elle posa son premier regard curieux et amical sur lui, probablement s’était-il laissé envahir par un sentiment de désespoir face à cette pipelette, qui avec le temps, avait aussi apprit à se taire en certaine occasion avec lui. Elle n’avait pas besoin de parler, du moins pas toujours, mais malheureusement pour lui, elle avait très vite décidé qu’il était son meilleur ami, lui racontant les moindres détails de sa vie, y compris ceux dont il se serait probablement passé de connaître. Alors aujourd’hui, lui cacher une telle chose était tout simplement inconcevable. Les années avaient passés, ils avaient été séparé également pendant pas mal d’années, et pourtant, aux yeux de la jeune femme ce n’était comme si il n’y avait pas eu la moindre séparation, excepté qu’elle s’était résolue à ne rien lui demander sur ce qu’il avait vécu durant tout ce temps, se contentant d’apprécier de le retrouver. Et depuis la mort de sa sœur, elle avait comme la sensation qu’il était un peu la seule famille qui lui restait, il la connaissait depuis toujours, lorsqu’elle croisait son regard elle se souvenait instantanément des deux enfants qu’ils étaient lorsqu’ils s’étaient rencontrés, et c’était probablement ce lien là, qui lui donnait cette sensation de famille près de lui. C’était donc d’autant plus difficile de lui parler de ça, elle avait réellement besoin qu’il ne la juge pas, après tout le tapage qu’avait fait sa sœur à ce sujet. Certes elle n’aimait pas Casey, mais pire elle n’aimait pas ce que représentait sa sœur. Combien de fois avait-elle eut le droit à des phrases du style « Tu es la honte de la famille. » Ou encore « J’ose même plus te regarder, tu me dégoutes. » Oh oui elle en avait pas mal baver avec sa si gentille et angélique sœur, tant et si bien qu’elle appréhendait beaucoup la réaction de Sloan, elle avait en quelque sorte, besoin de son soutient. Expliquant alors son stresse qui devait être communicatif, son regard vague, son débit de parole impressionnant et rapide, bien que sa voix demeurait tremblante et hésitante. Elle n’avait pas osé croiser son regard tant et si bien qu’elle fut ramené à la réalité par le vacarme que provoqua la chute de son ami. Retournant vivement la tête, choquée de voir une telle réaction -fallait dire qu’elle ne s’était pas du tout attendu à ça- elle se leva précipitamment dans le but de l’aider, mais elle fut prise de cours alors qu’il reprenait la parole. « Ainsworth ? Bon sang, Billy … Cette femme a pour passe-temps favoris de faire souffrir tout ce qui respire autour d'elle ... » Elle ne savait plus trop quoi répondre, elle ne s’était pas non plus attendu à une telle réaction à croire que c’était une malédiction. Personne de ceux qu’elle aimait -et autant dire qu’il se comptait sur les doigts d’une main- ne parvenait à apprécier Casey et réciproquement. Elle voulait répondre quelque chose, mais rien ne lui venait à l’esprit, elle était un peu sonnée, surprise de ce qu’elle venait d’entendre. Pourtant elle n’était pas sans ignorer l’image que Casey donnait d’elle aux autres, mais savoir que Sloan le savait également était légèrement perturbant. Bloquée sans parvenir à aligner le moindre mot, c’était aussi vrai pour son corps qui ne lui obéissait plus, si quelques secondes avant elle avait voulu aider son ami, là elle était dans l’incapacité de bouger. Mais elle ne dut pas attendre longtemps avant que Sloan ne réagisse de nouveau, se levant rapidement, laissant le tabouret derrière lui sans manifester le moindre soucis à ce léger désordre, lui laissant présager qu’il était plus soucieux qu’elle ne l’aurait imaginé. « Sois prudente. J'ai eu l'occasion de voir de quoi elle est capable et sincèrement … Ça me reste encore au travers de la gorge. Je ne dirais rien pour vous deux, tu as ma parole mais promets-moi de lui péter les deux genoux si elle ose te faire une crasse. Ou c'est moi qui m'en chargerais. » Un sourire lui échappa brièvement quant aux solutions que son meilleur ami venait de lui apporter, elle n’y avait pas vraiment penser il fallait l’avouer. « Oui là même Cassandre Ainsworth, et puis tu sais elle n’est pas si mauvaise, elle a pas toujours été facile à vivre c’est vrai mais … Attends comment ça tu as vu ce dont elle était capable ? » Intriguée finalement parce qu’il venait de lui dire, elle n’était pas vraiment au courant de ce qui pouvait bien se passer entre eux, sinon il était évident qu’elle aurait fait de son possible pour stopper tout ça. Voir sa petite-ami et son meilleur ami s’étriper n’était pas réellement sur sa liste de vœux. Finalement elle contourna son meilleur ami pour réinstaller le tabouret -encore à terre- à sa place initial, retournant rapidement s’assoir, elle reprit d’un ton plus léger alors que ses inquiétudes passées avaient été effacé par la réaction -surprenante- de Sloan. « Et puis, ça dépend aussi ce que t’appelle « crasse » mais je suis pas sur de pouvoir avoir recours à ce genre de pratique avec elle tu sais. Mais bon, si ça n’a pas toujours été facile avec elle, elle fait des efforts et moi aussi. T’as pas à t’inquiéter. » Son sourire s’élargissait sur ses lèvres, bien qu’elle demeurait nerveuse quant à savoir ce qui pouvait bien y avoir entre lui et Casey, elle ne voulait pas que l’histoire se répète, elle n’appréciait que peu de personne, était-ce vraiment surréaliste que de demander qu’ils parviennent à se supporter ?





_________________

so when i'm ready to be bolder and (my cuts have healed with time), comfort will rest on my shoulder and i'll (bury my future behind).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t13530-xx-could-hug-you-to-death http://www.filthy-secret.com/t12264-journal-de-bord-de-jemima-eason
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: N°1203; YOU WON'T BELIEVE ME ! | sloan

Revenir en haut Aller en bas
 

N°1203; YOU WON'T BELIEVE ME ! | sloan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Apple Road & Lemon Street-