AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Weekly meeting

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Weekly meeting Sam 31 Juil 2010 - 22:37


C O R E Y && S E P H I E

    Jeudi. Un de plus. Diling. Carillon annonçant l'entrée de la princesse dans son désert royaume. Large sourire en faisant les premiers pas à l'intérieur de la pièce, adressé aux serveurs, plus large encore en croisant le regard connu de Corey. Petit signe de la main libre, l'autre tenant un sac plein à craqué, pochette à dessin noire et verte coincée sous le bras. Talons claquant sur le carrelage alors qu'elle se dirigeait vers le fond. Vers sa place. Se glissant sur la banquette de cuir, elle laissa son gilet glisser de ses épaules, n'ayant que bien trop chaud avec. Mais les températures caniculaires l'obligeaient à se couvrir, craignant les coups de soleil.
    Ainsi installée, elle ne perdit pas son temps, sortant déjà tout son attirail. Bloc à dessin ouvert sur une page blanche devant elle, entourée de plusieurs trousses et boites à crayon. Avalanche multicolore à portée de main. Elle n'attendit même pas d'être servie, ne passant pas plus commande d'ailleurs, préférant se mettre directement au travail. Porte-mine en main, elle dessinait ses esquisses dans de larges traits, fins et précis. Brouillons à la va vite, alors que l'on lui apportait une de ses éternelles tasses de chocolat chaud.

    - Merci.

    Nul besoin de lever la tête pour savoir qu'il s'agissait de Corey. Elle leva néanmoins le regard pour lui offrir un large sourire, avant de ne se replonger dans son dessin. Il savait bien qu'il valait mieux la laisser travailler un peu, avant de n'engager la conversation, et elle appréciait cela. Ainsi, elle passa une bonne petite heure, doigts dansant à la surface du papier, petit monde se créant sous ses mains. Elle aimait cette sensation, laissant son imagination prendre le dessus, se vidant la tête pour entrer dans un univers dont elle était la créatrice. L'on aurait pu lui parler, dans ces moments, qu'elle n'aurait répondu. Trop absorbée pour faire attention au monde l'entourant, ne s'arrêtant de temps en temps que pour boire une gorgée de chocolat brûlant et repartir de plus belle.
    Elle s'arrêta, enfin, lorsque toute la feuille fut griffonnée de mille couleurs, appréciant le résultats. Des licornes, encore, toujours. Elle ne savait quelle fascination elle avait pour ces créatures, les représentant presque toujours dans ses œuvres. Licornes galopant, crinières roses au vent, dans des champs aux couleurs acidulées. Univers enfant qui lui était propre, donnant l'impression que tout était fait en sucre, comme dans l'usine de Willy Wonka.
    Parlant de sucre, d'ailleurs, Corey arriva à ce moment là pour prendre sa tasse vide et elle décida qu'il était grand temps de redevenir la jolie fille sociable. Elle releva donc la tête pour lui adresser un large sourire tout ce qu'il y avait de plus adorable.

    - Tu peux m'en ramener une autre, s'il te plait ?

    Elle attendit sagement qu'il fasse cela, sortant le petit carnet qui lui servait pour ses croquis de dessins plus « professionnels », griffonnant les cheveux d'une fillette de crayon gris. Lorsqu'il revint avec le breuvage fumant, elle lui montra la chaise face à elle du menton avec un léger sourire, l'invitant ainsi à se joindre à elle. De toutes façons, il n'y avait presque jamais personne au bar en journée, les gens préférant venir le soir lorsqu'il y avait plus d'ambiance. Il pouvait donc se permettre un semblant de pause, comme toujours.

    - J'ai écouté le groupe que tu m'avais conseillé la semaine dernière. Gash, j'ai adooooré ! Le rythme de batterie et tout... Génial !

    Niveau musical, elle l'avouait, elle était assez nulle. Si ce n'était les trucs hurlants que son frère écoutait et qu'elle appréciait plus ou moins et ce qu'elle entendait régulièrement à la radio, elle n'était pas d'une grande connaissance dans le domaine de la musique. Alors il lui faisait écouter des groupes, régulièrement, pour pallier à ce cruel manque de connaissances.

    - J'ai signé un nouveau contrat avec un édition pour un bouquin. Tu veux voir ce que j'ai fait ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Weekly meeting Dim 1 Aoû 2010 - 5:47







WEEKLY MEETING.


SEPHORA-LISBEL WESTFALL & COREY CARMICHAEL




Jeudi, milieu d’après-midi, et pas un chat au Blue Lagoon Bar. Corey avait toujours préféré travailler en soirée, rien que pour ressentir la véritable ambiance des bars, mais depuis quelques temps, son travail le jeudi après-midi était devenu plus intéressant. Et en effet, Corey entendit la porte s’ouvrir et sentit un sourire s’esquisser sur ses lèvres. Il leva les yeux et aperçut ce à quoi il s’attendait : une tignasse de feu encadrant un visage constellé de tâches de rousseur au point d’en paraître bronzé, le tout porté par une silhouette haute et fine. Suivant la nouvelle arrivante du regard, il la vit s’installer dans un coin de la salle, à sa place habituelle. Aussitôt, elle déballa ses affaires et commença à dessiner – dessiner quoi, Corey l’ignorait. Mais elle répétait ce rituel tous les jeudis. Pendant un long moment, il n’avait pas osé l’interrompre dans ses activités mais il avait fini par se lancer et l’avait abordée, intrigué par la jeune femme. Le courant était rapidement passé entre les deux jeunes, et se renforça lorsqu’ils se découvrirent une passion commune pour l’art – plastique pour Sephora et musical pour Corey. À présent, Corey appréciait leurs rendez-vous hebdomadaires et en profitait à chaque fois pour en apprendre un peu plus sur son interlocutrice. Bien que de nature timide, Corey s’était immédiatement senti à l’aise avec elle et s’était rapidement ouvert à la jeune femme de cinq ans sa cadette, allant jusqu’à se lancer dans son éducation musicale. En somme, une relation qu’il était ravi d’entretenir avec elle, car il voyait en elle une potentielle amie et savait que s’ils continuaient sur cette voie, elle le serait bientôt. Néanmoins, les deux jeunes, clairement attirés l’un par l’autre, avaient fini par insérer un subtil jeu de flirt dans leurs discussions et, bien que jouant les innocents, ils ressentaient tous deux une certaine tension provoquée par cette attirance. Pour Corey, ce n’était qu’un jeu, étant donné qu’elle était bien plus jeune que lui et qu’il n’avait pas d’autres sentiments à son égard. Mais en attendant, il ne loupait pas une occasion.

Durant quelques minutes, Corey observa Sephie, absorbée par son travail. Il se rappela alors de la commande qu’elle n’avait même pas eu besoin de passer – après tout, elle était désormais une habituée, d’autant plus qu’il n’y avait jamais un chat à cette heure-ci. Corey ne mit que quelques instants à préparer le chocolat chaud hebdomadaire de la jeune femme et le lui apporta aussitôt prêt. « Merci. » Elle n’avait pas levé la tête – elle l’avait donc reconnu instinctivement. Corey sourit, conscient qu’elle ne le voyait pas, et tourna les talons. Il avait rapidement compris que cela ne servait à rien de parler à Sephora tant qu’elle était plongée dans son travail. Comme tous les jeudis, donc, il attendit patiemment qu’elle termine son travail avant de l’aborder. S’ensuivirent alors de longues minutes pendant lesquelles il la contempla d’un air absent, les pensées à mille lieues du bar, gambadant entre sa vie au Nevada et celle qu’il menait à présent à Miami. Les souvenirs fusèrent dans son esprit et il se promit mentalement de prendre des nouvelles de ses frères et sœurs le plus tôt possible – il ne leur avait pas parlé depuis plus d’une semaine, voire deux. Ce retour brusque à la réalité lui permit de focaliser son regard vert, et de remarquer que Sephie avait terminé sa tasse – et que, de surcroît, elle avait terminé de dessiner. Corey s’approcha donc de sa table pour prendre sa tasse vide. Elle sourit en l’apercevant, et Corey lui rendit son sourire. « Tu peux m'en ramener une autre, s'il te plait ? » Corey attrapa la tasse et avait déjà repris le chemin du comptoir lorsqu’il répondit. « Bien sûr, je t’apporte ça tout de suite. » Aussitôt dit, aussitôt fait, et Corey fut de retour en moins d’une minute, chocolat chaud à la main. Sephie l’invita à s’installer, et après avoir jeté un bref coup d’œil dans la salle, comme s’il s’attendait à voir quelqu’un surgir de derrière l’une des banquettes, Corey obtempéra. Sephora engagea aussitôt la conversation. « J'ai écouté le groupe que tu m'avais conseillé la semaine dernière. Gash, j'ai adooooré ! Le rythme de batterie et tout... Génial ! » Une mine amusée éclaira le visage de Corey, qui mit quelques secondes à se souvenir de quel groupe elle parlait. « Ah, les Dresden Dolls ? Ouais, c’est pas mal, je me suis dit que ça te plairait, et visiblement c’est le cas ! » Corey sourit, clairement très content de lui. Il ne s’attarda cependant pas sur le sujet, remarquant que Sephie semblait trépigner, comme si elle mourait d’envie de lui dire quelque chose mais qu’elle voulait faire durer l’attente. Arquant légèrement un sourcil, Corey l’encouragea implicitement à parler. « J'ai signé un nouveau contrat avec un édition pour un bouquin. Tu veux voir ce que j'ai fait ? » Un nouveau sourire, beaucoup plus large cette fois-ci, apparut sur lès lèvres de Corey, qui affichait désormais un air réjoui. Sephora lui avait déjà parlé de ses ambitions mais il ne savait pas qu’elle avait fini par signer. Il répondit aussitôt, légèrement taquin : « On a réussi à t’arracher à tes licornes, alors ? Évidemment que je veux voir, qu’est-ce que tu crois ? » Corey posa le regard sur le dessin que Sephie avait en face d’elle, mais elle le recouvrait partiellement et sa curiosité n’en fut que plus éveillée.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Weekly meeting Mar 10 Aoû 2010 - 2:19

    Elle n'arrivait à savoir ce qui l'avait fait choisir ce lieu en particulier, ce bar. Sans doute parce qu'elle appréciait l'ambiance qu'il y avait le soir. Peut être parce qu'elle aimait d'autant plus le calme qui y régnait l'après-midi. Ou, tout simplement, parce qu'il était le premier bar vide à avoir croiser sa route le jour où elle cherchait un havre de paix et que, comme ils avaient un bon chocolat chaud, elle avait décidé de s'y établir. Cela devait être cela, oui. Elle ne le savait même plus, à force. C'était une habitude, maintenant, qu'elle entretenait chaque jeudi après son service au restaurant. Si jamais elle venait à rater l'un de ces rendez-vous avec elle-même, il y avait toujours un serveur pour l'interroger la semaine suivante. Elle devait être la rousse du jeudi, à leurs yeux. Assez plaisant, d'être quelqu'un en particulier pour de parfaits inconnus.

    Et dessiner, dessiner, dessiner. Le silence des lieux, simplement interrompu par le léger bruit du torchon sur les verres ou des bouteilles s'entrechoquant, lui plaisait plus que la musique de bourrin de son frère. A la longue, cela lui donnait des migraines. S'isoler pour travailler avait été la seule solution à cette cohabitation auditive. Et, maintenant, elle n'aurait échangé ses jeudi après-midi contre rien au monde. Le serveur y jouait beaucoup, bien entendu.
    Elle avait beau se dire que, entre elle et Corey, cela ne serait jamais que de l'amitié, elle ne pouvait empêcher son cœur de manquer un battement avant de ne battre la chamade à chaque fois qu'elle croisait son regard. C'était plus fort qu'elle. Parce qu'il était attirant, le bougre, quand même. Mais trop vieux. Beaucoup trop vieux pour elle. Et puis, simplement amis, ce n'était pas plus mal, après tout. Elle ne le connaissait pas assez et se connaissait trop bien pour savoir que l'amitié était plus que suffisante. Plus que cela entre eux aurait été une catastrophe.
    Mais, si elle ne le voyait pas dans ses bras, cela ne l'empêchait pas de se jouer de lui un peu plus à chaque fois. Cela ne faisait pas de mal, après tout, de flirter un peu. Ils ne faisaient rien de mal, seulement s'amuser. Enfin, drôle de jeu tout de même, il fallait bien l'admettre.

    Léger remerciement alors qu'il lui ramenait une tasse de chocolat fumant de plus. Elle souriait doucement, doigts collés sur la porcelaine brûlante de sa tasse, alors qu'il prenait place en face d'elle. Cela l'étonnait franchement qu'il ait à bouger, le bar étant toujours désert en journées. Une raison de plus pour aimer le jeudi après-midi : leur petit tête à tête, seuls. Personne pour les déranger, personne pour les épier. Juste eux deux, rien de plus. Intimité la plus intense dans un lieu des plus publics, doux et ironique paradoxe.

    La discussion portait sur l'art, une fois n'était pas coutume. Elle avait beau tenter de se rappeler, jamais ils n'avaient parlé d'autre chose que de cela. Rien de personnel, rien de leurs autres passions -s'ils en avaient. Cela ne la dérangeait pas outre mesure, d'ailleurs. Elle n'aimait que trop peu parler d'elle et trouvait que de dévoiler ainsi ses dessins était assez parlant comme cela. Nul besoin de prendre Corey pour un confident, un serveur psychologue à ses heures perdues tout en essuyant des verres derrière le comptoir. Elle laissait ce genre de clichés aux films à petit budget.
    Passion dans leurs voix alors qu'ils échangeaient quelques mots, sur la musique, sur le dessin. Depuis qu'elle avait arrêté ses études, il était la seule personne avec qui elle pouvait avoir ce genre de conversation, en parler sans s'arrêter et sans l'ennuyer. Chose ô combien précieuse pour elle, que trop bavarde quand elle était lancée sur le sujet. Quelques phrases musicales échangées, bien qu'elle était bien plus excitée à l'idée de parler de son art. C'était plus fort qu'elle, cela. Depuis qu'elle avait signé son fameux contrat, elle n'avait cesse d'en parler à tout monde. Même ceux que cela n'intéressait pas le moins du monde.

    - Mais qu'est-ce que vous avez tous avec mes licornes ? J'en dessine pas tant que... Bon, okay, j'aime les dessiner. Mais quand même !

    Petit rire pour ponctuer sa phrase. Elle n'avait jamais su d'où lui était venu cette passion soudaine pour les chevaux cornés. C'était comme certaines avec les garçons, d'autres avec les bas résilles, sans doute. Incompréhensible mais artistique. Sa signature.
    Elle tendit le carnet de croquis vers lui. Rien qui ne pouvait franchement le mettre sur la voie du projet qu'elle travaillait, concrètement. Des croquis d'une silhouette féminine, aux longs cheveux ondulés, mal habillée, mal coiffée, mal en tous points. La même fille, juste à côté, à la pointe de la mode des pieds à la tête.

    - C'est un truc de dingues. « Revisiter les contes classiques et les moderniser », en gros. Là, c'est Cendrillon, avec sa marraine qui lui offre un relooking pour devenir la reine du lycée. Enfin, un truc de gamines de douze ans, quoi. Et si ma version de Cendrillon plait, j'suis bonne pour faire tous contes de Perrault version vingt-et-unième siècle. De quoi me faire bosser jusqu'à l'année prochaine !

    Elle tourna quelques pages de son carnet pour montrer les sketchs. Cendrillon durant sa métamorphose. Marraine la bonne fée en fashionata rivalisant avec Meryl Strip dans Le diable s'habille en Prada. Demi-sœurs vulgaires dans leur façon de s'habiller. Prince canon au possible, sportif et populaire. Quelques pages de plus avant de ne tomber sur d'autres croquis, n'ayant rien à voir avec ce dont elle parlait, et de refermer donc le cahier.

    - J'ai surtout hâte de faire Le petit chaperon rouge. Je regorge d'idées.

    Alors qu'elle portait la tasse à ses lèvres pour une n-ième gorgée chocolatée, elle étira doucement sa jambe droit sous la table, réprimandant une grimace de douleur. Elle regrettait de ne pas avoir ses médicaments sur elle pour calmer la douleur lancinante, plus forte les jours de lourde chaleur comme celui-ci. Elle avait l'impression d'avoir la hanche rouillée et la moiteur de l'air de Miami n'aidait pas vraiment à aller mieux. Alors qu'elle s'étirait aussi discrètement que possible, son pied tacla bien entendu celui de Corey. Joues rougies, léger sourire aux lèvres, elle se hâta de replier les jambes, comme si de rien n'était.

    - Désolée, engourdie...



C'est Diglee qui a fait ça et c'est trop beau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Weekly meeting Mer 15 Sep 2010 - 1:34





L’impatience palpable chez Sephie amusa Corey au plus haut point – le jeune homme avait facilement perçu sa hâte à changer de sujet. Il connaissait ce sentiment, cette envie de montrer à l’autre ce que l’on aimait, ce qui nous passionnait, quitte à ne pas lui laisse l’opportunité de s’étendre sur sa propre passion. Il ne pouvait donc nullement la blâmer, d’autant plus que cette discussion n’avait qu’un intérêt secondaire et qu’il était plus que curieux de voir ce qui excitait autant la jeune femme. Quelque chose chez elle le fascinait, sans qu’il pût bien identifier la nature de cet intérêt. Peut-être était-ce le côté enfantin de Sephie, cette manière qu’elle avait de s’émerveiller et de s’agiter pour les choses les plus simples. L’enfance de Corey avait été volée par un père violent et violeur, aussi le jeune homme avait-il l’impression de retrouver une partie de lui qu’il n’avait jamais convenablement pu exploiter. Regarder Sephie parler et agir revenait à prendre une machine à remonter dans le temps, sauf que l’époque qu’elle lui permettait de retrouver n’avait jamais fait partie de sa vie à lui. Il n’éprouvait plus de rancœur, ni de regrets, à cette pensée. Sans doute aurait-il pu avoir une bien meilleure vie si les circonstances familiales n’avaient pas été les mêmes. Mais Corey avait, avant tout, appris à vivre avec ce que la vie lui avait, ou non, donné, sans chercher à savoir comment aurait été son existence si les cartes tirées n’avaient pas été les mêmes. Les souvenirs brûlants et destructeurs de son enfance volée avaient été enfouis dans un coin de sa mémoire qui ne serait jamais assez lointain, et il avait appris à vivre avec. Presque tous les jours, un simple geste suffisait à lui rappeler son père et les moments atroces qu’il lui avait fait vivre. Mais lorsqu’il était en présence de Sephie, c’était tout le contraire. Elle lui rappelait ce qu’il aurait pu avoir, sans pour autant lui rappeler qu’il ne l’avait pas eu. Elle était une source de félicité et de réconfort sans même s’en rendre compte – de toute évidence, elle ne se rendait pas compte du niveau auquel elle affectait Corey, et c’était sans doute mieux ainsi. Il ne désirait en aucun cas l’effrayer ou l’entraîner dans une intimité qu’elle n’aurait pas voulue avoir. Corey avait appris que, paradoxalement, son passé dérangeait plus les autres que lui-même. Qu’à présent, les réactions de son entourage en entendant ce qu’il avait vécu étaient presque aussi douloureuses et humiliantes que les actes subis eux-mêmes. Aussi Corey faisait-il à présent preuve d’une extraordinaire discrétion sur son passé et sa vie privée. Si cela signifiait limiter ses discussions avec Sephie à l’art, cela lui convenait. Le sujet le passionnait et il était, à ses yeux, inépuisable, et de toute façon, il aurait sans doute bien assez d’occasions de mentionner son passé si jamais il venait à vraiment se rapprocher de la jeune femme. En attendant, discuter avec elle de licornes et de groupes de rock lui suffisait amplement. Sephie le fit revenir à la réalité en réagissant avec une animosité sans doute volontairement exagérée. « Mais qu'est-ce que vous avez tous avec mes licornes ? J'en dessine pas tant que... Bon, okay, j'aime les dessiner. Mais quand même ! » Corey éclata de rire, alors qu’elle faisait de même. Il ne répondit pas, conscient que la remarque n’attendait aucune réaction, et que cela ne ferait que rallonger l’attente, qui était clairement encore plus douloureuse pour Sephie que pour Corey. Lorsque la jeune femme finit par lui montrer son carnet de croquis, le jeune homme sentit sa curiosité s’accroître. Elle lui montra plusieurs dessins qui ne lui disaient pas grand-chose quant à la nature de cette grande nouvelle – bien sûr, les dessins étaient bien esquissés et beaux à regarder, mais les circonstances exceptionnelles dans lesquelles ils avaient été réalisés échappaient à Corey, qui se contentait d’attendre une explication de la part de Sephie tout en étudiant avec intérêt les traits fins qui définissaient les silhouettes. « C'est un truc de dingues… Et si ma version de Cendrillon plait, j'suis bonne pour faire tous contes de Perrault version vingt-et-unième siècle. De quoi me faire bosser jusqu'à l'année prochaine ! » Corey devait avouer qu’il n’avait pas vu venir la chose, et une expression de surprise quasi émerveillée vint se peindre sur son beau visage. « Ouaw… En effet, ça c’est quelque chose ! Et les dessins sont magnifiques. » Un léger sourire aux lèvres, il regarda attentivement les croquis qu’elle fit défiler devant ses yeux, identifiant tant bien que mal les personnages qu’ils représentaient. Corey n’était lui-même pas un grand amateur de contes, que ce soit maintenant ou pendant son enfance, mais l’idée de les moderniser lui plaisait et il comprenait l’excitation de Sephie. De plus, la manière dont elle avait représenté les croquis avait immédiatement charmé le jeune homme qui, de manière générale, appréciait beaucoup le style de Sephora. « J'ai surtout hâte de faire Le petit chaperon rouge. Je regorge d'idées. » Aussitôt, plusieurs images défilèrent dans l’esprit de Corey, qui répliqua : « Tu vas la faire sauver sa grand-mère qui est sur le point de se faire cambrioler dans son penthouse sur Park Avenue ? » Il devina que son ton taquin lui attirerait les foudres de Sephie, mais après tout, elle avait l’habitude de ses plaisanteries et il ne s’en fit pas trop. La jeune femme pouvait, de toute façon, lire dans le regard de Corey ce qu’il pensait réellement : l’excitation de Sephie face à ce projet était, d’une certaine façon, partagée par Corey qui avait déjà hâte de voir les croquis évoluer de semaine en semaine. Ces entrevues artistiques étaient d’ailleurs synonyme de nouveaux moments de détentes, nouvelles discussions plus ou moins légères et axées sur leurs passions respectives, et, bien entendu, de petits flirts plus qu’innocents. D’ailleurs, ils semblaient être sur la voie pour repartir, une fois de plus, dans cette direction. « Désolée, engourdie... » L’explication donnée par Sephie pour justifier le contact qu’elle avait provoqué entre son pied et la jambe de Corey arracha un sourire au jeune homme. Il ne doutait pas de sa sincérité mais savait combien de sous-entendus truffaient la phrase de la jeune femme. C’est pourquoi il joua le jeu – ou bien, le lança. « T’en fais pas, je m’en remettrai. » Imperceptiblement, ou, au contraire, en accentuant son mouvement, Corey fit glisser son pied de plusieurs centimètres pour qu’il touche presque la jambe de Sephie. Il avait remarqué qu’elle s’était empourprée et ne se gêna pas pour accentuer cet effet, incapable de résister à la beauté d’une jeune femme timide ou gênée. Alors qu’elle feuilletait son cahier de croquis, Corey tendit la main pour tourner une page, heurtant ainsi celle de Sephie. Il ne se hâta cependant pas, comme elle l’avait fait pour sa jambe, de retirer sa main, se contentant de sonder Sephie du regard, nouveau sourire aux lèvres. « Désolé, mauvais timing… » Le jeu était bel et bien lancé, une fois de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Weekly meeting

Revenir en haut Aller en bas
 

Weekly meeting

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: The Blue Lagoon Bar-