AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 All of the dreams we built up from the ground [Gibson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: All of the dreams we built up from the ground [Gibson] Jeu 17 Juin 2010 - 11:29

Two days ago
Attablée sur le bord de la table de la cuisine, Leslye tournait la cuillère dans son cacao, tentant de mélanger le tout, et surtout de le refroidir le plus rapidement possible. A côté d'elle, assis dans sa chaise haute, le petit Elliott s'amusait à taper sa petite cuillère sur la tablette, accompagné de quelques de ses gazouillements. Le regard posé sur son neveu, Leslye lui demanda « tu as faim? Deux petites secondes alors! » Elle accompagna ses paroles d'un petit sourire et se leva, ouvrit le frigo et en sortit un petit yaourt dont son filleuil rafolait. Elle enleva rapidement le couvercle du pot, le lécha -parce que ces petits pots pour gosse étaient drôlement bons, et le donna à Elliott. Elliott était le fils de sa soeur, et elle s'occupait de lui quelques minutes, le temps que sa grand-mère rentre de course et que sa soeur rentre de cours. Ca ne devrait pas prendre longtemps d'après mamie. Leslye prit délicatement la cuillère des mains du bambin, et commença à lui donner à manger. « Humm.. c'est super bon Elliott. » Un sourire s'afficha sur ses lèvres pendant que le petit déglutissait le yaourt. « Je crois même que je vais arrêter de t'en donner, et que je vais le manger moi même. » Elle accompagna ses paroles: la cuillère pleine s'approcha de sa bouche, et ses yeux se posèrent sur son neveu. Il la regardait en fronçant les sourcils, mécontent de voir son dessert adoré dans la bouche de sa tante. Leslye rit en voyant la tête d'Elliott et la cuillère fit demi-tour pour se retrouver de nouveau devant laa bouche du petit. « Dommage, j'aurais bien aimé continuer. » La sonnerie du téléphone se mit en marche, coupant court à tout ce que Leslye faisait. Elle posa la cuillère et le petit pot sur la table de la cuisine, marmonna un « je reviens » à son neveu, et se leva pour aller répondre. « allo? »La voix au bout du fil ne lui était pas inconnue. C'était sa mère, vivant à Tampa, en Floride. Un sourire s'afficha de nouveau sur ses lèvres alors qu'elle revenait dans la cuisine. Posant sa main droite sur le combiné, elle balança au petit « c'est mamie. » Dans l'insouciance d'un gamin de 14 mois, le petit n'eut aucune réaction, continuant de guetter ce pot. Leslye bafouilla quelques mots avec un grand sourire, raccrochant au moment où une porte d'entrée claqua. « c'est toi Shoukie? » « oui » « maman vient d'appeler. Elle vient nous voir dans deux jours. »


Now
Ce fut ainsi que Leslye, Shouka, Elliott et Noleen Gibson se trouvèrent au restaurant ce soir-là. Elles avaient reçu par boite postale une invitation de la part de Scott Matthews pour l'ouverture de son nouveau restaurant, le San Estephe. Découvrant l'invitation, Noleen avait insisté pour inviter sa progéniture et son petit-fils au restaurant, ce que les deux jeunes filles avaient accepté avec joie. Entrés dans le hall du restaurant, elles furent vite acceuillit et ammené à leur place. Attablés autour de la table, les Gibson regardaient le menu qu'on leur avait apporté. Les yeux de Leslie brillaient de gourmandise rien qu'en lisant le nom des plats ainsi exposés sur le papier. « Je ne sais pas vous, mais je crois que ce soir je vais me régaler. » Elle avait déjà ses papilles gustatives bien ouvertes. Un petit clin d'oeil vers son neveu, la jeune fille retourna à la recherche de la perle gustative. Il faut dire que dans la vie de tout les jours, Leslye était quand même gâtée. Sa grand-mère faisait la cuisine pour les deux filles, et, elle avait des talents culinaires innés. Ce n'était pas le cas de la jeune fille. Certes, les gâteaux n'avaient plus de secrets pour elle, mais les viandes ressortaient dures du four, les plats étaient toujours mangé crus, et même les salades relevaient d'une difficulté majeure. C'était pourquoi elle s'était auto-proclamée patissière de la famille. Jetant un coup d'oeil à sa mère, assise à côté d'elle, Leslye ne put s'empêcher de penser à ce qui les attendait. Elle avait trouvé étrange que sa mère décide un beau jour de venir passer quelques jours à Miami pour voir les deux jeunes filles, et ce, sans son père. Ca ne ressemblait pas à des vacances familiales. On ne pouvait prétendre avoir des vacances famialiales quand il manquait le pilier même de la famille. Le regard de Leslye se concentra sur le menu, pendant que de sa main droite elle tournait à la page suivante. Ils avaient dû s'engueuler. Ils avaient dû avoir une mauvaise dispute qui fait que sa mère était venue trouvé du réconfort auprès de ses enfants, et que son père se noye dans son boulot. C'était sans doute ça, la raison de la venue de sa maman. Elle était arrivé au « Grilled Rib Eye » lorsqu'elle releva la tête vers sa mère. En l'observant, elle dût se rendre à l'évidence que sa mère était loin de se morfondre. Bien coiffée – ses cheveux bruns étaient relevés en un chignon où sur les côtés quelques mèches frisaient-, et bien maquillée, Noleen riait en regardant son petit-fils battre des mains dans les bras de Shouka. Son visage n'était pas maculé de cernes. Les rides qu'elle arborait n'étaient pas des rides de chagrin, juste des rides de vieillesse qui commençait à lui faire prendre conscience que le temps tournait. Elle n'avait pas un faux semblant de sourire. Tout semblait naturel. Elle paraissait juste épanouie et heureuse. La main droite de la jeune fille vint attraper le verre d'eau qu'elle avait devant elle. En en buvant une gorgée, Leslye dû se raisonner: sa mère semblait être en vacances ici, à Miami. Elle n'aurait sû expliquer le sentiment qui s'emparait d'elle à ce moment précis. Elle se résigna à trouver enfin le repas qui allait tant la faire jouir de plaisir, abandonnant du regard sa mère. « qu'est-ce qu'il a grandit! »Leslye eut un sourire en l'entendant: maman -comme beaucoup de monde- avait choppé la gagattitude devant le petit de Shouka.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: All of the dreams we built up from the ground [Gibson] Dim 27 Juin 2010 - 0:46


ALL OF THE DREAMS WE
BUILT UP FROM THE GROUND
Deux jours plus tôt, Leslye lui avait annoncé une joyeuse nouvelle : leur mère Noleen venait leur rendre visite, ici, à Ocean Grove. Il y avait un petit moment qu'elle n'était pas venu voir Shouka et, depuis l'emménagement de sa fille cadette dans le quartier, elle avait désormais doublement raison de venir les voir... en fait, trois fois plus de raisons de venir : il ne fallait pas oublier Eliott, son petit-fils. Certes, elle venait aussi rendre visite à sa propre mère, mais les filles de Noleen passait avant tout car elles étaient ces plus grandes fiertés.  Les retrouvailles s'étaient bien déroulés entre la mère et les filles, Shouka étant bien heureuse de serrer dans ses bras celle qu'elle avait longtemps considéré comme sa meilleure amie et sa confidente – après Leslye, bien entendu. La jeune étudiante n'aborda aucunement le sujet de son père, et, pour son plus grand bien, sa mère en fit de même : il était devenu une sorte de sujet tabou entre Noleen et Shouka, qui avait préféré, avec le temps, tout simplement éviter d'en parler. Il faut dire qu'elle lui en voulait encore : être ainsi jeter de la maison, ça ne s'oublie pas en un claquement de doigts.

Le San Estephe, nouveau restaurant dans la banlieu de Miami, s'avérait être l'attraction du coin, ce soir-là. En effet, il s'agissait de la soirée d'ouverture et la salle était pleine à craquer – par chance qu'elle avait téléphoné pour réserver des places pour leur groupe. Shouka, son fils Eliott dans ses bras, entra dans le restaurant en compagnie de sa soeur Leslye et de sa mère Noleen. Ironiquement – et sans le savoir, Shouka avait revêtu des vêtements qui s'agençait parfaitement avec la décoration de l'endroit : une petite jupe noir avec une ceinture dorée, une camisole blanche avec de petites rayures noirs et un collier avec une fleur décorative, ainsi qu'un petit bandeau noir pour retenir sa chevelure laisser détachée. Même ces ballerines allait avec le tout! Aussi bien dire qu'elle avait eu une bonne intuition! Quelques instants plus tard, un des serveur le installa à une table, non loin des fenêtres qui donnait sur l'océan. La vue était tout simplement magnifique! Shouka voulut installer son fils dans la chaise-haute que lui avait emmené l'un des employés, mais le petit rechigna et elle consentit à le laisser assit sur elle... du moins, temporairement : quand viendrait le temps de manger, elle allait certes devoir se battre avec lui pour qu'il s'installe à sa place et une crise de larmes étaient surement à prévoir, à son plus grand damne. Mais préférant ne pas s'en faire avec ça, elle plaça le gamin sur ses genoux et le laissa jouer avec le menu que leur avait donné le serveur. « Je ne sais pas vous, mais je crois que ce soir je vais me régaler. » C'était bien Leslye ça ! Shouka avait à peine eu le temps d'y jeter un coup d'œil que sa sœur cadette se régalait déjà des plats qu'on leur offrait. « On est là pour ça, non? » lança l'ainée à sa cadette, un sourire en coin.

Le silence tomba légèrement pendant que les trois femmes fouillaient dans le menu en quête de la perle rare de la soirée : un repas qui comblerait leur attente et leur appétit. Eliott, lui, se contentait de jouer après la nappe et de gazouiller afin d'attirer l'attention sur lui, sans résultat. Si Noleen ne s'était pas retournée vers lui à ce moment-là, le pauvre garçonnet aurait probablement commencer à gigoter sur place, dérangeant ainsi sa mère qui était occupé à autre chose. « Qu'est-ce qu'il a grandit! » mentionna-t-elle finalement à sa fille, forçant cette dernière à relever les yeux vers sa mère. « Il a déjà quinze mois, quand même ! C'est dommage que tu n'est pas pu venir à son anniversaire – il était le centre d'attention et il adorait ça! » La grand-mère du fiston acquiesça un sourire avant de finalement faire signe à Shouka de le lui donner, le temps qu'elle choisisse ce qu'elle allait manger. Délogeant Eliott de sur ces cuisses, elle le tendit à sa mère qui le prit dans ses bras et l'embrassa, ce qui eut le don de faire sourciller le gamin. « Ces derniers temps, il n'aime pas trop les bisous, je ne sais pas pourquoi...» Shouka ne fut pas certaine, mais elle crut entendre sa mère murmurer quelque chose comme « ton père non plus... » mais, ne préférant pas faire de commentaire à ce sujet, elle se passa de commentaire.


Dernière édition par Shouka Naolya Gibson le Mer 8 Sep 2010 - 23:01, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: All of the dreams we built up from the ground [Gibson] Ven 2 Juil 2010 - 22:47

    A force de contempler le menu, Leslye avait l'impression de déjà sentir les saveurs du repas qui allaient lui être donné. Cette sensation sur ses papilles gustatives lui faisait prendre conscience que manger n'était pas qu'une simple nécessité chez elle, et ça la mettait de bonne humeur quand elle voyait ça. Lorsqu'elle fit part de sa gourmandise à sa soeur, celle-ci ne put s'empêcher de lancer un « On est là pour ça, non? », sans doute légèrement moqueuse de voir sa soeur se lécher les babines devant des bouts de papier. C'est avec un grand sourire, agrémenté d'un petit rire que Leslye lui répondit, se rendant compte qu'elle se délectait avant même d'avoir vu à quoi ressemblait l'assiette -car si ça se trouve, l'assiette ne serait pas superbe, et elle n'aura même plus faim. Replongeant dans le menu, tout en essayant de diminuer ses ardeurs culinaires, la mère de Leslye s'exclama de plaisir en regardant son petit-fils. Levant alors les yeux vers elle, Shouka répondit que c'était dommage qu'elle n'avait pas pu venir à son anniversaire. Il était vrai qu'à son anniversaire, le petit était ravi: sourire jusqu'aux oreilles, yeux pétillants, des cadeaux, et surtout, tout le monde le regardait, et ça, ça lui plaisait grandement. Un passement de bras plus tard, le voilà dans les bras de mamie qui l'embrassait. « Ces derniers temps, il n'aime pas trop les bisous, je ne sais pas pourquoi...» Leslye ne put s'empêcher de sourire en voyant le gamin avec les sourcils froncés. « On a du trop l'embrasser. Il doit être dégoûté d'avoir toujours de la bave sur lui. » Retournant à la lecture de sa carte, Leslye n'avait même pas remarqué l'étonnement de sa soeur. Elle n'avait même pas fait attention à la phrase que sa mère avait murmuré. Bien trop hypnotisée par le restaurant. Ses yeux parcouraient toute la salle, guettant par la même occasion les gens qui étaient ici présents: des personnes âgées qui se rendaient sourire sur sourire, aux personnes un peu plus jeunes qui avaient presque envie de se courir après sur la table. Leslye eut un sourire en y pensant, et se retourna alors vers sa soeur.
    Elle venait de réaliser que ce soir, elles auraient tout de même pu inviter un autre homme à cette table. Liam Stanfield. Le docteur pour lequel sa soeur s'était entiché. Au début de cette relation, Leslye avait trouvé étrange que sa soeur sorte avec ce Liam. Il avait 31 ans, et faisait parti de la catégorie de personnes que Leslye plaçait chez les « vieux ». Alors certes, il n'était pas trop ridé, mais il était d'un certain âge, et Leslye ne s'imaginait pas un seule instant sortir avec une personne plus âgée qu'elle d'une dizaine d'années. M'enfin, c'était sa soeur, et sa soeur avait des goûts homestiques très différents d'elle elle le savait. Et puis, elle l'avait rencontré, et était elle aussi tombé sous le charme du jeune homme. Elle l'avait de suite bien aimé, et l'avait tout de suite considéré comme son beau-frère, voire même comme son frère maintenant. Et en plus de celà, il s'occupait superbement bien de sa soeur; le plus important à ses yeux. Souriant au serveur qui venait chercher leurs commandes, Leslye laissa les autres dire ce qu'elles allaient prendre. Une fois le monsieur partit, Leslye se retourna vers sa soeur et lui dit « on est bête, on aurait dû inviter Liam aussi! » Elle ne se souvenait même pas si sa mère avait déjà rencontré le jeune homme ou pas. Ses yeux guettant la réaction de sa soeur, ce fut sa mère qui l'interrompit en parlant au serveur « vous pouvez me ramener une bouteille de vin? » Prenant ses paroles avec un sourire, Leslye ne put s'empêcher de penser qu'avoir la majorité ce serait vraiment bien. Elle pourrait aller partout, et elle aussi pourrait boire un petit peu dans les endroits publics. A côté d'eux, un jeune homme sourit à sa copine, et lui tendit une petite boite qu'elle s'empressa d'ouvrir. Un petit cri plus tard, elle se jeta à son cou. Moment romantique. Levant la tête vers sa soeur, Leslye fronça légèrement les sourcils, trouvant un peu étrange qu'elle n'ait même pas eu l'idée de l'inviter. « tu n'as pas eu l'idée de l'inviter? Ca aurait été bien, maman l'aurait vu. » Se retournant vers sa mère, Leslye lui dit avec un sourire « parce que tu ne l'as jamais vu hein maman? Il est super sympa! » Puis, réalisant alors qu'elle devait faire fausse route, Leslye retourna son regard vers sa soeur, et dit « ah mais il devait sûrement être en train de travailler! » Pipelette, elle n'avait pas laissé un seul instant la parole à Shouky. Elle aurait sans doute dû, ça aurait évité le blanc qui allait s'ensuivre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: All of the dreams we built up from the ground [Gibson] Jeu 29 Juil 2010 - 5:57

Spoiler:
 

Sa sœur était tellement occupée à se délecter les papilles gustatives sur le menu qu'elle ne remarqua pas immédiatement la surprise qui pouvait se lire dans le visage de son ainée - ni même les raisons qui amenèrent à cet état, en fait. Shouka, croyant forcément à un mal entendu de sa part, préféra ne pas en glisser mot à qui que ce soit, n'ayant nullement envie de créer un énième conflit dans cette famille, pour un ouï-dire. Leslye, elle, se contenta d'apporter sa petite remarque concernant la mauvaise humeur soudaine de son filleul. « On a du trop l'embrasser. Il doit être dégouté d'avoir toujours de la bave sur lui. » Merci, petite sœur, pour ainsi détendre l'atmosphère sans le savoir! Cette raison n'avait tellement aucun sens qu'elle permis à Shouka de se détendre d'avantage – elle laissa même échapper un léger rire à l'attention de sa cadette. « Tu veux rire! Entre lui et moi, je crois que celui qui a eu droit à sa dose de bave, ce n'est surtout pas lui ! » Malheureusement pour elle, Eliott avait effectivement un bébé très actif à ce niveau... pendant la première année de sa vie, il avait bavé presque autant qu'un Saint-Bernard, si ce n'était pas plus. Certains trouvaient ça dégoutait : Shouka avait plutôt trouvé ça rigolo, même si ce n'était pas toujours drôle. « À ta place, je ne me plaindrai pas. Tu as aussi eu ta phase baveuse, petite. » Offusquée – dans un sens plutôt humoristique de la chose, la jeune femme se retourna vers sa mère en lâchant un « Maman ! » qui voulait tout dire. Disons que ce n'était pas le genre de détails dont on aimait discuter à table. Et, ne prenant aucune chance à ce sujet, elle jeta un coup d'œil à sa sœur, l'air de dire " Si tu en parles, je te le ferai regretter ! " Mais bien sûr, Leslye occupait déjà son attention ailleurs, scrutant le restaurant – et les gens qui le peuplait – avant grande attention.

Après un court instant, Leslye rapporta son attention sur sa table, et plus particulièrement sur sa sœur. C'est à ce moment précis qu'un serveur arriva pour prendre leur commande et, tour à tour, elles répondirent à ces questions de base – cuisson, sauce et tout le tralala qui accompagnait les plats qu'elles avaient choisis. Dès que le serveur s'éloigna, sa soeur aborda un sujet qu'elle aurait bien voulu éviter ce soir-là... « On est bête, on aurait dû inviter Liam aussi! » Effectivement, cela aurait pu être une bonne chose, si seulement ils étaient encore ensemble. Ce qui n'était pas le cas. Mais ça, Leslye l'ignorait complètement et ce n'était pas par méchanceté de la part de Shouka : elle avait jugé préférable de gérer cette rupture toute seule avant de mettre cette dernière au courant, sachant qu'elle s'était plutôt attaché au monsieur en question, liant une amitié avec celui qu'elle aimait bien appeler le beau-frère. Shouka ne prit pas la peine de répondre immédiatement et sa mère brisa ce petit moment de silence en demandant au serveur de lui apporter une bouteille de vin. Tiens, c'était nouveau ça. Depuis quand buvait-elle? Disons que cela n'était vraiment dans ces habitudes courantes. Une nouvelle folie peut-être ! Voir un nouveau passe-temps si ça se trouvait – certains se passionnaient pour les vins et c'était peut-être le cas de sa mère qui avait souvent des passions très changeantes.

Une jeune fille près d'eux poussa un cri aigu qui surpris une bonne partie de la salle, mais lorsqu'ils virent que son copain venait de la demander en fiançailles, certains applaudirent respectueusement avant de retourner à leurs affaires. Leslye, elle, ramena sur le tapis le sujet chaud du moment. « Tu n'as pas eu l'idée de l'inviter? Ça aurait été bien, maman l'aurait vu. » Puis, comme elle parlait d'elle, Leslye lui sourit avant de continuer sur sa lancer. « Parce que tu ne l'as jamais vu hein maman? Il est super sympa! » Impossible de dire quoique ce soit, sa sœur était un moulin à paroles sur pattes et Shouka s'en voulait de l'avoir laisser parler autant à son sujet : elle aurait préférer aborder ce délicat seule avec elle afin de lui expliquer ce qui s'était passé. « Ah, mais il devait sûrement être en train de travailler !» Levant les yeux au ciel, Shouka songea qu'elle aurait bien aimer que ce soit le cas... quoique c'était peut-être la vérité, mais cela lui passait par dessus la tête. Soupirant, Shouka se contenta d'être brève dans sa réponse, souhaitant ainsi clore le sujet avant de s'enliser trop profondément. « Liam ne serait pas venu de toute façon... on n'est plus ensemble, Leslye. Depuis un bon mois, je dois t'avouer. Et sincèrement, je n'ai pas envie d'en parler. Pas ici, d'accord? » Jetant un regard à sa mère, ayant voulu lui épargner ce genre de conversation alors que cette dernière ignorait probablement l'identité même de cet homme – voir même l'existence de cette relation, elle ne trouva rien d'autres à faire que de oser les épaules, un petit sourire désolé en coin. Cette dernière, par politesse, n'osa pas se mêler à la conversation. Elle savait bien que ces deux filles étaient capable de gérer la situation d'elle-même.


Dernière édition par Shouka Naolya Gibson le Mer 8 Sep 2010 - 23:02, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: All of the dreams we built up from the ground [Gibson] Lun 2 Aoû 2010 - 11:51

Leslye avait de la chance: elle avait l'option multifonction dans son caractère. Ainsi, pendant qu'elle cuisinait (le peu qu'elle cuisinait me direz-vous), elle était capable de regarder la télévision en même temps, et elle pouvait tout aussi bien suivre une conversation et s'y engager. C'était bien pratique d'avoir cette option. Cependant, elle ne savait pas la mettre en place lorsqu'une de ses activités nécessitait une très forte dose de concentration. Par exemple, lorsqu'elle travaillait, Leslye n'écoutait jamais son MP3, de même qu'elle préférait être seule afin de pouvoir assimiler au mieux ce qu'elle apprenait. Il n'y avait pas d'option multifonction à ce moment-là.
Aujourd'hui, Leslye allait le regretter. Trop préoccupée à regarder autour d'elle, et à admirer le restaurant, Leslye allait louper une bonne occasion de se moquer gentiment de sa soeur. En parlant du fait qu'Eliott devait être dégoûté par la bave à force de bisous, sa soeur Shouka eut un petit rire, et lui balança un « Tu veux rire! Entre lui et moi, je crois que celui qui a eu droit à sa dose de bave, ce n'est surtout pas lui ! » Leslye avait ei en entendant la rélfexion de sa soeur: elle devait bien avouer que son neveu avait été du genre baveux. Mais obnibulée par la nouveauté du lieu, Leslye s'était retournée vers l'endroit et regardait tout autour d'elle. C'est là qu'elle manqua l'immanquable. Sa mère fit une réflexion qu'elle n'eut pas la faculté d'écouter. Sa soeur répliqua aussitôt un « Maman ! » et elle se retourna vers Leslye pour lui faire son regard qui tue. C'était ça que Leslye avait loupé. Elle en était parfaitement consciente. Elle n'avait pas vu sa soeur lui lancer son regard, elle n'avait pas entendu sa mère lancer sa réflexion, mais elle savait qu'il venait de se passer quelque chose qu'elle regretterait sans doute. Jamais elle pourra se moquer de sa soeur en train de baver...
Leslye avait renchéri sur Liam lorsqu'elle avait vu tout autour d'elle ces gens amoureux. Elle aurait sans doute mieux fait de se taire sur ce coup-là. Mais comme toute bonne Leslye qu'elle était, elle devait toujours ramener sa fraise au moment le plus opportum. En vrai moulin à paroles sur pattes -comme sa soeur aimait la qualifier- elle ne lui avait pas laissé le temps de répondre. Ca aurait été sans doute mieux si elle s'était tut quelques secondes. Peut-être sa soeur aurait pu en placer une, et sa mère n'aurait pas été autant au courant de ce qui se passait. Mais bien sûr, elle ne l'avait pas fait, et maintenant, elle regardait Shouka, un petit sourire aux coins des lèvres, attendant de savoir si Liam travaillait ou non.
Sa soeur leva les yeux au ciel, et Leslye fronça légèrement les sourcils. Qu'avait-elle? Pensait-elle qu'elle parlait de trop? Ou est-ce qu'elle faisait ça.. pour autre chose? Quand Shouky soupira légèrement, Leslye comprit que quelque chose n'allait pas. Son regard restait fixé sur sa soeur, plus rien n'avait d'intérêt à la seconde-là. Juste sa soeur, et sa réponse qui n'allait pas tarder à arriver. « Liam ne serait pas venu de toute façon... on n'est plus ensemble, Leslye. Depuis un bon mois, je dois t'avouer. Et sincèrement, je n'ai pas envie d'en parler. Pas ici, d'accord? » Les yeux de Shouka se posèrent sur sa mère. Leslye elle, allait répliquer quelque chose, mais en fut incapable. La bouche légèrement entre-ouverte, ses yeux plongés sur sa soeur, les sourcils légèrement froncés: sa soeur ne sortait plus avec Liam. Sa soeur ne sortait plus avec Liam. Sa soeur ne sortait plus avec Liam. La brutalité de sa réponse luir remit les pieds sur terre. Plusieurs fois, elle dû se rappeler cette phrase dans sa tête. Shouka et Liam n'étaient plus ensemble. Ses yeux étonnés se remplirent d'un coup d'une autre question: pourquoi? Pourquoi est-ce qu'ils ne voulaient plus continuer ensemble? Elle ne voyait pas de réponse évidente à sa question, et c'est pour ça que de son regard, elle interrogeait sa soeur.
Un silence s'était installé autour de la table. Sa soeur regardait sa soeur et par moment sa mère. Sa mère ne pipait mot, prenant son verre entre les mains et buvant quelques gorgées -sans doute pour oublier le malaise qui venait de s'installer autour de la table. Elle laissait ses filles gérer ça. Ca ne la concernait pas après tout. Elle ne savait même pas de qui elle parlait.
Devant le regard de sa soeur, Leslye avala sa salive, et répondit d'une petite voix. « Okay.. » Elle dû se reprendre à deux fois « Okay.. Pas ici ». Elle comprenait que sa soeur n'avait guère envie d'en parler dans ce restaurant, en présence de leur mère. Ca n'empêchait pas qu'elle ressentit un petit pincement au coeur. Elle adorait le couple qu'ils formaient. Elle adorait les voir ensemble. Eliott et Leah semblaient aussi heureux. La main droite de Leslye alla attraper son verre d'eau, et elle en but une gorgée. C'est lorsqu'elle le reposa derrière son assiette, que sa mère -jusqu'alors silencieuse- brisa le silence. « Tu sais, les couples parfois ça se brise. » Leslye leva les yeux vers sa mère, et lui fit un petit sourire, comme pour dire 'oui, je le sais bien'. Elle ne savait pas vraiment à qui elle s'adressait avec ce 'tu sais', et Leslye était loin de se douter qu'elle ne parlait pas que d'une jeune maman et d'un docteur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: All of the dreams we built up from the ground [Gibson] Mar 17 Aoû 2010 - 23:24


Dès que Shouka lâcha LA bombe de la soirée – le fait qu’elle n’était plus en couple avec Liam, elle vit bien que cette révélation affecta sa sœur cadette et elle s’en désola. En plus de trois mois, Liam et Leslye avait eu le temps de tisser une sorte d’amitié et la cadette de la famille n’avait pas pu cacher son affection pour le nouveau prétendant de sa chère sœur ainée. Malheureusement, Liam n’avait pas été à la hauteur et il avait décidé de mettre fin à cette relation et ce n’était surtout pas lui qui allait devoir expliquer toute cette situation à Leslye, oh que non. Cependant, il fallait que Shouka elle-même fasse le deuil de cette relation et pour l’instant, elle n’était pas prête à confier tous les détails de cette rupture à sa jeune sœur… forcément, maintenant que cette information était fraîche dans l’esprit de cette dernière, elle n’allait pas la lâcher jusqu’à connaître le fin mot de l’histoire. Au moins Shouka réussirait-elle à la retenir de la questionner jusqu’à leur retour à la maison. Déjà, il y avait maman et Eliott, et en plus, ils étaient en en plein restaurant bondé : pas vraiment l’endroit pour se confier sur une peine d’amour. Leslye ne cessait de la regarder, la bouche entrouverte par surprise : visiblement, elle ne s’était pas attendue à cette nouvelle. Toutefois, Shouka préféra ne pas en tenir rigueur à sa sœur : elle-même ne l’avait pas vu venir, surtout après ce qu’ils avaient partagés ensemble, ces quelques heures auparavant…

Un silence inconfortable s’installa petit à petit à la table. Shouka s’obstinait à garder le silence, Leslye cherchait encore ses mots et leur mère, elle, préférait tout simplement détourner la tête en attendant que ses filles règlent cette histoire entre elles. « Okay. Pas ici. » Lâcha finalement Leslye d’une voix à peine audible. Les épaules de Shouka s’affaissèrent aussitôt. Alors qu’elle croyait avoir affaire à des protestations de sa sœur et à ses questions, elle fut soulagée d’entre cette dernière donner sa reddition. Quoique… cela n’était que temporairement. « Merci Leslye. » lui fit-elle savoir avec gratitude. Elle se doutait bien que toute cette histoire allait la hanter toute la soirée, mais il fallait que Leslye apprenne à être patiente. De toute façon, ce n'était qu'une question d'heure, maintenant, avant qu'elle n'apprenne la terrible vérité. Et son enchantement à l'égard de Liam tomberait bien vite... Ça, Shouka en était certaine. Soudain, la voix de sa mère se fit entendre, jugeant que cette histoire était maintenant close, ou pas. « Tu sais, les couples parfois ça se brise. » L'ainée des Gibson trouva cette réplique plutôt étrange venant de sa mère – déjà, avec cette remarque plutôt discrète concernant son paternel un peu plus tôt, et maintenant cette phrase qui semblait pré-construite glissée dans la conversation comme si ce n'était pas si important... Shouka voulu parler mais l'arrivée des serveurs avec leur repas la détourna complètement de son investigation. « Hummm! » ne put s'empêcher de s'exclamer Shouka, voyant son assiette de fruits de mer atterrir devant elle : le tout avait l'air succulent. Il en était de même avec les assiettes de sa mère et de sa sœur. Lorsqu'elles furent toute servit, et que même Eliott eut reçu son assiette (des pâtes), la jeune fille prit son verre et le leva à la santé de sa famille. « Pour cette soirée mère-filles & petit-fils ! » Leslye y alla de sa propre dédicace et Noleen, qui se laissa aller à un « À mon divorce! » bien placé, après quoi elle but d'un trait son verre de vin. Pareillement à sa soeur quelques instants plus tôt, la bouche de Shouka s'ouvrit de stupéfaction. Avait-elle bien dit divorce? Son père et sa mère avait-il mit fin à leur mariage? Depuis quand? Sa stupeur était-elle qu'elle en échappa son verre, qui se fracassa en entrant en contact avec la table, éclaboussant les gens qui s'y trouvait. Aussitôt, un serveur qui se trouvait non loin arriva pour éponger le dégât et Shouka bafouilla des excuses à son égard. Mais l'homme, souriant, lui fit comprendre que ce n'était pas la fin du monde. Effectivement, il y avait urgence plus importante : ses parents divorçaient.

Jetant un regard en direction de sa soeur, elle ne fut pas surprise de la voir avec un air aussi consternée que lorsqu'elle avait apprit pour sa rupture avec Liam. Mais là, il n'était plus question de sa soeur et de l'un de ses petits amis. Il s'agissait de sa mère et de son père. Et même si Shouka n'avait jamais vraiment entretenue de bonnes relations avec ce dernier, elle était tout de même choquée d'apprendre cette séparation. Les deux soeurs continuèrent d'échanger des regards entre elles avant que l'ainée ne décide finalement de prendre la parole. « Tu plaisantes, maman, n'est ce pas? » Après tout, n'avait-elle pas bu plus que d'ordinaire. Peut-être ne tolérait-elle pas bien l'alcool et qu'elles leur avaient fait une bien mauvaise blague. En tout cas, malgré les bonnes effluves qui provenaient de l'assiette devant elle, Shouka avait définitivement perdue l'appétit.


Dernière édition par Shouka Naolya Gibson le Ven 10 Sep 2010 - 23:46, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: All of the dreams we built up from the ground [Gibson] Sam 21 Aoû 2010 - 19:39

L'annonce de la séparation entre Liam et Shouka avait plus que surprise la jeune fille. Elle avait certes été fortement occupé ces derniers temps: le départ de Ted en Irak avait plongé Leslye dans une suite interminable de déboires, de fatigue. En fait, son esprit était obnibulé par la vision du jeune homme dans un pays inconnu, paré à accomplir toutes sortes de missions les plus dangereuses possibles. Elle n'avait qu'une peur : qu'il ne revienne jamais en entier de là-bas. Pour parer à cette sordide pensée, elle s'était jetée à fond dans ses devoirs, et quand elle levait la tête de ses bouquins, elle trouvait toujours le moyen d'aller à l'église, ou de pousser la porte de l'association, histoire de rencontrer du monde et de parler avec des gens qui vivaient la même chose qu'elle.
Elle avait abandonné un peu sa famille, et c'était sans doute pour cette raison que la rupture Liam-Shouka n'était pas parvenu jusqu'à ses oreilles. « Merci Leslye. » entendit-elle de la bouche de sa soeur, pendant qu'elle buvait pour ne pas montrer sa gêne.« Tu sais, les couples parfois ça se brise. » Sa mère lui avait sorti cette phrase, et Leslye l'avait laissé tomber. C'était peut-être ce genre de choses qu'une mère devait dire pour expliquer une rupture. Les serveurs arrivèrent à l'instant même, et apportèrent le repas. Sa soeur ne put s'empêcher de s'exclamer un « Hummm! » lorsque son assiette de fruits de mer attérit devant elle. Un large sourire aux lèvres, Leslye du lutter contre elle-même pour ne pas lâcher une réplique gentillement moqueuse sur sa soeur. On lui posa de toute façon son assiette devant elle, et elle n'y pensa plus. Des langoustines sur le côté la lorgnaient, et comme une -dans l'attérissage peu délicat du serveur- tenta de se faire la malle, Leslye la remit dans l'assiette s'écorchant au passage dessus. Se mordillant le doigt, Leslye apperçut sa soeur lever son verre, et porter un toast à la famille. « Pour cette soirée mère-filles & petit-fils ! » Leslye leva alors le sien et déclara « aux vacances de maman! ». Leur mère, Noleen sortit alors un « À mon divorce! » , et but son verre de vin directement derrière.
A l'entente de ces trois mots tragiques, Leslye resta bouche-bée. Son père et sa mère? Ils n'étaient donc plus.. ensemble? Elle posa instinctivement son verre sur la table avant d'entendre un fracas de verre brisé. Surprise, ses yeux se posèrent sur son propre verre, intacte. Elle mit quelques secondes à réaliser que c'était sa soeur qui venait d'éclater le sien. Un serveur arriva alors prestemment, et pendant que sa soeur se confondait en excuse, les yeux de Leslye ne fixaient que sa mère. Noleen regardait les dégats causés par sa fille comme si c'était bien plus interessant que le reste. Ses mains crispés sur la serviette, leur mère eut un petit sourire à l'égard d'Elliott. Les yeux de leslye avaient beau la dévisager, elle n'avait pas l'impression que sa mère faisait partie de ces femmes tristes de quitter leur mari, et leur vie d'antan. La cadette jeta alors un regard consterné à son aînée. Toutes deux se regardaient sans vraiment comprendre ce qui se passaient autour d'elles. Ce fut Shouka qui ouvrit la bouche la première. « Tu plaisantes, maman, n'est ce pas? ». Leslye but une gorgée dans son verre; elle sentait des larmes venir à ses yeux, et c'était pour elle un moyen comme un autre de se cacher. Le regard, fixé sur le centre de la table, elle laissa juste trainer ses oreilles pour écouter ce que sa chère mère avait à leur annoncer. Il fallut un certain temps, le temps sans doute pour trouver des mots délicats afin de se racheter de cette révélation maladroitement annoncée, avant qu'elle n'ouvre la bouche. « Votre père m'a quitté. » L'annonce était même un peu plus dur à encaisser pour Leslye. Ainsi, c'était son père.. Son père avait décidé de tout foutre en l'air. « Il a préféré rejoindre sa maitresse. » Cette fois, les yeux de Leslye sautèrent sur le visage de sa mère. Elle prononçait ces mots à la légère comme si c'était banal, comme si elle demandait à table qu'on lui passe du sel. Le visage de sa mère n'avait pas l'ombre d'une tristesse. Sa plus jeune fille se demandait parfois si elle avait conscience de tout ce qui se passait autour d'elle. Avec un petit sourire, et une gorgée de vin dans sa bouche, elle ajouta « mais j'avais déjà demandé le divorce.» Leslye attrapa de sa main droite sa serviette qu'elle avait récemment posé sur ses genoux. Elle serra sa main dessus. La gorgée serrée, et l'estomac nouée, cette découverte lui faisait ressentir un étrange mélange de sensations. Autant que cinq minutes plus tôt, elle était triste, autant là, les sentiments de tristesse et de délivrance s'engouffraient dans ses organes. Et, afin de pouvoir couper court à toutes les questions qui trottaient dans sa tête, Leslye -dont les yeux avaient légèrement rougis- jeta un coup d'oeil à son aînée avant de se retourner vers sa mère « Et.. tu n'es pas triste? » Lui demander si elle lui en voulait lui brulait les lèvres. L'envie de lui poser cette question fut plus forte que de contrôler ses lèvres. « et tu ne lui en veux pas? Je veux dire.. » Elle s'arrêta un instant, et du déglutir afin de pouvoir parler correctement.« Il avait une maitresse! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: All of the dreams we built up from the ground [Gibson] Jeu 9 Sep 2010 - 1:13


Lorsqu'elle avait demandé à sa mère si cette dernière plaisantait, Shouka ne s'attendait pas à recevoir une réponse positive de la part de cette dernière : c'était juste un moyen comme un autre de décrire l'absurdité de la situation. Certes, son père était loin d'être un saint, mais elle n'avait jamais imaginé que l'union de ses parents puissent en arriver à un tel dénouement. Quoique... autant l'un que l'autre avait vécu des relations passés dont elle ignorait tout les détails (sauf peut-être l'existence de Mike, son demi-frère, mais ce n'était qu'un détail). S'ils avaient été capable de se séparer d'une relation à long terme une première fois, la seconde n'était plus une surprise dans ce cas... Ce l'était pour Shouka et Leslye, par contre. Cela se lisait sur leur visage consternée par cette nouvelle aussi inattendue qu'espérer : c'est qu'il y avait aussi, loin derrière toute cette stupeur, une petite pointe de soulagement qui se frayait un chemin dans toute ce maelström d'émotions.

Il fallut un certain temps à Noleen, leur mère, pour répondre à la question : elle semblait réfléchir sur la façon d'aborder les choses, délicatement... plus facile à dire qu'à faire. Finalement, elle ne lacha que quelques brides de phrases très courtes qui résumèrent en son ensemble assez bien la situation. « Votre père m'a quitté. » Tiens, première nouvelle, et Shouka leva les yeux au ciel, sachant déjà la suite de l'histoire – les hommes étaient si prévisibles. « Il a préféré rejoindre sa maîtresse. » Évidement. Lorsqu'un homme quittait sa femme, il y avait peu de possibilité quant à l'issue de cette histoire : soit il en aimait une autre, soit il était gai. Peu surprise par cette révélation, il n'en était pas de même pour sa jeune sœur qui semblait choqué d'apprendre ce détail sur la vie secrète de leurs parents. Leur mère, elle, semblait prendre la chose tout à la légère, principalement lorsqu'elle ajouta : « Mais j'avais déjà demandé le divorce. » à ses révélations. Aussitôt, l'aînée de la famille songea qu'il y avait anguille sous roche – leur mère ne leur disait pas toute la vérité. Avait-elle omit volontairement certains détails de peur de bien paraître, ou cela était-il plus grave qu'il n'en paressait ? Shouka croisa le regard de sa sœur et elle eut de la peine pour elle : ses yeux semblaient vouloir déverser un lot de larmes que Leslye essayait, tant bien que mal, de contenir. Compatissante, elle attrapa l'une des mains de sa sœur et la serra bien fort, lui faisait comprendre qu'elle était là pour elle, qu'elle traversait cette épreuve ensemble. Ce simple petit geste sembla redonner un peu de tonus à sa cadette, puisqu'elle se mit à questionner Noleen. « Et... tu n'es pas triste? » L'indifférence qu'affichait leur mère était en effet assez déstabilisant, ce qui eut pour donc de renforcer la petite théorie qui avait vu le jour dans l'esprit de la jeune femme. « Et tu ne lui en veux pas? Je veux dire... » Elle s'arrêta un instant avant de dire tout haut la stricte vérité. « Il avait une maîtresse! »

Maintenant que ces enfants la mettait devant les faits, Noleen sembla avoir un semblant de réactions, soupirant – Shouka ne su dire si c'était par soulagement ou par énervement. Soudain, leur mère paraissaient plus fatiguée qu'à l'habitude : elle se montrait enfin sous son véritable jour, laissant transparaître une lueur de tristesse à travers de son habituel visage souriant. Il y avait tant de choses que Shouka voulait savoir, mais elle préféra se taire, par respect pour sa mère. Leslye avait parler pour deux sur ce coup : elle était aussi très curieuse de connaître le fin mot de cette histoire, car elle savait que ce divorce et cette maîtresse n'était que la pointe de l'iceberg. Il y avait autre chose. « Je suis au courant de tout, les filles. Alors non, je ne suis pas peinée : j'aurais simplement vouloir l'apprendre avant... pour vous éviter ça. Surtout pour toi, Shouka. » Une pointe de rancœur se fit ressentir chez l'interpelée, qui aussitôt fut sur la défensive, se refermant comme une huitre. « Mais de quoi tu parles, maman? » Pas qu'elle l'ignorait : elle était parfaitement au courant de ce qui était sur le point d'être dit, mais elle avait cacher pendant tant d'années ce petit secret que de le savoir bientôt mit à nu la mit dans tous ses états. Reprenant ses esprits, elle lui posa alors la question qui lui tournait dans la tête. « Comment as-tu su? Papa savait bien gérer les choses pour que tu n'en saches rien... » La réponse que sa mère lui donna ne la laissa pas sur sa faim. « Lorsque Leslye est partit de la maison, il a eu besoin d'un autre échappatoire, il faut croire... Et c'est là que j'ai compris. Depuis quand agissait-il ainsi avec vous? Pourquoi n'êtes-vous jamais venu m'en parler! » Elle enfouis son visage entre ses deux mains, découragée de toute cette histoire et ces évènements passés qui le hanterait sûrement à jamais. « Votre père vous battait, bon sang. Pourquoi ai-je été aussi sotte de n'avoir rien vu. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: All of the dreams we built up from the ground [Gibson] Dim 12 Sep 2010 - 14:43

La main de sa soeur serrait la sienne. Ce simple geste réconfortait au plus haut point la jeune fille. Sa soeur était là, sa soeur était à ses côtés. Shouka avait toujours remarqué quand Leslye n'allait pas. Il faut dire qu'elle était loin d'être une excellente menteuse: elle cachait rarement ses émotions, n'arrivant jamais à donner quelque chose de convaincant. Sa grande soeur se tenait toujours à ses côtés quand ça n'allait pas. Et à cet instant précis, elle se sentait mal. Avouez que ça faisait beaucoup: la fin de l'histoire Liam-Shouka -qui n'était que secondaire là-, la fin de l'histoire de ses parents, son père avec une maitresse. Elle avait toujours cru que l'amour de ses parents était tellement grand qu'il n'y aurait jamais de fin; elle avait même été persuadée que si l'un mourrait, l'autre décèderait quelques heures plus tard. C'était pour dire comme elle les voyait soudés entre eux.
La vérité sur ce divorce ne tarda pas à éclater. Sa mère soupira, et elles virent enfin de la tristesse sur son visage. Leslye la trouva d'un coup plus vieille, avec ces marques de chagrin sur sa figure. Sa main serrant toujours celle de sa soeur, histoire de ne pas la laisser s'échapper, Leslye n'avait d'yeux que pour sa mère là. Elle se mit enfin à parler. « Je suis au courant de tout, les filles. Alors non, je ne suis pas peinée : j'aurais simplement vouloir l'apprendre avant... pour vous éviter ça. Surtout pour toi, Shouka. » Leslye fronça les sourcils. De quoi voulait-elle parler au juste? Qu'entendait-elle par ce 'de tout'? Son coeur fit une embardée gigantesque. Son regard se posa sur son aîné, et cette fois, c'est elle qui serra encore un peu plus la main de sa soeur. Son aînée, sur la défensive, demanda alors, ce que Leslye voulait savoir. « Mais de quoi tu parles, maman? » Les deux filles n'ignoraient pas le sujet sur lequel sa mère voulait en venir. Mais elles n'aimaient pas en parler. Shouka posa une ultime question. « Comment as-tu su? Papa savait bien gérer les choses pour que tu n'en saches rien... » Sa remarque ne fut pas de trop. Il avait toujours réussit à manipuler les filles pour qu'elles se taisent, et ça avait toujours marché.
Noleen jeta un coup d'oeil sur sa fille cadette avant de reposer ses yeux emplis de tristesse sur Shouka. « Lorsque Leslye est partit de la maison, il a eu besoin d'un autre échappatoire, il faut croire... Et c'est là que j'ai compris. Depuis quand agissait-il ainsi avec vous? Pourquoi n'êtes-vous jamais venu m'en parler! » sa voix se brisa, et son visage fut enfoui entre ses deux mains. Voir sa mère d'habitude si gaie, aussi triste donna une fois encore les larmes aux yeux de Leslye. Cette fois, elle ne put s'empêcher de laisser couler une larme. « Votre père vous battait, bon sang. Pourquoi ai-je été aussi sotte de n'avoir rien vu. »

Noleen venait de dire haut ce que les filles avaient toujours caché. Ce secret qu'elles gardaient enfouis au plus profond d'elles-même venait d'être déterré. Leslye se sentait mal. Elle détestait parler de ça. D'ailleurs, même à sa soeur, elle n'en avait jamais reparlé. Pas une seule fois, les jeunes filles n'avaient parlé ensemble de ce que leur père leur faisait subir. Shouka avait sans doute été la plus touchée par cela. Elle était l'âinée, elle voulait toujours protéger sa soeur, malgré les quelque mois qui les séparaient. Elle s'interposait souvent, et c'était sur elle que ça retombait. Et puis, Leslye avait été malade.
Leslye essuya prestemment la larme qui coulait, pour ne pas que sa mère ou même sa soeur s'en rendent compte.



Allongée sur son lit, la tête plongée sous les couvertures, Leslye aurait dû dormir. Il était tard. Elle était fatiguée. C'était la première nuit qu'elle passait depuis longtemps en dehors de l'hôpital. Mais la gamine ne dormait pas. Elle écoutait, elle pleurait, et elle mordait sa couette à pleine dent. Sa soeur, de l'autre côté du mur, subissait leur père depuis quelques minutes. Elle entendait les coups, et à chaque fois, Leslye devait planter ses empreintes dentaires sur sa couverture pour étouffer ses sanglots. Elle entendait ses pleurs. Et Leslye pleurait de plus belle. Elle était fatiguée, de grandes cernes ornaient ses yeux. Mais elle ne pouvait pas dormir. Pas tant que son père s'acharnait sur sa soeur, parce que sa note avait été un A-. C'était une bonne note, A-, non? Le prof avait félicité Shouka. Mais son père s'était énervé, il n'avait voulu que des A+. Rien que ces notes là, aucune autre.
Elle n'entendit plus aucun coup. Elle entendait encore les pleurs. Elle entendit une porte claquée, et elle entendit son père descendre les escaliers. Leslye essuya ses larmes dans son drap. Elle se releva alors. Elle mit un certain temps avant de réussir à se lever. Leslye venait seulement de quitter définitivement l'hôpital après quelques mois passés là-bas. Chancelante, elle sortit de sa chambre, s'agrippant aux murs pour atteindre celle de sa soeur. Elle ouvrit doucement sa porte, et se dirigea vers son lit. Elle se glissa alors sous ses draps, pour dormir contre sa soeur. Sans un mot. Du haut de ses 12 ans, Leslye se sentait coupable. Si elle n'avait pas été malade, sa soeur n'aurait pas passé beaucoup de temps à l'hôpital, et elle aurait pu travailler. Elle attrapa la main de sa soeur, et lui serra. Shouka venait de lui sauver la vie. Mais son père s'en fichait; seules les notes comptaient.
Tampa, 2004


Le regard de Leslye était fixé sur le verre d'eau derrière son assiette. Elle ne savait pas si sa soeur allait prendre la parole. Elle la prit alors. Parce qu'après tout, sa mère méritait de savoir. Toute petite, Leslye avait cru qu'elle le savait. Et puis, plus les années passaient, plus elle se rendait compte qu'elle ne devait pas savoir: son père n'agissait de la sorte que quand elle n'était pas là, et disait bien à chaque fois de se taire. Sa main droite serrant toujours celle de sa soeur, Leslye ne voulut pas la lâcher. Elle prit de sa main gauche son verre d'eau, et en but une gorgée. « Il.. Il nous disait de nous taire ». Elle avait choisi ses mots pour ne pas que sa mère se sente blesser par d'autres propos, comme par le verbe 'menacer' par exemple. Elle but une autre gorgée tout en laissant son regard embué de larmes fixé sur le centre de la table. « Je m'en veux les filles. » Leslye se sentait tellement mal, et tellement idiote de ne jamais lui en avoir parler. Si elle avait dit ça tout haut, ça aurait évité aussi qu'il s'en prenne à sa mère aussi. « tu.. tu ne pouvais pas savoir. » articula faiblement Leslye. Bon sang, elle aurait tellement aimé qu'elle ne découvre jamais rien. Le subir était une chose horriblement difficile. En parler était tout aussi dur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: All of the dreams we built up from the ground [Gibson] Mar 30 Nov 2010 - 3:32


SUJET TERMINÉ.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: All of the dreams we built up from the ground [Gibson]

Revenir en haut Aller en bas
 

All of the dreams we built up from the ground [Gibson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Alentours :: Crandon Park Beach & Port of Miami-