AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 COPS ARE COMING

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: COPS ARE COMING Mar 13 Juil 2010 - 22:01

    Hands up and stay cool, you're under arrest

    Let me give you a tip: you've forgotten how to groove



    La couverture d’un rouge vermeille claqua sur la pile disposée au beau milieu du plan de travail en merisier…Par dessus ? Un plan, un écusson mordoré, la symbolique de la brillante institution qu’il était fier de servir. C’était en quelque sorte le signal que se donnait lui-même Sullivan pour commencer à s’auto-complimenter * Et d’un autre, du bon boulot aujourd’hui. * Avec un peu de chance, il aurait finit ses audits dans deux heures ce qui lui laisserait amplement le temps de passer au pressing, commander un café au starbucks du coin et, pour finir, complimenter la fleuriste sur sa robe qu’il avait reluquée sur le chemin du boulot ce matin. Mais une fois de plus la providence allait en décider autrement. Il quitta son bureau les dossiers clos en sa possession et se dirigea vers celui du grand squale de l’étage à trois portes de la sienne. Plus vous étiez bien vu et mieux vous étiez placé dans le long couloir des officiers de l’Etat. Gagner du temps en étant le meilleur des meilleurs, c’était çà l’idée. Il se présenta, remit les documents et prit congé avant de se replonger dans l’atmosphère enfumée de l’antichambre occupée par une secrétaire meurtrie tirant sur un mégot piqué entre ses lèvres. Elle lui sourit mais sans plus, la dame d’un autre âge ne s’intéressait qu’à une personne et une seule, le grand chef lui-même. Pas la peine d’insister et puis le temps avait sur elle déjà fait son office. Il rebroussa donc chemin jusqu’à son propre bureau, s’installa les pieds croisés sur son plan de travail et regarda les autres jaquettes n’attendant que son bon plaisir mais… Il n’avait à présent plus aucune envie d’être productif. C’est alors que le collègue d’en face vint frapper sur sa vitre lui faisant signe de venir, chose que Sullivan fit mais en prenant tout son temps. Un café ? Oui pourquoi pas. Mais il fallait descendre les trois étages et se mêler aux flics de la petite police en uniforme, Sullivan et son hôte en costumes trois pièces faisant légèrement tache dans ce tableau. L’autre comprenait cette gêne mais insista et ils dévalèrent ensembles le couloir jusqu’aux ascenseurs.

    Rez-de-chaussée, un tas de monde s’affairait ici et là. Le contraste entre les différents services de cet immeuble était flagrant. D’un coté vous aviez ici les affaires en tout genre qui réclamaient sans cesse des intervenants vingt-quatre heures sur vingt-quatre et à quelques mètres plus haut les enquêtes d’un niveau plus sérieux ne se mêlant pas à la petite populace mais aux pontes de la drogue où régnait un calme hallucinant. Sullivan regrettait maintenant d’être descendu. A ses cotés l’autre tira de son veston un paquet de cigarettes et en déposa une sur le coin de ses lèvres. « Non merci ». Sullivan refusa celle qui lui était tendue « J’essaye d’arrêter » lui lança-t-il en tentant de se détendre sur un brin d’humour. Sullivan ne fumait pas, dormait peu et comblait souvent le manque d’alcool par l’activité physique. Ils sortirent de la cage, marchant tous les deux au pas, en direction de l’espace repos, un coin situé à proximité du hall et patientèrent face à la machine.

    Un troupeau de bleusailles entra alors par la grande porte, apportant un peu de fraicheur par le biais d’un faible courant d’air lorsqu’ils déboulèrent, radio à la main tandis que l’un d’entre eux lisait à voix haute le rapport d’incident. Thomas n’eut aucun mal à percevoir la conversation malgré la distance. « Une jeune délinquante, elle a mordu l’officier en second avant de prendre la fuite….oui….elle a été interpellée, elle est avec nous. »

    Dès lors, les yeux de Thom roulèrent sur l’arrière du petit cortège et s’arrêtèrent sur une silhouette plus maligne et plus svelte qu’il reconnu aussitôt. Il fit rapidement volte face vers son partenaire qui lui tendait le gobelet rempli et pas à moitié…mais sous la pression et le stress de la voir ici, il le lâcha, se brulant la main dans un magnifique et puissant : PUTAIN ! Les deux pingouins affublés de leurs costumes endimanchés venaient d’attirer, sans le vouloir, l’attention.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: COPS ARE COMING Mer 14 Juil 2010 - 22:41

Il l'avait attrapé, du moins il essayait de la canalisé. Le policier avait l'air d'un débutant face à l'adolescente qui se débattait « Espèce de macaque mais, tu vas me lâcher ! » lui dit-elle avant de le mordre et de prendre la fuite. Un collègue au « macaque » arrêta la jeune délinquante dans sa course la maintenant de façon à ce qu'elle ne puisse plus gesticulé dans tous les sens. « Oh mais, vas-y doucement, j'suis pas de la porcelaine mais, putain ! » Hurlait-elle, non elle n'avait pas conscience qu'elle parlait aux forces de l'ordre, pire que cela, elle n'en avait rien à faire, elle ne comprenait même pas ce qu'il se passait autour d'elle, la seule chose qu'il la préoccupait c'était le surplus de force employé par le policier. Dans la voiture elle n'était pas décidée à se taire, d'abord elle riait toute seule avec les effets de la drogue puis elle se posait, malgré tout quelques petites questions, « Eu... vous là.... ouais le manchot, tu m'emmènes où ? » Le policier la dévisagea, elle était sérieuse, du moins autant qu'elle le pouvait, elle ne captait pas ce qui se passait, elle faisait de grands sourires angéliques au policier, néanmoins elle ne cherchait pas à le charmer, elle ne tomberait pas si bas, il n'était vraiment pas à son goût. « Au poste, tu vas passer la nuit en garde-vue. ». Diesel fit à nouveau retentir son rire et elle se mit à chanter à tue-tête sous les regards agacés des policiers. « Non sérieux, on va chez les poulets là ? Oh la merde, beau-papa il va pas pouvoir venir me chercher, pas cool. » dit-elle avec une voix de gamine, elle faisait incroyablement pitié. Elle n'avait jamais aimé les flics, enfin qui pouvait les aimer ? Personne n'aime se faire réprimander pour ses conneries et certainement pas elle, qui détestait tans l'autorité, elle ce qu'elle voulait c'était mener tous son petit monde à la baguette, il faut avouer qu'elle s'en sortait très bien sauf avec Dylan mais, là c'était un cas à part. Elle se rappelait sa soirée, une bande de pote, de la cocaïne, beaucoup de cocaïne, de l'alcool, elle ne savait quand comment ses potes étaient partis, tout le monde avait couru c'est tout ce qu'elle savait et ça lui suffisait.

Le trajet était cour certes, mais, la demoiselle l'avait rendu si long par ses bavardages incessant et ses remarques on ne peut plus débile. En entrant dans le bâtiment elle l'observa dans les moindres recoins, enfin, elle n'avait pas conscience de grand-chose, elle le trouvait simplement lugubre, vulgaire, sans style et hideux. En même temps, elle était dans un lieu censé représenter l'ordre et la loi, il n'était pas vraiment fait pour être accueillant. Elle poussa un soupir de ras-le-bol, hors mis le fait qu'elle était avec des brutes manquant cruellement de délicatesse, elle était persuadée qu'eux mêmes ne respectaient pas la loi. Un immense « PUTAIN » retentit dans la salle, ce qui attira l'attention de la jeune femme. Elle prit un sourire malicieux, elle allait s'amusait, Thomas, il était là non loin d'elle. Thomas c'était ce type qui voulait la ramener chez elle, alors qu'elle était dans un état...pareil à celui d'aujourd'hui si ce n'était pas pire. Ce n'est pas un scoop, Diesel est une emmerdeuse, elle joue avec ses nerfs, elle s'amuse à le charmer, de préférence en présence de témoins. Elle le met dans des situations pas possible et autant le dire elle adore ça. C'est un jeu pour elle et à sa vue la soirée s'annonçait moins miteuse que prévu. Toute l'attention 'était à présent sur Thomas et son collègue. Elle n'eut même pas besoin de trouver un moyen pour rejoindre Thomas que les deux débiles en uniforme la firent avancée jusqu'à lui, visiblement plus préoccupés par la présence de leurs collègues. Une fois face à Thomas, elle lui fit un sourire charmeur, elle avait bien l'intention de lui faire voir de toutes les couleurs « Oh Thomas, t'es vachement sexy dans cette tenue, tu ne veux pas me retirer ses bracelets, pour qu'on puisse jouer avec... » Elle souriait de plus belle, le regard malicieux, elle savait plus ou moins ce qu'elle faisait. Enfin malgré qu'elle soit défoncée, elle était sincère sur deux choses, la première étant que Thomas était vraiment canon et la seconde elle en avait marre des menottes. Elle n'avait pas réellement l'intention de l'attacher à un lit avec les menottes, enfin quoi que, défoncé elle capable de tout. Elle n'écoutait rien, elle se concentrait uniquement sur Thomas. Elle baissa les yeux remarquant qu'elle marchait dans un café qui venait d'être renversé, elle regarda Thomas dans les yeux un sourire plus que malin aux lèvres « T'es tomber à la reverse avec ton café ? C'est mon arrivée qui te fait autant d'effet. ». A cet instant, elle se disait que Thomas devait la haïr et elle adorait cette idée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: COPS ARE COMING Mar 17 Aoû 2010 - 11:57

    L’arabica corsé coula le long de ses doigts, ne cherchant même plus à les crisper sous l’effet de la chaleur ni à se ventiler la main par de grands mouvements intempestifs qui ne servaient dorénavant plus à rien. Le lieutenant avait fait mouche ce coup-ci et ce malgré lui. C’est à peine s’il prit le temps de chercher dans sa veste un mouchoir lorsque, pour son plus grand malheur, la petite silhouette investigatrice de tous ses malheurs s’était rapprochée de lui sans crier gare. Une nouvelle fois, un gobelet tomba. Non pas le sien mais celui de son collègue qu’il venait de bousculer en reculant de stupeur à la simple vision de cette gosse droite comme un piquet sous son nez. Le visage blême, comme s’il venait d’entrevoir l’un des fantômes de son enfance, il resta stoïque et ne trouvait plus de répartie, prit de court par une môme à peine sortie de l’adolescence. Certains se permettaient un sourire narquois face à ce tableau, d’autres ne comprenaient tout simplement pas pourquoi Sullivan avait perdu soudainement ses moyens et en étaient plutôt inquiets, lui qui d’habitude campaient coute que coute sur ses positions quelles que soient les conditions.
    « Oh Thomas, t'es vachement sexy dans cette tenue, tu ne veux pas me retirer ses bracelets, pour qu'on puisse jouer avec... » Ses yeux s’exorbitèrent après cette réflexion, sans trouver une réplique assez convaincante pour la faire se taire. Cette môme, un véritable enfer sur pattes, et son partenaire qui les regardaient par intermittences, tantôt les yeux rivés sur le visage blême de Thomas, tantôt rabaissés sur cette chose menottée à peine majeure. Quel lien saugrenu y avait-il entre les deux ? Deux mondes strictement différents et pourtant la petiote semblait bien connaitre son partenaire qui, quant à lui, n’en avait jamais dit mot. Sullivan adressa à ce dernier un léger signe de protestation, voyant bien que Davenport semblait porter secrètement un jugement à son encontre. « Non, tu me connais merde… ».

    « T'es tombé à la reverse avec ton café ? C'est mon arrivée qui te fait autant d'effet. ».« Il suffit ! ». Par crainte d’en entendre d’avantage, il lui agrippa le bras et, faisant signe aux autres responsables de son interpellation, la poussa devant lui dans l’un des couloirs menant aux salles réservées aux interrogatoires. De part et d’autre du long corridor: des portes menant chacune à une salle compartimentée, comprenant une partie pour le dit prévenu, faiblement meublée, et de l’autre coté d’un miroir fumé, le sanctuaire où résidaient leurs invisibles bourreaux, affairés, scrutant le moindre fait et geste du dit suspect pendant l'entrevue. La première porte fut la bonne. Sullivan déboula à l'intérieur et s'enferma après lui, après la jeune fille. Puis son emprise sur son bras se fut plus légère pour finalement lâcher la malheureuse en lui indiquant d'un mouvement de la main de s'installer en face de lui comme le voulaient les us et coutumes de la maison. « Poses ton cul sur cette chaise, on va commencer ». Il resta un long moment debout, cherchant dans une pile de papier de quoi substanter à ses besoin et ressortit de sa poche intérieure un stylo entièrement recouvert de marbrures. La chaise racla le carrelage et il s'installa nonchalamment pendant que son suspect en faisait tout autant. La pointe du bic tapota légèrement sur les premières lignes. On pouvait y entrevoir déjà la date, l'heure et le nom du représentant de l'ordre chargé de cette entrevue accompagné de son matricule. Puis il s'affala sur son dossier et scruta la mine déconfite face à lui en notant un temps d'arrêt. « Parait que t'as agressé un flic, t'étais en possession de stup et... ET PUTAIN C'ÉTAIT QUOI CE NUMÉRO ??. » La feuille venait de voler.« Sale emmerdeuse, si tu penses pouvoir me foutre en l'air, tu t'es plantée. » Mais dans sa colère, le jeune lieutenant s'était levé inconsciemment, s'étant laissé submerger par la fureur attisée à chaque regard posé sur Wood. Au même instant Davenport poussa la porte de leur antichambre et posa discrètement le dossier de la demoiselle sur leur table pour se poser dans un coin. Les interrogatoires se faisaient souvent par binôme, l'un jouant le bon flic et l'autre la brute épaisse. Dans ce cas précis, nul besoin de tirer au sort la répartition des rôles. Thomas était visiblement très agité mais essayait néanmoins, une main portée à hauteur de son front, de cacher son malaise soudain.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: COPS ARE COMING Mar 24 Aoû 2010 - 22:39

La blondinette abordait se sourire malicieux, celui qui ne laissait présagé rien de bon et surtout pas l'attention d'être sage. Elle se tenait la plus droite possible, regardant fièrement devant elle sans jamais baiser les yeux malgré ses pupilles dilatés. La jeunette était visiblement fière de sa connerie, remarquant que le collègue du pauvre Thomas était lui-même en train de se poser des questions. Elle adorait semer le doute dans l'esprit des collègues du beau brun c'était existant elle devait l'avouer. De plus l'attitude de Thomas n'arrangeait rien à sa situation, il semblait quelque peu dépassé par la présence de Diesel au poste, pourtant c'était une chose qui devait arriver, trois mois sans mettre les pieds au poste, c'était un record pour la demoiselle. Son sourire était immense face à l'impuissance de Thomas pour la faire taire et d'ailleurs elle aurait bien continué à lui faire des avances et à abordait des positions aguicheuses ainsi qu'une voix mielleuse si le lieutenant ne l'aurait pas entrainé rapidement vers les salles d'interrogatoire.

Le monde tournait autour d'elle dès qu'elle mettait un pied devant l'autre, la difficulté pour ne pas s'étaler au sol était intense. L'adolescente était d'ailleurs incapable de décrire les lieux qu'elle venait de traverser, tout avait été trop vite, tout tournait et puis de toute façon, il y avait peu de chance pour que le bâtiment soit à son goût. Et puis elle débarqua dans une pièce sans trop comprendre ce qui lui arrivait. Thomas relâcha quelque peu l'emprise qu'il avait sur le bras de la demoiselle, qui en fut d'ailleurs ravie. Et puis le regardant, petit sourire défiant aux lèvres, elle tenta de comprendre ce que signifiait ces gestes, sans grande réussite du moins, pas avant qu'il associe parole et geste. S'asseoir ? Heureusement qu'elle en avait envie parce qu'écouté les ordres d'un lieutenant de police, elle n'en avait pas envie, si elle voulait resté debout après tout, c'était son choix. Elle s'installa sur sa chaise sans aucune grâce, comme si elle n'était qu'une adolescente s'installant sur le sofa se préparant à recevoir un serment de parents furieux par un mauvais carnet de note. La comparaison la fit sourire, elle avait tans de fois vécue cette situation, autant pour le bulletin que pour le poste d'ailleurs. La jeune femme riait de la situation, n'ayant pas écouté un seul mot de ce que lui avait dit Thomas, elle affichait plutôt un sourire exaspérant, un regard défiant sur le policier. La feuille avait volé, le jeune homme de se lever, visiblement elle arrivait à son but, énervait le beau brun qui lui n'avait rien demandé.

Elle ne fit pas vraiment attention à l'entrée du deuxième flic dans la pièce, ne remarquant même pas son dossier posait sur la table. Elle était bien trop occupée à scruter Thomas, avec ce sourire qui depuis son arrivée ne l'avait pas quitté. « Tu devrais essayer, tu verras ça détend ! ». Oui la jeune femme venait très sérieusement de proposer à un flic de prendre de la drogue, comme si elle ne savait pas que la colère de Thomas était simplement dû à sa présence. « Je ne comprends pas pourquoi tu es si... tendu. Si tu veux, on peut aller se détendre à deux. ». La jeune femme chercher vraiment à le provoquer, le faire sortir de ses gongs et par la même occasion à mettre le doute dans l'esprit de son collègue, qui ne faisait que tapisserie aux yeux de Diesel ; Tans mieux, la pièce manquait cruellement de décoration. En même temps c'était déloyal, Diesel le savait bien, après tout Thomas ne pouvait pas faire grand-chose pour calmer cette petite insolente. Il ne pouvait pas en venir aux mains, parce qu'il y avait son collègue, ni même attaqué la demoiselle sur son propre terrain, pour la même raison. Elle aborda un regard furtif vers le collègue de jeune lieutenant, il avait simplement l'air de se poser des questions et de se dire que sa soirée était loin d'être finit avec cette salle gosse qu'était Diesel. Double satisfaction d'ailleurs à cette idée, faire chier un flic, le contraindre à rester au poste alors qu'il pourrait être chez lui.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: COPS ARE COMING

Revenir en haut Aller en bas
 

COPS ARE COMING

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Lieux divers-