AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (famille wagner) i have a bad surprise for you, darling!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: (famille wagner) i have a bad surprise for you, darling! Sam 9 Mai 2009 - 13:28


    deborah penright - morgan wagner
    it's just a game, what else ?



    Deborah Penright, cheveux au vent et lunettes de soleil sur le nez, avait toujours eu l'habitude de surprendre les gens, qu'elle connaissait ou non.En ce samedi matin, pour le moins, très ensoleillé, elle avait entrepris de se rendre dans sa nouvelle maison, mais aussi d'annoncer son arrivée à Morgan, qui ne serait pas étonné sans doute de la voir arriver.Cela faisait environ plusieurs semaines que Morgan était parti de New-York, laissant sa pauvre belle-mère dans un ennui le plus profond, avec au final une routine remplie de luxe et de soirées mondaines à laquelle elle avait toujours tenté d'échapper.Afin de trouver un endroit tranquille et reposant, ainsi que de reserrer les liens familiaux, Deborah avait trouvé cette charmante excuse pour convaincre Jack de venir acheter une résidence secondaire à Ocean Grove, à quelques résidences de celle de Morgan.Deborah Penright venait de garer sa nouvelle et somptueuse Aston Martin, nouveau cadeau de Jack.Deborah Penright avait fait une arrivée plutôt fracassante à Ocean Grove.D'un calme olympien, et avec une idée derrière la tête, Deborah Penright n'avait cessé de sourire durant le trajet New-York/Miami.Un sourire qui laissait penser que la demoiselle n'en avait encore fait qu'à sa tête.C'est alors qu'elle arriva dans le quartier résidentiel d'Ocean Grove.Elle gara sa nouvelle voiture à quelques mètres de la maison de Morgan, histoire de ne pas recevoir encore une nouvelle réflexion de la part de son beau-fils.Deborah Penright, qui en général était d'un froid glacial avec son voisinage, répondait aux salutations de ces nouveaux voisins.Tous la regardaient avec étonnement, pourquoi une fille comme Deborah Penright venait s'installer à l'opposé de la ville où elle travaillait ? Répondant d'un sourire agréable, mais pour autant remplie de fausseté, Deborah se dirigea vers la résidence de Morgan, sourire malicieux aux lèvres.En arrivant, Deborah Penright venait de créer la surprise et l'admiration de quelques hommes qui regardait encore ses admirables courbes à travers une robe noire, qui ne faisait que de renforcer la maigreur de la jeune femme.Ce qu'il fallait savoir sur Déborah, c'est que son arrivée ici avait été soigneusement calculée, Jack arrivait demain, ce qui laissait le temps à Deborah de venir annoncer à Morgan qu'elle s'installait pour quelques temps, et peut-être définitivement ici.En venant ici, Deborah risquait également de se trahir elle-même.Et si Jack venait à découvrir qu'elle le trompait avec son fils ? Comment réagirait-il ? Cette question la tarauda un instant puis elle se dit qu'elle avait déjà la solution à cet éventuel problèle.Deborah tenait aussi bien le fils que le père.Elle pouvait assurément compter sur ses deux atouts: son atout de séduction auquel personne ne résistait et sa vocation pour la manipulation.Une fois de plus, tout était calculé, si Morgan ne voulait plus d'elle, elle s'arrangerait pour que Jack le déshérite et si Jack venait à vouloir divorcer, elle s'était arrangé pour qu'il tombe avec elle, elle avait de quoi ruiner sa vie, mais Deborah n'envisageait pas de divorcer, bien au contraire, elle voulait savourer sa vie de femme reconnue et craignée.Deborah Penright était une de ces femmes qui revenait toujours à la charge, et dont il serait difficile de se débarasser, et çà Morgan et Jack l'avaient bien compris.D'un pas déterminé et d'une allure féline, Deborah ouvrit le portail, passa sur un petit sentier et arriva au moment fatidique, elle sonna une puis deux fois avant d'allumer une cigarette, une énième.Ses doigts fins ammenaient sa cigarette d'un geste sensuel et sa bouche parfaitement dessinée avalait la fumée.Elle se demanda alors comment Morgan allait réagir, elle savait parfaitement qu'il s'attendait à ce qu'elle le rejoigne un jour ou l'autre, mais pas que cette dernière ainsi que Jack allaient couler quelques jours heureux ici avant de reprendre leur train de vie mondain à New York.Jack ne la rejoignant que quelques jours dans la semaine, Deborah pourrait parfaitement entrenir son adultère plus que passioné avec Morgan.Une situation dont elle n'était pas non plus fière et qu'elle essayait de cacher absolument mais elle n'avait encore jamais éprouvé un sentiment de culpabilité quelconque, restant persuadée que Jack était un homme comme tous les autres, et qu'il ne devait pas se gêner pour Deborah quand il draguait ses secrétaires.Mais la vérité était bien loin de ce que Debbie pouvait penser.Elle l' avait bien dit à Morgan qu'elle reviendrait, qu'il ne pourrait pas fuir éternellement et que son désir pour sa belle-mère le suivrait jusqu'à ce que la vérité soit dévoilée au grand jour.A la pensée que Morgan la désirait malgré qu'il n'était pas d'accord avec cette relation ambigüe, les lèvres de Deborah dessinèrent un sourire sadique.En attendant son amant, elle s'adossa à l'une des colonnes qui batissait la maison, se contenta de fumer sa cigarette de cette manière si sensuelle.
    Oui, Deborah Penright avait toujours aimer créer la surprise et surprendre son entourage, le pire dans tout çà, c'est qu'elle était la reine en la matière.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (famille wagner) i have a bad surprise for you, darling! Mer 13 Mai 2009 - 19:04

    Réveil mouvementé, le rideau tiré sans grande douceur laissant alors entrer les rayons du soleil de Miami un peu trop agressif en cette heure matinale (onze heures tapantes), arracha Morgan de son sommeil qui se retourna dans son lit non sans un soupir las. Juanita, la femme à tout faire de sa nouvelle demeure d'Ocean Groove, lui murmura avec gêne que la veille, il lui avait sommé de le tirer de son sommeil profond contre vents et marées, et ce malgré les protestations qu'il pourrait faire. Fronçant les sourcils, Morgan se redressa dans un froissement d'étoffes, le visage désabusé et les cheveux en bataille ; la dizaine de verres de savants mélanges d'alcools blancs de la veille avait été ravageuse, et la gueule de bois monstrueuse. Passant une main sur son front tout en tentant de recouvrer ses esprits, Morgan tenta de se convaincre ô combien les boissons alcolisées et tout ce qui ressemblait de près ou de loin à de la poudre blanche étaient le diable incarné, et que plus jamais il ne retomberait dans ces excès... jusqu'à la prochaine fête donnée dans la semaine. Après de longues minutes absolument insoutenables à écouter le chant sadique des oiseaux parvenant de sa fenêtre et résonnant dans sa tête tels des pics-verts à lui en donner une nouvelle migraine, Morgan finit par se lever non sans mal. Une douche le remit d'aplomb, mais il était bien connu que le remède le plus efficace contre la gueule de bois était encore de se servir un verre d'alcool dès son lever ; c'était combattre le feu par le feu. Aussi, habillé d'un de ses costumes griffés haute couture, déjà bien plus à son aise et respirant la jeunesse, ce fut avec un verre de martini qu'il rejoignit son bureau sous le regard désabusé de sa femme de ménage qui ne comprenait pas comment Wagner pouvait tenir encore debout en ne s'hydratant que de whisky et autres boissons du genre et n'ingérant pour nourriture que ce qui passait entre les mains des dealers. Hors visiblement, d'aucuns semblaient ignorer les vertus absolument miraculeuses de la coke ; et cela demeurait donc consciencieusement un moteur des plus sains pour le jeune héritier qui démarrait donc la journée en beauté. Depuis son départ de New-York, il se sentait plus épanoui et indépendant, dû à cet éloignement de cet étouffement quant à l'influence de son paternel, et à la pression faite par sa délicieuse belle-mère. Ici, à Ocean Groove, Wagner pouvait forger sa propre réputation (aussi sulfureuse que son propre père), et se faire prince du business sans se faire bouffer le terrain par Wagner Senior, terrible requin des affaires. Morgan voulait se poser en tant que son rival direct, et son entreprise fructueuse l'aidait à aller dans ce sens.

    L'on sonna alors à la porte par deux fois, néanmoins le richissime jeune homme ne réagit pas, plongé dans sa paperasse il attendait distraitement que Juanita n'aille ouvrir à l'importun. Le propre du riche, c'était qu'il fallait tout faire à sa place, et ouvrir une porte en faisait partie. N'entendant pas le grincement habituel ni même de bruits de pas se profilant dans le hall vaste et trop luxueux, la voix suave de Morgan s'éleva à l'encontre de Juanita qui ne répondit pas. Sans doute trop occupée à dépoussiérer un vase de la dynastie Ming ou autre babiole estimée à des millions de dollars, quoiqu'il en soit le jeune homme se leva dans un soupir las, laissant son verre de martini à moitié vide trôner sur son bureau. Ce fut non sans une arrogance voilant son visage parfait qu'il ouvrit alors la porte, son regard fier perdant néanmoins toute son assurance certaine lorsqu'il se posa sur la divine silhouette de Deborah, une cigarette au coin des lèvres, comme toujours. Le coeur de Wagner fit alors un bond dans sa poitrine, son rythme cardiaque s'accélérant alors soudainement ; ce qui pour une fois n'était dû ni à quelques substances hallucinogènes ni à un désir brûlant s'éveillant pour une amante de passage au moment de passer à l'acte. La surprise, la déconvenue, cette impression de se sentir condamné accélérait son palpitant dans une explosion de sentiments impossibles à décrire. Bien sûr, Morgan s'était toujours attendu à la voir débarquer... mais pas aussi tôt. La seconde d'étonnement passé, le visage de Morgan reprit ce côté sombre et froid, dû à cette colère contre lui-même de n'avoir sû tenir la divine mante religieuse à distance. Avisant très brièvement à gauche et à droite, le jeune homme sussura à sa belle mère et accessoirement amante, quelques paroles froides démontrant qu'il n'était guère enthousiaste de la voir ici.

    -- Rentre.

    Ce n'était guère une invitation faite par politesse, mais Wagner ne voulait pas éveiller les langues de vipère du voisinage. Moins on verrait la délicieuse mannequin sur le pas de la porte, moins on se poserait de questions. Morgan finit alors pas refermer derrière lui, détaillant sans le vouloir la silhouette de Deborah. Radieuse et divine, comme toujours. Finalement, le diable incarné n'était ni la vodka ni les rails que l'on dessinait avec sa Black Card, mais bel et bien Deborah Penright Wagner. En la revoyant ainsi, si appétissante dans ses habits sculptant sa silhouette parfaite, Morgan se souvint bien vite en quoi il avait toujours été difficile de lui résister. Néanmoins la froideur de Wagner junior laissait témoigner qu'il ne la laisserait pas remporter leur guerre, bien qu'elle semblait avoir gagné la bataille. La toisant de haut en bas, le jeune homme reprit alors.

    -- Si j'avais su que Lucifer en personne viendrait aujourd'hui chercher mon âme, j'aurai revêtu un costume Gucci histoire d'aller avec le rembourrage Vuitton de mon cercueil. Tu repars quand Debbie ?

    Un peu de cynisme, c'est un excellent tonique sanguin. A peine était-elle arrivée que Morgan souhaitait savoir l'heure de son départ à la seconde près, gardant cette distance de sureté face à la belle vénéneuse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (famille wagner) i have a bad surprise for you, darling! Jeu 21 Mai 2009 - 20:36




    La divine Deborah consumait sa cigarette, lasse de l’attente que l’on mettait pour lui ouvrir la porte.Morgan ne devait-il pas avoir des gens qui s’occupait de ce genre de tâches, tout comme son père ? Pour patienter, elle décida de rallumer une autre cigarette, une de plus, une enième.Jack détesait qu'elle fume, cela l'agacait et l'énervait.Mais cela lui donnait un air arrogant et elle aimait çà.Son regard se perdit alors sur le charmant quartier qui s'offrait à elle: des maisons irréprochables, un gazon parfaitement tondu, des sourires se dessinaient sur toutes les lèvres des voisins, des poignées de main faussement amicales, des bises affectueuses, des enfants se chamaillant, et des couples main dans la main.Oui, Ocean Grove était un quartier agréable, du moins en apparences.Comme la plupart des quartiers, les habitants devaient y être faux, hypocrites, les sourires deviennent toujours de la haine, l'affection devient toujours du mépris, les apparences sont là pour cacher les secrets qui sont enfouis au plus profond de nous.C'est alors qu'un bruit la fit sortir de ses pensées, elle tourna vivement la tête, ses cheveux bruns ondulés virevoltèrent au passage, la poignée de la porte venait de s'ouvrir et ce n'est pas une vieille latine de cinquente ans en tenue de servante qu'elle trouva mais lui.Morgan.Il resta dans le cadre de la porte, elle s'avançà d'une marche féline.Ses paroles froides ne lui firent aucun effet, elle en avait pris l'habitude les dernières fois où il s'étaient vus à New York.D'un souffle froid, elle lui cracha sa fumée de cigarette à sa figure parfaite, il ressemblait à son père.C'est peut-être pour çà qu'elle l'appréciait.Deborah s'arrêta un instant, et planta un regard cruel dans les yeux de Morgan qui en disait long sur sa visite, aujourd'hui.Elle porta ses doigts à sa cigarette, et la fit tomber aux pieds de Morgan pour l'écraser sèchement du haut de ses talons.Dans un chuchotement, la jeune femme prit sa voix la plus érotique du monde et murmura au creux de son oreille ces quelques paroles.

    - Je t'avais promis que je reviendrais, darling.

    Un sourire mesquin se dessina sur ses lèvres, et elle rentra dans la nouvelle demeure de son beau-fils.Au programme, pas félin et démarche sensuelle la conduirent au bureau de Morgan.Ne connaissant pas les lieux, elle rentra dans la pièce où ce dernier traitait ses affaires.Jettant un rapide coup d'oeil à la paperasse qui s'y trouvait, elle leva les yeux au ciel.C'était Jack, en plus agréable, peut-être.La paperasse, le costume trois pièces et le martini qui trainait sur le bureau fait de marbre.Elle fut rapidement rejoint par Morgan, ce dernier ferma la porte après avoir admiré la silhouette de Deborah.Elle savait qu'il la regardait, qu'il la désirait, mais par respect pour son paternel, il ne tenterait rien.C'était à elle de venir le chercher.Entre eux, c'était le chat et la souris, il n'y avait pas un jour où Deborah Penright n'avait pas pensé à Morgan, mais jamais elle ne regretta ses actes, bien que ces derniers trahissaient tout l'amour qu'elle pouvait porter à Jack.Même si entre ce dernier et elle, tout n'était que fougue et passion, il y avait ce quelque chose en plus, ce quelque chose qui faisait la différence chez Morgan et c'est cette attirance mutuelle qui les réunissait aujourd'hui.Si Deborah le fuyait, il serait capable de venir la trouver.Cependant, cette situation ne s'était jamais produite auparavant, en effet c'était plutôt Deborah qui venait le trouver, le titiller, tout ces risques pour réaliser ses désirs et ses envies.Deborah connaissait les risques, et ce qu'elle jouait ici c'était bien plus qu'un simple mari, c'était le pouvoir, la reconnaissance, et si elle perdait au jeu du mariage, sa vie pourrait basculer dans quelque chose qu'elle avait toujours tenté de fuir.
    De ses doigts agiles et fins, elle attrapa le verre de martini et termina la gorgée d'alcool qui restait.Posant sa pochette sur le bureau de Morgan, elle s'avançà près de lui, le regardant avec insistance de ses yeux couleur saphir, elle prit sa main et plaçà le verre vide à l'intérieur.Un sourire mesquin se dessina une fois de plus sur ses lèvres fines, mais tout aussi sensuelles.L'arrogance de Morgan la fit rire, et elle ne chercha même pas à répondre à ses paroles cyniques.

    - Mon départ n'est pas prévu au programme, Morgan...

    Ses lèvres vinrent se poser au coin de la bouche de Morgan et d'une voix suave, elle reprit.

    - ...mais, je te conseille de te resservir rapidement un autre verre, car après ce que je vais t'annoncer, tu vas en avoir besoin.

    Oui, Deborah Penright n'était pas venu pour jouer au chat et à la souris, mais pour annoncer directement à Morgan qu'il ne pouvait désormais plus fuir, puisqu'il serait bientôt sous la surveillance de son paternel et entre les griffes de sa divine belle-mère.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: (famille wagner) i have a bad surprise for you, darling!

Revenir en haut Aller en bas
 

(famille wagner) i have a bad surprise for you, darling!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road & Lemon Street-