AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Do you think is was a mistake? | Tray Rannigan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Do you think is was a mistake? | Tray Rannigan Lun 9 Aoû 2010 - 20:45

DO YOU THINK IS WAS A MISTAKE?
18 ans et +


laurence ferdison and tray rannigan
Jeudi soir
Rannigan Law Cabinet


    La clé fut ressortie de la serrure alors que Laurence barrait son bureau. Enfermée toute la journée, elle avait eu le sentiment d’avoir étouffé sans en comprendre la cause. Du moins, elle préférait ne pas faire face à tout se tourbillon qui se brassait dans son esprit alors que la culpabilité avait raison d’elle. Toute son histoire avec Jovan s’était terminée si brusquement, que Laurence avait ce petit quelque chose au ventre qui semblait lui dire qu’elle avait réagit excessivement. Mais il fallait qu’elle passe par-dessus toute cette histoire afin de pouvoir être fin prête à s’occuper de dossiers qui requérait toute son attention. Et maintenant que le divorce avait été régler par son père, Laurence eu l’impression qu’elle allait pouvoir rendre ses parents plus fiers d’elle alors qu’ils avaient été horriblement déçus d’apprendre que leur fille avait eu un écart de conduite aussi important. Hormis la possibilité de rendre ses parents fiers de son travail et de sa vie, Laurence avait l’impression d’avoir commis une erreur sans oublier à quel point elle avait eu le cœur brisé en étant aussi brusque avec Jovan. Apprendre qu’il était allé en prison, puis en maison de redressement lui avait montrer à quel point elle ne le connaissait pas – assez pour lui faire douter de tout ce qu’ils avaient, effrayée que du jour au lendemain les choses se passent mal. Déjà qu’elle avait assez de problèmes en plus de leur histoire.

    Laurence était tellement distraite ce jour là, qu’elle manqua griller un feu rouge en voiture. Stoppant net, Laurence manqua par la même occasion d’avoir un accident, évité de justesse par elle ne savait quelle chance. Quelques minutes plus tard, elle se stationnait dans la rue face à l’entrée du cabinet Rannigan Law Cabinet. La jeune avocate pris une grande respiration avant de repousser la porte du cabinet de son rival. Laurence ne s’y précipita pas, cette fois, avec toute la rigueur qu’elle avait lorsqu’elle se présentait au bureau de Tray Rannigan. Les yeux rivés sur le bureau de celui-ci, elle sembla être soulagé qu’il ne fût pas en consultation – elle n’était pas d’humeur à poireauté dans une salle d’attente. Ses doigts empoignèrent la poignée du bureau, alors que Laurence déposait ses clés de sa voiture dans son veston. « Qu’est-ce que j’ai fait de mal, cette fois-ci? » demanda-t-il alors que Laurence prenait place dans l’un des deux fauteuils destinés habituellement aux clients de Rannigan. Les lèvres mordillées et le regard un peu perdu, Laurence prit quelques instants avant de prendre en compte la question de Tray. « Ah, euh… je devais t’apporter un dossier. Je..crois? » Se grattant l’arrière de la tête, Laurence commença à se rendre compte à quel point elle était soudainement ridicule. Bon dieu, qu’elle se demanda ce qui l’avait amenée à cet endroit – elle qui n’avait qu’une seule envie s’écroulée dans son lit. Vide.





Dernière édition par Laurence F. Lennon le Ven 13 Aoû 2010 - 16:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Do you think is was a mistake? | Tray Rannigan Mar 10 Aoû 2010 - 13:34







DO YOU THINK IT WAS A MISTAKE?


LAURENCE FERDISON & TRAY RANNIGAN





La journée avait été exténuante pour Tray Rannigan. Malgré lui, il semblait de plus en plus s’investir dans ce job qu’il haïssait pourtant, voyant les clients déferler devant lui, de plus en plus nombreux. Il se demandait quand tout cela se terminerait enfin, histoire qu’il puisse enfin retrouver son rythme de vie normal – c’est-à-dire, levers tardifs, sports matinaux, rencontres de jeunes femmes délicieuses et concerts plus ou moins nombreux. Tout ce qui le faisait vivre, contrairement à ce métier débile d’avocat. Cependant, malgré cette répulsion à l’égard de son travail, Tray se retrouvait de plus en plus souvent derrière son élégant bureau en bois d’acajou, à traiter des dossiers divers qu’on lui avait assignés. Ou plutôt, qu’il avait daignés prendre, étant donné qu’il était le patron ici. D’ordinaire, il se contentait de déléguer et de laisser le travail aux autres, mais ça aussi , c’était de moins en moins le cas. Tray détestait tout ce qui était administratif et, quitte à travailler, préférait être sur le terrain plutôt que de devoir s’ennuyer avec des paperasses qui n’avaient qu’un vague rapport avec le métier d’avocat. Heureusement pour lui, il avait une horde de comptables et de secrétaires qui s’occupaient volontiers des détails ennuyeux, lui laissant libre cours à la partie plus intéressante… faute d’un meilleur terme. Car, ne l’oublions pas, Tray n’en avait complètement rien à faire de ses clients, et encore moins de la justice – au final, tout ce qui l’intéressait dans ce métier, c’était le pognon. Et il en faisait pas mal, étant donné que malgré son désintérêt pour le domaine, il se révélait être un avocat brillant et extrêmement doué dans ce qu’il entreprenait. Maître dans l’art de la manipulation, Tray savait comment parvenir à ses fins, et ce, tant dans la vie courante que dans le tribunal. En général, ses techniques, aussi infectes soient-elles, portaient leurs fruits. Tray ne perdait pratiquement jamais, et les rares fois où cela était arrivé, c’était face à sa principale rivale, Laurence Ferdison. Celle-ci avait, elle aussi, dû essuyer quelques cuisantes défaites face à Rannigan, et avait pris cela comme une compétition, n’hésitant pas à débarquer en tempêtant après une défaite qu’elle considérait injustifiée, à cause des méthodes peu recommandables de Tray. Celui-ci ne s’en offusquait pas outre-mesure et se contentait de taquiner la jeune femme.

Ce soir-là, alors qu’il n’attendait personne et qu’il n’aspirait qu’à rentrer chez lui pour pouvoir enfin se reposer, il entendit la porte de son bureau s’ouvrir. Levant les yeux, il reconnut Laurence. Il fronça les sourcils, se demandant ce qu’elle pouvait bien lui reprocher cette fois-ci. Elle prit place face à lui, une expression peu amène affichée sur son visage fin. « Qu’est-ce que j’ai fait de mal, cette fois-ci ? », lança-t-il, un léger sourire narquois étirant ses lèvres. Laurence ne semblait cependant pas dans son assiette, et ce, de manière différente des autres fois où elle venait l’engueuler pour telle ou telle raison. « Ah, euh… je devais t’apporter un dossier. Je..crois? » Tray fronça les sourcils. Elle n’était définitivement pas dans son assiette. Et le pire était qu’il n’avait pas la moindre idée pourquoi. « Un dossier ? Tu me l’as apporté il y a une semaine, Laurence… » Tray se leva et contourna son bureau, s’approchant de Laurence. Il posa une main sur le bras de la jeune femme, qui releva la tête, affichant une expression qu’il n’avait encore jamais vue chez elle. Il n’aurait su la qualifier, mais en tout cas, il eut la confirmation que quelque chose n’allait pas. Et, bien qu’étant de nature égoïste et indifférente, Tray s’inquiéta de la voir dans cet état. « Hey, dis-moi, qu’est-ce qui t’arrive ? » Il était loin de la personne froide et sarcastique qu’il avait l’habitude d’être. Sa voix avait pris une douceur inhabituelle, de même que son regard.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Do you think is was a mistake? | Tray Rannigan Mar 10 Aoû 2010 - 16:13

    La tête baissée, Laurence semblait essayer de son mieux de regrouper ses pensées afin de ne pas se laisser dépassée par la situation. Hors, il lui apparaissait que malgré les efforts Laurence devenait complètement déboussolée. « Un dossier ? Tu me l’as apporté il y a une semaine, Laurence… » Oh. Apparemment, elle avait réussit à oublier se genre de détails – sans compter qu’elle venait d’entrer dans son bureau les mains vides. Les larmes aux yeux, Laurence releva la tête vers Tray alors qu’elle avait à peine remarqué qu’il s’était approché d’elle et quelque chose lui disait qu’elle l’inquiétait. Il était vrai certes qu’elle n’était pas dans son état normal, alors qu’à l’habitude elle ne se gênait pas pour foncer sur Tray telle une tempête afin de lui reprocher des méthodes qu’elle soupçonnait peu conventionnelles mais donc elle avait aucune preuve afin de pouvoir fonder son raisonnement – ou tout simplement pour lui montrer qu’elle pouvait être aussi bonne que lui. Et ça, malgré leur différence d’âge et d’années d’expérience. « Hey, dis-moi, qu’est-ce qui t’arrive ? » Sa gorge se serra alors que les événements passés défilaient dans son esprit, lui rappelant à quel point elle avait des choses à se reprocher dans cette histoire. La jeune avocate baissa d’avantage la tête alors que ses cheveux tombaient tout autour de son visage – tentant bien mal de dissimuler les larmes qui commençaient à couler sur ses joues. C’était peut-être l’orgueil qui amenait Laurence à avoir si honte de pleurer, surtout devant son rival. Elle s’était toujours montrée forte en sa présence, voulant à tout prix être prise au sérieux.

    De quelques mouvements, Laurence essuya les quelques larmes qui la rendait honteuse avant de relever la tête vers Tray. Elle cherchait à savoir s’il était sincère ou s’il allait en quelques secondes tout détruire en affichant cette indifférence bien propre à lui. Elle se résigna finalement à s’expliquée, après tout il était en droit de demander des explications puisqu’elle venait de se réfugier dans son bureau – en pleures qui plus est. « J’ai paniquée. Ça s’est passé si vite que… le temps que je réalise j’avais tout foutu en l’air. » Reprenant son souffle, Laurence repoussa ses cheveux derrière ses oreilles luttant pour ne pas se morfondre en larmes. « Avec toute cette campagne… j’ai appris que Jovan était allé en prison. Je n’ai pas voulu savoir pourquoi, j’ai simplement tout arrêter. » Les lèvres mordillées, Laurence fuya le regard de Tray sachant qu’elle ne supporterait pas qu’il la juge. Elle arrivait bien toute seule à se mettre des attentes, irréalistes. « J’ai eu de l’aide de mon père et il a fait les démarches pour le divorce. Et moi, je n’ai même pas osé l’apprendre à Jovan avant que ça soit fait. » Laurence essuya une nouvelle série de larmes. « Désolé... je sais pas que c’est pas intéressant pour toi.. » Après tout, il était un avocat – pas psychologue – et son éternel rival. Ce qu’elle avait parfois l’audace d’oublier.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Do you think is was a mistake? | Tray Rannigan Mer 11 Aoû 2010 - 4:29






Tray avait du mal à en croire ses yeux : à moins que ce ne fût qu’une impression, Laurence était bel et bien en train de pleurer. Et si c’était une impression, Tray avait décidément un sérieux problème de vue. Le jeune homme n’en revenait pas, tant cette vision était étrange. Laurence s’était toujours efforcée d’afficher des airs de femme forte, indépendante et impossible à casser. Elle s’en était toujours honorablement tirée et avait réussi à acquérir une certaine crédibilité en assez peu de temps. Elle avait, à plusieurs reprises, impressionné Tray, bien que celui ci préférât mourir plutôt que de l’avouer. Jamais il ne l’avait vue comme autre chose qu’une femme forte, et là, tout s’écroulait. Non pas que Laurence n’eût pas le droit de pleurer : elle ne restait qu’un être humain, et c’était tout à fait naturel de se laisser aller aux larmes. Mais jamais Tray n’aurait pensé assister à une scène comme celle-ci : c’était tout bonnement invraisemblable. Cependant, contrairement à ses habitudes, le jeune homme ne fit aucun commentaire et ne profita pas de l’occasion pour enfoncer un peu plus sa rivale. Le moment n’était pas bien choisi – et bien qu’il fût du genre à se foutre éperdument de ce que les moments qu’il choisissait soient propices ou non, il ne voulait pas empirer les choses. Pas maintenant : il voulait d’abord comprendre ce qui arrivait à Laurence. Celle-ci finit par s’essuyer les yeux avant de poser son regard noisette sur les yeux pâles de Tray. Elle finit par se lancer dans une explication qui parut ne pas avoir de fin aux oreilles du jeune homme. « J’ai paniqué. Ça s’est passé si vite que… le temps que je réalise j’avais tout foutu en l’air. Avec toute cette campagne… j’ai appris que Jovan était allé en prison. Je n’ai pas voulu savoir pourquoi, j’ai simplement tout arrêté. J’ai eu de l’aide de mon père et il a fait les démarches pour le divorce. Et moi, je n’ai même pas osé l’apprendre à Jovan avant que ça soit fait. » Tray écarquilla légèrement les yeux alors que Laurence reprenait son souffle entre deux tirades. Il pouvait voir que la jeune femme était extrêmement mal à l’aise et qu’elle appréhendait sa réaction – mais jamais Tray n’avait aussi peu eu le cœur à la plaisanterie. Il ne s’était en tout cas pas attendu à une chose pareille. Jamais il ne s’était mêlé de la vie de couple, ou, plus généralement, de la vie privée de Laurence, se contentant de flirter avec elle rien que pour voir combien de temps elle tiendrait avant de lui passer un savon. Il n’était pas pour autant un ermite et connaissait l’actualité du quartier où ils vivaient. Il avait entendu parler de cette histoire d’emprisonnement mais n’y avait pas particulièrement prêté attention, bien qu’à une ou deux reprises, l’idée de taquiner Laurence à ce sujet lui ait effleuré l’esprit. Mais jamais il ne se serait douté que cette révélation (bien qu’assez conséquente) entrainerait de tels événements. Il savait que Laurence était impulsive au point de parfois prendre des décisions stupides et irréfléchies, mais il ne savait pas qu’elle divorcerait ainsi. Et apparemment, elle était plongée dans une immense détresse à cause de cette décision. Tray ouvrit la bouche, comme s’il cherchait quelque chose de réconfortant à dire – mais rien ne sortit. Laurence perçut sa gêne et ajouta : « Désolée... je sais pas que c’est pas intéressant pour toi… » Se rendant compte de sa maladresse, Tray finit par répondre d’un ton toujours aussi doux et sincère – bien qu’il fût toujours pris de court par cette série de révélations et qu’il ne sût pas trop bien comment prendre tout cela : les larmes de Laurence, ses confidences et son ton désespéré. Il n’était pas du genre à écouter les malheurs des autres, mis à part ceux de ses clients (et encore, il l’évitait autant que possible), et là, il était confronté à une situation qui le dépassait totalement. Alors, faute de mieux, il esquissa un faible sourire et posa sa main sur la joue de Laurence. « Non, ne t’en fais pas, il y a pas de problème. Je sais ce que tu vis, je suis passé par la même chose. Mais ne t’en fais pas, ça va s’arranger… comme tout le reste. » Ces quelques paroles constituaient un exploit pour Tray, qui fuyait comme la peste les déclarations sentimentales. Mais apparemment, cette soirée était bien partie pour être des plus insolites, alors autant jouer le jeu. Tray caressa avec douceur la joue de Laurence, essuyant une larme de son pouce. Puis, il se pencha avec douceur et, lentement, approcha son visage de celui de la jeune femme. Au bout de quelques secondes d’attente, ses lèvres touchèrent celles de Laurence et il les scella en un baiser doux et tendre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Do you think is was a mistake? | Tray Rannigan Mer 11 Aoû 2010 - 21:15

    Si Laurence se confiait parfois à ses quelques amis proches, elle n’en restait pas moins discrète sur ses problèmes aussitôt qu’elle franchissait son milieu de travail. Le milieu des avocats restaient un endroit mouvementé où la moindre décision pouvait avoir un terrible impact sur le déroulement des événements futurs ou même encore sur la réputation. C’est pourquoi, lorsque Laurence voyait Tray Rannigan, elle ne voyait personne d’autre que l’avocat arrogant contre qui elle investissait énormément d’efforts afin d’être cette avocate inébranlable. Laurence ignorait quasiment tout de la vie privée de Tray, sauf les grandes lignes à savoir qu’il ne partageait pas sa vie avec quelqu’un. Hors, elle ne savait pas ni avait éprouvé de réel désir d’en apprendre plus. C’était le genre de demande plutôt indiscrète vu leur relation qui était exclusivement à caractère professionnel. C’est pourquoi, en temps normal Laurence aurait préféré se cogner la tête contre les murs que de réaliser qu’elle était celle qui avait fait ce mouvement en avant, brisant peu à peu le cadre professionnel. Après tout, elle venait en quelques minutes d’expliquer les problèmes auquel elle était confrontée sans pourtant avoir de réel désir qu’il lui vienne en aide. Personne ne l’aurait pu de toute manière, elle avait coupé d’un coup sec toute sa relation avec Jovan ne lui laissant aucune chance. Avait-elle voulu se confier? Oui sans doute, mais sa logique lui soufflait que Tray n’était sans doute pas la personne idéale. Laurence perçut la gêne de Tray, se rattrapant bien rapidement afin d’essayer de limiter les dégâts. Elle se sentait ridicule, d’être là dans le cabinet de Rannigan à pleurer. Bon dieu qu’elle pouvait être exaspérante.

    La surprise s’empara de Laurence au moment où la main chaude de Tray se posa sur sa joue et que ses yeux croisèrent son faible sourire. «Non, ne t’en fais pas, il y a pas de problème. Je sais ce que tu vis, je suis passé par la même chose. Mais ne t’en fais pas, ça va s’arranger… comme tout le reste. » En l’écoutant parler, elle voulait vraiment le croire. Apprendre qu’il était passé par la même chose lui faisait voir Tray d’une manière différente et lui faisait réaliser qu’il avait ses propres problèmes lui aussi. Cette nouvelle proximité entre eux laissa Laurence hypnotisée par les yeux de Tray, oubliant peu à peu les problèmes alors qu’il s’adonnait doucement à lui faire sécher ses larmes. Comme si le temps s’était arrêté autour d’elle, Laurence cherchait dans les yeux de Tray une réponse à ce qui était entrain de se passer au moment même où il se rapprochait doucement d’elle. Le cœur battant plus que jamais, la jeune femme attendit les quelques secondes alors que ses lèvres rencontrèrent celles de Tray. Le souffle chaud du jeune homme la fit frissonner d’autant plus que se baiser inattendu. L’esprit un peu à la dérobade, Laurence embrassa à son tour Tray cette fois-ci d’une manière un peu plus passionnée à la découverte d’un nouveau parfum. C’était peut-être une réaction égoïste de sa part, bien qu’à y penser Tray, avait été le déclencheur de leur rapprochement. Ses mains se posèrent doucement sur les avant-bras de l’avocat, alors qu’elle ne semblait pas vouloir le repousser, cherchant au contraire à se rapprocher d’avantage de lui.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Do you think is was a mistake? | Tray Rannigan Jeu 12 Aoû 2010 - 3:57





La relation que Tray avait entretenue avec Laurence avait, jusqu’à présent, toujours comporté deux niveaux : le professionnel, lorsqu’ils étaient en présence d’autres personnes ou en procès, et où ils n’étaient que deux rivaux cherchant constamment à surpasser l’autre, et le moins professionnel, où ils se permettaient plus de familiarités sans pour autant franchir la barrière que constituait leur métier. Ils devenaient alors collègues à défaut d’être rivaux – cette rivalité n’était, d’ailleurs, que le produit de l’imagination de Laurence qui voulait absolument faire ses preuves en gagnant contre Tray. Celui-ci s’en fichait éperdument mais prenait un malin plaisir à faire enrager la belle lorsqu’il parvenait à la surpasser. Ils savaient qu’ils étaient tous deux excellents et à peu près au même niveau, chacun compensant les lacunes de l’autre par des qualités bien particulières. Le résultat était explosif, mais malgré tout, leurs rapports restaient assez bons – même si Laurence finissait régulièrement par tempêter contre Tray, qui, bien évidemment, ne cherchait jamais à arranger la situation. Bien sûr, il avait déjà considéré Laurence comme autre chose que cette avocate ambitieuse et compétitive. Comme une femme, d’abord. Une de celles qui accrochaient votre regard, de quelque manière que ce fût. Tray s’était déjà surpris à plusieurs reprises en train de fixer les jambes ou les courbes de la belle, alors qu’ils étaient en plein procès. Il avait déjà flirté avec elle pour la taquiner, sans jamais aller trop loin car il savait qu’il pourrait le regretter par après. Mais à ses yeux, bien qu’il sût pertinemment qu’elle avait une vie privée, il n’avait jamais eu l’envie ou l’occasion d’expérimenter cette facette de Laurence. Voir Laurence en larmes créait une toute nouvelle dimension dans leur relation, comme si cette barrière qu’ils s’étaient toujours efforcés de maintenir entre eux venait de s’écrouler. Et ce fossé entre leur vie privée et professionnelle sembla encore plus se refermer lorsque leurs lèvres se touchèrent. Tray ne s’attendait visiblement pas à ce que Laurence réagisse favorablement, et fut agréablement surpris en la sentant approfondir le baiser de manière plus passionnée. Il frissonna très légèrement lorsqu’elle se rapprocha de lui en lui saisissant les avant-bras, et en profita pour l’embrasser à nouveau, plus férocement, avant de parsemer son cou de baisers. Il ne savait pas par quel phénomène il se retrouvait soudainement aussi attiré par la jeune Ferdison – certes, il l’avait toujours trouvée attirante mais jamais à ce point. Il ne pouvait pas arrêter de la dévorer du regard et de baisers – respirant son doux parfum et frôlant sa peau de soie du bout des doigts. La position était cependant bien inconfortable et Tray ne tarda pas à soulever la jeune femme sans le moindre effort –elle était légère comme une plume– pour la déposer assise sur son bureau. Il se plaça face à elle et recommença à l’embrasser avec passion, alternant les baisers sur ses lèvres et dans son cou. Ses mains attiraient le frêle corps de Laurence à lui. Entre deux baisers, il approcha sa bouche de l’oreille de Laurence dont il mordilla le lobe avant de murmurer d’une voix rauque : « Putain, Ferdison, tu te rends pas compte de l’effet que tu me fais… » Et à vrai dire, jusqu’à présent, il ne s’en était pas rendu compte non plus. Mais maintenant, il était impossible à arrêter. Reculant de quelques centimètres, il regarda Laurence, replaçant une mèche de ses cheveux noirs derrière son oreille avec douceur, avant de fondre à nouveau sur ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Do you think is was a mistake? | Tray Rannigan Jeu 12 Aoû 2010 - 18:04



    De tous les scénarios possibles, Laurence avait l’impression que celui-ci était bien plus irréel que tous les autres. Non pas désagréable, au contraire. Mais elle-même s’était toujours efforcée de ne le regarder qu’avec des yeux de collègue ne s’attardant jamais tellement sur les détails. Après tout, elle avait su facilement discerner que celui-ci flirtait avec elle simplement pour essayer de la déstabiliser ou encore pour la faire réagir. Du moins, c’était comme ça qu’elle l’avait toujours considérer. Sans compter que son esprit de compétition l’amenait toujours à vouloir le dépasser, lui faisant bien rapidement oublier qu’elle ne rivalisait pas simplement contre un avocat arrogant. Mais bien un avocat séduisant, qu’elle regardait d’un œil bien différent au moment auquel on se parlait. La respiration haletante, Laurence frissonnait aux moindres baisers déposés tant sur ses lèvres que dans son cou. Les yeux fermés, Laurence semblait lui faire totalement confiance alors qu’en moins de deux il venait de la sous lever pour la faire assoir sur le bureau. Debout face à elle, Laurence esquissa un sourire alors que les mains tendues vers lui ses doigts s’empressèrent d’atteindre sa chemise descendant au premier bouton qu’elle détacha au rythme des baisers qui ne cessait de la faire frissonner. Le corps tremblant, Laurence se mordilla les lèvres au terme d’un sourire alors que Tray lui murmurait à l’oreille qu’elle lui faisait de l’effet. « Enlève, moi cette... chemise. » réussit-elle à articuler alors que les mots lui manquait, l’esprit complètement envahi par ce désir soudain et spontanée. Désir qu’elle souhait assouvir. Le voir ainsi debout devant elle, à la regarder lui donnait l’impression d’être belle, même désirable. Les yeux pétillants alors qu’elle caressait sa main avec sa joue, elle lui fit un sourire alors qu’elle avait envie d’être plus entreprenante. Laurence tira littéralement sur l’ouverture de la chemise de celui-ci afin de la lui enlever plus rapidement. Libéré du premier vêtement, Laurence put profiter des courbes dessinées sur le torse de Tray y faisant doucement parcourir ses mains. Alors qu’elle n’y avait jamais réellement porter attention, Laurence y fit honneur parcourant le torse de Tray de baisers espérant lui donner autant de frissons qu’il réussissait aussi facilement à lui en procurer. Elle avait envie plus que jamais que tous leurs vêtements se retrouvent au sol et que les choses sérieuses commencent. Laurence ne savait pas si c’était l’effet de la nouveauté, si c’était au contraire une sorte de fantasme inavoué de s’exécuter en milieu de travail… ni d’où lui venait soudainement cette énergie qui l’amenait à se tenir à Tray comme s’elle refusait de le libérer d’entre ses bras. Après tout, ils étaient bien ainsi et valait mieux pour toutes les vies humaines qu’aucune daigne les surprendre. Car c’était à ce moment là que Laurence aurait littéralement tué quelqu’un.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Do you think is was a mistake? | Tray Rannigan Ven 13 Aoû 2010 - 0:01





Bien que cette situation aurait dû sembler étrange, ou absurde, compte tenus des rapports qu’entretenaient Tray et Laurence, le jeune homme avait l’impression que tout se déroulait de la matière la plus naturelle qui fût. Leurs gestes, bien que désordonnés, étaient en parfait accord et chacun répondait aux désirs inexprimés de l’autre, veillant à mêler tendresse et passion. Tray savait que la nuit qui se profilait devant eux n’était qu’une échappatoire aux yeux de Laurence, mais il n’en fut aucunement affecté – tout ce qu’il voulait, à présent, c’était ressentir et faire ressentir du plaisir, peut-être distraire Laurence par la même occasion. Il avait l’impression que sur ce point-là, il avait plutôt bien réussi son coup, étant donné l’attitude plus que réceptive de la jeune femme qui frissonnait à chacune des caresses et des baisers qu’il lui procurait. Mis à part la flatterie évidente que ce comportement faisait à son ego, Tray aimait voir Laurence dans cet état. A ses yeux, il n’y avait rien de plus beau qu’une femme qui s’abandonnait au plaisir. Les traits détendus par le désir et les pupilles dilatées de Laurence formaient un tableau jouissif duquel Tray ne pouvait détacher les yeux. D’une voix à bout de souffle et quasiment muette de plaisir, Laurence lui intima l’ordre de lui enlever sa chemise. Tray sourit, embrassa la jeune femme et, renonçant à agir avec tendresse, lui arracha quasiment le vêtement dans un élan de passion, faisant sauter au passage quelques-uns des boutons qui la maintenaient fermée. Laurence avait fait de même avec la chemise de Tray, et appliquait tantôt caresses, tantôt baisers sur le torse imberbe du jeune homme, qui ferma les yeux et poussa un faible grognement de plaisir en sentant les lèvres douces et légères de l’avocate sur sa peau. Tray n’était pas particulièrement expressif lorsqu’il s’agissait de prendre du plaisir, mais de manière générale, l’extase était visible sur son beau visage. Ses paupières closes frémissaient alors que sa bouche entrouverte laissa échapper un léger soupir. Lorsqu’il sentit les lèvres de Laurence quitter son torse, il rouvrit ses paupières et l’admira dans toute sa beauté, son regard s’attardant sur sa poitrine pleine et bien dessinée, maintenue dans un soutien-gorge de dentelle. Un nouveau sourire qui en disait long sur ses intentions se forma sur ses lèvres, et il coucha avec douceur Laurence sur le bureau, se rapprochant un maximum d’elle, calant son bassin entre les jambes de la jeune femme. Il se hissa légèrement vers le haut pour pouvoir atteindre les lèvres de Laurence, descendant ensuite vers son menton, son cou, ses clavicules, jusqu’à descendre dans l’échancrure entre ses seins. Il s’y attarda quelques instants, appréciant la douceur de la peau de Laurence. Puis, alors qu’une de ses mains vint se loger sur le sein droit de la jeune femme, le caressant par-dessus la fine couche de tissu, sa bouche poursuivit sa trajectoire, embrassant son ventre plat, son nombril, et s’arrêtant au bord de son pantalon. Impatient, il déboutonna le vêtement de Laurence et le fit glisser le long de ses jambes douces, frôlant au passage sa peau dans toute sa longueur. Puis, après avoir admiré son corps vêtu de manière minimaliste, il revint se loger au niveau de la bouche de la jeune femme pour l’embrasser langoureusement. Sa main revint se poser au niveau de la poitrine de Laurence, lui procurant de douces caresses. Il la sentait frissonner sous lui et accentua ses caresses, appréciant l’expression de plaisir de Laurence.


Dernière édition par Tray Rannigan le Sam 14 Aoû 2010 - 16:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Do you think is was a mistake? | Tray Rannigan Ven 13 Aoû 2010 - 16:55



    L’esprit dérogé de toutes ses mauvaises pensées, Laurence vit par impulsion balancer tout ce qui lui tomba sous la main au sol cherchant un certain confort étendue sur le dos. Ni un ni l’autre ne porta d’attention aux éléments répandus, ils avaient bien plus important et intéressant à penser que de vulgaires bouts de papiers et quelques petits objets. Encore moins aux vêtements qui rejoignaient le sol de façon si féroce que les boutons se répandaient un peu partout sans qu’il ne soit nécessaire de se soucier d’eux. La fraîcheur du meuble en bois verni contrasta avec sa peau qui à chacune des caresses de Tray semblait s’enflammer. Tantôt les yeux ouverts, tantôt les yeux fermés, l’excitation qui s’emparait de Laurence continuait de s’intensifier alors que toutes ses alternations entre ses lèvres puis sa peau lui arrachait de faibles gémissements qu’elle contenait à peine. Le corps brûlant de Tray dressé au dessus d’elle lui donna le sourire par les frissons perceptibles tant sur sa propre peau que sur la sienne. Les yeux brillants, Laurence ne pouvait qu’admirer la tendresse et l’impatience de son partenaire. Alors que Tray remontait vers ses lèvres, Laurence se releva afin de se retrouver de nouveau assise face à lui. Elle releva les jambes pour emprisonner le jeune homme entre celles-ci. Désormais si prêt de lui, Laurence déposa le bout de ses doigts d’abord sur ses épaules puis elle les fit parcourir le dos de Tray dans une légère pression du bout de ses ongles du haut jusqu’au creux de ses reins. Parcourant doucement ses lèvres sur le torse de Tray, elle en profita pour faire glisser doucement sa langue redessinant ses courbes. Son souffle se transforma en un léger souffle froid puis ses lèvres virent embrasser la parcelle refroidie, lui offrant une toute autre sensation tout aussi excitante que ses autres baisers. Les doigts tremblants par l’ivresse qui lui avait envahi ses sens, Laurence s’attaqua à la boucle de ceinture qui retenait prisonnier le membre de Tray. Elle déboutonna à son tour le pantalon du jeune homme, puis elle le fit glisser lentement vers le sol en empoignant les rebords. Profitant de l’occasion pour explorer les courbes masculines de l’avocat, elle parsema de doux baiser les creux de son bassin exaltant de le faire languir. Ses lèvres s’approchèrent du sous-vêtement donc les rebords qu’elle commença à glisser vers le bas en mordillant doucement prenant plaisir à parcourir ses mains sur les fesses de Tray. Finalement, elle vit à bout du caleçon qu’elle laissa descendre jusqu’aux chevilles de celui-ci, le bout de sa langue effectua quelques cercles sur l’extrémité de sa verge. Relevant les yeux vers Tray et surtout encouragée par l’expression qu’elle arrivait à percevoir sur son visage, Laurence vit retrouver ses lèvres puis elle le ré-emprisonna entre ses jambes se rapprochant de lui jusqu’à ressentir son membre viril contre le vêtement aux fibres de dentelles qui ne consistait que leur unique barrière. Accentuant leurs rapprochements par de légers mais au combien passionnés mouvements de bassin, l’attente commençait à être insoutenable. L’excitation était à son comble, rendant les baisers plus intenses au rythme des mouvements sensuels.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Do you think is was a mistake? | Tray Rannigan Ven 27 Aoû 2010 - 3:28






La température grimpait au fil des secondes, et le désir et le plaisir de Tray grimpaient en flèche grâce aux caresses que lui procurait Laurence. Il était impuissant face aux gestes qu’elle effectuait sur son corps brûlant et ne pouvait rien faire à part la laisser faire – pour son plus grand plaisir. Il aimait la sensation des ongles s’enfonçant dans la peau de son dos, combinée à celle de la langue de la jeune femme qui parcourait son torse, puis ses abdominaux. Il retint un gémissement lorsqu’elle frôla son sexe en défaisant la boucle de sa ceinture, déjà sensible à l’extrême. Il eut envie d’enlever lui-même son dernier vêtement lorsque Laurence le fit languir à l’extrême, mais joua le jeu, la respiration accélérée au fur et à mesure que Laurence progressait dans son exploration. Lorsqu’elle finit par empoigner l’élastique de son caleçon pour baisser celui-ci, Tray ferma les yeux et se mordit la lèvre, avant d’ouvrir à nouveau ses paupières pour contempler le spectacle ô combien excitant de Laurence qui frôlait son érection presque douloureuse du bout de la langue. Il se retint une nouvelle fois à grand-peine d’accompagner et guider le mouvement de Laurence, jugeant qu’il ferait mieux de la laisser faire. Elle avait beau être en position d’infériorité, c’était elle qui tirait les cordes de leur jeu, obligeant Tray à agoniser du plaisir qu’elle lui offrait. Elle ne s’éternisa cependant pas et enroula le bassin nu de Tray de ses jambes, rapprochant ainsi le membre dressé du jeune homme de son intimité à elle, encore cachée par son sous-vêtement de dentelle. Il pouvait sentir sa chaleur à travers le fin tissu et ne put s’empêcher de se presser davantage contre elle en ressentant cette agréable sensation. Echangeant baiser passionné sur baiser passionné avec la jeune femme, Tray ne parvint pas à réprimer un léger gémissement lorsqu’elle enclencha un léger mouvement de va-et-vient, frottant sa culotte contre sa virilité. La respiration haletante, Tray attira le corps frêle de la jeune femme contre le sien d’une main, alors que l’autre s’activait à dégrafer son soutien-gorge. Celui-ci ne tarda pas à rejoindre la pile qui se trouvait déjà au sol, pile déjà oubliée des deux amants. Tray recula de quelques centimètres pour contempler les seins désormais nus de Laurence et se pencha pour passer sa langue sur ses tétons pour les faire durcir. Sa main s’activait à procurer des caresses plus intenses à la poitrine de Laurence. Impatient, Tray ne s’attarda cependant pas et descendit vers le ventre, puis vers le bassin, de Laurence. Ses lèvres rencontrèrent la fibre du dernier vêtement de la jeune femme et, plein d’audace, Tray emprisonna le bord entre ses dents, faisant ainsi glisser le sous-vêtement le long des jambes de Laurence. Il se redressa et, afin de mieux contempler le spectacle qui s’offrait à lui, il écarta avec douceur les jambes de Laurence, dévoilant ainsi son intimité. Son excitation grimpa encore plus, et Tray appliqua quelques caresses au sexe de Laurence, combinant sa langue et ses doigts. Il sentait cependant son impatience, mais aussi celle de la jeune femme, grimper, et ne s’éternisa pas. Il échangea un nouveau baiser langoureux avec Laurence et la reprit dans ses bras, afin qu’elle soit encore assise, les jambes entourant à nouveau son bassin. Le membre de Tray était encore pressé contre l’intimité de Laurence, et il soupira à cette sensation. Puis, doucement mais impatiemment, il s’enfonça en elle, sans réussir à réprimer un gémissement de plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Do you think is was a mistake? | Tray Rannigan Lun 30 Aoû 2010 - 23:37

Agrippée au rebord du bureau, Laurence resserrait son emprise sur le meuble de bois alors qu’elle retenait à peine les spasmes que lui procurait Tray. Étendue, elle semblait étourdie par l’excitation donc ils s’étaient enveloppés, le laissant lui procurer ce plaisir indescriptible alors qu’il lui caressait l’entrejambe avec ses lèvres. Rejoignant le mouvement de son partenaire, Laurence laissa échapper un faible soupir alors qu’elle ressenti le sexe de Tray se pressée contre elle. À chacune de ses caresses et de ses pénétrations, Laurence marqua son plaisir par quelques gémissements. Emprisonnant le corps de Tray près d’elle, Laurence embrassa de quelques baisers son cou avant de le laisser s’adonner à ses coups de bassin qui de plus en plus, devenaient saccadés. Elle poussa l’audace jusqu’à lui mordiller la peau retenant à peine ses cris en redemandant toujours plus – lui exigeant un rythme accéléré. Ils avaient bien l’intention de s’offrir l’un à l’autre, ne laissant aucun tabou leur barrer la route.




Haletants, les deux amants reprenaient leur souffle étendus tous les deux sur le tapis. Complètement nus, ni un ni l’autre ne cherchait le besoin de dissimuler leur intimité préférant profiter encore quelques instants d’un moment qui ne se représenterait sans doute plus jamais. Laurence appuya son menton contre le torse brûlant et en sueur de Tray, reprenant peu à peu ses esprits. Repassant dans son esprit les instants qu’ils avaient partagés, Laurence ne voyait dans cette histoire rien d’inconvenant. Quelque chose lui disait qu’elle serait peut-être gênée d’être en sa présence maintenant qu’ils avaient franchis les barrières inconsciemment établies. En particulier quand ils allaient devoir mettre de coté le souvenir qu’ils avaient, jusqu’aux petites réactions qu’ils avaient rapidement appris à s’attribuer – de simples baiser et ils en avaient appris bien plus sur l’intimidé de l’un sur l’autre. Alors que le retour en arrière était impossible. Fermant les yeux quelques instants, alors que sa respiration se calmait doucement – Laurence en vit à être submergée par une vague de culpabilité. Pourtant, elle n’osa pas bouger rassurée de ne pas être seule et son envie de pleurer avec disparue. Peut-être étais-ce l’euphorie qui avait envahie son esprit, mais la jeune avocate ne fit que resserrer d’avantage son étreinte tout en se concentrant sur les détails actuels. Comme le fait qu’elle avait mal aux genoux, ceux-ci irrités par le tapis de la pièce. La jeune femme vit à bouger légèrement alors qu’elle venait d’écraser un stylo qui avait été répandu sur le sol lors de leurs ébats. « On a tout viré en désordre… » lança-t-elle faiblement avant d’émettre un léger rire montrant par la même occasion qu’elle se sentait plus détendue – à la limite, mieux. Effectivement, le bureau avait apparemment besoin d’un bon ménage avec tout le brou-hara qu’ils avaient causé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Do you think is was a mistake? | Tray Rannigan Mar 7 Sep 2010 - 0:29





Alors que la passion laissait doucement place à la torpeur, Tray commençait à reprendre son souffle, se remettant à peine des moments qu’ils venaient de passer. Dans ses bras, Laurence semblait, elle aussi, tout doucement redescendre sur terre. Tray pressentait déjà l’instant où elle perdrait tout contrôle et s’énerverait à cause de ce qu’ils venaient de faire, et il sourit intérieurement à cette pensée. Cependant, il ne réfléchit pas trop, profitant de la sérénité qui ressemblait au calme avant la tempête. Des flash-back plus qu’agréables défilaient dans son esprit parfaitement alerte, livrant un compte rendu assez précis de ses ébats avec Laurence. Elle était d’ailleurs encore nue, tout comme lui, allongée sur son torse, le menton appuyé sur celui-ci. De légers frissons parcouraient à intervalles réguliers l’échine de Tray, qui était encore assez sensible. Tray ne chercha pas à croiser le regard de Laurence, préférant faire durer le calme qui régnait entre eux – chose plus que rare étant donné qu’ils passaient la majorité de leur temps à se chamailler. Les yeux entrouverts, Tray pouvait tout juste distinguer le visage de Laurence, proche du sien. Il la contempla longuement, étudiant ses traits fins et familiers. Un sentiment étrange s’empara de lui. Que représentait-elle désormais pour lui ? Il n’était pas du genre à se formaliser après avoir passé une nuit avec une jeune femme plus ou moins inconnue, mais la situation n’était pas vraiment comparable. Laurence était, il devait bien l’avouer, une amie – ils n’étaient peut-être pas très proches mais passaient suffisamment de temps ensemble pour en connaître assez l’un sur l’autre, du moins au niveau du caractère. Aujourd’hui, tout allait probablement être bouleversé. Bien que Tray ne comptât pas laisser transparaître le moindre changement en ce qui le concernait, il savait que Laurence resterait longtemps affectée par ce qu’ils avaient fait. Lui-même était parfaitement à l’aise, mais il se doutait bien que sa relation avec Laurence s’apprêtait à être des plus tendues. Mais comme à son habitude, Tray ne s’en inquiéta pas outre mesure. Il verrait bien comment les choses évolueraient et trouverait le moyen de calmer le jeu lorsque le moment s’y prêterait. En attendant, ses dernières minutes de calme s’écoulaient, avec une lenteur des plus agréables. Sentir la peau brûlante de Laurence contre la sienne était une sensation qu’il adorait, et il dût se retenir de serrer la jeune femme plus fort contre lui. Il était serein, reposé. Laurence semblait calme, elle aussi, mais il se doutait qu’à l’intérieur, elle devait être proche de l’effervescence. Il sentit finalement la jeune femme bouger et s’attendit aussitôt au pire – mais rien ne vint. Au lieu de la tempête attendue, ce fut un ton plaisantin et rieur qui teinta la voix de Laurence. « On a tout viré en désordre… » Tray sourit à son tour, amusé par le rire sincère de Laurence. Il jeta un coup d’œil autour de lui, inspectant rapidement la pièce du regard, puis se reconcentra sur la jeune femme, indifférent au spectacle apocalyptique qu’offrait son bureau. « Ne t’en fais pas, ce bureau a déjà vécu pire… Je ferai en sorte d’effacer nos traces. » Il lui adressa un nouveau sourire, arborant la même expression irrésistible mais agaçante que d’habitude – cependant, cette fois-ci, une pointe de tendresse y était perceptible. Conscient que ce moment était de ceux auxquels on ne cherchait pas d’explication et où l’on pouvait tout se permettre sans risquer d’envenimer la situation, Tray se redressa légèrement et embrassa Laurence dans le cou, avant de remonter le long de sa mâchoire qu’il parsema de baisers légers. Puis il recula à nouveau de quelques centimètres, dardant Laurence de son regard pâle. « Par contre, il faudra que tu passes devant ma secrétaire avec ton chemisier… si on peut encore appeler ça un chemisier. » Nouveau sourire narquois, suivi d’un regard en coin au fameux vêtement, dont il ne restait plus grand-chose : il avait subi la passion de Tray dans le feu de l’action. L’idée de Laurence quittant le bâtiment avec une chemise ouverte amusait le jeune homme au plus haut point, même si cela pourrait se retourner contre lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Do you think is was a mistake? | Tray Rannigan Ven 17 Sep 2010 - 2:43

Soupirant, Laurence ne put s’empêcher de rouler les yeux alors que Tray lui mentionnait que son bureau avait déjà vécu pire. Partagée entre l’envie de quitter discrètement le bureau, laissant le désordre dans les mains de Tray – ou bien encore de rester l’aider… Laurence perdit bien rapidement le fil de son idée alors qu’elle se crispa sous les baisers de l’avocat. Pourtant à chacun d’eux, Laurence serra les dents comme si le moment commençait à ne plus être celui des quelques instants auparavant. Oui ils s’étaient offerts l’un à l’autre – et elle dans une ode plus désespérée qu’autre chose passant pour l’ex-femme en manque d’affection – et pourtant elle savait qu’elle ne verrait plus Tray de la même manière. Simplement savoir qu’il en avait vu bien plus que tous les autres de ses collègues avait le simple fait de la gêner et presque de la rendre mal à l’aise. Combien de fois allait-il la faire enrager simplement en émettant des phrases lourdes de sous-entendus de leurs ébats? Quelque chose lui disait qu’elle n’avait pas fini d’en entendre parler. « Par contre, il faudra que tu passes devant ma secrétaire avec ton chemisier… si on peut encore appeler ça un chemisier. » Ses yeux suivirent le mouvement de Tray alors que les brides de souvenir lui revenaient en tête. Elle se rappela comment Tray lui avait retirer sa chemise violemment répandant au sol les petits boutons. Les joues virant au rose, Laurence tenta tant bien que mal de dissimuler sa nudité en passant un bras devant elle. Elle se releva d’un coup sec du sol s’approchant de sa chemise afin de constater les dégâts. S’imaginant déjà toute la honte qu’elle aurait au moment même où elle franchirait de nouveau la porte du bureau de Tray, Laurence entrepris de retrouver les morceaux de ses vêtements qui avaient été éparpillés un peu partout dans la pièce. Les dents serrées, elle enfila rapidement ses sous-vêtements à la hâte – finalement de retour à la réalité. Réalité où Tray était son rival, et sans contredis son collègue. Elle n’osait même pas lui jeter un coup d’œil se trouvant bien idiote d’être entrée dans son bureau les larmes aux yeux. Après tout, ça avait eu l’air d’une démarche pour elle d’avoir de l’attention et d’être rassurée. On pouvait dire que Tray n’avait pas fait les choses à moitié en matière de lui remonter le moral – et de lui changer les idées. Attachant les agrafes de son soutien gorge, Laurence croisa le regard de Tray. Elle sembla chercher quelque chose, mais surtout comprendre que pouvait être les répercussions sur leur relation professionnelle. Et dire qu’elle s’était toujours jurée de ne pas tomber dans les clichés – comme ceux qu’on voit dans les films. Bon dieu… elle aimait Jovan. À quoi elle jouait de se jeter dans les bras des autres? Le souvenir de Liam lui revit en tête et Laurence passa furieusement sa main dans ses cheveux convaincu qu’il n’y aurait pas grand chose à en tirer qui la rendrait présentable. Elle allait avoir la honte de sa vie. Un embarras qui, elle en était sure, ferait plaisir à Tray. Elle n’avait pas besoin de le regarder pour savoir quel sourire arrogant il devait tirer à se moment là. « Me regarde pas comme ça.. » ajouta-t-elle dans le silence qui les avaient envahis tous les deux alors qu’elle semblait se rhabiller à la vitesse de l’éclair. Le beau moment de passion était passé laissant place à son éternelle et caractéristique hystérie. Resserrant sa jupe sur le coté, elle referma la fermeture éclair avant de passer chacune des manches de sa chemise. Se fut lorsqu’elle eu rassembler ses vêtements qu’elle sembla mi- découragée mi- choquée de constater que malgré tous les efforts qu’Elle ferait les déductions des employés de Tray seraient assez claires. Elle se retourna vers Tray refermant chacun des pant de sa chemise. « Prête moi ta chemise. Je vais pas sortir comme ça! Tu ne tiens peut-être pas à ta réputation… mais moi si. » Une petite voix dans sa tête lui interpella que c’était une bien mauvaise idée que d’exiger quelque chose de Rannigan. Le connaissant, il allait plutôt se croiser les bras et regarder le spectacle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Do you think is was a mistake? | Tray Rannigan Jeu 30 Sep 2010 - 22:33





Tray ne mit que très peu de temps à comprendre que Laurence était déjà en train de virer à nouveau à son hystérie naturelle. Réprimant un soupir, il la laissa s’écarter de lui, conscient que ce moment magique avait désormais touché à sa fin. Il esquissa un sourire moqueur en voyant Laurence tenter de cacher sa nudité – comme s’il n’avait pas suffisamment eu le temps pour se rincer l’œil jusqu’à présent. « Tu n’as pas besoin de te cacher, je sais parfaitement à quoi ressemblent les ravissants atouts sous tes bras. » Il embrassa une nouvelle fois Laurence, visant cette fois-ci la joue de la jeune femme. Elle ne semblait nullement amusée et Tray se résigna donc à supporter son humeur massacrante, tentant tant bien que mal de ne pas se laisser influencer par celle-ci. Il avait passé une journée des plus calmes qui s’était terminée en beauté et ne désirait en aucun cas que tout vire au cauchemar. Lorsque Laurence se leva pour aller chercher ses sous-vêtements, Tray ne se gêna pas pour mater son corps parfait qui lui faisait bien plus d’effet qu’il ne l’aurait cru jusqu’à présent. Laurence était sublime, et il était chanceux d’avoir cette vue panoramique sur son corps dénudé. Il savait qu’elle n’appréciait pas qu’il la regarde ainsi, alors qu’elle était déjà plus que gênée, mais il ne s’en soucia guère : après tout, il n’y avait rien de nouveau dans le fait que Tray Rannigan aimait les femmes, en particulier pour leur corps. Un sourire des plus exquis et des plus agaçants se forma sur les lèvres de Tray, qui dévisageait Laurence, tout à son aise. Celle-ci, en revanche, était loin de partager son état. « Me regarde pas comme ça.. » Tray adressa un regard des plus innocents à Laurence, avant de détourner le regard de mauvaise grâce. Prenant conscience qu’il était encore nu, il chercha du regard son caleçon – bien qu’il ne fût en aucun cas gêné par sa nudité. Il repéra rapidement le vêtement et l’enfila, avant de reporter son attention sur Laurence qui était au bord de la crise d’angoisse. « Prête moi ta chemise. Je vais pas sortir comme ça! Tu ne tiens peut-être pas à ta réputation… mais moi si. » Tray arqua un sourcil. L’occasion était bien trop belle pour la laisser filer, il ne pouvait pas faire comme si de rien n’était, la tentation de se moquer de Laurence était bien trop forte, surtout maintenant que leur moment de magie s’était évaporé comme s’il n’avait jamais eu lieu. « En voilà une manière de demander quelque chose, Laurence ! » Il se leva et rejoignit la jeune femme dont le soutien-gorge n’était que peu caché par son chemisier en lambeaux. Il laissa traîner son regard quelques instants sur la jolie vue qu’offrait la poitrine de Laurence, avant de la fixer droit dans les yeux, sourire mesquin aux lèvres. Il n’était qu’à quelques centimètres d’elle, presque nu, conscient de l’effet qu’il lui faisait, même si elle ne l’avouerait jamais. Il approcha son visage du sien, comme s’il allait l’embrasser, mais au lieu de cela, lui murmura à l’oreille : « Dis-moi, ma belle… Qu’est-ce qu’on a fait de mal, au juste ? Qu’est-ce qu’il y a de punissable dans le fait qu’on ait pris un moment de plaisir tous les deux ? Rien qui justifie ton état, pas vrai ? Je sais que c’était exceptionnel comme situation, mais pas besoin d’en faire tout un plat… » Toujours muni de son rictus, il lui mordilla ensuite sensuellement le lobe de l’oreille. Il savait qu’elle n’apprécierait pas –bien que la sensation était plus qu’agréable– mais il prenait un plaisir fou à tourmenter Laurence, plus par égoïsme que par sadisme. Lorsqu’il recula de quelques centimètres, il remarqua néanmoins l’expression de la jeune femme, et comprit qu’elle était bien plus bouleversée qu’il ne l’aurait cru au premier abord. D’ordinaire indifférent et même du genre à s’en réjouir, Tray, sans savoir pourquoi, fut à nouveau parcouru d’un élan de compassion. « Bon, très bien, tu peux prendre ma chemise… » Le jeune homme soupira et partit chercher le vêtement en question sans même vérifier la réaction de Laurence. Il la rapporta aussitôt et aida la jeune femme à enfiler les manches, se plaçant derrière elle et laissant traîner ses mains sur le dos de Laurence. Bon sang, elle lui faisait un de ces effets…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Do you think is was a mistake? | Tray Rannigan Mar 12 Oct 2010 - 21:48

Supportant le regard de Tray, Laurence resta immobile alors qu’elle attendait qu’il accepte de lui prêter sa chemise. Elle avait littéralement gâché la beauté du moment par une réaction démesurée face aux événements mais elle avait du mal à se convaincre que les choses resteraient comme avant. Et elle avait tellement de choses à réparer dans sa propre vie privée qu’elle voyait cette aventure comme quelque chose de négatif. Il ne fallait pas se berner, Tray était loin d’être un homme respectable à tous les niveaux usant d’abord et avant tout de son charme comme une arme afin d’user de moyens peut conventionnels pour obtenir tout ce qu’il voulait. Elle avait un énorme respect pour le travail qu’il faisait comme avocat, mais elle était dérangée par la mince ligne qu’ils avaient franchie en se permettant de s’offrir l’un à l’autre. Sans oublier qu’elle était supposée être rongée par le chagrin après avoir laisser Jovan aussi, froidement. Laurence ce mordilla les lèvres alors que Tray ce mit à lui murmurer dans l’oreille. Son souffle sur son oreille lui provoqua des frissons qui parcoururent son cou et ses bras alors que Laurence préférait le nier que de l’avouer. Une question de principe. « Dis-moi, ma belle… Qu’est-ce qu’on a fait de mal, au juste ? Qu’est-ce qu’il y a de punissable dans le fait qu’on ait pris un moment de plaisir tous les deux ? Rien qui justifie ton état, pas vrai ? Je sais que c’était exceptionnel comme situation, mais pas besoin d’en faire tout un plat… » Si Laurence sembla déranger par ses questions, elle le fut encore plus lorsqu’il s’approcha d’elle à quelques centimètres. La gorge serrée alors qu’elle se demandait ce qu’elle voulait faire entre rester immobile devant lui sans bouger – ou encore de fuir en courant. Ses lèvres se sellèrent alors que Tray sembla pousser la provocation un peu plus loin en lui mordillant le lobe d’oreille. Profitant malgré elle de ses quelques secondes, elle attendit qu’il s’arrête avant d’effectuer un pas en arrière, troublée. « Bon, très bien, tu peux prendre ma chemise… » Laurence sembla soudainement respirer comme s’elle avait retenue son souffle de crainte de se laisser de nouveau aller. « C’est ma faute, Rannigan. » souffla-t-elle alors qu’il allait chercher le vêtement au sol. Elle porta les mains à sa chemise brisée qu’elle enleva timidement, dos à Tray. « J’ai l’impression d’avoir trahi Jovan deux fois plutôt qu’une. » avoua-t-elle comme si cette simple affirmation pouvait justifier en entier sa réaction. Après tout, peut-être qu’au fond c’était exactement ce qu’elle avait recherché en franchissant les portes du bureau de l’avocat. Il y avait des tas d’endroits et de personnes à qui elle aurait pu parler après avoir commis cette erreur et finalement elle était atterrie dans le bureau de Tray Rannigan. Pire, elle avait atterrit sur son bureau. Elle s’arrêta de parler, considérant que ses explications étaient si peu importantes – spécialement pour Tray qui en avait rien à faire de ses histoires. La présence du jeune homme se fit sentir dans son dos alors qu’il lui laissa enfiler sa chemise beaucoup trop longue et grande pour elle. Ses doigts s’attardèrent à attacher les boutons alors qu’elle laissait Tray parcourir ses mains sur ses bras. Laurence ne pouvait pas se nier qu’il lui faisait de l’effet – et qu’il le lui en avait fait – mais lors qu’elle eu terminée d’attacher la chemise elle se retourna doucement vers celui-ci. « Je dois partir… » Trois mots énoncés comme s’elle aurait voulu qu’il la retienne. Pourtant ce n’était pas le cas, tout ce qu’elle souhaitait c’était d’être seule afin de pouvoir tout démêler dans son esprit. La compagnie de Tray n’avait rien pour lui faire avoir les idées claires – au contraire il ne faisait qu’embrouiller les choses davantage. « Merci Tray. » murmura-t-elle avant de se mettre sur la pointe des pieds et de déposer un baiser sur sa joue. Elle n’avait plus rien d’autre à ajouter. Elle enfila son veston par-dessus la chemise de Tray et cacha la sienne dans sa mallette. Sans un dernier regard, Laurence empoigna sa mallette et sortie du bureau de Rannigan non sans avoir échapper un léger soupir lorsqu’elle fut seule dans le couloir. Elle allait devoir à partir de maintenant agir comme si rien n’était arrivée, et Rannigan n’allait pas lui rendre la tâche facile.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Do you think is was a mistake? | Tray Rannigan

Revenir en haut Aller en bas
 

Do you think is was a mistake? | Tray Rannigan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Lieux divers-