AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 blythe's house : REVIVAL. (ended)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: blythe's house : REVIVAL. (ended) Lun 4 Mai 2009 - 21:18


« hi, darling. »
M. BLYTHE & D. DAVENPORT


Plan large. Une Lexus Hybride RX400 noire s’avance lentement dans une rue ensoleillée, l’Apple Road d’Ocean Grove. A son volant, une blondinette, Darla Jean Davenport, bientôt vingt-trois ans. Autrement dit, moi. J’arrivais tout droit de l’aéroport international de Miami, où m’attendait ma Lexus, cadeau de première année d’internat de mes parents, que j’avais envoyé quelques jours auparavant par convoi exceptionnel. Elle le valait bien. Elle avait fait tout le trajet, depuis San Francisco, comme moi. Je venais de quitter ma ville natale pour changer de vie, en quelques sortes. Mon petit-ami, Maât Blythe-Sheldon, vivait depuis environ un mois dans cette banlieue qu’il m’avait décrite comme paisible. Notre relation était vieille d’une année et demie, Maât n’était même pas sûr de rester vivre à Ocean Grove, mais j’avais sauté sur le manque que son absence provoquait en moi pour changer mes horizons. Il m’avait dit que s’il me venait l’envie de venir le voir, sa maison lui serait grande ouverte – heureusement. Au téléphone, il m’avait plusieurs fois dit qu’il se plaisait beaucoup. Miami. Miami et ses palmiers, ses plages, son soleil. Qui ne s’y plairait pas ? J’en déduisais que je serais la bienvenue pour un séjour prolongée.

Une boule au ventre se formant au bas de mon ventre – entre excitation et appréhension – je me garai sur le bord de la chaussée, juste devant la boîte aux lettres du 1666, sur Apple Road. Je descendis de la Lexus avec hâte et sortis du coffre mes deux grosses – énormes – valises. Mon sac sur l’épaule, je fermais la voiture et lançai la clef dans ce même sac. Je remontais l’allée d’un pas sûr, alors que je sentais le regard des voisins qui scrutaient mes faits et gestes. J’entendis même l’un d’entre eux, pas vraiment discret ni distingué, lancer : « Elle est nouvelle c’te blonde ? Valises et tout ? Tu crois que Rhys enfin décidé de se marier avec une de ses conquêtes ? ». J’esquissais un sourire alors que je me demandais pourquoi on incluait le frère de Maât – il m’avait souvent parlé de sa famille – à ma venue. Arrivée à la porte de la maison, je pris le temps de respirer un grand coup avant de sonner. Je me préparai mentalement à revoir Maât – ça faisait tout de même un moi – et j’imaginai la tête qu’il ferait quand je lui annoncerais que je venais vivre avec lui, que j’avais régler tous les détails pour mon transfert à l’hôpital de Miami, que nous pourront enfin être ensemble et heureux. Il serait ravi. Je le savais. Je le sentais. Il ne pouvait pas en être autrement, de toute façon.

Alors que mon doigt, manucuré d’un rouge flamboyant, se posait délicatement sur la sonnette dorée, je pensais une dernière fois. Et si il n’était pas surpris dans le bon sens ? Je tentais dans un premier temps de chasser cette pensée de mon esprit mais ce dernier était bien trop tordu pour écarter cette option. Je ne pouvais en effet pas m’empêcher d’imaginer tous les scénarios possibles à mes actions quand je me retrouvais seule avec ma conscience. J’aurais fait une excellente scénariste à coup sûr. Cependant, les voisins me regardaient à présent avec une telle insistance que je préférai mettre cette pensée de côté pour un moment, et j’appuyai d’un coup sec sur la sonnette. Mon cœur s’accéléra. Je lâchai mes valises. Je remis une mèche rebelle en place. Je réajustai mon t-shirt. J’entendis la poignet se tourner.


Dernière édition par Darla Davenport le Ven 29 Mai 2009 - 17:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: blythe's house : REVIVAL. (ended) Mer 6 Mai 2009 - 22:07

    Une journée comme il en avait vécu bien d'autres. Du moins au début. Maât sortit de son lit habillé seulement avec un pantalon de pijama. Il prit la direction de la salle de bain (private, cela va de soit) et alluma au passage la télé à écran plat qui se trouvait sur la commode basse. Directement, il choisit une chaîne cablée sur la mode avant de faire tomber son pantalon et de rentrer dans la cabine de douche. Cette chaîne n'était pas particulièrement sa préférée, après tout il n'était pas vraiment télé-télé, mais dans son métier, il se devait d'être au courant de toutes les tendances, de la mode partout dans le monde. Voilà pourquoi il regardait de temps à outre les défilés de grand couturier, étudiant les nouvelles robes et les nouveaux assemblages de textures et de couleurs. Maât était l'un des meilleurs dans son domaine, et le succès n'arrivait pas sans raison : il avait la réputation qu'il méritait.
    L'eau chaude déferla sur son corps. Prendre sa douche était un des moments préférés de la journée de Maât, cela le réveillait et pendant qu'il se lavait, il se perdait dans ses pensées en remémorant tout ce qu'il avait à faire durant la journée. Une fois habillé (il ne se rasait que le soir -ainsi, il avait toujours une barbe naissante qui lui donnait beaucoup de charme) il descendit dans la cuisine et fit bouillir de l'eau pour se faire un thé. Toujours le même rituel, que ce soit à San Francisco ou Miami. San Francisco... Toute une vie qu'il avait laissé là-bas et notamment sa petite amie avec qui il entretenait une relation depuis plus d'un an. Aujourd'hui, il ne savait plus vraiment où il en était et se surprenait à plusieurs reprises à penser à d'autres personnes, penser à changer. Rompre. Être à Miami lui permettait de se retrouver avec lui-même et de réfléchir à ce qu'il voulait faire pour son avenir. De plus, depuis qu'il avait apprit que son grand-père l'avait désigné dans son testament vice-président de l'entreprise familiale Blythe Events Compagny, Maât songeait à s'installer définitivement à Miami, histoire d'en profiter pour renouer des liens stables avec sa sœur et son frère, avec qui il ne partageait plus grand chose depuis plusieurs années. Bref, Maât était dans un état d'esprit où il prenait du recul sur sa vie et se mettait en position passive pour savoir ce qu'il allait faire "ensuite".

    Il fut tirer de ses pensées par la sonnette de la porte d'entrée. Sa sœur et son frère n'étaient pas levés, ou n'étaient peut être même pas dans la maison, c'était donc à lui d'aller ouvrir. Vêtu d'un simple jean et d'un polo rouge bordeaux, il passa la main dans ses cheveux courts avant de tourner la poignée. Waouh ! S'il s'était attendu à ça ! Sur le moment il ne sut pas quoi faire.

    - D... Darla ? il ne sut pas quoi ajouter. C'était une visite inattendue. Finalement, un sourire sincère se dessina sur ses lèvres et il embrassa sa petite-amie. Qu'est-ce que tu fais ici mon cœur ?!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: blythe's house : REVIVAL. (ended) Ven 8 Mai 2009 - 16:35


i'll live with you.

MAÂT : D... Darla ? Qu'est-ce que tu fais ici mon cœur ?!
DARLA : Suprise!

Bon point : Maât avait l’air réellement heureux de me voir. Pourquoi ne l’aurait-il pas été, après tout. A part les hypothèses qu’il me trompait ou qu’il avait fait son coming-out, les deux en l’espace d’un mois, il n’y avait pas de raison à ce qu’il ne soit pas fou de joie à l’idée de me revoir. Il m’embrassait. Je le pris dans mes bras. C’était si bon de le sentir près de moi. Ce mois sans lui n’aurait pas pu être qualifié d’insupportable – nous nous parlions tous les jours au téléphone et je travaillais bien trop pour avoir le temps de ressentir un manque – mais maintenant qu’il se tenait à mes côtés, je me rendais compte du vide qu’il avait laissé. Je déposai un baiser furtif juste à côté de son oreille puis lui murmurai :

– J’ai quitté San Francisco, j’avais besoin de changement. Tout est arrangé.

Je ne pris même pas conscience que mon discours était surement flou pour lui. Je me contentai de relâcher mon étreinte – les voisins étaient toujours aux aguets – et repris les poignets de mes valises qui jonchaient à terre. Il me regardait sans rien dire. Il était sous le choc. Je lui souri de toutes mes dents. Impossible de cacher mon bonheur.

– J’emménage avec toi !

Il m’avait proposé, quelques semaines auparavant, de m’héberger si jamais il venait à me manquer de trop. C’est pourquoi, ressentant vraiment le besoin de changer d’air et de franchir une nouvelle étape de ma vie, j’avais décidé de déménager dans l’endroit qui me sembler le plus logique. Miami. Maât y résidait à présent. Le Baptist Hospital m’avait fait une offre à l’époque où j’étais été reçue major de ma promo à l’université de Californie, alors quand je les avais contacté pour y poursuivre ma deuxième année d’internat, ils semblèrent ravis de m’accueillir. Je me rapprochais de ma famille résidant à Orlando, et j’allais retrouver une vieille amie d’enfance. Je gagnais, en plus, la mer et le soleil. Miami était « the place to be ».

S’apercevant, lui aussi, que mon arrivée devenait l’attraction numéro un du quartier, il m’invita à entrer dans la maison. Je tirai mes valises à l’intérieur, puis les laissai à côté du portemanteau. Il me débarrassa de mon trench et le posa avec les autres vestes et manteaux. Je lui souri à nouveau. Je me dressai sur la pointe de mes pieds pour déposer un nouveau baiser sur ses lèvres. J’étais aux anges.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: blythe's house : REVIVAL. (ended) Dim 10 Mai 2009 - 2:10

    Ca pour une surprise, c'était une surprise ! Evidemment, la relation à distance avait été dur pour lui également. Maât était fou de la jeune femme avec qui il vivait une relation très fusionnelle et épanouissante. Toutefois, et elle le savait!, il détestait les surprises. Maât était un homme qui avait besoin de tout planifier, de tout diriger pour se sentait bien dans chaque situation. Alors là, avec sa petite amie sur le seuil de sa porte, lui annonçant qu'elle emménageait avec lui : il ne s'attendait pas à cette situation et ne parvenait donc pas à effacer ce rictus de surprise qui peignait son visage. Les choses allaient s'avérer très difficile.

    - Waouh! En voilà une surprise. Il faudrait qu'il songe sérieusement à lui rappeler que justement, il détestait les surprises. Rentre, ne reste pas sur le pas de la porte ! Il faut que tu me racontes tout !

    Oui en effet, il fallait qu'elle lui explique de fond en comble. Maât avait toujours été clair : il ne voulait pas qu'elle abandonne ses études pour lui. Il avait fait l'erreur quand il était étudiant de droit à l'université de Columbia d'abandonner ses études pour son grand-père et maintenant il le regretterait surement toute sa vie. Darla avait donc intérêt d'avoir une bonne excuse pour quitter le programme qu'elle suivait pour ses études de médecine à San Francisco.
    Pendant qu'elle avait le dos tourné, le sourire de Maât s'effaça. Sourire qui réapparut très vite quand elle tourna son visage d'ange vers lui. Oui, quelque chose le dérangeait, même s'il se gardait bien de le montrer à sa petite-amie. Bien qu'ayant été ensemble depuis plus d'un an, ils n'avaient jamais parlé sérieusement de vivre ensemble. Evidemment, encore une fois, Maât l'aimait plus que tout au monde et bien plus encore mais c'était un homme qui aimait avoir son indépendance, ce que Darla respectait, et il n'était pas sûr qu'il était vraiment prêt à vivre avec elle.
    Enfin dernier point important : Darla n'avait jamais rencontré le frère de Maât, et elle avait vu une unique fois Victoria : la fois de trop, les deux femmes ne s'étaient absolument pas entendues.

    - Viens, allons dans la véranda ! Ainsi elle verrait rapidement la maison qu'ils traversèrent. Une fois sous le toit de verre, il s'installa dans un fauteuil et invita sa petite amie à le rejoindre. Elle prit place sur ses genoux. Là, il l'embrassa encore avec un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: blythe's house : REVIVAL. (ended) Dim 10 Mai 2009 - 16:51


why i came.

Maât semblait lui aussi ravit. C’était un soulagement. J’étais débarrassée de tout artifice encombrant. Je lui pris alors la main. Il m’entraîna dans la véranda. Au passage, je contemplai ce que je pouvais de la maison. Celle-ci était vraiment impressionnante. A la fois moderne et rustique. Ordonnée. Bien décorée – bien que ce point ne soit pas une surprise, connaissant Maât. La véranda était à l’image de la maison. Lumineuse, spacieuse, agréable. Nous nous assîmes sur le fauteuil qui faisait face à l’une des baies vitrées. J’ôtai au passage mes bottines à talons et me posai les genoux de Maât. Je le regardai, sans parler, sachant bien que son esprit était envahi de tonnes de questions. Questions qu’il n’osait pas me poser, évidemment. Je savais bien qu’il détestait les surprises, même quand elle concernait un rapprochement de notre couple. Je lui souri alors, taquine, et commença à déverser un flot de paroles comme je ne l’eut encore jamais fait.

J’ai fait envoyé ma voiture par avion il y a deux jours. Moi j’ai pris l’avion de San Francisco jusqu’à Miami. Etrangement je ne me suis pas perdue sur le chemin de Miami à ici, comme si je connaissais déjà la route, en fait. Bref, je suis donc arrivée saine et sauve et voila que je t’ai avec moi ! Si tu savais comme tu m’as manqué.

Je fis une mini pause pour déposer un baiser sur ses lèvres. Ma main caressait ses cheveux. Repensant à l’attachement qu’il avait aux études, je m’empressai de le rassurer.

Ne t’inquiètes pas. Je continue l’internat. Mon transfert s’est fait très rapidement, comme s’ils m’attendaient depuis toujours au Baptist Hospital ! Et puis tu sais, à l’hôpital, à la maison, c’était plus comme avant. Un résident a fait une tentative de suicide, ça a miné tout le monde. Déjà que l’ambiance était tendue, je ne supportais plus ses tensions. Tu me connais. Déménager m’a donc parut être la meilleure des choses à faire. J’ai gardé mon appart, quand même. Collyn va surement vouloir y emménager pour ses études. Je ne suis pas sûre que c’était ce que papa et maman avait prévu pour elle, je sais qu’ils voulaient que je garde un œil sur elle, mais bon. Ils ont pas trop mal réagit à la nouvelle de mon déménagement. En fait, je ne leur ai annoncé que deux jours avant que je parte. Ils ont essayé de me retenir mais j’avoue ignorer pourquoi. Papa a même de la famille à Orlando, il connaît la Floride, il sait que ça me fera du bien.

Je repris mon souffle. Je ne m’excuserai pas pour avoir tant parlé, je savais que Maât y été à présent habitué.

Et toi, parle moi un peu de toi, d’ici. Tu dois te sentir seul dans cette grande maison non ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: blythe's house : REVIVAL. (ended) Ven 15 Mai 2009 - 23:57

    J'étais préssé de lui montrer toute la maison dont j'avais hérité. Enfin aa mère mais elle ne voulait pas continuer à vivre dedans, elle l'avait donc laissé à ses trois enfants qui en étaient devenus les propriétaires.
    Je l'installais sur mes genoux et l'écoutais parler en regardant son visage d'ange.

    - J’ai fait envoyé ma voiture par avion il y a deux jours. Moi j’ai pris l’avion de San Francisco jusqu’à Miami. Etrangement je ne me suis pas perdue sur le chemin de Miami à ici, comme si je connaissais déjà la route, en fait. Bref, je suis donc arrivée saine et sauve et voila que je t’ai avec moi ! Si tu savais comme tu m’as manqué.
    - Tu m'as manqué aussi ! lui répondis-je en l'embrassant.

    Ensuite je l'écoutais m'expliquer tout ce qu'elle avait imaginé pour arranger sa présence à Miami tout en alignant ça avec ses études. J'eus un sourire soulagé : elle était plus jeune que moi et j'avais toujours été clair que je ne voulais pas qu'elle mette son internat de médecine de côté pour notre couple. C'était sa vie et certes, j'en faisais également parti mais on parlait ici d'amour à long terme : en tant que wedding planner je savais pertinemment que les couples ne sont pas éternels. Une carrière l'est d'avantage.

    - (...) Papa a même de la famille à Orlando, il connaît la Floride, il sait que ça me fera du bien.
    - Je préfère ça ! Tu as eu raison de saisir cette opportunité qui s'est présentée. Je lui fis un autre sourire. Elle me faisait rire à tout le temps parler, elle était pire que moi et pourtant Dieu savait que j'étais particulièrement bavard. Mais Darla était un phénomène et je l'aimais justement pour ça.

    - Et toi, parle moi un peu de toi, d’ici. Tu dois te sentir seul dans cette grande maison non ?
    - Et bien... commençais-je. Je craignais que le sujet soit délicat. En fait je ne suis pas tout seul ici. Victoria et Rhys, ma soeur et mon frère, habitent aussi ici... C'est pour ça que nous sommes obligé de parler sérieusement de cette histoire de vivre ensemble. Je remarquais qu'elle fronçait les surcils. Maât, terrain miné... Ne t'inquiète pas, ça ne leur posera pas de problèmes mais bon tu n'as jamais vu Rhys et tu n'as vu Vicky qu'une ou deux fois quand elle est venue me voir à San Francisco... Et on ne peut pas dire que ça s'était très bien passé... Non effectivement, c'était le cas de le dire. Donc il faut qu'on en parle toi et moi avec eux et leur expliquer et tout. Mais ne t'inquiète pas, ça ne posera pas de problèmes. Et puis ils n'ont pas leur mot à dire sur notre couple ! Je savais que cette dernière phrase allait lui plaire et la rassurer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: blythe's house : REVIVAL. (ended) Sam 23 Mai 2009 - 22:34


Maât avait perdu l’habitude de rire à chaque fois que je transformais mes paroles en véritables tirades de théâtre. Au début, il le faisait, je lui rétorquais à chaque fois qu’il était pire que moi. A présent, j’imagine qu’il se fait toujours la réflexion intérieurement, mais heureusement pour lui, il n’en dit plus rien. Il semblait avoir suivi toute mon histoire – elle était si longue que je ne me rappelais plus quels détails j’avais omis. Il semblait aussi rassuré de savoir que je n’avais pas abandonné ma vie pour lui. D’un côté je l’aimais, mais certaines expériences m’avaient appris à ne jamais me sacrifier pour un homme. J’avais parfaitement les pieds sur terre, il n’y avait pas de risque d’écart de conduite.

Afin de faire digérer mon récit, j’avais questionné Maât sur lui et la maison. Il commença à me répondre, prudemment. Je sentais que quelque chose se tramait au premier « et bien ». Sourire timide. « Victoria et Rhys » « frère et sœur » (…) mon sourire se transformait en bouche bée. J’avais oublié de me souvenir d’eux. J’avais oublié de penser à la possibilité qu’ils aient pu habiter avec leur frère. Idiote. Si j’avais été dans un dessin animé, je me serais tapée la tête contre la paroi de la bulle qui serait apparue au dessus de ma tête. Je refermai ma bouché dès que j’eu repris mes esprits, me forçant alors à sourire à nouveau. J’avais zappé à peu près tout le discours de Maât, sous le choc. Je me souvenais alors seulement de quelques mots, termes, expressions. Je flippais. J’avais peur de ne pas avoir entendu le passage où il m’annonçait que je ne pourrais pas habiter ici. Sa dernière phrase me redonna pourtant confiance. Je soupirai de soulagement.


MAÂT : (…) Et puis, ils n'ont pas leur mot à dire sur notre couple !
DARLA : Oui, biensur… Nous parlerons avec eux. Mais euh, ils vivent ici depuis quand ? Je veux dire, ils t’ont rejoint une fois que tu as emménagé ou ils vivent ici depuis longtemps ? Parce que… oh, je n’aurais jamais du venir à l’improviste ! Je vais vous gêner, ils vont me détester. Je suis désolée, désolée d’être venue ici. Je… j…


Je perdais pied. Cette nouvelle chose que j’avais voulu essayer – la spontanéité –, chose qui dont je n’étais absolument pas fan, était une affreuse théorie foireuse. J’étais quelqu’un d’extrêmement réfléchi. Je pensais et repensais à chaque détails de toutes les parties de ma vie, aux conséquences et retombées, aux probabilités et infimes possibilités. J’avais voulu essayer quelque chose de nouveau, changer cette personnalité si prévisible, surprendre l’homme que j’aimais. Foireux. La spontanéité, c’est foireux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: blythe's house : REVIVAL. (ended) Jeu 28 Mai 2009 - 1:32

    - Oui, bien sur… Nous parlerons avec eux. Mais euh, ils vivent ici depuis quand ? Je veux dire, ils t’ont rejoint une fois que tu as emménagé ou ils vivent ici depuis longtemps ? Parce que… oh, je n’aurais jamais du venir à l’improviste ! Je vais vous gêner, ils vont me détester. Je suis désolée, désolée d’être venue ici. Je… j…
    Je voyais dans ses yeux qu'elle était tout simplement en train de regretter sa spontanéité. Nous n'avions plus quatre ans et on parlait ici de vivre ensemble et de cohabitation avec des gens qu'elle ne connaissait pas. Je n'osais pas lui faire de reproches mais elle aurait du réfléchir à toutes ces données avant de débarquer à l'improviste comme ça. Mais je voulais son bonheur, nous allions donc nous arranger pour qu'elle soit heureuse.
    - En fait Victoria vit ici depuis pas mal de temps, je crois qu'elle n'a jamais vraiment quitté la maison puisque c'est ici que nous avons grandit tous les trois. Il me semble que Rhys est arrivé quelques semaines avant que moi-même je n'emménage. Je plissais les sourcils. Oui ça devait être ça. Je ne voulais pas dire de bêtises.

    Je la serrais un peu plus, et lui déposais un autre bisou sur la joue. Je ne voulais pas qu'elle culpabilise de quoi que ce soit. J'étais adulte, je pouvais gérer moi-même les conflits avec mon frère et ma soeur. Mais j'étais forcé d'avouer que me prévenir quelques jours à l'avance n'aurait pas été un luxe. Je voyais mal comment je pourrais annoncer cette situation à Rhys et Victoria, sachant que je devais déjà leur signifier que Annabel, ma gouvernante qui travaillait pour moi et habitait avec moi à San Francisco devait arriver dans quelques jours pour s'installer également avec nous. Heureusement que la maison était grande.

    Je décidais de changer de sujet, pour la mettre à l'aise.
    - Allez viens, je vais te montrer le reste de la maison ! lançais-je avec un sourire. Je me levais et lui prit la main pour l'entrainer dans les diverses pièces. Tout cela ne s'annonçait pas simple...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: blythe's house : REVIVAL. (ended) Jeu 28 Mai 2009 - 21:48


Voila. J’étais perchée sur ses genoux. Les genoux de l’homme pour qui j’aurais fait n’importe quoi. J’étais censé être heureuse. Je ne l’étais plus. J’avais à présent le sentiment d’avoir fait le mauvais choix en venant ici. Je voulais quitter San Francisco, c’était sûr, mais pourquoi avais-je du me décider à surprendre Maât en venant vivre carrément chez lui ? J’aurais très bien pu emménager à Miami, de façon à rester près de lui, ou même à Orlando, où j’avais de la famille et qui restait une ville de Floride, pas si éloignée de Ocean Grove. J’avais fait une erreur. Je devais maintenant assumer. Après tout, peut-être que tout irait bien ? Peut-être que je m’entendrais bien avec Rhys et Victoria, que la vie de banlieue à Ocean G me plairait, que mon nouveau job à l’hôpital serait plus excitant qu’à San Francisco ? Ca ne devrait pas trop être difficile…

Il fallait que j’arrête de me torturer mentalement. C’était totalement inutile, même si j’y étais habituée. J’étais lunatique, rien de nouveau. C’est donc après un petit moment de silence pendant lequel je m’étais torturée, je me tournai vers Maât et le regardai dans les yeux. J’oubliai alors le f ait que j’avais peut-être une erreur. Je ne voyais pas de regret ou de reproche dans ses yeux. Il m’expliqua clairement la situation de son frère et de sa sœur au sein de la maison et me proposait à présent de visiter la maison. Je lui souris, l’embrassai à nouveau, me levai et lui pris la main.

Il me balada à travers l’immense maison. Elle était décorée à la fois de façon classique et moderne. Elle était bien rangée. Elle semblait plus qu’agréable. J’avais à présent hâte d’y vivre, d’une certaine manière. Avoir vu ce lieu me rassurait. Je savais à quoi m’attendre. Et, étrangement, elle me rappelait quelque chose, elle m’était familière. Ca me rassurait d’autant plus. Je n’avais pas lâché la main de Maât pendant tout le trajet. Il avait du sentir mon anxiété, mais il n’en dit rien. Nous poussâmes la visite jusqu’au grenier, moins poussiéreux que je m’imaginai un grenier lambda. Nous redescendîmes alors, et atterrîmes dans la cuisine. Il avait deviné que je mourrai de faim.


« the end »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: blythe's house : REVIVAL. (ended)

Revenir en haut Aller en bas
 

blythe's house : REVIVAL. (ended)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road & Lemon Street-