AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 devil's in the details.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: devil's in the details. Lun 10 Mai 2010 - 0:05

devil's in the details.

AVEC STEFAN VARNHAM ET PENNY NICHOLS
(c)livejournal


Le temps n'avait plus pour elle la même valeur. Jadis habituée à être réglée comme une poule, il se trouvait qu'à présent, sa ponctualité n'était plus qu'un vague souvenir. Naturellement, cela se traduisit de manière instantanée sur ses journées : pas un rendez-vous n'était assuré à l'heure et elle devait sans cesse batailler pour que ses excuses soient acceptées. Étonnamment cependant, elle ne mentait jamais sur la raison de ses retards : pannes de réveil (sans préciser que c'était parce qu'elle s'était endormie à quatre heures du matin d'épuisement à force de pleurer), imprévus de dernière minute (comme recevoir la visite d'une voisine âgée qui demandait où était passé son « chéri-chou » de Jack et à qui Penny devait expliquer qu'ils faisaient « demeure à part », à présent) ou simples oublis (parce que son esprit était juste encombré de mille et une choses et qu'elle en oubliait même de vérifier son agenda). Ainsi, lorsqu'elle claqua la porte de son véhicule de service après s'en être extirpée à vive allure, Penny Nichols comptait déjà un bon quart d'heure de retard. Elle se précipita donc vers l'arrière de la voiture – une sorte de petite fourgonnette blanche siglée des initiales du centre pharmaceutique pour lequel elle travaillait – et ouvrit les double-portes. Elle attrapa la première boîte en carton qui se présentait à elle et referma les portes avant de traverser le reste du parking à pied. Coincés sous son bras, les papiers qu'elle devait faire signer à l'hôpital en échange de la livraison. Arrivant devant l'entrée Ouest du bâtiment, elle eut alors la chance de croiser une femme enceinte à quelque pas d'elle, soutenue par son époux, son fiancé (ou peut-être son amant) et de toute évidence prête pour la grande délivrance à en croire la façon dont elle soufflait comme un bœuf. Penny leur adressa un regard compatissant mais n'essaya pas de proposer son aide et les doubla sans la moindre retenue : elle était en retard. Mais surtout, elle n'avait vraiment pas envie de supporter plus de deux minutes la vue d'une femme prête à accoucher.
Arrivant à l'intérieur du bâtiment, elle marqua un sprint jusqu'au hall où se pressait une bonne dizaine de personnes cherchant de toute évidence à se faire soigner. Penny réussit difficilement à attirer l'attention d'une des secrétaires qui lui indiqua le chemin qu'elle devait emprunter. S'enfuyant déjà dans la direction indiquée, remerciant à la cantonade par-dessus son épaule la femme qui lui avait répondu, elle dut se battre pour ne pas laisser tomber le carton et empêcher quiconque de lui rentrer dedans. Une fois arrivée dans le couloir et qu'elle le traversa, elle put baisser sa garde car il n'y avait plus personne à l'horizon. Certes, son retard ne faisait que s'étendre mais au moins, elle ne mettait plus en danger sa livraison de morphine. Ce fut ainsi au moment où elle s'y attendait le moins qu'elle se prit de plein fouet une carrure qui faisait facile le double de la sienne. Vacillant mais ne lâchant rien du carton, elle fit un pas en arrière avant de dévisager, l'air hagard, la personne qu'elle venait de percuter. La découverte qu'elle fit aurait aisément pu lui faire perdre sa prise, en revanche. Stefan Varnham. Ancien collègue et « ami » supposé de son ex-mari. Agitant la tête tandis qu'une franche colère l'envahissait soudainement, un millier de questions la submergèrent mais la plus importante fut celle de savoir si le choc n'avait pas endommagé ses doses. Lançant un regard furieux à Stefan – alors que c'était plutôt elle qui lui était entrée dedans – elle se contorsionna de sorte à réussir à placer son formulaire entre ses cuisses et ouvrir d'une main le sommet du carton pour jeter un coup d'œil à l'intérieur. Elle risquait véritablement de tout faire tomber ainsi mais il était hors de question pour elle de demander de l'aide à Stefan. Plutôt tout perdre que de le laisser s'approcher d'elle. Elle finit cependant par se rassurer en réalisant que rien ne semblait avoir percé mais sa tension ne baissait pas d'un cran : le jeune homme était toujours présent face à elle et sa seule présence réussissait à la mettre dans un état d'extrême fébrilité. Forcément, elle ne tarda pas à soupçonner des raisons de sa présence ici et fidèle à ses tendances paranoïaques, elle le toisa du regard, sans avoir de toute évidence remarqué le bandage qu'il arborait.

« Qu'est-ce que tu fais là ? Miami, vraiment ? Et si j'étais partie à Acapulco, tu aurais fais le déplacement aussi ? »

Secouant la tête, elle poussa un soupire, récupéra son formulaire qu'elle plaça au sommet du carton et repris sa marche, le croisant et le bousculant de l'épaule, signifiant clairement qu'elle n'avait pas digéré un gramme de la crasse qu'il avait fait subir à son ex-mari.
Revenir en haut Aller en bas
 

devil's in the details.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Alentours :: Baptist Hospital-