AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 (1590) birthday sex

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: (1590) birthday sex Mar 17 Aoû 2010 - 1:32



« birthday sex »
bonnie whealer & caleb varnham.

05 Juillet. Dans la nuit. Il avait passé une journée épuisante, notamment par la préparation de la fête qu'avait organisée sa petite amie, mais surtout il avait passé une soirée plus qu'éprouvante par l'intrusion de son frère et ses remarques plus qu'agaçantes. D'ailleurs, cette fatigante entrevue avait été pleines d'émotions. Caleb avait décidé de ne rien dire à Bonnie, de garder le secret de la venue de Stefan, car il savait que cela gâcherait sa fête et surtout que ça l'inquièterait. Malgré tout, il avait préparé quelque chose à Bonnie, même s'il n'était pas sûr de sa réaction. Cela ne lui ressemblait pas, mais il voulait lui montrer qu'il pouvait changer et surtout il essayait de bien se faire voir depuis qu'ils avaient eu Maggie. Il ne voulait pas que son passé tumultueux soit une barrière entre lui et sa famille et surtout il ne voulait pas que l'arrivée de son frère ne le soit non plus. Il attendit que la fête finisse de battre son plein, les premiers rayons du soleil avait fait leurs apparitions. Il voyait bien que Bonnie était complètement fatiguée, mais elle était tout aussi euphorique. Elle rigolait souvent pour rien, elle n'était pas saoule non, mais seulement totalement épuisée. Alors qu'il ne restaient que les amis proches en fin de nuit, ils partaient les uns après les autres, ainsi que Bonnie, Caleb et Maggie qui avait passé tout la soirée et la nuit quasiment à dormir. Qu'est-ce qu'il n'aurait pas donné pour faire de même. Il n'avait pas réellement passé la soirée à s'amuser. Gardant la petite, il avait aussi préféré s'isoler, il n'appréciait pas vraiment ce genre de fête, il avait simplement suivit Bonnie dans son engouement pour cette fête mais Bonnie ne s'était pas imaginé, quand le matin même, Caleb lui avait souhaité un bon anniversaire alors qu'elle avalait son café tout en s'habillant rapidement qu'il avait préparé quelque chose pour la fin de la fête. Lorsque la voiture s'arrêta dans l'allée de la maison, Caleb descendit assez frustré depuis que ce n'est plus lui qui conduit lorsqu'il est avec Bonnie, à cause de sa jambe. Il n'appréciait pas la conduite trop lente de Bonnie mais ça allait tout de suite mieux quand il descendit de la voiture. Il partit en vitesse vers la maison, laissant Bonnie et Maggie derrière lui, ne se souciant pas des remarques de Bonnie. Il entra dans la maison aussi rapidement que possible et se dirigea vers la porte intérieur du garage. Il y entra et referma la porte derrière lui, pour que rien n'en sorte ou n'y rentre. Il resta un moment dans le garage avant d'y ressortir avec une boite de taille moyenne mais difficile à porte avec un seul bras de libre - l'autre était pris par la béquille - et surtout que cette boite n'était pas stable. Il entendit du bruit à l'étage, concluant que Bonnie était monté pour coucher Maggie dans son lit. Pour sa part il alla dans le salon, déposa la boite trouée mais fermée d'un scotch. Il fit un tour dans la cuisine et fouilla dans les tiroirs pour y sortir des bougies. Son cœur battait beaucoup plus rapidement qu'à son habitude, il n'avait jamais fait ce genre de chose et le fait d'imaginer qu'il pouvait le faire mal ou encore qu'elle ne serait pas ravie le mettait dans tous ses états mais finalement, il pensait surtout à la récompense qu'il pouvait espérer si Bonnie était contente de sa surprise. Il passa par le frigidaire pour attraper une bouteille de champagne et prit deux flutes dans le placard. Il retourna dans le salon tout en entendant les bruits de pas de Bonnie dans les escaliers. « Caleb ?! » appela-t-elle, alors qu'elle devait sûrement se demander ce qui le retenait dans le salon. Caleb installa rapidement les bougies qu'il alluma aussi rapidement, faillit faire tomber quelques vases, et se précipita devant la porte du salon que Bonnie arriva en même temps que lui. Essoufflé devant lui, il put percevoir l'expression interrogatrice sur le visage de Bonnie qui se mit sur la pointe de ses pieds pour voir ce que Caleb cachait. Il n'était même pas sûr de vouloir lui montrer ce qu'il avait fait. Il tenait la bouteille de champagne et les flutes cachées dans son dos. Ce n'était vraiment rien et pourtant il avait peur que ça ne soit trop, surtout pour un homme dans son genre. Une grimace s'installa sur son visage alors qu'elle s'impatientait. « Qu'est-ce que tu caches? » demanda-t-elle. Caleb prit une grande inspiration avant de se déplacer pour laisser Bonnie passer. Il ne put voir sa réaction alors qu'il était dos à elle et sa grimace n'avait pas disparut. Il se sentait encore aussi gêné, il n'était pas soulagé du tout qu'elle ait enfin vu ce qu'il lui avait préparé. Il laissa passer quelques secondes avant d'essayer de déboucher la bouteille de champagne maladroitement et le petit bruit de dégagement de gaz attira l'attention de Bonnie. Caleb évita de la regarder et préféra regarder les deux flutes qu'il versa tout aussi maladroitement, laissant tombés quelques goutes autour, sur le sol. Il prit une grande inspiration à nouveau puis reprit ses esprits, il ne voyait pas ce qui le mettait dans un état pareil. Peut-être était-ce le fait que ces derniers temps il avait parfois eu peur de la perte, avec l'histoire Pride et l'histoire Rafael. Il releva la tête plus sûr de lui qu'il y a quelques secondes et lui tendit une flûte. « J'espère que ce ne sera pas celle de trop. » dit-il d'une voix grave mais avec un léger sourire en coin. En fait, il aurait bien voulu que cette flûte soit celle qui la mettrait dans son lit - ou plus précisément dans leur lit, ce qui avait été de plus en plus rare avec la grossesse, l'accouchement et le train train quotidien, cela faisait longtemps qu'ils ne s'étaient pas retrouvés ainsi. Les deux canadiens portèrent leurs flutes à leurs lèvres lorsqu'ils entendirent un bruit en direction de la boite qu'il avait apporté du garage, comme un gémissement. Caleb fit un léger rictus puis se dirigea vers la boite. Il posa sa flute, prit la boite et l'apporta à Bonnie. Il ouvrit celle-ci difficilement devant les yeux de Bonnie quand il vit sortir une petite tête blanche de la boite. Une petite boule de poil qui s'était jetée sur Bonnie, comme si elle avait été sa maitresse toute sa vie. « Encore joyeux anniversaire! » dit-il accompagné d'un léger rire à la vue de la réaction de sa petite amie.
Revenir en haut Aller en bas
Nora Golightly
she is like a cat in the dark.
avatar

♦ Posts : 9485
Multinicks : roxcy, ridley, ronan.
♦ Credits : el boo boo (max), tumblr.

Status : divorced, single.
Address : n°5600, parkside street.
Job/Studies : works as Nyle's secretary, former fashion journalist.
Quote : "I'm not grumpy in the morning, I'm just very selective with my kindness."
Activité(s) de quartier : pilates.


HALL OF FAME
To Do List: go for a walk with Bandit, check emails, go out with some friends, call the big bro, buy a new white cane, curse Siri for being useless.
Contact List:
RP status: off ( ●●●● ) - cullen, alicia, nelson, matt.

Message(#) Sujet: Re: (1590) birthday sex Sam 21 Aoû 2010 - 21:38

Les jours qui avaient précédés son anniversaire furent intenses mais surtout fatiguant. Traiteur de carrière, elle avait pu s’assurer d’avoir un bon buffet et tout ceci pour pas grand-chose niveau finance ; un souci en moins. Heureusement elle avait eu l’aide de Presley, fêtant aussi un an de plus le même jour qu’elle. Au final, le jour J où tout allait se dérouler, Bonnie s’était réveillée stressée et impatiente. Elle espérait sincèrement que la soirée serait un succès sur tous les points. Tout comme son amie Presley, elle fut contente de voir que plusieurs des habitants d’Ocean Grove avaient répondu présents, qu’ils soient proches ou non des deux organisatrices. En d’autres termes, Bonnie avait passé un agréable en compagnie de ses amis et ses voisins. Avec beaucoup de bonté, Caleb avait fait le nécessaire pour qu’elle puisse s’amuser sans se soucier de grand-chose, ayant fait pas mal. Il s’était donc occupé de leur fille, Maggie, pendant que Bonnie profitait enfin un peu. Depuis l’accouchement, elle n’avait clairement plus de temps pour elle. Elle savait que sa vie changerait énormément avec un bébé dans sa vie mais elle fut tout de même obligée de constater que c’était bien plus prenant que ce qu’elle avait imaginé quelques mois plus tôt. Maggie pouvait se montrer vraiment très capricieuse et elle devait alors veiller jusqu’à pas d’heure la nuit pour qu’elle se calme. C’était évidemment les inconvénients d’être parent mais ce n’était pas comparable au plaisir qu’elle éprouvait à chaque fois qu’elle se persuadait que Maggie venait de faire quelque chose d’inédit. Même si elle n’a jamais éprouvé un réel attachement aux enfants, elle était totalement gaga de sa petite princesse sans pourtant oublier d’avoir une petite pensée pour l’autre enfant qui n’avait pas eu le temps de grandir en elle. La fête se termina bien tard, ou tôt selon les points de vue. Bonnie tombait de fatigue et rêvait déjà d’apprécier le confort de son lit. Pourtant elle dût se faire violence pour se tenir éveillée alors qu’elle conduisait, Caleb étant encore trop fragile à la jambe depuis… Quoiqu’il en soit, ils finirent par arriver dans l’allée sur Lemon Street et Bonnie n’eut pas le temps de poser un premier pied au sol qu’elle remarqua que Caleb fonçait déjà chez eux. Arquant un sourcil d’étonnement et tout autant intriguée, elle lança quelques remarques mais son compagnon avait déjà disparu. Elle soupira puis attrapa la petite qui était endormie et ce n’était pas le moment de la réveiller par accident. Arrivée chez elle, elle poussa la porte et se dirigea directement vers les escaliers la menant vers l’étage supérieur. Elle coucha alors Maggie dans son petit lit et lui embrassa le front avant de quitter la pièce discrètement. Ses pensées se fixèrent alors sur Caleb, il ne se trouvait ni dans la chambre ni dans la salle-de-bain. Son comportement soudainement inexplicable était louche mais elle l’avait trouvé plus ou moins bizarre durant la soirée. Elle ignorait pourquoi mais ne lui avait pas pour autant posé de questions. Tout comme elle n’avait fait aucune remarque sur un cadeau manquant : le sien. Il lui avait souhaité énormément de fois « bon anniversaire » et on dit que c’est l’intention qui compte mais Bonnie étant une femme avant tout, elle aurait apprécié un petit présent. Surtout lorsque l’on note que son ex s’était permis de lui en faire un alors qu’elle ne s’y était pas attendu. Là n’était pourtant pas le problème…ou peut-être que si. Elle secoua légèrement la tête, elle était si fatiguée. Elle décida de voir ce que Caleb pouvait bien trafiquer, elle descendit les escaliers. « Caleb ?! » lança-t-elle sans crier, de peur de réveiller Maggie. Le pied sur la terre ferme, elle eut un léger sursaut en voyant Caleb se mettre subitement devant elle. De plus en plus étrange. « Qu'est-ce que tu caches? » demanda-t-elle avec une impatience à peine feintée. Sa curiosité était titillée. Curiosité satisfaite lorsqu’il se poussa enfin et qu’elle put voir ce qu’il mijotait. Elle fut alors éblouie par quelques petites lumières, disposées ici et là. Un fin sourire illumina son visage fatigué et se retourna vivement vers Caleb en l’entendant ouvrir une bouteille. Son sourire s’accentua, cela ne ressemblait tellement pas à Caleb dans le fond. Lui qui n’est pas si romantique, voilà qu’il avait éparpillé des bougies un peu partout et qu’il avait dans ses mains une bouteille de champagne avec deux flutes. C’était adorable. Il était maladroit, il n’était pas habitué ou bien il se trouvait être stressé, voire les deux. « J'espère que ce ne sera pas celle de trop. » Elle se pinça la lèvre, le visage souriant et porta la flute à ses lèvres. Elle fut néanmoins surprise en pensant entendre un bruit bizarre vers une boite qu’elle n’avait pas remarqué avant cela. Caleb se dirigea vers elle et revint auprès de Bonnie avec. Qu’était-ce donc encore ? Il ouvrit alors la boîte et là, émerveillée, elle vit une petite tête en sortir. « Oh ! » s’exclama-t-elle en attrapant le chiot dans ses bras. Ce dernier lui manifesta son enthousiasme en essayant de lui lécher le menton. « Il est magnifique ! » Un bref rire amusé sortit de sa bouche, le chiot gesticulait dans tous les sens. Son attention se détacha finalement de l’animal pour se reporter sur Caleb. Elle posa la petite bête au sol et se rapprocha ainsi de son compagnon, lui déposant un baiser sur les lèvres. « Merci, merci pour tout. » Elle ne le remerciait pas seulement pour ce cadeau inattendu ou l’attention particulièrement romantique qu’il venait d’avoir, elle le remerciait pour être là, pour être lui. Elle redéposa ses lèvres sur les siennes, entourant son cou à l’aide de ses bras. Elle avait l’impression que cela faisait une éternité qu’ils ne s’étaient pas retrouvés tous les deux, comme avant. « Tu m’as manqué » souffla-t-elle entre ses lèvres avec beaucoup d’amour.

_________________

it's only love, it's only pain.
it's only fear that runs through
my veins. it's all the things you
can't explain that make us human.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t13627-in-the-middle-of-nowhere http://www.filthy-secret.com/t13655-lying-on-my-back-watching-stars-collide http://www.filthy-secret.com/t13855-journal-de-bord-de-nora-golightly http://www.filthy-secret.com/t13768-ch-n5600-parkside-street-famille-golightly
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (1590) birthday sex Mer 25 Aoû 2010 - 2:07



Caleb affichait un sourire sincère. Cela lui faisait quelque chose d'étonnant de se retrouver seul à seule avec Bonnie. Cela avait été rare et son cœur s'était resserré quand il avait vu la réaction de celle-ci en voyant le petit chiot. Il avait souvent parler d'avoir un chien avec elle, surtout quand Glutton faisait son apparition en compagnie de Rhys. Celui-ci les avait aussi poussé à prendre un chien, ou plutôt une chienne, pour assouvir les envies de mâles de celui-ci. C'était pour ça qu'il avait choisit de prendre une femelle, de ce fait, il faisait d'une pierre deux coups et surtout, ce serait marrant d'observer la nature suivre son cours entre leur chienne et Glutton. Caleb observa d'ailleurs celle-ci s'en aller et faire le tour du salon alors que Bonnie s'approchait, elle, de lui. Il apprécia le baiser qu'elle déposa sur ses lèvres et se dit que ce ne serait pas le dernier. Au fond de lui, il était complètement excité à l'idée de lui sauter dessus, il y avait un feux d'artifice dans une partie de son cœur et de son corps, mais à l'extérieur il restait totalement impassible, seul son léger sourire laissait apparaître qu'il appréciait le moment. « Merci, merci pour tout. » Caleb fit un signe positif. Comme si ces remerciements étaient de trop et qu'elle n'avait pas besoin de le remercier, parce qu'au fond il appréciait de faire ça pour elle. « Mais je t'en prie. » dit-il d'une voix roque et sérieuse. Même s'il avait fait des efforts sur-humain pour surpasser son machisme et organiser tout ça, il espérait au finale avoir sa petite récompense. Puis à nouveau, Bonnie déposa ses lèvres sur les siennes, entourant son cou de ses bras, quant à lui il déposa ses mains sur ses hanches. Il la fit balancer une fois de gauche à droite pour mettre de l'ambiance dans leur baiser et se laissa faire pour l'instant. « Tu m’as manqué. » Caleb eu un petit sourire en coin. Si elle aussi avait sentit qu'ils s'étaient perdus de vue depuis un moment, pourquoi ne pas en jouer ? Caleb savait qu'il fallait jouer avec Bonnie pour qu'elle apprécie entièrement le moment, et ne pas l'allonger sur le lit et lui demander de faire l'étoile de mer jusqu'à ce qu'il ait fini son boulot. Il décida d'opter pour le jeu que pour un 'pseudo viol'. « Oh, vraiment ? J'avais l'impression que tu pourrais te passer de moi plus longtemps encore. Par quoi remplaces-tu mes câlins ? Des gâteaux au chocolat ? » dit-il sur un ton taquin tout en touchant le ventre de Bonnie légèrement arrondie depuis l'accouchement. Il n'avait rien contre ça, au contraire il trouvait que ça changeait de ses habitudes, il appréciait réellement alors qu'il savait que Bonnie faisait un complexe énorme sur les kilos qu'elle n'avait toujours pas réussit à perdre, ce qui était normal pour une femme qui venait d'avoir un enfant. Bonnie fronça les sourcils à l'intention de Caleb, affichant une moue vexée, mais il lui avait dit des centaines de fois qu'il appréciait ses rondeurs maternelles. Après que Bonnie montre son mécontentement, Caleb s'excusa. « Je plaisante. » souffla-t-il, soumis. Caleb déposa à son tour un baiser sur les lèvres de sa bien aimée. Il déposa quelques baisers sur le chemin pour aller jusqu'à son cou et en profita pour respirer le parfum de la jeune mère de son enfant. Il ferma les yeux, appréciant le moment présent, puis se redressa quand il sentit quelque chose lui toucher le pied. Le petit chiot n'appréciait guère les câlins que son maitre faisait à sa maitresse apparemment - ou le contraire, car il était en train de tirer son pantalon. Caleb fut surpris, il lança un regard à Bonnie, qui fut aussi surpris que lui. Il se dégagea de Bonnie et prit la chienne dans ses mains. Il ne voulait pas que son projet tombe à l'eau à cause d'une maudite boule de poils et décida de la ramener d'où elle venait. « Donne moi une minute. » prévint-il. Il alla dans le garage et déposa le chiot, referma la porte avant que celui-ci ne revienne. Il prit une grande respiration de soulagement et se dit que finalement ce ne serait pas si facile de vivre avec cette petite chose. Il n'avait jamais vraiment apprécier les animaux, mais en même temps il y avait beaucoup de choses qu'il n'avait jamais fait avant d'arriver ici et qu'il avait essayer. Revenu dans le salon, il put voir que Bonnie s'était installée sur le canapé, sa flûte de champagne à la main. Il prit la sienne sur son passage et but une gorgée fraiche avant de s'assoir près de sa petite amie. Il s'approcha pour déposer un baiser sur le cou de la jeune femme avant de nouveau prendre un gorgée de sa boisson. Il déposa sa flûte sur la petite table basse et s'approcha un peu plus de sa petite amie, il déposa une main sur la cuisse de celle-ci et s'allongea un peu plus pour atteindre son visage. Il resta quelques secondes près de celui-ci, à respirer son air chaud, avant de poser ses lèvres sur les siennes, sa main vint se déplacer délicatement vers son genoux pour se faufiler sous la robe de celle-ci alors qu'il continuait de l'embrasser langoureusement. Alors qu'il allait soulever sa robe, afin de continuer sur sa lancée, il sentit la main de sa copine se poser sur son torse et le pousser légèrement. « Caleb... » le concerné fronça les sourcils. La frénésie avait commencé à l'emporter et le repousser ainsi le rendrait fou. Il regarda autour de lui et reporta son attention sur elle. « Que se passe-t-il ? Tu as besoin d'un oreiller ? De musique ? D'un peu plus de champagne ? Tu es allongée sur un jouet de Maggie ? » enchaina-t-il intrigué et surtout frustré. Le signe négatif de Bonnie de la tête poussa Caleb et son appétit d'ogre à s'approcher de nouveau d'elle et à déposer des baisers sur son cou. La jeune femme se laissait faire mais Caleb sentait bien qu'elle n'était pas aussi enjouée que lui.
Revenir en haut Aller en bas
Nora Golightly
she is like a cat in the dark.
avatar

♦ Posts : 9485
Multinicks : roxcy, ridley, ronan.
♦ Credits : el boo boo (max), tumblr.

Status : divorced, single.
Address : n°5600, parkside street.
Job/Studies : works as Nyle's secretary, former fashion journalist.
Quote : "I'm not grumpy in the morning, I'm just very selective with my kindness."
Activité(s) de quartier : pilates.


HALL OF FAME
To Do List: go for a walk with Bandit, check emails, go out with some friends, call the big bro, buy a new white cane, curse Siri for being useless.
Contact List:
RP status: off ( ●●●● ) - cullen, alicia, nelson, matt.

Message(#) Sujet: Re: (1590) birthday sex Dim 5 Sep 2010 - 19:42

« Oh, vraiment ? J'avais l'impression que tu pourrais te passer de moi plus longtemps encore. Par quoi remplaces-tu mes câlins ? Des gâteaux au chocolat ? » Si une autre personne que Caleb aurait fait un sous-entendu de ce genre, Bonnie l’aurait très certainement mal pris. Peut-être ne l’aurait-elle pas montré, elle l’aurait gardé pour elle mais elle se contenta pour le moment de froncer les sourcils. Sa fausse mine boudeuse montrait parfaitement que ce n’était pas le sujet à aborder. Même si Caleb pouvait apprécier les courbes de Bonnie, cette dernière s’efforçait encore d’éliminer toute trace d’une grossesse. « Je plaisante. » Le visage de la jeune femme se détendit en un fin sourire et se laissa volontiers embrasser par son compagnon. Ce genre de moment de tendresse n’était plus si régulier depuis que la petite était là, cela ne pouvait faire que du bien que de se retrouver en tête à tête, elle en avait grand besoin. Ses bras toujours autour de son cou, son sourire s’accentua au fil des baisers mais ce doux instant fut interrompu par les caprices du chiot. Bonnie baissa les yeux vers la boule de poil, arquant un sourcil. Caleb se chargea alors de prendre le chiot et de l’enfermer dans le garage pour qu’ils soient tranquilles. Bonnie en profita pour rejoindre le canapé, sa coupe champagne entre ses doigts. Caleb revint quelques secondes après et prit place lui aussi sur le canapé, ses lèvres s’égarant rapidement dans le cou de Bonnie. Elle apporta sa coupe à ses lèvres et déposa la coupe sur la table basse, elle avait assez bu ce soir et elle tombait assez de fatigue comme ça. Elle passa une main dans ses cheveux, fermant les yeux mais les rouvrit tout aussi vite en sentant la main de Caleb sur sa cuisse et sa présence se faire plus proche d’elle. Elle n’était pas stupide, tout ce petit manège mis en place par lui n’était pas sans sous-entendre ce qu’il voulait. Elle ne le repoussa pas pour autant et profita du baiser mais sa main se fit plus insistante au niveau de sa robe. Même si elle avait tout autant envie que lui, elle n’était pas certaine qu’il avait choisi le bon moment. Posant une main sur son torse, elle fit pression pour qu’il comprenne d’y aller plus doucement. « Caleb… » souffla-t-elle mais sans succès puis il s’arrêta. « Que se passe-t-il ? Tu as besoin d'un oreiller ? De musique ? D'un peu plus de champagne ? Tu es allongée sur un jouet de Maggie ? » Gênée, elle se pinça la lèvre et hocha négativement de la tête. Caleb n’attendit pas plus longtemps pour reprendre là où il en était resté. Bonnie baissa alors les bras pour le moment, elle aurait très sincèrement eu envie d’avoir autant d’enthousiasme mais si elle laissait ses yeux se fermer trop longtemps, elle ne répondrait plus à rien. Elle lui rendit pourtant ses baisers, elle ne pouvait nier le bien que ce rapprochement pouvait lui faire mais visiblement ce n’était pas suffisant pour la tenir éveillée. Elle craignait de le vexer si elle le repousser une nouvelle fois, elle le connaissait parfaitement. Il aurait beau dire qu’il ne le prenait pas mal, elle serait convaincue du contraire ; il cachait mal sa frustration habituellement. S’allongeant progressivement dans la longueur du canapé, elle entoura les hanches de Caleb de ses jambes et ils continuèrent d’échanger des baisers langoureux. C’est alors que la température grimpa de nouveau lorsque Caleb retira son haut et balança le vêtement au sol, ses mains remontèrent le long des cuisses de la canadienne. Cette dernière commença à s’angoisser. Il recommença ses baisers dans le cou et Bonnie l’entoura de ses bras avec beaucoup moins de conviction. Déciderait-elle d’être honnête et lui dire qu’elle n’était pas d’humeur ce soir ou jouerait-elle le jeu pour faire plaisir à son homme ? La réponse qu’elle attendait vint avec un bâillement qu’elle étouffa avec l’une de ses mains. Elle tenta d’écarquiller les yeux pour éviter qu’ils ne se ferment tout seul. « Cal'… » lança-t-elle soudainement. Un bruit à peine audible sortit de la bouche du concerné mais il continuait toujours à la câliner. A l’aide de ses mains, elle les posa sur les épaules musclées de son homme et fit de nouveau pression. « Chéri, s’il te plait. Pas ce soir ! » s’exclama-t-elle avec plus de vivacité en espérant qu’il comprendrait. Elle imaginait déjà la suite en le voyant s'emporter, sa mine boudeuse sur le visage parce qu’il n’aurait pas eu ce qu’il voulait. Bonnie préférait agir égoïstement. Ce n’était pas lui qui déciderait ce soir, mais elle.

_________________

it's only love, it's only pain.
it's only fear that runs through
my veins. it's all the things you
can't explain that make us human.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t13627-in-the-middle-of-nowhere http://www.filthy-secret.com/t13655-lying-on-my-back-watching-stars-collide http://www.filthy-secret.com/t13855-journal-de-bord-de-nora-golightly http://www.filthy-secret.com/t13768-ch-n5600-parkside-street-famille-golightly
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (1590) birthday sex Dim 12 Sep 2010 - 17:49



Au fond de lui, Caleb voyait bien que Bonnie n’était pas aussi enthousiaste que lui, mais finalement il se disait que peut-être au bout d’un moment elle répondrait à ses avances, en tout cas il l’espérait. Ce n’était pas à son habitude d’insister comme ça, il n’était pas sans cesse en chaleur ou en demande d’affection, mais il avait bien réfléchis et il préférait insister un peu que d’aller voir ailleurs pour assouvir ses envies de mâle. Puis d’un autre côté, ce n’était pas le genre de Bonnie de refuser un câlin, d’habitude au contraire, c’était plutôt elle qui faisait les premiers pas – et son petit ami finissait en beauté, évidemment, il ne refusait jamais. Néanmoins il ne se posa pas de questions, il continua de déposer des baisers un peu partout sur sa petite amie et vu que celle-ci répondait tant bien que mal à ces baisers, il n’avait pas de raisons d’arrêter et ce qui s’en suivit le confirma. Il sentit les jambes de Bonnie se placer autour de ses hanches ce qui accentua davantage l’excitation masculine qui avait prit possession de son corps. Caleb se redressa alors et déboutonna rapidement sa chemise sans faire attention ce qui valut à certains des boutons de voler à travers la salle. Il jeta celle-ci au sol et se pencha à nouveau sur Bonnie. Il caressa délicatement les cuisses de celle-ci et remonta encore un peu plus sa jolie robe qui allait bientôt voler. Le corps de Caleb se plaqua contre celui-ci de Bonnie et de nouveau il déposa des baisers sur le cou de la jeune femme mais il fut très vite stoppé dans son élan. « Cal'… » Caleb ne fit pas réellement attention à Bonnie. Il répondit par un léger bruit mais continuait de déposer des baisers en descendant légèrement vers la poitrine de celle-ci. Il fut de nouveau stoppé. « Chéri, s’il te plait. Pas ce soir ! » Caleb se redressa soudainement au ton qu’elle avait adopté. Elle ne voulait vraiment rien ce soir. Il fronça les sourcils, il se sentait rejeté, soudain sa gorge se resserra. C’est comme si l’on enlevait le pain de la bouche d’un pauvre. Fixant Bonnie sérieusement il se leva violemment – sans pour autant être violent avec Bonnie, s’asseyant à côté d’elle. Il se tourna alors vers elle. « Comment ça pas ce soir ? Quel soir alors ? » grogna-t-il en affichant une moue boudeuse. Ce n’était pas seulement une petite colère. Il était vraiment en colère. Après la soirée qu’il avait passé en compagnie de Stefan, l’histoire avec Pride, l’histoire avec Rafael. Tout ça se rapportait à Bonnie et il avait l’impression qu’elle lui échappait complètement. Avec son boulot, la petite Maggie. Ils ne se voyaient que rarement et lorsqu’ils se voyaient ils étaient complètement épuisés comme ce soir. Bien sûr que Caleb était fatigué au point qu’il ne savait même pas s’il serait compétant, mais l’envie qu’il avait eu de satisfaire Bonnie et de se satisfaire lui-même ce soir-là était à cause du fait qu’il avait gambergé toute la soirée, sur ce que lui avait Stefan, sur ce que lui avait dit Rafael et surtout lui. Il ne voulait pas passer pour le bon petit-copain toutou. Il voulait se prouver à lui-même qu’il gardait toujours les choses en mains, qu’il contrôlait toujours son histoire avec Bonnie, qu'il était toujours un homme un vrai et puis c'est tout, mais finalement ça n’avait pas l’air d’être le cas. Il était furieux et puis c’est tout. Bonnie ouvrit la bouche pour le calmer mais celui-ci se leva aussitôt et lui coupa la parole. « Laisse tomber, on est tous les deux fatigués, comme tous les soirs. » dit-il sèchement. Il se baissa et attrapa sa chemise, l’enfila sans la fermer. Il avait toujours le visage froissé de colère. Il se maudissait et il maudissait Bonnie. Au fond de lui, il se disait que ce n’était pas de sa faute mais son machisme et son appétit masculin prenait le dessus sur toutes les bonnes choses qu’il pensait de tous les deux ensembles. « De toute manière je ne suis que Caleb le bon toutou de Bonnie. Elle décide et j’obéis comme un chien. Pas mal le parallèle avec ce que je viens de t’offrir. » Finit-il ironiquement mais toujours sur un ton froid. Il ne la regardait même pas. Il était en train d’essayer de reboutonner sa chemise mais il était tellement aveuglé par la colère que ce n’était pas possible. Il s'énerva et lâcha un grognement puis abandonna l'idée de reboutonner sa chemise. Il avait souvent eu honte devant ses amis comme Rhys qui étaient toujours célibataires et libres de faire ce qu’ils voulaient. Puis finalement il se disait qu’être en couple avait ses avantages, même si souvent ça n’avait que des inconvénients comme ce soir. En ce moment même il n’y avait que des idées noires qui traversaient l’esprit de Caleb. Il ne savait pas ce qu’il disait et ne pesait pas ses mots. Il savait que Bonnie allait répliquer, qu’elle n’allait pas le laisser s’en tirer à dire de telles conneries, c’était bien ça qui rendait leurs disputes explosives, tous les deux avaient un très fort caractère. Personne ne voulait admettre qu’il avait tort c’est pour ça que Caleb continua sur sa lancée sans faire attention à Bonnie. « Je comprends maintenant pourquoi les hommes trompent leurs femmes, c’est parce qu’elles sont incapables de leur donner ce qu’ils désirent. » Il avait dit ça tout en remplissant sa flûte de Champagne et tout en continuant de snober Bonnie, sans la regarder. Il avala sa flute d’une traite. Ce n’est qu’après avoir tout déballer qu’il se rendit compte que c’était une très mauvaise erreur de ramener ce sujet sur le tapis. Cela pouvait ramener d’autres sujets sur le tapis tels que Tammy et de nouveau ce serait Caleb qui serait dans de beaux draps. Il fallait à présent attendre la réaction de la canadienne.

Revenir en haut Aller en bas
Nora Golightly
she is like a cat in the dark.
avatar

♦ Posts : 9485
Multinicks : roxcy, ridley, ronan.
♦ Credits : el boo boo (max), tumblr.

Status : divorced, single.
Address : n°5600, parkside street.
Job/Studies : works as Nyle's secretary, former fashion journalist.
Quote : "I'm not grumpy in the morning, I'm just very selective with my kindness."
Activité(s) de quartier : pilates.


HALL OF FAME
To Do List: go for a walk with Bandit, check emails, go out with some friends, call the big bro, buy a new white cane, curse Siri for being useless.
Contact List:
RP status: off ( ●●●● ) - cullen, alicia, nelson, matt.

Message(#) Sujet: Re: (1590) birthday sex Dim 19 Sep 2010 - 15:27

La réaction de Caleb ne se fit pas attendre et comme Bonnie le craignait, il était loin d’avoir pris bien le rejet de sa compagne. « Comment ça pas ce soir ? Quel soir alors ? » Il afficha une moue boudeuse, il était contrarié, c’était évident et son ton ainsi que les traits de son visage allaient dans ce sens. Bonnie ne cherchait pas à le vexer, même si elle se doutait bien qu’en le connaissant, il n’aurait pas sauté de joie. Bien sûr qu’ils ne passaient plus autant de temps ensemble, leur intimité en avait pris un sérieux coup avec l’arrivée de Maggie mais elle n’agissait pas ainsi contre lui. Il aurait alors préféré passé la nuit avec elle en sachant pertinemment qu’elle n’en avait pas envie ou bien ferait-il encore un peu l’effort d’attendre que ce soit le bon moment ? Quelle question, il restait un homme après tout. Bonnie se redressa afin d’être plus confortablement installée, soupirant au passage et reporta son attention sur Caleb. Elle s’apprêtait à dire quelque chose pour calmer le jeu mais elle fut soudainement coupée. « Laisse tomber, on est tous les deux fatigués, comme tous les soirs. » Il était vraiment remonté, cela n’allait pas être coton pour le raisonner. Elle le vit attraper sa chemine dans un geste brusque et se recouvrir le dos sans la fermer mais il continua d’enchainer. « De toute manière je ne suis que Caleb le bon toutou de Bonnie. Elle décide et j’obéis comme un chien. Pas mal le parallèle avec ce que je viens de t’offrir. » Bonnie écarquilla les yeux, elle était complètement abasourdie par ce qu’elle venait d’entendre. Plaisantait-il ? C’était réellement l’image qu’il avait de leur relation ? Pour le coup, c’est Bonnie qui se vexa et tout comme lui quelques minutes auparavant, elle se leva pour lui faire face. Elle ne dit pourtant rien, un tas de mots se bousculaient dans sa tête et elle aurait voulu tous les sortir mais elle se perdit dans sa colère grandissante. Caleb, quant à lui, s’affairait à reboutonner sa chemise mais ses mains ne semblaient pas vouloir lui venir en aide en étant habile et il laissa tomber. Les choses auraient très bien pu s’arrêter ainsi, la température aurait pu descendre, ainsi que la tension mais non, c’était bien trop beau. Apparemment Caleb avait des comptes à régler et souhaitait faire partager ce qu’il semblait penser depuis un petit moment. Seulement, à moins qu’il ne chercha à provoquer davantage sa petite amie, ce qu’il ajouta par la suite allait être la goutte d’eau qui ferait tout déborder : « Je comprends maintenant pourquoi les hommes trompent leurs femmes, c’est parce qu’elles sont incapables de leur donner ce qu’ils désirent. » Bonnie lui lança un regard noir, même s’il faisait mine qu’elle était invisible. Blessée et effarée par les propos tenus par Caleb, elle n’allait pas laisser passer cette fois. Elle fit quelques pas rapides vers lui, lui donna un coup dans l’épaule. « C’est ce que tu penses ? Vraiment ?! » dit-elle sur un ton sec, tentant de se contenir pour ne pas réveiller sa famille à l’étage supérieur ; chose qui s’avéra difficile, elle qui voulait crier. « Tu peux être vraiment con quand tu t’y mets ! » Elle marqua une pause. « Et bien vas-y alors, qu’est-ce que tu attends Caleb hein ? Va satisfaire tes désirs d’homme et t’envoyer en l’air avec les pétasses que tu trouveras dehors. Je suis certaine que tu trouveras ton lot de bonheur et d’MST. » Bien qu’elle usait de l’ironie, elle était particulièrement affectée par les paroles du canadien. Elle aussi souffrait de ne pas avoir plus de temps en tête à tête avec lui mais elle n’était en rien responsable. Bonnie attrapa elle aussi sa coupe de champagne qu’elle remplit du délicieux nectar doré, la claqua ensuite volontairement contre celle que tenait Caleb. « Ce qui est sûr à présent, c’est que tu peux d’ores et déjà t’habituer à l’abstinence car tu peux rêver pour que je sois tendre avec toi après ce soir. » Et elle but une gorgée en s’éloignant de lui.

_________________

it's only love, it's only pain.
it's only fear that runs through
my veins. it's all the things you
can't explain that make us human.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t13627-in-the-middle-of-nowhere http://www.filthy-secret.com/t13655-lying-on-my-back-watching-stars-collide http://www.filthy-secret.com/t13855-journal-de-bord-de-nora-golightly http://www.filthy-secret.com/t13768-ch-n5600-parkside-street-famille-golightly
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (1590) birthday sex Lun 20 Sep 2010 - 22:55


Cette soirée ne devait pas aller aussi loin, en effet elle aurait du se passer aussi bien que le soir de Noël où ils s’étaient réconciliés. Mais évidemment il avait fallut que Caleb gâche tout à cause de son égo masculin. Le jeune canadien ne regardait pas sa petite amie, il préférait fuir son regard cas il savait qu’à un moment ou à un autre elle abattrait son courroux sur lui. C’est seulement lorsqu’il sentit la main taper de Bonnie taper contre son épaule qu’il releva la tête et lui fit face. « C’est ce que tu penses ? Vraiment ?! » Les choses se présentaient très mal à première vue. Néanmoins Caleb ne perdit pas sa fierté inégalable à ce moment même. Il acquiesça d’une façon provocante d’un signe de tête. « Tu peux être vraiment con quand tu t’y mets ! » Le sourcil droit de Caleb se haussa, intérieurement il était légèrement satisfait qu’elle réagisse enfin, mais finalement c’était lui qui allait s’en prendre plein la face. « Et bien vas-y alors, qu’est-ce que tu attends Caleb hein ? Va satisfaire tes désirs d’homme et t’envoyer en l’air avec les pétasses que tu trouveras dehors. Je suis certaine que tu trouveras ton lot de bonheur et d’MST. » Bonnie était réellement en colère et quand elle se mettait à crier, cela calmait Caleb. C’était toujours l’un des deux qui criaient et l’autre essayait de se contenir pour ne pas que ça aille trop loin. Le garagiste lâcha un soupire. « Bonnie… Tu ne comprends pas. » Souffla-t-il. Ce n’était pas spécialement les meilleurs mots qu’il aurait dut adopter mais finalement il n’avait pas envie de se disputer pour le moment, mais c’était bien trop tard maintenant qu’il avait engagé Bonnie dans ce sens là. Ils étaient sur un point de non-retour pour l’instant aujourd’hui et seule une bonne nuit de sommeil pourrait les rabibocher, malheureusement Caleb n’avait pas prévu ce qui allait suivre. Il observa ses moindres faits et gestes sans ajouter un mot, il la regarda se servir un verre de champagne et le claquer contre le verre qu’il tenait, le bruit résonna dans toute la salle. « Ce qui est sûr à présent, c’est que tu peux d’ores et déjà t’habituer à l’abstinence car tu peux rêver pour que je sois tendre avec toi après ce soir. » Pardon ? Ce n’était pas quelque chose qu’il fallait dire à un homme qui était déjà en abstinence depuis un moment. Caleb qui s’était calmé sentit une vague de rage traverser tout son corps, ce n’était que ses hormones masculines qui se rendaient compte qu’elles allaient devoir attendre encore un moment avant de faire la fête. Il fronça les sourcils alors qu’elle s’éloignait avec sa flûte. « Oh ! Tu sais, je m’y suis déjà habitué depuis longtemps ! » Lança-t-il à travers la salle. Il avait haussé le ton, mais il n’entendit pas un bruit de la part de l’étage du dessus, Maggie ne s'était pas réveillée, elle devait tellement être épuisée avec la soirée qu'elle avait passé. Quant à Bonnie elle ne releva même pas sa remarque et se dirigea vers les escaliers sans se retourner, mais la connaissant aussi bien, il savait qu'au font elle le maudissait, l'insultait et aurait voulu le lyncher. Caleb passa ses deux mains sur son visage, stressé, nerveux, avant de se décider à sortir. Il prit le chiot qui hurlait depuis tout à l’heure, l’attacha à sa laisse et sortit. Il resta jusqu’à ce que le soleil se lève, rentra chez lui et s'endormit sur le canapé. Ce qui était triste dans tout ça, c’était qu’au fond Caleb se disait que le lendemain, tout irait mieux, qu’ils oublieraient ce qu’il s’était passé, que ce n’était que des mots et pas des actes, qu'un couple sans disputes ce n'était pas un couple mais finalement on ne savait pas ce que le destin nous réservait.


THE END.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: (1590) birthday sex

Revenir en haut Aller en bas
 

(1590) birthday sex

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Apple Road & Lemon Street-