AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Little piece of joy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Little piece of joy Sam 8 Mai 2010 - 0:06


YOU WANT A PIECE OF JOY?



La journée était superbe. Le soleil rayonnait bien haut dans le ciel en cet après-midi. Il était déjà près de treize heures et Marie venait tout juste de se lever. La journée précédente c’était avéré assez ardue. La jeune femme avait fini de transporter les boîtes qui se trouvaient toujours à l’appartement et avait travaillé une bonne partie de la nuit à l’hôpital. Elle se leva, enfonçant ses orteils dans le tapis poilu qu’elle avait installé près de son lit la veille. Quoi de mieux qu’un peu de douceur en se levant d’une bonne nuit de sommeil? Elle s’étira donc un moment en observant à l’extérieur par la fenêtre légèrement voilé d’un drap. Il faudrait bien qu’elle installe les rideaux rapidement. Ce n’est pas qu’elle n’appréciait pas regarder à l’extérieur lorsqu’elle se levait, mais ne connaissant pas encore tout à fait le genre de personne habitant dans le cartier, elle ne voulait simplement pas se faire observer par n’importe qui. Sans plus lambiner, elle attrapa sa robe de chambre et ses pantoufles et pris la direction de la cuisine. Marie avait cependant oublié un détail important dont elle se rendit bien vite compte en ouvrant la porte de son frigo : elle n’avait pas encore eut le temps de faire une épicerie et n’avait donc rien d’autre à admirer que la fraîche blancheur de son réfrigérateur. Une douche, un petit passage par la commode, quelques retouches devant le miroir et la voilà prête à partir. Après avoir soigneusement verrouillé la porte d’entrer, la brunette pris place à bord de sa voiture, direction l’épicerie. Même si elle venait tout juste d’emménager dans le quartier, elle en connaissait tout de même les endroits clés puisqu’elle s’était déjà baladée dans les parages auparavant. Elle avait tout de même vécu toute sa vie dans cette ville.

C’est lunettes fumés sur la tête qu’elle fini par entrer dans l’épicerie. Elle agrippa un panier et commença sa tournée. Pour cette première récolte de nourriture d’après déménagement, elle ne devait avoir aucune retenu, et c’est bien ce qui était agréable avec le déménagement, la possibilité de regarnir son frigo sans se demander si on a une sorte de sauce qu’on a oublier ou un pot de légume abandonner qu’on retrouvera dans un état des moins naturel d’ici quelques mois. Enfin, la seule retenu à avoir était concernant le fait qu’elle habite seule et qu’elle passe plus de temps à manger à l’hôpital que chez elle. Marie commença à déposer des articles dans son panier, notamment quelques fruits dont des pommes et raisins dont elle raffolait tout particulièrement et un paquet de croissant. Un paquet de fromage, quelques steak et du poulet ne se firent pas non plus attendre et eurent tôt fait de se retrouver enfermé dans la prison sur roue. Plusieurs minutes passèrent et plusieurs articles se retrouvèrent dans le panier de la brunette. Elle arriva finalement dans l’allée des sucreries. Bien que la moins nourrissante de toute l’épicerie, elle n’en restait pas moins sa favorite. Son corps ayant déjà démontré qu’elle ne pouvait pas se permettre d’abus et sa profession ne lui laissant pas une quantité importante de temps libre qu’elle aurait pu utiliser pour s’entraîner, la jeune femme avait dû apprendre à se contrôler. Avec un peu de discipline, elle a su se limiter à un seul morceau de chocolat par jour, ce qui est bien peu, mais qui est aussi nécessaire. Marie s’approcha donc des paquets de « morceaux de joie », comme elle aimait tant le dire. Elle étira son bras gauche pour en attraper une, mais n’eut malheureusement pas la chance de son côté, car la pile se trouvant sur l’étagère il y a de ça quelques secondes arpentait maintenant le sol à ses pieds et le tout fut bien entendu accompagner d’un bruit qu’il aurait été bien difficile d’ignorer.

- Bon début de journée Marie, marmonna-t-elle en se penchant pour commencer à ramasser le tout.




Dernière édition par Marie Carlyle le Lun 17 Mai 2010 - 3:27, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Little piece of joy Mer 12 Mai 2010 - 20:28

Les rayons du soleil passaient au travers du store de la fenêtre de sa chambre. Voilà ce qui avait réveillé Mary de si bon matin. Elle enfila un peignoir, celui qu'elle avait eu pour son cinquante-cinquième anniversaire et qu'elle trainait à peu près partout, mit des chaussons à ses pieds et descendit dans la cuisine, les yeux mi-clos, encore endormie. Son mari était encore parti à la pêche, cela faisait plus d'une semaine et demie qu'elle ne l'avait pas vu, qu'elle ne lui avait pas adressé la parole. A présent, elle s'était habituée à cette situation, plutôt difficile au début. Elle se prépara son café, le sirota lentement, et sans rien manger, alla prendre sa douche. C'était son petit rituel du matin, presque un automatisme. Sans avoir débarrassé la table du petit déjeuner, elle partit faire les courses, un grand cabas à la main. Elle aimait aller en ville, à n'importe quelle heure, par n'importe quelle temps, pour acheter. Acheter les aliments qui étaient la pièce maitresse pour pouvoir cuisiner. La cuisine était une de ses passions. Une passion par défaut au commencement. En effet, quand elle était jeune, qu'elle s'ennuyait, seule à la maison, elle préparait de bons petits plats. Ce qu'elle préférait : la cuisine française. Bien sûr que oui ! Puisque la France est le pays de la gastronomie. Son salon possédait trois bibliothèque, dont deux consacrées aux livres de cuisine de toutes sortes. Elle entra donc dans l'épicerie, salua le caissier de la main, accompagné d'un sourire chaleureux. Elle le connaissait bien, cela faisait maintenant des années qu'elle vivait ici, qu'elle allait tous les matins au même magasin. Elle en avait vu défiler, des caissiers dans cette supérette. Elle aurait pu trouver dans cette boutique tous les ingrédients dont elle avait besoin, les yeux fermés. Elle commença à remplir son panier d'aliments divers et variés, les choisissant un par un, sentant l'odeur des fruits, regardant attentivement les dates de péremption, les étiquettes biologiques, elle ne laissait rien au hasard. Mary avait toujours été très pointilleuse, très perfectionniste. Elle voulait toujours que tout soit le mieux possible. Son panier commençait à devenir vraiment lourd, elle n'avait plus vingt ans et ses bras lâchaient de plus en plus facilement. Son mari lui avait souvent dit d'acheter un caddie, à roulettes, à trainer, à pousser. Elle avait toujours refusé. Elle n'acceptait pas le fait de vieillir et de ne plus porter ses sacs de courses. Elle se fatiguait pour rien, certes, mais il était difficile de la faire changer d'avis.

Mary sursauta soudain. Elle entendit un bruit sourd, des paquets s'écrasant au sol. Elle posa son cabas par terre, et jeta un œil dans le rayon voisin, celui des conserves et des "boites en carton", comme elle disait. Car oui, elle était aussi écologique, jamais elle ne prenait les emballages plastiques, non recyclables, polluant la planète et l'atmosphère. Elle faisait partie de ceux qui protégeaient l'environnement, et pas que cela pour sa part ! Une vraie sur-protectrice. Elle devenait presque étouffante pour ses neveux par exemple. Elle poussa ses lunettes sur le bout de son nez pour voir à distance et vit une jeune demoiselles, ramassant des produits, qu'elle avait certainement faits tomber. Sans attendre, Mary se proposa pour aider.

« Tout va bien, mademoiselle ? Avez-vous besoin d'aide ? » demanda-t-elle, un sourire discret aux lèvres, de façon à ne pas intimider la demoiselle.

Mary était ainsi, toujours aimable, ouverte aux autres. Elle aimait rendre service, ou plutôt avoir l'impression d'être utile. Comme une façon de se persuader qu'elle ne vivait pas pour rien, pas pour personne. Elle se sous-estimait souvent, c'était son vilain défaut. Et puis, elle se rappelait le nombre de fois, qu'elle avait lâché ses articles dans ce magasin, que le caissier avait dû l'aider à ramasser. Il s'était passé tant de choses dans cette supérette. En trente ans, il y avait beaucoup de choses à raconter. Chaque jour est différent, chaque jour, il se passe quelque chose. Ce jour-ci était un jour nouveau, avec au moins un peu de piment ! Mary n'avait jamais vu cette jeune personne, c'était la première fois qu'elle la croisait, c'était plutôt étrange d'ailleurs. Peut-être qu'elle n'avait simplement pas fait attention les fois précédentes, car ce visage ne lui était pas familier. Elle supposa que cette personne était de passage, en voyage, pour les vacances. Elle aimait bien analyser très rapidement la situation, c'était souvent à côté de la plaque d'ailleurs... Toujours aussi curieuse, elle souhaitait en apprendre plus sur cette nouvelle venue.


Revenir en haut Aller en bas
 

Little piece of joy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Maison abandonnée & Grocer's Shop-