AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Oh no ! Please ! Not you !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Oh no ! Please ! Not you ! Lun 2 Aoû 2010 - 2:46



FABIEN LEFEVRE ¤ MUSE HANNIGAN

05:18 PM – Starbucks


Il y a des jours où vous êtes hanté par une seule et même pensée. Vous avez beau tout faire pour penser à autre chose, vous n’y parvenez pas. Ca vous agace, ça vous oppresse, ça vous énerve, et puis surtout ça vous pourrit la journée. Muse faisait partie de ce genre de personne qui pouvait penser une chose au réveil, et y penser sans cesse toute la journée, jusqu’au moment fatidique où elle parviendrait enfin à s’endormir et à oublier tout ça (bien que, dans le cas de la demoiselle, il lui arrivait souvent de rêver de ce à quoi elle avait pensé la journée). Aujourd’hui Muse avait l’esprit libre. Chanceuse, elle ne se souciait que de son rendez-vous avez un grand styliste qui envisageait de signer un contrat avec l’agence Ainsworth si Muse faisait bien son boulot. Pour une fois, Muse avait décidé de ne pas pourrir la vie de Casey, elle avait décidé d’assurer, comme une pro, parce qu’elle pouvait l’être lorsqu’elle le désirait. Elle s’était donc rendue à son rendez-vous, pas plus stressée que d’habitude, malgré le fait qu’elle ressentait de l’excitation à travailler avec une nouvelle personne. Tout s’était parfaitement déroulé. Muse avait été parfaite, même Cassandra avait concédé qu’elle avait fait du bon travail. Elle avait su se montrer sérieuse, déterminée, à l’écoute, et opérationnelle lorsqu’il s’était agi de se faire prendre en photos, et en contre partie, elle avait su se montrer drôle, ouverte, lorsqu’il avait fallu parler avec le styliste. Bref, après une heure à travailler, le contrat avait été signé, et Muse avait pu repartir.

C’est donc en tailleur LaCroix, chaussée de Louboutin que la jeune Hannigan marchait sur les trottoirs d’Ocean Grove. Un sourire accroché sur les lèvres, son regard caché par ses Ray ban, Muse savourait sa victoire personnelle. Elle décida alors de s’accorder une petite pause au Starbucks du coin. Elle adorait leurs cafés, et c’était toujours un plaisir pour cette accro à la caféine de s’arrêter quelques instants dans cet endroit si convivial. Muse poussa donc les portes vitrées de l’établissement. Elle se faufila dans la queue, une pochette contenant des nouveaux clichés d’elle coincée sous le bras. Elle regardait la liste des boissons tout en avançant doucement jusqu’à la caisse. Et alors qu’elle venait d’arrêter son choix sur un Caffè Mocha, elle sentit qu’on la bousculait, pire, qu’on venait de renverser un café brulant sur elle. La jeune femme poussa un cri de douleur, laissa tomber sa pochette par terre –dévoilant ainsi ses quelques photos- et tandis qu’elle observait les dégats sur son tailleurs, elle ne pouvait s’empêcher d’être vulgaire « Putain de merde, non mais j’y crois pas ! » Finalement, elle releva son visage vers le coupable et se figea. Non. Pas. Lui. Pas. Ici. Pas. Maintenant. Voilà ce qu’elle pensait. L’individu se nommait Fabien si les souvenirs de la jeune Muse étaient exacts. Elle l’avait rencontré une semaine plus tôt lors d’une soirée où ils avaient distraitement été présentés. Il n’avait rien de bien méchant à première vue. Il ne lui avait rien fait –à part lui verser son café dessus- mais Muse ne le supportait pas. La raison ? Simple et stupide à la fois. Depuis qu’elle l’avait rencontré, elle ne parvenait pas à enlever son visage de son esprit ainsi que son -délicieux- accent. Muse le regarda froidement, et sèchement elle lui dit : « Tu peux pas faire attention ? C’est incroyable tout de même ! » Et alors qu’elle voyait et sentait la gêne du garçon, la jeune Hannigan poursuivait : « T’es un danger public ! » Elle n’avait pas besoin d’être aussi méchante, d’ailleurs si ça avait été quelqu’un d’autre, sans doute qu’elle aurait été plus agréable, mais elle ne pouvait s’empêcher de lui en vouloir pour une chose dont il n’était pas coupable, du moins il l’était inconsciemment. Muse se baissa enfin pour ramasser ses affaires, et alors qu’elle espérait qu’il aurait quitté l’endroit, mort de honte, celui-ci refit surface.





Revenir en haut Aller en bas
Rykker Stark
i was raised feral, and i mostly stayed that way.
avatar

♦ Posts : 1876
Multinicks : cullen.
♦ Credits : ava@maknae~ sign@tumblr.

Status : single, ready to mingle.
Address : #08, Bilberry Residence, sleeping on the couch.
Job/Studies : troublemaker, kleptomaniac king.
Quote : i'm sorry it's just that i literally do not care at all.
Activité(s) de quartier : drawning class (naked ofc)


HALL OF FAME
To Do List:
Contact List:
RP status: (0/2)

Message(#) Sujet: Re: Oh no ! Please ! Not you ! Jeu 5 Aoû 2010 - 12:37


Fabien avait retrouvé le sourire et la bonne humeur qui le caractérisait habituellement. Il avait enfin pût quitter la petite cabane en bois dans laquelle il s'était installé à son arrivée pour pouvoir vivre dans une belle et grande maison, avec tout le confort nécessaire. C'était grâce à sa rencontre avec Presley Clyde lors de la fête de l'indépendance (et aussi pour son anniversaire), qui lui avait proposé de s'installer chez elle et c'était avec un grand plaisir qu'il avait accepté. Cela faisait donc maintenant quelques jours qu'il avait retrouvé le bonheur de dormir dans un lit et son dos appréciait nettement plus que le sol dur de la cabane. Il avait retrouvé de la place pour pouvoir bouger, une superbe cuisine, une télévision.. Bref, toutes ces choses qui lui manquaient. Pour remercier Presley de son hospitalité, il avait décidé, sans la mettre au courant, de lui préparer un plat typiquement français dont il raffolait. C'est ainsi qu'il avait passé une petite demi-heure devant l'ordinateur de Presley à la recherche d'une boutique de gastronomie française, n'étant pas sûr de trouver des cuisses de grenouilles dans un supermarché. Il avait ainsi découvert l'existence d'un magasin français et c'était avec beaucoup d'excitation qu'il s'y rendit, en espérant que Presley apprécie la surprise. Cela partait d'une bonne intention et en tous les cas, elle serait forcément touché par ce petit plaisir inattendu. Fabien avait donc réussit à retrouver la boutique par le plus grand des hasards, ayant tourné en rond pendant une vingtaine de minutes puisqu'il n'avait absolument aucun sens de l'orientation. Le monde qu'il y avait autour l'effrayer un peu, tout en l'agaçant puisqu'il avait l'étrange impression d'étouffer. La chaleur n'arrangeait pas les choses et ne pas trouver le magasin l'avait vraiment fait paniqué. Fabien avait toujours un plan de journée à suivre et lorsqu'il ne se déroulait pas correctement et comme c'était prévu, il avait beaucoup de mal à le supporter. Son sourire triomphant lorsqu'il avait découvert l'enseigne du magasin français avait dût en surprendre plus d'un mais cela lui était égal. L'odeur du pain et des croissants lui saisit le nez et un sourire béat se dessina sur son visage. Il avait l'impression d'être de retour en France, dans une petite boulangerie, venu récupérer sa baguette. Il fut heureux d'entendre des personnes parlaient français, de la musique française.. Bref, il avait l'impression d'être de nouveau en France. Parce que même s'il ne le montrait pas, son pays lui manquait tout de même. Il fit rapidement ses petites courses, puis, sortit du magasin en prenant grand soin de noter dans sa tête où il se trouvait.
L'envie subite de prendre un café lui vient à l'esprit. Il chercha alors le premier Starbucks pour prendre sa dose de caféine à emporter et regagner la maison. Fabien fit tranquillement la queue, sans se rendre compte que juste devant lui se trouvait une personne qu'il connaissait ou du moins, qu'il avait rencontré lors de la même soirée que Presley: Muse Hannigan, qui semblait le détester pour une raison qui lui échappait encore. Bien qu'il était persuadé qu'elle le déteste parce qu'il était français et il avait d'ailleurs beaucoup de mal à comprendre pourquoi. Malheureusement pour Fabien, il allait lui donner une raison de plus de le haïr. Alors qu'elle attrapa son café, Fabien lâcha sa baguette de bain. Il se baissa rapidement pour la rattraper mais avec le poids des sachets, il tomba en avant et bouscula Muse. Le cri de la jeune femme lui ft comprendre qu'elle n'avait pas simplement bouger de quelques pas, mais qu'elle s'était renversé son café sur elle. « Putain de merde, non mais j’y crois pas ! » dit-elle, en colère. Ce qui était parfaitement compréhensible. Bien qu'il n'avait pas tout saisit, Fabien se doutait que ce n'était pas très aimable. « Tu peux pas faire attention ? C’est incroyable tout de même ! » continua-t-elle, alors que Fabien sentait son regard meurtrierr le traversait de par en par, ainsi que celui des passants et clients qui regardaient la scène, la plupart, un sourire amusé sur le visage. « T’es un danger public ! » finit-elle par dire avant de se baisser pour ramasser ses affaires. Fabien l'imita alors rapidement, bien que mort de honte et s'empressa de se justifier, mis anglais, mis français: « Je suis désolé! J'ai perdu ma baguette, puis mes sachets et je suis tombé en avant, j'ai pas fais exprès! » dit-il, paniqué. « Je suis vraiment vraiment désolé! ». Il leva les yeux vers Muse et se demandant pendant une petite seconde si elle n'allait pas lui sauter dessus et l'étrangler. « Je paierais pour les dégâts sur tes vêtements » lâcha t-il, en regardant la tâche énorme sur le tailleur de marque de la jeune femme. Tout penaud, il lui tendit les affaires qu'il avait ramassé, en espérant qu'elle ne lui arracherait pas le bras.


_________________

i can taste it on your mouth and i can't leave it, you're a freak like me. can't you see? we can work this something out.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Oh no ! Please ! Not you ! Mer 8 Sep 2010 - 2:46




Muse avait bien conscience que tout le monde les regardait, surtout elle d’ailleurs. Certains semblaient amusés par cette scène, d’autres, devaient penser que la jeune femme exagérait en s’énervant de la sorte. Et ils n’avaient pas tord, c’était complètement stupide de piquer une crise pour un café renversé. A la limite, elle aurait pu lui faire une petite réflexion, mais de là à crier dans tout le café… Muse inspira profondément, il fallait qu’elle se calme. Pas la peine de se donner plus en spectacle. Et puis Fabien, qui était en train de se décomposer sur place. Le pauvre. Et bien non ! Pas de pitié pour lui ! En avait-il de la pitié pour Muse, qui pouvait passer des heures à penser à son simple sourire ? Non je ne crois pas. Alors pas de pitié point final. La demoiselle finit par se baisser, ramassant ses photos en soupirant. Et c’est alors qu’une autre paire de mains, vint l’aider. Quelle belle peau…Et ses ongles…Ils n’étaient même pas rongés. Non, non & non ! Ca suffit ! Muse se releva vivement. C’était pathétique, oui complètement pathétique de tomber sous le charme d’un simple physique. Elle n’était pas comme ça…Aussi ridicule, on aurait dit une gamine de quinze ans, et ça la tuait profondément. Il lui tendit le reste de ses photos et elle s’empressa de les ranger dans sa pochette, c’est alors qu’il choisit de s’exprimer dans une sorte de « franglais » pour apparemment s’excuser : « Je suis désolé! J'ai perdu ma baguette, puis mes sachets et je suis tombé en avant, j'ai pas fais exprès! » Muse avait fait du français dans sa jeunesse, d’ailleurs elle était plutôt douée. Si elle avait perdu énormément de vocabulaire, il lui en restait assez pour tenir une conversation simple avec un français. D’ailleurs elle adorait cette langue, malgré le fait qu’elle n’en saisissait pas toujours le sens. Là par exemple, elle ne comprenait pas trop où il voulait en venir après le passage de la baguette, mais soit, il s’excusait. Elle l’avait compris. Ce qu’il n’avait pas saisi puisqu’il s’excusa une nouvelle fois. Muse le fusillait du regard, il la fatiguait. Agacée par tant de blablas, elle lui dit sur un ton sec mais en français: « J’ai compris d’accord ! J’ai compris ! » Signe qu’elle ne le détestait pas parce qu’il était français. Elle baissa son visage devant son tailleur dévasté. Ce n’était pas si grave, sa teinturière lui réparerait le tout, comme une bonne fée. Mais, Fabien avait du voir son regard puisqu’il lui dit en français: « Je paierais pour les dégâts sur tes vêtements » Une nouvelle fois, le sens du mot « dégât » lui échappa. Mais elle avait saisi l’idée de la phrase. Passant une main sur son front, elle se rendit compte que tout ça était pathétique. Et surtout, tout le monde les observait. Faire un scandale pour une tâche risquait de faire de l’ombre sur sa carrière de mannequin, déjà que son tailleur était tâché, elle ne voulait pas non plus entacher son image et sa réputation. Muse planta son regard azur dans celui du garçon, et résignée lui dit: « Oublie. Je ferai ça moi-même. » Pas très aimable tout ça, pourtant l’intention y était. Elle jeta un coup d’œil à sa tasse de café…Vide. Avec un petit sourire elle lui dit: « Par contre, tu peux me payer un café. » Culotée ? Et alors ?! Tout était de la faute de Fabien, il fallait bien qu’il se rattrape. Muse lui fit un nouveau sourire, cherchant à paraitre plus sympathique. Ce n’était tout de même pas de la faute du jeune homme s’il possédait un physique plus que troublant aux yeux de la jolie blonde. Muse prit alors les courses des mains de Fabien, qui incrédule, la regardait faire, puis elle lui montra une table dans un coin de la pièce, dans un français hésitant elle lui dit: « Nous boirons un café là-bas. » Et puis sans attendre, elle partit en direction de la table. Elle posa les courses du garçon, et s’installa sur une banquette en cuir, plus que confortable. Elle savait qu’elle faisait une connerie. Pourquoi rester là, à se torturer, face au jeune homme ? Elle prenait de gros risques, comme celui de lui trouver d’autres qualités mais cette fois intellectuelles. Elle ne voulait pas commencer à penser à lui de façon plus insistante, c’était déjà assez gênant et agaçant à gérer avant. Mais bon, maintenant qu’elle était assise, elle n’allait pas se lever et le laisser en plan. Non elle allait prendre son mal en patience, boire son café à toute allure, et filer plus vite que son ombre. Voilà c’était ce qu’elle allait faire. Et lorsqu’elle boirait son café…Elle regardait les gens de la table à côté. Oui tiens, le petit vieux qui se décrotte le nez ! Perdue dans sa contemplation, elle en oublia presque Fabien qui arrivait avec deux tasses. Elle porta son regard sur lui. Mais quelle bouche… Et merde, nous venons une nouvelle fois de perdre Muse Hannigan.



Revenir en haut Aller en bas
Rykker Stark
i was raised feral, and i mostly stayed that way.
avatar

♦ Posts : 1876
Multinicks : cullen.
♦ Credits : ava@maknae~ sign@tumblr.

Status : single, ready to mingle.
Address : #08, Bilberry Residence, sleeping on the couch.
Job/Studies : troublemaker, kleptomaniac king.
Quote : i'm sorry it's just that i literally do not care at all.
Activité(s) de quartier : drawning class (naked ofc)


HALL OF FAME
To Do List:
Contact List:
RP status: (0/2)

Message(#) Sujet: Re: Oh no ! Please ! Not you ! Dim 19 Sep 2010 - 13:15


Fabien n'avait pas peur de Muse mais son agressivité et le fait qu'elle se montre aussi froide et directive avec lui ne lui plaisait pas et il se sentait victime. Elle n'avait rien d'un bourreau habituel mais depuis qu'il l'avait rencontré, la jeune femme se montrait très agressive avec lui, sans qu'il n'en comprenne réellement la raison. Il faut dire que le jeune homme n'était pas du genre à comprendre tout tout de suite et qu'il lui arrivait parfois d'être assez long à la détente. Alors que la jeune femme se baissa pour ramasser ce qui était tombé par terre, Fabien l'imita, voulant à tout prit se rendre utile et ne pas se faire détester encore plus par la jeune femme. Alors qu'elle lui arracha les photos que Fabien lui tendait, ce dernier se releva alors, encore plus intimidé par Muse, qui apparemment, était très en colère. Fabien s'excusa une fois encore, et alors qu'il allait continuer de parler, le regard noir que lui lança Muse le fit se taire. Mais, qu'est ce qu'elle avait contre lui? Elle semblait être une femme joyeuse de vivre et heureuse, mais non, dès qu'elle le voyait, elle devenait agressive et froide. Comme si elle lui en voulait personnellement alors que Fabien n'avait absolument rien fait. Ce n'était que la deuxième fois qu'il voyait la belle brune, mais pourtant, elle ne lui avait jamais montré un sourire sur son visage, préférant se montrer hautaine avec lui. « J’ai compris d’accord ! J’ai compris ! » finit-elle par dire dans un français dès plus correct. Pendant un instant, le jeune homme fronça les sourcils. Est-ce qu'elle parlait français? Et est-ce qu'elle l'avait laissé galéré pendant la soirée volontairement? Là n'était pas la question de toute manière. Les gens autours d'eux les regardaient, certains amusés par la tête de Fabien, blanc comme un cachet d'aspirine ou par le comportement de Muse, qui pouvait être un brin exagéré pour une situation qui n'était pas si grave que ça. Mal à l'aise, Fabien se sentait mal, n'aimant pas être le centre de l'attention, ou bien, d'être en conflit avec quelqu'un. « Oublie. Je ferai ça moi-même. » répondit-elle alors qu'il lui avait proposé de payé pour nettoyer ses vêtements. Il préféra rester silencieux, de peur que s'il parlait, elle lui saute dessus et l'égorge sur place à l'aide de ses ongles. Il essaya de sourire en réponse à Muse mais il sentit bien qu'il ne réussit à faire qu'une drôle de tête. Pour le peu qu'elle pense qu'il se moquait d'elle, et Fabien risquait la lapidation. Il déglutit difficilement, et se passa une main sur la nuque, toujours aussi mal à l'aise. « Par contre, tu peux me payer un café. » dit-elle. Apparemment, il n'avait pas le choix. Fabien se demanda s'il allait pouvoir s'enfuir rapidement après. Il n'était pas à l'aise et toute cette agressivité lui donnait envie de se cacher sous son lit. Alors qu'il se demandait comment se sortir de cette situation, Muse lui prit ses sachets de courses de mains. Il n'avait plus le choix. Elle sourit, pour la première fois, ce qui choqua le français qui failli tomber en arrière en se marchant sur un pied. « Nous boirons un café là-bas. » ajouta t-elle, avant de s'éloigner vers la fameuse table. Fabien fronça à nouveau les sourcils. Il ne comprenait décidément pas Muse et ne la comprendrait peut être jamais. Haussant les épaules pas dépit et aussi parce qu'il n'avait pas réellement le choix, il se tourna pour pouvoir prendre un nouveau café à la jeune femme. Lorsque cela fut fait, il se tourna à nouveau et s'avança vers la table où elle se trouvait, avant de s'assoir en face d'elle. Délicatement, il déposa le café devant elle, en prenant bien soin de ne pas le renverser, une nouvelle fois. Son karma étant très mauvais, il préférait se méfier et éviter un nouvel incident, de peur que cette fois-ci, la jeune femme le tue une bonne fois pour toute. Tranquillement, il ne broncha pas, craignant de se faire foudroyer du regard encore une fois. Il tourna la tête sur la droite pour observer un vieil homme se mettre le doigt de le nez. Ouvrant grand les yeux, choqué par ce comportement, il grimaça de dégout. « C'est dégueulasse! » lâcha t-il, brusquement, avant de se tourner vers Muse. « Et euh... Pardon encore. » ne pût il s'empêcher de dire, une nouvelle fois.

_________________

i can taste it on your mouth and i can't leave it, you're a freak like me. can't you see? we can work this something out.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Oh no ! Please ! Not you ! Dim 31 Oct 2010 - 17:31




Muse avait bien conscience que Fabien devait être déstabilisé et la trouver folle. Après tout, il avait toutes les raisons de penser cela. Dès le premier jouer, Muse s’était montrée infecte avec lui. Elle l’avait rencontré à une soirée, et normalement, à une soirée -qui plus est d’anniversaire- les gens sont de bonne humeur. C’est aussi le meilleur endroit pour faire de nouvelles rencontres, se faire des nouveaux amis. Mais ce soir là, si Fabien avait pensé pouvoir se lier d’amitié avec des américains, il était tombé sur la mauvaise personne avec Muse. Tandis qu’il lui avait marché sur le pied sans faire exprès, Muse s’était montrée froide, et agacée, alors que ce n’était qu’un petit incident minime, sans grande importance. La jeune femme, quelque peu hautaine, s’était éloignée, et avait rejoint sa cousine Billy. Et toute la soirée, elle avait jeté des regards noirs dans la direction du garçon, ce qui n’avait pas du échapper au malheureux. Il avait tenté une nouvelle approche mais malheureusement, cela s’était soldé par un échec puisque la brune l’envoya sur les roses. Et puis aujourd’hui, sans doute pour le plus grand malheur de Fabien, il se retrouvait face à elle, et la bousculait. Une nouvelle fois il attirait ses foudres.
Lorsqu’il revient à la table, elle se rendit compte qu’il ne savait pas sur quel pied danser avec elle. La jeune Hannigan avait toujours été très paradoxale, possédant deux caractères bien distincts qui s’affrontaient néanmoins très souvent. Il n’était donc pas rare de la voir passer de la douceur à la violence en un claquement de doigts. Ainsi, ici, il n’était pas surprenant pour quiconque la connaissait un minimum, de la voir passer de la colère au rire. Evidemment, le jeune français devait être déboussolé par ce changement radical d’attitude à son égard. Muse s’en rendait compte, juste à la façon dont il posait avec précaution le café sur la table. Il tremblait légèrement et était sans doute en train de prier pour ne pas mettre la moindre goute à côté di récipient. Finalement, il s’installa en face de la demoiselle. Et tout comme elle précédemment, il chercha à éviter son regard. Il devait attendre avec impatience que cette rencontre prenne fin. Muse aussi, mais d’un autre côté… Boire un café avec Fabien était loin d’être déplaisant. Elle détourna le regard elle aussi, tandis que ses mains se refermaient sur la tasse brulante. Soudain, elle entendit la voix écœurée de Fabien, raisonne en français:  « C'est dégueulasse! » Puis il s’excusa à nouveau. Muse passa au-delà de ses excuses et se mit à rire lorsqu’elle vit la mine écœurée et choquée du garçon. Elle croisa les mains sous son menton et murmura en français: « Tous les américains sont comme ça. Toi aussi bientôt… » Et puis elle lui fit un large sourire. Non, Fabien ne devait pas savoir sur quel pied danser avec cette jeune femme peu commune. Cinq minutes plus tôt, elle lui hurlait dessus, le traitait comme un moins que rien, et maintenant, voilà qu’elle plaisantait avec lui, qu’elle riait, qu’elle souriait. Oui Muse Hannigan était lunatique, un peu bipolaire sur les bords parfois, mais c’était ce qui faisait son charme n’est-ce pas ? Elle but une gorgée de son café, et sentant que Fabien était toujours un peu stressée, elle baissa le visage, et lui dit cette fois en anglais: « Je suis désolée. Je n’aurais pas du crier sur toi comme ça. Ce n’était pas juste. » Pour la première fois depuis des années, elle se sentit rougir légèrement. A cet instant elle se maudit. Comment, cet inconnu, pouvait-il avoir autant d’impact, et de pouvoir sur elle ? C’était incroyable. Elle n’en revenait tout simplement pas. Réagir comme ça face à lui, se montrer faible, déstabilisait Muse, elle ne savait pas ce qu’il se passait, ni comment agir. Elle passa nerveusement une main dans sa nuque, et finalement, essaya dans un français hasardeux: « Nous sommes partis d’une mauvaise main, je…On recommence ? » Oui petite erreur d’expression, sans doute voulait-elle dire: «Nous sommes partis du mauvais pied » mais qu’importe, le message était passé non ? Muse tendit une main en direction de Fabien et lui dit en souriant: « Muse Hannigan enchantée. » Alors qu’elle plongeait son regard dans le sien, une évidence apparut à la demoiselle: Il la prenait pour une folle.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Oh no ! Please ! Not you !

Revenir en haut Aller en bas
 

Oh no ! Please ! Not you !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Fairway Place-